Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2018-2019)

« Mon âme aspire vers toi pendant la nuit, mon esprit te cherche dès le matin. » (Is 26.9)
Règles du forum
Forum de partage de méditations chrétiennes
etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13208
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Demander ce dont nous avons besoin

Message non lupar etienne lorant » mer. 23 janv. 2019, 10:32

Lecture de la lettre aux Hébreux
Frères, Melkisédek était roi de Salem, prêtre du Dieu très-haut; il vint à la  rencontre d’Abraham quand celui-ci rentrait de son expédition contre les rois; il le bénit, et Abraham lui remit le dixième de tout ce qu’il avait pris .D’abord, Melkisédek porte un nom qui veut dire «roi de justice»; ensuite, il est roi de Salem, c’est-à-dire roi « de paix », et à son sujet on ne parle ni de père ni de mère, ni d’ancêtres, ni d’un commencement d’existence ni d’une fin de vie cela le fait ressembler au Fils de Dieu car il demeure prêtre pour toujours. Les choses sont encore beaucoup plus claires si un autre prêtre se lève à la ressemblance de Melkisédek et devient prêtre, non pas selon une exigence légale de filiation humaine, mais par la puissance d’une vie indestructible. Car voici le témoignage de l’Écriture : Toi, tu es prêtre de l’ordre de Melkisédek
pour l’éternité.

PSAUME
(109 (110), 1, 2, 3, 4)
R/ Tu es prêtre à jamais
selon l’ordre de Melkisédek.
Oracle du Seigneur à mon seigneur :
« Siège à ma droite,
et je ferai de tes ennemis
le marchepied de ton trône. »

De Sion, le Seigneur te présente
le sceptre de ta force :
« Domine jusqu’au cœur de l’ennemi. »

Le jour où paraît ta puissance,
tu es prince, éblouissant de sainteté :
« Comme la rosée qui naît de l’aurore,
je t’ai engendré. »


Le Seigneur l’a juré
dans un serment irrévocable :
« Tu es prêtre à jamais
selon l’ordre du roi Melkisédek. »

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
En ce temps- là, Jésus entra de nouveau dans une synagogue ;il y avait là un homme dont la main était atrophiée. On observait Jésus pour voir s’il le guérirait le jour du sabbat. C’était afin de pouvoir l’accuser.Il dit à l’homme qui avait la main atrophiée : « Lève-toi, viens au milieu » Et s’adressant aux autres: «Est-il permis, le jour du sabbat, de faire le bien ou de faire le mal ?de sauver une vie ou de tuer ? »
Mais eux se taisaient. Alors, promenant sur eux un regard de colère, navré de l’endurcissement de leurs cœurs, il dit à l’homme: « Étends la main. » Il l’étendit, et sa main  redevint normale. Une fois sortis, les pharisiens se réunirent en conseil avec les partisans d’Hérode contre Jésus, pour voir comment le faire périr.


Cy Aelf, Paris

Melkisedek est une préfiguration du Christ, bien avant l'engendrement par la Vierge Marie. En le citant, saint Paul témoigne de ce que le Christ est toujours demeuré en Dieu et de ce fait est le seul capable de nous bénir et de nous conduire jusque dans le Royaume. Il vient et accomplit tout ce qui plait à Dieu. Mais pourquoi donc n'a-t-il pas été reconnu par les juifs, le peuple élu ?  C'est encore et toujours par présomption.  Car les hommes se croient justes par eux-mêmes et ils ne veulent  entrer dans le dessein de Dieu que pour mieux assouvir leurs propres desseins.  Il faudrait tout simplement que Dieu devienne, pour eux , une sorte de magicien qui les conduirait jusqu'à dominer le monde. C'est d'ailleurs cette devise que les soldats allemands portaient sur leurs ceinturons :  "Gott Mitt Uns" - qui signifie : "Dieu avec nous" -  et de même manière la devise "In God We Trust
" suppose que du fait de leur foi, les Américains ne craignent rien en raison même de leur foi.

Or, cette présomption nous atteint, nous aussi :  nous demandons à Dieu ce que nous désirons, mais sans bien comprendre que pourquoi Dieu n'exaucera que ce dont nous avons besoin -  et de nombreux désirs que nous avons exprimés en prière se trouvent bizarrement exaucés... Il en est ainsi du fait que nous nous connaissons mal. Nous nous croyons forts, mais dans notre marche, un simple caillou glissé dans une chaussure nous fera perdre du temps.

Les pharisiens qui s'en prennent à Jésus manifestent que même les "élites" sont capables de telles dérives.  Et de même ne nous étonnons pas qu'il nous arrive de ne pas saisir ce qui il advient pour nous.  Il est tout à fait remarquable que Jésus ait guéri le malade sans l'avoir touché - c'est-à-dire:  sans le toucher. Car de cette manière Il n'a pas "travaillé" en guérissant le malade :  Il ne l'a pas touché !

Puissions-nous donc demander humblement - non ce que nous désirons, mais ce dont nous avons besoin, chacune et chacun, ce dont nous avons besoin...


.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: En l'homme paroles et actes sont liés

Message non lupar Carolus » jeu. 24 janv. 2019, 0:36

Merci pour votre commentaire sur l'Evangile du 22 janvier 2019, cher etienne lorant. :)

Vous citez de l'Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 2, 23-24 :
etienne lorant : Un jour de sabbat, Jésus marchait à travers les champs de blé ; et ses disciples, chemin faisant, se mirent à arracher des épis. Les pharisiens lui disaient: «Regarde ce qu’ils font le jour du sabbat ! Cela n’est pas permis. »
Vous écrivez :
etienne lorant : La langue juive s'y prête à merveille puisque les consonnes des ont plus d'importance que les voyelles.

En sorte que l'on peut donner à un mot un sens particulier en changeant de voyelles. Par exemple, le mot "gros" devient "gras" en variant de voyelle - mais un gros repas n'est pas forcément un repas gras ! Et lorsque les juifs s'en prennent aux disciples de Jésus en leur reprochant d'avoir pris un "repas" le jour du Sabbat, ils détournent la vérité en accordant autant de poids à quelques épis autant de poids qu'un banquet à plusieurs plats !
Est-ce que « les juifs s'en prennent aux disciples de Jésus en leur reprochant d'avoir pris un "repas" le jour du Sabbat » ?
Les repas de Chabbat [d’une source juive]

Faire bonne chère lors des repas de Chabbat est une vertu. C’est une mitsva que de boire du bon vin et manger de la viande tendre.

Le repas traditionnel du Chabbat comporte plusieurs plats, et inclut du poisson, des salades ou de la soupe, de la viande ou de la volaille, avec leurs accompagnements.

https://fr.chabad.org/library/article_c ... habbat.htm
Les pharisiens ne s'en prennent pas « aux disciples de Jésus en leur reprochant d'avoir pris un "repas" le jour du Sabbat », car faire « bonne chère lors des repas de Chabbat est une vertu. »

Pour les pharisiens, il n'était pas défendu de prendre un repas le jour du Sabbat, mais il était défendu de travailler le jour du Sabbat.
Ex 20, 9-10 Pendant six jours tu travailleras et tu feras tout ton ouvrage ; mais le septième jour est le jour du repos, sabbat en l’honneur du Seigneur ton Dieu : tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni tes bêtes, ni l’immigré qui est dans ta ville.
Selon les pharisiens, en arrachant quelques épis de blé, les disciples de Jésus ont fait du travail manuel, qui n'était pas permis le jour du Sabbat.

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13208
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Science sans conscience n'est que ruine de l'âme

Message non lupar etienne lorant » jeu. 24 janv. 2019, 9:41

Lecture de la lettre aux Hébreux
Frères, Jésus est capable de sauver d’une manière définitive ceux qui par lui s’avancent vers Dieu, car il est toujours vivant pour intercéder en leur faveur. C’est bien le grand prêtre qu’il nous fallait: saint, innocent, immaculé; séparé maintenant des pécheurs, il est désormais plus haut que les cieux. Il n’a pas besoin, comme les autres grands prêtres, d’offrir chaque jour des sacrifices, d’abord pour ses péchés personnels, puis pour ceux du peuple; cela, il l’a fait une fois pour toutes en s’offrant lui-même. La loi de Moïse établit comme grands prêtres des hommes remplis de faiblesse; mais la parole du serment divin, qui vient après la Loi, établit comme grand prêtre le Fils, conduit pour l’éternité à sa perfection. Et voici l’essentiel de ce que nous voulons dire : c’est bien ce grand prêtre-là que nous avons, lui qui s’est assis à la droite de la Majesté divine dans les cieux, après avoir accompli le service du véritable Sanctuaire et de la véritable Tente, celle qui a été dressée par le Seigneur et non par un homme. Tout grand prêtre est établi pour offrir des dons et des sacrifices; il était donc nécessaire que notre grand prêtre ait, lui aussi, quelque chose à offrir. À vrai dire, s’il était sur la terre, il ne serait même pas prêtre, puisqu’il y a déjà les prêtres qui offrent les dons conformément à la Loi: ceux-ci rendent leur culte dans un sanctuaire qui est une image et une ébauche des réalités célestes, comme en témoigne l’oracle reçu par Moïse au moment où il allait construire la Tente: Regarde, dit le Seigneur, tu  exécuteras tout selon le modèle qui t’a été montré sur la montagne. Quant au grand prêtre que nous avons, le service qui lui revient se distingue d’autant plus que lui est médiateur d’une alliance meilleure, reposant sur de meilleures promesses.

PSAUME
R/ Me voici, Seigneur,
je viens faire ta volonté.
Tu ne voulais ni offrande ni sacrifice,
tu as ouvert mes oreilles ;
tu ne demandais ni holocauste ni victime,
alors j’ai dit : « Voici, je viens.

« Dans le livre, est écrit pour moi
ce que tu veux que je fasse.
Mon Dieu, voilà ce que j’aime :
ta loi me tient aux entrailles. »

J’annonce la justice
dans la grande assemblée ;
vois, je ne retiens pas mes lèvres,
Seigneur, tu le sais.

Mais tu seras l’allégresse et la joie
de tous ceux qui te cherchent ;
toujours ils rediront : « Le Seigneur est grand ! »
ceux qui aiment ton salut.


Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
En ce temps-là, Jésus se retira avec ses disciples près de la mer,
et une grande multitude de gens, venus de la Galilée, le suivirent.
De Judée, de Jérusalem, d’Idumée, de Transjordanie, et de la région de Tyr et de Sidon vinrent aussi à lui une multitude de gens qui avaient entendu parler de ce qu’il faisait. Il dit à ses disciples de tenir une barque à sa disposition pour que la foule ne l’écrase pas. Car il avait fait beaucoup de guérisons, si bien que tous ceux qui souffraient de quelque mal se précipitaient sur lui pour le toucher. Et lorsque les esprits impurs le voyaient,
ils se jetaient à ses pieds et criaient: «Toi, tu es le Fils de Dieu ! »
Mais il
leur défendait vivement de le faire connaître.

– Cy Aelf, Paris

Le commentaire de ce matin fut vraiment limpide:  il nous faut prier en faveur des malheureux qui ne connaissent pas le Seigneur et le nombre de grâces dont ils pourraient bénéficier. Or, le précepte est tout à fait clair: Aimez vous les uns les autres comme je vous ai aimés!  Une fois encore, ce matin, je me suis souvenu des "chemins de traverse"  que j'ai moi-même empruntés afin de résoudre la question du bonheur, celle qui se pose immanquablement  à toutes et tous. Comme je l'ai déjà rapporté, j'avais quitté le service à l'autel après avoir clairement réalisé des jeux de séduction, sourires et œillades complices, et cela au moment de la consécration... C'est à partir de ce jour-là que j'ai commencé de remplacer la foi par des recherches dans en divers domaines:  philosophie, psychanalyse, relations et sciences humaines et jusqu'à la biologie... Ce "chemin de traverse" a duré plusieurs années et jusqu'au jour où j'ai supplié de pouvoir connaître "Pourquoi l'homme est-il il malheureux ?" La réponse est celle-ci : hors de Dieu il n'y a pas d'amour qui demeure... Même pour connaître, il faut d'abord aimer.

Piètres scientifiques sont ceux qui attribuent leurs découvertes à leur seule intelligence. Si nous n'impliquons que l'intelligence  dans nos recherches, ne nous plaignons pas de l'apparente sécheresse de nos découvertes !


.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2018-2019)

Message non lupar Carolus » jeu. 24 janv. 2019, 16:56

etienne lorant :
Ce "chemin de traverse" a duré plusieurs années et jusqu'au jour où j'ai supplié de pouvoir connaître "Pourquoi l'homme est-il il malheureux ?" La réponse est celle-ci : hors de Dieu il n'y a pas d'amour qui demeure... Même pour connaître, il faut d'abord aimer.
Vous avez raison, cher Etienne. :oui:
CEC 27 Car si l’homme existe, c’est que Dieu l’a créé par Amour et, par Amour, ne cesse de lui donner l’être ; et l’homme ne vit pleinement selon la vérité que s’il reconnaît librement cet Amour et s’abandonne à son Créateur (GS 19, § 1).
Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force (De 6, 5).

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13208
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Abaissement et relèvement

Message non lupar etienne lorant » ven. 25 janv. 2019, 12:22

Lecture du livre des Actes des Apôtres
En ces jours-là, Paul dit au peuple « Je suis Juif, né à Tarse en Cilicie, mais élevé ici dans cette ville, où, à l’école de Gamaliel, j’ai reçu une éducation strictement conforme à la Loi de nos pères  j’avais pour Dieu une ardeur jalouse, comme vous tous aujourd’hui. J’ai persécuté à mort ceux qui suivent le Chemin du Seigneur Jésus ; j’arrêtais hommes et femmes, et les jetais en prison; le grand prêtre et tout le collège des anciens peuvent en témoigner. Ces derniers m’avaient donné des lettres pour nos frères de Damas où je me rendais: je devais ramener à Jérusalem, ceux de là-bas, enchaînés, pour qu’ils subissent leur châtiment.  Donc, comme j’étais en route et que j’approchais de Damas, soudain vers midi, une grande lumière venant du ciel m’enveloppa de sa clarté. Je tombai sur le sol, et j’entendis une voix me dire:‘ Saul, Saul, pourquoi me persécuter ?’ Et moi je répondis: ‘Qui es-tu, Seigneur ? – Je suis Jésus le Nazaréen, celui que tu persécutes.’ Ceux qui étaient avec moi virent la lumière, mais n’entendirent pas la voix de celui qui me parlait. Alors je dis "‘Que dois-je faire, Seigneur ?’ Le Seigneur me répondit : Relève-toi, va jusqu’à Damas, et là on te dira tout ce qu’il t’est prescrit de faire.’ Comme je n’y voyais plus rien, à cause de l’éclat de cette lumière, je me rendis à Damas, conduit par la main de mes compagnons.  Or, Ananie, un homme religieux selon la Loi, à qui tous les Juifs résidant là rendaient un bon témoignage,vint se placer près de moi et me dit: ‘Saul, mon frère, retrouve la vue.’ Et moi, au même instant, je retrouvai la vue, et je le vis.  Il me dit encore: ‘Le Dieu de nos pères t’a destiné à connaître sa volonté, à voir celui qui est le Juste et à entendre la voix qui sort de sa bouche. Car tu seras pour lui, devant tous les hommes,
le témoin de ce que tu as vu et entendu. Et maintenant, pourquoi tarder ? Lève-toi et reçois le baptême, sois lavé de tes péchés en invoquant son nom.’


PSAUME
(Ps 116 (117), 1, 2)
R/ Allez dans le monde entier.
Proclamez l’Évangile.
Louez le Seigneur, tous les peuples ;
fêtez-le, tous les pays !

Son amour envers nous s'est montré le plus fort ;
éternelle est la fidélité du Seigneur !


Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
En ce temps-là, Jésus ressuscité dit aux onze Apôtres: « Allez dans le monde entier. Proclamez l’Évangile à toute la création. Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé; celui qui refusera de croire sera condamné.   Voici les signes qui accompagneront ceux qui deviendront croyants:en mon nom, ils expulseront les démons; ils parleront en langues nouvelles; ils prendront des serpents dans leurs mains et, s’ils boivent un poison mortel, il ne leur fera pas de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades s’en trouveront bien. »

   – Cy Aelf, Paris

La conversion de Saul peut nous donner une sorte de "schéma"
d'une expérience de conversion. Il y a chute et relèvement: le converti commence par s’humilier. Or, le mot humus désigne le sol, la terre. D'une certaine manière, le converti découvre soudainement qu'il est peu de chose et que ses ambitions premières n'étaient que vanité. On se souvient de l'exclamation de l'Ecclésiaste : "Vanité des vanités, tout n'est que vanité et poursuite du vent !"

Nombreux sont les convertis, dans tous les siècles, qui sont soudainement réalisé combien leur ambition tenait de l'orgueil et de la dérision. Car: "Mes voies ne sont pas vos voies" , dit encore le seigneur. Pour entrer dans le projet de Dieu, il faut donc tout reprendre au commencement. Il n'est guère étonnant que Saul devenu Paul s'est d'abord retiré de nombreuses années avant de commencer à évangéliser.

L'homme tombe sur le sol puis se relève, mais il n'est plus celui qu'il était. Et il désire la mort - non pas en raison de ses fautes, mais afin que sa Joie demeure... Plus tard, il revient. Il est tout autre que celui qu'il fut et son entourage d'autrefois ne le reconnait plus. Qu'importe ! Mais il faut témoigner - et de toutes sortes de façons. Quant aux épreuves, elle surviennent afin de "vérifier" la foi - un peu comme un "contrôle technique" pour une automobile... Du reste, la foi de confiance absolue permet de surmonter les épreuves - en les acceptant pleinement...


.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2018-2019)

Message non lupar Carolus » ven. 25 janv. 2019, 15:54

etienne lorant :
La conversion de Saul peut nous donner une sorte de "schéma"
d'une expérience de conversion. Il y a chute et relèvement: le converti commence par s’humilier. Or, le mot humus désigne le sol, la terre. D'une certaine manière, le converti découvre soudainement qu'il est peu de chose et que ses ambitions premières n'étaient que vanité.
Je vous remercie de cette bonne explication étymologique, cher Étienne. :)

S’humilier : « le mot humus désigne le sol, la terre. »
CEC 526 " Devenir enfant " par rapport à Dieu est la condition pour entrer dans le Royaume (cf. Mt 18, 3-4) ; pour cela il faut s’abaisser (cf. Mt 23, 12), devenir petit
Pour « entrer dans le Royaume […] il faut s’abaisser (cf. Mt 23, 12) ».

La Vulgate renforce votre illustration : Qui autem se exaltaverit, humiliabitur: et qui se humiliaverit, exaltabitur.

Qui s’élèvera sera abaissé, qui s’abaissera sera élevé (Mt 23, 12).

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13208
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Message non lupar etienne lorant » sam. 26 janv. 2019, 12:19

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre à Tite
Paul, serviteur de Dieu, apôtre de Jésus Christ au service de la foi de ceux que Dieu a choisis et de la pleine connaissance de la vérité qui est en accord avec la piété. Nous avons l’espérance de la vie éternelle, promise depuis toujours par Dieu qui ne ment pas. Aux temps fixés, il a manifesté sa parole dans la proclamation de l’Évangile qui m’a été confiée par ordre de Dieu notre Sauveur. Je m’adresse à toi, Tite, mon véritable enfant selon la foi qui nous est commune : à toi, la grâce et la paix de la part de Dieu le Père et du Christ Jésus notre Sauveur.
Si je t’ai laissé en Crète, c’est pour que tu finisses de tout organiser et que, dans chaque ville, tu établisses des Anciens
comme je te l’ai commandé moi-même.


PSAUME
(46 (47), 2-3, 6-7, 8-9)
R/ Dieu s’élève parmi les ovations,
Tous les peuples, battez des mains,
acclamez Dieu par vos cris de joie !
Car le Seigneur est le Très- Haut, le redoutable,
le grand roi sur toute la terre.

Dieu s’élève parmi les ovations,
le Seigneur, aux éclats du cor.
Sonnez pour notre Dieu, sonnez,
sonnez pour notre roi, sonnez !

Car Dieu est le roi de la terre :
que vos musiques l’annoncent !
Il règne, Dieu, sur les païens,
Dieu est assis sur son trône sacré.

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
En ce temps-là, Jésus revint à la maison, où de nouveau la foule se rassembla, si bien qu’il n’était même pas possible de manger. Les gens de chez lui, l’apprenant, vinrent pour se saisir de lui, car ils affirmaient : « l a perdu la tête. »

–Cy Aelf, Paris

Dans l'annonce de l’Évangile, le Seigneur n'a pas voulu employer de signes éclatants qui auraient bien obligé la foule de le reconnaître comme étant Dieu à l'égal du Père. On se souvent  des tentations du diable: n'eût-il pas suffi qu'il descende du ciel directement et vienne se manifester dans le temple ?  Oh, certes, ils en seraient restés ébahis, ils auraient dit: "Nous avons vu des choses extraordinaires aujourd'hui !" ...   mais leurs cœurs ne seraient ouverts à la foi pour autant. Les prodiges qui ont abouti à la sortie d'Egypte, ne les ont pas conduit pour autant à la conversion.  En effet, en temps que peuple élu de Dieu, il est normal que la divinité assure leur assure richesse, puissance et domination sur le reste du monde...

Mais Dieu n'a que faire de ces raisonnements. La juste relation de  l'homme à Dieu n'a que faire du spectaculaire, mais il faut que l'humain grandisse par la confiance et par l'amour. Et: "Il n y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux que l'on aime... et, au cours d'une existence,, nous avons le pouvoir de donner plusieurs fois notre vie !

.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13208
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

La pesanteur et la grâce

Message non lupar etienne lorant » lun. 28 janv. 2019, 11:32

Lecture de la lettre aux Hébreux
Frères, le Christ est le médiateur d’une alliance nouvelle, d’un testament nouveau: puisque sa mort a permis le rachat des transgressions commises sous le premier Testament, ceux qui sont appelés peuvent recevoir l’héritage éternel jadis promis. Car le Christ n’est pas entré dans un sanctuaire fait de main d’homme, figure du sanctuaire véritable; il est entré dans le ciel même, afin de se tenir maintenant pour nous devant la face de Dieu. Il n’a pas à s’offrir lui-même plusieurs fois, comme le grand prêtre qui, tous les ans, entrait dans le sanctuaire en offrant un sang qui n’était pas le sien; car alors, le Christ aurait dû plusieurs fois souffrir la Passion depuis la fondation du monde. Mais en fait, c’est une fois pour toutes, à la fin des temps, qu’il s’est manifesté pour détruire le péché par son sacrifice. Et, comme le sort des hommes est de mourir une seule fois et puis d’être jugés, ainsi le Christ s’est- il offert une seule fois pour enlever les péchés de la multitude; il apparaîtra une seconde fois,non plus à cause du péché, mais pour le salut de ceux qui l’attendent.

PSAUME
(97 (98), 1, 2-3ab, 3cd-4, 5-6)
R/ Chantez au Seigneur un chant nouveau,
car il a fait des merveilles. (97, 1ab)
Chantez au Seigneur un chant nouveau,
car il a fait des merveilles ;
par son bras très saint, par sa main puissante,
il s’est assuré la victoire.

Le Seigneur a fait connaître sa victoire
et révélé sa justice aux nations ;
il s’est rappelé sa fidélité, son amour,
en faveur de la maison d’Israël.

La terre tout entière a vu
la victoire de notre Dieu.
Acclamez le Seigneur, terre entière,
sonnez, chantez, jouez !


Jouez pour le Seigneur sur la cithare,
sur la cithare et tous les instruments ;
au son de la trompette et du cor,
acclamez votre roi, le Seigneu
r !

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
En ce temps-là, les scribes, qui étaient descendus de Jérusalem, disaient: « Ce Jésus est possédé par Béelzéboul; c’est par le chef des démons qu’il expulse les démons.» Les appelant près de lui, Jésus leur dit en parabole: « Comment Satan peut-il expulser Satan? Si un royaume est divisé contre lui-même, ce royaume ne peut pas tenir. Si les gens d’une même maison se divisent entre eux, ces gens ne pourront pas tenir. Si Satan s’est dressé contre lui-même, s’il est divisé, il ne peut pas tenir; c’en est fini de lui. Mais personne ne peut entrer dans la maison d’un homme fort et piller ses biens, s’il ne l’a d’abord ligoté. Alors seulement il pillera sa maison. Amen, je vous le dis: Tout sera pardonné aux enfants des hommes: leurs péchés et les blasphèmes qu’ils auront proférés. Mais si quelqu’un blasphème contre l’Esprit Saint, il n’aura jamais de pardon. Il est coupable d’un péché pour toujours. » Jésus parla ainsi parce qu’ils avaient dit : c’est par le chef des démons qu’il expulse les démons.»


Cy Aelf,  Paris

Le péché qui ne sera pas pardonné c’est celui de confondre le mal et le bien et de prétendre qu'il y a un "moindre mal" à défaut du pire... Et nous avons tous, un jour ou l'autre qu'une mauvaise action ait pu, par exemple, qu'un accident mortel ait permis d'éviter un drame pire encore.  Il n'y a pas sous le regard de Dieu   d'actes mauvais qui conduisent au bien. Et condamner son prochain, c'est aussi se soumettre à un à la condamnation.  C'est quelque chose que l'on dit rarement et pourtant, le Seigneur dit:  "Ne jugez pas et vous ne serez pas jugés, ne condamnez pas et vous ne serez pas condamnes". Méfions-nous également des paroles semant le "moindre mal", car il n'y a pas d'actes mauvais qui puisse conduire à un bien. Ainsi, aller se confesser d'un assassinat - ce que font les tueurs de la mafia, c'est ajouter le blasphème à leur crime. Vouloir enfermer la justice divine dans un sacrement, c'est maudire Dieu comme le font les démons.

Il est remarquable que les lectures de ce jour nous appellent  qu'il n'y a pas à tergiverser entre bien et mal, mais il faut fuir les tentations aussitôt qu'elles se présentent à notre conscience. Nous sommes tous pécheurs mais nos désirs de changement et de retour à la grâce ne peuvent que nous grandir en grâce sous le regard de Dieu...



«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13208
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Grandir dans l'espérance

Message non lupar etienne lorant » mar. 29 janv. 2019, 10:42

Lecture de la lettre aux Hébreux
Frères, la loi de Moïse ne présente que l’ébauche des biens à venir, et non pas l’expression même des réalités. Elle n’est donc jamais capable, par ses sacrifices qui sont toujours les mêmes, offerts indéfiniment chaque année, de mener à la perfection ceux qui viennent y prendre part. Si ce culte les avait purifiés une fois pour toutes, ils n’auraient plus aucun péché sur la conscience et, dans ce cas, n’aurait-on pas cessé d’offrir les sacrifices ? Mais ceux-ci, au contraire, comportent chaque année un rappel des péchés. Il est impossible, en effet, que du sang de taureaux et de boucs enlève les péchés. Aussi, en entrant dans le monde, le Christ dit: Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande, mais tu m’as formé un corps. Tu n’as pas agréé les holocaustes ni les sacrifices pour le péché; alors, j’ai dit:Me voici, je suis venu, mon Dieu, pour faire ta volonté,ainsi qu’il est écrit de moi dans le Livre. Le Christ commence donc par dire: Tu n’as pas voulu ni agréé les sacrifices et les offrandes, les holocaustes et les sacrifices pour le péché,ceux que la Loi prescrit d’offrir. Puis il déclare: Me voici, je suis venu pour faire ta volonté. Ainsi, il supprime le premier état de choses pour établir le second. Et c’est grâce à cette volonté que nous sommes sanctifiés,par l’offrande que Jésus Christ a faite de son corps,
une fois pour toutes.


PSAUME
(Ps 39 (40), 2abc.4ab, 7-8a, 10, 11)
R/ Me voici, Seigneur,
je viens faire ta volonté. (cf. Ps 39, 8a.9a)
D’un grand espoir, j’espérais le Seigneur :
il s’est penché vers moi.
Dans ma bouche il a mis un chant nouveau,
une louange à notre Dieu.

Tu ne voulais ni offrande ni sacrifice,
tu as ouvert mes oreilles ;
tu ne demandais ni holocauste ni victime,
alors j’ai dit : « Voici, je viens. »

J’annonce la justice
dans la grande assemblée ;
vois, je ne retiens pas mes lèvres,
Seigneur, tu le sais.

Je n’ai pas enfoui ta justice au fond de mon cœur,
je n’ai pas caché ta fidélité, ton salut ;
j’ai dit ton amour et ta vérité
à la grande assemblée.


Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
En ce temps-là, comme Jésus était dans une maison, arrivent sa mère et ses frères. Restant au-dehors, ils le font appeler. Une foule était assise autour de lui; et on lui dit : « Voici que ta mère et tes frères sont là dehors : ils te cherchent. »
Mais il leur répond : « Qui est ma mère ? qui sont mes frères ? »
Et parcourant du regard ceux qui étaient assis en cercle autour de lui, il dit: « Voici ma mère et mes frères. Celui qui fait la volonté de Dieu, celui-là est pour moi un frère, une sœur, une mère. »


— Cy Aelf,  Paris

En parlant comme il le fait, Jésus a-t'Il voulu humilier Marie ? Certes non ! Au contraire, à l'annonce de l'ange, elle n'a pas émis de doute, mais elle a seulement demandé comment les choses s'accomplirait pour elle. Cette demande est tout à fait légitime et nous engage à la même qualité de confiance. A ce propos, je me suis souvenu d'un signe que j'ai reçu le jour où j'ai dû me faire hospitalisé pour des examens. J'étais seul pour m'y rendre et déprimé comme on peut l'être en une telle occasion.

Or, cet établissement qui avait longtemps gardé le nom de 3
"Notre-Dame", venait d'être "laïcisé". La petite chapelle avait été désacralisée et tous les petits crucifix avaient disparu des chambres - sauf ... de celle de la dernière chambre du dernier étage de l'établissement. A cette vue, je me sentis tout à fait rassuré et confiant : aussi longtemps que je pourrais prier, tout se passerait pour le mieux. Les résultats de l'examen clinique fut négatif. Je pouvais rentrer à la maison sans même une prescription quelconque.

Cet épisode m'a fait grandir dans la foi : Oui, le Seigneur est proche de chaque âme qui l'invoque. S’effrayer n'avance à rien, mais il faut grandir dans l'espérance !


.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13208
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Comment passer de la pesanteur à grâce

Message non lupar etienne lorant » mer. 30 janv. 2019, 10:49

Épître de saint Paul Lettre aux Hébreux
Dans l’ancienne Alliance, tout prêtre, chaque jour, se tenait debout dans le Lieu saint pour le service liturgique, et il offrait à maintes reprises les mêmes sacrifices, qui ne peuvent jamais enlever les péchés. Jésus Christ, au contraire, après avoir offert pour les péchés un unique sacrifice, s’est assis pour toujours à la droite de Dieu. Il attend désormais que ses ennemis soient mis sous ses pieds. Par son unique offrande, il a mené pour toujours à leur perfection ceux qu’il sanctifie. L’Esprit Saint, lui aussi, nous l’atteste dans l’Écriture, car, après avoir dit : Voici quelle sera l’Alliance que j’établirai avec eux quand ces jours- là seront passés, le Seigneur dit : Quand je leur donnerai mes lois, je les inscrirai sur leurs cœurs et dans leur pensée et je ne me rappellerai plus leurs péchés ni leurs fautes. Or, quand le pardon est accordé, on n’offre plus le sacrifice pour le péché.

PSAUME
(109 (110), 1, 2, 3, 4)
R/ Tu es prêtre à jamais
selon l’ordre de Melkisédek.
Oracle du Seigneur à mon seigneur :
« Siège à ma droite,
et je ferai de tes ennemis
le marchepied de ton trône. »

De Sion, le Seigneur te présente
le sceptre de ta force :
« Domine jusqu’au cœur de l’ennemi. »

Le jour où paraît ta puissance,
tu es prince, éblouissant de sainteté :
« Comme la rosée qui naît de l’aurore,
je t’ai engendré. »

Le Seigneur l’a juré
dans un serment irrévocable :
« Tu es prêtre à jamais
selon l’ordre du roi Melkisédek.
»

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
En ce temps-là, Jésus se mit de nouveau à enseigner au bord de la mer de Galilée. Une foule très nombreuse se rassembla auprès de lui, si bien qu’il monta dans une barque où il s’assit. Il était sur la mer, et toute la foule était près de la mer, sur le rivage. Il leur enseignait beaucoup de choses en paraboles, et dans son enseignement il leur disait : « Écoutez ! Voici que le semeur sortit pour semer. Comme il semait, du grain est tombé au bord du chemin ; les oiseaux sont venus et ils ont tout mangé. Du grain est tombé aussi sur du sol pierreux, où il n’avait pas beaucoup de terre ; il a levé aussitôt, parce que la terre était peu profonde ; et lorsque le soleil s’est levé, ce grain a brûlé et, faute de racines, il a séché. Du grain est tombé aussi dans les ronces, les ronces ont poussé, l’ont étouffé, et il n’a pas donné de fruit. Mais d’autres grains sont tombés dans la bonne terre ;ils ont donné du fruit en poussant et en se développant, et ils ont produit trente, soixante, cent, pour un. » Et Jésus disait :« Celui qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende ! » Quand il resta seul, ceux qui étaient autour de lui avec les Douze l’interrogeaient sur les paraboles. Il leur disait: « C’est à vous qu’est donné le mystère du royaume de Dieu ; mais à ceux qui sont dehors, tout se présente sous forme de paraboles. Et ainsi, comme dit le prophète : Ils auront beau regarder de tous leurs yeux, ils ne verront pas ; ils auront beau écouter de toutes leurs oreilles, ils ne comprendront pas ; sinon ils se convertiraient et recevraient le pardon. » Il leur dit encore : « Vous ne saisissez pas cette parabole ? Alors, comment comprendrez-vous toutes les paraboles ? Le semeur sème la Parole. Il y a ceux qui sont au bord du chemin où la Parole est semée : quand ils l’entendent,
Satan vient aussitôt et enlève la Parole semée en eux. Et de même, il y a ceux qui ont reçu la semence dans les endroits pierreux : ceux-là, quand ils entendent la Parole, ils la reçoivent aussitôt avec joie ; mais ils n’ont pas en eux de racine, ce sont les gens d’un moment ; que vienne la détresse ou la persécution à cause de la Parole, ils trébuchent aussitôt. Et il y en a d’autres qui ont reçu la semence dans les ronces : ceux-ci entendent la Parole, mais les soucis du monde, la séduction de la richesse et toutes les autres convoitises les envahissent et étouffent la Parole,qui ne donne pas de fruit. Et il y a ceux qui ont reçu la semence dans la bonne terre : ceux- là entendent la Parole, ils l’accueillent, et ils portent du fruit : trente, soixante, cent, pour un. »


Cy Aelf, Paris


Pour bien discerner le message des textes de ce jour,
l'idéal est encore de considérer les différentes qualités de la terre qui a reçu la semence de l’Évangile.

En effet, une terre sèche, c'est une âme que les difficultés de l'existence ont conduit au scepticisme. Pour en guérir, il faudra plusieurs manifestations de la grâce avant qu'elle s'adoucisse suffisamment pour "fleurir au prochain printemps". Et, à l’inverse, il y a des âmes versatiles: elles entendent le message et s'en réjouissent un moment, mais les soucis de l'existence - et les plaisirs qui les font oublier - freinent l'oeuvre de la grâce. Et notre prêtre de rapprocher - la conversion de saint François d’Assise et celle du bienheureux Charles de Foucault. Tous deux furent des "gens de mauvaise vie", des cœurs versatiles, égoïstes qui auraient pu finir par se damner - mais le Seigneur les a guéris.

Le message des textes de ce jour doit nous inciter à un examen de conscience, comme un petit "contrôle technique, afin de mieux reprendre notre route sur le chemin de la grâce. Tous les événements de nos vies - petits ou grands - peuvent tantôt nous endurcir - ou bien nous adoucir - selon l'ouverture de nos cœurs, ou bien notre endurcissement...


.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13208
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Splendeur de l’Eucharistie

Message non lupar etienne lorant » jeu. 31 janv. 2019, 10:29

Lecture de la lettre aux Hébreux
Frères, c’est avec assurance que nous pouvons entrer dans le véritable sanctuaire grâce au sang de Jésus: nous avons là un chemin nouveau et vivant qu’il a inauguré en franchissant le rideau du Sanctuaire; or, ce rideau est sa chair. Et nous avons le prêtre par excellence, celui qui est établi sur la maison de Dieu. Avançons-nous donc vers Dieu avec un cœur sincère et dans la plénitude de la foi, le cœur purifié de ce qui souille notre conscience, le corps lavé par une eau pure. Continuons sans fléchir d’affirmer notre espérance, car il est fidèle, celui qui a promis. Soyons attentifs les uns aux autres pour nous stimuler à vivre dans l’amour et à bien agir. Ne délaissons pas nos assemblées, comme certains en ont pris l’habitude, mais encourageons-nous, d’autant plus que vous voyez s’approcher le Jour du Seigneur.
             
PSAUME
(23 (24)
R/ Voici le peuple
de ceux qui cherchent ta face, Seigneur.
Au Seigneur, le monde et sa richesse,
la terre et tous ses habitants !
C’est lui qui l’a fondée sur les mers
et la garde inébranlable sur les flots.

Qui peut gravir la montagne du Seigneur
et se tenir dans le lieu saint ?
L’homme au cœur pur, aux mains innocentes,
qui ne livre pas son âme aux idoles.

Il obtient, du Seigneur, la bénédiction,
et de Dieu son Sauveur, la justice.
Voici le peuple de ceux qui le cherchent !
Voici Jacob qui recherche ta face !

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
En ce temps-là, Jésus disait à la foule: «Est-ce que la lampe est apportée pour être mise sous le boisseau ou sous le lit ? N’est-ce pas pour être mise sur le lampadaire ? Car rien n’est caché, sinon pour être manifesté; rien n’a été gardé secret, sinon pour venir à la clarté. Si quelqu’un a des oreilles pour entendre,qu’il entende !» Il leur disait encore: « Faites attention à ce que vous entendez ! La mesure que vous utilisez sera utilisée aussi pour vous, et il vous sera donné encore plus. Car celui qui a, on lui donnera;celui qui n’a pas, on lui enlèvera même ce qu’il a. »


Cy Aelf, Paris

L'idéal d'une heureuse participation à l'Eucharistie, c'est d'éprouver, à la fin de l'office, une grande joie ainsi qu'une force renouvelée pour la journée de travail. En écoutant l'homélie de notre prêtre, je me suis souvenu de ces années durant lesquelles j'ai pu, chaque jour de la semaine, participer à une Eucharistie dans un couvent de sœurs clarisses. Il régnait là un silence extraordinaire, encore renforcé du fait que la salle était dans la pénombre. Chacun des sièges étant séparé de l'autre par une petite cloison, tous les participants étaient plongés dans une atmosphère tout à fait propice au recueillement. Lorsque le prêtre arrivait les Sœurs entamaient le Veni Créator Spiritu, à deux voix et nulle doute que dès ce moment-là, tous les fidèles présents se sentaient saisi dans le mystère de la grâce et de l'amour de Dieu envers tous ses fidèles.

Ce sentiment était encore renforcé du fait que le prêtre, plutôt de donner une homélie complète, ne faisait que donner quelques éléments, quelques pistes pour la méditation. Silence extraordinaire à ce moment-là car tous les participants, sans avoir été entraînés par une "méthode" particulière, parvenaient à entrer pleinement dans le grand mystère de l'Eucharistie. Une fois la messe dite, je ne tardais pas à bavarder avec quiconque: j'avais reçu tout ce que j'avais besoin de force pour entamer ma journée de travail.

Comme on me demandait parfois mon opinion concernant cette brève Eucharistie matinale, je répondais que j'y recevais plus que lors d'une messe dominicale. Du reste, c'est à partir de cette expérience matinale que m'est venue l'idée méditer les textes de la liturgie du jour afin d'être nourri, chaque jour, de force et de joie...
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13208
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Libres méditations

Message non lupar etienne lorant » ven. 01 févr. 2019, 11:18

Épître de saint Paul aux Hébreux
Frères, souvenez-vous de ces premiers jours où vous veniez de recevoir la lumière du Christ: vous avez soutenu alors le dur combat des souffrances, tantôt donnés en spectacle sous les insultes et les brimades, tantôt solidaires de ceux qu’on traitait ainsi. En effet, vous avez montré de la compassion à ceux qui étaient en prison; vous avez accepté avec joie qu’on vous arrache vos biens, car vous étiez sûrs de posséder un bien encore et permanent. Ne perdez pas votre assurance; grâce à elle, vous serez largement récompensés. Car l’endurance vous est nécessaire pour accomplir la volonté de Dieu et obtenir ainsi la réalisation des promesses. En effet, encore un peu, très peu de temps, et celui qui doit venir arrivera, il ne tardera pas. Celui qui est juste à mes yeux par la foi vivra; mais s’il abandonne, je ne trouve plus mon bonheur en lui. Or nous ne sommes pas, nous, de ceux qui abandonnent et vont à leur perte,mais de ceux qui ont la foi et sauvegardent leur âme.

PSAUME
(36 (37), 3-4, 5-6, 23-24, 39-40ac)
R/ Le salut des justes vient du Seigneur. (cf. 36, 39a)
]Fais confiance au Seigneur, agis bien,
habite la terre et reste fidèle ;
mets ta joie dans le Seigneur :
il comblera les désirs de ton cœur.

Dirige ton chemin vers le Seigneur,
fais-lui confiance, et lui, il agira.
Il fera lever comme le jour ta justice,
et ton droit comme le plein midi.

Quand le Seigneur conduit les pas de l’homme,
ils sont fermes et sa marche lui plaît.
S’il trébuche, il ne tombe pas
car le Seigneur le soutient de sa main.

Le Seigneur est le salut pour les justes,
leur abri au temps de la détresse.
Le Seigneur les aide et les délivre,
car ils cherchent en lui leur refuge
.

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là, Jésus disait aux foules : « Il en est du règne de Dieu comme d’un homme qui jette en terre la semence : nuit et jour, qu’il dorme ou qu’il se lève, la semence germe et grandit, il ne sait comment. D’elle-même, la terre produit d’abord l’herbe, puis l’épi, enfin du blé plein l’épi. Et dès que le blé est mûr, il y met la faucille, puisque le temps de la moisson est arrivé.» Il disait encore: « À quoi allons-nous comparer le règne de Dieu ? Par quelle parabole pouvons-nous le représenter ? Il est comme une graine de moutarde : quand on la sème en terre, elle est la plus petite des semences. Mais quand on l’a semée, elle grandit et dépasse toutes les plantes potagères; et elle étend de longues branches, si bien que les oiseaux du ciel peuvent faire leur nid à son ombre. » Par de nombreuses paraboles semblables, Jésus leur annonçait la Parole, dans la mesure où ils étaient capables de l’entendre. Il ne leur disait rien sans parabole, mais il expliquait tout à ses disciples en particulier.

Cy Aelf, Paris
.
Croire c'est aussi grandir dans la foi . Tous les convertis le déclarent. Ce qu'ils étaient dans le monde, ils ne le sont plus. Mais ils ne sont pas encore ceux qu'ils doivent devenir. C'est ainsi que l'on parle de "nouvelle naissance". Un simple fidèle est appelé comme tous les saints à témoigner de la grâce reçue et c'est ce qu'ils font. Nombre d'entre eux, les femmes comme les hommes, ont subitement commencé de changer, dans une démarche de vérité, de bonté et de service d'autrui. Ils ne vont pas crier sur les toits qu'ils passés de la " pesanteur" de l'existence à la grâce de la vie dans le Chris, mais ils ne cessent pas de témoigner par la joie.

Cette joie qui les entraîne, c'est la grâce divine -  et ils témoignent ainsi: ils ont toujours le sourire aux lèvres quelles  que soient les circonstances.

On pourrait croire que tout cela n'est qu’apparences, mais en réalité la paix intérieure des âmes consacrées ne cesse de témoigner que le Seigneur est toujours toujours proche et qu'il nous délivre "de tout ce qu'il y a de DÉMON dans le MONDE  !

Belle envolée ce matin  !


.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13208
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Le baptême de Jésus

Message non lupar etienne lorant » sam. 02 févr. 2019, 11:41

Lecture de la lettre aux Hébreux
Puisque les enfants des hommes ont en commun le sang et la chair, Jésus a partagé, lui aussi, pareille condition: ainsi, par sa mort, il a pu réduire à l’impuissance celui qui possédait le pouvoir de la mort, c’est-à-dire le diable, et il a rendu libres tous ceux qui,par crainte de la mort, passaient toute leur vie dans une situation d’esclaves. Car ceux qu’il prend en charge, ce ne sont pas les anges, c’est la descendance d’Abraham. Il lui fallait donc se rendre en tout semblable à ses frères, pour devenir un grand prêtre miséricordieux et digne de foi pour les relations avec Dieu, afin d’enlever les péchés du peuple. Et parce qu’il a souffert jusqu’au bout l’épreuve de sa Passion, il est capable de porter secours à ceux qui subissent une épreuve.

PSAUME
(Ps 23 (24), 7, 8, 9, 10)
R/ C’est le Seigneur, Dieu de l’univers ;
c’est lui, le roi de gloire.
Qui est ce roi de gloire ?
C’est le Seigneur, le fort, le vaillant,
le Seigneur, le vaillant des combats.

Portes, levez vos frontons,
levez-les, portes éternelles :
qu’il entre, le roi de gloire !

Qui donc est ce roi de gloire ?
C’est le Seigneur, Dieu de l’univers ;
c’est lui, le roi de gloire.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc
Quand fut accompli le temps prescrit par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus l’amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, selon ce qui est écrit dans la Loi : Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur. Ils venaient aussi offrir le sacrifice prescrit par la loi du Seigneur: un couple de tourterelles ou deux petites colombes. Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon. C’était un homme juste et religieux, qui attendait la Consolation d’Israël, et l’Esprit Saint était sur lui.Il avait reçu de l’Esprit Saint l’annonce qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ, le Messie du Seigneur. Sous l’action de l’Esprit, Syméon vint au Temple.Au moment où les parents  présentaient l’enfant Jésus pour se conformer au rite de la Loi qui le concernait, Syméon reçut l’enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant:«Maintenant ne  Maître souverain, tu peux laisser ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu le salut que tu préparais à la face des peuples: lumière qui se révèle aux nations et donne gloire à ton peuple Israël. »

Cy Aelf, Paris

Les témoins de l’événement ne sont pas nombreux  et le baptême du Seigneur restera événement tout à fait "anodin" pour les témoins présents - sauf pour le Syméon - dont la vieillesse symbolise la multitude des prophètes qui avaient annoncé la venue du Seigneur. C'est ainsi que dès son baptême, Jésus est armé de cette extraordinaire humilité contre laquelle le diable, l'Adversaire, ne peut rien. Mais en même temps, l'absence de tout signe surnaturel au moment du baptême fera que les habitants de Nazareth ne le reconnaître et voudront déjà le faire périr en le poussant du haut du mont du précipice... que l'on peut encore contempler de nos jours !

C'est bien de ce Jésus qu'il faut nous inspirer. Non pas seulement des signes extraordinaire de la multiplication des pains et des guérisons miraculeuses, mais celui qui s'identifie à un simple berger (un de ceux que les Juifs considéraient comme des voleurs et des bons-à-rien... Et lorsque Jésus cherche à convertir, il dira encore : "Le Royaume des Cieux, ne le cherchez pas!  il est au milieu de vous !" Croyons-nous cela ?  En vérité, Jésus est et demeure auprès de tout homme et de toute femme qui ouvrent sincèrement leurs cœur l'amour de Dieu..
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Le baptême de Jésus

Message non lupar Carolus » sam. 02 févr. 2019, 13:35

etienne lorant :

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc [2, 22]
Quand fut accompli le temps prescrit par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus l’amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, selon ce qui est écrit dans la Loi : Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur.
Les témoins de l’événement ne sont pas nombreux  et le baptême du Seigneur restera événement tout à fait "anodin" pour les témoins présents - sauf pour le Syméon - dont la vieillesse symbolise la multitude des prophètes qui avaient annoncé la venue du Seigneur.
Merci pour votre réflexion, cher Étienne. :)

Considérons le verset qui précède le passage de l'Évangile du Jour cité ci-dessus :
Lc 2, 21 Quand fut arrivé le huitième jour, celui de la circoncision, l’enfant reçut le nom de Jésus, le nom que l’ange lui avait donné avant sa conception.
L'événement mentionné n'est donc pas le baptême du Seigneur, mais plutôt sa circoncision, n'est- ce pas ? :oui:

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13208
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Bien vu !

Message non lupar etienne lorant » mar. 05 févr. 2019, 11:28

De fait : j'ai confondu hier baptême et circoncision ...
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )


Revenir vers « Méditations »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit