Missel de 1962 dans les monastères bénédictins

Avatar de l’utilisateur
AdoramusTe
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2553
Inscription : sam. 23 févr. 2008, 17:40
Conviction : Catholique romain

Missel de 1962 dans les monastères bénédictins

Message non lupar AdoramusTe » mar. 04 mai 2010, 11:25

Voici un document intéressant de Mgr Pell définissant le cadre des modifications autorisées au missel de 1962 dans les messes conventuelles des monastères bénédictins (Le Barroux, Congrégation de Fontgombault-Solesmes).

Il ne s'agit donc pas du missel de 1965 comme on pouvait le penser au premier abord.
Perlbarr.gif
Perlbarr.gif (9.49 Kio) Consulté 869 fois
Traduction
La messe conventuelle chantée est régie par les règles suivantes :

1 - Quand la messe conventuelle fait suite à quelque partie de l'office divin, elle commence par l'introit, étant omises les prières au bas de l'autel.
2 - La liturgie de la parole est célébrée au siège.
3 - Les lectures sont proférées en direction de l'assemblée, soit en latin soit en langue vulgaire. Le célébrant ne double ni les lectures, ni le chant du choeur, ni celui du peuple.
4 - A l'emplacement prévu, c'est à dire après l'"Oremus" qui précède l'offertoire, on peut ajouter les prières universelles, telles qu'elles sont données dans les livres liturgiques, ou d'autres formules régulièrement approuvés.
5 - L'oraison sur les oblats (NDT : la secrète) est chantée.
6 - Au moment où il élève l'hostie sur le calice, la doxologie "Per ipsum" est chantée jusqu'à la fin par le prêtre célébrant, et le choeur répond "Amen".
7 - Le Pater noster est chanté par tous avec le célébrant.
8 - La bénédiction finale est chantée et l'on omet la lecture du commencement de l'évangile selon Saint-Jean.
Ignoratio enim Scripturarum ignoratio Christi est

Avatar de l’utilisateur
Laurent L.
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1604
Inscription : lun. 25 mai 2009, 13:18

Re: Missel de 1962 dans les monastères bénédictins

Message non lupar Laurent L. » mar. 04 mai 2010, 22:46

Merci, Adoramus Te !

Est-ce une amorce de "Réforme de la Réforme" ?

J'ai, dans mon missel Tardy des années 1960, un fascicule annexe intitulé "Modifications apportées à l'ordinaire de la Messe après la Constitution du 2e Concile du Vatican sur la Liturgie" et c'est mot pour mot cela ! :D

Avatar de l’utilisateur
AdoramusTe
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2553
Inscription : sam. 23 févr. 2008, 17:40
Conviction : Catholique romain

Re: Missel de 1962 dans les monastères bénédictins

Message non lupar AdoramusTe » mer. 05 mai 2010, 13:33

Merci, Adoramus Te !

Est-ce une amorce de "Réforme de la Réforme" ?
C'est bien possible. Mais cela ne se limite qu'aux monastères pour le moment.
Pourtant, ça a l'air plutôt raisonnable.
Ignoratio enim Scripturarum ignoratio Christi est

Avatar de l’utilisateur
archi
Prætor
Prætor
Messages : 1629
Inscription : jeu. 22 mai 2008, 14:57

Re: Missel de 1962 dans les monastères bénédictins

Message non lupar archi » mer. 05 mai 2010, 20:17

Merci, Adoramus Te !

Est-ce une amorce de "Réforme de la Réforme" ?
C'est bien possible. Mais cela ne se limite qu'aux monastères pour le moment.
Pourtant, ça a l'air plutôt raisonnable.
Je crois que ce document n'est pas neuf et fait suite aux pratiques de ces monastères depuis quelques années déjà.

Je n'ai pas l'impression que la tendance actuelle soit de modifier de nouveau le missel de 1962, même si des variantes (souvent inspirées du missel de 1965) ont pu être autorisées ici et là, comme dans le cas présent. Par exemple, il y a quelques années, les textes venant de la Commission Ecclesia Dei étaient plutôt favorables au mélange du missel de 1962 et du lectionnaire actuel. Les dernières instructions, au contraire, demandent de maintenir strictement le lectionnaire de 1962 pour la FERM.

L'idée actuelle, me semble-t-il, c'est plutôt que les prêtres redécouvrent la Tradition liturgique romaine, la "pratique léguée", via la pratique de la Forme Extraordinaire (en laissant celle-ci telle quelle, comme point de référence stable), et améliorent de ce fait les célébrations selon la Forme Ordinaire (et que les fidèles s'y habituent de la même façon).

Evidemment, je ne lis pas dans les pensées de Benoît XVI et des membres de la Commission Ecclesia Dei, donc peut-être qu'ils vont s'empresser dès demain de me contredire :-D .

In Xto,
archi.
Nous qui dans ce mystère, représentons les chérubins,
Et chantons l'hymne trois fois sainte à la vivifiante Trinité.
Déposons maintenant tous les soucis de ce monde.

Pour recevoir le Roi de toutes choses, Invisiblement escorté des choeurs angéliques.
Alléluia, alléluia, alléluia.

Avatar de l’utilisateur
AdoramusTe
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2553
Inscription : sam. 23 févr. 2008, 17:40
Conviction : Catholique romain

Re: Missel de 1962 dans les monastères bénédictins

Message non lupar AdoramusTe » jeu. 06 mai 2010, 11:01


Evidemment, je ne lis pas dans les pensées de Benoît XVI et des membres de la Commission Ecclesia Dei, donc peut-être qu'ils vont s'empresser dès demain de me contredire :-D .
En même temps, il est question d'enrichissement mutuel donc ce n'est pas forcément la fixité qui est prônée.
Ignoratio enim Scripturarum ignoratio Christi est

Saint-Georges
Barbarus
Barbarus

Re: Missel de 1962 dans les monastères bénédictins

Message non lupar Saint-Georges » mar. 08 nov. 2016, 12:47

Bonjour,

Je découvre tardivement ce fil au cours d'une recherche.
Je voulais signaler que, dans ma (quasi-)paroisse, la plupart de ces dispositions sont en vigueur, excepté :

- les prières au bas de l'autel et le dernier évangile sont maintenus (sauf quand les rubriques les suppriment)
- si une lecture est chantée en latin lors d'une grande fête (chose rare), elle est quand même doublée en français
- il n'y a jamais eu, à ma connaissance, de prière universelle après l'Oremus de l'offertoire

Par ailleurs, il me vient à l'esprit d'autres adaptations que j'ai pu remarquer :

- le fait de ne pas doubler les chants est plus étendu, par exemple le prêtre attend la fin du Sanctus pour commencer le Canon
- la lecture en français de larges parties du rituel (Baptêmes, bénédiction des Rameaux, des cierges à la Chandeleur, etc.)
- la suppression du Confiteor avant la communion, évidemment
- j'en oublie sans doute

Aux messes lues (dialoguées), les changements sont nettement moins visibles, forcément.

Quant à mon avis sur ces modifications pastorales, je les trouve parfaitement inutiles (en plus d'être non traditionnelles, quoi qu'on en dise), étant donné que les fidèles traditionalistes sont en général bien au courant des rites, auxquels ils assistent par choix, et qu'ils suivent sur leurs missels, et n'ont par conséquent nullement besoin de "gestes" pastoraux à leur attention pour les "aider" à mieux participer ou comprendre.

Enfin, pour ce que j'en dis...

Paix à tous !


Revenir vers « La forme extraordinaire du rite romain »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité