La participation des laïcs dans la célébration de la messe

Débat sur le thème : « Tradition ou progrès dans l’Église : faut-il choisir ? »
Règles du forum
La participation au débat est réservée aux utilisateurs enregistrés. Les interventions sont modérées a priori.
À l'issue du débat, le salon sera verrouillé et les échanges resteront visibles en lecture seule.
Avatar de l’utilisateur
Pneumatis
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1950
Inscription : jeu. 19 févr. 2009, 17:22
Localisation : Châteaubriant
Contact :

La participation des laïcs dans la célébration de la messe

Message non lu par Pneumatis » sam. 10 juil. 2010, 21:08

Certains déplorent que la liturgie, toujours après Vatican II, a eu tendance à être un peu "confisquée" par les laïcs. Sur quel axe de progrès la participation accrue des laïcs se positionne-t-elle ? A quel moment peut-on dire que l'on s'écarte de la Tradition ?
Site : http://www.pneumatis.net/
Auteur : Notre Père, cet inconnu, éd. Grégoriennes, 2013

Avatar de l’utilisateur
Père Hubert Vallet
Sacerdos
Sacerdos
Messages : 19
Inscription : mer. 07 juil. 2010, 21:06
Localisation : Chateaubriant

Re: La participation des laïcs dans la célébration de la mes

Message non lu par Père Hubert Vallet » sam. 10 juil. 2010, 21:23

Décidément, je trouve que vos questions enchevêtrent des thèmes centraux et des questionnements "décalés", au vocabulaire ambigu. (Du coup, je n'ai pas bien compris votre deuxième phrase où des axes de progrès (dans quel sens?) devaient permettre des positionnements)
Les laïcs n'ont pas de raison de "confisquer"; ils ont la mission d'exercer pleinement leur sacerdoce baptismal, qui trouve, lui-aussi, sa source et son sommet dans la célébration de l'eucharistie, célébration dans laquelle et les prêtres et les laïcs sont partie prenante, chacun à sa façon.
Je prend un exemple récemment vécu de dérapage liturgique (ailleurs que dans ma paroisse): au moment du memento des défunts, alors qu'il y avait plusieurs concélébrants, c'est une voix venue de l'assemblée qui a énuméré les défunt(e)s que nous confiions au Seigneur. Incursion injustifiée, liturgiquement (et donc théologiquement) indéfendable. Et alors, me fallait-il quitter ostensiblement la célébration où, réellement, le Seigneur venait s'offrir à son Père, et nous tous avec lui? Je ne le crois pas; il y a aussi une hiérarchisation de nos contrariétés à mettre en perspective avec la grandeur de ce à quoi nous croyons, de celui en qui nous croyons.
Père Hubert Vallet

Avatar de l’utilisateur
savonarole
Ædilis
Ædilis
Messages : 21
Inscription : mar. 29 juin 2010, 14:06

Re: La participation des laïcs dans la célébration de la mes

Message non lu par savonarole » sam. 10 juil. 2010, 22:25

Est ce que je me trompe en pensant que Vatican II a insisté sur un des aspect du sacerdoce qui est celui que le prêtre agit au nom de l'Assemblée, et pas comme quelqu'un de "couper" totalement des autres hommes dans sa fonction sacré.
D'où l'idée qui en découlerait de faire participer plus de "laïcs" (je n'aime pas ce terme je préfères "baptisée mais bon .. c'est personnel) pour comme exprimer la "continuité" ou la graduation entre le prêtre et le peuple assemblée. Il me semble qu'au Moye,-Age il y avait pas mal de "postes" à pourvoir pour les baptisés (lecteur...).

Bref, n'est ce pas là que s'origine la participation des laïcs à la Liturgie (indépendamment des abus)

Avatar de l’utilisateur
Père Hubert Vallet
Sacerdos
Sacerdos
Messages : 19
Inscription : mer. 07 juil. 2010, 21:06
Localisation : Chateaubriant

Re: La participation des laïcs dans la célébration de la mes

Message non lu par Père Hubert Vallet » sam. 10 juil. 2010, 22:35

Cette fois-ci, cher Savonarole, moins d'accord: le prêtre agit d'abord au nom du Christ Tête de l'Eglise, qu'il représente dans la célébration, non pas parce que celui-ci serait absent mais pour laisser se déployer toute la sacramentalité de l'action liturgique (et de la présence du Christ ressuscité). Certes, il représente aussi l'assemblée, mais celle-ci est le plus souvent capble de se représenter elle-même, apr sa participation active, faite de réponses, de prières, de silence, et d'offrande de soi.
D'accord pour l'appellation "baptisé" (surtout dans notre société où laïc commence à vouloir dire "non-chrétien", ce qui est une singularité incroyable dans l'évolution du vocabulaire).
Pas d'accord pour une espèce de graduation des baptisés au prêtre: il y a non pas une différence de degré, mais de nature.
D'accord pour souligner la place riche des laïcs dans la liturgie, à condition de respecter le dynamisme que l'Eglise permet, chacun selon sa mission.
Père Hubert Vallet

Verrouillé

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité