Discussion avec Le Père F. Guigain, vendredi 28 mai 2010

Sur le thème de la composition et de la transmission de l'évangile dans les temps apostoliques
Règles du forum
La participation au débat est réservée aux utilisateurs enregistrés. Les interventions sont modérées a priori.
À l'issue du débat, le salon sera verrouillé et les échanges resteront visibles en lecture seule.
Avatar de l’utilisateur
Association EEChO
Civis
Civis
Messages : 1
Inscription : jeu. 27 mai 2010, 11:28

Re: Discussion avec Le Père F. Guigain, vendredi 28 mai 2010

Message non lupar Association EEChO » jeu. 27 mai 2010, 11:48

Bonjour à tous,

Pour répondre à la question sur l'Evangile de Marc, il faut bien clarifier les choses en discernant les temps.
Il y a le temps d'apprentissage de l'enseignement du Christ, le temps de composition de récits de témoignages sur les événements de la vie du Christ, le temps d'assemblage oral de ces éléments (prédication orale des apotres après la Résurrection), puis, vient le temps de la mise par écrit en vue d'abord d'un usage liturgique (plus que d'une simple diffusion).
A partir de là, on peut tenter de réfléchir sur les données qu'on a sur l'Evangile de Marc. La date de mise par écrit, n'est pas celle de sa composition orale, et sa composition orale, elle-même a eu plusieurs phases.
Dans l'exégèse classique, on considère que Marc est le plus ancien des Evangiles principalement pour la raison que Matthieu et Luc ont beaucoup plus de textes en commun (parfois quasiment identiques), alors que Marc n'en a pas autant. On considère donc qu'ils ont copié l'un sur l'autre, et l'on sait que Luc écrit après qu'au moins deux autres personnes l'aient fait (voir l'introduction de son Evangile). Le fait que le texte est plus court est aussi un argument souvent utilisé, car on considère (à tort) qu'on commence toujours par diffuser des textes courts, qui s'allongent au cours du temps car on rajoute des détails ou passages oubliés.
Mais il faut bien comprendre que les travaux de Jousse, Carmignac, Gerhardsson, Daniélou et d'autres, changent complètement la donne lorsqu'on commence à s'intéresser véritablement à la culture (c'est à dire l'ethnologie) des apôtres. Si on ne comprend pas comment fonctionne ce continent méprisé qu'est "l'oralité", on passe à côté de beaucoup de choses.
En introduction, vous avez ici, quelques vidéos qui peuvent vous en dire plus : http://www.dailymotion.com/EEChO/1

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 9532
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Discussion avec Le Père F. Guigain, vendredi 28 mai 2010

Message non lupar Fée Violine » sam. 29 mai 2010, 16:41

Le fait que le texte est plus court est aussi un argument souvent utilisé, car on considère (à tort) qu'on commence toujours par diffuser des textes courts, qui s'allongent au cours du temps car on rajoute des détails ou passages oubliés.
Oui justement, j'ai lu je ne sais plus où que c'est plutôt l'inverse : les détails sont donnés au départ, et par la suite on fait des résumés (par exemple la plus grande partie de Tite-Live est perdue, mais on connaît le contenu des livres manquants car des résumés ont été faits).
Mais je vois qu'il y a d'autres arguments pour l'antériorité de Marc.
Depuis le temps que j'entends parler de Carmignac, j'aimerais le lire, mais j'ai l'impression que ses livres ne se trouvent pas facilement, du moins je n'en ai jamais vu.


Revenir vers « Discussion avec le Père Frédéric GUIGAIN, vendredi 28 Mai 2010 »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité