Communion dans la bouche ou dans la main?

Avatar de l’utilisateur
Boris
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2475
Inscription : lun. 21 août 2006, 17:46
Localisation : France - Centre (28)

Re: Communion sur la langue

Message non lu par Boris » sam. 20 sept. 2008, 11:14

BJLP a écrit :3em: il est inutile de faire une flexion du genoux avant pendant voir après et de faire le signe de la croix avec l'hostie.
Psaume 95.6 a écrit :Venez, prosternons-nous et adorons, fléchissons le genou devant le Seigneur, notre Créateur.
[

Donc, si on croit en la Parole de Dieu et en la Présence Réelle, la cohérence des 2 amène à faire une génuflexion avant de communier voire même de communier à genou.

En plus, c'est la forme "normale" ou "ordinaire" de la communion dans le rite romain.

L'autre forme nécessite l'usage d'un indult, c'est à dire d'une permission spéciale temporaire et locale.
UdP,
Boris

BJLP
Quæstor
Quæstor
Messages : 334
Inscription : mar. 18 mars 2008, 8:57

Re: Communion sur la langue

Message non lu par BJLP » lun. 06 oct. 2008, 14:49

Sursum Corda a écrit :En fait, l'acolyte est LE ministre extraordinaire de la communion. Quelqu'un qui ne porte pas d'étole est acolyte. Il n'est alors pas évident de faire la différence au premier coup d'oeil entre un acolyte institué et un fidèle. Par contre, le fait qu'on n'institue que des séminaristes en vue du sacerdoce ou des laïcs en vue du diaconat permanent comme acolyte permet, lorsque l'on assiste à la messe dans sa paroisse, d'être au courant si l'acolyte est institué ou non.

Pour les concélébrations, je ne les cautionnais pas, je disait juste qu'il fallait changer les mentalités et éviter les concélébrations dominicales si on voulait multiplier les messes. La concélébration n'est en rien une règle pour les dimanches :

"199. La concélébration, qui manifeste heureusement l´unité du sacerdoce et du sacrifice, ainsi que l´unité du peuple de Dieu tout entier, est prescrite par le rite lui-même : à l´ordination d´un évêque ou à celle de prêtres, à la messe pour la bénédiction d´un abbé, et à la messe chrismale.
Elle est recommandée, à moins que l´utilité des fidèles ne requière ou ne suggère de faire autrement:
a. le Jeudi saint, à la messe du soir en mémoire de la Cène du Seigneur;
b. à la messe dans les conciles, les assemblées d´évêques et les synodes;
c. à la messe conventuelle et à la messe principale, dans les églises et oratoires;
d. à la messe lors de réunions de prêtres, tant séculiers que religieux.
Cependant, il est reconnu à tout prêtre la liberté de célébrer l’Eucharistie individuellement, pourvu qu’il n’y ait pas une concélébration au même moment dans la même église ou le même oratoire. Toutefois il n’est pas permis de célébrer la messe individuellement le Jeudi saint et à la Veillée pascale."


"94. Après le prêtre, le diacre, en vertu de l’ordination sacrée, occupe la première place parmi ceux qui exercent un ministère dans la célébration eucharistique. Depuis le temps mémorable des Apôtres, en effet, l’Ordre sacré du diaconat a été en grand honneur dans l´Église. Dans la messe, le diacre a son rôle propre: il annonce l´Évangile et parfois il prêche la parole de Dieu, il dit les intentions de la prière universelle, il seconde le prêtre en préparant l’autel et en accomplissant son service dans la célébration du sacrifice, il distribue aux fidèles l´Eucharistie, surtout sous l´espèce du vin, et il indique parfois au peuple les gestes et attitudes à adopter." PGMR 2002
En relisant ce que vous dite , je pense aux messe auquels j'asisté avec mes parents chez les dominicain à Nancy.
Il y avait la messe que je qualifirais de principale à laquelle les fideles assitaient en pendant cette messe il y avait dans chaque petit oratoire des prétres domiunicain eux même qui disait leur propre messe individuellement.
J'ai toujour été frapé par cet attitude.
On pouvait arrivé en retard à la messe on se ratrapé avec les messe dites individuellement.
Je pense que la messe concélébrée est venu pour éviter ce genre de situation.

Fréquentant Citeaux reguliérement il y toujours La Messe conventuelle .
Il y a aussi , à la demande de certaines personnes la possibilité d'assiter individuellement à une messe , petit groupe par exemple.
Mais les moines insistent pour préciser que la messe conventuelle est premiére dans la liturgie et la vie du monastère.
Effectivent durant cette messe conventuelle , il n'y a aucun autre office au sein de l'abbaye.
De plus la messe se celébre face au peuple l'autel étant au centre .
On communie des deux maniéres
_________________________________________

Pour la petite histoire l'autel et une ancienne cuve à oeuf d'un seul tenant , en pierre remplie comme il se doit d'ossement de saints et d'anciens abbées du monastère.

Un autre autel aussi remarcable est celui de l'église de Chagny qui est un ancien puit en pierre . Le puit est tout un symbole pour les chrétiens
Si vous passez par Chagny entrer dans l'église en ignorant se qui est sur la place de l'église (avis personnel)

Mais on sort du sujet de la communion n'est-ce-pas

Harfang
Persona
Persona
Messages : 1427
Inscription : mar. 09 sept. 2008, 23:45

Re: Communion sur la langue

Message non lu par Harfang » mar. 07 oct. 2008, 17:01

Bonjour,

Ma question à l'heure actuelle se porte sur le fait de "consomer", j'ai toujours coller l'hostie sur le palais et attendu qu'elle fonde. Est-ce différent aujourd'hui, faut-il faire autrement ?
« O Crux Ave Spes Unica ! »
http://vidi-aquam.blogspot.com/

Avatar de l’utilisateur
Olivier JC
Senator
Senator
Messages : 684
Inscription : mer. 16 avr. 2008, 23:57
Localisation : Bordeaux

Re: Communion sur la langue

Message non lu par Olivier JC » mar. 07 oct. 2008, 17:36

Bonsoir,
En relisant ce que vous dite , je pense aux messe auquels j'asisté avec mes parents chez les dominicain à Nancy.
Il y avait la messe que je qualifirais de principale à laquelle les fideles assitaient en pendant cette messe il y avait dans chaque petit oratoire des prétres domiunicain eux même qui disait leur propre messe individuellement.
J'ai toujour été frapé par cet attitude.
On pouvait arrivé en retard à la messe on se ratrapé avec les messe dites individuellement.
Je pense que la messe concélébrée est venu pour éviter ce genre de situation.
La concélébration a été autorisée pour manifester l'unité du sacerdoce. Elle ressort plus de la remise en valeur de l'épiscopat que des circonstances que vous rapportez.

L'interdiction de célébrer la messe individuellement ne vaut que si une messe concélébrée est par ailleurs célébrée. Dès lors que ce n'est pas le cas, rien ne semble s'opposer à ce que plusieurs messes individuelles soient célébrées en une même église, à moins, probablement, que la messe communautaire soit célébrée au maître-autel.
Ma question à l'heure actuelle se porte sur le fait de "consomer", j'ai toujours coller l'hostie sur le palais et attendu qu'elle fonde. Est-ce différent aujourd'hui, faut-il faire autrement ?
Il ne me semble pas qu'il y ait de prescription particulières en la matière.

+
Propter nomen tuum, Domine, vivificabis me !
(Ps 143, 11)

Avatar de l’utilisateur
Olivier JC
Senator
Senator
Messages : 684
Inscription : mer. 16 avr. 2008, 23:57
Localisation : Bordeaux

Re: Communion sur la langue

Message non lu par Olivier JC » lun. 10 nov. 2008, 16:47

Bonjour,

Je ne sais pas vraiment dans quelle mesure ceci peut avoir un caractère représentatif (ce n'est pas chiffré), mais après avoir été dans le top 10 des ventes du site librairie catholique, voilà que Dominus Est (précisément sur la question du rite de communion) se trouve aujourd'hui en première place...

+
Propter nomen tuum, Domine, vivificabis me !
(Ps 143, 11)

Avatar de l’utilisateur
AdoramusTe
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3065
Inscription : sam. 23 févr. 2008, 17:40
Conviction : Catholique romain

Re: Communion sur la langue

Message non lu par AdoramusTe » lun. 10 nov. 2008, 19:04

Olivier JC a écrit : Je ne sais pas vraiment dans quelle mesure ceci peut avoir un caractère représentatif (ce n'est pas chiffré), mais après avoir été dans le top 10 des ventes du site librairie catholique, voilà que Dominus Est (précisément sur la question du rite de communion) se trouve aujourd'hui en première place...
Il y des chances pour que la majorité des lecteurs fasse partie du Tradiland, quoique
je puisse me tromper.
J'ai lu un grand article à son sujet dans l'Homme Nouveau mais je ne sais pas
si d'autres journaux en ont parlé.
Ignoratio enim Scripturarum ignoratio Christi est

Gandulf
Censor
Censor
Messages : 108
Inscription : mer. 14 mai 2008, 13:28

Re: Communion sur la langue

Message non lu par Gandulf » lun. 10 nov. 2008, 21:55

Fréquentant Citeaux reguliérement il y toujours La Messe conventuelle .
Il y a aussi , à la demande de certaines personnes la possibilité d'assiter individuellement à une messe , petit groupe par exemple.
Mais les moines insistent pour préciser que la messe conventuelle est premiére dans la liturgie et la vie du monastère.
Effectivent durant cette messe conventuelle , il n'y a aucun autre office au sein de l'abbaye.
De plus la messe se celébre face au peuple l'autel étant au centre .
On communie des deux maniéres
En effet, la messe conventuelle est première dans la vie de l'Abbaye : il est normal qu'il y ait une primauté de solennité pour la messe qui rassemble toute la communauté. Cependant, la messe basse a autant de valeur intrinsèque : le sacrifice de la Croix est autant actualisé et les grâces reçues sont les mêmes. Il est très sain que la vie de l'abbaye ou de la paroisse s'arrête pour la messe principale, qui est comme un sommet de la vie liturgique : mais ça ne retire aucune valeur aux autres messes qui peuvent être célébrées dans la même journée.
A Fontgombault, abbaye bénédictine célébrant la forme extraordinaire, les messes basses sont célébrées par les prêtres tôt le matin sur tous les autels de l'abbatiale (il me semble me souvenir que comme il y a beaucoup de prêtres et pas assez d'autels, il y a deux horaires pour les messes basses), la messe conventuelle chantée est célébrée à l'autel majeur en milieu de matinée pour toute la communauté et les fidèles. Les messes basses célébrées par autant de prêtres en même temps au petit matin sont quelque chose d'assez extraordinaire à vivre pour un retraitant. On mesure la grandeur du sacerdoce qu'ont reçu personnellement les prêtres. Je trouve qu'il est dommage que cet usage ne soit vécu que dans les communautés traditionnelles. Dans le cas où une seule messe conventuelle est célébrée dans un monastère, on perçoit beaucoup moins bien le profit spirituel pour la communauté à avoir plusieurs prêtres ordonnés.
De la même manière, la concélébration systématique (et non exceptionnelle pour manifester l'unité du sacerdoce) en paroisse (quand celle-ci a la grâce d'avoir plusieurs prêtre) me semble regrettable car, réalisée systématiquement, elle dilue psychologiquement la réalité personnelle du sacerdoce que le Christ a mis dans les mains des prêtres.
A une époque de pénurie de vocations (dans la vieille Europe au moins), il me semble que c'est une erreur que de limiter le nombre de messes célébrées dans les églises par la concélébration systématique.

Avatar de l’utilisateur
AdoramusTe
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3065
Inscription : sam. 23 févr. 2008, 17:40
Conviction : Catholique romain

Re: Communion sur la langue

Message non lu par AdoramusTe » jeu. 13 nov. 2008, 0:04

Gandulf a écrit : A Fontgombault, abbaye bénédictine célébrant la forme extraordinaire, les messes basses sont célébrées par les prêtres tôt le matin sur tous les autels de l'abbatiale (il me semble me souvenir que comme il y a beaucoup de prêtres et pas assez d'autels, il y a deux horaires pour les messes basses), la messe conventuelle chantée est célébrée à l'autel majeur en milieu de matinée pour toute la communauté et les fidèles. Les messes basses célébrées par autant de prêtres en même temps au petit matin sont quelque chose d'assez extraordinaire à vivre pour un retraitant. On mesure la grandeur du sacerdoce qu'ont reçu personnellement les prêtres. Je trouve qu'il est dommage que cet usage ne soit vécu que dans les communautés traditionnelles. Dans le cas où une seule messe conventuelle est célébrée dans un monastère, on perçoit beaucoup moins bien le profit spirituel pour la communauté à avoir plusieurs prêtres ordonnés.
Une exception tout de même : l'abbaye de Flavigny. La messe conventuelle de forme ordinaire mais sans concélébration
et les messes privées soit ordinaires ou extraordinaires. Une bonne synthèse de l'Eglise somme toutes.
Gandulf a écrit : De la même manière, la concélébration systématique (et non exceptionnelle pour manifester l'unité du sacerdoce) en paroisse (quand celle-ci a la grâce d'avoir plusieurs prêtre) me semble regrettable car, réalisée systématiquement, elle dilue psychologiquement la réalité personnelle du sacerdoce que le Christ a mis dans les mains des prêtres.
A une époque de pénurie de vocations (dans la vieille Europe au moins), il me semble que c'est une erreur que de limiter le nombre de messes célébrées dans les églises par la concélébration systématique.
Je suis complètement d'accord. La concélébration dilue l'action cultuelle, et elle donne un côté
social à cette action, qui lorsqu'elle est célébré face au peuple, donne l'impression d'un repas
commun entre amis autour d'une table.

Le droit canonique précise pourtant que tout prête a le droit de ne pas concélébrer pour
célébrer sa même privée, mais je crains que le refus de la concélébration puisse être
considéré comme un acte antisocial :(
Ignoratio enim Scripturarum ignoratio Christi est

Avatar de l’utilisateur
jérusalem
Barbarus
Barbarus

Re: Communion sur la langue

Message non lu par jérusalem » dim. 07 déc. 2008, 23:35

Il me semble que lorsque le prêtre qui donne la communion dit amen le communiant doit recevoir l'hostie sans rien dire
(ce qui est souvent le cas dans l'ancien rite mais pas toujours),
mais lorsque le prêtre dit seulement "corpus christi" ou "le corps du Christ" c'est au communiant de dire Amen.

Ce n'est pas capitale, mais ces règles connues évite des gènes et des accidents, l'autre jour la personne qui me donnait la communion a failli faire tomber l'eucharistie car il ne s'attendait pas à un "amen" vu que j'étais à genou.

Eckhart
Ædilis
Ædilis
Messages : 21
Inscription : mar. 21 oct. 2008, 13:56
Contact :

Re: Communion sur la langue

Message non lu par Eckhart » lun. 08 déc. 2008, 3:07

Il y a quelques jours, j'assistais à une Eucharistie où nous étions très peu nombreux. Aussi le prêtre a invité les laïcs à monter à l'autel et il a partagé son hostie avec les personnes présentes avant l'Agnus Dei. C'était la première fois que je communiais ainsi. De la sorte, nous avons pu tenir le Corps du Christ dans la main pendant un petit temps, au lieu de le mettre en bouche tout de suite. C'était en fait un moment d'intime adoration avant de communier tous ensemble.

J'ai trouvé l'expérience particulièrement touchante, voire extatique: j'ai alors eu le temps de voir le Corps du Christ, de le voir tout près de moi, dans ma main, de le toucher, moi pécheresse invétérée, toi mon Seigneur. C'est incroyable, fabuleux, grandiose. Puis la communion toute l'Eglise présente ensemble.

Je ne sais pas si c'est bien ou si c'est mal, si c'est conforme à la liturgie ou pas, mais je sais qu'avoir ce Corps du Christ pendant un moment dans la main avant sa consommation m'a aidée à franchir un pas supplémentaire dans ma conscience, pourtant infime, de l'Eucharistie. Comme Jésus a confié son Eglise à Pierre malgré sa trahison, Jésus s'abaisse pour venir dans mes mains malgré mes péchés. L'Eglise repose sur cette confiance sans cesse renouvelée de Dieu en l'homme pécheur (et non sur la foi de l'homme en Dieu)... Poser un genou à terre ou tirer la langue ne changera rien à cela. Durant la communion, notre position, quelle qu'elle soit, paraît si dérisoire face à la grandeur infinie du geste que Dieu pose en se donnant au pécheur.

BJLP
Quæstor
Quæstor
Messages : 334
Inscription : mar. 18 mars 2008, 8:57

Re: Communion sur la langue

Message non lu par BJLP » lun. 08 déc. 2008, 13:14

Je partage tout à fait votre point de vue.

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Communion sur la langue

Message non lu par etienne lorant » lun. 08 déc. 2008, 14:28

Arzur a écrit :Perso, je suis très favorable à la communion sur la langue, se trouve cela plus respectueux.

Avant je communiais, comme tout le monde dans mon ancienne paroisse, dans les mains, puis je me suis converti au fait de prendre le communion dans la bouche, mes mains n'étant pas suffisamment pures pour qu'elles "servent" de tabernacle.


In Christo Rege
+ Arzur
Les mains, même convenablement lavées, peuvent évidemment demeurer impures. Et la langue, oh la langue, comme elle peut être impure ! Il suffit de voir ce qu'en disait saint Jacques:

De même notre langue, qui est une si petite partie de notre corps : elle peut se vanter de faire de grandes choses. Voyez encore : une toute petite flamme peut mettre le feu à une grande forêt. La langue aussi est un feu, elle est le monde de la méchanceté ; cette langue est une partie de nous-mêmes, et c'est elle qui contamine le corps tout entier, elle met le feu à toute notre existence, un feu qu'elle tient de l'enfer. (Jc 3,6)

Dans la journée d'hier, j'ai eu le même débat avec des amis de longue date. Je n'ai pas voulu prendre position, mais je sentais que l'on m'en faisait grief. Je me souviens que lorsque j'étais tout jeune, enfant de chœur, il était seulement permis de laisser fondre l'hostie sur la bouche. Dans le cas des hosties d'aujourd'hui, qui font parfois plus de deux millimètres d'épaisseur, il faut plus d'une heure ! Et puis, génuflexion préalable ou pas, communion aux deux espèces ou pas... quand des chrétiens, y compris des catholiques pratiquants, en viennent à discuter de ces choses, à la fin, ils en arrivent à gâcher la joie d'être réunis. Je me souviens comme si c'était hier, que ma tante Bernadette, ancienne sacristine, alors que mes sœurs et moi étions en pleine préparation des funérailles de mon père, a téléphoné au curé sur son téléphone portable et lui a dit: "Si jamais vous faîtes la communion sous les deux espèces, moi, je vous préviens, je ne viens pas !" ... De telles poussées de fièvre, au nom-même du respect dû au Seigneur, je ne les comprends pas.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Théophane
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1996
Inscription : sam. 22 janv. 2005, 14:18
Conviction : Catholique
Localisation : France

Re: Communion sur la langue

Message non lu par Théophane » lun. 08 déc. 2008, 14:33

Je pense qu'il y a une certaine désacralisation de l'Eucharistie avec la communion dans la main : on s'empare du Christ, on se saisit de Lui, on le prend comme on prend n'importe quelle autre chose. Au contraire, quand on communie sur la langue, cela veut dire qu'on Le reçoit, qu'on L'accueille, qu'on Le laisse venir vers nous sans rien faire d'autre que d'accepter.
« Être contemplatifs au milieu du monde, en quoi cela consiste-t-il, pour nous ? La réponse tient en quelques mots : c’est voir Dieu en toute chose, avec la lumière de la foi, sous l’élan de l’amour, et avec la ferme espérance de le contempler face à face au Ciel. »
Bienheureux Álvaro del Portillo (1914-1994)

Eckhart
Ædilis
Ædilis
Messages : 21
Inscription : mar. 21 oct. 2008, 13:56
Contact :

Re: Communion sur la langue

Message non lu par Eckhart » lun. 08 déc. 2008, 16:08

Théophane a écrit :Je pense qu'il y a une certaine désacralisation de l'Eucharistie avec la communion dans la main : on s'empare du Christ, on se saisit de Lui, on le prend comme on prend n'importe quelle autre chose. Au contraire, quand on communie sur la langue, cela veut dire qu'on Le reçoit, qu'on L'accueille, qu'on Le laisse venir vers nous sans rien faire d'autre que d'accepter.
Alors là, je ne vous suis pas : l'Eucharistie est sacrée en soi ! Ce n'est en aucun cas nous qui la rendons sacrée par notre comportement... Un peu d'humilité ;) C'est ce que j'ai voulu dire plus haut en disant que l'Eglise subsiste grâce à la confiance renouvelée de Dieu en l'homme pécheur.

Je laisse venir le Christ à moi dans mes mains: Il fait le premier pas... Il m'aime en premier. Ensuite, c'est à moi de L'accepter en Le prenant avec ma main. Il se donne, mais toujours Il respecte la liberté de l'homme. Aussi je pense que c'est une bonne chose de pouvoir distinguer l'acte de réception de celui de l'acceptation.

De plus, le christianisme est la religion de l'incarnation par excellence... C'est Dieu Lui-même qui l'a voulu. Il s'est fait petit enfant pour que nous nous occupions de Lui, pour s'en remettre entre nos mains. N'y a-t-il pas une sorte de négation de son incarnation en refusant de le toucher de nos mains aussi impures soient-elles ?

Avatar de l’utilisateur
Yves54
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1163
Inscription : lun. 16 avr. 2007, 19:48
Localisation : Paris

Re: Communion sur la langue

Message non lu par Yves54 » lun. 08 déc. 2008, 19:45

l'Eucharistie est sacrée en soi ! Ce n'est en aucun cas nous qui la rendons sacrée par notre comportement... Un peu d'humilité ;)
Totalement d'accord avec vous, nous ne la rendons pas sacré.

En revanche de par notre manière d'être, on donne un sens sacré au geste de communié. Ce n'est pas une banale distribution de pain, non, on reçoit le corps du Christ. Devant le Christ on est à genoux, le Christ s'est Dieu ! Et on le reçoit dans la bouche parce que justement on le reçoit et non on se le donne. Ton acte libre vient du fait que tu avances pour le recevoir.


Ce n'est pas nié son incarnation en ne niant pas sa divinité.
« Commettre des erreurs est le propre de l'humain, mais il est diabolique d'insister dans l'erreur par orgueil »
Saint Augustin
(sermon 164, 14)

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité