Manger le corps du Christ

Avatar de l’utilisateur
boilyjacob
Civis
Civis
Messages : 1
Inscription : mer. 24 mars 2010, 23:38

Manger le corps du Christ

Message non lupar boilyjacob » jeu. 25 mars 2010, 14:15

Bonjour à tous!

Premièrement, en tant que nouveau-né sur le forum et jeune adulte de 19 ans, juste dire que ça fait du bien de voir qu'il y a encore des gens chrétiens catholiques sensés au milieu de ce monde de fou. :diable:

Ma question donc pose sur l'Eucharistie:je crois fermement que l'hostie devient le corps de notre Seigneur. Sans vouloir remettre en doute les demandes et commandements de Dieu, je me sens très mal à l'aise de mettre mon Créateur et Père Tout-Puissant et aimant dans ma pauvre bouche humaine et de lui faire subir le lent et cruel processus de digestion.

En fait, étant donné la possibilité de communion spirituelle, où Jésus descend dans notre cœur de la même manière que la communion (ma maman me l'a dit NAH! :dance: ), je me demande si c'est correct et chrétien de m'abstenir de manger le Christ et de lui demander de descendre en moi lors des messes.

Sérieusement le principe de manger Dieu crée un drôle d'effet dans mon esprit.

Autre petit point, j'aimerais que quelqu'un qui aimerais discuter de style de musique par rapport à la religion (style: death metal, industrial metal, doom metal) et qui connais ça, entre en contact avec moi, pour que nous discutions ensemble de tout cela.

En vous remerciant d'avance pour vos réponses,

Que Dieu nous garde.
Jacob B.

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8198
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Manger le corps du Christ

Message non lupar Raistlin » jeu. 25 mars 2010, 14:43

Sans vouloir remettre en doute les demandes et commandements de Dieu, je me sens très mal à l'aise de mettre mon Créateur et Père Tout-Puissant et aimant dans ma pauvre bouche humaine et de lui faire subir le lent et cruel processus de digestion.
Attention, l'Eucharistie n'est pas le corps et le sang de Dieu le Père mais le corps et le sang du Christ.

je me demande si c'est correct et chrétien de m'abstenir de manger le Christ et de lui demander de descendre en moi lors des messes.
Le Seigneur est très clair à ce sujet :
En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi a la vie éternelle.
Je suis le pain de vie.
Vos pères ont mangé la manne dans le désert, et ils sont morts.
Voici le pain descendu du ciel, afin qu'on en mange et qu'on ne meure point.
Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel. Si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement; et le pain que je donnerai, c'est ma chair, pour le salut du monde."
Là-dessus, les Juifs disputaient entre eux, disant: "Comment cet homme peut-il donner sa chair à manger?"
Jésus leur dit: "En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme, et ne buvez son sang, vous n'avez point la vie en vous-mêmes.
Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle, et moi, je le ressusciterai au dernier jour.
Car ma chair est vraiment une nourriture, et mon sang est vraiment un breuvage.
Celui qui mange ma chair et boit mon sang, demeure en moi, et moi en lui.
Comme le Père qui est vivant m'a envoyé, et que je vis par le Père, ainsi celui qui me mange vivra aussi par moi.
C'est là le pain qui est descendu du ciel: il n'en est point comme de vos pères qui ont mangé la manne et qui sont morts; celui qui mange de ce pain vivra éternellement."
Jésus dit ces choses, enseignant dans la synagogue à Capharnaüm.
Beaucoup de ses disciples l'ayant entendu dirent: "Cette parole est dure, et qui peut l'écouter?"
Jésus, sachant en lui-même que ses disciples murmuraient à ce sujet, leur dit: "Cela vous scandalise?
Et quand vous verrez le Fils de l'Homme monter où il était auparavant?...
C'est l'Esprit qui vivifie; la chair ne sert de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie.
Mais il y en a parmi vous quelques-uns qui ne croient point." Car Jésus savait, dès le commencement, qui étaient ceux qui ne croyaient point, et qui était celui qui le trahirait.
Et il ajouta: "C'est pourquoi je vous ai dit que nul ne peut venir à moi si cela ne lui a été donné par mon Père."
Dès ce moment, beaucoup de ses disciples se retirèrent, et ils n'allaient plus avec lui.
Jésus donc dit aux Douze: "Et vous, ne voulez-vous pas aussi vous en aller?"
Simon-Pierre lui répondit: "Seigneur, à qui irions-nous? Vous avez les paroles de la vie éternelle.
(Jean 6, 47-68)


Il n’y a aucune ambigüité sur le fait que le Seigneur parle bien de se nourrir de son corps (vu le scandale provoqué chez les scribes et ses disciples, il aurait été facile pour Jésus – s’il avait voulu dire autre chose – de se rétracter, ce qu’il ne fit point). Et, de fait, c‘est ainsi que le comprend l’Église depuis 2000 ans.

Manger le corps du Christ, c’est finalement devenir ce que nous mangeons, c’est donc devenir partie intégrante du corps du Christ. Dans le Nouveau Testament, l’Église est également appelée corps du Christ et ce qui fonde cela, c’est l’Eucharistie. L’Eucharistie nous configure peu à peu au Christ, nous fait devenir comme lui.

Bien sûr, on pourrait se poser la question de savoir si une simple union « spirituelle » ne suffit pas finalement. Rappelons-nous alors que nous ne sommes pas des anges, des purs esprits, mais des êtres corporels : nous avons un corps qui doit être sauvé lui aussi, qui doit être nourri par le Pain de Vie.

Bien à vous,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Avatar de l’utilisateur
coeurderoy
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 5865
Inscription : sam. 31 mai 2008, 19:02
Localisation : Entre Loire et Garonne

Re: Manger le corps du Christ

Message non lupar coeurderoy » jeu. 25 mars 2010, 15:23

Salut boilyjacob,

En fait vous comprendrez que c'est le Christ qui a...faim de nous : faim de notre faim . En mangeant le Corps du Christ, bien loin d'être amené à...digérer Dieu (quelle drôle d'idée !), vous devenez vous-même Celui que vous recevez : vous construisez le Corps mystique du Christ qui est l'Eglise... Evitez surtout d'appliquer des cogitations "cérébrales" à l'adorable mystère de l'Eucharistie : mangez car votre âme a besoin de cette nourriture !
Cordialement !
"Le coeur qui rayonne vaut mieux que l'esprit qui brille"

Saint Bernard de Clairvaux

Avatar de l’utilisateur
Laurent L.
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1612
Inscription : lun. 25 mai 2009, 13:18

Re: Manger le corps du Christ

Message non lupar Laurent L. » jeu. 25 mars 2010, 18:13

Bonjour !

Nous avons l'obligation de faire nos Pâques une fois par an (à Pâques) mais l'Église recommande de communier sacramentellement le plus souvent possible (tous les jours, si possible), à condition d'être en état de grâce. Dans le cas contraire, la communion spirituelle est préférable (il faut bien sûr aller se confesser le plus rapidement possible, pour pouvoir à nouveau communier sacramentellement).

Bien à vous,
Laurent.

Avatar de l’utilisateur
Griffon
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3176
Inscription : sam. 26 déc. 2009, 20:24

Re: Manger le corps du Christ

Message non lupar Griffon » jeu. 25 mars 2010, 19:49

Bonjour boilyjacob,

L'hostie n'est pas un bout de chair : c'est le corps ressuscité de Jésus.

Il est important de le dire pour contrer ceux qui traitent les chrétiens d'anthropophage.
Grâce à ce miracle, c'est le monde spirituel qui surgit dans notre réalité, avec ses propriétés.

Jésus nous explique : "Je suis dans le Père et le Père est en moi. Ainsi, je viendrai en vous et vous en moi." Voilà quelque chose qui n'a aucun sens dans le monde matériel.

Aussi, quand nous mangeons ce Pain, bien plus que notre corps, c'est notre âme qui reçoit le Christ, et nous qui entrons dans le corps mystique du Christ.
Une réalité toute spirituelle à laquelle nous avons accès grâce à la Foi.

Bien sûr, Jésus vient continuellement dans notre coeur, et nous pouvons Lui demander d'y faire Sa demeure. Mais combien nous sommes dispersés, occupés, pleins de nous-mêmes et incapables de Le reconnaître en nous.
Tellement nous sommes incrustés dans ce monde matériel et incapable d'élever notre Esprit.
Qu'à cela ne tienne ! Jésus s'est fait Pain, réalisant son oeuvre d'amour jusque dans notre monde.

Loué soit notre Sauveur !

Griffon.
Jésus, j'ai confiance en Toi,
Jésus, je m'abandonne à Toi.
Mon bonheur est de vivre,
O Jésus, pour Te suivre.

Sofia
Barbarus
Barbarus

Re: Manger le corps du Christ

Message non lupar Sofia » jeu. 25 mars 2010, 20:15

@ Griffon : mais non, on ne vous traite pas d'anthropophages, c'est trop pompeux, on dit juste cannibales. :p
L'hostie n'est pas un bout de chair : c'est le corps ressuscité de Jésus.
Il y a des petites choses que je ne comprends pas.
- le corps ressuscité de Jésus, ce n'est plus un corps de chair ? Pourquoi propose-t-il à Thomas de toucher ses plaies alors ? S'il n'est pas fait de chair, de quoi est-il fait ?
- c'est anecdotique, mais puisqu'il en était beaucoup question sur ce forum à une période : quel est le sens de tous les miracles eucharistiques (miracle de Lanciano et autres), où l'hostie se serait changée en chair, s'il est entendu que comme vous le dites l'hostie n'est pas un bout de chair ?

Yo.

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 9978
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Manger le corps du Christ

Message non lupar Fée Violine » jeu. 25 mars 2010, 20:43

Sofia, c'est de la chair glorifiée, pas de la chair mortelle comme la nôtre.

Avatar de l’utilisateur
André
Censor
Censor
Messages : 122
Inscription : jeu. 29 janv. 2009, 21:30

Re: Manger le corps du Christ

Message non lupar André » jeu. 25 mars 2010, 21:54

Je croyais que l'hostie étant le corps du Christ était une métaphore :s

Est-ce que chaque hostie est le corps entier de Jésus Christ alors ?
Et Jésus dit : Laissez les petits enfants, et ne les empêchez pas de venir à moi ; car le royaume des cieux est pour ceux qui leur ressemblent. Matthieu 19:14

Avatar de l’utilisateur
Laurent L.
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1612
Inscription : lun. 25 mai 2009, 13:18

Re: Manger le corps du Christ

Message non lupar Laurent L. » ven. 26 mars 2010, 0:21

L'hostie n'est pas un bout de chair : c'est le corps ressuscité de Jésus.
Il est important de le dire pour contrer ceux qui traitent les chrétiens d'anthropophage.
Grâce à ce miracle, c'est le monde spirituel qui surgit dans notre réalité, avec ses propriétés.
Je vous demande pardon ?! :sonne: L'Hostie consacrée est le corps glorifié du Christ, vrai homme et vrai Dieu. Ce n'est pas un bout de chair mais c'est LA chair du Christ sous l'apparence du pain. Il est toutefois arrivé que l'espèce de l'hostie devienne un morceau de chair pour convaincre des prêtres dubitatifs, ou qu'elles saignent. Le Christ n'est pas pur esprit, il est Dieu fait homme (comme nous le rappelons en cette solennité de l'Annonciation). Nous sommes donc réellement anthropophages ! Comment peut-on dire le contraire ?
Aussi, quand nous mangeons ce Pain, bien plus que notre corps, c'est notre âme qui reçoit le Christ, et nous qui entrons dans le corps mystique du Christ.
Une réalité toute spirituelle à laquelle nous avons accès grâce à la Foi.
Euh, c'est une réalité charnelle ! Le Corps du Christ est en nous jusqu'à ce que nous L'ayons digéré.
Je croyais que l'hostie étant le corps du Christ était une métaphore :s

Est-ce que chaque hostie est le corps entier de Jésus Christ alors ?
Mais, enfin ! Ce n'est absolument pas une métaphore !! Cette idée funeste est une abominable hérésie du protestant Zwingli ! :exclamation: :-@ Tous les enfants catholiques apprennent au catéchisme avant de communier pour la première fois que l'Hostie consacrée est le Corps du Christ sous l'apparence du pain (mais qu'elle n'est plus du pain, c'est la transsubstantiation), car nul ne peut communier s'il ne peut discerner le Corps du Christ, comme le dit Saint Paul.
Ainsi, quand le prêtre dit "Ceci est mon Corps", l'hostie cesse d'être du pain pour devenir le Corps du Christ.

Jésus-Christ est tout entier aussi bien dans l’hostie que dans le calice parce que, dans l’Eucharistie, il est vivant et immortel comme dans le ciel. Par conséquent, là où est son Corps, il y a aussi son Sang, son Âme et sa Divinité ; et là où est son Sang, il y a aussi son Corps, son Âme et sa Divinité, car en Jésus-Christ tout cela est inséparable.
Ainsi, quand on divise une hostie, on ne divise pas le Corps du Christ, mais uniquement l'espèce (l'apparence) du pain.

Avatar de l’utilisateur
DA95
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 410
Inscription : sam. 08 août 2009, 11:44

Re: Manger le corps du Christ

Message non lupar DA95 » ven. 26 mars 2010, 17:39

bonjour,
Nous sommes donc réellement anthropophages
Je pense que vous ne pouvez pas dire cela ;
L’anthropophage est celui qui mange de la chair à savoir les accidents de la chair et la substance de la chair.
L’eucharistie est le corps du Christ et par la consécration du pain et du vin s'opère le changement de toute la substance du pain en la substance du corps du Christ notre Seigneur et de toute la substance du vin en la substance de son sang. C’est la substance du Christ et il est réellement présent, mais ce n’est pas l’accident du Christ. C’est l’accident du pain. Donc nous ne sommes pas anthropophages.

Voici ce qu’en dit Jean Paul 2 dans Ecclesia de Eucharistia JP2 §15
Dans la Messe, la représentation sacramentelle du sacrifice du Christ couronné par sa résurrection implique une présence tout à fait spéciale que – pour reprendre les mots de Paul VI – « on nomme “réelle”, non à titre exclusif, comme si les autres présences n'étaient pas “réelles”, mais par antonomase parce qu'elle est substantielle, et que par elle le Christ, Homme-Dieu, se rend présent tout entier ».22 Ainsi est proposée de nouveau la doctrine toujours valable du Concile de Trente: « Par la consécration du pain et du vin s'opère le changement de toute la substance du pain en la substance du corps du Christ notre Seigneur et de toute la substance du vin en la substance de son sang ; ce changement, l'Église catholique l'a justement et exactement appelé transsubstantiation ».23 L'Eucharistie est vraiment « mysterium fidei », mystère qui dépasse notre intelligence et qui ne peut être accueilli que dans la foi, comme l'ont souvent rappelé les catéchèses patristiques sur ce divin Sacrement. « Ne t'attache donc pas – exhorte saint Cyrille de Jérusalem – comme à des éléments naturels au pain et au vin, car ils sont, selon la déclaration du Maître, corps et sang. C'est, il est vrai, ce que te suggèrent les sens; mais que la foi te rassure ».
vous pourrez voir ce que dit le concile de trente à ce propos:
Spoiler!
Canon 1. Si quelqu’un dit que dans le très saint sacrement de l’eucharistie ne sont pas contenus vraiment, réellement et substantiellement le Corps et le Sang en même temps que l’âme et la divinité de notre Seigneur Jésus Christ et, en conséquence, le Christ tout entier, mais dit qu’ils n’y sont qu’en tant que dans un signe ou en figure ou virtuellement qu’il soit anathème.
Canon 2. Si quelqu’un dit que, dans le très saint sacrement de l’eucharistie, la substance du pain et du vin demeure avec le Corps et le Sang de notre Seigneur Jésus Christ, et s’il nie ce changement admirable et unique de toute la substance du pain en son Corps et de toute la substance du vin en son Sang, alors que demeurent les espèces du pain et du vin, changement que l’Église catholique appelle d’une manière très appropriée transsubstantiation : qu’il soit anathème.
Canon 3. Si quelqu’un nie que, dans le vénérable sacrement de l’eucharistie, le Christ tout entier soit contenu sous chaque espèce et sous chacune des parties de l’une ou l’autre espèce, après leur séparation : qu’il soit anathème.
Canon 4. Si quelqu’un dit que, une fois achevée la consécration, le Corps et le Sang de notre Seigneur Jésus Christ ne sont pas dans l’admirable sacrement de l’eucharistie, mais seulement quand on en use en le recevant, ni avant, ni après, et que le vrai Corps du Seigneur ne demeure pas dans les hosties ou les parcelles consacrées qui sont gardées ou restent après la communion : qu’il soit anathème.
Canon 5. Si quelqu’un dit ou bien que le fruit principal de la très sainte eucharistie est la rémission des péchés ou bien qu’elle ne produit pas d’autres effets : qu’il soit anathème.
Canon 6. Si quelqu’un dit que, dans le saint sacrement de l’eucharistie, le Christ, Fils unique de Dieu, ne doit pas être adoré d’un culte de latrie, même extérieur et que, en conséquence, il ne doit pas être vénéré par une célébration festive particulière, ni être porté solennellement en procession selon le rite ou la coutume louables et universels de la sainte Église, ni être proposé publiquement à l’adoration du peuple, ceux qui l’adorent étant des idolâtres : qu’il soit anathème.
Canon 7. Si quelqu’un dit qu’il n’est pas permis de garder la sainte eucharistie dans le tabernacle, mais qu’elle doit nécessairement être distribuée aux assistants immédiatement après la consécration, ou qu’il n’est pas permis de la porter avec honneur aux malades : qu’il soit anathème.
Canon 8. Si quelqu’un dit que le Christ présenté dans l’eucharistie est mangé seulement spirituellement et non pas aussi sacramentellement et réellement : qu’il soit anathème.
Canon 9. Si quelqu’un nie que, une fois qu’ils ont atteint l’âge de discrétion, tous et chacun des chrétiens de l’un et l’autre sexe sont tenus de communier chaque année au moins à Pâques, conformément au commandement de notre sainte mère l’Église : qu’il soit anathème.
Canon 10. Si quelqu’un dit qu’il n’est pas permis au prêtre qui célèbre de se communier lui-même : qu’il soit anathème.
Canon 11. Si quelqu’un dit que la foi seule est une préparation suffisante pour recevoir le sacrement de la très sainte eucharistie : qu’il soit anathème.
Et pour qu’un si grand sacrement ne soit pas reçu indignement et donc pour la mort et la condamnation, ce saint concile statue et déclare que ceux dont la conscience est chargée d’un péché mortel, quelque contrits qu’ils se jugent, doivent nécessairement au préalable se confesser sacramentellement, s’il se trouve un confesseur.
Si quelqu’un a l’audace d’enseigner, prêcher ou affirmer opiniâtrement le contraire ou même le défendre dans des disputes publiques, qu’il soit par le fait même, excommunié.
Bien à vous.
"Amen, viens, Seigneur Jésus !" Ap 22,20

Avatar de l’utilisateur
Laurent L.
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1612
Inscription : lun. 25 mai 2009, 13:18

Re: Manger le corps du Christ

Message non lupar Laurent L. » ven. 26 mars 2010, 19:51

Je pense que vous ne pouvez pas dire cela ;
L’anthropophage est celui qui mange de la chair à savoir les accidents de la chair et la substance de la chair.
L’eucharistie est le corps du Christ et par la consécration du pain et du vin s'opère le changement de toute la substance du pain en la substance du corps du Christ notre Seigneur et de toute la substance du vin en la substance de son sang. C’est la substance du Christ et il est réellement présent, mais ce n’est pas l’accident du Christ. C’est l’accident du pain. Donc nous ne sommes pas anthropophages.
Anthropophage signifie : mangeur de chair humaine. L'Hostie consacrée est de la chair humaine, la chair du Christ, vrai homme et vrai Dieu. Nous sommes donc anthropophages. CQFD. L'hostie garde l'espèce du pain, c'est-à-dire son apparence, mais ce n'est PAS du pain, c'est pleinement le CORPS du Christ.

Vous dites : chair = substance + espèce, mais non ! Espèce signifie "apparence". Quand l'Esprit-Saint apparaît sous la forme, sous "l'espèce" d'une colombe, oseriez-vous dire que ce n'est pas PLEINEMENT l'Esprit saint ?! Quand les anges apparaissent sous la forme d'hommes, ce ne sont pas des hommes, ce sont pleinement des anges. C'est exactement la même chose pour le Corps du Christ, comme l'explique très bien le Concile de Trente :
Ici les Pasteurs feront bien d’avertir les Fidèles qu’ils ne doivent pas s’étonner qu’on ait conservé le nom de pain à l’Eucharistie, même après la Consécration. La raison en est que l’Eucharistie garde les apparences du pain et même la propriété naturelle du pain, qui est de nourrir et de fortifier le corps. C’est d’ailleurs une coutume de la Sainte Ecriture de nommer les objets d’après leurs formes extérieures. C’est ce qu’on voit dans la Genèse, où il est dit que trois hommes apparurent à Abraham, et cependant c’étaient trois Anges. De même nous lisons dans les Actes que deux hommes apparurent aux Apôtres, au moment où Notre-Seigneur Jésus-Christ venait de monter au ciel, et ces hommes étaient des Anges.
Merci pour les textes du Magistère, mais je n'ai rien dit qui soit contraire à cela. :sonne:
Au contraire, j'ai vivement réagi aux propos de Griffon, que je trouvais très ambigus :
Grâce à ce miracle, c'est le monde spirituel qui surgit dans notre réalité, avec ses propriétés.
Une réalité toute spirituelle à laquelle nous avons accès grâce à la Foi.
C'est bien une réalité spirituelle, mais elle est aussi charnelle, comme le précise votre extrait du concile de Trente :
Canon 8. Si quelqu’un dit que le Christ présenté dans l’eucharistie est mangé seulement spirituellement et non pas aussi sacramentellement et réellement : qu’il soit anathème.
Bien à vous,
Laurent.

le bon Seb
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1232
Inscription : mer. 19 juil. 2006, 13:47

Re: Manger le corps du Christ

Message non lupar le bon Seb » ven. 26 mars 2010, 19:56

Anthropophage signifie : mangeur de chair humaine. L'Hostie consacrée est de la chair humaine, la chair du Christ, vrai homme et vrai Dieu. Nous sommes donc anthropophages. CQFD.
Pire encore : nous sommes théophages !

Avatar de l’utilisateur
Laurent L.
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1612
Inscription : lun. 25 mai 2009, 13:18

Re: Manger le corps du Christ

Message non lupar Laurent L. » ven. 26 mars 2010, 20:40

Eh oui ! :D


Je T'adore dévotement, Dieu caché
Qui sous ces apparences vraiment prends corps,
À Toi, mon cœur tout entier se soumet
Parce qu'à te contempler, tout entier il s'abandonne.

La vue, le goût, le toucher, en toi font ici défaut,
Mais T'écouter seulement fonde la certitude de foi.
Je crois tout ce qu'a dit le Fils de Dieu,
Il n'est rien de plus vrai que cette Parole de vérité.

Sur la croix, se cachait Ta seule divinité,
Mais ici, en même temps, se cache aussi Ton humanité.
Toutes les deux, cependant, je les crois et les confesse,
Je demande ce qu'a demandé le larron pénitent.

Tes plaies, tel Thomas, moi je ne les vois pas,
Mon Dieu, cependant, Tu l'es, je le confesse,
Fais que, toujours davantage, en Toi je croie,
Je place mon espérance, je T'aime.

Ô mémorial de la mort du Seigneur,
Pain vivant qui procure la vie à l'homme,
Procure à mon esprit de vivre de Toi
Et de toujours savourer Ta douceur.

Pieux pélican, Jésus mon Seigneur,
Moi qui suis impur, purifie-moi par Ton sang
Dont une seule goutte aurait suffi à sauver
Le monde entier de toute faute.

Jésus, que sous un voile, à présent, je regarde,
Je t'en prie, que se réalise ce dont j'ai tant soif,
Te contempler, la face dévoilée,
Que je sois bienheureux, à la vue de ta gloire.
Dernière édition par Laurent L. le ven. 26 mars 2010, 20:51, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Griffon
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3176
Inscription : sam. 26 déc. 2009, 20:24

Re: Manger le corps du Christ

Message non lupar Griffon » ven. 26 mars 2010, 20:42

Merci le bon Seb !
Effectivement, nous sommes des théophages.

Cher Laurent,
Vous dites avoir voulu réagir à mon propos, que vous dites ambigus.
Vous m'avez mal lu.

Et malheureusement, en forçant le trait pour bien vous faire comprendre, vos explications amènent plus de confusion que d'éclaircissement.

Je pense utile de bien préciser 2 concepts:

1) Pas d'anthropophagie ou de cannibalisme.
Je récuse absolument ce terme. Et je refuse d'être traité de cannibale.
C'est trop évidemment faux car jamais je n'ai mangé de chair humaine.

C'est un piège inventé par les sceptiques qui amène à des explications embrouillées pour s'en sortir.
Or, il est facile de comprendre que ces termes désignent le fait de manger des hommes qui ne sont pas encore mort et glorieusement ressuscité. Il n'est pas difficile de comprendre que le corps du Christ ressuscité n'est pas le même que le nôtre, ni même que celui de Lazare.
Si nous mangeons bien le corps de Christ, il s'agit d'une réalité beaucoup supérieure à celle de notre corps d'homme.

2)
Quant à la "réalité charnelle", elle ne s'applique pas non plus.
Le mot est piégeant, car il y a effectivement la chair (et le sang) de Fils de l'Homme.
Mais qui dit "réalité charnelle" à Monsieur Toutlemonde, parle de la réalité physique.
Et suite à votre genre de raisonnement, il s'est effectivement trouvé des "savants" pour chercher une modification physique.

La transubstantiation est une réalité qui dépasse notre monde.
Je n'aurais sans doute pas dû parler de monde spirituel puisque c'est ce mot qui vous a choqué.
Mais le Royaume de Dieu est une réalité, comme l'Homme nouveau que nous devons revêtir, ou la Jérusalem céleste,... tous des concepts qui nous parlent clairement de cet autre monde, le ciel, si vous préférez. Nous avons accès à ce monde grâce au Christ, la plupart d'entre nous, uniquement de façon spirituelle.
Dans ce monde, la transubstantiation est visible. On voit la personne du Christ dans l'hostie.
L'eucharistie nous fait participer à ce monde du "ciel".
Nous pouvons y accéder que par la foi (don de Dieu).


Ces 2 concepts me paraissent fondamentaux si on doit exposer notre foi à des gens qui n'ont pas eu la chance de découvrir le catéchisme.
Je vous remercie de m'avoir donné l'occasion de bien préciser les choses.

Cordialement,

Griffon.
Jésus, j'ai confiance en Toi,
Jésus, je m'abandonne à Toi.
Mon bonheur est de vivre,
O Jésus, pour Te suivre.

Avatar de l’utilisateur
DA95
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 410
Inscription : sam. 08 août 2009, 11:44

Re: Manger le corps du Christ

Message non lupar DA95 » ven. 26 mars 2010, 20:55

Non je ne dis pas "Vous dites : chair = substance + espèce"
Je dis qu'il faut faire attention à la substance et aux accidents.

Après l'a transubstantiation La substance est le corps du Christ mais l'accident reste le pain. Ca n'empéche pas au Christ d'être réellement présent en son corps et son sang.

Nous ne sommes pas antrophophages.
"Amen, viens, Seigneur Jésus !" Ap 22,20


Revenir vers « Théologie de la liturgie »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité