Magistère & Infaillibilité

Débat sur le thème : « Tradition ou progrès dans l’Église : faut-il choisir ? »
Règles du forum
La participation au débat est réservée aux utilisateurs enregistrés. Les interventions sont modérées a priori.
À l'issue du débat, le salon sera verrouillé et les échanges resteront visibles en lecture seule.
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Consul
Consul
Messages : 7910
Inscription : mer. 28 avr. 2004, 0:04
Conviction : Catholique
Localisation : Haute-Savoie

Magistère & Infaillibilité

Message non lu par Christophe » sam. 10 juil. 2010, 20:46

Bonsoir mon père

Un des points d'achoppement entre l'Église et une large frange de la mouvance traditionaliste (et notamment la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X) concerne la pseudo-rupture introduite par le Concile Vatican II sur certains points doctrinaux. Je pense par exemple et en particulier à la déclaration Dignitatis humanae sur la liberté religieuse.

Que pouvez-vous nous en dire ? Estimez-vous que Dignitatis humanae dise matériellement autre chose que le magistère pontifical du XIXème siècle ? Si non, comment interpréter les textes du magistère qui semblent condamner la liberté religieuse ? Si oui, comment cela se concilie-t-il avec la doctrine de infaillibilité ?

Merci à vous :)
Christophe
« Tout ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites. » (Matthieu 25, 40)

Avatar de l’utilisateur
Père Hubert Vallet
Sacerdos
Sacerdos
Messages : 19
Inscription : mer. 07 juil. 2010, 21:06
Localisation : Chateaubriant

Re: Magistère & Infaillibilité

Message non lu par Père Hubert Vallet » sam. 10 juil. 2010, 20:58

Votre question contient sans doute l'expression de votre pensée profonde lorsque vous dites "pseudo-rupture". En tout cas, c'est très clairement la mienne: Vatican II exprime, à l'époque qui est la sienne, la foi de l'Eglise, telle que les évêques, unis au premier d'entre eux -le pape- ont mission d'enseigner. Pas de place pour une rupture; il n'y a qu'une Eglise!
Ceci vaut aussi pour la déclaration Dignitatis Humanae, dont le premier numéro ne laisse planer aucun doute sur la foi professée par les Pères du concile, et dont la suite du développement présente la nécessité que la liberté de croire soit partout défendue, sans quoi la foi n'est plus possible.
La doctrine de l'infaillibilité est une autre question; cette doctrine a elle aussi été rappelée par le concile Vatican II (dans la constitution sur l'Eglise), et elle n'a pas empêché le souverain pontife... de convoquer un concile pour dire au monde d'aujourd'hui la foi de l'Eglise.
Père Hubert Vallet

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Consul
Consul
Messages : 7910
Inscription : mer. 28 avr. 2004, 0:04
Conviction : Catholique
Localisation : Haute-Savoie

Re: Magistère & Infaillibilité

Message non lu par Christophe » sam. 10 juil. 2010, 21:23

Père Hubert Vallet a écrit :Votre question contient sans doute l'expression de votre pensée profonde lorsque vous dites "pseudo-rupture". En tout cas, c'est très clairement la mienne: Vatican II exprime, à l'époque qui est la sienne, la foi de l'Eglise, telle que les évêques, unis au premier d'entre eux -le pape- ont mission d'enseigner. Pas de place pour une rupture; il n'y a qu'une Eglise!
Ceci vaut aussi pour la déclaration Dignitatis Humanae, dont le premier numéro ne laisse planer aucun doute sur la foi professée par les Pères du concile, et dont la suite du développement présente la nécessité que la liberté de croire soit partout défendue, sans quoi la foi n'est plus possible.
La doctrine de l'infaillibilité est une autre question; cette doctrine a elle aussi été rappelée par le concile Vatican II (dans la constitution sur l'Eglise), et elle n'a pas empêché le souverain pontife... de convoquer un concile pour dire au monde d'aujourd'hui la foi de l'Eglise.
Merci mon père pour votre réponse qui me laisse cependant un peu sur ma faim. Pour vous dire mon sentiment personnel, je n'ai aucun problème avec la doctrine de Dignitatis humanae, que je trouve pleinement conforme à l'enseignement du Nouveau Testament et à la doctrine sociale traditionnelle.
Cela étant dit, je n'ai jamais caché non plus ma perplexité sur la continuité entre cette doctrine et le Magistère antérieur, et j'ai laissé cette question ouverte en attente des réponse d'un ecclésiologiste confirmé. Je profite donc de votre présence pour vous soumettre ces interrogations.

Je me pose plusieurs questions, qui me permettraient de résoudre cette difficulté : 1) le Magistère du XIXème siècle sur le sujet de la liberté religieuse est-il infaillible ? 2) son contenu est-il différent (voir même contradictoire) avec la doctrine conciliaire ? 3) Y a-t-il dans l'histoire de l'Église et à votre connaissance des précédents ou des cas analogues ?

Merci d'avance pour vos éclaircissements ! :)

Bien à vous
Christophe
« Tout ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites. » (Matthieu 25, 40)

Avatar de l’utilisateur
Père Hubert Vallet
Sacerdos
Sacerdos
Messages : 19
Inscription : mer. 07 juil. 2010, 21:06
Localisation : Chateaubriant

Re: Magistère & Infaillibilité

Message non lu par Père Hubert Vallet » sam. 10 juil. 2010, 21:50

Votre délicatesse laisse, heureusement, la place à une confidence que je dois vous faire: l'ecclésiologue que je souhaite continuer à être n'est pas un spécialiste instantané de toutes les questions. Par conséquent, je peux vous faire une réponse d'instinct, mais il faudrait un peu de temps (hors forum si vous voulez) pour collecter textes et références toujours nécessaires en théologie.
Mon instinct dit ceci:
Pour la 1): la discussion sur l'infaillibilité n'a pas porté sur la question de la liberté religieuse, mais sur celle de la mission particulière du souverain pontife.
Pour la 2), l'expression "liberté religieuse" recouvre deux domaines totalement différents dans deux contextes totalement différents. Le premier - XIX siècle- concerne une vive tension intra ecclésiale, où il s'agissait de positionner la conscience individuelle par rapport au magistère de l'Eglise (toute a question du modernisme). La réponse de l'Eglise a consisté à rappeler le rôle insurpassable dudit magistère dans la présentation de la foi (et ar là, d'ailleurs) à préparer de loin la doctrine de la constitution Dei Verbum de Vatican II). Au contraire, la déclaration sur la liberté religieuse dans Vatican II vise les nombreux endroits de la planète (e dont étaient issus nombre de Pères de Vatican II) où, de fait, la liberté de croire n'est pas garantie, ce contre quoi s'élève, au nom de la foi, le document conciliaire. Pas de contradiction entre les deux enseignements.
Pour la 3) les questions de vocabulaires utilisés dans des situations, ou même des langues différentes, ont parfois entraîné des tensions fortes, voire des séparations (par exemple sur la nature et la personne, ou bien sur la procession trinitaire).
Père Hubert Vallet

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Consul
Consul
Messages : 7910
Inscription : mer. 28 avr. 2004, 0:04
Conviction : Catholique
Localisation : Haute-Savoie

Re: Magistère & Infaillibilité

Message non lu par Christophe » sam. 10 juil. 2010, 22:05

Merci pour vos réponses. N'hésitez pas à revenir sur ce site présenter « textes et références » pour appuyer, développer ou préciser celles-ci. :)
« Tout ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites. » (Matthieu 25, 40)

Verrouillé

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité