Solennité de la Toussaint

Avatar de l’utilisateur
VexillumRegis
Senator
Senator
Messages : 946
Inscription : ven. 21 mai 2004, 22:32
Localisation : Provence

Solennité de la Toussaint

Message non lupar VexillumRegis » mer. 01 nov. 2006, 10:10

Image
Jean Fouquet, La Trinité et tous les saints.
Introït (Ps. 32)
Gaudeámus omnes in Dómino, diem festum celebrántes sub honóre Sanctórum ómnium, de quorum sollemnitáte gaudent Angeli, et colláudant Fílium Dei. V/ Exultate, justi, in Domino : rectos decet collaudatio.
Réjouissons-nous tous dans le Seigneur en célébrant ce jour de fête en l'honneur de tous les saints ; les anges s'en réjouissent et louent le Fils de Dieu. V/ Justes, réjouissez-vous dans le Seigneur ; c'est aux coeurs droits que sied la louange.

Collecte
Omnípotens sempitérne Deus, qui nos ómnium Sanctórum tuórum mérita sub una tribuísti celebritáte venerári, quǽsumus, ut desiderátam nobis tuæ propitiatiónis abundántiam, multiplicátis intercessóribus, largiáris.
Dieu éternel et tout-puissant, qui nous faites honorer dans une même solennité, les mérites de tous vos saints : veuillez, à la prière de si nombreux intercesseurs, répandre sur nous l'abondance tant désirée de vos miséricordes.

Lectures

Première lecture : Ap 7, 2...14
Moi, Jean, j'ai vu un ange qui montait du côté où le soleil se lève avec le sceau qui imprime la marque du Dieu vivant ; d'une voix forte il cria aux quatre anges qui avaient reçu le pouvoir de dévaster la terre et la mer : « Ne dévastez pas la terre, ni la mer, ni les arbres, avant que nous ayons marqué du sceau le front des serviteurs de notre Dieu. » Et j'entendis le nombre de ceux qui étaient marqués du sceau : ils étaient cent quarante-quatre mille, douze mille de chacune des douze tribus d'Israël.

Après cela, j'ai vu une foule immense, que nul ne pouvait dénombrer, une foule de toutes nations, races, peuples et langues. Ils se tenaient debout devant le Trône et devant l'Agneau, en vêtements blancs, avec des palmes à la main. Et ils proclamaient d'une voix forte : « Le salut est donné par notre Dieu, lui qui siège sur le Trône, et par l'Agneau ! » Tous les anges qui se tenaient en cercle autour du Trône, autour des Anciens et des quatre Vivants, se prosternèrent devant le Trône, la face contre terre, pour adorer Dieu. Et ils disaient : « Amen ! Louange, gloire, sagesse et action de grâce, honneur, puissance et force à notre Dieu, pour les siècles des siècles ! Amen ! »

L'un des Anciens prit alors la parole et me dit : « Tous ces gens vêtus de blanc, qui sont-ils, et d'où viennent-ils ? » Je lui répondis : « C'est toi qui le sais, mon Seigneur. » Il reprit : « Ils viennent de la grande épreuve ; ils ont lavé leurs vêtements, ils les ont purifiés dans le sang de l'Agneau. »

Psaume responsorial (Ps 23)

R/ Voici le peuple immense de ceux qui t'ont cherché.

Au Seigneur, le monde et sa richesse,
la terre et tous ses habitants !
C'est lui qui l'a fondée sur les mers
et la garde inébranlable sur les flots.

Qui peut gravir la montagne du Seigneur
et se tenir dans le lieu saint ?
L'homme au cœur pur, aux mains innocentes,
qui ne livre pas son âme aux idoles.

Il obtient, du Seigneur, la bénédiction,
et de Dieu, son Sauveur, la justice.
Voici le peuple de ceux qui le cherchent,
qui recherchent la face de Dieu !

Deuxième lecture : 1 Jn 3, 1-3
Mes bien-aimés, voyez comme il est grand, l'amour dont le Père nous a comblés : il a voulu que nous soyons appelés enfants de Dieu - et nous le sommes -. Voilà pourquoi le monde ne peut pas nous connaître : puisqu'il n'a pas découvert Dieu. Bien-aimés, dès maintenant, nous sommes enfants de Dieu, mais ce que nous serons ne paraît pas encore clairement. Nous le savons : lorsque le Fils de Dieu paraîtra, nous serons semblables à lui parce que nous le verrons tel qu'il est. Et tout homme qui fonde sur lui une telle espérance se rend pur comme lui-même est pur.

Evangile : Mt 5, 1-12
Quand Jésus vit toute la foule qui le suivait, il gravit la montagne. Il s'assit, et ses disciples s'approchèrent. Alors, ouvrant la bouche, il se mit à les instruire. Il disait :

« Heureux les pauvres de cœur : le Royaume des cieux est à eux ! Heureux les doux : ils obtiendront la terre promise ! Heureux ceux qui pleurent : ils seront consolés ! Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice : ils seront rassasiés ! Heureux les miséricordieux : ils obtiendront miséricorde ! Heureux les cœurs purs : ils verront Dieu ! Heureux les artisans de paix : ils seront appelés fils de Dieu ! Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice : le Royaume des cieux est à eux ! Heureux êtes-vous si l'on vous insulte, si l'on vous persécute et si l'on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi. Réjouissez-vous, soyez dans l'allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux ! »

Super oblata
Grata tibi sint, Dómine, múnera, quæ pro cunctórum offérimus honóre Sanctórum, et concéde, ut, quos iam crédimus de sua immortalitáte secúros, sentiámus de nostra salúte sollícitos. Per Christum.
Daigne accepter, Seigneur, l’offrande que nous t’offrons en l’honneur de tous les saints ; nous croyons qu’ils vivent désormais près de toi : accorde-nous de sentir aussi qu’ils interviennent pour notre salut.

Préface
Vere dignum et iustum est, æquum et salutáre, nos tibi semper et ubíque grátias ágere: Dómine, sancte Pater, omnípotens ætérne Deus:
Nobis enim hódie civitátem tuam tríbuis celebráre, quæ mater nostra est, cælestísque Ierúsalem, ubi iam te in ætérnum fratrum nostrórum coróna colláudat. Ad quam peregríni, per fidem accedéntes, alácriter festinámus, congaudéntes de Ecclésiæ sublímium glorificatióne membrórum, qua simul fragilitáti nostræ adiuménta et exémpla concédis.
Et ídeo, cum ipsórum Angelorúmque frequéntia, una te magnificámus, laudis voce clamántes:Sanctus, Sanctus, Sanctus Dóminus Deus Sábaoth...

Vraiment, il est juste et bon de te rendre gloire, de t’offrir notre action de grâce, toujours et en tout lieu, à toi, Père très saint, Dieu éternel et tout-puissant.
Car nous fêtons aujourd’hui la cité du ciel, notre mère la Jérusalem d’en haut ; c’est là que nos frères les saints, déjà rassemblés, chantent sans fin ta louange. Et nous qui marchons vers elle par le chemin de la foi, nous hâtons le pas, joyeux de savoir dans la lumière ces enfants de notre Eglise que tu nous donnes en exemple.
C’est pourquoi, avec cette foule immense que nul ne peut dénombrer, avec tous les anges du ciel, nous voulons te bénir en chantant : Saint....

Communion (Mt 5, 8-10)
Beáti mundo corde, quóniam ipsi Deum vidébunt ; beáti pacífici, quóniam fílii Dei vocabúntur ; beáti qui persecutiónem patiúntur propter iustítiam, quóniam ipsórum est regnum cælórum.
Heureux les coeurs purs, car ils verront Dieu ; heureux les pacifiques, car ils seront appelés fils de Dieu ; heureux ceux qui souffrent persécution pour la justice, car le royaume des cieux est à eux.

Postcommunion
Mirábilem te, Deus, et unum Sanctum in ómnibus Sanctis tuis adorántes, tuam grátiam implorámus, qua, sanctificatiónem in tui amóris plenitúdine consummántes, ex hac mensa peregrinántium ad cæléstis pátriæ convívium transeámus. Per Christum.
Dieu qui seul est saint, toi que nous admirons et adorons en célébrant la fête de tous les saints, nous implorons ta grâce : quand tu nous auras sanctifiés dans la plénitude de ton amour, fais-nous passer de cette table, où tu nous as reçus en pélerins, au banquet préparé dans ta maison.

Introït et Répons graduel
Fin du Répons, Alleluia et Chant d'offrande
Fin du chant d'offrande et Chant de communion

In Christo,

- VR -
Dernière édition par VexillumRegis le dim. 14 oct. 2007, 11:22, édité 5 fois.

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8547
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Message non lupar jean_droit » jeu. 02 nov. 2006, 14:20

Plaisanterie :
"Cachez moi, donc, ce latin que je ne saurai voir !"
........
Mardi soir messe à 18h30 à Saint Médard Paris 5ème.
A 90 % des gens âgés.
Malheureusement un peu sinistre : personne ne chante, personne ou presque ne répond.
Les gestes sont oubliés ou à peine esquissés.
Tristounet ....
Pauvre jeune choriste qui essayait de mettre un peu d'animation dans cette messe.
Utilisation de la première prière eucharistique.
........
Mercredi matin à Notre Dame messe "solennelle" retransmise sur A2 et sur KTO :
Gloria en latin, Credo en latin ...
Mais Salve Regina remplacé par le "Je vous salue" chanté.
J'ai l'impression que le fait que tous les célébrants se tournent vers le grand autel lors du Kyrie est une pratique nouvelle.
Utilisation de la deuxième prière eucharistique.
Un peu rapide : 1h05 : A2 oblige et messe suivante ....
........
Mercredi soir à Notre Dame à 18h30 messe retransmise par KTO après les vêpres où étaient présentées des étendards aux noms des saints.
Gloria, Credo, Salve Regina ... en latin.
Première prière eucharistique !
Durée : 1h15 !
........
Simplement pour dire que la liturgie s'améliore chaque jour à Notre Dame et à Paris d'une façon générale.
Le latin est de plus en plus employé même en dehors de la messe grégorienne du dimanche matin 10h.

Avatar de l’utilisateur
VexillumRegis
Senator
Senator
Messages : 946
Inscription : ven. 21 mai 2004, 22:32
Localisation : Provence

Message non lupar VexillumRegis » jeu. 02 nov. 2006, 19:04

Merci pour ce témoignage jean_droit.

- VR -

Avatar de l’utilisateur
VexillumRegis
Senator
Senator
Messages : 946
Inscription : ven. 21 mai 2004, 22:32
Localisation : Provence

Re: Solennité de la Toussaint

Message non lupar VexillumRegis » lun. 29 oct. 2007, 20:23

Vers en l'honneur de tous les Saints
(Conrad de Haimbourg, ? - 1360)

Image
GIUSTO de' Menabuoi (XIVème) - Vision du Paradis - Baptistère de la basilique Saint Antoine de Padoue

Ave, Trinus in personis, Unus in essentia,
Indivisus tu in donis cuncta creans entia ;
Iam virtutum diter donis ex tua presentia.

Salut, ô Triple par les personnes, Un par l’essence,
Toi l’indivisible qui par tes dons créa tous les êtres ;
Déjà tes dons m’ont enrichi des vertus de ta présence.


Ave, Christe, reparator protoplasti generis,
Iesu, Dei mediator et humani foederis,
Quaeso, mihi sis salvator ut electis ceteris.

Salut, ô Christ, restaurateur du genre humain,
Jésus, médiateur de l’alliance entre Dieu et l’homme ;
Je te demande d’être mon sauveur comme pour les autres élus.


Ave, Virgo singularis felix tu puerpera,
Universis dominaris, o regina, impera,
Ne me morsibus amaris Stygis laedat vipera.

Salut, Vierge singulière, heureuse accouchée,
Tu règnes sur l’univers, ô Reine, ordonne
Que la vipère du Styx ne me blesse point de ses cruelles morsures.


Ave, Chori angelorum, Deitatis facie
Illustrati electorum omnium in acie,
Mihi, precor, supernorum ferte lumen gratiae.

Salut, Choeurs des anges, illuminés par l’armée
De tous les élus rassemblés devant la face de la Divinité ;
Apportez-moi, je vous en prie, la lumière de la grâce des cieux.


Ave, tu Baptista Christi, maior natis hominum,
Verbi Dei vox praeisti nuntiare Dominum,
Fac, ne claudam nece tristi huius vitae terminum.

Salut, ô toi, Baptiste du Christ, le plus grand des enfants des hommes,
Tu précédas la voix du Verbe pour annoncer le Seigneur ;
Fais que je ne termine pas cette vie par une mauvaise mort.

Ave, felix duoderna clange apostolica,
Quorum vita non terrena nec potestas modica,
Per vos mihi salus plena detur, virtus caelica.

Salut, heureuse douzaine de la troupe apostolique,
Dont la vie n’est pas terrestre, dont la puissance n’est pas modeste ;
Donnez-moi la plénitude du salut, la vertu céleste.


Ave, cohors prophetarum, signis miris inclita,
Contio patriarcharum sacra stirpe praedita,
Dona ferte gratiarum hostis fraude domita.

Salut, cohorte des prophètes, qu’illustrent des signes étonnants ;
Collège des patriarches doté d’une descendance sacrée,
Apportez-moi les dons des grâces en déjouant les ruses de l’Ennemi.


Ave, coetus novae legis scribens evangelia,
Ac discipulorum Regis nova dans praeconia,
Ad superni per vos gregis transferar ovilia.

Salut, assemblée qui transcris les Evangiles de la nouvelle Loi,
Et répands la proclamation nouvelle des disciples du Roi ;
Transportez-moi au bercail du troupeau céleste.


Ave, phalanx puepurata in cruoris flumine,
Innocenter candidata turba rubens sanguine,
Vita sumat me beata vestro deprecamine.

Salut, phalange empourprée d’un fleuve de sang,
Foule vêtue de blanc et rougie d’un sang innocent,
Que votre prière m’élise à la vie bienheureuse.


Ave, sacer grex doctorum, veritatis speculum,
Rector quoque populorum, felix chorus praesulum,
Per vos Christus, Rex caelorum, salvet me in saeculum.

Salut, légion sacrée des Docteurs, miroir de la vérité,
Guide aussi des peuples, heureux choeur des parfaits,
Que, pour vous, le Christ, Roi des Cieux, me sauve dans le siècle.


Ave, agmen confessorum, lux fidelis populi,
O caterva monachorum cuncta spernens saeculi,
Vestra prece peccatorum nexus ruant singuli.

Salut, armée des Confesseurs, lumière du peuple croyant,
O foule des moines, méprisant tout ce qui appartient au siècle,
Que votre prière fasse tomber une à une les chaînes des péchés.


Ave, turma virginalis, Agni tecta vellere,
Continentum, coniugalis clara casto foedere,
Per vos vestis nuptialis mihi detur munere.

Salut, troupe virginale des continents, recouverte
De la toison de l’Agneau, épouse radieuse par une chaste alliance,
Faites-moi donner la robe nuptiale en récompense.


Ave, omnium sanctorum iucunda societas,
Ad superna me polorum vestra ducat pietas,
Ut vestrorum me bonorum repleat satietas.

Salut, joyeuse société de tous les Saints,
Que votre piété me conduise au plus haut des cieux
Afin d’y être comblé de satiété par votre bonheur.

Avatar de l’utilisateur
VexillumRegis
Senator
Senator
Messages : 946
Inscription : ven. 21 mai 2004, 22:32
Localisation : Provence

Re: Solennité de la Toussaint

Message non lupar VexillumRegis » mar. 31 oct. 2017, 17:01

Oraisons de la messe de la Toussaint
dans la forme ordinaire

(traduction personnelle)
  • Collecte
Omnípotens sempitérne Deus, qui nos ómnium Sanctórum tuórum mérita sub una tribuísti celebritáte venerári, quǽsumus, ut desiderátam nobis tuæ propitiatiónis abundántiam, multiplicátis intercessóribus, largiáris. Per Dóminum.

Dieu éternel et tout-puissant, qui nous accordez de vénérer en une seule solennité les mérites de tous vos saints, prodiguez-nous, par ces multiples intercesseurs, l'abondance tant désirée de votre miséricorde.


  • Super Oblata
Grata tibi sint, Dómine, múnera, quæ pro cunctórum offérimus honóre Sanctórum, et concéde, ut, quos iam crédimus de sua immortalitáte secúros, sentiámus de nostra salúte sollícitos. Per Christum.

Que ces offrandes vous soient agréables, Seigneur, que nous offrons en l'honneur de tous les Saints, et faites que, nous qui les croyons maintenant jouissant d'une bienheureuse immortalité, nous les ressentions aussi participants à notre salut.


  • Préface
Vere dignum et iustum est, æquum et salútare, nos tibi semper et ubíque grátias ágere : Dómine, sancte Pater, omnípotens ætérne Deus :

Nobis enim hódie civitátem tuam tríbuis celebráre, quæ mater nostra est, cælestísque Ierúsalem, ubi iam te in ætérnum fratrum nostrórum coróna colláudat. Ad quam peregríni, per fidem accedéntes, alácriter festinámus, congaudéntes de Ecclésiæ sublímium glorificatióne membrórum, qua simul fragilitáti nostræ adiuménta et exémpla concedis.

Et ídeo, cum ipsórum Angelorúmque frequéntia, una te magnificámus, laudis voce clamántes : Sanctus, Sanctus, Sanctus Dóminus Deus Sábaoth...


Vraiment, il est digne et juste, équitable et salutaire, de vous rendre grâce toujours et en tout lieu, Seigneur, Père saint, Dieu éternel et tout-puissant.

En ce jour, vous nous accordez de célébrer votre cité, qui est notre mère, la Jérusalem céleste, où l'assemblée de nos frères vous comblent déjà de louanges pour l'éternité. Pélerins en marche, nous nous hâtons avec ardeur, nous approchant par la foi, et nous nous réjouissons de la glorification des membres exaltés de l'Église, que vous nous donnez à la fois comme exemples et comme secours à notre faiblesse.

C'est pourquoi, avec la foule des saints et des anges, ensemble nous vous magnifions, en clamant vos louanges : Saint, Saint, Saint...


  • Postcommunion
Mirábilem te, Deus, et unum Sanctum in ómnibus Sanctis tuis adorántes, tuam grátiam implorámus, qua, sanctificatiónem in tui amóris plenitúdine consummántes, ex hac mensa peregrinántium ad cæléstis pátriæ convívium transeámus. Per Christum.

Nous implorons votre grâce admirable, Seigneur, en vous adorant, vous, le seul Saint, en tous vos saints, afin qu'accomplissant notre sanctification dans la plénitude de votre amour, nous passions de la table des pèlerins au festin de la patrie céleste.


Il faut noter que la secrète et la postcommunion ont été prises du Missel parisien de 1766.
Dernière édition par VexillumRegis le mer. 01 nov. 2017, 13:41, édité 1 fois.

Altior
Senator
Senator
Messages : 875
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionnaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Solennité de la Toussaint

Message non lupar Altior » mer. 01 nov. 2017, 9:32

Chers frères et sœurs,

N'oublions surtout pas qu'aujourd'hui, tout comme dans les 7 jours qui suivent, nous avons la possibilité de faire le plus grand bien pour ceux qui ont passé par le désert de la vie avant nous. Profitons bien de l'occasion que cette indulgence plénière transferable leur offre et nous offre. Pour mémoire et d'après ce que le prêtre nous a dit à la dernière Sainte Messe, les conditions sont:
-avoir fait la confession soit pendant ces 8 jours, soit avant, pendant les 8 jours qui les ont précédés et être en état de Grâce Sanctifiante
-communier au moins une fois, à partir d'aujourd'hui et pendant l'octave qui suit.
-visiter un cimetière (n'importe lequel) et prier, là-bas, pour le repos de l'âme d'un proche ou d'un moins proche.

Face aux différentes questions de la part de fidèles, le prêtre nous a donné les clarifications suivantes:
-le jour de la communion n'est pas nécessairement le jour de la confession, mais il est bien qu'il soit le jour de la visite au cimetière.
-pour ceux qui veulent tirer profit pour plusieurs défunts (un par jour), il faut communier chaque jour et faire une visite au cimetière chaque jour, mais ce n'est pas nécessaire de se confesser qu'une seule fois s'ils ont gardé l'état de Grâce.
-la durée de la prière pendant la visite au cimetière doit être d'au moins un quart d'heure. Pas besoin de regarder la montre: c'est le temps minimum possible pour faire un chapelet.

Rendons grâce à Dieu!

Avatar de l’utilisateur
nano
Ædilis
Ædilis
Messages : 44
Inscription : dim. 20 sept. 2009, 16:42
Conviction : Catholique bien imparfait
Localisation : Gallicanie post-conciliaire ordinaire

Re: Solennité de la Toussaint

Message non lupar nano » mer. 01 nov. 2017, 9:43

Merci, VexillumRegis, d'avoir remonté ce sujet vieux de 10 ans et ces vers sublimes.

Altior
Senator
Senator
Messages : 875
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionnaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Solennité de la Toussaint

Message non lupar Altior » mer. 01 nov. 2017, 13:58

Nouvelles précisions de la part du prêtre à la Messe d'aujourd'hui et réponses aux questions:
-les deux indulgences (celle qui demande de prier dans un cimetière et celle qui demande de prier dans une église/oratoire/lieu de Messe public ou demi-public) sont cumulables.
-les conditions générales sont les mêmes, mais les prières sont différentes:
ainsi, pour remplir la condition de l'indulgence au cimetière, il faut prier aux intentions du Pape. Pour cela, ce n'est pas forcément nécessaire de les connaître, il suffit d'être en union de prière avec le Pape. Par exemple, «Oh, mon Dieu, je te prie de réaliser ce que notre Saint Père Te prie de faire!».
Tendis que pour remplir la condition de l'indulgence dans une église/oratoire il faut prier un Pater, un Ave et une Gloria.


Revenir vers « La liturgie et le temps »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités