Porter l'habit...ou pas

axou
Barbarus
Barbarus

Re: Porter l'habit...Ou pas....

Message non lupar axou » jeu. 27 oct. 2016, 13:28

et pourquoi ne pas tout simplement accepter la diversité dans l'Eglise ?
Constater, et préférer une chose plutôt qu'une autre ne signifie pas ne pas accepter. Ex.: Si mon fils choisit de faire du football alors que j'aurai préféré qu'il fasse du rugby, cela ne signifie pas que je n'accepte pas son choix, vous saisissez?
Le ton sur lequel vous parlez à propos de ces religieux sans habit n'est vraiment pas le signe de l'acceptation, vous semblez être dans le reproche vis à vis d'eux. C'est pourquoi je vous invite à l'accueil du choix individuel de chacun.
Il m'arrive de participer à des stages de développement personnel (Enéagramme) ou tout le monde se tutoie, sauf les quelques religieux présents en tenue que tout le monde vouvoie et appelle Père Machin..Je me dis alors qu'ils sont un peu esclaves de leur statut et que dans de tels lieux, il serait bon qu'ils tombent la robe" et participent simplement comme tous les autres, simplement humains dans leur vérité et nudité.l'habit religieux peut être une protection qui n'est pas toujours bienvenu.
Quid de la diversité dont vous faisiez état dans les lignes ci-dessus et de son acceptation?
Il m'arrive également d'assister à des réunions associatives, professionnels etc... Certaines personnes de par leur age, leur statut, ou autre sont vouvoyées, cela signifie t-il systématiquement, que ces personnes soit plus rigides, que l'ambiance de cette réunion soit moins bonne qu'une autre ou tout le monde se tutoierait, pas certain.
J'accepte la diversité sur l'habit des prêtres, je trouve cela riche que certains le portent et d'autres non. Je pense simplement qu'il y a des lieux pour le porter et d'autres non mais effectivement ils sont libres. Je constate que l'habit peut servir de protection dans certains cas, ce qui me donne une explication du choix inverse. Certains veulent rester comme tout le monde, sans passe-droit. Je n'ai pas de réponse toute faite, je réfléchis suite à la question que vous avez posé.
Quant à la supposé servilité des prêtres due à leur statut, je ne vous ferais pas l'affront de vous rappeler les voeux qu'ils ont prononcés, et que de facto ils sont censés être bien plus soumis à Dieu qu'un laïc, si vous considérez cette soumission comme un esclavage, libre à vous.
Se refuser à tutoyer un prêtre parce qu'il porte une soutane, le clergyman, plutôt qu'un survêtement et une casquette (si, si j'en ai vu, et pas pour aller faire du sport) est un peu réducteur, et fait preuve d'une sorte de mépris, vous ne trouvez pas?
[/quote]
je ne suis pas concernée par les propos que vous tenez ici, vous extrapolez.
Vous qui visiblement, ne voulez pas "d'uniformisation", et laissez libre choix à chacun de choisir, nous présentez une vision plutôt totalitaire de cette liberté, je trouve cela assez paradoxal.
Oui, je ne souhaite pas l'uniformisation, je souhaite que les uns et les autres fassent selon leur coeur, sans être jugés. Cela ne m'empêche pas de réfléchir, comme vous nous y invitez, sur les raisons profondes des uns et des autres à porter l'habit. Et il me semble qu'il y a des lieux et des circonstances plus ou moins propices à le porter ou non. Dans les deux cas d'ailleurs.
Ah, je ne le savais pas. Et qui a décidé que ce verset de l'Evangile n'avait plus de sens à notre "époque"?
Qui décide quel verset de l'Evangile est encore compatible ou pas avec l'époque, notre religion, les mentalités?
Le sens de ce verset, qui n'est pas une parabole, ne peut-être que littéral.
Lorsque Jésus nous dit: "Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, et de toute ta pensée.(...)Tu aimeras ton prochain comme toi-même" (Mt 22,37-39).
Personne ne vient dire que le sens littéral de ce verset n'est plus compatible avec notre "époque", ou encore qu'il y'a autre chose à en extraire.

Si l'un d'entre vous possède une Bible mise à jour, compatible avec notre "époque", qu'il me fasse signe.
Cela fait quand même maintenant un siècle et demie que l'on passe la Bible au crible de la méthode historico-critique, que l'on s'efforce de lire le texte dans son contexte historique et social. La lecture littérale est une voie assez directe vers le fondamentalisme, c'est le drame que vit l'Islam actuellement. En christianisme, nous n'en somme plus là, heureusement.

Bien à vous,

Axou

François2.0
Barbarus
Barbarus

Re: Porter l'habit...Ou pas....

Message non lupar François2.0 » jeu. 27 oct. 2016, 14:47

Le ton sur lequel vous parlez à propos de ces religieux sans habit n'est vraiment pas le signe de l'acceptation, vous semblez être dans le reproche vis à vis d'eux. C'est pourquoi je vous invite à l'accueil du choix individuel de chacun.
:arrow: Je ne suis pas dans le reproche, mais dans le constat, merci d'éviter les procès d'intention. Je ne suis soumis à aucune police de la
pensée.
Et il me semble qu'il y a des lieux et des circonstances plus ou moins propices à le porter ou non. Dans les deux cas d'ailleurs.
Quels lieux et circonstances, selon vous seraient propice à l'un ou à l'autre?
Cela fait quand même maintenant un siècle et demie que l'on passe la Bible au crible de la méthode historico-critique, que l'on s'efforce de lire le texte dans son contexte historique et social. La lecture littérale est une voie assez directe vers le fondamentalisme, c'est le drame que vit l'Islam actuellement. En christianisme, nous n'en somme plus là, heureusement.
Commençons tout d'abord avec votre référence à l'islam, le coran est considéré par les musulmans comme incréé, dicté par "Allah", ce qui le rend de facto ininterprétable, certains ont essayés tels les Mu'tazilites et se sont fait massacrer.
En "christianisme" pour reprendre vos termes, Jésus n'a jamais appelé à massacrer ou à haïr l'ennemi, ni plébiscité le viol, l'esclavage et autres réjouissances..... Faire une corrélation entre le verset que je viens de citer et les problèmes liés au coran et à l'islam, pour le discréditer est à mon sens très moyen.
La "methode historico-critique" ne prévalant pas à mes yeux sur la Parole de Dieu révélée aux Apôtres, et ne considérant pas la Sainte Bible comme un étal de fruits et légumes, il me semblait opportun de connaître la position de certains concernant ce verset, ne posant pas de jugement personnel pour autant.

Je lisais ce matin un texte de Jean Tauler, Dominicain, dans son ouvrage l'Ascension, assez révélateur de ce qui est évoqué ici:

"Jérusalem était une ville de paix, et elle a été aussi une ville de tourment, car Jésus y a immensément souffert et y est mort très douloureusement. C'est dans cette ville que nous devons être ses témoins, et non pas en paroles mais en vérité, par notre vie, en l'imitant autant que nous le pouvons. Beaucoup d'hommes seraient volontiers les témoins de Dieu dans la paix, à condition que tout aille à leur gré. Ils seraient volontiers des saints, à la condition de ne rien trouver d'amer dans les exercices et le travail de la sainteté. Ils voudraient goûter, désirer et connaître les douceurs divines, sans devoir passer par aucune amertume, peine et désolation. Dès que leur arrivent de fortes tentations, des ténèbres, dès qu'ils n'ont plus le sentiment et la conscience de Dieu, dès qu'ils se sentent délaissés intérieurement et extérieurement, alors ils se détournent et ne sont pas ainsi de vrais témoins.

Tous les hommes cherchent la paix. Partout, dans leurs œuvres et de toute manière, ils cherchent la paix. Ah ! puissions-nous nous affranchir de cette recherche, et puissions-nous chercher, nous, la paix dans le tourment. C'est là seulement que naît la vraie paix, celle qui demeure et qui dure... Cherchons la paix dans le tourment, la joie dans la tristesse, la simplicité dans la multiplicité, la consolation dans l'amertume ; c'est ainsi que nous deviendrons en vérité les témoins de Dieu."


Fraternellement, François.

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8744
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Porter l'habit...Ou pas....

Message non lupar PaxetBonum » ven. 28 oct. 2016, 8:57

Le droit canon :

Can. 284 - Les clercs porteront un habit ecclésiastique convenable, selon les règles établies par la conférence des Évêques et les coutumes légitimes des lieux.

Reste à trouver ce que la conférence des évêques a établie…

Combien de personnes amenées à Dieu par le simple fait de croiser une soutane ?
Combien de prières spontanées à la vue d'une soutane ou d'une bure ?
En leur absence… aucune chance.
Un vieux moine franciscain qui portait encore sa bure (ils n'étaient plus que 2 à le faire) me disait les larmes aux yeux: 'Je porte l'habit et l'habit me porte'.
Pour les ordres religieux il aura fallu parfois étrangler la règle des fondateurs pour faire disparaître l'habit monastique…
Les jeunes prêtres et ordres religieux l'ont bien compris et nombreux sont ceux qui portent des habits religieux qu'ils n'ont parfois jamais croisés dans leur jeunesse.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

p.cristian
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 440
Inscription : mar. 28 mai 2013, 2:17

Re: Porter l'habit...Ou pas....

Message non lupar p.cristian » sam. 29 oct. 2016, 15:39

Bonjour à tous,

Merci François pour ce texte de Jean Tauler.

Le curé de ma paroisse est un "jeune" prêtre d'une quarantaine d'année, et il n' a aucun problème pour porter la soutane et le col romain. Il pense, sauf erreur, que c'est le première façon de témoigner.
Cela lui vaut quelques surprises comme de s'être fait appeler "mon père" à la fête de l'Huma, mais surtout des rencontres de personnes qui viennent lui parler (alors qu'autrement ils n'auraient pas engagé la conversation). Quand bien même cet échange n'a pas lieu, on peut espérer que cette seule vue d'un prêtre en tenue ait quelque résonance dans la tête de ceux qui cheminent.

Je pense que le port de l'habit n'a vraiment pas la même signification pour ceux qui ont connu l'Église avant Vatican II et ceux qui ne l'ont pas connu. Si de nombreux prêtres ont fait tomber l'habit alors, ce n'est pas par désir de sécularisation, mais parce qu'ils ont senti à ce moment-là que la robe les desservait plus qu'elle ne les servait.

Il fait faire confiance à l'Esprit Saint, lorsqu'il guide les prêtres à choisir devant leur armoire quels habits leur serviront plus pour leur mission.

Un petit mot sur la crise de la vocation : je pense qu'une des causes de cette crise et la façon dont nous parlons de nos prêtres, et surtout comment nous en parlons devant nos enfants : si on ne cesse de les considérer que comme de gentils rétrogrades, à qui il faudrait enseigner à mieux communiquer, à être plus de leur temps, à faire des homélies ni trop longues ni trop courtes, à s'habiller de façon plus traditionnelle ou pas, on oublie l'essentiel, à savoir qu'ils sont la pointe du glaive, les vrais soldats de Dieu. Si l'on veut bien m'excuser cette métaphore guerrière, mais j'aspire à un christianisme de combat.


Sur l'interprétation des textes : les textes sont des textes inspirés, on connaît tous les dangers à lire trop littéralement les textes. Mais sans rentrer dans le détail, je pense que bien qu'on nomme les principales religions monothéistes "religions du Livre", on peut se souvenir que nous sommes la religion de la Parole! Et je rajouterai de la Parole incarnée qui donne la vie.

Le Nouveau Testament regorge de textes où l'on montre l'orgueil de ceux qui pensent avoir la religion pour eux, alors qu'en vérité nous sommes tous pécheurs,d'une façon ou d'une autre.
Quelque part c'est ce qui fait la difficulté de cette religion, il ne suffit pas de cocher une liste de cases...
En cette période de Toussaint je pense qu'il est bon de réfléchir à l'appel qui nous est fait à tous pour la sainteté, et aux embûches sur le chemin.
Dernière édition par p.cristian le dim. 30 oct. 2016, 17:28, édité 1 fois.
N.B. le P. de mon pseudo ne veut pas dire "père".

Tout ce que vous voudriez que les hommes fassent pour vous, vous aussi, faites-le de même pour eux, car c'est ce qu'enseignent la loi et les prophètes.

François2.0
Barbarus
Barbarus

Re: Porter l'habit...Ou pas....

Message non lupar François2.0 » sam. 29 oct. 2016, 16:07

Bonjour P.Cristian,

Je vois que nous avons la même vision à quelques exceptions sur le sujet.

Je viens de regarder une vidéo de Michel Onfray, philosophe qui a tenté de se convertir au Catholicisme avant d'y renoncer, sur le thème: Nous avons perdu le sens du Sacré Judeo-Chrétien, visionable ici: http://linkis.com/link.brightcove.com/5Tmsp

J'ai trouvé son raisonnement pertinent surtout venant d'une personne se situant en dehors de l'Eglise, je vous laisse apprécier par vous même.

Bonne et Sainte fête de la Toussaint à vous ainsi qu'à vos proches.

Fraternellement, François.

axou
Barbarus
Barbarus

Re: Porter l'habit...Ou pas....

Message non lupar axou » sam. 29 oct. 2016, 19:47

Quels lieux et circonstances, selon vous seraient propice à l'un ou à l'autre?
Bonsoir François,
je pense qu'il est judicieux de porter l'habit lorsque l'on se trouve dans des terreaux culturels ou l'habit joue un rôle essentiel, comme au Liban par exemple. J'y ai rencontré des prêtres français qui portaient le col romain, chose impensable pour eux en France et je crois qu'ils avaient raison. Ensuite, les longs temps de transport comme le train et l'avion permettent à des personnes très éloignées de l'Eglise de venir se confesser, de nombreux prêtres en témoignent, je trouve cela dommage de se priver de ce temps d'apostolat par une tenue invisible.
Dans le cas contraire, j'ai déja répondu, je crois qu'il existe des circonstances ou l'habit révèle plus un statut qu'une mission et qu'il est judicieux d'être discret.

Commençons tout d'abord avec votre référence à l'islam, le coran est considéré par les musulmans comme incréé, dicté par "Allah", ce qui le rend de facto ininterprétable, certains ont essayés tels les Mu'tazilites et se sont fait massacrer.
En "christianisme" pour reprendre vos termes, Jésus n'a jamais appelé à massacrer ou à haïr l'ennemi, ni plébiscité le viol, l'esclavage et autres réjouissances..... Faire une corrélation entre le verset que je viens de citer et les problèmes liés au coran et à l'islam, pour le discréditer est à mon sens très moyen.
Pas du tout, vous me faites une petite crise de parano, je ne cherche pas à discréditer quoi que ce soit. :)
Ce que je veux dire, c'est que nous Chrétiens, Catholiques et Protestants avons appris à situer les texte dans son contexte historique et social, à appréhender le fait que l'auteur du texte biblique parle autant de lui même et de sa situation personnelle que de son sujet.
Dans le texte de Saint Paul que vous citez, Paul parle à une communauté précise, il a une mentalité juive patriarcale et il tente de mettre de l'ordre et du sens dans certains communautés qui sont de tradition paienne....
Le Christ, qui lui seul est totalement libre dans son être et ses paroles (même si les auteurs des Evangiles sont eux mêmes marqués par leur culture et leur contexte), ne dit jamais que l'homme est le chef de la femme, il appelle à la communion : "ils ne formeront qu'une seule chair".
Les Musulmans, dans leur grande majorité ne font pas cet effort de situation dans le contexte, sauf exception (cf "L'Islam sans soumission" d'Abdennour Bidar). Il est vital pour leur avenir et notre avenir à tous qu'ils le fassent mais ce n'est pas le sujet essentiel de ce post.
Je lisais ce matin un texte de Jean Tauler, Dominicain, dans son ouvrage l'Ascension, assez révélateur de ce qui est évoqué ici:

"Jérusalem était une ville de paix, et elle a été aussi une ville de tourment, car Jésus y a immensément souffert et y est mort très douloureusement. C'est dans cette ville que nous devons être ses témoins, et non pas en paroles mais en vérité, par notre vie, en l'imitant autant que nous le pouvons. Beaucoup d'hommes seraient volontiers les témoins de Dieu dans la paix, à condition que tout aille à leur gré. Ils seraient volontiers des saints, à la condition de ne rien trouver d'amer dans les exercices et le travail de la sainteté. Ils voudraient goûter, désirer et connaître les douceurs divines, sans devoir passer par aucune amertume, peine et désolation. Dès que leur arrivent de fortes tentations, des ténèbres, dès qu'ils n'ont plus le sentiment et la conscience de Dieu, dès qu'ils se sentent délaissés intérieurement et extérieurement, alors ils se détournent et ne sont pas ainsi de vrais témoins.

Tous les hommes cherchent la paix. Partout, dans leurs œuvres et de toute manière, ils cherchent la paix. Ah ! puissions-nous nous affranchir de cette recherche, et puissions-nous chercher, nous, la paix dans le tourment. C'est là seulement que naît la vraie paix, celle qui demeure et qui dure... Cherchons la paix dans le tourment, la joie dans la tristesse, la simplicité dans la multiplicité, la consolation dans l'amertume ; c'est ainsi que nous deviendrons en vérité les témoins de Dieu."

Merci pour ce texte, il est vraiment magnifique. Je ne vois pas le rapport avec le sujet du port de l'habit mais ce n'est pas grave.
Il me rappelle cette phrase de Simone Weil : "Ce n'est pas le chemin qui est difficile, c'est le difficile qui est le chemin."

Il fait faire confiance à l'Esprit Saint, lorsqu'il guide les prêtres à choisir devant leur armoire quels habits leur serviront plus pour leur mission.

Un petit mot sur la crise de la vocation : je pense qu'une des causes de cette crise et la façon dont nous parlons de nos prêtres, et surtout comment nous en parlons devant nos enfants : si on ne cesse de les considérer que comme de gentils rétrogrades, à qui il faudrait enseigner à mieux communiquer, à être plus de leur temps, à faire des homélies ni trop longues ni trop courtes, à s'habiller de façon plus traditionnelle ou pas, on oublie l'essentiel, à savoir qu'ils sont la pointe du glaive, les vrais soldats de Dieu.. Si l'on veut bien m'excuser cette métaphore guerrière, mais j'aspire à un christianisme de combat.
Vous avez raison Christian, nous sommes très critiques avec nos prêtres !
J'aspire également à un christianisme de combat, c'est pourquoi je suis tellement touchée par la présence du Pape François que je vois comme un vrai guerrier. Ensuite, c'est à chacun de nous de mener ce combat.

Bien à vous,

Axou

François2.0
Barbarus
Barbarus

Re: Porter l'habit...Ou pas....

Message non lupar François2.0 » dim. 30 oct. 2016, 11:05

Bonjour Axou,

je pense qu'il est judicieux de porter l'habit lorsque l'on se trouve dans des terreaux culturels ou l'habit joue un rôle essentiel, comme au Liban par exemple. J'y ai rencontré des prêtres français qui portaient le col romain, chose impensable pour eux en France et je crois qu'ils avaient raison. Ensuite, les longs temps de transport comme le train et l'avion permettent à des personnes très éloignées de l'Eglise de venir se confesser, de nombreux prêtres en témoignent, je trouve cela dommage de se priver de ce temps d'apostolat par une tenue invisible.
Dans le cas contraire, j'ai déja répondu, je crois qu'il existe des circonstances ou l'habit révèle plus un statut qu'une mission et qu'il est judicieux d'être discret.
Ne pensez vous pas que dans notre pays déchristianisé, sécularisé, le port de l'habit peut, comme vous le démontrez dans le cas de l'aéroport, être un témoignage ainsi qu'une chance de manifester l'existence de l'Eglise? Rappeler à ceux qui sont loin de l'Eglise, notre terreaux culturel, comme vous l'évoquez pour le Liban, alors que certains tentent de leur faire croire que notre pays n'a aucune racine religieuses (attention, je n'entends pas par là, que l'on utilise notre Foi et notre religion à des fins identitaires, ce que je trouve contre productif, ex: Robert Ménard etc...). Quant au dernier point que vous évoquez, oui l'habit relève d'un statut, le statut étant inhérent à la mission à mes yeux, et n'a pas d'effet repoussoir vous le démontrez vous-même, ceux de nos prêtres qui font ce choix ne le font pas par soucis de protection, mais de témoignage.
Dans le texte de Saint Paul que vous citez, Paul parle à une communauté précise, il a une mentalité juive patriarcale et il tente de mettre de l'ordre et du sens dans certains communautés qui sont de tradition paienne....
Le Christ, qui lui seul est totalement libre dans son être et ses paroles (même si les auteurs des Evangiles sont eux mêmes marqués par leur culture et leur contexte), ne dit jamais que l'homme est le chef de la femme, il appelle à la communion : "ils ne formeront qu'une seule chair".
Les Musulmans, dans leur grande majorité ne font pas cet effort de situation dans le contexte, sauf exception (cf "L'Islam sans soumission" d'Abdennour Bidar). Il est vital pour leur avenir et notre avenir à tous qu'ils le fassent mais ce n'est pas le sujet essentiel de ce post.
Ce que vous pointez au début de votre réaction est je trouve assez éloquent, oui St Paul s'adressait à une communauté païenne (les Actes nous rapportent et témoignent du nombre de païens qu'il a converti, enseignait...), et je nous situe précisément dans cette catégorie de païens à qui il s'est adressé. Je m'explique, n'étant pas juif à la différence de ceux qui l'étaient et ont cru en Christ, nous n'avions aucune éducation/tradition religieuse, Jésus n'étant pas venu abolir mais accomplir la Loi enseignée dans l'Ancien Testament, St Paul nous enseigne ici comment se comporter lorsqu'on prie ou prophétise. Comme je vous le faisais remarquer, Jésus n'a jamais demandé aux femmes d'ôter leur voile, ni à ce qu'elles se mêlent aux hommes dans les synagogues. Comprenez que je ne suis pas dans le jugement, mais dans le questionnement, libre à chacun et ici à chacune d'agir selon sa conscience.
Concernant l'islam, je vous rejoint totalement, l'islam tel qu'il existe et est pratiqué dans les pays musulmans n'a pas sa place dans nos pays occidentaux, aux musulmans de s'adapter et de se fédérer autour de personnalités qui vont dans ce sens comme Bidar, des imams tels Abdelali Mamoun et tant d'autres.

Le texte pointe justement la paresse qui est la notre, qu'il s'agisse de l'application des recommandations et des pratiques.

Pour revenir sur ce que disait Christian, oui il nous est indispensable ainsi qu'à nos prêtres d'adopter ce Christianisme de combat, notre époque et notre mission face à la déliquescence que connaissent nos sociétés nous y obligent, je vous conseille le livre de l'abbé Pierre Hervé Grosjean, Catholiques engageons nous, qui traite de ce sujet. Le temps de la discrétion (sans tomber dans de l'activisme puéril), du levain dans la pâte qu'ont adopté nos parents est révolu.

Bon dimanche à vous, bonne et Sainte messe si vous vous y rendez,

Fraternellement, François.

saperlipopette
Quæstor
Quæstor
Messages : 228
Inscription : dim. 29 mai 2016, 18:30
Conviction : catholique

Re: Porter l'habit...Ou pas....

Message non lupar saperlipopette » mer. 02 nov. 2016, 11:22

Bonjour,

j'expose mon point de vue.

un jour, j'ai demandé à un prêtre pourquoi il portait l'habit. Il m'a répondu que ce n'était pas dans sa culture, mais que si ça avait été obligatoire, il le porterait. Il ajouta qu'il se posait la question depuis peu, avec la ré-apparition des prêtres en soutane.

Je pense que cet avis résume les opinions des prêtres qui, de nos jours, ne portent pas l'habit.
A l'inverse, les prêtres ne portant pas l'habit dans les années 60 ont d'après moi plus fait ce choix par souci de rompre avec 1000 ans de soutane pour vivre dans leur temps. Personnellement je trouve ça ridicule car nous devons être dans le monde, mais pas du monde, a fortiori les prêtres.
Mais je trouve presque normal que des prêtres ne le portent pas de nos jours, bien que j'espère qu'ils recommenceront à le porter.
Ad Majorem Dei Gloriam

Avatar de l’utilisateur
Héraclius
Consul
Consul
Messages : 3228
Inscription : lun. 30 sept. 2013, 19:48
Conviction : Catholique

Re: Porter l'habit...Ou pas....

Message non lupar Héraclius » mer. 02 nov. 2016, 11:46

Pour la petite anecdote, la soutane est un vêtement somme toute récent, qui ne s'est généralisé qu'au... 19ème siècle.
''Christus Iesus, cum in forma Dei esset, non rapínam arbitrátus est esse se æquálem Deo, sed semetípsum exinanívit formam servi accípiens, in similitúdinem hóminum factus ; et hábitu invéntus ut homo, humiliávit semetípsum factus oboediens usque ad mortem, mortem autem crucis. Propter quod et Deus illum exaltávit et donávit illi nomen, quod est super omne nomen, ut in nómine Iesu omne genu flectátur cæléstium et terréstrium et infernórum.'' (Epître de Saint Paul aux Philippiens, 2, 7-10)

François2.0
Barbarus
Barbarus

Re: Porter l'habit...Ou pas....

Message non lupar François2.0 » mer. 02 nov. 2016, 12:00

Pour la petite anecdote, la soutane est un vêtement somme toute récent, qui ne s'est généralisé qu'au... 19ème siècle.
Tenez ça c'est pour la "petite histoire" Source: http://www.sfx-paris.fr/content/vetemen ... siastiques

Bien qu'ils ne portaient pas la soutane, telle que nous la connaissons aujourd'hui, ils portaient d'autres habits.
Les vêtements ecclésiastiques
Les habits du clergé.
Jusqu'au XVIIe siècle, le clergé séculier (n'appartenant pas à un ordre religieux) ne porte pas de « vêtements de ville » spécifiques, ni en France, ni en Italie. La soutane (sottana : vêtement de dessous) était cependant obligatoire pour les célébrations liturgiques. Elle était portée pour masquer la transparence des surplis et des aubes en dentelles.

En France, le port obligatoire de la soutane par les prêtres date de 1673; le concile de Trente avait imposé un habit bienséant aux prêtres sans en préciser ni la forme ni la couleur. L'habit court à la française ou soutanelle est réservé aux voyages. Curieusement, à Rome, on imposait simplement un habit noir. D'habit d'intérieur, la soutane est ainsi devenu un habit d'extérieur.

La soutane est traditionnellement noire pour les prêtres, violette pour les évêques, rouge du sang des martyrs pour les cardinaux et blanche pour le Pape et les chanoines réguliers. En fait, il existe quantité de variantes : habit de choeur, avec filetage rouge ou violet, ceinture unie ou moirée, surplis, mantelet, mosette, rochet, … Ces variantes très codifiées correspondent aux différentes situations (ville, choeur, chapelle papale, ...) et aux différents titres ecclésiastiques. Il faut y ajouter la calotte assortie, les bas de couleur noir, violet ou rouge, la barrette à trois ou quatre cornes, le chapeau à glands verts ou rouges et or, le manteau de cérémonie, …

(En Italie, la barrette portée au choeur a trois cornes; les docteurs en théologie des universités vaticanes portent la barrette à quatre cornes dont la couleur de la houppe détermine l'es-qualité doctorale).

Le port de la soutane à Paris avait été imposée en 1853, par Mgr Sibour. C'est le Pape Jean XXIII qui a autorisé les prêtres à ne plus porter la soutane et les accessoires vestimentaires qui vont avec. Aujourd'hui, le droit canonique demande de porter un habit ecclésiastique convenable conforme aux règles et coutumes locales.



Les habits liturgiques.
La paramentique (du latin parare, préparer, apprêter) est l'ensemble des vêtements, coiffes, tentures, parements et ornements utilisés dans les liturgies religieuses.

La plupart des vêtements liturgiques ont leur origine dans le Bas Empire romain. Dans leur continuité, ils constituent un formidable raccourci entre les Chrétiens des premiers siècles et l'Eglise contemporaine.

Lors des cérémonies, le clergé revêt une aube blanche. Elle trouve son origine dans la tunique à longs pans que portaient les romains.réservée à ceux qui occupaient une charge publique.

L'étole qui se porte autour du coup ou en sautoir pour les diacres. Son origine rappelle la bande pourpre bordant la toge « prétexte » des consuls de Rome, signe de leur autorité. Dans sa forme primitive, c'était une longue robe, garnie de deux bandes verticales (clavi). La robe a été supprimée, et il n'est resté que les bandes qui forment l'étole actuelle.

Chasuble "violon" avec étole, manipule, bourse et voile de caliceLa chasuble se porte pour célébrer la messe. Constituée d'un grand tissu ovale, elle est munie d'un trou central pour passer la tête; son nom latin signifie « petite maison » (casula). Sa forme a varié au cours des siècles (la version « baroque » encore en usage dans le rite tridentin est appelée familièrement « boîte à violon » du fait de sa forme resserrée au niveau de la poitrine ! Voir photo ci-contre).
La forme ovale actuelle est très proche de la forme d'origine qui était ronde.

Les diacres portent la « dalmatique » (voir photo ci-dessous) et les sous-diacres la « tunique » qui sont des variantes simplifiées de la chasuble, mais de forme plus carrée (le sous-diconat a été supprimé en 1972 dans l'église latine).

Chappe ou pluvialEn dehors des messes ou lors des processions, le prêtre peut revêtir la « chape » (ou « pluvial »), grande cape de cérémonie agrafée par-devant et souvent richement brodée.....

Avatar de l’utilisateur
Héraclius
Consul
Consul
Messages : 3228
Inscription : lun. 30 sept. 2013, 19:48
Conviction : Catholique

Re: Porter l'habit...Ou pas....

Message non lupar Héraclius » mer. 02 nov. 2016, 12:17

Merci François.

A noter d'ailleurs que la soutane est effectivement toujours le vêtement de choeur canonique, et que tout prêtre doit la porter dans un cadre liturgique.

Combien le font ?
''Christus Iesus, cum in forma Dei esset, non rapínam arbitrátus est esse se æquálem Deo, sed semetípsum exinanívit formam servi accípiens, in similitúdinem hóminum factus ; et hábitu invéntus ut homo, humiliávit semetípsum factus oboediens usque ad mortem, mortem autem crucis. Propter quod et Deus illum exaltávit et donávit illi nomen, quod est super omne nomen, ut in nómine Iesu omne genu flectátur cæléstium et terréstrium et infernórum.'' (Epître de Saint Paul aux Philippiens, 2, 7-10)

François2.0
Barbarus
Barbarus

Re: Porter l'habit...Ou pas....

Message non lupar François2.0 » mer. 02 nov. 2016, 12:38

Merci François.

A noter d'ailleurs que la soutane est effectivement toujours le vêtement de choeur canonique, et que tout prêtre doit la porter dans un cadre liturgique.

Combien le font ?
De par mon expérience personnelle, très peu (je n'en ai vu aucun), je n'ai vu qu'aubes et chasubles. Il y'a tellement de sujets qui vont en ce sens, comme l'opposition de la CEF à la réforme du Missel par exemple....

"A quoi servent les règles et les lois sinon à être transgressées...."

saperlipopette
Quæstor
Quæstor
Messages : 228
Inscription : dim. 29 mai 2016, 18:30
Conviction : catholique

Re: Porter l'habit...Ou pas....

Message non lupar saperlipopette » mer. 02 nov. 2016, 14:48

Pour la petite anecdote, la soutane est un vêtement somme toute récent, qui ne s'est généralisé qu'au... 19ème siècle.
Ok. Mille excuses.
Ad Majorem Dei Gloriam

Avatar de l’utilisateur
Héraclius
Consul
Consul
Messages : 3228
Inscription : lun. 30 sept. 2013, 19:48
Conviction : Catholique

Re: Porter l'habit...Ou pas....

Message non lupar Héraclius » mer. 02 nov. 2016, 15:58

Franchement, votre crime est impardonnable. Ne pas savoir qu'on portait peu la soutane en dehors de l'église avant le 19ème, c'est au minimum 10 ans de purgatoire.

Faut pas vous excuser. :p
''Christus Iesus, cum in forma Dei esset, non rapínam arbitrátus est esse se æquálem Deo, sed semetípsum exinanívit formam servi accípiens, in similitúdinem hóminum factus ; et hábitu invéntus ut homo, humiliávit semetípsum factus oboediens usque ad mortem, mortem autem crucis. Propter quod et Deus illum exaltávit et donávit illi nomen, quod est super omne nomen, ut in nómine Iesu omne genu flectátur cæléstium et terréstrium et infernórum.'' (Epître de Saint Paul aux Philippiens, 2, 7-10)

saperlipopette
Quæstor
Quæstor
Messages : 228
Inscription : dim. 29 mai 2016, 18:30
Conviction : catholique

Re: Porter l'habit...Ou pas....

Message non lupar saperlipopette » sam. 05 nov. 2016, 20:35

Message par Héraclius » mer. 02 nov. 2016, 14:58
Franchement, votre crime est impardonnable. Ne pas savoir qu'on portait peu la soutane en dehors de l'église avant le 19ème, c'est au minimum 10 ans de purgatoire.

Faut pas vous excuser.
Oh mince alors! Avec sursis? :pape:
Ad Majorem Dei Gloriam


Revenir vers « Paramentique, arts, décorations »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité