Au moins la moitié des mariages catholiques sont nuls

Avatar de l’utilisateur
Scratchy
Censor
Censor
Messages : 143
Inscription : mer. 22 févr. 2012, 12:30

Re: Au moins la moitié des mariages catholiques sont nuls

Message non lu par Scratchy » mer. 22 juin 2016, 18:19

Suliko a écrit :Bonjour,

Quelqu'un saurait-il ce qu'il en est aujourd'hui de l'obligation de se confesser avant le mariage religieux? Et quels effets ont une absence de confession sur le sacrement du mariage? J'imagine que ne pas pouvoir ou ne pas vouloir se confesser, c'est se priver des grâces du sacrement, sans toutefois invalider le mariage?
Il y a encore peu de temps, j'aurais sincèrement déclaré que seuls les catholiques croyants devraient pouvoir se marier à l'Eglise, mais avec le recul, cela me semble au contraire une mauvaise idée : si les prêtres devaient refuser ce sacrement à tous les catholiques qui n'adhèrent pas pleinement à l'enseignement de l'Eglise, on se retrouverait avec seulement une très petite minorité de fiancés pouvant se marier religieusement, qui qui est problématique. A présent, je ne sais plus trop que penser...

Merci d'avance pour vos réponses!
Bonjour,

Avec ma femme, nous sommes typiquement dans la situation que vous évoquez puisque nous nous sommes mariés religieusement en 2009 alors que nous n'avions aucune pratique religieuse à l'époque et que nous n'étions pas confirmés. Pourquoi nous sommes nous mariés à l'Eglise? A vrai dire, le mariage civil en 15 minutes express a fait que nous avons opté pour un mariage religieux également. Comme beaucoup de nos contemporains j'imagine.

Je n'ai pas mémoire qu'on nous ai parlé de se confesser à l'époque. Depuis, nous sommes devenus pratiquants (depuis septembre 2011 soit un peu plus de 2 ans après notre mariage). Et quand nous voyons où nous en sommes aujourd'hui (confirmation en 2012, messe le dimanche et régulièrement en semaine, confession régulière, engagement au sein de l'Eglise et au sein des END) , je me dis que nous revenons de loin.

Même si je ne me fais pas d'illusion sur la plupart des couples qui décident de se marier à l'Eglise "par tradition et parce que ça fait plus beau", le Seigneur nous réserve tout de même de belles surprises.

J'aime autant vous dire que ma vision des choses a changé à 180 ° depuis 2009.

Avatar de l’utilisateur
axou
Barbarus
Barbarus

Re: Au moins la moitié des mariages catholiques sont nuls

Message non lu par axou » mer. 22 juin 2016, 20:12

Fée Violine a écrit :Une religieuse de mes amies, qui s'occupe de préparation au mariage dans sa paroisse, disait récemment que parmi les futurs couples qu'elle rencontre, beaucoup s'en fichent complètement, et ne se marient à l'église que parce que c'est la condition pour que la grand-mère leur paie une cuisine neuve. Quand ces fiancés viennent aux réunions de préparation au mariage, ils passent leur temps à envoyer des sms, et quand mon amie va chez eux pour les rencontrer, ils n'éteignent même pas la télé. Ce récit m'a indignée, et je lui ai dit qu'elle devait protester, ne serait-ce qu'au nom de la plus élémentaire politesse.
Voilà qui est très choquant ! Ne devrait-on pas interrompre dans ce cas la procédure du mariage religieux ?
Fée Violine a écrit : Il a raison aussi sur les unions libres. Mon fils aîné et sa compagne ne sont pas mariés, elle le lui a beaucoup demandé mais il ne s'est pas décidé, donc elle n'insiste plus, mais c'est un couple solide, fidèle, ils ont fait baptiser leurs enfants qu'ils éduquent très bien, et ils cherchent sincèrement le meilleur chemin spirituel, pour le moment c'est un peu new age mais je fais confiance au Seigneur.
Vous avez raison de faire confiance Fée Violine !
Ma soeur et mon beau frère ont refusé tout mariage pendant des années car c'était contraire à leurs convictions. Puis, après la naissance de leurs deux premiers enfants, ils ont subitement décidé de se marier et c'est le couple le plus aimant et solide que je connaisse. Ils ne sont pas mariés religieusement mais leur fils ainé songe au baptème...

Ce que dit le Pape est cohérent avec Amoris Laetitia, qui donne primauté à la réalité des relations sur une vision idéalisée du couple.

Bien à vous,

Axou

Avatar de l’utilisateur
hussard
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 402
Inscription : mer. 30 sept. 2015, 15:56
Conviction : Catholique
Localisation : Austrasie

Re: Au moins la moitié des mariages catholiques sont nuls

Message non lu par hussard » jeu. 23 juin 2016, 9:48

Bonjour Axou,
axou a écrit :Ce que dit le Pape est cohérent avec Amoris Laetitia, qui donne primauté à la réalité des relations sur une vision idéalisée du couple.
est-ce que vous sous-entendez que la vision catholique traditionnelle du mariage (à savoir : chasteté jusqu'au mariage) est une "vision idéalisée" autrement dit pas applicable ?
« Sufficit Tibi Gratia Mea » St Paul (2 Co XII:9)
« Il faut tout calculer, mais ne pas tout craindre. » Cardinal de Bernis
« Quand il n’est pas nécessaire de changer, il est nécessaire de ne pas changer. » Georges Bidault
« Il faut être avare de son mépris, vu le grand nombre de nécessiteux. » Chateaubriand
« La meule des dieux moud lentement, mais elle n'en moud que plus fin. » Proverbe pythagoricien

Alizee
Quæstor
Quæstor
Messages : 320
Inscription : lun. 09 mai 2016, 12:19

Re: Au moins la moitié des mariages catholiques sont nuls

Message non lu par Alizee » jeu. 23 juin 2016, 10:13

Nous avons fait l'inverse de Scratchy : après réflexion, nous avons décidé de nous marier civilement uniquement, en 2009 également. Nous n'étions pas croyants, mon mari est baptisé catholique mais ça s'est arrêté là, moi je suis baptisée protestante et malgré de l'instruction religieuse, caté etc. je n'avais pas trouvé la foi non plus. Nous avons pensé que ce n'est pas à l'Eglise de pallier au manque de solennité de la Mairie, ce n'est pas un prestataire ès cérémonies et par respect pour l'Eglise et ses membres (dont quelques invités croyants), on s'est abstenus.
Par la suite, j'ai vécu une conversion radicale à 180° degré comme Scratchy, avec le désir de rejoindre l'Eglise catholique, c'était une évidence pour moi. Du coup, je me suis retrouvée dans une situation irrégulière. Mon mari est resté athé à ce jour et ne souhaite pas se marier à l'Eglise. Je ne peux pas changer mon mari, seul Dieu le peut, et je ne peux pas non plus changer de mari, car sinon je déstabiliserais toute une famille (qui malgré ses faiblesses fonctionne de manière stable depuis 13 ans maintenant) et cela serait à mes yeux une faute encore plus importante car impactant aussi mes enfants. J'ai pu fêter mon admission en pleine communion à l'Eglise, mais je suis évidemment pas admise à l'Eucharistie. Et bien, ce n'est pas simple, mais je respecte et ne perds pas confiance. Parfois, je me dis que si j'avais fait comme plein d'autres un mariage religieux bidon, j'aurais moins de difficultés maintenant, mais au fond, je suis en paix avec ma décision de l'époque de me limiter au mariage civil, par pur respect du sens de ce sacrement. Ce qui ne m'enlève pas les conflits de conscience de maintenant.
Pour finir, je pense que si la Mairie acceptait de modifier un peu sa manière de faire, il y aurait bien moins de mariages religieux qu'on pourrait considérer plus tard comme nuls.

Avatar de l’utilisateur
hussard
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 402
Inscription : mer. 30 sept. 2015, 15:56
Conviction : Catholique
Localisation : Austrasie

Re: Au moins la moitié des mariages catholiques sont nuls

Message non lu par hussard » jeu. 23 juin 2016, 10:27

Bonjour Alizee,

je ne comprends pas très bien pourquoi vous ne pouvez pas communier ? Est-ce parce que vous ne vous êtes mariés qu'à la mairie et pas à l'Eglise catholique ?
« Sufficit Tibi Gratia Mea » St Paul (2 Co XII:9)
« Il faut tout calculer, mais ne pas tout craindre. » Cardinal de Bernis
« Quand il n’est pas nécessaire de changer, il est nécessaire de ne pas changer. » Georges Bidault
« Il faut être avare de son mépris, vu le grand nombre de nécessiteux. » Chateaubriand
« La meule des dieux moud lentement, mais elle n'en moud que plus fin. » Proverbe pythagoricien

Alizee
Quæstor
Quæstor
Messages : 320
Inscription : lun. 09 mai 2016, 12:19

Re: Au moins la moitié des mariages catholiques sont nuls

Message non lu par Alizee » jeu. 23 juin 2016, 10:31

Oui, Hussard, aux yeux de l'Eglise je ne suis pas mariée, donc en concubinage.

Avatar de l’utilisateur
hussard
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 402
Inscription : mer. 30 sept. 2015, 15:56
Conviction : Catholique
Localisation : Austrasie

Re: Au moins la moitié des mariages catholiques sont nuls

Message non lu par hussard » jeu. 23 juin 2016, 11:03

La situation est un peu complexe.

Normalement, si l'un des deux conjoints est catholique, il doit se marier obligatoirement à l'Eglise.

Dans votre cas, vous n'étiez pas catholique lors de votre mariage civil.

Pour un couple de deux non-catholiques, le mariage civil est reconnu par l'Eglise, s'il est libre (les époux décident librement de s'engager), volonté de rester fidèle (monogamie et refus de l'adultère), s'il y a volonté de s'unir pour la vie et ouverture à la procréation, comme un mariage "naturel" et donc valide.

Vous êtes devenu catholique par la suite, ce qui vous oblige dès-lors à faire régulariser votre situation de vie par le sacrement catholique du mariage.

Je vous renvoie à l'enseignement catholique sur le privilège paulin (qui confirme cette analyse) : https://fr.wikipedia.org/wiki/Privilège_paulin
http://www.vatican.va/archive/FRA0037/_P41.HTM
Canon 1143 a écrit :§ 1. Le mariage contracté par deux non-baptisés est dissous en vertu du privilège paulin en faveur de la foi de la partie qui a reçu le baptême, par le fait même qu'un nouveau mariage est contracté par cette partie, pourvu que la partie non baptisée s'en aille.

§ 2. La partie non baptisée est censée s'en aller si elle refuse de cohabiter ou de cohabiter pacifiquement sans injure au Créateur avec la partie baptisée, à moins que cette dernière après la réception du baptême ne lui ait donné une juste cause de départ.
Canon 1144 a écrit :§ 1. Pour que la partie baptisée contracte validement un nouveau mariage, la partie non baptisée doit toujours être interpellée pour savoir:

1 si elle veut elle-même recevoir le baptême;

2 si du moins, elle veut cohabiter pacifiquement avec la partie baptisée sans injure au Créateur.
Résumé :
Le privilège paulin ainsi décrit permet à la partie nouvellement catholique de dissoudre son précédent mariage naturel (non-sacramentel) SI :
  1. son ex-conjoint refuse de se marier à l'Eglise (ce qui constituerait un mariage mixte catholique avec un non-catholique) ;
  2. et si son ex-conjoint refuse de cohabiter pacifiquement "sans injure au Créateur" c'est-à-dire de vivre "comme frères et sœurs", sans relations sexuelles (chasteté).
Etant donné que vous ne souhaitez pas vous séparer de votre conjoint (ce qui peut tout à fait se comprendre !), il faudrait essayer d'opter avec votre conjoint pour la 2ème option, auquel cas vous ne seriez imputable d'aucun péché, vous pourriez vous confesser, recevoir la communion et donc communier.
« Sufficit Tibi Gratia Mea » St Paul (2 Co XII:9)
« Il faut tout calculer, mais ne pas tout craindre. » Cardinal de Bernis
« Quand il n’est pas nécessaire de changer, il est nécessaire de ne pas changer. » Georges Bidault
« Il faut être avare de son mépris, vu le grand nombre de nécessiteux. » Chateaubriand
« La meule des dieux moud lentement, mais elle n'en moud que plus fin. » Proverbe pythagoricien

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 4405
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Au moins la moitié des mariages catholiques sont nuls

Message non lu par Kerniou » jeu. 23 juin 2016, 11:10

Dans les cas de mariages à l'église sans conviction profonde, il y a, aussi, je pense une recherche de "sacralisation " de l'amour. Il est vrai que la cérémonie à la mairie se fait vite et surtout, elle ne repose que sur des bases "matérielles". Un jeune couple qui découvre la profondeur et la densité de l'amour qu'il partage n'y retrouve pas son compte dans une cérémonie "administrative" qui a, certes, sa valeur dans la société mais qui ne suffit pas. A l'église, même si la foi n'est pas trop présente, la dimension humaine et spirituelle de l'amour est célébrée. C'est cela que les jeunes couples viennent y chercher. Même s'ils n'en sont pas conscients, l'amour qu'ils éprouvent l'un pour l' autre leur est envoyé par Dieu et c'est la grandeur, la profondeur de leur amour, cet amour immense qui leur vient de Dieu qu'ils veulent célébrer à l'église.
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Alizee
Quæstor
Quæstor
Messages : 320
Inscription : lun. 09 mai 2016, 12:19

Re: Au moins la moitié des mariages catholiques sont nuls

Message non lu par Alizee » jeu. 23 juin 2016, 11:14

Hussard,
mon mari est baptisé catholique, on n'est donc pas dans le cadre du principe paulinien. Il était donc tenu à la forme canonique sauf s'il en demande une dispense, ce qu'il n'a pas fait.

Par contre, on m'a parlé d'une sanatio in radice, une sorte de validation par voie administrative d'un mariage non valide mais j'avoue ne pas avoir totalement compris cette voie.

Quant à la voie que vous évoquez, si moi je pourrais l'envisager, mon mari non. Je suis en perpétuel conflit de loyauté et croyez-moi, c'est pas facile.

Avatar de l’utilisateur
hussard
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 402
Inscription : mer. 30 sept. 2015, 15:56
Conviction : Catholique
Localisation : Austrasie

Re: Au moins la moitié des mariages catholiques sont nuls

Message non lu par hussard » jeu. 23 juin 2016, 11:16

Est-ce que vous savez la raison qui pousse votre mari à s'opposer au mariage catholique ? Est-ce parce qu'il refuse de s'engager avec vous de manière définitive ?
« Sufficit Tibi Gratia Mea » St Paul (2 Co XII:9)
« Il faut tout calculer, mais ne pas tout craindre. » Cardinal de Bernis
« Quand il n’est pas nécessaire de changer, il est nécessaire de ne pas changer. » Georges Bidault
« Il faut être avare de son mépris, vu le grand nombre de nécessiteux. » Chateaubriand
« La meule des dieux moud lentement, mais elle n'en moud que plus fin. » Proverbe pythagoricien

Alizee
Quæstor
Quæstor
Messages : 320
Inscription : lun. 09 mai 2016, 12:19

Re: Au moins la moitié des mariages catholiques sont nuls

Message non lu par Alizee » jeu. 23 juin 2016, 11:27

Non, nous nous sommes toujours considérés engagés pour toujours, autant lui que moi, dans la fidélité.
Il est athé, difficile déjà de le faire rentrer dans une église pour la visiter en tant que monument... et là, on lui demanderait une prière de couple, une préparation, une cérémonie publique (même si on peut la faire la plus intime possible), c'est lui est juste impossible. Mais si demain il fallait "resigner" à la Mairie, sans aucun doute il le ferait.

Avatar de l’utilisateur
Scratchy
Censor
Censor
Messages : 143
Inscription : mer. 22 févr. 2012, 12:30

Re: Au moins la moitié des mariages catholiques sont nuls

Message non lu par Scratchy » jeu. 23 juin 2016, 14:04

Alizee a écrit :
Par contre, on m'a parlé d'une sanatio in radice, une sorte de validation par voie administrative d'un mariage non valide mais j'avoue ne pas avoir totalement compris cette voie.
Bonjour,

La procédure de sanatio in radice concerne des mariages célébrés à l'Eglise mais, qui pour certaines raisons de formes (du fait du célébrant et non des époux) sont nuls.

Elle ne s'applique donc pas dans le cas qui est le vôtre . Votre situation est délicate. Je pense qu'il serait opportun de mettre en place une grande discussion avec votre mari pour lui expliquer l'importance du sacrement de mariage pour vous en tant que catholique pratiquante. Peut être sera t il sensible à vos arguments et, qui sait, cela sera peut être un chemin de conversion pour lui.

Avatar de l’utilisateur
hussard
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 402
Inscription : mer. 30 sept. 2015, 15:56
Conviction : Catholique
Localisation : Austrasie

Re: Au moins la moitié des mariages catholiques sont nuls

Message non lu par hussard » jeu. 23 juin 2016, 14:31

Peut-être serait-il plus sensible à un mariage catholique si vous insistiez non pas sur le côté surnaturel, mais davantage sur le côté naturel :

C'est un engagement libre (comme à la mairie) ;
pour la vie (pas de divorce contrairement à la mairie : est-il d'accord ? a priori, oui d'après ce que vous nous dites) ;
à la fidélité mutuelle exclusive (contrairement à la mairie) ;
avec une ouverture à la vie.

S'il est d'accord sur ces 4 points, c'est déjà très positif.

Si vous lui expliquiez alors la souffrance qui résulte de votre situation (péché, impossibilité de communier, ce qui est important pour vous en tant que catholique), et puisqu'il vous aime vraiment, il devrait concéder à un mariage catholique, d'autant plus qu'il adhérerait aux 4 points ci-dessus.

La cérémonie par ailleurs pourrait être tout à fait simple, sans chichis, etc. et pourrait ne prendre que 15 minutes. :)
« Sufficit Tibi Gratia Mea » St Paul (2 Co XII:9)
« Il faut tout calculer, mais ne pas tout craindre. » Cardinal de Bernis
« Quand il n’est pas nécessaire de changer, il est nécessaire de ne pas changer. » Georges Bidault
« Il faut être avare de son mépris, vu le grand nombre de nécessiteux. » Chateaubriand
« La meule des dieux moud lentement, mais elle n'en moud que plus fin. » Proverbe pythagoricien

Alizee
Quæstor
Quæstor
Messages : 320
Inscription : lun. 09 mai 2016, 12:19

Re: Au moins la moitié des mariages catholiques sont nuls

Message non lu par Alizee » jeu. 23 juin 2016, 16:15

15min de cérémonie de mariage ? pire qu'à la Mairie alors :(
Plus sérieusement, oui, j'essaie de lui faire comprendre l'importance de ce mariage pour moi. C'est déjà une grâce que, sur le principe, la situation est facilement régularisable, parce que nous étions célibataires tous les deux, pas d'histoires de divorce etc.


Pour la sanatio, il paraît que cela s'applique aussi aux mariages civils dont le motif d'empêchement était une mixité de culte. Ce n'est pas très connu en France, personne ne m'en a parlé ici, mais assez usité en Allemagne (et c'est un prêtre allemand qui m'en a parlé).

Avatar de l’utilisateur
Scratchy
Censor
Censor
Messages : 143
Inscription : mer. 22 févr. 2012, 12:30

Re: Au moins la moitié des mariages catholiques sont nuls

Message non lu par Scratchy » jeu. 23 juin 2016, 17:12

Alizee a écrit :

Pour la sanatio, il paraît que cela s'applique aussi aux mariages civils dont le motif d'empêchement était une mixité de culte. Ce n'est pas très connu en France, personne ne m'en a parlé ici, mais assez usité en Allemagne (et c'est un prêtre allemand qui m'en a parlé).
Je ne crois pas, la sanatio ne s'applique qu'à la possibilité où il y a eu échange de consentements valide à l'Eglise mais dans laquelle le mariage est tout de même nul du fait du célébrant.
D'ailleurs, pour ne pas troubler les époux qui se pensent unis par le mariage, la sanatio a parfois lieu sans que ceux ci ne soient au courant. A la différence de la convalidation simple qui ne vaut que pour l'avenir, la sanatio s'applique rétroactivement au jour de l'échange des consentements.

Sinon, les conseils de le Hussard sont tout à fait judicieux. Dans votre cas, il est peut être opportun de partir de votre conversion du protestantisme vers le catholicisme et de l'importance, dans cette démarche spirituelle qui est la vôtre, de vous marier à l'Eglise et de pouvoir communier par la suite... Quelle a été la réaction de votre mari justement par rapport à votre conversion?

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités