Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2018-2019)

« Mon âme aspire vers toi pendant la nuit, mon esprit te cherche dès le matin. » (Is 26.9)
Règles du forum
Forum de partage de méditations chrétiennes
etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13309
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Espérer contre toute espérance -

Message non lu par etienne lorant » lun. 17 déc. 2018, 11:17

Lecture du livre de la Genèse
En ces jours-là, Jacob appela ses fils et dit : « Assemblez-vous ! Je veux vous dévoiler ce qui vous arrivera dans les temps à venir. Rassemblez-vous, écoutez, fils de Jacob, écoutez Israël, votre père. Juda, à toi, tes frères rendront hommage,ta main fera plier la nuque de tes ennemis et les fils de ton père se prosterneront devant toi. Juda est un jeune lion. Tu remontes du carnage, mon fils. Il s’est accroupi, il s’est couché comme un lion ; ce fauve, qui le fera lever ? Le sceptre royal n’échappera pas à Juda, ni le bâton de commandement, à sa descendance,jusqu’à ce que vienne celui à qui le pouvoir appartient,
à qui les peuples obéiront. »


PSAUME
(Ps 71 (72), 1-2, 3-4, 7-8, 17)
R/ En ces jours-là fleurira la justice,
grande paix jusqu’à la fin des temps. (cf. Ps 71, 7)
Dieu, donne au roi tes pouvoirs,
à ce fils de roi ta justice.
Qu’il gouverne ton peuple avec justice,
qu’il fasse droit aux malheureux !

Montagnes, portez au peuple la paix,
collines, portez-lui la justice !
Qu’il fasse droit aux malheureux de son peuple,
qu’il sauve les pauvres gens, qu’il écrase l’oppresseur !

En ces jours-là, fleurira la justice,
grande paix jusqu’à la fin des lunes !
Qu’il domine de la mer à la mer,
et du Fleuve jusqu’au bout de la terre !

Que son nom dure toujours ;
sous le soleil, que subsiste son nom !
En lui, que soient bénies toutes les familles de la terre ;
que tous les pays le disent bienheureux !


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu
Généalogie de Jésus, Christ, fils de David, fils d’Abraham.  Abraham engendra Isaac, Isaac engendra Jacob,
Jacob engendra Juda et ses frères,  Juda, de son union avec Thamar, engendra Pharès et Zara, Pharès engendra Esrom, Esrom engendra Aram,   Aram engendra Aminadab, Aminadab engendra Naassone, Naassone engendra Salmone,  Salmone, de son union avec Rahab, engendra Booz, Booz, de son union avec Ruth, engendra Jobed, Jobed engendra Jessé,  Jessé engendra le roi David.  David, de son union avec la femme d’Ourias, engendra Salomon, Salomon engendra Roboam, Roboam engendra Abia, Abia engendra Asa,Asa engendra Josaphat, Josaphat engendra Joram, Joram engendra Ozias, Ozias engendra Joatham, Joatham engendra Acaz, Acaz engendra Ézékias, Ézékias engendra Manassé, Manassé engendra Amone, Amone engendra Josias,  Josias engendra Jékonias et ses frères à l’époque de l’exil à Babylone (...)
depuis Abraham jsqu’à David, quatorze générations ;depuis David jusqu’à l’exil à Babylone, quatorze générations ;depuis l’exil à Babylone jusqu’au Christ, quatorze générations.


           – Cy Aelf, Paris

Quel sens donner à cette généalogie ?  Pour les juifs des premiers siècles, il fallait bien que le Christ fut l'aboutissement de toutes les générations jusqu'à sa venue. En effet, jusqu'à la venue du Seigneur, il fallait que Jésus descendit jusqu’aux patriarches et jusqu'au premiers couple : Adam et Ève. Notre prêtre nous a fait remonter jusqu'à Abraham et sa mise à l'épreuve : il lui fut ordonné d'offrir son fils unique en sacrifice et - sans comprendre, Abraham obéit - car Abraham eût foi au-delà du possible - c'est dire une foi capable de vaincre "l'impossible", puisque "rien n'est impossible à Dieu.

Ce que ces textes veulent nous apprendre, c'est à rentrer, par une foi sans défaut, dans le mystère de l'amour de Dieu.  Pour nous, selon nos estimations, nous sommes extrêmement faillibles et faibles.  Qui d'entre nous n'a-t-il pas vu sa foi contrariée par l'une ou l'autre épreuve qui paraissait impossible ?  Tel que je fus moi-même l'expérience de l’enrôlement dans l'armée, à l'âge de 22 dans, fut une épreuve de tous les instants durant les trois premiers mois.  Mais comme je devais être envoyé, après le premier mois d'incorporation, dans une grande caserne qui avait une très mauvaise réputation  - du point de vue des mœurs (...), c'est un accident de voiture qui me valut - finalement - de me retrouver dans une caserne d'Etat-Major, où je servis de comme chauffeur d'un Lieutenant-colonel et de dactylo... un poste des plus tranquilles...

Quel rapport avec les lectures du jour ?  Tout simplement qu'il faut croire sans douter,  et cultiver la foi de la confiance absolue.  N'oublions donc pas:  la foi est mesurée par l'épreuve !
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13309
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Espérer contre toute espérance -

Message non lu par etienne lorant » lun. 17 déc. 2018, 11:24

Lecture du livre de la Genèse
En ces jours-là, Jacob appela ses fils et dit : « Assemblez-vous ! Je veux vous dévoiler ce qui vous arrivera dans les temps à venir. Rassemblez-vous, écoutez, fils de Jacob, écoutez Israël, votre père. Juda, à toi, tes frères rendront hommage,ta main fera plier la nuque de tes ennemis et les fils de ton père se prosterneront devant toi. Juda est un jeune lion. Tu remontes du carnage, mon fils. Il s’est accroupi, il s’est couché comme un lion ; ce fauve, qui le fera lever ? Le sceptre royal n’échappera pas à Juda, ni le bâton de commandement, à sa descendance,jusqu’à ce que vienne celui à qui le pouvoir appartient,
à qui les peuples obéiront. »


PSAUME
(Ps 71 (72), 1-2, 3-4, 7-8, 17)
R/ En ces jours-là fleurira la justice,
grande paix jusqu’à la fin des temps. (cf. Ps 71, 7)
Dieu, donne au roi tes pouvoirs,
à ce fils de roi ta justice.
Qu’il gouverne ton peuple avec justice,
qu’il fasse droit aux malheureux !

Montagnes, portez au peuple la paix,
collines, portez-lui la justice !
Qu’il fasse droit aux malheureux de son peuple,
qu’il sauve les pauvres gens, qu’il écrase l’oppresseur !

En ces jours-là, fleurira la justice,
grande paix jusqu’à la fin des lunes !
Qu’il domine de la mer à la mer,
et du Fleuve jusqu’au bout de la terre !

Que son nom dure toujours ;
sous le soleil, que subsiste son nom !
En lui, que soient bénies toutes les familles de la terre ;
que tous les pays le disent bienheureux !


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu
Généalogie de Jésus, Christ, fils de David, fils d’Abraham. Abraham engendra Isaac, Isaac engendra Jacob,
Jacob engendra Juda et ses frères, Juda, de son union avec Thamar, engendra Pharès et Zara, Pharès engendra Esrom, Esrom engendra Aram, Aram engendra Aminadab, Aminadab engendra Naassone, Naassone engendra Salmone, Salmone, de son union avec Rahab, engendra Booz, Booz, de son union avec Ruth, engendra Jobed, Jobed engendra Jessé, Jessé engendra le roi David. David, de son union avec la femme d’Ourias, engendra Salomon, Salomon engendra Roboam, Roboam engendra Abia, Abia engendra Asa,Asa engendra Josaphat, Josaphat engendra Joram, Joram engendra Ozias, Ozias engendra Joatham, Joatham engendra Acaz, Acaz engendra Ézékias, Ézékias engendra Manassé, Manassé engendra Amone, Amone engendra Josias, Josias engendra Jékonias et ses frères à l’époque de l’exil à Babylone (...)
depuis Abraham jsqu’à David, quatorze générations ;depuis David jusqu’à l’exil à Babylone, quatorze générations ;depuis l’exil à Babylone jusqu’au Christ, quatorze générations.


– Cy Aelf, Paris

Quel sens donner à cette généalogie ? Pour les juifs des premiers siècles, il fallait bien que le Christ fut l'aboutissement de toutes les générations jusqu'à sa venue. En effet, jusqu'à la venue du Seigneur, il fallait que Jésus descendit jusqu’aux patriarches et jusqu'au premiers couple : Adam et Ève. Notre prêtre nous a fait remonter jusqu'à Abraham et sa mise à l'épreuve : il lui fut ordonné d'offrir son fils unique en sacrifice et - sans comprendre, Abraham obéit - car Abraham eût foi au-delà du possible - c'est dire une foi capable de vaincre "l'impossible", puisque "rien n'est impossible à Dieu.

Ce que ces textes veulent nous apprendre, c'est à rentrer, par une foi sans défaut, dans le mystère de l'amour de Dieu. Pour nous, selon nos estimations, nous sommes extrêmement faillibles et faibles. Qui d'entre nous n'a-t-il pas vu sa foi contrariée par l'une ou l'autre épreuve qui paraissait impossible ? Tel que je fus moi-même l'expérience de l’enrôlement dans l'armée, à l'âge de 22 dans, fut une épreuve de tous les instants durant les trois premiers mois. Mais comme je devais être envoyé, après le premier mois d'incorporation, dans une grande caserne qui avait une très mauvaise réputation - du point de vue des mœurs (...), c'est un accident de voiture qui me valut - finalement - de me retrouver dans une caserne d'Etat-Major, où je servis de comme chauffeur d'un Lieutenant-colonel et de dactylo... un poste des plus tranquilles...

Quel rapport avec les lectures du jour ? Tout simplement qu'il faut croire sans douter, et cultiver la foi de la confiance absolue. N'oublions donc pas: la foi est mesurée par l'épreuve !


.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13309
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Non pour être servi mais pour servir

Message non lu par etienne lorant » mar. 18 déc. 2018, 12:09

Lecture du livre du prophète Jérémie
Voici venir des jours – oracle du Seigneur –, où je susciterai pour David un Germe juste : il régnera en vrai roi, il agira avec intelligence,il exercera dans le pays le droit et la justice. En ces jours-là, Juda sera sauvé, et Israël habitera en sécurité. Voici le nom qu’on lui donnera :« Le-Seigneur-est-notre-justice. » C’est pourquoi, voici venir des jours – oracle du Seigneur – où, pour prêter serment, on ne dira plus: « Par le Seigneur vivant,
qui a fait monter du pays d’Égypte , les fils d’Israël », mais : « Par le Seigneur vivant, qui a fait monter du pays du nord les gens de la maison d’Israël, qui les a ramenés de tous les pays où il les avait chassés. »
Car ils demeureront sur leur sol
.    

(Ps 71 (72), 1-2, 12-13, 18-19)
R/ En ces jours-là fleurira la justice,
grande paix jusqu’à la fin des temps. (cf. ps 71, 7)
Dieu, donne au roi tes pouvoirs,
à ce fils de roi ta justice.
Qu’il gouverne ton peuple avec justice,
qu’il fasse droit aux malheureux !

Il délivrera le pauvre qui appelle
et le malheureux sans recours.
Il aura souci du faible et du pauvre,
du pauvre dont il sauve la vie.

Béni soit le Seigneur, le Dieu d’Israël,
lui seul fait des merveilles !
Béni soit à jamais son nom glorieux,
toute la terre soit remplie de sa gloire ! Amen ! Amen !


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu
  Voici comment fut engendré Jésus Christ : Marie, sa mère, avait été accordée en mariage à Joseph ; avant qu’ils aient ha ité ensemble, elle fut enceinte par l’action de l’Esprit Saint.  Joseph, son époux, qui était un homme juste, et ne voulait pas la dénoncer publiquement, décida de la renvoyer en secret.  Comme il avait formé ce projet, voici que l’ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse, puisque l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint ; elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus (c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. » Tout cela est arrivé
pour que soit accomplie la parole du Seigneur prononcée par le prophète : Voici que la Vierge concevra,
et elle enfantera un fils ; on lui donnera le nom d’Emmanuel,qui se traduit : « Dieu-avec-nous ».    Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse.


           – Cy Aekf, Paris

Ce qui frappe d'étonnement dans ces récits,  c'est l'absence de grands signes comme il y en a dans les  autres textes de la bible. A Dieu tout est possible - mais ce Dieu est discret.  Il n'impose rien à ses créature, lesquelles demeurent entièrement libres de leurs choix.  Ci joint une très grande délicatesse - on se s e souvient la traversée de la mer "à pieds secs" lors de l'exode.  Et, lors du déluge, le rameau rapporté par par une simple colombe pour signifier que les eaux se sont retirées et que l'on peut marcher à pieds secs.

De la même manière, la première venue du Christ ne sera pas marquée de signes extraordinaire.  D'emblée, le Seigneur est venu dans le monde, mais à l'extérieur de la ville, loin des rumeurs du monde et des cris, mais en pleine natures et avec, pour témoins ces bergers dont on se méfiait en les considérant comme étant des voleurs et des "sans-Dieu" ...  Or, la Bible dit bien:  tout ce qui s'élève sera abaissé et tout ce qui s'abaisse sera élevé" (Évangile selon St Luc, chapitre 14, 7-11).  Ainsi, le message de l'amour de Dieu pour chacune et chacun d'entre nous laisse entièrement libres.

Mais c'est bien du fait de l'extrême humilité de Jésus - né dans une crèche comme une semence jetée en terre, il sera élevé par les hommes - mais ce sera sur la croix,  en sorte que le plus pauvre des hommes, le plus maltraité puisse accéder au Salut.

Quel bonheur de croire en un tel Dieu - car il ne vient pas pour sévir, mais pour sauver !  Alléluia i



.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13309
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

La prière n'est jamais vaine

Message non lu par etienne lorant » mer. 19 déc. 2018, 12:01

Lecture du livre des Juges
En ces jours-là, il y avait un homme de Soréa, du clan de Dane, nommé Manoah. Sa femme était stérile et n’avait pas eu d’enfant. L’ange du Seigneur apparut à cette femme et lui dit : « Tu es stérile et tu n’as pas eu d’enfant. Mais tu vas concevoir et enfanter un fils. Désormais, fais bien attention : ne bois ni vin ni boisson forte,et ne mange aucun aliment impur, car tu vas concevoir et enfanter un fils. Le rasoir ne passera pas sur sa tête, car il sera voué à Dieu dès le sein de sa mère.C’est lui qui entreprendra de sauver Israël de la main des Philistins. » La femme s’en alla dire à son mari : « Un homme de Dieu est venu me trouver ; il avait l’apparence d’un ange de Dieu tant il était imposant.Je ne lui ai pas demandé d’où il venait, et il ne m’a pas fait connaître son nom. Mais il m’a dit : “Tu vas devenir enceinte et enfanter un fils.Désormais ne bois ni vin ni boisson forte, et ne mange aucun aliment impur, car l’enfant sera voué à Dieu dès le sein de sa mère et jusqu’au jour de sa mort !” » La femme enfanta un fils, et elle lui donna le nom de Samson. L’enfant grandit, le Seigneur le bénit, et l’Esprit du Seigneur commença à s’emparer de lui.

(Ps 70 (71), 1-2, 3, 5a.6, 16.17)
R/ Je n’ai que ta louange à ma bouche,
tout le jour, ta splendeur.
En toi, Seigneur, j’ai mon refuge :
garde-moi d’être humilié pour toujours.
Dans ta justice, défends-moi, libère-moi,
tends l’oreille vers moi, et sauve-moi.

Sois le rocher qui m’accueille,
toujours accessible ;
tu as résolu de me sauver :
ma forteresse et mon roc, c’est toi !

Seigneur mon Dieu, tu es mon espérance,
toi, mon soutien dès avant ma naissance,
tu m’as choisi dès le ventre de ma mère ;
tu seras ma louange toujours !

Je revivrai les exploits du Seigneur
en rappelant que ta justice est la seule.
Mon Dieu, tu m’as instruit dès ma jeunesse,
jusqu’à présent, j’ai proclamé tes merveilles.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc
Il y avait, au temps d’Hérode le Grand, roi de Judée, un prêtre du groupe d’Abia, nommé Zacharie. Sa femme aussi était descendante d’Aaron; elle s’appelait Élisabeth. Ils étaient l’un et l’autre des justes devant Dieu : ils suivaient tous les commandements et les préceptes du Seigneur de façon irréprochable. Ils n’avaient pas d’enfant, car Élisabeth était stérile et, de plus, ils étaient l’un et l’autre avancés en âge. Or, tandis que Zacharie, durant la période attribuée aux prêtres de son groupe, assurait le service du culte devant Dieu, il fut désigné par le sort, suivant l’usage des prêtres, pour aller offrir l’encens dans le sanctuaire du Seigneur. Toute la multitude du peuple était en prière au dehors à l’heure de l’offrande de l’encens. L’ange du Seigneur lui apparut, debout à droite de l’autel de l’encens. À sa vue, Zacharie fut bouleversé et la crainte le saisit. L’ange lui dit : « Sois sans crainte, Zacharie,car ta supplication a été exaucée : ta femme Élisabeth mettra au monde pour toi un fils, et tu lui donneras le nom de Jean. Tu seras dans la joie et l’allégresse, et beaucoup se réjouiront de sa naissance, car il sera grand devant le Seigneur. Il ne boira pas de vin ni de boisson forte,et il sera rempli d’Esprit Saint dès le ventre de sa mère ; il fera revenir de nombreux fils d’Israël au Seigneur leur Dieu ; il marchera devant, en présence du Seigneur, avec l’esprit et la puissance du prophète Élie, pour faire revenir le cœur des pères vers leurs enfants, ramener les rebelles à la sagesse des justes, et préparer au Seigneur un peuple bien disposé. » Alors Zacharie dit à l’ange : « Comment vais-je savoir que cela arrivera ? Moi, en effet, je suis un vieillard et ma femme est avancée en âge. » L’ange lui répondit : « Je suis Gabriel et je me tiens en présence de Dieu. J’ai été envoyé pour te parler et pour t’annoncer cette bonne nouvelle. Mais voici que tu seras réduit au silence et, jusqu’au jour où cela se réalisera, tu ne pourras plus parler, parce que tu n’as pas cru à mes paroles ; celles-ci s’accompliront en leur temps. » Le peuple attendait Zacharieet s’étonnait qu’il s’attarde dans le sanctuaire. Quand il sortit, il ne pouvait pas leur parler, et ils comprirent que, dans le sanctuaire, il avait eu une vision. Il leur faisait des signes et restait muet. Lorsqu’il eut achevé son temps de service liturgique, il repartit chez lu Quelque temps plus tard, sa femme Élisabeth conçut un enfant. Pendant cinq mois, elle garda le secret. Elle se disait: « Voilà ce que le Seigneur a fait pour moi, en ces jours où il a posé son regard pour effacer
ce qui était ma honte devant les hommes. »


– Cy Aelf, Paris


Que faut-il faire quand il nous semble que le Seigneur n'entend plus nos prières ? Il faut prier et continuer de prier. Si le Seigneur ne répond pas à nos demandes, c'est bien souvent du fait qu'Il nous connait mieux que nous-mêmes. Tel est le cas de cet homme, a nous a raconté notre prêtre qui était désireux de se marier et qui demanda en prière qu'il puisse épouser telle femme qu'il avait rencontrée à son travail, mais qui ne demeura peu de temps avant de trouver sa propre voie. Il se mit à prier afin qu'elle revienne. Certain que le Seigneur entendrait sa prière et l'exaucerait, il pria durant trois années et sa foi fut mise à l'épreuve - mais un jour, comme il avait pris son repas de midi, il la trouva assise à son bureau ! Prier sans douter n'est jamais vain. Cependant, leur relation ne fut pas telle qu'il l'avait rêvée - leur relation ne dépassa pas une année avant que les disputes et les divergences d'opinion viennent mettre fin à cette relation devenue "houleuse". Et cependant, cette épreuve lui fit reconsidérer sa façon de croire et de vivre sa foi. En effet, il se prit à rendre des service comme il le pouvait et plus particulièrement auprès d'étudiants qui devaient remettre des analyses
de livres - dont certains très "orientés" par la psychanalyse - dont roman à caractère psychanalytique intitulé: "Robinson ou les limbes du Pacifique". N'était-il pas étrange de donner un tel livre à lire au fils d'un commerçant de vêtements ? Un autre choix de livre provoqua une réaction similaire de la part d'une maman qui ne voulait pas que sa fille lise un roman très ironique de Françoise Mallet-Joris, intitulé "Allegra" ...

C'est ainsi qu'il croisa sa future épouse -non selon son désir et son imaginaire, mais selon selon son cœur et son esprit.

C'est bien ainsi qu'intervient dans nos vies l'Esprit-Saint, le Conseiller et le Défenseur, qui veille en tout temps sur nos âmes...



.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13309
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Fête l'Annotiation

Message non lu par etienne lorant » jeu. 20 déc. 2018, 10:07

Lecture du livre du prophète Isaïe
En ces jours-là, le Seigneur parla ainsi au roi Acaz :  « Demande pour toi un signe de la part du Seigneur ton Dieu, au fond du séjour des morts ou sur les sommets, là-haut. »  Acaz répondit : « Non, je n’en demanderai pas, je ne mettrai pas le Seigneur à l’épreuve. » Isaïe dit alors: « Écoutez, maison de David ! Il ne vous suffit donc pas de fatiguer les hommes: il faut encore que vous fatiguiez mon Dieu !     C’est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe : Voici que la vierge est enceinte, elle enfantera un fils,
qu’elle appellera Emmanuel
(c’est-à-dire : Dieu-avec-nous).
»

(Ps 23 (24), 1-2, 3-4ab, 5-6)
R/ Qu’il vienne, le Seigneur :
c’est lui, le roi de gloire ! (cf. Ps 23, 7c.10c)
Au Seigneur, le monde et sa richesse,
la terre et tous ses habitants !
C’est lui qui l’a fondée sur les mers
et la garde inébranlable sur les flots.

Qui peut gravir la montagne du Seigneur
et se tenir dans le lieu saint ?
L’homme au cœur pur, aux mains innocentes,
qui ne livre pas son âme aux idoles.

Il obtient, du Seigneur, la bénédiction,
et de Dieu son Sauveur, la justice.
Voici le peuple de ceux qui le cherchent !
Voici Jacob qui recherche ta face !

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc  
Au sixième mois d’Élisabeth, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie.  L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. » À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L’ange lui dit alors :  « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.  Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus.  Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ;     il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. » Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire, puisque je ne connais pas d’homme ? » L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu.  Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait la femme stérile. Car rien n’est impossible à Dieu. »    Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. »
Alors l’ange la quitta.


   –   Cy  Aelf,  Paris

Par le "Fiat" de Marie, son acquiescement parfait au dessein du Salut, la malédiction qui pesait sur l'humanité s'est muée en bénédiction. Il a suffi d'un acquiescement de tout l'être de Marie, lequel rend possible le nôtre. Eva, la mère des vivants est devenue Ave, et la porte du salut fut de nouveau ouverte. C'est un mystère d'une telle profondeur, nous a dit le prêtre, que beaucoup de saintes et de saints ont passé leur vie à l'explorer. Or, explorer ne veut pas dire résoudre mais s'enfouir soi-même dans le mystère et s'en laisser pénétrer.

La preuve en est que le temps des hommes, de celles et ceux qui ont saisi dans leurs âmes ce don de Dieu, n'est plus véritablement le temps de leur vie. Mais c'est un temps de grâce, d'abandon de soi en l'Amour, un temps de soulagement des fardeaux et des peines. Tout cela se vit en espérance et les sceptiques n'y comprennent rien car comprendre, c'est prendre avec soi, c'est entrer dans l'acquiescement total à la volonté de Dieu.

Ève fut la mère de tous les vivants mais c'est par Marie que les vivants deviennent enfants de Dieu. Heureux celles et ceux qui saisiront ce temps de la Miséricorde !


.Lecture du livre du prophète Isaïe
En ces jours-là, le Seigneur parla ainsi au roi Acaz :  « Demande pour toi un signe de la part du Seigneur ton Dieu, au fond du séjour des morts ou sur les sommets, là-haut. »  Acaz répondit : « Non, je n’en demanderai pas, je ne mettrai pas le Seigneur à l’épreuve. » Isaïe dit alors: « Écoutez, maison de David ! Il ne vous suffit donc pas de fatiguer les hommes: il faut encore que vous fatiguiez mon Dieu !     C’est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe : Voici que la vierge est enceinte, elle enfantera un fils,
qu’elle appellera Emmanuel
(c’est-à-dire : Dieu-avec-nous).
»

(Ps 23 (24), 1-2, 3-4ab, 5-6)
R/ Qu’il vienne, le Seigneur :
c’est lui, le roi de gloire ! (cf. Ps 23, 7c.10c)
Au Seigneur, le monde et sa richesse,
la terre et tous ses habitants !
C’est lui qui l’a fondée sur les mers
et la garde inébranlable sur les flots.

Qui peut gravir la montagne du Seigneur
et se tenir dans le lieu saint ?
L’homme au cœur pur, aux mains innocentes,
qui ne livre pas son âme aux idoles.

Il obtient, du Seigneur, la bénédiction,
et de Dieu son Sauveur, la justice.
Voici le peuple de ceux qui le cherchent !
Voici Jacob qui recherche ta face !

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc  
Au sixième mois d’Élisabeth, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie.  L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. » À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L’ange lui dit alors :  « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.  Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus.  Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ;     il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. » Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire, puisque je ne connais pas d’homme ? » L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu.  Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait la femme stérile. Car rien n’est impossible à Dieu. »    Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. »
Alors l’ange la quitta.


   –   Cy  Aelf,  Paris

Par le "Fiat" de Marie, son acquiescement parfait au dessein du Salut, la malédiction qui pesait sur l'humanité s'est muée en bénédiction. Il a suffi d'un acquiescement de tout l'être de Marie, lequel rend possible le nôtre. Eva, la mère des vivants est devenue Ave, et la porte du salut fut de nouveau ouverte. C'est un mystère d'une telle profondeur, nous a dit le prêtre, que beaucoup de saintes et de saints ont passé leur vie à l'explorer. Or, explorer ne veut pas dire résoudre mais s'enfouir soi-même dans le mystère et s'en laisser pénétrer.

La preuve en est que le temps des hommes, de celles et ceux qui ont saisi dans leurs âmes ce don de Dieu, n'est plus véritablement le temps de leur vie. Mais c'est un temps de grâce, d'abandon de soi en l'Amour, un temps de soulagement des fardeaux et des peines. Tout cela se vit en espérance et les sceptiques n'y comprennent rien car comprendre, c'est prendre avec soi, c'est entrer dans l'acquiescement total à la volonté de Dieu.

Ève fut la mère de tous les vivants mais c'est par Marie que les vivants deviennent enfants de Dieu. Heureux celles et ceux qui saisiront ce temps de la Miséricorde !


.


Roxli Doss, une Américaine de 11 ans atteinte du gliome pontique intrinsèque diffus (DIPG), a miraculeusement guéri. La tumeur inopérable a disparu, sans que les médecins ne sachent l’expliquer.

À quelques jours de Noël, l’incroyable histoire de Roxli Doss fait la une des médias américains. En juin dernier, les médecins avaient diagnostiqué que cette jeune Texane de 11 ans était atteinte du gliome pontique intrinsèque diffus (DIPG). À l’heure actuelle, il n’existe toujours aucun traitement efficace contre ce cancer pédiatrique rare et cette tumeur au cerveau est presque toujours fatale pour les enfants, selon l’association canadienne des neurosciences
.

.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13309
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Tous les fleuves vont à la mer et la mer n'est pas remplie

Message non lu par etienne lorant » ven. 21 déc. 2018, 10:53

Lecture du Cantique des Cantiques
La voix de mon bien-aimé ! C’est lui, il vient… Il bondit sur les montagnes,il court sur les collines, mon bien-aimé, pareil à la gazelle,  au faon de la biche. Le voici, c’est lui qui se tient derrière notre mur : il regarde aux fenêtres, guette par le treillage. Il parle, mon bien-aimé, il me dit : Lève-toi, mon amie, ma toute belle, et viens…  Vois, l’hiver s’en est allé, les pluies ont cessé, elles se sont enfuies.   Sur la terre apparaissent les fleurs, le temps des chansons est venu et la voix de la tourterelle s’entend sur notre terre.  Le figuier a formé ses premiers fruits, la vigne fleurie exhale sa bonne odeur. Lève-toi, mon amie, ma toute belle, et viens…  Ma colombe, dans les fentes du rocher, dans les retraites escarpées, que je voie ton visage, que j’entende ta voix Ta voix est douce et ton visage, charmant.
       

(Ps 32 (33), 2-3, 11-12, 20-21)
R/ Criez de joie pour le Seigneur,
chantez lui le cantique nouveau. (cf. Ps 32, 1a.3a)
Rendez grâce au Seigneur sur la cithare,
jouez pour lui sur la harpe à dix cordes.
Chantez-lui le cantique nouveau,
de tout votre art soutenez l’ovation.

Le plan du Seigneur demeure pour toujours,
les projets de son cœur subsistent d’âge en âge.
Heureux le peuple dont le Seigneur est le Dieu,
heureuse la nation qu’il s’est choisie pour domaine !

Nous attendons notre vie du Seigneur :
il est pour nous un appui, un bouclier.
La joie de notre cœur vient de lui,
notre confiance est dans son nom très saint


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc
En ces jours-là, Marie se mit en route et se rendit avec empressement vers la région montagneuse, dans une ville de Judée. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint,  et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni.     D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? Car, lorsque tes paroles de salutation sont parvenues à mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en moi. Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. »

   – Cy Aelf, Paris

Sans la foi de Marie et de Joseph, c'est toute l'humanité qui en serait demeurée aux jeux terribles des ambitions, des guerres, des massacres comme il en fut par le martyre des saints innocents. Des tueries insensées, il y en a eu dans tous les siècles jusqu'à nous. On songe, bien sûr aux camps de concentrations nazis, mais d'autres génocides  se sont produits en Afrique, Hutus contre toutsis, en Asie, au Cambodge, en Asie, avec la "longue marche" entreprise  par Mao-tsé-toung -et l'on se souvient encore d'un personnage comme Idi Amin Dada - mais également de notre temps, avec ces attentats islamistes qui frappent au hasard et par fanatisme. Et combien de morts dans les camps de Sibérie sous Staline ?  Aucune surprise qu'Hérode ait fait massacrer des enfants innocents en espérant avoir tué le Messie -  que l'on considérait pourtant comme le  sauveur d’Israël - un second David ?

Mais en définitive, quelles que soient les prédictions et les estimations humaines, rien ne  peut réduire et contenir le dessein de Dieu - et l'on peut considérer que l’antisémitisme n'a  fait que précipiter le retour des juifs sur la terre de leur ancêtres. Ainsi, paradoxalement,  même la folie des hommes ne peut que précipiter la
la miséricorde divine... A présent que toutes les nations peuvent avoir accès à la bombe atomique,  les hommes se tournent vers l'espace à recherche d'une nouvelle "terre promise" !

Tout ce qu’entreprennent les hommes ne peut, en définitive, servir le dessein de Dieu.  C'est ainsi que la rage du diable, l'Adversaire, est continuellement  contrainte de se soumettre au dessein du Seigneur ...  Pour notre prêtre, ce matin, la méditation a mis en exergue les mots du Psaume :

[center]Le plan du Seigneur demeure pour toujours,
les projets de son cœur subsistent d’âge en âge
[/center]




.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13309
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Devenir témoins de Jésus-Christ

Message non lu par etienne lorant » lun. 24 déc. 2018, 10:06

Lecture du deuxième livre de Samuel
Le roi David habitait enfin dans sa maison.Le Seigneur lui avait accordé la tranquillité en le délivrant de tous les ennemis qui l’entouraient. Le roi dit alors au prophète Nathan : « Regarde ! J’habite dans une maison de cèdre, et l’arche de Dieu habite sous un abri de toile ! » Nathan répondit au roi : « Tout ce que tu as l’intention de faire,  fais-le, car le Seigneur est avec toi. » Mais, cette nuit-là, la parole du Seigneur fut adressée à Nathan: « Va dire à mon serviteur David: Ainsi parle le Seigneur:   Est-ce toi qui me bâtiras une maison pour que j’y habite ? C’est moi qui t’ai pris au pâturage, derrière le troupeau, pour que tu sois le chef de mon peuple Israël. J’ai été avec toi partout où tu es allé, j’ai abattu devant toi tous tes ennemis. Je t’ai fait un nom aussi grand que celui des plus grands de la terre. Je fixerai en ce lieu mon peuple Israël, je l’y planterai, il s’y établira et ne tremblera plus, et les méchants ne viendront plus l’humilier, comme ils l’ont fait autrefois, depuis le jour où j’ai institué des juges pour conduire mon peuple Israël. Oui, je t’ai accordé la tranquillité en te délivrant de tous tes ennemis. Le Seigneur t’annonce qu’il te fera lui-même une maison. Quand tes jours seront accomplis et que tu reposeras auprès de tes pères, je te susciterai dans ta descendance un successeur, qui naîtra de toi, et je rendrai stable sa royauté. Moi, je serai pour lui un père ; et lui sera pour moi un fils.Ta maison et ta royauté subsisteront toujours devant moi, ton trône sera stable pour toujours. »

Psaume (88 (89), 2-3, 4-5, 27.29)
R/ Ton amour, Seigneur, sans fin je le chante !
cf. 88, 2a
L’amour du Seigneur, sans fin je le chante ;
ta fidélité, je l’annonce d’âge en âge.
Je le dis : C’est un amour bâti pour toujours ;
ta fidélité est plus stable que les cieux.

« Avec mon élu, j’ai fait une alliance,
j’ai juré à David, mon serviteur :
J’établirai ta dynastie pour toujours,
je te bâtis un trône pour la suite des âges.

« Il me dira : Tu es mon Père,
mon Dieu, mon roc et mon salut !
Sans fin je lui garderai mon amour,
mon alliance avec lui sera fidèle.
»

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc
En ce temps-là, à la naissance de Jean Baptiste, Zacharie, son père, fut rempli d’Esprit Saint et prononça ces paroles prophétiques : « Béni soit le Seigneur, le Dieu d’Israël, qui visite et rachète son peuple. Il a fait surgir la force qui nous sauve dans la maison de David, son serviteur, comme il l’avait dit par la bouche des saints, par ses prophètes, depuis les temps anciens : salut qui nous arrache à l’ennemi, à la main de tous nos oppresseurs, amour qu’il montre envers nos pères, mémoire de son alliance sainte ; serment juré à notre père Abraham de nous rendre sans crainte, afin que, délivrés de la main des ennemis, nous le servions dans la justice et la sainteté, en sa présence, tout au long de nos jours.  Toi aussi, petit enfant, tu seras appelé prophète du Très-Haut ; tu marcheras devant, à la face du Seigneur, et tu prépareras ses chemins, pour donner à son peuple de connaître le salut par la rémission de ses péchés,grâce à la tendresse, à l’amour de notre Dieu, quand nous visite l’astre d’en haut, pour illuminer ceux qui habitent les ténèbres et l’ombre de la mort, pour conduire nos pas au chemin de la paix. »

       - Cy Aelf, Paris

Afin de vivre de l'amour de Dieu, il ne suffit pas de pratiquer les sacrements, mais il faut que cet amour habite nos cœurs et s'exprime par des signes concrets dans notre quotidien. Il faut d'abord chasser tout ce qui est trouble dans le cœur et l'esprit en se détournant de soi-même.  Et ce n'est pas facile !  Il faut appliquer sa volonté à rechercher de manifester,  au cœur du quotidien,  que l'amour de Dieu - un amour totalement gratuit  et qui s'adresse au prochain, quel qu'il soit et y compris nos ennemis, et celles et ceux qui se rient de nous.  Oui, il faut passer au travers des convenances de sociales afin de manifester que "Oui, le Seigneur est tout proche !"

En quelque sorte, cette disposition de l'âme envers le prochain ne s'apprend pas autrement que par de beaux gestes, des encouragements, par une attention qui n'est pas critique mais toute bienveillance. Or, comme nous voudrions être reconnus pour le bien de notre parole et de nos bons  gestes !  Il nous faut aller plus loin encore que ce désir de reconnaissance. Certes, pour devenir saintes et saints, il nous faut pratiquer cet exercice de l'âme, qui consiste à s'en remettre au Seigneur, en tout temps, et en tout lieu.

Tandis que les psychanalystes s’attacheront à "normaliser" toutes nos relations afin d'être reconnu de tous, l’Évangile, quant à lui, tant à bouleverser tous nos préconçus, nos pensées  et nos idées afin d'être - tout simplement : animés de l'amour de Dieu.  "

"Aimer vos ennemis !", dit le Seigneur.  " Bénissez ceux qui haïssent et qui vous persécutent !" Bien sûr que ce n'est pas logique !  Mais c'est, tout autant,  manifester que l'amour de Dieu dépasse toutes les considérations humaines...


.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13309
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

L'homme est quelque chose qui doit se dépasser

Message non lu par etienne lorant » mer. 26 déc. 2018, 13:14

Lecture du livre des Actes des Apôtres
En ces jours-là, Étienne, rempli de la grâce et de puissance de Dieu, accomplissait parmi le peuple des Hérodigens et des signes éclatants. Intervinrent alors certaines gens de la synagogue dite des Affranchis, ainsi que des Cyrénéens et des Alexandrins, et aussi des gens originaires de Cilicie et de la province d’Asie.Ils se mirent à discuter avec Étienne, mais sans pouvoir résister à la sagesse et à l’Esprit qui le faisaient parler.  Ceux qui écoutaient ce discours avaient le cœur exaspéré et grinçaient des dents contre Étienne. Mais lui, rempli de l’Esprit Saint, fixait le ciel du regard : il vit la gloire de Dieu, et Jésus debout à la droite de Dieu. Il déclara : « Voici que je contemple les cieux ouverts et le Fils de l’homme debout à la droite de Dieu. » Alors ils poussèrent de grands cris et se bouchèrent les oreilles. Tous ensemble, ils se précipitèrent sur lui, l’entraînèrent hors de la ville et se mirent à le lapider. Les témoins avaient déposé leurs vêtements
aux pieds d’un jeune homme appelé Saul. Étienne, pendant qu’on le lapidait, priait ainsi : « Seigneur Jésus, reçois mon esprit. »Puis, se mettant à genoux, il s’écria d’une voix forte : « Seigneur, ne leur compte pas ce péché. »  Et, après cette parole, il s’endormit dans la mort
.

PSAUME
(Ps 30, 3bc.4b, 6.8a.9b, 17.20cd)
R/ En tes mains, Seigneur, je remets mon esprit.  (Ps 30, 6a)
Sois le rocher qui m’abrite,
la maison fortifiée qui me sauve.
Pour l’honneur de ton nom,
tu me guides et me conduis.

En tes mains je remets mon esprit ;
tu me rachètes, Seigneur, Dieu de vérité.
Ton amour me fait danser de joie :
devant moi, tu as ouvert un passage.

Sur ton serviteur, que s’illumine ta face ;
sauve-moi par ton amour.
Tu combles, à la face du monde
,
ceux qui ont en toi leur refuge.


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Méfiez-vous des hommes : ils vous livreront aux tribunaux
et vous flagelleront dans leurs synagogues. Vous serez conduits devant des gouverneurs et des rois à cause de moi : il y aura là un témoignage pour eux et pour les païens. Quand on vous livrera, ne vous inquiétez pasde savoir ce que vous direz ni comment vous le direz : ce que vous aurez à dire vous sera donné à cette heure-là.
Car ce n’est pas vous qui parlerez, c’est l’Esprit de votre Père qui parlera en vous. Le frère livrera son frère à la mort, et le père, son enfant ;les enfants se dresseront contre leurs parents et les feront mettre à mort.
Vous serez détestés de tous à cause de mon nom ; mais celui qui aura persévéré jusqu’à la fin,
celui-là ]sera sauvé. »


– Aelf,  Paris

C'est quelque chose d'extraordinaire .  Etienne considérer qu'en étant baptisés, nous sommes déjà des martyrs, puisque ce mot désignes d'abord : "les  témoins".  Mais tous les témoins ne finissent pas comme le diacre Etienne - lui qui avait comme rôle de "servir aux tables, lorsque les premiers convertis prenaient leur repas en commun. Ce qui signifie également que les témoins de Jésus-Christ ne sont comme les anciens prophètes que Dieu suscitait afin qu'ils parlent au peuple et  leur enseignent le chemin qu'il faut suivre.

Ce matin, je me suis souvenu de l'accueil que l'on me fit un jour que j'étais de retour de Lourdes: un athée  militant se mit à me railler en inventant le cas d'un paralytique que l'on aurait fait se baigner se baigner les bassins et qui en serait ressorti avec fauteuil tout neuf !  Mais avant même que je réagisse, la tenancière avait renvoyé ce client  -  car elle aussi s'était rendue à Lourdes.

C'est ainsi qu'en témoignant de notre foi, nous sommes, toutes et tous conduits à supporter tel et tel moqueries - mais lorsque cela survient, ne laissons pas nous emporter à vouloir rétorquer sur le même ton.
En effet, répondre à ces moqueries, c'est tomber dans le piège de la colère - car la colère fait fuir la grâce.
Il nous faut, tout au contraire, prier pour ces hommes et ces femmes qui vivent avec cette sensation de devoir "tout réussir" en cette vie  -  pauvres athées !  Certains s'identifient par leurs leur corps uniquement -ce corps voué - pour les uns à putréfactions et pour les autres à la résurrection et la vie éternelle !


.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13309
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Première et seconde naissance

Message non lu par etienne lorant » jeu. 27 déc. 2018, 9:28

Lecture de la première lettre de saint Jean
Bien-aimés, ce qui était depuis le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché du Verbe de vie, nous vous l’annonçons. Oui, la vie s’est manifestée,nous l’avons vue, et nous rendons témoignage: nous vous annonçons la vie éternelle qui était auprès du Père et qui s’est manifestée à nous. Ce que nous avons vu et entendu, nous vous l’annonçons à vous aussi, pour que, vous aussi, vous soyez en communion avec nous. Or nous sommes, nous aussi, en communion avec le Père et avec son Fils, Jésus Christ. Et nous écrivons cela,
afin que notre joie soit parfaite.


(Ps 96 (97), 1-2, 5-6, 11-12)
R/ Que le Seigneur soit votre joie, hommes justes !
 (Ps 96, 12a)
Le Seigneur est roi ! Exulte la terre !
Joie pour les îles sans nombre !
Ténèbre et nuée l’entourent,
justice et droit sont l’appui de son trône.

Les montagnes fondaient comme cire devant le Seigneur,
devant le Maître de toute la terre.
Les cieux ont proclamé sa justice,
et tous les peuples ont vu sa gloire.

Une lumière est semée pour le juste,
et pour le cœur simple, une joie.
Que le Seigneur soit votre joie, hommes justes ;
rendez grâce en rappelant son nom très saint.


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine courut trouver Simon-Pierre et l’autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit : « On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a déposé. » Pierre partit donc avec l’autre disciple pour se rendre au tombeau. Ils couraient tous les deux ensemble, mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau. En se penchant, il s’aperçoit que les linges sont posés à plat ; cependant il n’entre pas. Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour. Il entre dans le tombeau ; il aperçoit les linges, posés à plat, ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus, non pas posé avec les linges, mais roulé à part à sa place. C’est alors qu’entra l’autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau.
Il vit, et il crut.


– Cy Aelf, Paris

N'est-ce pas étrange que la Liturgie nous fasse conjuguer la naissance du Messie avec sa résurrection ? Quel raccourci dans la façon de considérer l'Histoire ! Et cependant ce rapprochement tout étonnant qu'il puisse paraître nous parle de vie éternelle, sans commencement et sans fin. A vrai dire, c'est encore une grâce qui nous est faite. En effet, ces lectures nous encourage à progresser dans l'amour de Dieu, lequel n'a pas de fin et ce renouvelle en tout temps ! Pour ma part, je le crois: je suis né en 1956, pour ce qu'il en est de la chair, et j'ai longtemps cherché un amour idéal - tel que mes parents - Léa et Gabriel, me l'avaient manifesté. Elle et lui s'étaient consacré dès le commencement à l'amour de Dieu. Elle, Léa, avait été "Sœur Marie de saint Lievain" avant d'être démise de ses vœux car, estimée trop fragile, elle avait été démise de ses vœux par l’Évêque du lieu: elle dépérissait et l'on craignait pour l'ordre religieux si elle devait s’éteindre... et quant à mon père, il avait "échoué" de la même manière: c'est à deux mois près avant son ordination qu'il renonça, soudainement, lorsque l'on lui interdit de revoir sa mère et lui dire au revoir avant son ordination... et deux mois plus tard, ils se rencontraient dans un train: tous deux cherchaient comment "recommencer de vivre!"
Sans ces "péripéties" dans l'amour de Dieu, je ne serais pas en train de témoigner ce matin...

Une bonne pratique de la foi, voici ce qui entraîne un témoignage fiable pour toutes celles et tous ceux que nous rencontrons: le Seigneur est "tout proche". Il y a bien une naissance dans le corps et une nouvelle naissance dans la foi. Et tout à la fin, il y a la résurrection et la vie éternelle. Nous sommes toutes et tous déjà "né-de-nouveau" et nous ne saurions faire autrement que de témoigner, que ce soit par la parole ou par le geste, ou par l'écriture et jusque dans de simples sourires...

Bonne année à toutes et tous !


.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2018-2019)

Message non lu par Carolus » jeu. 27 déc. 2018, 14:55

etienne lorant :

Bonne année à toutes et tous !
Bonne année à vous, cher etienne lorant ! :)

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13309
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Victoire constante de la vie sur la mort

Message non lu par etienne lorant » ven. 28 déc. 2018, 12:55

Lecture de la première lettre de saint Jean
Bien-aimés, tel est le message que nous avons entendu de Jésus Christ et que nous vous annonçons: Dieu est lumière; en lui, il n’y a pas de ténèbres. Si nous disons que nous sommes en communion avec lui, alors que nous marchons dans les ténèbres, nous sommes des menteurs, nous ne faisons pas la vérité.  Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes en communion les uns avec les autres, et le sang de Jésus, son Fils, nous purifie de tout péché.  Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous égarons nous-mêmes, et la vérité n’est pas en nous. Si nous reconnaissons nos péchés,
lui qui est fidèle et juste va jusqu’à pardonner nos péchés et nous purifier de toute injustice. Si nous disons que nous sommes sans péché, nous faisons de lui un menteur, et sa parole n’est pas en nous.  Mes petits enfants, je vous écris cela pour que vous évitiez le péché. Mais si l’un de nous vient à pécher, nous avons un défenseur devant le Père : Jésus Christ, le Juste. C’est lui qui, par son sacrifice, obtient le pardon de nos péchés, non seulement les nôtres,
mais encore ceux du monde entier.

     
Psaume (Ps 123 (124), 2-3, 4-5, 6a.7cd-8)
Refrain psalmique : (Ps 123, 7ab)
Comme un oiseau, nous avons échappé
au filet du chasseur.
Sans le Seigneur qui était pour nous
quand des hommes nous assaillirent,
alors ils nous avalaient tout vivants,
dans le feu de leur colère.

Alors le flot passait sur nous,
le torrent nous submergeait ;
alors nous étions submergés
par les flots en furie.

Béni soit le Seigneur !
Le filet s’est rompu : nous avons échappé.
Notre secours est le nom du Seigneur
qui a fait le ciel et la terre.


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu
Après le départ des mages, voici que l’ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph et lui dit : « Lève-toi ; prends l’enfant et sa mère, et fuis en Égypte. Reste là-bas jusqu’à ce que je t’avertisse, car Hérode va rechercher l’enfant pour le faire périr. »  Joseph se leva ; dans la nuit, il prit l’enfant et sa mère, et se retira en Égypte,  où il resta jusqu’à la mort d’Hérode, pour que soit accomplie la parole du Seigneur prononcée par le prophète : D’Égypte, j’ai appelé mon fils.  Alors Hérode, voyant que les mages s’étaient moqués de lui, entra dans une violente fureur. Il envoya tuer tous les enfants jusqu’à l’âge de deux ans à Bethléem et dans toute la région, d’après la date qu’il s’était fait préciser par les mages. Alors fut accomplie la parole prononcée par le prophète Jérémie :  Un cri s’élève dans Rama, pleurs et longue plainte : c’est Rachel qui pleure ses enfants et ne veut pas être consolée, car ils ne sont plus.

      Cy Aelf, Paris

Que de brutalités, que de sang versé !  De tout temps, l'histoire humaine est marquée par la férocité de la violence et par d'immenses charniers... Notre prêtre nous a rapporté une expédition archéologique en Russie, visant à retrouver, éventuellement des traces des guerres qui s'y sont déroulées. Trouvèrent-ils quelque chose?  Oui !  Et non seulement  des vestiges de la seconde guerre moniale, mais encore: des armes de la guerre napoléonienne!  Des sabres  avec avec des fusils et des munitions  Quel raccourci de l'histoire humaine !  

Hérode craignait de perdre son pouvoir ?  Disons plutôt : le pouvoir que les Romains voulurent bien lui accorder !  Impossible, ici, de ne pas faire mention du caporal Hitler:  il voulut exterminer tous les juifs, mais il s'est maudit lui-même et son dessein funeste n'a fait que précipiter le retour des Juifs sur la terre promise. Jérusalem vient de redevenir la capitale d’Israël !  

S'appuyant sur l'histoire humaine, notre prêtre a regarder vers l'avenir.  Les hommes iront sur Mars - ils y établiront les bases afin de poursuivre l'exploration de l'univers. Et non seulement il y trouveront des formes de vie, mais aussi :  des humains doués d'intelligence et sens artistiques.  Il n'y a guère à douter - mais hélas, si l'homme ne se convertit pas, il y aura d'autres guerres et d'autres génocides - mais à la fin, tous se convertiront - car rien n'est impossible à Dieu !

Ce qui nous appartient, d'aimer et de croire ainsi de contempler toutes les grâces reçues,  des plus petites aux plus grandes !
 



.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Aldous
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1434
Inscription : lun. 23 févr. 2009, 18:43

Re: Première et seconde naissance

Message non lu par Aldous » ven. 28 déc. 2018, 13:59

etienne lorant a écrit :
jeu. 27 déc. 2018, 9:28
Et tout à la fin, il y a la résurrection et la vie éternelle.
«L’expression “vie éternelle” ne signifie pas – comme le pense peut-être d’emblée le lecteur moderne – la vie qui vient après la mort, alors que la vie présente est justement passagère et non pas une vie éternelle. “Vie éternelle” signifie la vie elle-même, la vraie vie, qui peut être vécue aussi dans le temps et qui ensuite ne s’achève pas par la mort physique. C’est ce qui nous intéresse : embrasser d’ores et déjà “la vie”, la vraie vie, qui ne peut plus être détruite par rien ni par personne

Joseph Ratzinger Benoît XVI,
Dans Jésus de Nazareth (Tome 2)
éd. du Rocher (2011)
(page 105)

"La vie éternelle commence maintenant"
http://www.lavie.fr/hebdo/2010/3388/tim ... 39_150.php

"Par grâce, vous êtes déjà resssucités"
https://www.meinau-catholiques.org/docs ... it%C3%A9s/

"Si donc vous êtes ressuscités avec Christ, cherchez les choses d'en haut, où Christ est assis à la droite de Dieu."
St. Paul, Colossiens 3:1
"Tout le malheur des hommes vient d'une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos, dans une chambre." Blaise Pascal

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13309
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Il n'y a pas de foi sans l'amour

Message non lu par etienne lorant » sam. 29 déc. 2018, 19:32

Lecture de la première lettre de saint Jean
Bien-aimés, voici comment nous savons que nous connaissons Jésus Christ : si nous gardons ses commandements. Celui qui dit : « Je le connais », et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur :la vérité n’est pas en lui. Mais en celui qui garde sa parole, l’amour de Dieu atteint vraiment la perfection : voilà comment nous savons que nous sommes en lui. Celui qui déclare demeurer en lui doit, lui aussi,marcher comme Jésus lui-même a marché. Bien-aimés, ce n’est pas un  commandement nouveau que je vous écris, mais un commandement ancien que vous aviez depuis le commencement. La parole que vous avez entendue, c’est le commandement ancien. Et pourtant, c’est un commandement nouveau que je vous écris; ce qui est vrai en cette parole l’est aussi en vous ; en effet, les ténèbres passent et déjà brille la vraie lumière. Celui qui déclare être dans la lumière et qui a de la haine contre son frère est dans les ténèbres jusqu’à maintenant. Celui qui aime son frère demeure dans la lumière,
et il n’y a en lui aucune occasion de chute. Mais celui qui a de la haine contre son frère est dans les ténèbres :
il marche dans les ténèbres sans savoir où il va, parce que les ténèbres ont aveuglé ses yeux
.

PSAUME
(95, 1-2a, 2b-3, 5b-6)
R/ Joie au ciel ! Exulte la terre ! (95, 11a)
Chantez au Seigneur un chant nouveau,
chantez au Seigneur, terre entière,
chantez au Seigneur et bénissez son nom !

De jour en jour, proclamez son salut,
racontez à tous les peuples sa gloire,
à toutes les nations ses merveilles !

Lui, le Seigneur, a fait les cieux :
devant lui, splendeur et majesté,
dans son sanctuaire, puissance et beauté.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc
Quand fut accompli le temps prescrit par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus l’amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, selon ce qui est écrit dans la Loi : Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur. Ils venaient aussi offrir le sacrifice prescrit par la loi du Seigneur : un couple de tourterelles ou deux petites colombes. Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon. C’était un homme juste et religieux, qui attendait la Consolation d’Israël, et l’Esprit Saint était sur lui. Il avait reçu de l’Esprit Saint l’annonce qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ, le Messie du Seigneur. Sous l’action de l’Esprit, Syméon vint au Temple. Au moment où les parents présentaient l’enfant Jésus pour se conformer au rite de la Loi qui le concernait, Syméon reçut l’enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant : « Maintenant, ô Maître souverain, tu peux laisser ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu le salut que tu préparais à la face des peuples : lumière qui se révèle aux nations et donne gloire à ton peuple Israël. » Le père et la mère de l’enfant s’étonnaient de ce qui était dit de lui. Syméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère : « Voici que cet enfant provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de contradiction – et toi, ton âme sera traversée d’un glaive – :ainsi seront dévoiléesles pensées qui viennent du cœur d’un grand nombre. »[/Celui qui déclare être dans la lumière et qui a de la haine contre son frère est dans les ténèbres jusqu’à maintenant. Celui qui aime son frère demeure dans la lumière,
et il n’y a en lui aucune occasion de chute. Mais
b]

– Cy Aelf,  Paris


Les textes de ce jour nous montrent diverses réactions à la venue du Seigneur.  Tout au commencement, il y a l'état de notre cœur. Saint Jean, dans la première  lecture, nous dit que la seule vraie lumière de l'homme, ce n'est pas l'ambition, la réussite mondaine; ce n'est pas de séduire par un flot de paroles qui commencent  toutes par "Moi, je !" que  l'on découvre l'amour de Dieu au cœur de sa propre vie. C'est ainsi que saint Jean déclare : celui qui a de la haine contre son frère est dans les ténèbress : car le cœur donne l'homme lui a été donné pour aimer  -  et rien in d'autre qu'aimer. Celui qui n'est pas habité par l'Amour, il marche  dans les ténèbres sans savoir où il va, parce que les ténèbres ont aveuglé ses yeux.

C'est tout simplement : "Tu aimera le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, et de toutes des forces - et ton prochain comme toi-même pour l'amour de Dieu.

Le vieillard Syméon a saisi cela dans son âme et, tout de suite il déclare :  ô Maître souverain, tu peux laisser ton serviteur s’en aller en paix selon ta parole. Car mes yeux ont vu le salut que tu préparais à la face des peuples".  

Et il en est encore ainsi de saint Jean qui dit : "Celui qui déclare être dans la lumière et qui a de la haine contre son frère demeure dans les ténèbres j.i qui aime son frère demeure dans la lumière, et il n’y a en lui aucune occasion de chute." - et à l'inverse :Celui qui déclare être dans la lumière et qui a de la haine contre son frère est dans les ténèbres jusqu’à maintenant. Celui qui aime son frère demeure dans la lumière, et il n’y a en lui aucune occasion de chute.

Aujourd'hui même, entrons dans le dessein de Dieu par une salutation souriante, par un sourire,  par une dette effacée, par un encouragement sincère, par un sourire ...  notre front s'illumine en chaque témoignage de l'amour de Dieu.




.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13309
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Beati Paupers Spiritu !

Message non lu par etienne lorant » lun. 31 déc. 2018, 11:42

Lecture de la première lettre de saint Jean
Mes enfants, c’est la dernière heure et, comme vous l’avez appris, un anti-Christ, un adversaire du Christ, doit venir ; or, il y a dès maintenant beaucoup d’anti-Christs ; nous savons ainsi que c’est la dernière heure. Ils sont sortis de chez nous mais ils n’étaient pas des nôtres ; s’ils avaient été des nôtres, ils seraient demeurés avec nous. Mais pas un d’entre eux n’est des nôtres, et cela devait être manifesté Quant à vous, c’est de celui qui est saint que vous tenez l’onction, et vous avez tous la connaissance. Je ne vous ai pas écrit que vous ignorez la vérité, mais que vous la connaissez,
et que de la vérité ne vient aucun mensonge.


PSAUME
(95, 1-2a, 11-12a, 12b-13ab)
R/ Joie au ciel ! Exulte la terre ! (95, 11)
Chantez au Seigneur un chant nouveau,
chantez au Seigneur, terre entière,
chantez au Seigneur et bénissez son nom !

Joie au ciel ! Exulte la terre !
Les masses de la mer mugissent,
la campagne tout entière est en fête.

Les arbres des forêts dansent de joie
devant la face du Seigneur, car il vient,
car il vient pour juger la terre.


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement auprès de Dieu. C’est par lui que tout est venu à l’existence, et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans lui. En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ; la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée. Il y eut un homme envoyé par Dieu ; son nom était Jean.   Il est venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui. Cet homme n’était pas la Lumière, mais il était là pour rendre témoignage à la Lumière.  Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde. Il était dans le monde, et le monde était venu par lui à l’existence, mais le monde ne l’a pas reconnu. Il est venu chez lui, et les siens ne l’ont pas reçu. Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu, eux qui croient en son nom.Ils ne sont pas nés du sang, ni d’une volonté charnelle, ni d’une volonté d’homme : ils sont nés de Dieu. Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité. Jean le Baptiste lui rend témoignage en proclamant : « C’est de lui que j’ai dit : Celui qui vient derrière moi est passé devant moi,car avant moi il était. » Tous nous avons eu part à sa plénitude, nous avons reçu grâce après grâce; car la Loi fut donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ.  Dieu, personne ne l’a jamais vu ; le Fils unique, lui qui est Dieu,
lui qui est dans le sein du Père, c’est lui qui l’a fait connaître.


– Cy Aelf,  Paris

Que l'Adversaire soit parmi nous, il est facile de le reconnaître aux travers des des événements qui ne cesse de survenir et nous conduisent à des conflits - les uns pacifiques, les autres virulents et violents. Ce n'est pas la justice qui règne en ce monde, mais la quête effrénée de fortune et de pouvoir."  Les hommes ont beau rechercher des accords et des alliances en vue d'éviter de grands conflits, les bonnes volontés affichées se heurtent à la recherche fortune et de puissance .  Certains hommes politiques, comme ces anciens monarques, exercent un  pouvoir dont l'application pratique est quasi impossible et conduisent fatalement à des conflits plus ou moins violents.

Mais nous tous, qui avons foi nous demeurerons dans l'amour de Dieu, en cet amour dont la qualité dépasse toutes considérations humaine.  Le Seigneur est "le chemin, la vie" - et de manière dynamique également de   manière :  le Verbe est le chemin qui conduit à la vérité et cette vérité qui habite aboutit dans la vie éternelle. N'ayons donc pas peur et quoi que nous devions à entreprendre, quel que puisse être le risque que cela comporte, nous avons - par le signe de la Joie, la certitude de l'accomplissement final.

Notre prêtre a évoqué ces difficultés sue nous rencontrons à nous adresser à notre prochain.  La plupart d'entre nous craignent les pauvres car ils sont l'image de ce que nous sommes-nous même : nous sommes des femmes et des hommes qui croient en l'amour de Dieu ...  mais qui craignent de perdre chose en pratiquant la charité. Cependant, celles et ceux qui ont franchi ce pas, ils s'apercevront, tôt ou tard qu'ils sont aimés des pauvres tout comme les pauvres sont aimés de Dieu.


.





.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13309
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

A la rencontre de Jésus

Message non lu par etienne lorant » mar. 01 janv. 2019, 5:57

Lecture du livre des Nombres
Le Seigneur parla à Moïse. Il dit : « Parle à Aaron et à ses fils. Tu leur diras : Voici en quels termes vous bénirez les fils d’Israël : “Que le Seigneur te bénisse et te garde ! Que le Seigneur fasse briller sur toi son visage, qu’il te prenne en grâce ! Que le Seigneur tourne vers toi son visage, qu’il t’apporte la paix !”Ils invoqueront ainsi mon nom sur les fils d’Israël, et moi, je les bénirai. »][/color]

PSAUME
(Ps 66 (67), 2b.3, 5abd, 7.8b)
R/ Que Dieu nous prenne en grâce
et qu’il nous bénisse ! (Ps 66, 2)
Que son visage s’illumine pour nous,
et ton chemin sera connu sur la terre,
ton salut, parmi toutes les nations.

Que les nations chantent leur joie,
car tu gouvernes le monde avec justice ;
sur la terre, tu conduis les nations.

La terre a donné son fruit ;
Dieu, notre Dieu, nous bénit.
Que la terre tout entière l’adore
!

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Galates
frères, lorsqu’est venue la plénitude des temps, Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme et soumis à la loi de Moïse, afin de racheter ceux qui étaient soumis à la Loi et pour que nous soyons adoptés comme fils. Et voici la preuve que vous êtes des fils : Dieu a envoyé l’Esprit de son Fils dans nos cœurs,
et cet Esprit crie « Abba ! », c’est-à-dire : Père ! Ainsi tu n’es plus esclave, mais fils, et puisque tu es fils, tu es aussi héritier : c’est l’œuvre de Dieu
.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc
En ce temps-là, les bergers se hâtèrent d’aller à Bethléem, et ils découvrirent Marie et Joseph, avec le nouveau-né couché dans la mangeoire. Après avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été annoncé au sujet de cet enfant. Et tous ceux qui entendirent s’étonnaient de ce que leur racontaient les bergers. Marie, cependant, retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur. Les bergers repartirent ; ils glorifiaient et louaient Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu, selon ce qui leur avait été annoncé. Quand fut arrivé le huitième jour, celui de la circoncision, l’enfant reçut le nom de Jésus, le nom que l’ange lui avait donné avant sa conception.

– Aelf, Paris

Les textes de ce jour ne se prêtent guère à la méditation. En effet, ils relatent divers "moments" de la Nativité tels qu'ils ont été vécus, après avoir été annoncés à diverses époques de l'histoire. Ce que nous pouvons en retirer ?  C'est un encouragement à nous souvenir des temps de grâce que nous avons vécus et qui nous ont permis d'adhérer à une meilleure conception de l'oeuvre à  laquelle se livre Dieu se livre, afin que nous revenions vers Lui dans la grâce.  Chacun d'entre nous pourrait rechercher dans son passé les événements, petits ou grands qui - à l'image des personnages évoqués ici - nous ont conduits à l'adhésion au message et les changements que celui-ci auront entraînés dans nos vies personnelles.

Pour ma part, je me suis souvenu de cette période sombre durant laquelle je ressentais que la réussite, au sein du corps social, était incontournable et, autrement dit: que la réussite professionnelle était "incontournable" dans notre société. Il ne suffisait pas de travailler consciencieusement, mais il fallait chercher fortune, pouvoir, statut social élevé.  Ayant passé six années dans un collège de Jésuites, ce n'est certes pas la charité et l'amour du prochain que j'ai découverts.  Tout du contraire:  il fallait réussir à tout prix, être le meilleur en toutes les branches :  Latin, Grec, Mathématiques, Physique Biologie, Chimie, littérature, exercices d’élocution, un cross par semaine et,des notions de philosophie à défaut de religion.  Mais  au bulletin final, ont ne pouvait que constater que la meilleure volonté n'y suffisait pas - encore fallait-il être fils de médecin, d'avocat, de notaire, d'industriel ou d'homme politique... Le cours de religion, nous l'avions dénommé "cours d'hypocrisie" !  

Bien que baptisé, servant de messe à l'autel, je ne voyais que des paroissiens hypocrites :  que penser de ces femmes que je voyais faire des clin d’œil à tel paroissien au moment de la Consécration.   Mais heureusement pour moi, d'une douceur infinie, ma mère Léa - 92 ans cette année - parvenait à calmer mes ardeurs vengeresses : comme on m'avait demandé  ce que je voulais devenir dans la le monde, je répondais que je deviendrais non le meilleur, non le plus fort, mais : le plus dur !  Il en fut ainsi jusqu'au matin de ma conversion au pied d'un crucifix.  Car, en un instant extraordinaire, le crucifix de ma chambre s'est "mis à vivre" et me transmit se message : "Je meurs afin que tu cesses de t'endurcir."   Et je me remis à aimer...



.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités