Le baptême des enfants

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 4230
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Le baptême des enfants

Message non lu par Kerniou » lun. 26 août 2019, 10:27

Que savons-nous de la Décsion de Dieu de ne pas accueillir, près de Lui, les enfants non baptisés ...
Quand jésus , sur la Croix, dit au bon larron qu'il ira au paradis, Il sait bien que ce larron n'est pas baptisé ...
Le Baptême est un sacrement de L'Eglise ...
Sans contester en rien ni la valeur ni la validité du baptême, nous pouvons constater que Jésus , Lui_même n'en fait pas une condition préalable à la Vie Eternelle ... Lorsqu'il y a repentance ...
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Avatar de l’utilisateur
Suliko
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2508
Inscription : ven. 07 janv. 2011, 22:02

Re: Le baptême des enfants

Message non lu par Suliko » lun. 26 août 2019, 11:24

Kerniou a écrit :
lun. 26 août 2019, 10:27
Que savons-nous de la Décsion de Dieu de ne pas accueillir, près de Lui, les enfants non baptisés ...
Quand jésus , sur la Croix, dit au bon larron qu'il ira au paradis, Il sait bien que ce larron n'est pas baptisé ...
Le Baptême est un sacrement de L'Eglise ...
Sans contester en rien ni la valeur ni la validité du baptême, nous pouvons constater que Jésus , Lui_même n'en fait pas une condition préalable à la Vie Eternelle ... Lorsqu'il y a repentance ...
On le sait, car c'est l'enseignement constant de l'Eglise. Et il n'y a pas de comparaison possible entre un nouveau-né mort sans baptême et le bon larron, car le bon larron était un adulte, il avait atteint depuis longtemps l'âge de raison et donc, le baptême de désir était tout à fait possible pour lui, comme pour n'importe quel autre adulte qui n'aurait pas le temps/la possibilité de se faire baptiser.
Isaïe 66 ;7 : "Avant d'être en travail, elle a enfanté ; avant le temps de l'enfantement, elle a mis au monde un enfant mâle."
Targum Jonathan : "Avant que la détresse ne vienne sur elle [=Jérusalem], elle sera rachetée ; avant que le tremblement ne vienne sur elle, comme les souffrances sur une femme en train d'enfanter, son roi [=le roi-Messie] sera révélé."

Avatar de l’utilisateur
AdoramusTe
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2878
Inscription : sam. 23 févr. 2008, 17:40
Conviction : Catholique romain

Re: Le baptême des enfants

Message non lu par AdoramusTe » lun. 26 août 2019, 13:43

Kerniou a écrit :
lun. 26 août 2019, 10:27
Que savons-nous de la Décsion de Dieu de ne pas accueillir, près de Lui, les enfants non baptisés ...
Quand jésus , sur la Croix, dit au bon larron qu'il ira au paradis, Il sait bien que ce larron n'est pas baptisé ...
Le Baptême est un sacrement de L'Eglise ...
Sans contester en rien ni la valeur ni la validité du baptême, nous pouvons constater que Jésus , Lui_même n'en fait pas une condition préalable à la Vie Eternelle ... Lorsqu'il y a repentance ...
Beaucoup de choses ont été envisagées dans l'histoire de l'Eglise. La vision augustinienne était certainement erronée en dramatisant la situation.
D'un autre côté, on ne peut pas non plus affirmer qu'ils seraient automatiquement sauvés. Alors on a inventé les limbes en considérant qu'ils étaient un cas particulier.

A mon avis, la solution la plus raisonnable et probable m'a été donnée par un prêtre : celle du séjour des morts. Les nouveaux nés non baptisés ont probablement le même sort que ceux qui n'ont jamais connus le Christ et qu'Il vient chercher lors de sa descente aux enfers.
Ignoratio enim Scripturarum ignoratio Christi est

Avatar de l’utilisateur
Suliko
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2508
Inscription : ven. 07 janv. 2011, 22:02

Re: Le baptême des enfants

Message non lu par Suliko » lun. 26 août 2019, 14:04

AdoramusTe,

Ce que vous a dit ce prêtre est sans doute réconfortant, mais n'a aucune base traditionnelle. Il y a toujours eu consensus pour déclarer que les enfants morts avant l'âge de raison sans le baptême ne peuvent pas être sauvés. La seule question sur laquelle il y a eu divergence fut de savoir s'ils souffraient de n'être pas au Paradis. Le consensus actuel tend clairement à penser que non, ils ne souffrent pas, et jouissent qui plus est d'un bonheur naturel.
Isaïe 66 ;7 : "Avant d'être en travail, elle a enfanté ; avant le temps de l'enfantement, elle a mis au monde un enfant mâle."
Targum Jonathan : "Avant que la détresse ne vienne sur elle [=Jérusalem], elle sera rachetée ; avant que le tremblement ne vienne sur elle, comme les souffrances sur une femme en train d'enfanter, son roi [=le roi-Messie] sera révélé."

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1228
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: Le baptême des enfants

Message non lu par zelie » lun. 26 août 2019, 14:20

J'ai une question : vu que c'est le péché et lui seul qui coupe l'âme de Dieu, comment une âme, avant l'âge de raison et n'ayant pas eu le temps de pécher, peut ne pas être sauvée, et ne pas jouir du paradis; mais surtout, comment un Père Créateur aussi aimant, connu pour être d'un Amour Infini et Brûlant pour les âmes, peut-il être en harmonie avec Lui-même en gardant loin de Lui des âmes immaculées, ou pas loin, seulement blessées par la tâche originelle mais sans aucune participation que ce soit à un péché volontaire? Alors qu'Il pardonne pis que pendre à des bandits et les emmènent avec Lui au Paradis? Simplement sur le fait qu'elles ne sont pas baptisées sans avoir eu la moindre chance d'avoir eu le temps de le faire, alors que l'Eglise Catholique reconnaît que des musulmans ou des Juifs, ou des bouddhistes peuplent le paradis ?

Du coup je suis allée jeter un oeil sur le CEC :
Selon le Catéchisme de l’Église catholique § 1261 : "Quant aux enfants morts sans Baptême, l’Église ne peut que les confier à la miséricorde de Dieu. En effet, la grande miséricorde de Dieu qui veut que tous les hommes soient sauvés (cf. 1 Tm 2, 4), et la tendresse de Jésus envers les enfants, qui lui a fait dire : " Laissez les enfants venir à moi, ne les empêchez pas " (Mc 10, 14), nous permettent d’espérer qu’il y ait un chemin de salut pour les enfants morts sans baptême.
et :
Aujourd’hui l’Église laisse entendre que les enfants morts sans baptême vont au ciel, "qu’il y a un chemin de salut pour eux". En effet, les dons de Dieu ne sont pas limités aux sacrements. Ceux-ci en sont les signes. Ainsi, sans le baptême, Dieu peut donner la vie éternelle, car son dessein est que tous les hommes parviennent au bonheur éternel.
de : https://cybercure.fr/je-celebre-les-sac ... reparation
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
Suliko
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2508
Inscription : ven. 07 janv. 2011, 22:02

Re: Le baptême des enfants

Message non lu par Suliko » lun. 26 août 2019, 14:42

Bonjour Zélie,

Il faut bien comprendre que l'enseignement de l'Eglise depuis quelques décennies a bien changé, mais traditionnellement, elle n'a jamais enseigné qu'il y avait bon espoir que des enfants morts sans baptême avant l'âge de raison aillent au Paradis. La raison, vous l'indiquez vous-même, en est le péché originel, qui ne peut être remis que par le baptême. Il faut bien comprendre que d'un point de vue catholique, nous ne méritons pas le Paradis, c'est un don gratuit de Dieu, don qui passe par les sacrements qu'Il a institués. Et s'il est vrai que des incroyants peuvent aller au Paradis dans le cas d'ignorance invincible, il serait plus que téméraire de penser qu'il s'agit de la majorité d'entre eux. Il est plus probable que ce soit des exceptions.
Mais ce changement flagrant dans l'enseignement de l'Eglise explique par contre bien pourquoi aujourd'hui, les parents tardent énormément à baptiser leurs enfants...
Isaïe 66 ;7 : "Avant d'être en travail, elle a enfanté ; avant le temps de l'enfantement, elle a mis au monde un enfant mâle."
Targum Jonathan : "Avant que la détresse ne vienne sur elle [=Jérusalem], elle sera rachetée ; avant que le tremblement ne vienne sur elle, comme les souffrances sur une femme en train d'enfanter, son roi [=le roi-Messie] sera révélé."

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1228
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: Le baptême des enfants

Message non lu par zelie » lun. 26 août 2019, 15:22

Chère Suliko,
Pour ce qui est des parents tièdes ou très informes dans leur foi, je suis d'accord, le baptême représente peu de choses pour eux en dehors d'une fête familiale qui peut être fixée à une date commode plutôt que rapidement. Il est certain, et tous les fils où nous nous croisons le portent en eux, qu'on assiste à une dilution importante de la foi et de la pratique... Je ne suis même pas sûre que tous les parents qui demandent le baptême soient vraiment au courant de la valeur du baptême...
Mais ici, sur ce fil, nous sommes partis du baptême du petit Christophe, le bébé d'Alexis, et à découvrir Alexis, on voit bien qu'il a saisit toute la puissance et la valeur du baptême, et pourtant, Alexis est un jeune papa de 20 ans qui n'a connu que Vatican II. Et je pense que les autres intervenants aussi, on a une femme d'expérience avec Kerniou, etc... C'est dommage de ne voir le verre qu'à moitié vide...

On va essayer de prendre les choses autrement. Aujourd'hui, le CEC et le prêtre que je cite dans mon dernier post sont clairs : le don de Dieu est gratuit, miséricordieux et éclairé, le sacrement en est le signe, et donc, les personnes non baptisées peuvent aussi avoir leur place au paradis, en particulier les bébés non baptisés, c'est à dire ceux qui à leur volonté défendante n'ont pu avoir accès au sacrement ou qui n'ont pas rejeté Dieu alors qu'ils le connaissaient. Mais ce n'est pas votre version du CEC, selon vous ce que vous en avez retenu, peut-être d'une époque que je suppose être avant Vatican II (?). Donc, cela signifie que l'Eglise a réajusté ou réformé un point de sa doctrine, sans pour autant il me semble défigurer le message primordial "aime ton Dieu, et aime ton prochain comme toi-même". Mais cela, ça semble vous heurter, ou ne pas vous aller. Pourriez-vous expliquer en quoi?
Parce qu'en fait, ce n'est pas tant tel ou tel sujet qui vous fait réagir... C'est la position globale actuelle de l'Eglise qui vous chiffonne, comme si vous la subissiez avec inquiétude.
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
Suliko
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2508
Inscription : ven. 07 janv. 2011, 22:02

Re: Le baptême des enfants

Message non lu par Suliko » lun. 26 août 2019, 15:48

Chère Zélie,
Mais ce n'est pas votre version du CEC, selon vous ce que vous en avez retenu, peut-être d'une époque que je suppose être avant Vatican II (?). Donc, cela signifie que l'Eglise a réajusté ou réformé un point de sa doctrine, sans pour autant il me semble défigurer le message primordial "aime ton Dieu, et aime ton prochain comme toi-même". Mais cela, ça semble vous heurter, ou ne pas vous aller. Pourriez-vous expliquer en quoi?
Parce qu'en fait, ce n'est pas tant tel ou tel sujet qui vous fait réagir... C'est la position globale actuelle de l'Eglise qui vous chiffonne, comme si vous la subissiez avec inquiétude.
Le problème de fond, c'est qu'il ne saurait être question pour l'Eglise de réajuster ou réformer la doctrine catholique. Ce n'est tout simplement pas possible. On ne peut pas enseigner pendant près de 2000 ans que le baptême est obligatoire pour avoir la Vie éternelle, puis déclarer le contraire sous prétexte de miséricorde (comme si les catholiques de jadis n'étaient pas miséricordieux...). Pourtant, c'est ce qui se passe depuis le dernier concile sur plein de sujets. Et après, on s'étonne que les gens perdent la foi et que les églises se vident. Si la doctrine change, alors elle n'est pas fiable et pas vraie.
Isaïe 66 ;7 : "Avant d'être en travail, elle a enfanté ; avant le temps de l'enfantement, elle a mis au monde un enfant mâle."
Targum Jonathan : "Avant que la détresse ne vienne sur elle [=Jérusalem], elle sera rachetée ; avant que le tremblement ne vienne sur elle, comme les souffrances sur une femme en train d'enfanter, son roi [=le roi-Messie] sera révélé."

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1228
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: Le baptême des enfants

Message non lu par zelie » lun. 26 août 2019, 17:18

Ok, je vois l'idée qui vous guide, et je comprends que cela vous inquiète ou vous déçoive.
Et c'est vrai que je ne suis pas assez calée pour vous répondre sur le fond, à savoir ce qui est permis, inadmissible, envisageable en matière d'apport d'un concile. Ce n'est pas ma partie.
Je veux juste essayer de comprendre quelqu'un de bonne foi qui a un chemin différent du mien.

Je prends un autre exemple : le dogme de l'Immaculée Conception date du 19ème siècle, de 1854 exactement. Avant cela, Marie n'avait pas ce titre. Pourtant, le Pape pape Pie IX déclare le 8 décembre 1854 :

« Nous déclarons, prononçons et définissons que la doctrine, qui tient que la bienheureuse Vierge Marie a été, au premier instant de sa conception par une grâce et une faveur singulière du Dieu tout-puissant, en vue des mérites de Jésus-Christ, Sauveur du genre humain, préservée intacte de toute souillure du péché originel, est une doctrine révélée de Dieu, et qu’ainsi elle doit être crue fermement, et constamment par tous les fidèles. »

A partir de là, la vénération de Marie sous ce titre a été plus que largement répandue. Est-ce que cela aussi est un problème pour vous? (C'est sans piège, je cherche juste à comprendre).
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
AdoramusTe
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2878
Inscription : sam. 23 févr. 2008, 17:40
Conviction : Catholique romain

Re: Le baptême des enfants

Message non lu par AdoramusTe » lun. 26 août 2019, 17:21

Suliko a écrit :
lun. 26 août 2019, 14:04
Ce que vous a dit ce prêtre est sans doute réconfortant, mais n'a aucune base traditionnelle. Il y a toujours eu consensus pour déclarer que les enfants morts avant l'âge de raison sans le baptême ne peuvent pas être sauvés. La seule question sur laquelle il y a eu divergence fut de savoir s'ils souffraient de n'être pas au Paradis. Le consensus actuel tend clairement à penser que non, ils ne souffrent pas, et jouissent qui plus est d'un bonheur naturel.
Je ne suis pas sûr que ça soit traditionnel. Il s'agit d'une interprétation de Romains 5 par Saint Augustin qui a fait qu'on a fait du baptême des enfants une règle générale.

Or, d'après le développement du dogme, il est possible d'être sauvé sans le baptême à certaines conditions, notamment pour ceux qui n'ont jamais entendu parler du Christ. Par conséquent, il parait encore incohérent qu'il y ait un cas particulier pour les enfants morts avant l'âge de raison.
Ignoratio enim Scripturarum ignoratio Christi est

Avatar de l’utilisateur
Suliko
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2508
Inscription : ven. 07 janv. 2011, 22:02

Re: Le baptême des enfants

Message non lu par Suliko » lun. 26 août 2019, 21:50

AdoramusTe,
Je ne suis pas sûr que ça soit traditionnel. Il s'agit d'une interprétation de Romains 5 par Saint Augustin qui a fait qu'on a fait du baptême des enfants une règle générale.
Non, ce n'est pas qu'une opinion de saint Augustin, c'est l'enseignement de l'Eglise. En feuilletant le Denzinger, vous pourrez trouver beaucoup de références à l'obligation du baptême pour les enfants. Par exemple, lors du concile de Florence :
Au sujet des enfants, en raison du péril de mort qui peut souvent se rencontrer, comme il n'est pas possible de leur porter secours par un autre remède que par le sacrement du baptême, par lequel ils sont arrachés à la domination du diable et sont adoptés comme enfants de Dieu, elle avertit qu'il ne faut pas différer le baptême pendant quarante ou quatre-vingts jours ou une autre durée, comme font certains, mais qu'il doit être conféré le plus tôt qu'il sera commodément possible, mais de telle sorte que, s'il y a péril de mort immédiat, ils soient baptisés sans aucun délai, même par un laïc ou une femme, dans la forme de l'Eglise, si un prêtre fait défaut, comme il est contenu plus complètement dans le décret des Arméniens 1315.
Les choses sont claires : il n'est pas possible de porter secours aux enfants n'ayant pas encore atteint l'âge de raison autrement que par le
baptême sacramental (hors cas de martyre, càd de baptême de sang) !
Or, d'après le développement du dogme, il est possible d'être sauvé sans le baptême à certaines conditions, notamment pour ceux qui n'ont jamais entendu parler du Christ. Par conséquent, il parait encore incohérent qu'il y ait un cas particulier pour les enfants morts avant l'âge de raison.
Non, pas du tout. Il est possible d'être sauvé sans le baptême sacramentel (avec l'eau), mais pas sans le baptême tout court, même dans les cas de non chrétiens ignorants de la doctrine chrétienne :
Les actes de charité et de contribution ne constituent une disposition parfaite à l’infusion de la grâce justifiante, qu’autant qu’ils renferment le désir du sacrement et mettent ainsi l’homme dans une relation au moins spirituelle avec le sacrement de baptême. Ainsi, là même où le sacrement de baptême ne peut pas être effectivement reçu, il n’en demeure pas moins que le baptême est nécessaire au salut. (N. Gihr, Les sacrements, tr. fr., 1897, t. i, p. 128.)
Le baptême, qu'il soit sacramentel, de désir ou de sang, est indispensable au salut. Il faut donc au minimum un désir implicite, diffus, de ce sacrement.
Isaïe 66 ;7 : "Avant d'être en travail, elle a enfanté ; avant le temps de l'enfantement, elle a mis au monde un enfant mâle."
Targum Jonathan : "Avant que la détresse ne vienne sur elle [=Jérusalem], elle sera rachetée ; avant que le tremblement ne vienne sur elle, comme les souffrances sur une femme en train d'enfanter, son roi [=le roi-Messie] sera révélé."

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1111
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Le baptême des enfants

Message non lu par Altior » lun. 26 août 2019, 22:47

zelie a écrit :
lun. 26 août 2019, 17:18
Pape pape Pie IX
(...) est une doctrine révélée de Dieu,
Je pense que c'est là la différence. Si l'Immaculée Conception est bien une doctrine révélée, on ne peut pas dire la même chose concernant le salut des non-baptisés.

Voilà ce que Dieu a révélé à ce sujet:
Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné.

On note que «baptême» apparait seulement dans la première révélation, tendis que «foi» apparait dans les deux. Transposant en langage de logique formelle: le (baptême et la foi) est une condition SUFFISANTE pour le salut et (non-foi) est une condition SUFFISANTE pour la damnation.

D'ici je comprends que:
-il est certain que TOUS ceux qui ont reçu le baptême et la foi seront sauvés

-il est certain que TOUS ceux qui ont rejeté la foi seront damnés.

-rien n'est certain concernant ceux qui ne sont pas baptisés, mais n'ont pas rejeté la foi.

La Sainte Église ne peut pas transmettre que ce qu'elle a reçu et pas plus qu'elle a reçu. Or, elle a reçu justement la vérité dogmatique selon laquelle baptême et foi (en ensamble) sont la condition d'aller avec certitude au Paradis. Et les non-baptisés ? Rien reçu, rien à transmettre comme vérité de foi. D'ailleurs, même le nouveau catéchisme évite de le faire. Cela va de soi que, si nous ne savons pas, on peut toujours espérer. Alors, le baptême fait la différence entre salut sûr et salut espéré, voilà tout: si vous voulez que vos enfants soient à coup sûr sauvés si quelque chose de grave arrive, si vous voulez qu'ils se réjouissent tout de suite de la vision béatifique après cette vie, alors baptisez-les. Et le plus vite, le mieux.

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1228
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: Le baptême des enfants

Message non lu par zelie » mar. 27 août 2019, 12:27

si vous voulez que vos enfants soient à coup sûr sauvés si quelque chose de grave arrive, si vous voulez qu'ils se réjouissent tout de suite de la vision béatifique après cette vie, alors baptisez-les. Et le plus vite, le mieux.
Cela va de soi, c'est un point indiscutable.
Il y a surtout un autre point, qui rend ce premier indiscutable : si on connait la religion catholique, même plus ou moins, mais qu'on a conscience que le baptême est un sacrement, une grâce exceptionnelle, et que Jésus l'a demandé et "institué" par le biais de l'Eglise, et qu'on ne se fait pas baptiser, ou qu'on refuse le baptême aux âmes qui nous sont confiées, on commet un rejet envers Dieu. Un jour, il faudra bien qu'on Lui explique entre 4 yeux pourquoi connaissant son don on l'a rejeté, et ce que nous avons fait des âmes (la nôtre avec) qu'Il nous a confié, et dans quel état nous les Lui rendons.
Si on ne connait pas la religion chrétienne, mais qu'on vit en juste, Dieu ne rejette pas les justes et ne leur tient pas rigueur de ce qu'ils ne pouvaient pas imaginer.

C'est pour cela qu'une âme de juste mais ignorante va au "Ciel" même si elle n'est pas chrétienne baptisée, et c'est pour cela que les chrétiens prennent de gros risques en ne faisant pas baptiser leurs enfants, ce qui de notre part est inexcusable. Les âmes pures et non baptisées sans que ce soit de leur fait inclut les bébés.
Mais :
pour le degré de béatitude, le temps d'attente dans les "différents lieux du Ciel", ou pas, personne n'en sait rien, personne ne peut rien en dire, sauf quelques mystiques. Mais là il faudrait aller gratter et trier.

Luc 12 : 47-48 :
47 Le serviteur qui, ayant connu la volonté de son maître, n'a rien préparé et n'a pas agi selon sa volonté, sera battu d'un grand nombre de coups. 48 Mais celui qui, ne l'ayant pas connue, a fait des choses dignes de châtiment, sera battu de peu de coups. On demandera beaucoup à qui l'on a beaucoup donné, et on exigera davantage de celui à qui l'on a beaucoup confié.

CEC : article 7
Pour juger les vivants et les morts

678 A la suite des prophètes (cf. Dn 7, 10 ; Jl 3-4 ; Ml 3, 19) et de Jean-Baptiste (cf. Mt 3, 7-12), Jésus a annoncé dans sa prédication le Jugement du dernier Jour. Alors seront mis en lumière la conduite de chacun (cf. Mc 12, 38-40) et le secret des cœurs (cf. Lc 12, 1-3 ; Jn 3, 20-21 ; Rm 2, 16 ; 1 Co 4, 5). Alors sera condamnée l’incrédulité coupable qui a tenu pour rien la grâce offerte par Dieu (cf. Mt 11, 20-24 ; 12, 41-42). L’attitude par rapport au prochain révélera l’accueil ou le refus de la grâce et de l’amour divin (cf. Mt 5, 22 ; 7, 1-5). Jésus dira au dernier jour : " Tout ce que vous avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait " (Mt 25, 40).

679 Le Christ est Seigneur de la vie éternelle. Le plein droit de juger définitivement les œuvres et les cœurs des hommes appartient à Lui en tant que Rédempteur du monde. Il a " acquis " ce droit par sa Croix. Aussi le Père a-t-il remis " le jugement tout entier au Fils " (Jn 5, 22 ; cf. Jn 5, 27 ; Mt 25, 31 ; Ac 10, 42 ; 17, 31 ; 2 Tm 4, 1). Or, le Fils n’est pas venu pour juger, mais pour sauver ( cf. Jn 3, 17) et pour donner la vie qui est en lui (cf. Jn 5, 26). C’est par le refus de la grâce en cette vie que chacun se juge déjà lui-même (cf. Jn 3, 18 ; 12, 48), reçoit selon ses œuvres (cf. 1 Co 3, 12-15) et peut même se damner pour l’éternité en refusant l’Esprit d’amour (cf. Mt 12, 32 ; He 6, 4-6 ; 10, 26-31).
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
Fernand Poisson
Censor
Censor
Messages : 53
Inscription : jeu. 11 avr. 2019, 23:03
Conviction : Catholique romain

Re: Le baptême des enfants

Message non lu par Fernand Poisson » mar. 27 août 2019, 13:21

À noter que la thèse des Limbes, si elle a la préférence de la tradition latine, n'est à ma connaissance pas présente dans la tradition chrétienne orientale, qui admet le salut sans condition des petits enfants (et s'attache cependant à les baptiser). Dès lors parler d'une opinion unanime des théologiens dans l'histoire de l'Église me paraît erroné car limité à la sphère latine.
De plus, je ne crois pas que cette thèse puisse se prévaloir clairement d'un texte magistériel. C'est une option théologique qui a eu longtemps la préférence de l'autorité, ce qui lui donne une solidité certaine ; pas un dogme de foi.
La position actuelle de l'Église repose sur l'espérance que ces enfants puissent être sauvés en recevant une forme de baptême de désir par la communion des saints. Elle est appuyée, me semble-t-il, par Thérèse de Lisieux (docteur de l'Église) et par révélation du Christ à Marcel Van.

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1228
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: Le baptême des enfants

Message non lu par zelie » mar. 27 août 2019, 14:06

Je vous remercie Fernand de vos références. Du coup, je suis allée chercher sur le net :

de Marcel Van, Colloques :

24 juillet 1946 : Au sujet des enfants morts sans baptême d'eau

Marcel :
«Il y a quelques jours, en regardant le petit calendrier alphonsien fixé au babillard, j'y ai lu une citation de saint Alphonse, affirmant que les enfants morts sans baptême n'ont à endurer aucun supplice... A ce propos, je me rappelle qu'une fois (probablement durant l'oraison), songeant aux enfants qui meurent avant d'avoir reçu le baptême, je me demandais si plus tard ils pourraient aller au ciel. Je me disais aussi : s'ils ne peuvent aller au ciel, est-ce qu'ils devront être privés de la vision de leur vrai Père durant toute l'éternité ? Dans mon esprit, je ne cessais de me poser ces questions, et j'étais bien triste.

Je pensais : être l'apôtre particulier des enfants et ne pouvoir rien faire actuellement pour sauver ces âmes, c'est là une chose qui m'est très pénible, d'autant plus qu'en ce moment même un très grand nombre d'enfants meurent sans voir reçu le baptême. Où trouver des prêtres en nombre suffisant pour aller baptiser à temps ces enfants sur le point de mourir... ?

Je levai alors mon regard vers Jésus au tabernacle et ce regard l'a amené à me répondre clairement, ce qui a été pour moi une très grande consolation.

A son directeur : Mon Père, veuillez aussi me permettre de vous dire que, depuis quelque temps, bien que le petit Jésus ne me parle pas souvent, de temps en temps, quand il se trouve des choses importantes que je ne comprends pas, il me parle encore pour m'aider à comprendre. C'est précisément pour cette raison que je vous ai dit un jour que le petit Jésus ne dormait plus. Permettez que je continue mon récit.


Alors le petit Jésus me posa cette question :

«Petit frère, te voilà triste ? Mais pourquoi cette tristesse ? Si notre vrai Père du ciel, dans sa bonté, veut que la voix de ces petits enfants s'unisse à la voix des anges pour le louer dans le Ciel, qu'y a-t-il de difficile à cela ?"

Rappelle-toi bien ceci. Naturellement, les petits enfants n'ayant pas encore l'intelligence, n'ont pas non plus de volonté.
L'intelligence sert à comprendre si une chose est bonne ou mauvaise et la volonté à agir conformément à ce que comprend l'intelligence. Ces deux facultés sont les plus nécessaires.
Or, ces facultés nécessaires, les enfants ne les possèdent pas encore. Ainsi donc, il faut maintenant qu'une autre volonté prenne place dans le cœur de ces petits enfants ; et si cette volonté agit d'une façon conforme au bien, c'est tout comme si ces petits enfants agissaient eux-mêmes. Cependant, pour que cette volonté produise son effet, il faut qu'elle agisse de façon conforme au bien, conforme à la vérité même.
Si, au contraire, elle agit d'une façon opposée au bien, opposée à la vérité, cette volonté ne produit pas son effet.
Maintenant, tout ce que tu as à faire c'est de placer ta volonté dans le cœur des petits enfants et, alors, eux aussi appartiendront aussitôt à la Sainte Église. Et s'ils viennent à mourir avant l'âge de la raison, ils monteront quand même au ciel avec moi, parce qu’ils ont ta volonté qui agit en eux. Et puisque tu as la volonté de croire tout ce que la Sainte Église enseigne à croire, et aussi la volonté de m'aimer...Il se fait que ces enfants ont, eux aussi, la même volonté que toi, de sorte que leur âme m'appartient entièrement, qu'elle appartient à la Sainte Église. Bien que ces enfants ne connaissent rien, il y a cependant en eux la volonté d'un autre qui connaît, de sorte que, tout en ne connaissant pas, il se fait qu'ils connaissent.

Petit frère, comprends-tu cela ? Offre-moi ta volonté et, moi, je la mettrai dans l'âme des petits enfants qui vivent sur cette terre...A partir de maintenant, tu as donc la certitude que tous les petits enfants m'appartiennent déjà.
Petit frère, cette manière de vouloir que je viens de te révéler est quelque chose de nouveau. Jusqu'à présent, les petits enfants étaient également sauvés grâce à ce procédé, sans que les hommes n'en soupçonnent rien. Allons, petit frère, chasse la tristesse et sois joyeux. comme tu es l'apôtre des enfants, il était nécessaire que tu connaisses ces choses. Les enfant sauvés de cette manière sont baptisés dans l'amour même. Il leur est donné de confesser la foi dans l'amour, et cet acte d'amour ils le posent au moyen de la volonté».

Marcel :
«Ainsi, il n'y aurait donc actuellement aucun enfant dans les limbes ?»

Jésus :
«Ce n'est pas ce que j'ai l'intention de dire. Après ma mort, je suis descendu dans cette prison des ancêtres, de sorte que la vraie lumière y a déjà pénétré»

Marcel :
«S'il en est comme tu l'as dit, les gens n'auraient qu'à demeurer chez eux et mettre leur volonté dans le cœur des enfants, sans avoir besoin de les baptiser. Que penses-tu de cela, petit Jésus ?»

Jésus :
«Agir ainsi, ce ne serait pas vouloir vraiment. Pour qu'il y ait vraie volonté efficace, il faut, quand le baptême d'eau est possible, le conférer réellement aux enfants. Si l'on se contentait de vouloir tout en demeurant chez soi, comment pourrait-on appeler cela volonté ?»

[...]

N.B. Quand cette révélation lui a été faite, Frère Marcel a utilisé une formule renfermant les actes à poser à la place des enfants. Mais il a ensuite oublié le mot à mot de cette formule, ne retenant que l'idée principale. Après avoir essayé vainement de reconstituer exactement cette formule, il a écrit ce qui suit :

«Petit JÉSUS, daigne mettre ma volonté dans l'âme des enfants du monde entier qui n'ont pas encore été baptisés. Dans cette volonté, je veux poser les actes de foi, d'espérance et d'amour, selon l'intention de la sainte Église. Et si ces enfants meurent avant l'usage de la raison, daigne les accueillir comme étant les enfants particuliers de la Sainte Église».

Le 11 août 1946, après la communion, il s'est rappelé la première formule employée, et il l'a transcrite comme suit :

«La formule que j'ai récitée la première fois était :

«Petit JÉSUS, je t'offre les enfants qui n'ont pas encore été baptisés. Je veux croire et t'aimer à leur place selon l'intention de la Sainte Église, ma Mère. Daigne les reconnaître comme véritables enfants de la Sainte Église. Et s'ils viennent à mourir avant l'usage de la raison, conduis-les au Ciel avec toi, afin qu'en union avec les saints, ils puissent t'aimer éternellement, selon la promesse que tu m'as faite».

Dernière modification par zelie le mar. 27 août 2019, 14:12, modifié 2 fois.
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité