Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2008-2009)

« Mon âme aspire vers toi pendant la nuit, mon esprit te cherche dès le matin. » (Is 26.9)
Règles du forum
Forum de partage de méditations chrétiennes
etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12596
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

La génération qui nie la conscience

Message non lupar etienne lorant » lun. 12 oct. 2009, 10:58

Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc 11,29-32.

Comme la foule s'amassait, Jésus se mit à dire : « Cette génération est une génération mauvaise : elle demande un signe, mais en fait de signe il ne lui sera donné que celui de Jonas.
Car Jonas a été un signe pour les habitants de Ninive ; il en sera de même avec le Fils de l'homme pour cette génération.
Lors du Jugement, la reine de Saba se dressera en même temps que les hommes de cette génération, et elle les condamnera. En effet, elle est venue de l'extrémité du monde pour écouter la sagesse de Salomon, et il y a ici bien plus que Salomon.
Lors du Jugement, les habitants de Ninive se lèveront en même temps que cette génération, et ils la condamneront ; en effet, ils se sont convertis en réponse à la proclamation faite par Jonas, et il y a ici bien plus que Jonas.

Cette génération est mauvaise, car elle demande un signe. Mais les habitants de Ninive, qui étaient des païens, eux se sont convertis à la proclamation de Jonas... Comment se fait-il que des païens - qui ne connaissent pas Dieu, pourtant puissent se convertir ? Parce que même les idolâtres, les agnostiques et les athées ont une conscience car, comme il est dit dans le prologue de Jean, le Verbe est la lumière véritable qui éclaire tout homme. Les habitants de Ninive n'ont eu besoin que de l'annonce d'une catastrophe pour se convertir. Ces païens-là valaient mieux que nos chrétiens apostats ou nos athées auto-proclamés ! En effet, il a suffi que Jonas disent : "Dans quarante jours, Ninive sera détruite !", et tout le monde a compris. Le roi lui-même fit cette déclaration: « Hommes et bêtes, gros et petit bétail, ne goûteront à rien, ne mangeront et ne boiront pas. On se couvrira de vêtements de deuil, hommes et bêtes, on criera vers Dieu de toute sa force, chacun se détournera de sa conduite mauvaise et de ses actes de violence. Qui sait si Dieu ne se ravisera pas, s'il ne reviendra pas de l'ardeur de sa colère ? Et alors nous ne périrons pas ! » Ils savaient bien faire la différence entre le bien et le mal - les hommes d'aujourd'hui le savent aussi, mais ils ont adoptés des systèmes de valeurs qui tendent à anihiler les consciences, tout simplement.

Cette génération, que Jésus condamne, c'est la nôtre aussi, car nombreux ceux qui réclament des preuves, des explications rationnelles. Mais ils se voilent la face, ils sont exactement comme les pharisiens hypocrites qui réclament un signe du ciel. Nous avons eu un pape de Pologne qui fut un véritable apôtre comme les douze, qui s'est exposé sans compter et est venu à bout du joug soviétique, mais plutôt que de se convertir, cette génération mauvaise n'a cessé de l'attaquer sur la seule question du mariage des prêtres et de l'usage du préservatif... ils ont filtré la mouche et avalé le chameau !

Et cependant, à cause de sa Miséricorde, le monde subsiste toujours. "Mais le Fils de l'homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ?
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

pajaro
Quæstor
Quæstor
Messages : 291
Inscription : dim. 20 sept. 2009, 19:33
Localisation : Dioecesis Massiliensis

Re: La génération qui nie la conscience

Message non lupar pajaro » lun. 12 oct. 2009, 11:54

De nos jours, les jeunes de ma génération, car j'ai seulement dix-neuf ans, ne se préocuppent plus des prophéties de la Sainte Bible ainsi que du message libérateur de Jésus, ils ont la foi, mais la foi en l'argent, à la sexualité par pur moyen d'assouvissement des pulsions. L'avortement ainsi que la contraception, sont bien encrées dans les moeurs et la fidélité est maintenant un trésor très rare. L'amour du prochain et la charité se sont perdus car de nos jours les gens sont très égoistes. Voila quelques mois à peine, à des milliers de kilomètres de distance, j'ai senti la Révélation, dans mon propre corps et dans mon coeur, alors que j'étais athé. Les temps de la fin ne sont plus très loin, et les gens vont surement se raviser, et se souvenir qu'ils meneront pas tous leurs trésors, tout leur argent, que tout cela n'est qu'éphémère mais que le seul trésor véritable et l'Amour en Jésus Christ.
A quien Dios quiere hacer muy santo, lo hace muy devoto de la Virgen María.
San Luis de Monfort

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12596
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

L'âme d'un moineau

Message non lupar etienne lorant » ven. 16 oct. 2009, 11:17

Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc 12,1-7.

Comme la foule s'était rassemblée par dizaines de milliers, au point qu'on s'écrasait, Jésus se mit à dire, en s'adressant d'abord à ses disciples : « Méfiez-vous bien à cause du levain des pharisiens, c'est-à-dire de leur hypocrisie. Tout ce qui est voilé sera dévoilé, tout ce qui est caché sera connu. Aussi tout ce que vous aurez dit dans l'ombre sera entendu au grand jour, ce que vous aurez dit à l'oreille dans le fond de la maison sera proclamé sur les toits.

Je vous le dis, à vous mes amis : ne craignez pas ceux qui tuent le corps, et après cela ne peuvent rien faire de plus. Je vais vous montrer qui vous devez craindre : craignez celui qui, après avoir tué, a le pouvoir d'envoyer dans la géhenne. Oui, je vous le dis : c'est celui-là que vous devez craindre.
Est-ce qu'on ne vend pas cinq moineaux pour deux sous ? et pas un seul n'est indifférent aux yeux de Dieu. Quant à vous, même vos cheveux sont tous comptés. Soyez sans crainte : vous valez plus que tous les moineaux du monde.

Jésus s'adresse à ses disciples en premier, mais le dénombrement de la foule (des dizaines de milliers) montre bien que cette parole est dite à l'intention de tous ceux qui cherchent Dieu en vérité. Jésus les met en garde, et nous met en garde, non pas contre les pharisiens mais contre leur levain: l'hypocrisie. L'hypocrisie est impardonnable devant le Père, car l'hypocrite fait le jeu du démon. Dans l'Evangile de Jean, prenant directement à partie les pharisiens qui veulent sa mort, Jésus leur dit: "Vous êtes du diable, votre père, et ce sont les désirs de votre père que vous voulez accomplir. Il était homicide dès le commencement et n'était pas établi dans la vérité, parce qu'il n'y a pas de vérité en lui : quand il profère le mensonge, il parle de son propre fonds, parce qu'il est menteur et père du mensonge." (Jn 8, 44)
Et donc, il faudrait encore mieux pour nous ne pas avoir suivi le Christ, que de pratiquer de manière hypocrite, s'imaginer que l'on peut "rouler" Dieu en pratiquant ouvertement les sacrements, mais en vivant des mensonges du monde.

Au contraire, si nous nous engageons à la suite du Christ, il faut veiller et veiller constamment, de bout en bout, à l'adéquation parfaite entre notre foi déclarée et notre manière de vivre. Si l'on n'agit pas ainsi, on risque de "tuer" notre vie intérieure - et c'est celle qui ne passe pas ! Cela me rappelle cette autre parole, qui révèle sa gravité à partir de l'évangile de ce jour: "L'oeil est la lampe du corps. Si ton oeil est sain, tout ton corps est dans la lumière, mais si ton oeil est malade, ton corps est dans les ténèbres.Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, combien seront grandes ces ténèbres!

- Ne craignez pas ceux qui tuent le corps: il s'agit du corps physique - et l'on peut être conduit par sa foi à devenir martyr.
- Mais craignez celui qui, celui qui, après avoir tué, a le pouvoir d'envoyer dans la géhenne - il s'agit de l'âme (ou du corps spirituel, comme on voudra). Le "double-jeu" d'une âme la conduit directement à sa perte.

Heureusement, ce type de faute, qui se rapproche fort du "péché contre l'Esprit", ne semble pas le plus courant (ou bien c'est moi qui dis cela parce que je n'y vois que de l'horreur). Julien Green, dans "Mont-Cinère" avait montré des personnages tellement ravagés par l'avarice qu'à la fin tous sauf un périrent dans les flammes. Merci, Seigneur, de me garder sous ton joug et de me donner l'âme d'un moineau !
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
papillon
Persona
Persona
Messages : 1827
Inscription : sam. 25 juil. 2009, 3:21
Conviction : L'Amour sans conditions
Localisation : Les belles Laurentides, Province de Québec

Re: L'âme d'un moineau

Message non lupar papillon » ven. 16 oct. 2009, 19:07

Et donc, il faudrait encore mieux pour nous ne pas avoir suivi le Christ, que de pratiquer de manière hypocrite, s'imaginer que l'on peut "rouler" Dieu en pratiquant ouvertement les sacrements, mais en vivant des mensonges du monde.

Au contraire, si nous nous engageons à la suite du Christ, il faut veiller et veiller constamment, de bout en bout, à l'adéquation parfaite entre notre foi déclarée et notre manière de vivre. Si l'on n'agit pas ainsi, on risque de "tuer" notre vie intérieure
...
Le "double-jeu" d'une âme la conduit directement à sa perte.
Je crois qu'en tant qu'êtres humains, nous avons tous une tendance à l'hypocrisie contre laquelle il faut lutter constamment (le mensonge, c'est parfois tellement plus commode...)
Cela se manifeste dans les petites et grandes choses de la vie. La pire "fausseté" est sans doute celle dont vous parlez, Etienne, celle de la foi, celle de la conscience, car tout le reste s'ensuit. Je crois que cette fausseté-là peut faire autant de ravages chez les autres qu'elle en fait en nous-mêmes . Elle sème l'amertume et la détresse et tue l'espoir.

Je ne sais pas si ma réflexion est tordue, mais je pense que lutter contre sa propre fausseté en lui opposant de beaux principes, c'est encore un mensonge. Appliquer dans sa vie de tous les jours les enseignements de la foi mais le faire sans amour, c'est une fausseté. Être "vrai", ce n'est pas une affaire de tête mais une affaire de coeur. Sans doute n'y a-t-il qu'une seule façon de suivre le Christ, et quand on y arrive vraiment, on ne peut qu'être vrai. Suivre le Christ, commeje le vois, c'est suivre la voie de l'amour, c'est apprendre à vivre de l'amour , et l'amour ne saurait nous faire mentir ni à soi ni aux autres. C'est une chose impossible. Je devine bien que cela ne se fait pas tout seul. C'est un travail de tous les jours mais c'est une façon de lutter contre ses faiblesses et ses mensonges par le positif et non par le négatif.
Arriver à être "vrai" ,totalement, dans tous les aspects de sa vie, arriver à aimer à ce point, comme ce doit être libérateur!
"Puissé-je aimer le meilleur des hommes aussi tendrement que Dieu aime le pire."
Mendel de Rimanov

Avatar de l’utilisateur
papillon
Persona
Persona
Messages : 1827
Inscription : sam. 25 juil. 2009, 3:21
Conviction : L'Amour sans conditions
Localisation : Les belles Laurentides, Province de Québec

Re: L'âme d'un moineau

Message non lupar papillon » sam. 17 oct. 2009, 2:27

Bon, je m'éloigne un peu du sujet mais j'ai retrouvé quelque chose que j'avais lu sur la façon de se libérer de certaines passions. Le mensonge n'est pas, dans la majorité des cas ,une fin en soi. Il y a des gens, il est vrai, qui mentent pour mentir et qui prennent un réel plaisir à le faire, même si ça leur est inutile. C'est un jeu et un vice. Mais dans le cas dont vous parlez, le mensonge est plutôt la conséquence du désir de faire bonne figure à peu de frais. C'est cette faiblesse qui est le problème.
Ça dit ceci:
"Si vous dites simplement: "Je vais vaincre la concupiscence, je vais vaincre la colère et la cupidité", vous n'y arriverez jamais; mais si vous fixez votre esprit sur Dieu, les passions vous quitteront d'elles-mêmes. Plus vous allez dans le sens de l'est, plus vous vous éloignez de l'ouest . Appelez Dieu et priez-le. Alors les objets des sens ne vous séduiront plus."
Ce n'est pas un texte chrétien mais ça revient au même. Il y a des textes chrétiens qui disent la même chose, évidemment. Ne pas lutter contre notre mensonge mais fixer notre esprit sur l'enseignement et l'amour du Christ, et le "désir de faire bonne figure à peu de frais" nous quittera.
Je suppose que cela s'applique à toutes les faiblesses qui nous taraudent.
Je suppose aussi que c'est plus facile à dire qu'à faire.
"Puissé-je aimer le meilleur des hommes aussi tendrement que Dieu aime le pire."
Mendel de Rimanov

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12596
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Ecouter l'Esprit Saint

Message non lupar etienne lorant » sam. 17 oct. 2009, 10:23

Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc 12,8-12.

Jésus disait à ses disciples: "Je vous le déclare: Celui qui se sera prononcé pour moi devant les hommes, le Fils de l'homme se prononcera aussi pour lui devant les anges de Dieu.
Mais celui qui m'aura renié en face des hommes sera renié en face des anges de Dieu.
Et celui qui dira une parole contre le Fils de l'homme, cela lui sera pardonné ; mais si quelqu'un blasphème contre l'Esprit Saint, cela ne lui sera pas pardonné.

Quand on vous traduira devant les synagogues, les puissances et les autorités, ne vous tourmentez pas pour savoir comment vous défendre ou comment parler.
Car l'Esprit Saint vous enseignera à cette heure même ce qu'il faudra dire. »

Dans la première partie de l'Evangile du jour, Jésus fait état de ce qui attend ceux et celles qui auront confessé le Christ, ou qui l'auront renié devant les hommes. Aujourd'hui, comme je relis ce passage, j'ai beaucoup plus de crainte en ce qui concerne le péché contre l'Esprit Saint ! Je m'explique: jusqu'à présent j'avais cru que ce péché impardonnable consistait à déclarer mauvais ce qui est bon en soi. Je songeais à une grave perversion de la conscience, et je me disais: quelque chose d'extrêmement rare. Mais je songe à la triste affaire de ces prêtres apostats (il se trouve que j'en connais un) qui ont renié Dieu dans les années 70 et qui désormais - parce qu'ils ne savent rien faire d'autre, sont devenus "spécialistes" des religions au service de la laïcité.

C'est ainsi que Roland (priez pour lui !) continue d'enseigner des erreurs et des hérésies flagrantes dans une "université du troisième âge"... Or cela ressemble fort à ce que nous dit l'apôtre Paul dans l'Epître aux Hébreux:
10 : 28
Celui qui a violé la loi de Moïse meurt sans miséricorde, sur la déposition de deux ou de trois témoins;
de quel pire châtiment pensez-vous que sera jugé digne celui qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu, qui aura tenu pour profane le sang de l'alliance, par lequel il a été sanctifié , et qui aura outragé l'Esprit de la grâce ?

En effet, ceux qui ont un jour accueilli l'Esprit Saint ont avec Lui un secours efficace en toutes circonstances. C'est ce que dit Jésus à ses disciples: le jour où l'on vous interrogera, ne vous inquiétez pas de ce que vous direz, car les mots vous viendront au moment même. Attention que le secours de l'Espirt Saint, nous les fidèles, nous l'avons aussi ! Ce matin même, j'ai été tenté de jeter à la poubelle une lettre qu'un facteur avait posté par erreur dans ma boîte - mais j'ai senti une "résistance" en moi et j'ai finalement déposé ce courrier dans une borne postale. Le péché n'eût pas été grave peut-être, mais tout de même, attrister l'Esprit Saint - qui nous indique tout le temps ce qui est bon et ce qui est meilleur, c'est déjà, à mon sens, faire marche arrière... C'est dire aussi qu'en toute humilité, nous devons rechercher rien moins que la sainteté, puisque l'esprit de sainteté, nous l'avons reçu nous aussi !
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12596
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Le temps de la venue du Christ

Message non lupar etienne lorant » mar. 20 oct. 2009, 9:51

Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc 12,35-38.

Jésus disait à ses disciples: "Restez en tenue de service, et gardez vos lampes allumées.
Soyez comme des gens qui attendent leur maître à son retour des noces, pour lui ouvrir dès qu'il arrivera et frappera à la porte.
Heureux les serviteurs que le maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller. Amen, je vous le dis : il prendra la tenue de service, les fera passer à table et les servira chacun à son tour.
S'il revient vers minuit ou plus tard encore et qu'il les trouve ainsi, heureux sont-ils !

Je crois que l'on pourrait facilement trouver trois "temps" différents dans ce passage. Je me suis d'abord dit: Jésus prévient que nous devons rester en état de veille (et garder ses commandements en les pratiquant) jusqu'à ce qu'il vienne nous chercher à la fin de notre séjour en ce monde. Et puis, j'ai songé au jour de ma conversion: ce jour-là aussi, Jésus est venu, et je l'avais tant supplié de se révéler à moi que je lui ai ouvert mon coeur aussitôt. Peut-être le Seigneur dans ce passage parle-t-il aussi de la fin des temps ? Comme j'en étais là de mes réflexions, une quatrième pensée m'est venue: ce temps de veille, il est aussi pour aujourd'hui jusqu'à ce soir, pour le mois en cours - celui du Rosaire, et il doit servir aussi à nous apaiser en vue de l'Avent.

Dans son commentaire de l'Evangile, saint Ambroise rappelle bien la Parole qui est dans l'Apocalypse: "Voici, je me tiens à la porte et je frappe, quiconque entend et m'ouvre la porte, je prendai mon repas avec lui et lui avec moi". Voici ce commentaire:

"Le Dieu Verbe secoue le paresseux et réveille le dormeur. En effet, celui qui vient frapper à la porte veut toujours entrer. Mais cela dépend de nous s'il n'entre pas toujours ou s'il ne demeure pas toujours. Que ta porte soit ouverte à celui qui vient ; ouvre ton âme, élargis les capacités de ton esprit, afin de découvrir les richesses de la simplicité, les trésors de la paix, la douceur de la grâce. Dilate ton coeur ; cours à la rencontre du soleil de la lumière éternelle qui « illumine tout homme » (Jn 1,9). Il est certain que cette lumière véritable brille pour tous ; mais si quelqu'un ferme ses fenêtres, il se privera lui-même de la lumière éternelle.

Donc même le Christ reste dehors, si tu fermes la porte de ton âme. Certes, il pourrait entrer, mais il ne veut pas s'introduire de force, il ne veut pas contraindre ceux qui le refusent. Issu de la Vierge, sorti de son sein, il irradie tout l'univers, afin de resplendir pour tous. Ceux qui désirent recevoir la lumière qui brille d'un éclat perpétuel lui ouvrent ; aucune nuit ne viendra l'interrompre. En effet, le soleil que nous voyons chaque jour cède la place aux ténèbres de la nuit ; mais le Soleil de justice (Ml 3,20) ne connaît pas de couchant, car la Sagesse n'est pas vaincue par le mal. "
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
chuck09
Censor
Censor
Messages : 119
Inscription : lun. 08 juin 2009, 13:25
Localisation : Saint-Lys
Contact :

Re: Le temps de la venue du Christ

Message non lupar chuck09 » mar. 20 oct. 2009, 22:43

Bonsoir

C'est une bonne question,quand le Christ viendra?
Personne ne le sais ,mais il nous a donnai quelque renseignement a ce sujet.
Notamment,s'il trouvera la foi a sont retour!

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12596
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: L'âme d'un moineau

Message non lupar etienne lorant » ven. 23 oct. 2009, 15:16

"Si vous dites simplement: "Je vais vaincre la concupiscence, je vais vaincre la colère et la cupidité", vous n'y arriverez jamais; mais si vous fixez votre esprit sur Dieu, les passions vous quitteront d'elles-mêmes.
Oui, c'est cela. Le pécheur qui fixe son regard sur le Seigneur, celui-là sera délivré. Mais par sa propre volonté, rien...
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12596
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Les douze piliers de la Cathédrale

Message non lupar etienne lorant » mer. 28 oct. 2009, 11:10

Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc 6,12-19.

En ces jours-là, Jésus s'en alla dans la montagne pour prier, et il passa la nuit à prier Dieu.
Le jour venu, il appela ses disciples, en choisit douze, et leur donna le nom d'Apôtres :
Simon, auquel il donna le nom de Pierre, André son frère, Jacques, Jean, Philippe, Barthélemy,
Matthieu, Thomas, Jacques fils d'Alphée, Simon appelé le Zélote, Jude fils de Jacques, et Judas Iscariote, celui qui fut le traître.

Les douze apôtres rappellent les douze tribus d'Israël. Israël ayant failli à sa mission, c'est l'Eglise qui s'en chargera. Je ne sais pourquoi, en écoutant cet Evangile aujourd'hui, j'ai songé à la "Sagrada Familia", la cathédrale d'Antonio Gaudi que j'ai pu visiter à Barcelone. Je me suis souvenu que les quatre évangélistes y étaient représentés par des tours. Mais en réalité, il y aura dix-huit tours: douze pour les douze apôtre, quatre pour les quatre évangéliste, une pour la Vierge Marie et la plus haute représentera le Christ. C'est un monument considérable. Et en faisant quelques recherches à ce sujet, j'ai découvert que, depuis 2003, un dossier de béatification a été ouvert à son nom. J'aussi trouvé cet article datant de 2007 :

Saint Gaudí, faiseur de miracles
02.08.2007 | El Periódico de Catalunya

La dévotion religieuse dont fait l’objet Antoni Gaudí progresse plus vite que le chantier de la Sagrada Familia. L’architecte pourrait bien faire son entrée au calendrier des saints avant que ne s’achèvent les travaux du temple. L’association qui prône la béatification de Gaudí a commencé à répertorier des cas de miracles présumés qui pourraient lui ouvrir les portes de la sanctification. Le dossier sera transmis au Vatican, où il devra être validé par deux commissions, l’une scientifique, l’autre théologique. Le cas le plus récent concerne Ramón Amargant, un catholique pratiquant de 62 ans. Cet habitant de Canet de Mar, en Catalogne, a subi trois interventions successives pour qu’on lui implante une prothèse de titane. Ces opérations s’étaient soldées par une plaie ouverte qui suppurait en permanence. Or son état s’est amélioré de façon spectaculaire en quarante-huit heures. “La plaie a cicatrisé et je n’éprouve aucune gêne. Les médecins ne s’expliquent pas le phénomène.” Ce n’est pas la première fois que M. Amargant demandait de l’aide à Gaudí. Ses prières sur la tombe de l’architecte, dans la crypte du temple, pour la guérison d’un ami atteint de cancer, ont apparemment été exaucées. “Je ne crois pas qu’un être humain puisse avoir commencé la Sagrada Familia sans intercession divine”, confie-t-il.
Le vice-postulateur de la cause de la béatification et recteur de la Sagrada Familia, le prêtre Lluís Bonnet, a raconté un autre épisode “surnaturel” relaté par son propre protagoniste, le photographe Andreu Català. Le 6 février 2002, rapporte ce dernier, il faisait des photos du haut de la grue qui se dresse dans la nef centrale de la Sagrada Familia. Un brusque coup de vent lui fit soudain perdre l’équilibre, et l’un de ses objectifs tomba de 90 mètres de haut. Craignant d’avoir blessé quelqu’un, il invoqua aussitôt Gaudí. Il chercha en vain l’objectif : impossible de mettre la main dessus. Un mois et demi plus tard, il retrouva l’objet au pied de la grue. L’objectif, bien que rempli d’eau, était intact. Il portait deux marques attestant de sa chute. Un livre récemment publié par l’Association pour la béatification d’Antoni Gaudí, présidée par l’architecte José Manuel Almuzara, fait état de nombreuses faveurs apparemment obtenues grâce à l’intercession du créateur de la Sagrada Familia : retrouvailles familiales, emploi, aides pour obtenir un logement. Beaucoup de ces témoignages proviennent d’Amérique latine. L’ouvrage comprend une lettre du Polonais Stanislaw Dziwisz, jadis fidèle secrétaire de Jean-Paul II et actuel cardinal de Cracovie. Dans ce document daté de juin 2006, il se déclare un fervent admirateur de “l’architecte de Dieu”. “J’avoue que la lecture de la biographie – en polonais ! – que vous m’avez offerte lors de mon séjour à Barcelone avec le pape m’a profondément ému, écrit-t-il. Je prie tout particulièrement pour cette béatification, que j’appelle de tous mes vœux.” Et de conclure : “Pour ma part, je vous encourage à prier pour la prompte béatification de cet autre serviteur de Dieu, Jean-Paul II.”

Tout cela fait écho à la première lecture d'aujourd'hui, comme c'est intéressant ! En effet, saint Paul nous parle aussi d'architecture :

Lettre de saint Paul Apôtre aux Ephésiens 2,19-22.
Frères, (...) vous avez été intégrés dans la construction qui a pour fondations les Apôtres et les prophètes ; et la pierre angulaire c'est le Christ Jésus lui-même. En lui, toute la construction s'élève harmonieusement pour devenir un temple saint dans le Seigneur. En lui, vous êtes, vous aussi, des éléments de la construction pour devenir par l'Esprit Saint la demeure de Dieu. Je suis très heureux de ce "voyage" que m'ont fait accomplir les lectures et je suggère la visite de Barcelone à notre grande Globe-Trotter de Pohénégamook !
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12596
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Les douze piliers de la Cathédrale

Message non lupar etienne lorant » mer. 28 oct. 2009, 11:18

Je joins un lien qui donne des photos de la cathédrale et qui permettra à quiconque aime voyager, d'aller visiter Barcelone. Le mieux est de loger soit en ville, soit dans une station balnéaire proche, car un train circule le long de la côte et il est climatisé !

http://www.barcelona-tourist-guide.com/ ... a-familia/
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Anne
Prætor
Prætor
Messages : 6706
Inscription : jeu. 21 févr. 2008, 1:05
Conviction : Catholique romaine
Localisation : Provincia Quebecensis

Re: Les douze piliers de la Cathédrale

Message non lupar Anne » jeu. 29 oct. 2009, 1:59

Je suis très heureux de ce "voyage" que m'ont fait accomplir les lectures et je suggère la visite de Barcelone à notre grande Globe-Trotter de Pohénégamook !
C'est sur sa liste!
;)
"À tout moment, nous subissons l’épreuve, mais nous ne sommes pas écrasés;
nous sommes désorientés, mais non pas désemparés;
nous sommes pourchassés, mais non pas abandonnés;
terrassés, mais non pas anéantis…
".
2 Co 4, 8-10

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12596
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Jésus et le temple

Message non lupar etienne lorant » jeu. 29 oct. 2009, 17:14

Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc 13,31-35.

A ce moment-là, quelques pharisiens s'approchèrent de Jésus pour lui dire : « Va-t'en, pars d'ici : Hérode veut te faire mourir. » Il leur répliqua : « Allez dire à ce renard : Aujourd'hui et demain, je chasse les démons et je fais des guérisons ; le troisième jour, je suis au but. Mais il faut que je continue ma route aujourd'hui, demain et le jour suivant, car il n'est pas possible qu'un prophète meure en dehors de Jérusalem.

Jérusalem, Jérusalem, toi qui tues les prophètes, toi qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois j'ai voulu rassembler tes enfants comme la poule rassemble ses poussins sous ses ailes, et vous n'avez pas voulu !
Maintenant, Dieu abandonne votre Temple entre vos mains. Je vous le déclare : vous ne me verrez plus jusqu'au jour où vous direz : Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! »

Les pharisiens ne cherchent pas à sauver Jésus des soldats d'Hérode, mais au moment où il le préviennent ainsi, c'est parce que sa parole les dérange et ils sont exaspérés. De plus en plus, la foule les délaisse pour écouter Jésus et ils savent que ce prédicateur trouve toujours un argument infaillible pour les contrer. De fait, ici encore, Jésus leur répond en les associant par avance à ce projet criminel. Mais j'admire moi aussi ce langage: "Aujourd'hui et demain, je chasse les démons et je fais des guérisons ; le troisième jour, je suis au but". Cela veut dire que personne ne peut rien contre lui si lui-même ne se laisse pas saisir. A Pilate, même après la flagellation, alors qu'il est tout inondé de sang et porte sa dérisoire couronne d'épines, il répondra sur le même ton : "En vérité, tu n'aurais sur moi aucun pouvoir, s'il ne t'avait été donné d'en haut par mon Père." Et du fait qu'il n'est pas simplement roi mais aussi maître de justice, il ajoutera: "C'est pourquoi celui qui me livre à toi commet un plus grand péché que toi."

Je retrouve la même autorité lorsqu'il prophétise sur Jérusalem : "Dieu abandonne votre Temple entre vos mains". Dans un autre évangile, Il ajoute : "Votre maison sera laissée triste et déserte". En effet, le temple ne peut être détruit aussi longtemps que Dieu l'habite, mais du fait de leur refus, désormais le temple de Dieu sera tout homme qui croira : "Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l'Esprit de Dieu habite en vous?" (1 Cor 3:16). Enfin, on ne peut commenter ce passage sans dire que le Seigneur a pleuré sur Jérusalem et, dans cette comparaison de la poule et des poussins, on voit bien que le mot de "miséricorde" désigne en hébreu (Rahamin) "les entrailles maternelles de Dieu"... Confions-nous sans réserve à Sa miséricorde !

Image
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12596
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Habileté à la miséricorde

Message non lupar etienne lorant » ven. 06 nov. 2009, 11:06

Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc 16,1-8.

Jésus disait encore à ses disciples : « Un homme riche avait un gérant qui lui fut dénoncé parce qu'il gaspillait ses biens. Il le convoqua et lui dit : 'Qu'est-ce que j'entends dire de toi ? Rends-moi les comptes de ta gestion, car désormais tu ne pourras plus gérer mes affaires. 'Le gérant pensa : 'Que vais-je faire, puisque mon maître me retire la gérance ? Travailler la terre ? Je n'ai pas la force. Mendier ? J'aurais honte. Je sais ce que je vais faire, pour qu'une fois renvoyé de ma gérance, je trouve des gens pour m'accueillir. ' Il fit alors venir, un par un, ceux qui avaient des dettes envers son maître. Il demanda au premier : 'Combien dois-tu à mon maître ? -Cent barils d'huile. ' Le gérant lui dit : 'Voici ton reçu ; vite, assieds-toi et écris cinquante. ' Puis il demanda à un autre : 'Et toi, combien dois-tu ? - Cent sacs de blé. ' Le gérant lui dit : 'Voici ton reçu, écris quatre-vingts. ' Ce gérant trompeur, le maître fit son éloge : effectivement, il s'était montré habile, car les fils de ce monde sont plus habiles entre eux que les fils de la lumière.

Il n'y a pas que les biens de ce monde qui nous sont confiés, il y a aussi nos talents. C'est donc en jouant sur les mots et sur la signification que nous leur accordons que Jésus fonde cette parabole. Ce à quoi nous invite Jésus n'est pas si simple à comprendre cette fois-ci : ce qu'il nous demande, c'est d'entrer dans la "logique" de Dieu et de la miséricorde.

L'habileté de cet intendant malhonnête, c'est qu'il va donc mettre ses talents au service des autres. Les autres qui lui sont débiteurs dans le sens qu'ils ne possèdent pas les mêmes talents que lui. Il leur rend donc de grands services (car n'est-il pas un expert en matière de fraude fiscale ?). Il fait cela gratuitement. Et en agissant ainsi, il s'attire une telle reconnaissance que, plus tard, n'ayant plus les revenus financiers, il n'aura pas à mendier: il sera accueilli à bras ouvert comme un bienfaiteur.

Donc, nous qui sommes débiteurs envers Dieu, autant de nos biens matériels que de nos talents, nous à qui des comptes seront demandés, il nous sera d'autant remis que nous aurons remis aux autres, en leur portant secours par nos propres talents, car Dieu est miséricordieux et cet Evangile correspond parfaitement à la béatitude : Heureux les misércordieux, car ils obtiendront miséricorde.

Cependant, qui veut bien entendre, qui veut comprendre ? C'est pour cela que Jésus conclut avec ce trait: "les fils de ce monde sont plus habiles entre eux que les fils de la lumière." Il dira aussi aux disciples: "Vous avez reçu gratuitement, vous aussi donnez gratuitement". Autrement dit, quand il s'agit d'argent, tous comprennent, mais quand il s'agit de gratuité et de don, les oreilles se bouchent facilement !
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Anne
Prætor
Prætor
Messages : 6706
Inscription : jeu. 21 févr. 2008, 1:05
Conviction : Catholique romaine
Localisation : Provincia Quebecensis

Re: Habileté à la miséricorde

Message non lupar Anne » sam. 07 nov. 2009, 2:37

Il n'y a pas que les biens de ce monde qui nous sont confiés, il y a aussi nos talents. C'est donc en jouant sur les mots et sur la signification que nous leur accordons que Jésus fonde cette parabole.
Je suis curieuse: un de nos experts en la matière pourrait-il nous dire si ce jeu de mots est présent dans "l'original"?
"À tout moment, nous subissons l’épreuve, mais nous ne sommes pas écrasés;
nous sommes désorientés, mais non pas désemparés;
nous sommes pourchassés, mais non pas abandonnés;
terrassés, mais non pas anéantis…
".
2 Co 4, 8-10


Revenir vers « Méditations »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités