Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2019-2020)

« Mon âme aspire vers toi pendant la nuit, mon esprit te cherche dès le matin. » (Is 26.9)
Règles du forum
Forum de partage de méditations chrétiennes
Avatar de l’utilisateur
Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: La marche en avant

Message non lu par Carolus » lun. 27 janv. 2020, 14:43

etienne lorant a écrit :
lun. 27 janv. 2020, 12:16
etienne lorant :

Des personnes qui nous ont fait du mal,i il ne faut pas maudire, il ne faut pas chercher à nuire. Si l'on désire rencontrer Dieu il faut se renoncer soi-même afin de vivre en vue du Royaume et son éternité.
Vous avez raison,cher Étienne. :)
CEC 1968 L’Evangile conduit ainsi la loi à sa plénitude par l’imitation de la perfection du Père céleste (cf. Mt 5, 48), par le pardon des ennemis et la prière pour les persécuteurs, à l’instar de la générosité divine (cf. Mt 5, 44).
Par le « pardon des ennemis et la prière pour les persécuteurs » nous imitons « la perfection du Père céleste » (CEC 1968).

Imitons donc notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, n’est-ce pas ? :oui:

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13371
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Plénitude de l'âme abandonnée en Dieu

Message non lu par etienne lorant » mar. 28 janv. 2020, 12:43

Lecture du deuxième livre de Samuel      
En ces jours-là,  David fit monter l’arche de Dieu de la maison d’Obed-Édom jusqu’à la Cité de David, au milieu des cris de joie. Quand les porteurs de l’Arche eurent avancé de six pas, il offrit en sacrifice un taureau et un veau gras.  David, vêtu d’un pagne de lin, dansait devant le Seigneur, en tournoyant de toutes ses forces. David et tout le peuple d’Israël firent monter l’arche du Seigneur parmi les ovations,au son du cor. Ils amenèrent donc l’arche du Seigneur et l’installèrent à sa place, au milieu de la tente que David avait dressée pour elle. Puis il offrit devant le Seigneur des holocaustes et des sacrifices de paix. Quand David eut achevé d’offrir les holocaustes et les sacrifices de paix,'il bénit le peuple au nom du Seigneur des armées.Il fit une distribution à tout le peuple, à la foule entière des Israélites, hommes et femmes: pour chacun une galette de pain, un morceau de rôti

et un gâteau de raisins. Ensuite tout le monde s’en retourna chacun chez soi
.

               

PSAUME
(Ps 23 -24)
R/ Qui est ce roi de gloire ?
C’est le Seigneur.
Portes, levez vos frontons !
élevez-vous, portes éternelles :
qu’il entre, le roi de gloire !

Qui est ce roi de gloire ?
C’est le Seigneur, le fort, le vaillant,
le Seigneur, le vaillant des combats.

Portes, levez vos frontons !
levez-les, portes éternelles :
qu’il entre, le roi de gloire !

Qui donc est ce roi de gloire ?
C’est le Seigneur, Dieu de l’univers ;
c’est lui, le roi de gloire.


Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
En ce temps-là, comme Jésus était dans une maison,  arrivent sa mère et ses frères. Restant au-dehors, ils le font appeler. Une foule était assise autour de lui; et on lui dit: «Voici que ta mère et tes frères sont là dehors :ils te cherchent. » Mais il leur répond : «Qui est ma mère ? qui sont mes frères ? » Et parcourant du regard ceux qui étaient assis en cercle autour de lui, il dit: « Voici ma mère et mes frères. Celui qui fait la volonté de Dieu, celui-là est pour moi un frère, une sœur, une mère. »

           – Aelf, Paris


Dans toutes les civilisation les civilisations antiques, les les sacrifices d'animaux constituaient des offrandes de choix et de grand choix, selon ce que l'on désirait obtenir.


Le rite consistait à reporter sur un animal au pelage sans défaut et bêlant d'innocence les désirs de toutes sortes, en commençant par ,des victoires au combats. L'idée consistait de se démettre d'objets précieux en vue d’acquérir que l'on désirait obtenir. On aura beau dire que ces pratiques barbares ont disparu, les amateurs misent des hommes d'argent sur l'arrivée en tête d'un coureur cycliste, d'un joueur de tennis, et d'un joueur de golf, etc.
Notre prêtre a rapporté le cas d'un homme qui avait beaucoup gagné...finit par devoir remettre en vente sa maison - ce qui se produit assez souvent - les paris sont aussi dangereux que que l'alcool pour un buveur...

Heureux cependant les hommes et les femmes qui ayant accueilli dans leurs cœurs le message de l'amour de Dieu qui les portera dans plénitude de l'amour chrétien...


.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Plénitude de l'âme abandonnée en Dieu

Message non lu par Carolus » mar. 28 janv. 2020, 22:25

etienne lorant a écrit :
mar. 28 janv. 2020, 12:43
etienne lorant :

Notre prêtre a rapporté le cas d'un homme qui avait beaucoup gagné...finit par devoir remettre en vente sa maison - ce qui se produit assez souvent - les paris sont aussi dangereux que que l'alcool pour un buveur...
Vous avez raison, cher Étienne. :)
CEC 2413 Les jeux de hasard (jeu de cartes, etc.) ou les paris ne sont pas en eux-mêmes contraires à la justice. Ils deviennent moralement inacceptables lorsqu’ils privent la personne de ce qui lui est nécessaire pour subvenir à ses besoins et à ceux d’autrui. La passion du jeu risque de devenir un asservissement grave.
Prions donc pour que la passion du jeu ne devienne jamais un vice. 🙏

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 4341
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2019-2020)

Message non lu par Kerniou » mer. 29 janv. 2020, 11:09

Le jeu comme l'alcool fait partie des addictions et devient pathologique quand on ne peut s'en passer ...
Les jeux comme l'alcool ne doivent pas devenir un besoin vital ...
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13371
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

De nos vocations particulières

Message non lu par etienne lorant » mer. 29 janv. 2020, 11:50

Lecture du deuxième livre de Samuel
Cette nuit-là, la parole du Seigneur fut adressée à Nathan: Va dire dire à mon serviteur David: Ainsi parle le Seigneur: Est-ce toi qui me bâtiras une maison pour que j’y habite ?  Depuis le jour où j’ai fait monter d’Égypte les fils d’Israël et jusqu’à ce jour, je n’ai jamais habité dans une maison; j’ai été comme un voyageur, sous la tente qui était ma demeure. Pendant tout le temps où j’étais comme un voyageur parmi tous les fils d’Israël, ai-je demandé à un seul des juges que j’avais institués pasteurs de on peuple Israël: “Pourquoi ne m’avez-vous pas bâti une maison de cèdre ?” Tu diras donc à mon serviteur David : Ainsi parle le Seigneur de l’univers: C’est moi qui t’ai pris au pâturage, derrière le troupeau, pour que tu sois le chef de mon peuple Israël. J’ai été avec toi partout où tu es allé, j’ai abattu devant toi tous tes ennemis. Je t’ai fait un nom aussi grand que celui des plus grands de la terre. Je fixerai en ce lieu mon peuple Israël, je l’y planterai, il s’y établira et ne tremblera plus, et les méchants ne viendront plus l’humilier, comme ils l’ont fait autrefois,  depuis le jour où j’ai institué des juges pour conduire mon peuple Israël. Oui, je t’ai accordé la tranquillité en te délivrant de tous tes ennemis. Le Seigneur t’annonce qu’il te fera lui-même une maison.  Quand tes jours seront accomplis et que tu reposeras auprès de tes pères, je te susciterai dans ta descendance un successeur, qui naîtra de toi, et je rendrai stable sa royauté. C’est lui qui bâtira une maison pour mon nom, et je rendrai stable pour toujours son trône royal. Moi, je serai pour lui un père ; et lui sera pour moi un fils. S’il fait le mal, je le corrigerai avec le bâton, à la manière humaine, je le frapperai comme font les hommes. Mais ma fidélité ne lui sera pas retirée, comme je l’ai retirée à Saül que j’ai écarté de devant toi. Ta maison et ta royauté subsisteront toujours devant moi, ton trône sera stable pour toujours. » Toutes ces paroles, toute cette vision,
Nathan les rapporta fidèlement à David.

         

PSAUME
(Ps 88-(89)
R/ Sans fin je lui garderai mon amour.
« Avec mon élu, j’ai fait une alliance,
j’ai juré à David, mon serviteur :
J’établirai ta dynastie pour toujours,
je te bâtis un trône pour la suite des âges.

« Il me dira : Tu es mon Père,
mon Dieu, mon roc et mon salut !
Et moi, j’en ferai mon fils aîné,
le plus grand des rois de la terre !

« Sans fin je lui garderai mon amour,
mon alliance avec lui sera fidèle ;
je fonderai sa dynastie pour toujours,
son trône aussi durable que les cieux.
»

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
En ce temps-là,  Jésus se mit de nouveau à enseigner au bord de la mer de Galilée. Une foule très nombreuse se rassembla auprès de lui, si bien qu’il monta dans une barque où il s’assit. Il était sur la mer, et toute la foule était près de la mer, sur le rivage. Il leur enseignait beaucoup de choses en paraboles, et dans son enseignement il leur disait:« Écoutez ! Voici que le semeur sortit pour semer. Comme il semait, du grain est tombé au bord du chemin ; les oiseaux sont venus et ils ont tout mangé. Du grain est tombé aussi sur du sol pierreux, où il n’avait pas beaucoup de terre ; il a levé aussitôt, parce que la terre était peu profonde; et lorsque le soleil s’est levé, ce grain a brûlé et, faute de racines, il a séché.  Du grain est tombé aussi dans les ronces, les ronces ont poussé, l’ont étouffé, et il n’a pas donné de fruit. Mais d’autres grains sont tombés dans la bonne terre ; ils ont donné du fruit en poussant et en se développant, et ils ont produit trente, soixante, cent, pour un. » Et Jésus disait : « Celui qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende ! »  Quand il resta seul, ceux qui étaient autour de lui avec les Douze l’interrogeaient sur les paraboles.  Il leur disait: « C’est à vous qu’est donné le mystère du royaume de Dieu ; mais à ceux qui sont dehors, tout se présente sous forme de paraboles. Et ainsi, comme dit le prophète : Ils auront beau regarder de tous leurs yeux, ils ne verront pas ; ils auront beau écouter de toutes leurs oreilles, ils ne comprendront pas ; sinon ils se convertiraient
et recevraient le pardon. » Il leur dit encore : « Vous ne saisissez pas cette parabole ? Alors, comment comprendrez-vous toutes les paraboles ?  Le semeur sème la Parole.  Il y a ceux qui sont au bord du chemin où la Parole est semée : quand ils l’entendent, Satan vient aussitôt et enlève la Parole semée en eux. Et de même, il y a ceux qui ont reçu la semence dans les endroits pierreux : ceux-là, quand ils entendent la Parole, ils la reçoivent aussitôt avec joie; mais ils n’ont pas en eux de racine, ce sont les gens d’un moment ; que vienne la détresse ou la persécution à cause de la Parole, ils trébuchent aussitôt. Et il y en a d’autres qui ont reçu la semence dans les ronces: ceux-ci entendent la Parole,
mais les soucis du monde, la séduction de la richesse
et toutes les autres convoitises les envahissent et étouffent la Parole, qui ne donne pas de fruit.  Et il y a ceux qui ont reçu la semence dans la bonne terre :ceux-là entendent la Parole, ils l’accueillent, et ils portent du fruit : trente, soixante, cent, pour un
. »

           – Aelf, Paris


Dans un premier temps,   Iles Juifs marchaient  avec l'arche de l’Alliance, considérée comme  la maison du Seigneur,  jusqu'au moment où ils  parvinrent en terre promise. Mais dès ce temps-là, l'arche d’Alliance fut considérée comme un objet magique. Dans leur marche vers la terre promise,  l'arche fut considérée comme un objet magique et miraculeux.  C'était déjà une sorte d'instrumentaliser la divinité. Or, cette façon de croire tient plus de l’idolâtrie et de l'instrumentalisation du phénomène divin.

Lorsque les hommes prient, ils font bien. Mais bien souvent ils commettent cette erreur:  ils ne tiennent pas assez compte du fait qu'ils ne se connaissent pas bien eux-mêmes ! Ils s'estiment patients mais ils ne le sont pas.  Ils jurent fidélité mais ils sont bien souvent distraits par les slogans  que promulguent  les média.  On est distrait, on se laisse distraire et l'on finit par faire ce que l'on avait juré de ne pas faire !

La Parole de Dieu , si nous la suivons, nous rend meilleurs si nous voulons bien  entrer dans le projet de du Seigneur, ce projet qui nous comblera selon notre nature - cette nature profonde que l'on peut nommer don du Seigneur,  béatitude -grand bonheur dont on ne se lasse jamais..


.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: De nos vocations particulières

Message non lu par Carolus » mer. 29 janv. 2020, 23:51

etienne lorant a écrit :
mer. 29 janv. 2020, 11:50
etienne lorant :

Lorsque les hommes prient, ils font bien. Mais bien souvent ils commettent cette erreur:  ils ne tiennent pas assez compte du fait qu'ils ne se connaissent pas bien eux-mêmes ! Ils s'estiment patients mais ils ne le sont pas.  Ils jurent fidélité mais ils sont bien souvent distraits par les slogans  que promulguent  les média.  On est distrait, on se laisse distraire et l'on finit par faire ce que l'on avait juré de ne pas faire !
Merci de votre réflexion, cher Etienne. :)
CEC 2153 Que votre langage soit : ‘Oui ? oui’, ‘Non ? non’ : ce qu’on dit de plus vient du Mauvais " (Mt 5, 33-34. 37 ; cf. Jc 5, 12). Jésus enseigne que tout serment implique une référence à Dieu et que la présence de Dieu et de sa vérité doit être honorée en toute parole.
Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ nous avertit : Il a été dit aux anciens : " Tu ne parjureras pas " ... Eh bien ! moi je vous dis de ne pas jurer du tout (Mt 5, 33-34).

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13371
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

L'Esprit Saint est notre défenseue

Message non lu par etienne lorant » jeu. 30 janv. 2020, 10:58

Lecture du deuxième livre de Samuel
Lorsque le prophète Nathan eut transmis à David les promesses de Dieu, le roi David vint s’asseoir en présence du Seigneur. Il dit : « Qui suis-je donc, Seigneur, et qu’est-ce que ma maison, pour que tu m’aies conduit jusqu’ici ? Mais cela ne te paraît pas encore suffisant, Seigneur, et tu adresses une parole à la maison de ton serviteur pour un avenir lointain. Est-ce là, Seigneur Dieu, la destiné de l'homme ? Pour toi, tu as établi à jamais ton peuple Israël, et toi, Seigneur, tu es devenu son Dieu. Maintenant donc, Seigneur Dieu, la parole que tu as dite au sujet de ton serviteur et de sa maison, tiens-la pour toujours, et agis selon ce que tu as dit. Que ton nom soit exalté pour toujours ! Que l’on dise: “Le Seigneur de l’univers est le Dieu d’Israël”, et la maison de ton serviteur David sera stable en ta présence. Oui, c’est toi, Seigneur de l’univers, Dieu d’Israël, qui as fait cette révélation à ton serviteur : “Je te bâtirai une maison.” C’est pourquoi ton serviteur ose t’adresser cette prière: Seigneur, c’est toi qui es Dieu, tes paroles sont vérité, et tu as fait cette magnifique promesse à ton serviteur. Daigne bénir la maison de ton serviteur, afin qu’elle soit pour toujours en ta présence. Car toi, Seigneur Dieu, tu as parlé, et par ta bénédiction la maison de ton serviteur sera bénie pour toujours. »


PSAUME
(Ps 131 -132)
R/ Le Seigneur Dieu lui donnera
le trône de David, son père.
Souviens-toi, Seigneur, de David
et de sa grande soumission
quand il fit au Seigneur un serment,
une promesse au Puissant de Jacob :

« Jamais je n’entrerai sous ma tente,
j’interdirai tout sommeil à mes yeux
avant d’avoir trouvé un lieu pour le Seigneur,
une demeure pour le Puissant de Jacob. »

Le Seigneur l’a juré à David,
et jamais il ne reprendra sa parole :
« C’est un homme issu de toi
que je placerai sur ton trône.

« Si tes fils gardent mon alliance,
les volontés que je leur fais connaître,
leurs fils, eux aussi, à tout jamais,
siégeront sur le trône dressé pour toi. »

Car le Seigneur a fait choix de Sion ;
elle est le séjour qu’il désire :
« Voilà mon repos à tout jamais,
c’est le séjour que j’avais désiré. »




Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
En ce temps-là, Jésus disait à la foule : « Est-ce que la lampe est apportée pour être mise sous le boisseau ou sous le lit ? N’est-ce pas pour être mise sur le lampadaire ? Car rien n’est caché, sinon pour être manifesté;rien n’a été gardé secret, sinon pour venir à la clarté. Si quelqu’un a des oreilles pour entendre, qu’il entende ! » l leur disait encore:« Faites attention à ce que vous entendez ! La mesure que vous utilisez sera utilisée aussi pour vous, et il vous sera donné encore plus Car celui qui a, on lui donnera ; celui qui n’a pas, on lui enlèvera même ce qu’il a. »

– Aelf, Paris

Comme David a pu plaire à Dieu, il nous faut nous aussi chercher à plaire à Dieu. Prenons avec joie la résolution de pratiquer notre foi dès la sortie de la messe. Il y a un temps pour écouter et un temps pour mettre en oeuvre. Nous sortons de l'office avec de la joie dans l'esprit et le corps. Celles et ceux qui sont venu à la messe afin de recevoir des forces, ils sortent non seulement avec des forces renouvelées - mais encore avec une joie, une jubilation intérieure qui entraînent à vivre une journée avec enthousiasme.

Et l’inverse d'une confrontation redondée avec un supérieur c'est un agrément inattendu met fin à une situation conflictuelle. Pour s'en rendre compte, il suffit d'être de bonne foi: car l'Esprit Saint est notre défenseur et nous confère une parole irrésistible. Faisons donc attention la façon dont nous pensons car le Seigneur est out proche de quiconque s'en remet à lui.

Il serait bon, ce matin, de nous souvenir des ces événements et situations critiques qui, tout un coup, ont abouti en un consensus inespéré. Priez L’esprit Saint - Il est votre défenseur !



.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13371
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Heureux les miséricordieux

Message non lu par etienne lorant » ven. 31 janv. 2020, 12:22

Lecture du deuxième livre de Samuel
Au retour du printemps, à l’époque où les rois se mettent en campagne,David envoya Joab en expédition, avec ses officiers et toute l’armée d’Israël; ils massacrèrent les fils d’Ammone et mirent le siège devant Rabba. David était resté à Jérusalem.
Un soir, il se leva de sa couche pour se promener sur la terrasse du palais.De là, il aperçut une femme en train de se baigner. Cette femme était très belle.David fit demander qui elle était,et on lui répondit:«Mais c’est Bethsabée, fille d’Éliam, la femme d’Ourias le Hittite » Alors David envoya des gens la chercher. Elle vint chez lui ;il coucha avec elle. La femme devint enceinte, et elle fit savoir à Davi : « Je suis enceinte !» Alors David expédia ce message à Joab :« Envoie-moi Ourias le Hittite.» Et Joab l’envoya à David.  Lorsque Ourias fut arrivé auprès de lui, David lui demanda comment allaient Joab, et l’armée, et la guerre.Puis il lui dit :« Descends chez toi, prends du repos.» Ourias sortit du palais, et l’on portait derrière lui une portion de la table du roi. Mais Ourias se coucha à l’entrée du palais avec les serviteurs de son maître ;il ne descendit pas chez lui. On annonça à David: « Ourias n’est pas descendu chez lui. »Le lendemain, David l’invita à manger et à boire à sa table, et il l’enivra.Le soir, Ourias sortit et alla se coucher à nouveau avec les serviteurs de son maître; mais il ne descendit pas chez lui. Le matin suivant, David écrivit une letre pour Joab, et la fit porter par Ourias. Il disait dans cette lettre «Mettez Ourias en première ligne, au plus fort de la mêlée, puis repliez-vous derrière lui ; qu’il soit frappé et qu’il meur Joab, qui assiégeait la ville, plaça Ourias à un endroit où il savait que les ennemis étaient en force. Les assiégés firent une sortie contre Joab. Il y eut des tués dans l’armée, parmi les serviteurs de David, et Ourias le Hittite mourut aussi.




Ps 50 -(51)
R/ Pitié, Seigneur, car nous avons péché !
Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour,
selon ta grande miséricorde, efface mon péché.
Lave-moi tout entier de ma faute,
purifie-moi de mon offense.
Oui, je connais mon péché,
ma faute est toujours devant moi.
Contre toi, et toi seul, j’ai péché,
ce qui est mal à tes yeux, je l’ai fait.

Ainsi, tu peux parler et montrer ta justice,
être juge et montrer ta victoire.
Moi, je suis né dans la faute,
j’étais pécheur dès le sein de ma mère.

Fais que j’entende les chants et la fête :
ils danseront, les os que tu broyais.
Détourne ta face de mes fautes,
enlève tous mes péchés.



Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
En ce temps-là, Jésus disait aux foules :« Il en est du règne de Dieu comme d’un homme qui jette en terre la semence: nuit et jour, qu’il dorme ou qu’il se lève, la semence germe et grandit, il ne sait comment. D’elle-même, la terre produit d’abord l’herbe, puis l’épi, enfin du blé plein l’épi.     Et dès que le blé est mûr, il y met la faucille, puisque le temps de la moisson est arrivé. »


Il disait encore: « À quoi allons-nous comparer le règne de Dieu ?
Par quelle parabole pourrions-nous le représenter ?    Il est comme une graine de moutarde : quand on la sème en terre,
elle est la plus petite de toutes les semences. Mais quand on l’a semée, elle grandit et dépasse toutes les plantes potagères ;
et elle étend de longues branches, si bien que les oiseaux du ciel
peuvent faire leur nid à son ombre.»  Par de nombreuses paraboles semblables,Jésus leur annonçait la Parole, dans la mesure où ils étaient capables de la comprendre
.


.
d

Jésus dit encore: "Le Royaume, ne cherches pas : il est au milieu de vous" Chaque journée nous donne la possibilité d’entrer.. dans ce Royaume. Pour y entrer, il suffit que nous reconnaissions tels que nous sommes. Le plus souvent nous tombons du simple fait que nous nous croyons forts. Lorsque nous péchons,nous invoquons des circonstances atténuantes et le"moindre mal"Mal" et ce mal ne fait que s’agrandir. ... Notre prêtre a cité une locution tirée de l'antiquité : Méfiez-des Grecs - et d'autant plus quand il vous font des cadeaux !

Pour recouvrir la joie de la conversion, il nous faut chasser les occasions de doutes et demeurer vigilants. Mais par contre, multiplier l'aumône envers les plus démunis. Les bonnes actions envers les pauvres : notre miséricorde nous rendrons dignes de miséricorde ...


.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Heureux les miséricordieux

Message non lu par Carolus » ven. 31 janv. 2020, 23:17

etienne lorant a écrit :
ven. 31 janv. 2020, 12:22

Lorsque nous péchons, nous invoquons des circonstances atténuantes et le"moindre mal"Mal" et ce mal ne fait que s’agrandir. ...
Merci de cette réflexion, cher Étienne. :)
CEC 1425 Mais l’apôtre saint Jean dit aussi : " Si nous disons que nous sommes sans péché, nous nous abusons nous-mêmes, et la vérité n’est point en nous " (1 Jn 1,8).
Il faut que nous confessions nos péchés.
1 Jn 1, 9 Si nous reconnaissons nos péchés, lui qui est fidèle et juste va jusqu’à pardonner nos péchés et nous purifier de toute injustice.
Confessons donc nos péchés afin que notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ nous les pardonne et nous purifie de toute injustice ! 🙏

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13371
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

De l'humilité qui fait les forts

Message non lu par etienne lorant » sam. 01 févr. 2020, 12:55

Lecture du deuxième livre de Samuel En ces jours-là,  le Seigneur envoya vers David le prophète Nathanqui alla le trouver et lui dit « Dans une même ville, il y avait deux hommes; l’un était riche, l’autre était pauvre. Le riche avait des moutons et des bœufs  très grand nombre. Le pauvre n’avait rien qu’une brebis, une toute petite, qu’il avait achetée.Il la nourrissait, et elle grandissait chez lui au milieu de ses fils ; elle mangeait de son pain, buvait de sa coupe, elle dormait dans ses bras: elle était comme sa fille.  Un voyageur arriva chez l’homme riche. Pour préparer le repas de son hôte, celui-ci épargna ses moutons et ses bœufs. Il alla prendre la brebis du pauvre, et la prépara pour l’homme qui était arrivé chez lui. »  Alors, David s’enflamma d’une grande colère contre cet homme, et dit à Nathan: « Par le Seigneur vivant, l’homme qui a fait cela mérite la mort ! et il remboursera la brebis au quadruple, pour avoir commis une telle action et n’avoir pas épargné le pauvre. »  Alors Nathan dit à David: « Cet comme, c’est toi ! Ainsi parle le Seigneur Dieu d’Israël:  Voici, l’épée ne s’écartera plus jamais de ta maison, parce que tu m’as méprisé et que tu as pris la femme d’Ourias le Hittite pour qu’elle devienne ta femme. Ainsi parle le Seigneur : De ta propre maison,je ferai surgir contre toi le malheur. Je t’enlèverai tes femmes sous tes yeux et je les donnerai à l’un de tes proches,qui les prendra sous les yeux du soleil. Toi, tu as agi en cachette, mais moi, j’agirai à la face de tout Israël, et à la face du soleil !»   David dit à Nathan : « J’ai péché contre le Seigneur! » Nathan lui répondit: « Le Seigneur a passé sur ton péché, tu ne mourras pas.  Cependant, parce que tu as bafoué le Seigneur, le fils que tu viens d’avoir mourra. » Et Nathan retourna chez lui. Le Seigneur frappa l’enfant que la femme d’Ourias avait donné à David, et il tomba gravement malade.  David implora Dieu pour le petit enfant : il jeûna strictement, et, quand il rentrait chez lui, il passait la nuit couché par terre.   Les anciens de sa maison insistaient auprès de lui pour qu’l se relève, mais il refusa, et ne prit avec eux aucune nourriture.

         
Psaume (Ps 50- 51)
Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu.
Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu,
renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit.
Ne me chasse pas loin de ta face,
ne me reprends pas ton esprit saint.

Rends-moi la joie d’être sauvé ;
que l’esprit généreux me soutienne.
Aux pécheurs, j’enseignerai tes chemins ;
vers toi, reviendront les égarés.

Libère-moi du sang versé, Dieu, mon Dieu sauveur,
et ma langue acclamera ta justice.
Seigneur, ouvre mes lèvres,
et ma bouche annoncera ta louange.



Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
Ce jour-là, le soir venu, Jésus dit à ses disciples : « Passons sur l’autre rive. » Quittant la foule, ils emmenèrent Jésus, comme il était, dans la barque, et d’autres barques l’accompagnai survient une violente tempête. Les vagues se jetaient sur la  barque, si bien que déjà elle se remplissait. Lui dormait sur le coussin à l’arrière. Les disciples le réveillent et lui disent: « Maître, nous sommes perdus ; cela ne te fait rien ? »  Réveillé, il menaça le vent et dit à la mer: « Silence, tais-toi ! » Le vent tomba, et il se fit un grand calme.  Jésus leur dit :« Pourquoi êtes-vous si craintifs ? N’avez-vous pas encore la foi ? »
Saisis d’une grande crainte, ils se disaient entre eux :
« Qui est-il donc, celui-ci, pour que même le vent et la mer lui obéissent ?
»


           – Aelf, Paris

Prenons garde en nous-mêmes de ne pas abuser des largesses que Dieu nous gratifient. Ce qu'il est advenu de David choisi tout au début pour pour sa simplicité et sa pureté initiale : une foi au pouvoir, il a commencé de se laisser corrompre par la puissance que les hommes ont cru bon lui conférer. Il est devenu adultère, il s'est laissé corrompre comme n'importe quel potentat païen.

Et il en est encore ainsi dans nos actualités. Un inconnu se fait élire et se met faire de lourds fardeaux sur son peuple qui souffre et manifeste colère autant que stupeur. On cherchait le meilleur et l'on se retrouve confronté au malheur. On croyait tout unir et tout se désagrège.

Mais le remède est simple et consiste en humilité. L'humilité n'est pas la bassesse mais la qualité de se reconnaître tel que l'on est en vue de devenir meilleur encore ...



.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: De l'humilité qui fait les forts

Message non lu par Carolus » dim. 02 févr. 2020, 0:31

etienne lorant a écrit :
sam. 01 févr. 2020, 12:55
etienne lorant :

Prenons garde en nous-mêmes de ne pas abuser des largesses que Dieu nous gratifient.
Merci de votre réflexion, cher Étienne. :(
Jc 4, 7 Soumettez-vous donc à Dieu, et résistez au diable : il s’enfuira loin de vous.
Soumettons-nous donc toujours à notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ ! 🙏

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13371
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

"Le démon " est caché dans "Le monde"

Message non lu par etienne lorant » lun. 03 févr. 2020, 11:57

Lecture du deuxième livre de Samuel
En ces jours-là, un messager vint annoncer à David: «Le cœur des hommes d’Israël a pris parti pour Absalom.» Alors David dit à tous ses serviteurs, qui étaient avec lui à Jérusalem:« Debout, fuyons ! Autrement nous n’échapperons pas à Absalom. Vite,partez !Sans quoi, il nous gagnera de vitesse, il nous précipitera dans le malheur et passera la ville au fil de l’épée. » David montait par la montée des Oliviers; il montait en pleurant, la tête voilée ; il marchait pieds nus. Tous ceux qui accompagnement avaient la tête voilée;et ils montaient en pleurant. Comme le roi David atteignait Bahourim, il en sortit un homme du même clan que la maison de Saül. Il s’appelait Shiméï, fils de Guéra. Tout en sortant, il proférait des malédictions. Il lançait des pierres à David et à tous les serviteurs dmu roi, tandis que la foule et les guerriers entouraient le roi à droite et à gauche. Shiméï maudissait le roi en lui criant: « Va-t’en, va-t’en, homme de sang, vaurien ! Le Seigneur a fait retomber sur toi tout le sang de la maison de Saül dont tu as usurpé la royauté ; c’est pourquoi le Seigneur a remis la royauté entre les mains de ton fils Absalom. Et te voilà dans le malheur, car tu es un homme de sang.» Abishaï, fils de Cerouya, dit au roi: « Comment ce chien crevé peut-il maudire mon seigneur le roi ? Laisse-moi passer, que je lui tranche la tête." Mais le roi répondit : « Que me voulez-vous, fils de Cerouya ? S’il maudit, c’est peut-être parce que le Seigneur lui a ordonné de maudire David. ors, qui donc pourrait le lui reprocher? » David dit à Abishaï et à tous ses serviteurs : « Même celui qui est mon propre fils s’attaque à ma vie à plus forte raison ce descendant de Benjamin ! Laissez-le maudire, si le Seigneur le lui a ordonné. Peut-être que le Seigneur considérera ma misère et me rendra le bonheur
au lieu de sa malédiction d’aujourd’hui. »  David et ses hommes continuèrent leur chemin.


           
PSAUME
(Ps 3, 2-3)
R/ Lève-toi, Seigneur !
Sauve-moi, mon Dieu !
Seigneur, qu’ils sont nombreux mes adversaires,
nombreux à se lever contre moi,
nombreux à déclarer à mon sujet :
« Pour lui, pas de salut auprès de Dieu ! »

Mais toi, Seigneur, mon bouclier,
ma gloire, tu tiens haute ma tête.
À pleine voix je crie vers le Seigneur ;
il me répond de sa montagne sainte.

Et moi, je me couche et je dors ;
je m’éveille : le Seigneur est mon soutien.
Je ne crains pas ce peuple nombreux
qui me cerne et s’avance contre moi
.



Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
En ce temps-là, Jésus et ses disciples     arrivèrent sur l’autre rive, de l’autre côté de la mer de Galilée, dans le pays des Géraséniens .Comme Jésus sortait de la barque, aussitôt un homme possédé d’un esprit impur s’avança depuis les tombes à sa rencontre; il habitait dans les tombeaux et personne ne pouvait plus l’attacher, même avec une chaîne; en effet on l’avait souvent attaché avec des fers aux pieds et des chaînes, mais il avait rompu les chaînes, brisé les fers, et personne ne pouvait le maîtriser. ans arrêt, nuit et jour, il était parmi les tombeaux et sur les collines, à crier, et à se blesser avec des pierres. Voyant Jésus de loin, il accourut, se prosterna devant lui  et cria d’une voix forte : « Que me veux-tu, Jésus, Fils du Dieu Très-Haut ? Je t’adjure par Dieu, ne me tourmente pas ! »  Jésus lui disait en effet: « Esprit impur, sors de cet homme ! »   Et il lui demandait : « Quel est ton nom ? » L’homme lui dit :« Mon nom est Légion, car nous sommes beaucoup. » Et ils suppliaient Jésus avec insistance de ne pas les chasser en dehors du pays.  Or, il y avait là, du côté de la colline, un grand troupeau de porcs
qui cherchait sa nourriture.  Alors, les esprits impurs supplièrent Jésus : « Envoie-nous vers ces porcs, et nous entrerons en eux. » Il le leur permit. Ils sortirent alors de l’homme et entrèrent dans les porcs. Du haut de la falaise, le troupeau se précipita dans la mer, il y avait environ deux mille porcs, et ils se noyaient dans la mer. Ceux qui les gardaient prirent la fuite, ils annoncèrent la nouvelle dans la ville et dans la campagne, et les gens vinrent voir ce qui s’était passé. s Is arrivent auprès de Jésus, ils voient le possédé assis, habillé, et revenu à la raison, lui qui avait eu la légion de démons, et ils furent saisis de crainte. Ceux qui avaient vu tout cela leur racontèrent l’histoire du possédé et ce qui était arrivé aux porcs.  Alors ils se mirent à supplier Jésus de quitter leur territoire. Comme Jésus remontait dans la barque, le possédé le suppliait de pouvoir être avec lui. Il n’y consentit pas, mais il lui dit :« Rentre à la maison, auprès des tiens,annonce-leur tout ce que le Seigneur a fait pour toi dans sa miséricorde. »  Alors l’homme s’en alla, il se mit à proclamer dans la région de la Décapole ce que Jésus avait fait pour lui, et tout le monde était dans l’admiration
.


Aelf, Paris


Les textes de ce jour nous manifestent comment, hors de Dieu, les hommes se précipitent dans des aventures sans le lendemain et annulent leur précédentes bonnes actions. La leçon des lectures de ce jour consiste en un appel à nous retourner sur nos actions et nos paroles mauvaises. "Pourquoi attendre le purgatoire ?"

Aujourd'hui même, revenons-sur nous mêmes et faisons le tri entre ce qui est bon, ce qui est mauvais et ce qui nous pousse dans l'une ou l'autre direction. Il n'est pas nécessaire d'attendre le carême pour renoncer au tabac, à l'alcool, aux entreprises de séduction, au gain d'argent, à l'ironie facile, aux spectres qui avilissent, aux moqueries et autres futilités...

Il nous est pénible de pratiquer des retours sur soi, mais ces examens particuliers, s'ils sont pratiqués sans aucune "gloriole" attireront le retour en grâce, une joie intérieure inédite ainsi qu'un réconfort intérieur.


.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: "Le démon " est caché dans "Le monde"

Message non lu par Carolus » lun. 03 févr. 2020, 23:34

etienne lorant a écrit :
lun. 03 févr. 2020, 11:57
etienne lorant :

Il n'est pas nécessaire d'attendre le carême pour renoncer au tabac, à l'alcool, aux entreprises de séduction, au gain d'argent, à l'ironie facile, aux spectres qui avilissent, aux moqueries et autres futilités...
Vous avez raison, cher Etienne. :oui:
CEC 2730 Positivement, le combat contre notre moi possessif et dominateur est la vigilance, la sobriété du cœur. Quand Jésus insiste sur la vigilance, elle est toujours relative à Lui, à sa Venue, au dernier jour et chaque jour : " aujourd’hui ". L’Epoux vient au milieu de la nuit ; la lumière qui ne doit pas s’éteindre est celle de la foi : " De toi mon cœur a dit : ‘Cherche sa Face’ " (Ps 27, 8).
D'après CEC 1809, nous devons " vivre avec modération, justice et piété dans le monde présent " (Tt 2, 12).

Que nous vivions donc chaque jour " avec modération, justice et piété dans le monde présent ", n'est-ce pas ? :oui:

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13371
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Multiples en vocations en l'Eglise

Message non lu par etienne lorant » mar. 04 févr. 2020, 12:20

Lecture du deuxième livre de Samuel
En ces jours-là, dans sa fuite, Asalom se retrouva par hasard en face des serviteurs de David. Il montait un mulet, et le mulet s’engagea sous la ramure d’un grand térébinthe. La tête d’Absalom se prit dans les branches, et il resta entre ciel et terre, tandis que le mulet qui était sous lui continuait d’avancer. Quelqu’un l’aperçut et avertit Joab:« Je viens de voir Absalom suspendu dans un térébinthe » Joab se saisit de trois épieux qu’il planta dans le cœur d’Absalom,  David était assis à l’intérieur de la double porte de la ville. Un guetteur allait et venait sur la terrasse de la porte, au-dessus du rempart; comme il regardait au loin, il aperçut un homme seul qui courait Le guetteur cria pour avertir le roi, et le roi dit: «S’il est seul, c’est qu’il a une bonne nouvelle à nous annoncer. » Le roi lui dit « Écarte-toi et tiens-toi là.» Il s’écarta et attendit. Alors arriva l’Éthiopien, qui déclara : « Bonne nouvelle pour mon seigneur le roi ! Le Seigneur t’a rendu justice aujourd’hui, en t’arrachant aux mains de tous ceux qui se dressaient contre toi »  Le roi demanda : « Le jeune Absalom est-il en bonne santé? » Et l’Éthiopien répondit: « Qu’ils aient le sort de ce jeune homme, les ennemis de mon seigneur le roi, et tous ceux qui se sont dressés contre toi pour le mal !» Alors le roi fut bouleversé, il monta dans la salle au-dessus de la porte, et il se mit à pleurer. Tout en marchant, il disait:  Mon fils Absalom ! mon fils ! mon fils Absalom ! Pourquoi ne suis-je pas mort à ta place ? Absalom, mon fils ! mon fils ! On alla prévenir Joab :« Voici que le roi pleure : il est en deuil d’Absalom. » La victoire, ce jour-là, se changea en deuil pour toute l’armée, car elle apprit ce jour-là que le roi était dans l’affliction à cause de son fils. Et ce jour-là, l’armée rentra dans la ville à la dérobée,
comme se dérobe une armée qui s’est couverte de honte
en fuyant durant la bataille
.



PSAUME
(Ps 85)R/ Écoute, Seigneur, réponds-moi !
Écoute, Seigneur, réponds-moi,
car je suis pauvre et malheureux.
Veille sur moi qui suis fidèle, ô mon Dieu,
sauve ton serviteur qui s’appuie sur toi.
Prends pitié de moi, Seigneur,
toi que j’appelle chaque jour.
Seigneur, réjouis ton serviteur :
vers toi, j’élève mon âme !

Toi qui es bon et qui pardonnes,
plein d’amour pour tous ceux qui t’appellent,
écoute ma prière, Seigneur,
entends ma voix qui te supplie.



Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
En ce temps-là, Jésus regagna en barque l’autre rive,
et une grande foule s’assembla autour de lui. Il était au bord de la mer. Arrive un des chefs de synagogue, nommé Jaïre.
Voyant Jésus, il tombe à ses pieds et le supplie instamment :
« Ma fille, encore si jeune, est à la dernière extrémité. Viens lui imposer les mains pour qu’elle soit sauvée et qu’elle vive. »
Jésus partit avec lui, et la foule qui le suivait était si nombreuse qu’elle l’écrasait. Or, une femme, qui avait des pertes de sang depuis douze ans…  elle avait beaucoup souffert du traitement de nombreux médecins, et elle avait dépensé tous ses biens
sans avoir la moindre amélioration; au contraire, son état avait plutôt empiré –…   cette femme donc, ayant appris ce qu’on disait de Jésus, vint par derrière dans la foule et toucha son vêtement.    Elle se disait en effet: « Si je parviens à toucher seulement son vêtement, je serai sauvée. » À l’instant, l’hémorragie s’arrêta,
et elle ressentit dans son corps qu’elle était guérie de son mal.
Aussitôt Jésus se rendit compte qu’une force était sortie de lui.
Il se retourna dans la foule, et il demandait: « Qui a touché mes vêtements ? » Ses disciples lui répondirent: « Tu vois bien la foule qui t’écrase, et tu demandes : “Qui m’a touché ?” »     Mais lui regardait tout autour pour voir celle qui avait fait cela. Alors la femme, saisie de crainte et toute tremblante, sachant ce qui lui était arrivé, vint se jeter à ses pieds et lui dit toute la vérité.
Jésus lui dit alors :«Ma fille, ta foi t’a sauvée.  Va en paix et sois guérie de ton mal. »  Comme il parlait encore,des gens arrivent de la maison de Jaïre, le chef de synagogue, pour dire à celui-ci :« Ta fille vient de mourir. À quoi bon déranger encore le Maître ? » Jésus, surprenant ces mots, dit au chef de synagogue: « Ne crains pas, crois seulement. » Il ne laissa personne  accompagner, sauf Pierre, Jacques, et Jean, le frère de Jacques.    Ils arrivent à la maison du chef de synagogue. Jésus voit l’agitation, et des gens qui pleurent et poussent de grands cris.
Il entre et leur dit « Pourquoi cette agitation et ces pleurs ?L’enfant n’est pas morte : elle dort.» Mais on se moquait de lui. Alors il met tout le monde dehors, prend avec lui le père et la mère de l’enfant, et ceux qui étaient avec lui ; puis il pénètre là où reposait l’enfant.  Il saisit la main de l’enfant, et lui dit :
« Talitha koum », ce qui signifie :«Jeune fille, je te le dis, lève-toi ! »   Aussitôt la jeune fille se leva et se mit à marcher
– elle avait en effet douze ans. Ils furent frappés d’une grande stupeur. Et Jésus leur ordonna fermement de ne le faire savoir à personn
e ; puis il leur dit de la faire manger.

           – Aelf, Paris

Que est le lien entre les textes de ce jour ? A première lecture, on se pose la question - car comment  relier entre les événement qui rapportent  d'abord la mort du fils héritier de David ... Mais en réalité, c'est tout simple :  les hommes invoquent Dieu et ils prient pour que leurs ambitions  et se réalisent leurs projets de succès de richesses et d'une vie sans échec, sans épreuve,  favorisée par les succès, la bonne santé, les voyages - et le retour à la belle maison que l'on s'est fait bâtir. Voici b ien ce dont aspirent les hommes - et ils prient pour leur réussite et celle de leur proches.

Mais que se produise un accident, que les enfants choisissent un autre projet de vie, qu'ils quittent le chemin que l'on avait choisi pour eux ... et l'on verra comment la bonne fortune peut devenir  fardeau  pénible.

Quelle déception pour le père du futur saint François d'Assise !   On dira que ce sont des cas rares ! Hé bien, non. ..Dans toutes les familles surviennent des  surprises semblables. Ce matin,  notre prêtre - qui avait déjà un diplôme médecine, a été rejeté par sa famille... Il fut donc contraint de devenir professeur de littérature , en vue de payer son entretien :  en, un logement particulier. Qu'a cela ne tienne : il cumula les "casquettes" - mais il rejeta plusieurs postes dans l'administration de de Évêché et finalement il fit merveille auprès des fidèles  ... qui doutaient de leur foi ainsi que de l'institution en elle même...


.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13371
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

La foi repousse le scepticisme devant elle

Message non lu par etienne lorant » mer. 05 févr. 2020, 12:09

Lecture du deuxième livre de Samuel
En ces jours-là, le roi David dit à Joab, le chef de l’armée, qui était près de lui :« Parcourez toutes les tribus d’Israël, de Dane à Bershéba, et faites le recensement du peuple, afin que je connaisse le chiffre de la population. » Joab donna au roi les chiffres du recensement: Israël comptait huit cent mille hommes capables de combattre, et Juda cinq cent mille hommes. Mais après cela, le cœur de David lui battit d’avoir recensé le peuple, et il dit au Seigneur: « C’est un grand péché que j’ai commis ! Maintenant, Seigneur, daigne passer sur la faute de ton serviteur, car je me suis vraiment conduit comme un insensé !» Le Lendemain matin, David se leva. Or la parole du Seigneur avait été adressée au prophète Gad, le voyant attaché à David: « Va dire à David : Ainsi parle le Seigneur: Je vais te présenter trois châtiments ; choisis l’un d’entre eux, et je te l’infligerai.» Gad se rendit alors chez David et lui transmit ce message : «Préfères-tu qu’il y ait la famine dans ton pays pendant sept ans ? Ou bien fuir devant tes adversaires lancés à ta poursuite, pendant trois mois ? Ou bien la peste dans ton pays pendant trois jours ? Réfléchis donc, et vois ce que je dois répondre à celui qui m’a envoyé. » David répondit au prophète Gad:« Je suis dans une grande angoisse… Eh bien! tombons plutôt entre les mains du Seigneur, car sa compassion est grande, mais que je ne tombe pas entre les mains des hommes !» Le Seigneur envoya donc la peste en Israël dès le lendemain jusqu’à la fin des trois jours.
Depuis Dane jusqu’à Bershéba, il mourut 70 000 hommes. Mais lorsque l’ange du Seigneur étendit la main vers Jérusalem pour l’exterminer, le Seigneur renonça à ce mal, et il dit à l’ange exterminateur: « Assez ! Maintenant, retire ta main. » L’ange du Seigneur se trouvait alors près de l’aire à grain d’Arauna le Jébuséen. David, en voyant l’ange frapper le peuple,
avait dit au Seigneur « C’est moi qui ai péché, c’est moi qui suis coupable; mais ceux-là, le troupeau, qu’ont-ils fait ? Que ta main s’appesantisse donc sur moi et sur la maison de mon père
! »


PSAUME
(Ps 31-34)lHeureux l’homme dont la faute est enlevée,
et le péché remis !
Heureux l’homme dont le Seigneur ne retient pas l’offense,
dont l’esprit est sans fraude !
Je t’ai fait connaître ma faute,
je n’ai pas caché mes torts.
J’ai dit : « Je rendrai grâce au Seigneur
en confessant mes péchés. »
Et toi, tu as enlevé
l’offense de ma faute.

Ainsi chacun des tiens te priera aux heures décisives ;
même les eaux qui débordent ne peuvent l’atteindre.
Tu es un refuge pour moi, mon abri dans la détresse ;
de chants de délivrance, tu m’as entouré.

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
En ce temps-là, Jésus se rendit dans son lieu d’origine, Aet ses disciples le suivirent. Le jour du sabbat,
il se mit à enseigner dans la synagogue. De nombreux auditeurs, frappés d’étonnement, disaient: « D’où cela lui vient-il ? Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée, et ces grands miracles qui se réalisent par ses mains ? N’est-il pas le charpentier, le fils de Marie, et le frère de Jacques de José, de Jude et de Simon ?
Ses sœurs ne sont-elles pas ici chez nous ?» Et ils étaient profondément choqués à son sujet.Jésus leur disait: « Un prophète n’est méprisé que dans son pays, sa parenté et sa maison. » Et là il ne pouvait accomplir aucun miracle; il guérit seulement quelques malades en leur imposant les mains. Et il s’étonna de leur manque de foi. Alors Jésus parcourait les villages d’alentour en enseignant.


– Aelf, ¨Paris

Quant Jésus se présenta à son village d'origine, des bruis avaient couru concernant ses paroles et aussi, les signes qui accompagnement le message. Et dès cette visite, on se mit à le critiquer, à le remettre en question. "Pour qui se prend-il, le fils de Marie et Joseph! Or, sa renommée l'avait précédé avait précédé: ses paroles étaient accompagnés de signes nombreux et et tous en faveur de ceux qui souffraient, non seulement dans leur corps mais aussi dans leur esprit.

Pierre lui-même, ne voulut pas croire en la résurrection et il exigeai, de voir et de toucher les traces précises des blessures qui avaient conduit à la mort sur la croix. Les textes de ce jour nous engagent donc à renouveler sans cesse ce don de foi, cette capacité de passer par-dessus de sus notre propre scepticisme. Il est tout à fait révélateur de citer cette parole très commune d'étonnement: "Je n'en crois pas mes yeux !"

Ainsi est-il manifesté que la foi ne procède pas des signes vus et vécus, mais bien d'une adhésion de tout l'être, à partir du moment ou l'homme reconnait qu'il a véritablement besoin de foi pour accomplir pleinement le chemin qui conduit à une pratique de foi, d'espérance et d'amour...


.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités