Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2019-2020)

« Mon âme aspire vers toi pendant la nuit, mon esprit te cherche dès le matin. » (Is 26.9)
Règles du forum
Forum de partage de méditations chrétiennes
Avatar de l’utilisateur
Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Édification du Royaume

Message non lu par Carolus » ven. 17 janv. 2020, 13:57

etienne lorant a écrit :
ven. 17 janv. 2020, 9:52

La conclusion à tirer des textes de ce matin, c'est de vivre selon la foi, l'espérance et la charité. Car c'est par l'amour de Dieu que le Royaume des Cieux s'établit, non pas dans des formes de gouvernements mais par l'amour manifesté en Jésus,Fils de Dieu.
Merci de votre réflexion, cher Étienne. :)
CEC 2196 Jésus dit à ses disciples : " Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés " (Jn 13, 34).
Aimons-nous donc les uns les autres ! :oui:

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Elus de Dieu persécutés

Message non lu par etienne lorant » sam. 18 janv. 2020, 12:41

Lecture du premier livre de Samuel
Il y avait dans la tribu de Benjamin un homme appelé Kish. C’était un homme de valeur. Il avait un fils appelé Saül, qui était jeune et beau. Aucun fils d’Israël n’était plus beau que lui, et il dépassait tout le monde de plus d’une tête. Les ânesses appartenant à Kish, père de Saül, s’étaient égarées. ish dit à son fils Saül: « Prends donc avec toi l’un des serviteurs, et pars à la recherche des ânesses.»Ils traversèrent la montagne d’Éphraïm, ils traversèrent le pays de Shalisha sans les trouver ils  traversèrent le pays de Shaalim: elles n’y étaient pas; ils traversèrent le pays de Benjamin sans les trouver. Alors ils a llèrent à la ville où se trouvait l’homme de Dieu. Quand Samuel aperçut Saül, le Seigneur l’avertit: « Voilà l’homme dont je t’ai parlé ; c’est lui qui exercera le pouvoir sur mon peuple. » t    Saül aborda Samuel à l’entrée de la ville et lui di : « Indique-moi, je t’en prie, où est la maison du voyant. » Samuel répondit à Saül :« C’est moi le voyant. Monte devant moi au lieu sacré. Vous mangerez aujourd’hui avec moi. Demain matin, je te laisserai partir et je te renseignerai sur tout ce qui te préoccupe. »  Le lendemain, Samuel prit la fiole d’huile et la répandit sur la tête de Saül ;

puis il l’embrassa et lui dit : « N’est-ce pas le Seigneur
qui te donne l’onction comme chef sur son héritage ? »


           

PSAUME
(Ps 20 -21)
R/ Seigneur, le roi se réjouit de ta force.
Seigneur, le roi se réjouit de ta force ;
quelle allégresse lui donne ta victoire !
Tu as répondu au désir de son cœur,
tu n’as pas rejeté le souhait de ses lèvres.

Tu lui destines bénédictions et bienfaits,
tu mets sur sa tête une couronne d’or.
La vie qu’il t’a demandée, tu la lui donnes,
de longs jours, des années sans fin.

Par ta victoire, grandit son éclat :
tu le revêts de splendeur et de gloire.
Tu mets en lui ta bénédiction pour toujours :
ta prése
nce l’emplit de joie !


Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
En ce temps-là, Jésus sortit de nouveau le long de la mer ; toute la foule venait à lui, et il les enseignait. En passant, il aperçut Lévi, fils d’Alphée, assis au bureau des impôts. Il lui dit: « Suis-moi » L’homme se leva et le suivit  Comme Jésus était à table dans la maison de Lévi, beaucoup de publicains (c’est-à-dire des collecteurs d’impôts) et beaucoup de pécheurs vinrent prendre place avec Jésus et ses disciples, car ils étaient nombreux à le suivre. Les scribes du groupe des pharisiens, voyant qu’il mangeait avec les pécheurs et les publicains, disaient à ses disciples: «Comment! Il mange avec les publicains et les pécheurs ! » Jésus, qui avait entendu, leur déclara: « Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades.Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs. »

Aelf, Paris

Les homme et les femmes que Dieu choisi ne sont pas des personnes qui affectionnent les pouvoirs, la richesse et la renommée - que ce soit selon la lignée à laquelle ils appartiennent. Celui qui devint le roi David, n'était rien qu'un simple berger. Mais au moment de son élection son père l'avait laissé à ses brebis dans la montagne, car selon son père, cette couleur de cheveux et ses taches de rousseurs feraient certainement mauvaise impression. Mais c'est lui qui reçu l'onction qui le fit roi - l'élu du Seigneur.

Et voici donc, à la stupeur des de Juifs, Jésus choisit pour le suivre un collecteur d’impôts copieusement détestés comme étant des représentants au service de l'occupant romain Et à partir de ce moment-là Jésus se fut quasiment déclaré un collaborateur de la puissance occupante, un traître à dénoncer. A extirper de l'Allance, un renégat qu'il faut éliminer du sein d’Israël




.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Elus de Dieu persécutés

Message non lu par Carolus » sam. 18 janv. 2020, 15:20

etienne lorant a écrit :
sam. 18 janv. 2020, 12:41
etienne lorant :

Les homme et les femmes que Dieu choisi ne sont pas des personnes qui affectionnent les pouvoirs, la richesse et la renommée - que ce soit selon la lignée à laquelle ils appartiennent. Celui qui devint le roi David, n'était rien qu'un simple berger.
[/color]
Merci de votre réflexion, cher Étienne. :)
CEC 489 Contre toute attente humaine, Dieu choisit ce qui était tenu pour impuissant et faible (cf. 1 Co 1, 27)
En effet, « ce qu’il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, pour couvrir de confusion ce qui est fort » (1 Co 1, 27).

La parole de S. Paul est très claire : aucun être de chair ne peut s’enorgueillir devant Dieu (1 Co 1, 29). 🙏

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Se renouveler sans fin

Message non lu par etienne lorant » lun. 20 janv. 2020, 12:29

Lecture du premier livre de Samuel
En ces jours-là, Samuel dit à Saül : « Assez ! Je vais t’apprendre ce que le Seigneur m’a dit pendant la nuit. » Saül lui dit: « Parle. » Alors Samuel déclara : « Toi qui reconnaissais ta petitesse, n’es-tu pas devenu le chef des tribus d’Israël, puisque le Seigneur t’a donné l’onction comme roi sur Israël ? Il t’a envoyé en campagne et t’a donné cet ordre : “Va, et voue à l’anathème ces impies d’Amalécites, fais-leur la guerre jusqu’à l’extermination.” Pourquoi n’as-tu pas obéi à la voix du Seigneur ? Pourquoi t’es-tu jeté sur le butin ? Pourquoi as-tu fait ce qui est mal aux yeux du Seigneur ? » Saül répondit à Samuel : « Mais j’ai obéi à la voix du Seigneur ! Je suis allé là où il m’envoyait, j’ai ramené Agag, roi d’Amalec, et j’ai voué Amalec à l’anathème. Dans le butin, le peuple a choisi le meilleur de ce qui était voué à l’anathème, petit et gros bétail, pour l’offrir en sacrifice au Seigneur ton Dieu, à Guilgal. Samuel répliqua : « Le Seigneur aime-t-il les holocaustes et les sacrifices autant que l’obéissance à sa parole ? Oui, l’obéissance vaut mieux que le sacrifice, la docilité vaut mieux que la graisse des béliers. La révolte est un péché comme la divination ; la rébellion est une faute comme la consultation des idoles. Parce que tu as rejeté la parole du Seigneur,
lui aussi t’a rejeté : tu ne seras plus roi ! »



PSAUME
(Ps 49 -50)
R/ À celui qui veille sur sa conduite,
je ferai voir le salut de Dieu.
« Écoute, mon peuple, je parle.
Moi, Dieu, je suis ton Dieu !
Je ne t’accuse pas pour tes sacrifices ;
tes holocaustes sont toujours devant moi.

« Qu’as-tu à réciter mes lois,
à garder mon alliance à la bouche,
toi qui n’aimes pas les reproches
et rejettes loin de toi mes paroles ?

« Voilà ce que tu fais ;
garderai-je le silence ?
« Penses-tu que je suis comme toi ?
Je mets cela sous tes yeux, et je t’accuse.

« Qui offre le sacrifice d’action de grâce,
celui-là me rend gloire :
sur le chemin qu’il aura pris,
je lui ferai voir le salut de Dieu. »


Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
En ce temps-là, comme les disciples de Jean le Baptiste et les pharisiens jeûnaient, on vint demander à Jésus : « Pourquoi, alors que les disciples de Jean et les disciples des Pharisiens jeûnent, tes disciples ne jeûnent-ils pas ? » Jésus leur dit : « Les invités de la noce pourraient-ils jeûner,pendant que l’Époux est avec eux ?Tant qu’ils ont l’Époux avec eux,ils ne peuvent pas jeûner. Mais des jours viendront où l’Époux leur sera enlevé ; alors, ce jour-là, ils jeûneront. Personne ne raccommode un vieux vêtement avec une pièce d’étoffe neuve ;autrement le morceau neuf ajouté tire sur le vieux tissu et la déchirure s’agrandit. Personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres ; car lors, le vin fera éclater les outres, et l’on perd à la fois le vin et les outres. À vin nouveau, outres neuves. »

.

En ce livrant au pillage, Saul a outrepassé ce pourquoi il avait été appelé. En libérateur, il devait manifester que Dieu se montre magnanime envers l'ennemi vaincu. Qui lui a permis de se livrer au pillage comme un bandit de grand chemin, il a fait obstacle à a miséricorde divine.

La plupart des chefs de guerre se déguise en libérateurs, mais une fois la victoire assurée, ils s'asseyent sur leur trône et commence régner comme ceux qu's avaient combattus. Il nous demeurer h
humble lorsque nous avons raison sur nos adversaires. Dans l’Évangile, cette leçon se retrouve dans la parole qui déclare :"A vin nouveau, outres neuves" Il nous sans cesse nous convertir. encore et encore, jusqu'au dernier jour !


.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Se renouveler sans fin

Message non lu par Carolus » lun. 20 janv. 2020, 16:05

etienne lorant a écrit :
lun. 20 janv. 2020, 12:29
etienne lorant :

En ce livrant au pillage, Saul a outrepassé ce pourquoi il avait été appelé. En libérateur, il devait manifester que Dieu se montre magnanime envers l'ennemi vaincu. Qui lui a permis de se livrer au pillage comme un bandit de grand chemin, il a fait obstacle à a miséricorde divine.
Saül a-t-il vraiment « outrepassé ce pourquoi il avait été appelé », cher Étienne :?:

Considérons l’ordre de Dieu à Saül :
1 S 15, 2-3 Ainsi parle le Seigneur des armées : […] Tu mettras tout à mort : […] le bœuf comme le mouton, le chameau comme l’âne.
D’après l’ordre de Dieu, Saül doit mettre à mort « le bœuf comme le mouton, le chameau comme l’âne », n’est-ce pas ?
1 S 15, 9 Mais Saül et le peuple épargnèrent […] le meilleur du petit et du gros bétail, les bêtes grasses, les agneaux et tout ce qu’il y avait de bon : ils ne voulurent pas les vouer à l’anathème. Par contre, tout ce qui était sans valeur et de mauvaise qualité, c’est cela qu’ils vouèrent à l’anathème.
D’après le verset ci-dessus, Saül ne met pas à mort « le bœuf comme le mouton, le chameau comme l’âne », n’est-ce pas ?
1 S 15, 19 Pourquoi n’as-tu pas obéi à la voix du Seigneur ? Pourquoi t’es-tu jeté sur le butin. Pourquoi as-tu fait ce qui est mal aux yeux du Seigneur ? »
Saül désobéit à Dieu en épargnant « le meilleur du petit et du gros bétail, les bêtes grasses, les agneaux et tout ce qu’il y avait de bon ».

Dieu nous avertit : l’obéissance vaut mieux que le sacrifice, la docilité vaut mieux que la graisse des béliers (1 S 15, 22).

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Le jour du repos

Message non lu par etienne lorant » mar. 21 janv. 2020, 8:55

Lecture du premier livre de Samuel
En ces jours-là, le Seigneur dit à Samuel : « Combien de temps encore seras-tu en deuil à cause de Saül ? Je l’ai rejeté pour qu’il ne règne plus sur Israël. Prends une corne que tu rempliras d’huile, et pars ! Je t’envoie auprès de Jessé de Bethléem, car j’ai vu parmi ses fils mon roi. » Samuel répondit: « Comment faire ? Saül va le savoir, et il me tuera. » Le Seigneur reprit : « Emmène avec toi une génisse, et tu diras que tu viens offrir un sacrifice au Seigneur. Tu convoqueras Jessé au sacrifice; je t’indiquerai moi-même ce que tu dois faire et tu me consacreras par l’onction celui que je te désignerai. »  Samuel fit ce qu’avait dit le Seigneur. Quand il parvint à Bethléem, les anciens de la ville allèrent à sa rencontre en tremblant, et demandèrent : « Est-ce pour la paix que tu viens ? »  Samuel répondit : « Oui, pour la paix. Je suis venu offrir un sacrifice au Seigneur. Purifiez-vous, et vous viendrez avec moi au sacrifice. » Il purifia Jessé et ses fils, et les convoqua au sacrifice. Lorsqu’ils arrivèrent et que Samuel aperçut Éliab, il se dit : « Sûrement, c’est lui le messie, lui qui recevra l’onction du Seigneur ! » Mais le Seigneur dit à Samuel: « Ne considère pas son apparence ni sa haute taille, car je l’ai écarté. Dieu ne regarde pas comme les hommes: les hommes regardent l’apparence, mais le Seigneur regarde le cœur. » Jessé appela Abinadab et le présenta à Samuel, qui dit :« Ce n’est pas lui non plus que le Seigneur a choisi. » Jessé présenta Shamma, mais Samuel dit: « Ce n’est pas lui non plus que le Seigneur a choisi. »    Jessé présenta ainsi à Samuel ses sept fils, et Samuel lui dit: « Le Seigneur n’a choisi aucun de ceux-là. » Alors Samuel dit à Jessé : « N’as-tu pas d’autres garçons ? » Jessé répondit : « Il reste encore le plus jeune, il est en train de garder le troupeau. » Alors Samuel dit à Jessé :« Envoie-le chercher: nous ne nous mettrons pas à table tant qu’il ne sera pas arrivé. » Jessé le fit donc venir : le garçon était roux, il avait de beaux yeux, il était beau. Le Seigneur dit alors : « Lève-toi, donne-lui l’onction : c’est lui ! »  Samuel prit la corne pleine d’huile, et lui donna l’onction au milieu de ses frères. L’Esprit du Seigneur s’empara de David à partir de ce jour-là. Quant à Samuel, il se mit en route
et s’en revint à Rama.

          .

PSAUME
(Ps 88 -89)
R/ J’ai trouvé David, mon serviteur.
Autrefois, tu as parlé à tes amis :
Dans une vision tu leur as dit :
« J’ai donné mon appui à un homme d’élite,
j’ai choisi dans ce peuple un jeune homme.

« J’ai trouvé David, mon serviteur,
je l’ai sacré avec mon huile sainte ;
et ma main sera pour toujours avec lui,
mon bras fortifiera son courage.

« Il me dira : Tu es mon Père,
mon Dieu, mon roc et mon salut !
Et moi, j’en ferai mon fils aîné,
le plus grand des rois de la terre !
»

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
Un jour de sabbat, Jésus marchait à travers les champs de blé ; et ses disciples, chemin faisant, se mirent à arracher des épis. Les pharisiens lui disaient: « Regarde ce qu’ils font le jour du sabbat ! Cela n’est pas permis.»  Et Jésus leur dit : « N’avez-vous jamais lu ce que fit David, lorsqu’il fut dans le besoin et qu’il eut faim, lui-même et ceux qui l’accompagnaient ? Au temps du grand prêtre Abiatar, il entra dans la maison de Dieu et mangea les pains de l’offrande que nul n’a le droit de manger, sinon les prêtres, et il en donna aussi à ceux qui ’accompagnaient. » Il leur disait encore :« Le sabbat a été fait pour l’homme, et non pas l’homme pour le sabbat.  Voilà pourquoi le Fils de l’homme est maître, même du sabbat. »

         

 – Aelf, Paris

Avec la règle du Sabbat, les chef des prêtres avaient ritualisé la relation des hommes avec Dieu. Le jour de repos avait été ritualisé à l’extrême, en sorte que ce jour du repos - qui rappelait le repos du créateur lorsque toute son oeuvre de création fut accomplie. Un Sabbat est un jour donné par Dieu en faveur de tous les travailleurs, afin qu'ils se reposent du labeur accompli. -N'est-il pas intéressant , et réjouissant de constater que ce repos de fin de semaine soit encore en vigueur de notre temps ?

Cependant, du temps de la venue du Seigneur, , les chefs des prêtres surajoutèrent les règles du Sabbat en vue de renfoncer leur pouvoir sur tout le peuple. En dénonçant cet abus de pouvoir, Jésus va se mettre à dos les pharisiens et les chefs des prêtres qui se mirent à la recherche d'un motif de condamnation.

Aujourd’hui, réjouissons-nous: chaque weekend témoigne de la miséricorde divine !
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Le jour du repos

Message non lu par Carolus » mar. 21 janv. 2020, 14:52

etienne lorant a écrit :
mar. 21 janv. 2020, 8:55
etiennelorant :

Aujourd’hui, réjouissons-nous: chaque weekend témoigne de la miséricorde divine !
Exactement, cher Étienne. :)
Ps 118, 24 Voici le jour que fit le Seigneur, qu'il soit pour nous jour de fête et de joie !
Que chaque dimanche « soit pour nous jour de fête et de joie ! »

« Quelle joie quand on m'a dit : « Nous irons à la maison du Seigneur ! » (Ps 122, 1)

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Ces témoins au langage irrésistible !

Message non lu par etienne lorant » mer. 22 janv. 2020, 11:46

Lecture du premier livre de Samuel
En ces jours-là, le Philistin Goliath venait tous les jours défier l’armée d’Israël.David dit à Saül: « Que personne ne perde courage à cause de ce Philistin.Moi, ton serviteur, j’irai me battre avec lui.» Saül répondit à David:«Tu ne peux pas marcher contre ce Philistin pour lutter avec lui, car tu n’es qu’un enfant, et lui, c’est un homme de guerre depuis sa jeunesse » avide insista: « Le Seigneur qui m’a délivré des griffes du lion et de l’ours, me délivrera des mains de ce Philistin.» Alors Saül lui dit : « Va, et que le Seigneur soit avec toi !» David prit en main son bâton, il se choisit dans le torrent cinq cailloux bien lisses et les mit dans son sac de berger, dans une poche; puis, la fronde à la main, il s’avança vers le Philistin.Le Philistin se mit en marche et, précédé de son porte-bouclier, approcha de David. Lorsqu’il le vit, il le regarda avec mépris car c’était un jeune garçon ; il était roux et de belle apparence.Le Philistin lui dit: « Suis-je donc un chien,
pour que tu viennes contre moi avec un bâton ? » Puis il le maudit en invoquant ses dieux. Il dit à David: « Viens vers moi, que je te donne en pâture aux oiseaux du ciel et aux bêtes sauvages ! »    David lui répondit:« Tu viens contre moi avec épée, lance et javelot, mais moi, je viens contre toi avec le nom du Seigneur des armées, le Dieu des troupes d’Israël que tu as défié. Aujourd’hui le Seigneur va te livrer entre mes mains, je vais t’abattre, te retrancher la donner aujourd’hui même les cadavres de l’armée Philistin aux oiseaux du ciel et aux bêtes  de la terre.Toute la terre saura qu’il y a un Dieu pour Israël, et tous ces gens rassemblés sauront que le Seigneur ne donne la victoire ni par l’épée ni par la lance, mais que le Seigneur est maître du combat, et qu’il vous livre entre nos mains. » Goliath s’était dressé, s’était mis en marche et s’approchait à la rencontre de David. Celui-ci s’élança et courut vers les lignes des ennemis à la rencontre du Philistin.   Il plongea la main dans son sac, et en retira un caillou qu’il lança avec sa fronde. Il atteignit le Philistin au front, le caillou s’y enfonça, et Goliath tomba face contre terre. Ainsi David triompha du Philistin avec une fronde et un caillou: quand il frappa le Philistin et le mit à mort, il n’avait pas d’épée à la main.     Mais David courut ; arrivé près du Philistin, il lui prit son épée, qu’il tira du fourreau, et le tua en lui coupant la tête. Quand les Philistins virent que leur héros était mort,
ils prirent la fuit
e



Psaume (Ps 143-144)
Béni soit le Seigneur, mon rocher !
Il exerce mes mains pour le combat,
il m’entraîne à la bataille.
Il est mon allié, ma forteresse,
ma citadelle, celui qui me libère ;
il est le bouclier qui m’abrite,
il me donne pouvoir sur mon peuple.

Pour toi, je chanterai un chant nouveau,
pour toi, je jouerai sur la harpe à dix cordes,
pour toi qui donnes aux rois la victoire
et sauves de l’épée meurtrière David, ton serviteur.



Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
En ce temps-là,,Jésus entra dans une synagogue;,il y avait là un homme dont la main était atrophiée.On l observait Jésus pour voir s’il le guérirait le jour du sabbat. C’était afin de pouvoir l’accuser. Il dit à l’homme qui avait la main atrophiée : « Lève-toi, viens au milieu.» Et s’adressant aux autres  « Est-il permis, le jour du sabbat, de faire le bien ou de faire le mal ? de sauver une vie ou de tuer ? » Mais eux se taisaient.  Alors, promenant sur eux un regard de colère,navré de l’endurcissement de leurs cœurs, il dit à l’homme :« Étends la main. » Il l’étendit, et sa main redevint normale.

Une fois sortis, les pharisiens se réunirent en conseil avec les partisans d’Hérode contre Jésus, pour voir comment le faire périr
.


   

Les textes de ce jour nous montrent comment le Seigneur pour intervenir dans la vie des hommes, n'emploie aucun des moyens auxquels ont recours les politiciens et les armes les plus sophistiqués - mais c'est tout le contraire. C'est avec la pierre d'une fronde

dénue par un berger, que David obtient une grande victoire contre une armée nombreuses. Songez également: lorsque la Vierge Marie se manifeste à Lourdes, elle ne choisit pas les meilleurs élèves du pays mais la petite Bernadette à la santé fragile.

Cette discrétion anime toute la vie des saintes et des saints. Ils sortent du commun mais avec une telle discrétion que beaucoup d'hommes remettrons leur message au au rand de douce folie !

Tandis que les rois et les présidents et les chefs d'état parlent avec un langage sophistiqué, avec des bilans et des chiffres, les hommes et les femmes choisis par Dieu pour témoigner, sont tous
petits simples et simples mais bien bien inspirés. De notre temps est survenue une toute jeune et forcément qui s'évertue à dénoncer les crimes contre la nature - et contre la création tout entière.

Que l'être humain revêtisse l'humilité et Seigneur leur conférera un langage auquel personne ne peut résister !



.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Ces témoins au langage irrésistible !

Message non lu par Carolus » mer. 22 janv. 2020, 14:47

etienne lorant a écrit :
mer. 22 janv. 2020, 11:46
etienne lorant :

Tandis que les rois et les présidents et les chefs d'état parlent avec un langage sophistiqué, avec des bilans et des chiffres, les hommes et les femmes choisis par Dieu pour témoigner, sont tous petits simples et simples mais bien bien inspirés.
Vous avez raison, cher Étienne. :)
CEC 489 Contre toute attente humaine, Dieu choisit ce qui était tenu pour impuissant et faible (cf. 1 Co 1, 27) pour montrer sa fidélité à sa promesse.
D’après CEC 150 : « Il est juste et bon de se confier totalement en Dieu et de croire absolument ce qu’Il dit. Il serait vain et faux de mettre une telle foi en une créature. »

Confions-nous donc totalement en notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, n’est-ce pas ? :oui:

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Fils de David

Message non lu par etienne lorant » jeu. 23 janv. 2020, 11:14

Lecture du premier livre de Samuel
En ces jours-là, au retour de l’armée, lorsque David revint après avoir tué le Philistin, les femmes sortirent de toutes les villes d’Israël à la rencontre du roi Saül pour chanter et danser au son des tambourins, des cris de joie et des cymbales. Les femmes dansaient en se renvoyant ce refrain : « Saül a tué ses milliers, et David, ses dizaines de milliers. » Saül le prit très mal et fut très irrité. Il disait : « À David on attribue les dizaines de milliers, et à moi les milliers ; il ne lui manque plus que la royauté ! »   Depuis ce jour-là, Saül regardait David avec méfiance  Saül dit à son fils Jonathan et à tous ses serviteurs son intention de faire mourir David. Mais Jonathan, le fils de Saül, aimait beaucoup David et il alla le prévenir :« Mon père Saül cherche à te faire mourir. Demain matin, sois sur tes gardes, mets-toi à l’abri, dissimule-toi.  Moi, je sortirai et je me tiendrai à côté de mon père dans le champ où tu seras. Je parlerai de toi à mon père, je verrai ce qu’il en est et je te le ferai savoir. »   Jonathan fit à son père Saül l’éloge de David; il dit : « Que le roi ne commette pas de faute contre son serviteur David, car lui n’a commis aucune faute envers toi. Au contraire, ses exploits sont une très bonne chose pour toi.Il a risqué sa vie, il a frappé à mort Goliath le Philistin, et le Seigneur a donné une grande victoire à tout Israël : tu l’as vu et tu en as été heureux. Pourquoi donc commettre une faute contre la vie d’un innocent, en faisant mourir David sans motif ? » Saül écouta Jonathan et fit ce serment : « Par le Seigneur vivant, il ne sera pas mis à mort ! »  Alors Jonathan appela David et lui répéta tout ce que le roi avait dit. Puis il le conduisit à Saül, et David reprit sa place comme avant.


           –

PSAUME
(Ps 55 -56)
R/ Sur Dieu, je prends appui :
plus rien ne me fait peur.
Pitié, mon Dieu ! Des hommes s’acharnent contre moi ;
tout le jour, ils me combattent, ils me harcèlent.
Ils s’acharnent, ils me guettent tout le jour ;
mais là-haut, une armée combat pour moi.

Toi qui comptes mes pas vagabonds,
recueille en tes outres mes larmes.
Le jour où j’appellerai, mes ennemis reculeront ;
je le sais, Dieu est pour moi.

Sur Dieu dont j’exalte la parole,
sur Dieu, je prends appui :
plus rien ne me fait peur !
Que peuvent sur moi des humains ?

Mon Dieu, je tiendrai ma promesse,
je t’offrirai des sacrifices d’action de grâce ;
car tu m’as délivré de la mort
et tu préserves mes pieds de la chute.



Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
En ce temps-là, Jésus se retira avec ses disciples près de la mer, et une grande multitude de gens, venus de la Galilée, le suivirent.   De Judée, de Jérusalem, d’Idumée, de Transjordanie,
et de la région de Tyr et de Sidon vinrent aussi à lui une multitude de gens qui avaient entendu parler de ce qu’il faisait. Il dit à ses disciples de tenir une barque à sa disposition pour que la foule ne l’écrase pas. Car il avait fait beaucoup de guérisons, si bien que tous ceux qui souffraient de quelque mal se précipitaient sur lui pour le toucher.  Et lorsque les esprits impurs le voyaient, ils se jetaient à ses pieds et criaient : «Toi, tu es le Fils de Dieu !»    Mais il leur défendait vivement de le faire connaitre
.



Pourquoi dit-on : "Jésus, fis de David" . Si c'est selon la généalogie, cela n'a rien d’intéressant. Mais Jésus est le "fis de David" par sa manière d’être. doux et humble de cœur. " En effet, si Jésus règne sur les fidèles, c'est en conférant la piété, la douceur, loin de toute "gloriole", lorsqu'il délivre les hommes de leurs craintes et de leurs tentations également.

Repeigner par la proximité, en expliquant ce que l'on se propose d'apporter de mieux à la société des hommes, voici quelque chose de très rare car la plupart des politiciens promettent ce qu'ils ne sauront tenir. Et cela d'autant plus qu'héritent de dossiers que leur prédécesseur leur on transmis.

Cependant, en hommes et femme de bonne volonté, conscients de leur limites peuvent adoucir le sort des plus malchanceux et les plus pauvres - nous ne saurions être vrais chrétiens sans pratiquer l’aumône que nos politiciens ne pratiquent jamais...


.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Fils de David

Message non lu par Carolus » jeu. 23 janv. 2020, 14:39

etienne lorant a écrit :
jeu. 23 janv. 2020, 11:14
etienne lorant :

[…] nous ne saurions être vrais chrétiens sans pratiquer l’aumône […]
Merci de votre réflexion, cher Étienne. :)
CEC 2447 Les œuvres de miséricorde sont les actions charitables par lesquelles nous venons en aide à notre prochain dans ses nécessités corporelles et spirituelles (cf. Is 58, 6-7 ; He 13, 3). […] Parmi ces gestes, l’aumône faite aux pauvres (cf. Tb 4, 5-11 ; Si 17, 22) est un des principaux témoignages de la charité fraternelle : elle est aussi une pratique de justice qui plaît à Dieu (cf. Mt 6, 2-4) :
CEC 2447 fait référence à Mt 6, 2-4 :
Mt 6, 2-4 Ainsi, quand tu fais l’aumône, ne fais pas sonner la trompette devant toi, comme les hypocrites qui se donnent en spectacle dans les synagogues et dans les rues, pour obtenir la gloire qui vient des hommes. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite, afin que ton aumône reste dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra.
Ne faisons donc pas sonner la trompette devant nous, quand nous faisons l’aumône.

Que ma main gauche ignore ce que fait ma main droite, afin que mon aumône reste dans le secret ; notre Père qui voit dans le secret me le rendra. 🙏

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Semper fidelis ?

Message non lu par etienne lorant » ven. 24 janv. 2020, 9:06

Lecture du premier livre de Samuel
En ces jours-là,  Saül prit trois mille hommes, choisis dans tout Israël, et partit à la recherche de David et de ses gens en face du Rocher des Bouquetins Il arriva aux parcs à moutons qui sont en bordure de la route ;il y a là une grotte, où Saül entra pour se soulager.Or, David et ses hommes se trouvaient au fond de la grotte Les hommes de David lui dirent: « Voici le jour dont le Seigneur t’a dit :“Je livrerai ton ennemi entre tes mains, tu en feras ce que tu voudras.” » David vint couper furtivement le pan du manteau de Saül Alors le cœur lui battit d’avoir coupé le pan du manteau de Saül.Il dit à ses hommes: «Que le Seigneur me préserve de faire une chose pareille à mon maître, qui a reçu l’onction du Seigneur: porter la main sur lui, qui est le messie du Seigneur. » Par ses paroles, David retint ses hommes. Il leur interdit de se jeter sur Saül. Alors Saül quitta la grotte et continua sa route.David se leva, sortit de la grotte, et lui cria: « Mon seigneur le roi ! » Saül regarda derrière lui. David s’inclina jusqu’à terre et se prosterna, puis il lui cria : « Pourquoi écoutes-tu les gens qui te disent : “David te veut du mal” ?    Aujourd’hui même, tes yeux ont vu comment le Seigneur t’avait livré entre mes mains dans la grotte ; pourtant, j’ai refusé de te tuer, je t’ai épargné et j’ai dit : “Je ne porterai pas la main sur mon seigneur le roi qui a reçu l’onction du Seigneur.  Regarde, père, regarde donc : voici dans ma main le pan de ton manteau. Puisque j’ai pu le couper, et que pourtant je ne t’ai pas tué, reconnais qu’il n’y a en moi ni méchanceté ni révolte. Je n’ai pas commis de faute contre toi alors que toi, tu traques ma vie pour me l’enlever.  C’est le Seigneur qui sera juge entre toi et moi, c’est le Seigneur qui me vengera de toi, mais ma main ne te touchera pas   Comme dit le vieux proverbe: “Des méchants sort la méchanceté.” C’est pourquoi ma main ne te touchera pas   Après qui donc le roi d’Israël s’est-il mis en campagne  Arès qui cours-tu donc ? Après un chien crevé, après une puce? Que le Seigneur soit notre arbitre, qu’il juge entre toi et moi, qu’il examine et défende ma cause, et qu’il me rende justice, en me délivrant de ta main ! »   Lorsque David eut fini de parler, Saül s’écria : « Est-ce bien ta voix que j’entends, mon fils David ? » Et Saül se mit à crier et à pleurer. Puis il dit à David : Toi, tu es juste, et plus que moi :
car toi, tu m’as fait du bien, et moi, je t’ai fait du mal.    
Aujourd’hui tu as montré toute ta bonté envers moi : le Seigneur m’avait livré entre tes mains, et tu ne m’as pas tué !  Quand un homme surprend son ennemi, va-t-il le laisser partir tranquillement ? Que le Seigneur te récompense pour le bien que tu m’as fait aujourd’hui qu  Je sais maintenant que tu régneras certainement, et que la royauté d’Israël tiendra bon en ta main.
»

           – Parole du Seigneur.

PSAUME
(Ps 56-57)
R/ Pitié pour moi, mon Dieu,
pitié pour moi !
Pitié, mon Dieu, pitié pour moi !
En toi je cherche refuge,
un refuge à l’ombre de tes ailes,
aussi longtemps que dure le malheur.

Je crie vers Dieu, le Très-Haut,
vers Dieu qui fera tout pour moi.
Du ciel, qu’il m’envoie le salut,
qu’il envoie son amour et sa vérité !

Dieu, lève-toi sur les cieux :
que ta gloire domine la terre !
Ton amour est plus grand que les cieux,
ta vérité, plus haute que les nues
.



Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
En ce temps-là, Jésus gravit la montagne, et il appela ceux qu’il voulait. Ils vinrent auprès de lui,  et il en institua douze pour qu’ils soient avec lui et pour les envoyer proclamer la Bonne Nouvelle avec le pouvoir d’expulser les démons. Donc, il établit les Douze : Pierre – c’est le nom qu’il donna à Simon –,   Jacques, fils de Zébédée, et Jean, le frère de Jacques – il leur donna le nom de « Boanerguès », c’est-à-dire : « Fils du tonnerre » –,  André, Philippe, Barthélemy, Matthieu, Thomas, Jacques, fils d’Alphée, Thaddée, Simon le Zélote, et Judas Iscariote, celui-là même qui le livra.


           – Aelf, Paris

Les textes de ce jour nous parlent du pouvoir et des jalousies qu'entraîne le pouvoir. Cette constatation est valide du temps de Saul et de David, mais aussi de tous les hommes appelés à exercer la charge du pouvoir. C'est le cas de notre temps comme ce fut le celui de Saul et de David. Pour convaincre Saul de ce qu’il-n’a aucune intention de le renverser de son pourvoir, David lui montre qu'en telle et telles occasions, il aurait pu le faire périr, mais il n'en a rien fait, car sa loyauté est indéfectible. Et la preuve en est qu'en diverses occasions, il airait pu le tuer : il était à sa merci, mais sa loyauté n'a jamais été objet d'un doute quelconque.

Néanmoins, cette tentation de renverser les chefs d’état est une constante dans l'histoire des régimes, quels qu'ils soient. C'est c'est vrai à tel point qu'au point que Pierre "le Roc" niera par trois fois connaitre Jésus quand un serviteur du temple déclara le reconnaître. "Non, non, non ! Je ne connais pas cet homme !

L’homme est quelque chose qui doit se dépasser...


.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1187
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2019-2020)

Message non lu par cmoi » ven. 24 janv. 2020, 10:14

Alors là, Bravo ! Arriver à citer Nietzsche sur un si court commentaire...
Mais..., si je peux me permettre..., la phrase d 'origine est généralement traduite par : "qui doit être dépassé (ou surmonté)"

Avatar de l’utilisateur
Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Semper fidelis ?

Message non lu par Carolus » ven. 24 janv. 2020, 14:38

etienne lorant a écrit :
ven. 24 janv. 2020, 9:06
etienne lorant :

Pour convaincre Saul de ce qu’il-n’a aucune intention de le renverser de son pourvoir, David lui montre qu'en telle et telles occasions, il aurait pu le faire périr, mais il n'en a rien fait, car sa loyauté est indéfectible. Et la preuve en est qu'en diverses occasions, il airait pu le tuer : il était à sa merci, mais sa loyauté n'a jamais été objet d'un doute quelconque.
Merci de cette observation, cher Étienne. :)
CEC 736 C’est par cette puissance de l’Esprit que les enfants de Dieu peuvent porter du fruit. Celui qui nous a greffés sur la vraie Vigne, nous fera porter " le fruit de l’Esprit qui est charité, joie, paix, longanimité, serviabilité, bonté, confiance dans les autres, douceur, maîtrise de soi " (Ga 5, 22-23).
C’est par la puissance de l’Esprit que David agit ainsi.

Portons donc également du fruit par la puissance de l’Esprit ! 🙏

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

La marche en avant

Message non lu par etienne lorant » lun. 27 janv. 2020, 12:16

Lecture du deuxième livre de Samuel
En ces jours-là,  toutes les tribus d’Israël vinrent trouver David à Hébron et lui dirent: « Vois ! Nous sommes de tes os et de ta chair.  Dans le passé déjà, quand Saül était notre roi, c’est toi qui menais Israël en campagne et le ramenais, et le Seigneur t’a dit “Tu seras le berger d’Israël mon peuple, tu seras le chef d’Israël.» Ainsi, tous les anciens d’Israël vinrent trouver le roi à Hébron.Le roi David fit alliance avec eux, à Hébron, devant le Seigneur. Ils donnèrent l’onction à David pour le faire roi sur Israël.Il avait trente ans quand il devint roi, et il régna quarante ans: à Hébron il régna sur Juda pendant sept ans et demi;et à Jérusalem il régna trente-trois ans, à la fois sur Israël et sur Juda Le roi avec ses hommes marcha sur Jérusalem contre les habit habitants de la région, les Jébuséens. On lui dit:« Tu n’entreras pas ici des aveugles et des boiteux suffiraient à te repousser. » Autrement dit : David n’entrera pas ici. Mais David s’empara de la forteresse de Sion – c’est la Cité de David. David devint de plus en plus puissant. Le Seigneur, Dieu des armées, était avec lui.

         

PSAUME
(Ps 88 -89)
R/ Ton amour et ta fidélité
sont avec lui, Seigneur.
Autrefois, tu as parlé à tes amis,
dans une vision tu leur as dit :
« J’ai donné mon appui à un homme d’élite,
j’ai choisi dans ce peuple un jeune homme.

« J’ai trouvé David, mon serviteur,
je l’ai sacré avec mon huile sainte ;
et ma main sera pour toujours avec lui,
mon bras fortifiera son courage.

« Mon amour et ma fidélité sont avec lui,
mon nom accroît sa vigueur ;
j’étendrai son pouvoir sur la mer
et sa domination jusqu’aux fle
uves. »


Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
En ce temps-là, les scribes, qui étaient descendus de Jérusalem, disaient:« Ce Jésus est possédé par Béelzéboul; c’est par le chef des démons qu’il expulse les démons.» Les appelant près de lui, Jésus leur dit en parabole:« Comment Satan peut-il expulser Satan ? Si un royaume est divisé contre lui-même, ce royaume ne peut pas tenir. Si les gens d’une même maison se divisent entre eux, ces gens ne pourront pas tenir. Si Satan s’est dressé contre lui-même, s’il est divisé, il ne peut pas tenir; c’en est fini de lui. pais personne ne peut entrer dans la maison d’un homme fort et piller ses biens, s’il ne l’a d’abord ligoté. Alors seulement il pillera sa maison. Amen, je vous le dis: Tout sera pardonné aux enfants des hommes leurs péchés et les blasphèmes qu’ils auront proférés.Mais si quelqu’un blasphème contre l’Esprit Saint, il n ’aura jamais de pardon. Il est coupable d’un péché pour toujours. »  Jésus parla ainsi parce qu’ils avaient dit : « Il est possédé par un esprit impur. »

E
           – AElf, Paris

Dans la démarche de foi, il ne peut y avoir d'objets  qui feraient exception. La véritable conversion est un mouvement vers la totalité de l’être  Et donc toute personne qui a reconnu l'amour de Dieu ne peut demeurer comme il avait vécu jusqu'alors. Et ceci s'applique dans tous les sujets  et objets de la vie de l'homme.

Que l’on prenne l'exemple des sportifs qui commencent pour qui l'entraînement est incontournable. Et donc : pas de consommation de nourritures grasses, d’alcools et tabacs, pas de sorties jusqu’au
petit matin, etc. On n'a qu'in objet en vue: s'améliorer constamment. Quiconque a cessé de fumer sait très bien qu'une seule cigarette serait fatale.

Dans le secret de nos âmes, nous sommes tous appelés à vire , non plus seulement selon m les règles de la vie en société - plus encore: selon l'amour de Dieu. Des personnes qui nous ont fait du mal,i il ne faut pas maudire, il ne faut pas chercher à nuire. Si l'on désire rencontrer Dieu il faut se renoncer soi-même afin de vivre en vue du Royaume et son éternité.


.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités