Séquences pour l'Annonciation

Avatar de l’utilisateur
VexillumRegis
Senator
Senator
Messages : 988
Inscription : ven. 21 mai 2004, 22:32
Localisation : Provence

Séquences pour l'Annonciation

Message non lupar VexillumRegis » jeu. 23 mars 2017, 19:42

Séquence pour l'Annonciation
(Anonyme, XIIème siècle ?)

Image

Fra Angelico, Annonciation, Cortone, 1432-1433

***

Missus Gabriel de cœlis,
Verbi bajulus fidelis,
Sacris disserit loquelis
Cum beata virgine ;
Verbum bonum et suave
Pandit intus in conclave,
Et ex Eva format Ave,
Evae verso nomine.

Metum pellit, dat solamen :
« Nam per sacrum,» inquit « flamen
« Et virtutis obumbramen
« Deo gravideris.»
- « Mater fiam, » inquit illa,
« Cujus vera sum ancilla ;
« Salva tamen sint sigilla
« Pudoris, ut loqueris. »

Consequenter, juxta pactum,
Adest Verbum caro factum :
Semper tamen est intactum
Puellare gremium ;
Parem pariens ignorat,
Et quam homo non deflorat,
Non torquetur, nec laborat
Quando parit filium.

Signum audi novitatis,
Crede solum, et est satis :
Non est tuae facultatis
Solvere corrigiam.
Grande signum et insigne
Est in rubo et in igne,
Ne appropiet indigne
Calceatus quispiam.

Virga sicca sine rore,
Novo ritu, novo more
Fructum protulit cum flore :
Sic et Virgo peperit.
Benedictus talis fructus,
Fructus gaudii, non luctus !
Non erit Adam seductus
Si de hoc gustaverit.

Jesus noster, Jesus bonus,
Piae matris pium onus,
Cujus est in cœlo thronus,
Paritur in stabulo.
Qui sic est pro nobis natus
Nostros deleat reatus:
Quia noster incolatus
Hic est in periculo.


***

Envoyé des cieux, Gabriel,
Du Verbe le héraut fidèle,
Engage un colloque sacré
Avec la Vierge consacrée.
De ses propos bons et suaves
La demeure est bientôt remplie,
Et ses lèvres forment
Ave
En inversant l'
Eva maudit.

La peur s'en va, la paix se trouve
Par ce mot ! - « Tu vas enfanter
Un fruit divin si te recouvrent
L'Esprit Saint et la Majesté
De Dieu.», dit l'ange - «Ainsi soit-il,
Répond Marie, que je sois mère
De Celui qu'humblement je sers,
Mais que soit sauf le sceau fragile.»

Ainsi, suivant l'accord scellé,
Voici que se fait chair le Verbe,
Sans que Marie jamais ne perde
L'éclat d'un sein immaculé.
Celle que nul homme n'effleure
Elle enfante, ignorant tout vice,
Et c'est sans peine et sans labeur
Qu'elle engendre pour nous un Fils.

Entends : c'est un signe inédit ;
Crois seulement, c'est bien assez :
Aucun esprit ne peut percer
Ce qui pourtant était prédit.
C'est un signe grand et insigne,
C'est le nouveau buisson ardent :
Que nul s'il est jugé indigne
N'approche un mystère si grand.

Le rameau sec qui, sans rosée,
Produit un fruit avec la fleur
- Signe inouï - , symbolisait
La Vierge enfantant le Sauveur.
Béni soit-il, ce fruit si doux !
Fruit de joie, et non d'affliction ;
En eût-il éprouvé le goût,
Adam n'eût subi l'expulsion.

Notre Jésus, Jésus clément,
Tendre faix d'une tendre mère,
Si ton trône est au firmament,
C'est une auge que l'astre éclaire.
C'est pour nous que tu te rabaisses :
Tu nais pour effacer nos crimes,
Pour éviter que nos faiblesses
Ne nous mènent tous à l'abîme
.
Dernière édition par VexillumRegis le ven. 06 avr. 2018, 16:28, édité 1 fois.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8280
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Séquence pour l'Annonciation

Message non lupar Cinci » jeu. 23 mars 2017, 23:18

Ave Maria,
Gratia plena
Dominus tecum
Benedicta tu in mulieribus
et benedictus fructus ventris tui
Jesu
Sancta Maria, mater Dei
ora pro nobis peccatoribus
nunc et in hora mortis nostrae
Amen!

Mac
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3992
Inscription : lun. 09 févr. 2009, 23:40
Localisation : la Réunion

Re: Séquence pour l'Annonciation

Message non lupar Mac » dim. 26 mars 2017, 18:02

Mais que soit sauf le sceau fragile.
Que signifie ce verset?

Merci.

Fraternellement :coeur:

Avatar de l’utilisateur
VexillumRegis
Senator
Senator
Messages : 988
Inscription : ven. 21 mai 2004, 22:32
Localisation : Provence

Re: Séquence pour l'Annonciation

Message non lupar VexillumRegis » lun. 27 mars 2017, 8:16

Sigilla pudoris = sceaux de la pudeur = hymen.

;)

Avatar de l’utilisateur
VexillumRegis
Senator
Senator
Messages : 988
Inscription : ven. 21 mai 2004, 22:32
Localisation : Provence

Re: Séquences pour l'Annonciation

Message non lupar VexillumRegis » ven. 06 avr. 2018, 16:40

Séquence pour l'Annonciation
(Anonyme, XIe s.)

Image
Nicolas Froment, Triptyque du Buisson Ardent,
panneau central, 1475-76


***

Verbum bonum et suave
Personemus, illud Ave,
Per quod Christi fit conclave
Virgo, mater, filia.

Per quod Ave salutata
Mox concepit fecundata
Virgo, David stirpe nata,
Inter spinas lilia.

Ave, veri Salomonis
Mater, vellus Gedeonis,
Cuius magi tribus donis
Laudant puerperium ;

Ave, Solem genuisti,
Ave, Prolem protulisti,
Mundo lapso contulisti
Vitam et imperium.

Ave, mater Verbi summi
Maris portus, signum dumi,
Aromatum virga fumi,
Angelorum domina.

Supplicamus, nos emenda,
Emendatos nos commenda
Tuo nato ad habenda
Sempiterna gaudia.


***

Ce mot bon, ce mot qui tant brille,
Proclamons-le, ce doux «salut»,
Par lequel Marie, mère et fille
Devint du Christ le temple élu.

Dès qu'elle entend ce mot splendide,
Elle est remplie de vie divine,
La Vierge issue du roi David,
Lis très pur parmi les épines.

Du vrai Salomon tendre mère,
Salut, toison de Gédéon,
Toi dont les Mages célébrèrent
L'enfantement par leurs trois dons.

Salut, toi qui offrit ton Fils,
Toi par qui le Soleil put luire,
Au monde entraîné à l'abysse
Tu donnas la vie et l'empire.

Salut, mère du Verbe immense,
Signe du buisson, port de mer,
Nuée d'odorantes essences,
Aux cieux les anges te révèrent.

Mère, obtiens-nous la pureté,
Et purs daigne nous présenter
À ton Fils pour que dans le ciel
Nous goûtions aux joies éternelles.

Avatar de l’utilisateur
VexillumRegis
Senator
Senator
Messages : 988
Inscription : ven. 21 mai 2004, 22:32
Localisation : Provence

Re: Séquences pour l'Annonciation

Message non lupar VexillumRegis » sam. 07 avr. 2018, 15:57

Commentaire


V. 8 : Lis très pur parmi les épines (Inter spinas lilia) - Référence à Ct II, 2 : Sicut lilium inter spinas, sic amica mea inter filias (Vulg.)/Tel qu'est le lis entre les épines, telle est ma bien-aimée entre mes filles (Lemaître de Sacy). On remarquera que le lis, symbole de pureté et donc de la conception virginale, est représenté de manière extrêmement fréquente dans les représentations picturales de l'Annonciation, soit tenu en main par l'ange Gabriel, soit disposé dans un vase, lequel est souvent en verre transparent (autre symbole de la conception virginale : comme les rayons solaires traversent le verre sans l'affecter, de même l'Esprit Saint féconde la Vierge Marie sans qu'elle perde sa virginité).

V. 10 : Toison de Gédéon (vellus Gedeonis) – Référence à Juges VI, 36-40 : Gédéon dit à Dieu : « Si vous voulez sauver Israël par ma main, comme vous l'avez dit, voici, je mettrai une toison de laine sur l'aire : si la toison seule se couvre de rosée, et que tout le sol alentour reste sec, je connaîtrai que vous délivrerez Israël par ma main, comme vous l'avez dit. » Et il arriva ainsi. Le jour suivant, s'étant levé de bon matin, il pressa la toison, et en fit sortir la rosée, plein une coupe d'eau. Gédéon dit à Dieu : « Que votre colère ne s'enflamme pas contre moi ; que je puisse encore parler une fois : je voudrais une fois encore seulement faire une épreuve avec la toison : que la toison seule reste sèche, et que la rosée tombe sur tout le sol alentour. » Et Dieu fit ainsi cette nuit-là : la toison seule resta sèche, et tout le sol se couvrit de rosée (Trad. Crampon). Cf. aussi Ps LXXI, 6 : Descendet sicut pluvia in vellus (Vulg.)/Il descendra comme la pluie sur une toison (Lemaître de Sacy) – Cet épisode fut, à l'époque romane, interprété comme une figure, un type prophétique de la conception virginale de la Vierge. Voici par exemple ce qu'en dit Honorius d'Autun († c. 1154) dans son Speculum Ecclesiæ (PL 172, 904 B-C) : « La toison humectée de rosée représente la Vierge sacrée fécondée par l'Esprit. Le sol alentour resté sec signifie sa virginité intacte. Lorsque par la suite le sol est imprégné de rosée, cela représente l'Église fécondée par les dons du Saint-Esprit. […] Quand la toison, au contraire, reste sèche, elle représente la Synagogue stérile fermée aux dons spirituels. » Cette exégèse mariale se retrouve dans la liturgie, dans l'antienne Quando natus es des vêpres de l'Octave de la Nativité (Solennité de Sainte Marie Mère de Dieu dans la forme ordinaire).

1.Image2.Image3.Image4.Image

V. 18 : Signe du buisson (signum dumi) – Référence à l'épisode célèbre de Moïse et du buisson ardent (Ex III, 1-20). Voici comment Honorius d'Autun interprète cet épisode dans son Speculum Ecclesiæ (PL172, 904 A-B) : « Cela [l'épisode du Buisson ardent] préfigurait la Vierge que le feu de l'Esprit Saint illumina pour qu'elle conçoive, sans que la flamme de la concupiscence ne lui porte atteinte. » La séquence publiée l'année dernière faisait déjà référence à l'interprétation mariale du Buisson ardent (Strophe 4 : Grande signum et insigne/Est in rubo et in igne). Le panneau central du Triptyque du Buisson ardent (1475-76) de Nicolas Froment (c. 1430/35-1486), actuellement à la cathédrale Saint-Sauveur d'Aix-en-Provence (fig. 1), en est une illustration remarquable et unique, en ce sens qu'elle est, à ma connaissance, la seule qui ne se contente pas de mettre en rapport le type (buisson ardent) et l'anti-type (conception virginale) par deux images parallèles, mais qui les imbrique étroitement dans une même image complexe, en une vision quasiment fantasmagorique. Le sens en est clairement indiqué par l'inscription latine qui figure sur le cadre, en dessous du tableau, pour expliciter le message : « Rubrum quem viderat Moises incombustum conservatam agnovimus tuam laudabilem virginitatem sancta Dei genetrix/Dans le buisson incombustible que Moïse avait vu, nous avons reconnu ta glorieuse virginité, sainte mère de Dieu. » Ce texte n'est rien d'autre que celui d'une autre antienne des vêpres de l'Octave de la Nativité. Le Buisson ardent, où trône la Vierge à l'Enfant, est donc à la fois un symbole de la Nativité (la théophanie en elle-même qui se dévoile à Moïse) et de la Virginité perpétuelle de Marie (le buisson qui reste intact au milieu des flammes). La partie basse du panneau central est à mettre en relation avec l'épisode de l'Annonciation, puisque la configuration formelle de l'apparition de l'ange à Moïse fait clairement référence au type classique de la représentation de l'annonce faite à Marie que représente en grisaille le retable une fois fermé (fig. 2). L'ange annonciateur porte d'ailleurs un médaillon qui représente la tentation d'Adam et Eve au jardin d'Eden, en référence au rôle de Marie comme nouvelle Eve qui, par son humble fiat répara en quelque sorte la chute d'Eve (fig. 3).

5.Image6.Image7.Image8.Image

Cette exégèse typologique des épisodes de la Toison de Gédéon et du Buisson ardent, développée au XIIe s. (fig. 4, 5 & 6), fut popularisée à la fin du Moyen-Âge par les différentes éditions, latines et en langues vulgaires, des Biblia pauperum (fig. 7) et du Speculum Humanæ Salvationis (fig. 8). Au début du XVI s., on la retrouve encore dans certains tableaux (fig 9.) et dans certaines tapisseries (fig. 10). La Contre-Réforme lui portera un coup mortel.

9.Image10.Image

V. 19 : Nuée d'odorantes essences (Aromatum virga fumi) – Référence à Cant., III, 6 : Quæ est ista quæ ascendit per desertum sicut virgula fumi ex aromatibus myrrhæ, et thuris, et universi pulveris pigmentarii ? (Vulg.)/ « Qui est celle-ci qui s'élève du désert, comme une fumée qui monte des parfums de myrrhe, d'encens, et de toutes sortes de poudres de senteur ? » (Lemaistre de Sacy). Le Bienheureux Gilbert de Hoyland († 1172), continuateur de saint Bernard, a interprété ce verset dans un sens marial : «C'est un délicieux désert enfin que le sein d'une vierge. Tel était celui de la bienheureuse et incomparable Vierge, que jamais ne ternit nul mouvement impur, que jamais n'altéra une affection moins droite. Sa chair fut comme une terre déserte, et sans passage et sans eaux, c'est là que le Christ apparut. Elle n'est pas entièrement un désert, la chair qui enfanta le Christ, elle est arrosée, mais par les influences des vertus.» (Sermons sur le Cantique des cantiques, XV, 3). On trouve une interprétation mariale semblable dans le Commentaire sur le Cantique des Cantiques de Rupert de Deutz († 1129) (PL 168, 377 A). On la retrouve dans le Répons «Vidi speciosam sicut columbam» qui suit la 1ère lecture du 1er nocturne des Matines en la fête de l'Assomption.

Avatar de l’utilisateur
Socrate d'Aquin
Quæstor
Quæstor
Messages : 392
Inscription : mar. 27 déc. 2016, 21:00
Conviction : Catholique romain, "philosophe"
Localisation : Paris
Contact :

Re: Séquences pour l'Annonciation

Message non lupar Socrate d'Aquin » ven. 31 août 2018, 11:49

Une autre séquence pour l'Annonciation (à partir de 22:50 pour l'Alléluia, suivi de la séquence).



Le verset alléluiatique est ici chanté en français.
La séquence est une composition nouvelle de François Gineste (chef de chœur des "Chantres de Saint-Chrodegang" qui se spécialisent dans l'adaptation et l'interprétation des répertoires russes et grégoriens en français).

Il s'agit d'un exemple assez réussi de "chant grégorien en langue française".
Dernière édition par Socrate d'Aquin le ven. 31 août 2018, 16:57, édité 1 fois.
Sicut enim maius est illuminare quam lucere solum, ita maius est contemplata aliis tradere quam solum contemplari.
(S. Thomas d'Aquin, Somme de théologie, IIa IIae, q.188, a.6, r.)

Avatar de l’utilisateur
AdoramusTe
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2849
Inscription : sam. 23 févr. 2008, 17:40
Conviction : Catholique romain

Re: Séquences pour l'Annonciation

Message non lupar AdoramusTe » ven. 31 août 2018, 12:56

Il s'agit d'un exemple assez réussi de "chant grégorien en langue française".
Ils pourraient très bien chanter la version originale dans leurs églises.
Ignoratio enim Scripturarum ignoratio Christi est

Avatar de l’utilisateur
Socrate d'Aquin
Quæstor
Quæstor
Messages : 392
Inscription : mar. 27 déc. 2016, 21:00
Conviction : Catholique romain, "philosophe"
Localisation : Paris
Contact :

Re: Séquences pour l'Annonciation

Message non lupar Socrate d'Aquin » ven. 31 août 2018, 16:54

Il s'agit d'un exemple assez réussi de "chant grégorien en langue française".
Ils pourraient très bien chanter la version originale dans leurs églises.
Qui sont "Ils" ?
Par ailleurs, gardez à l'esprit que la séquence est (à ma connaissance) une composition nouvelle, sa langue originale est donc... le français.
Sicut enim maius est illuminare quam lucere solum, ita maius est contemplata aliis tradere quam solum contemplari.
(S. Thomas d'Aquin, Somme de théologie, IIa IIae, q.188, a.6, r.)

Avatar de l’utilisateur
AdoramusTe
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2849
Inscription : sam. 23 févr. 2008, 17:40
Conviction : Catholique romain

Re: Séquences pour l'Annonciation

Message non lupar AdoramusTe » ven. 31 août 2018, 20:38

Qui sont "Ils" ?
Les chantres de votre vidéo ;)
Par ailleurs, gardez à l'esprit que la séquence est (à ma connaissance) une composition nouvelle, sa langue originale est donc... le français.
Apparemment, le texte est donné en latin puis traduit en français.
Ignoratio enim Scripturarum ignoratio Christi est

Avatar de l’utilisateur
Socrate d'Aquin
Quæstor
Quæstor
Messages : 392
Inscription : mar. 27 déc. 2016, 21:00
Conviction : Catholique romain, "philosophe"
Localisation : Paris
Contact :

Re: Séquences pour l'Annonciation

Message non lupar Socrate d'Aquin » sam. 01 sept. 2018, 16:54

Qui sont "Ils" ?
Les chantres de votre vidéo ;)
Par ailleurs, gardez à l'esprit que la séquence est (à ma connaissance) une composition nouvelle, sa langue originale est donc... le français.
Apparemment, le texte est donné en latin puis traduit en français.
Pas pour la séquence, qui me semble être une composition nouvelle (quoique la piètre qualité de l'enregistrement empêche de comprendre toutes les paroles du chant).
Sicut enim maius est illuminare quam lucere solum, ita maius est contemplata aliis tradere quam solum contemplari.
(S. Thomas d'Aquin, Somme de théologie, IIa IIae, q.188, a.6, r.)

Avatar de l’utilisateur
AdoramusTe
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2849
Inscription : sam. 23 févr. 2008, 17:40
Conviction : Catholique romain

Re: Séquences pour l'Annonciation

Message non lupar AdoramusTe » sam. 01 sept. 2018, 16:56

Pas pour la séquence, qui me semble être une composition nouvelle (quoique la piètre qualité de l'enregistrement empêche de comprendre toutes les paroles du chant).
Pardon mais je remonte le fil et vois : Anonyme XIè siècle avec un texte en latin. Vous voyez la même chose que moi ?
Ignoratio enim Scripturarum ignoratio Christi est

Avatar de l’utilisateur
Socrate d'Aquin
Quæstor
Quæstor
Messages : 392
Inscription : mar. 27 déc. 2016, 21:00
Conviction : Catholique romain, "philosophe"
Localisation : Paris
Contact :

Re: Séquences pour l'Annonciation

Message non lupar Socrate d'Aquin » sam. 01 sept. 2018, 17:05

Pas pour la séquence, qui me semble être une composition nouvelle (quoique la piètre qualité de l'enregistrement empêche de comprendre toutes les paroles du chant).
Pardon mais je remonte le fil et vois : Anonyme XIè siècle avec un texte en latin. Vous voyez la même chose que moi ?
Oui, je vois la même chose que vous ; rassurez-vous donc, vous n'êtes pas malvoyant. :-D
Vous pensez donc que la séquence de M. Gineste est la traduction de l'une de celle que nous pouvons voir plus haut ?
Sicut enim maius est illuminare quam lucere solum, ita maius est contemplata aliis tradere quam solum contemplari.
(S. Thomas d'Aquin, Somme de théologie, IIa IIae, q.188, a.6, r.)

Avatar de l’utilisateur
AdoramusTe
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2849
Inscription : sam. 23 févr. 2008, 17:40
Conviction : Catholique romain

Re: Séquences pour l'Annonciation

Message non lupar AdoramusTe » sam. 01 sept. 2018, 17:08

Vous pensez donc que la séquence de M. Gineste est la traduction de l'une de celle que nous pouvons voir plus haut ?
Pardon, je vous ai mal compris. :p
Ignoratio enim Scripturarum ignoratio Christi est

Avatar de l’utilisateur
Socrate d'Aquin
Quæstor
Quæstor
Messages : 392
Inscription : mar. 27 déc. 2016, 21:00
Conviction : Catholique romain, "philosophe"
Localisation : Paris
Contact :

Re: Séquences pour l'Annonciation

Message non lupar Socrate d'Aquin » sam. 01 sept. 2018, 17:11

Vous pensez donc que la séquence de M. Gineste est la traduction de l'une de celle que nous pouvons voir plus haut ?
Pardon, je vous ai mal compris. :p
Ego te absolvo :p
Reste à savoir s'il est légitime de "farcir" ainsi la liturgie de l'Annonciation. Cela me parait aller à l'encontre de cette caractéristique fondamentale de la liturgie romaine : sa perpétuelle référence à la Bible.
Sicut enim maius est illuminare quam lucere solum, ita maius est contemplata aliis tradere quam solum contemplari.
(S. Thomas d'Aquin, Somme de théologie, IIa IIae, q.188, a.6, r.)


Revenir vers « La liturgie et le temps »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit