Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2018-2019)

« Mon âme aspire vers toi pendant la nuit, mon esprit te cherche dès le matin. » (Is 26.9)
Règles du forum
Forum de partage de méditations chrétiennes
Avatar de l’utilisateur
Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2018-2019)

Message non lu par Carolus » mar. 16 avr. 2019, 13:51

etienne lorant a écrit :etienne lorant :
Pierre, le chef,  s'enfuit tout nu dans sa hâte de fuir: sans manteau on court plus vite !
C’est « Pierre, le chef, [qui] s'enfuit tout nu dans sa hâte de fuir », cher Étienne :?:
Mc 14, 51-52 Or, un jeune homme suivait Jésus ; il n’avait pour tout vêtement qu’un drap. On essaya de l’arrêter. Mais lui, lâchant le drap, s’enfuit tout nu.
Le jeune homme n’est pas identifié, n’est-ce pas ?

Gaudens
Quæstor
Quæstor
Messages : 228
Inscription : mer. 25 avr. 2018, 19:50
Conviction : chrétien catholique

Re: Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2018-2019)

Message non lu par Gaudens » mar. 16 avr. 2019, 20:07

Il me semble qu'une insistante tradition l'identifie à Saint Marc lui même.

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13244
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Comment contrecarrer la justice divine

Message non lu par etienne lorant » mer. 17 avr. 2019, 10:18

Lecture du livre du prophète Isaïe
Le Seigneur mon Dieu m’a donné le langage des disciples, pour que je puisse, d’une parole, soutenir celui qui est épuisé. Chaque matin, il éveille, il éveille mon oreille pour qu’en disciple, j’écoute.  Le Seigneur mon Dieu m’a ouvert l’oreille, et moi, je ne me suis pas révolté, je ne me suis pas dérobé. J’ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient, mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe.Je n’ai pas caché ma face devant les outrages et les crachats.  Le Seigneur mon Dieu vient à mon secours; c’est pourquoi je ne suis pas atteint par les outrages, c’est pourquoi j’ai rendu ma face dure comme pierre: je sais que je ne serai pas confondu.Il est proche, Celui qui me justifie. Quelqu’un veut-il plaider contre moi? Comparaissons ensemble! Quelqu’un veut-il m’attaquer en justice ? Qu’il s’avance vers moi ! Voilà le Seigneur mon Dieu, il prend ma défense; qui donc me condamnera ?
             

PSAUME
R/ Dans ton grand amour, Dieu, réponds-moi
c’est l’heure de ta grâce.
C’est pour toi que j’endure l’insulte,
que la honte me couvre le visage :
je suis un étranger pour mes frères,
un inconnu pour les fils de ma mère.
L’amour de ta maison m’a perdu ;
on t’insulte, et l’insulte retombe sur moi.

L’insulte m’a broyé le cœur,
le mal est incurable ;
j’espérais un secours, mais en vain,
des consolateurs, je n’en ai pas trouvé.
À mon pain, ils ont mêlé du poison;
quand j’avais soif, ils m’ont donné du vinaigre.

Mais je louerai le nom de Dieu par un cantique,
je vais le magnifier, lui rendre grâce.
Les pauvres l’ont vu, ils sont en fête :
« Vie et joie, à vous qui cherchez Dieu ! »
Car le Seigneur écoute les humbles,
il n’oublie pas les siens emprisonnés.




Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu
En ce temps-là, l’un des Douze, nommé Judas Iscariote,  se rendit chez les grands prêtres et leur dit: « Que voulez-vous me donner, si je vous le livre ? » Ils lui remirent trente pièces d’argent.  Et depuis, Judas cherchait une occasion favorable pour le livrer. Le premier jour de la fête des pains sans levain, les disciples s’approchèrent et dirent à Jésus: «Où veux-tu que nous te fassions les préparatifs pour manger la Pâque?  Il leur dit: « Allez à la ville, chez untel, et dites-lui: “Le Maître te fait dire: Mon temps est proche; c’est chez toi que je veux célébrer la Pâque avec mes disciples.”»  Les disciples firent ce que Jésus leur avait prescrit et ils préparèrent la Pâque. Le soir venu, Jésus se trouvait à table avec les Douze. Pendant le repas, il déclara: « Amen, je vous le dis:l’un de vous va me livrer.» Profondément attristés, ils se mirent à lui demander, chacun son tour: « Serait-ce moi, Seigneur » Prenant la parole, il dit:« Celui qui s’est servi au plat en même temps que moi, celui-là va me livrer.  Le Fils de l’homme s’en va, comme il est écrit à son sujet; mais malheureux celui par qui le Fils de l’homme est livré ! Il vaudrait mieux pour lui qu’il ne soit pas né, cet homme-là !» Judas, celui qui le livrait, prit la parole: « Rabbi, serait-ce moi ? » Jésus lui répond: « C’est toi-même qui l’as dit ! »

               – Cy Aelf, Paris

Cette année particulièrement, la dénonciation de Judas, sa trahison, m'aura frappé du fait qu'à trois ans de ma pension de retraite, le propriétaire de la petite surface que je louais est venu me trouver pour me proposer de lui racheter l'emplacement que j'occupais en location depuis 1980. J'aurais pu m'y opposer très facilement en déposant une requête au tribunal de commerce.

C'était tout simple et facilement "gagnant", du fait de la lenteur des procédures judiciaires ! Quand le dossier serait finalement parvenu en audience, le dossier eût été classé sans suite ! Mais j'y ai renoncé du fait des liens affectifs que j'avais liés avec cette famille. Le fils unique, l'héritier de l'affaire familiale, était un ami ainsi - que sa sœur que j'ai accompagnée à Lourdes: elle soufrait d'un trouble étrange dont elle disait "des voix répètent mes pensées !"..

Chacun d'entre nous, dans des circonstances particulières, peut très bien avoir recours à la justice humaine - mais la plus haute forme fondée de justice, c'est bien celle de la miséricorde ! Quel bonheur que de pouvoir plaider au tribunal céleste en posant dans la balance de la justice divine nos gestes de miséricorde !

En effet, il est écrit encore : "Bienheureux les miséricordieux car ils obtiendront miséricorde !" Et de toutes sortes de façons, nous pouvons véritablement "investir" dans la "Bourse céleste" par de beaux gestes de miséricorde - mais que Dieu seul connaît ! Comme ils sont riches auprès de Dieu, celles de ceux qui auront remis des dettes de toutes sortes !



.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13244
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

La passion selon la Bienheureuse Anne Catherine Emmerich

Message non lu par etienne lorant » sam. 20 avr. 2019, 11:32

Sous le lien que j'indique, on trouvera diverses lectures de visions de la Passion.  Pour ma part, j'ai préféré celle-ci qui fut déclarée Bienheureuse  par l'Eglise. Et je n'entre en aucun débat à ce sujet.

Je vous la propose tout en prévenant que cette lecture est d'autant plus pénible que la voyante détaille les tentations successive auxquelles les fidèles  tombèrent, mais aussi celles des prêtres et jusqu'à certains Papes...

Comme on peut bien se le représentant,  le diable s'est attardé sur les apostasies, les hérésies, la tentation du pouvoir, les mœurs  dissolus, etc.

L'un dans l'autre,  j'ajoute que cette lecture m'aura personnellement servi pour apprendre à évacuer certaines distractions contraires - comme celle-ci que j'avais omises souvent - et particulièrement:  celle du tabac ! Lorsque je me mettais  à écrire, j'étais fermentent convaincu  que mes idées étaient plus claires en fumant que sans tabac !!!

Je poste ce message en conseillant de ne pas multiplier ce genre de de lectures si l'on demeure indécis dans sa foi.  Se laisser abattre et perdre confiance serait un péché également, car le Seigneur demeure tout proche de chacun de nous : "Courage,  j'ai vaincu le monde !"  dit le Seigneur !


Sous le lien que j'indique, on trouvera diverses lectures de visions de la Passion. Pour ma part, j'ai préféré celle-ci qui fut déclarée Bienheureuse par l'Eglise. Et je n'entre en aucun débat à ce sujet.

Je vous la propose tout en prévenant que cette lecture est d'autant plus pénible que la voyante détaille les tentations successive auxquelles les fidèles tombèrent, mais aussi celles des prêtres et jusqu'à certains Papes...

Comme on peut bien se le représentant, le diable s'est attardé sur les apostasies, les hérésies, la tentation du pouvoir, les mœurs dissolus, etc.

L'un dans l'autre, j'ajoute que cette lecture m'aura personnellement servi pour apprendre à évacuer certaines distractions contraires - comme celle-ci que j'avais omises souvent - et particulièrement: celle du tabac ! Lorsque je me mettais à écrire, j'étais fermentent convaincu que mes idées étaient plus claires en fumant que sans tabac !!!

Je poste ce message en conseillant de ne pas multiplier ce genre de de lectures si l'on demeure indécis dans sa foi. Se laisser abattre et perdre confiance serait un péché également, car le Seigneur demeure tout proche de chacun de nous : "Courage, j'ai vaincu le monde !" dit le Seigneur !


Sous le lien que j'indique, on trouvera diverses lectures de visions de la Passion. Pour ma part, j'ai préféré celle-ci qui fut déclarée Bienheureuse par l'Eglise. Et je n'entre en aucun débat à ce sujet.

Je vous la propose tout en prévenant que cette lecture est d'autant plus pénible que la voyante détaille les tentations successive auxquelles les fidèles tombèrent, mais aussi celles des prêtres et jusqu'à certains Papes...

Comme on peut bien se le représentant, le diable s'est attardé sur les apostasies, les hérésies, la tentation du pouvoir, les mœurs dissolus, etc.

L'un dans l'autre, j'ajoute que cette lecture m'aura personnellement servi pour apprendre à évacuer certaines distractions contraires - comme celle-ci que j'avais omises souvent - et particulièrement: celle du tabac ! Lorsque je me mettais à écrire, j'étais fermentent convaincu que mes idées étaient plus claires en fumant que sans tabac !!!

Je poste ce message en conseillant de ne pas multiplier ce genre de de lectures si l'on demeure indécis dans sa foi. Se laisser abattre et perdre confiance serait un péché également, car le Seigneur demeure tout proche de chacun de nous : "Courage, j'ai vaincu le monde !" dit le Seigneur !

UN LIEN CORROMPU - En voici un autre !!

https://livres-mystiques.com/partieTEXT ... table.html


[/color]

.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13244
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Totale liberté de croire ou de ne pas croire

Message non lu par etienne lorant » lun. 22 avr. 2019, 9:51

Lecture du livre des Actes des Apôtres
Le jour de la Pentecôte, Pierre, debout avec les onze autres Apôtres, éleva la voix et leur fit cette déclaration « Vous, Juifs, et vous tous qui résidez à Jérusalem, sachez bien ceci, prêtez l’oreille à mes paroles. Il s’agit de Jésus le Nazaréen, homme que Dieu a accrédité auprès de vous en accomplissant par lui des miracles, des prodiges et des signes au milieu de vous, comme vous le savez vous-mêmes. Cet homme, livré selon le dessein bien arrêté et la prescience de Dieu, vous l’avez supprimé en le clouant sur le bois par la main des impies. Mais Dieu l’a ressuscité en le délivrant des douleurs de la mort, car il n’était pas possible qu’elle le retienne en son pouvoir. En effet, c’est de lui que parle David dans le psaume:Je voyais le Seigneur devant moi sans relâche: il est à ma droite, je suis inébranlable. C’est pourquoi mon cœur est en fête, et ma langue exulte de joie ; ma chair elle-même reposera dans l’espérance tu ne peux m’abandonner au séjour des morts ni laisser ton fidèle voir la corruption. Tu m’as appris des chemins de vie,tu me rempliras d’allégresse par ta présence. Frères, il est permis de vous dire avec assurance,au su et du patriarche David, qu’il est mort, qu’il a été enseveli,et que son tombeau est encore aujourd’hui chez nous. Comme il était prophète, il savait que Dieu lui avait juré de faire asseoir sur son trône un homme issu de lui.  Il a vu d’avance la résurrection du Christ, dont il a parlé ainsi :Il n’a pas été abandonné à la mort, et sa chair n’a pas vu la corruption. Ce Jésus, Dieu l’a ressuscité ; nous tous, nous en sommes témoins. Élevé par la droite de Dieu, il a reçu du Père l’Esprit Saint qui était promis,et il l’a répandu sur nous,ainsi que vous le voyez et l’entendez. »


PSAUME
(15 (16)
R/ Garde-moi, mon Dieu :
j’ai fait de toi mon refuge.
Garde-moi, mon Dieu : j’ai fait de toi mon refuge.
J’ai dit au Seigneur : « Tu es mon Dieu !
Seigneur, mon partage et ma coupe :
de toi dépend mon sort. »

Je bénis le Seigneur qui me conseille :
même la nuit mon cœur m’avertit.
Je garde le Seigneur devant moi sans relâche ;
il est à ma droite : je suis inébranlable.

Mon cœur exulte, mon âme est en fête,
ma chair elle-même repose en confiance :
tu ne peux m’abandonner à la mort
ni laisser ton ami voir la corruption.

Tu m’apprends le chemin de la vie :
devant ta face, débordement de joie !
À ta droite, éternité de délices



Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu
En ce temps-là, quand les femmes eurent entendu les paroles de l’ange, vite, elles quittèrent le tombeau, remplies à la fois de crainte et d’une grande joie, et elles coururent porter la nouvelle à ses disciples. Et voici que Jésus vint à leur rencontre et leur dit : « Je vous salue. » Elles s’approchèrent, lui saisirent les pieds et se prosternèrent devant lui. Alors Jésus leur dit: «Soyez sans crainte, allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront.» Tandis qu’elles étaient en chemin,quelques-uns des gardes allèrent en ville annoncer aux grands prêtres tout ce qui s’était passé. Ceux-ci, après s’être réunis avec les anciens et avoir tenu conseil, donnèrent aux soldats une forte somme en disant: « Voici ce que vous direz : “Ses disciples sont venus voler le corps, la nuit pendant que nous dormions.”Et si tout cela vient aux oreilles du gouverneur, nous lui expliquerons la chose, et nous vous éviterons tout ennui. » Les soldats prirent l’argent et suivirent les instructions.Et cette explication s’est propagée chez les Juifs jusqu’à aujourd’hui.


– Cy Aelf, Paris


Avec la résurrection de Jésus,  les hommes et les femmes de toutes les générations auront la possibilité de croire et de connaître une nouvelle manière de considérer la condition humaine. Désormais, il y aura celles et ceux qui croiront et il y aura ceux qui ne voudront pas croire. Il y eut deux femmes persécutées qui eurent pratiquement le même âge : Simone Veil et Simone Weil :  la première, philosophe qui se convertit au christianisme  comme elle assistait - dans sa recherche de vérité, se vit "saisie" par le Christ  et finit ses jours à Ashford (Angleterre) en 1943 dans un sanatorium.  La seconde, beaucoup plus connue - et pratiquement du même âge,  survécut à l'enfer des camps de concentration, devint ministre en France et fit dépénaliser l'avortement  -  ce que, paradoxalement, fut nommé: "génocide caché" Cette dernière repose au Panthéon.

On retrouve dans l’Évangile un pareil paradoxe de pensées et de vie  lorsque le tombeau de Jésus fut retrouvé vide. Les autorités du temple à Jérusalem n'y crurent pas un seul instant et firent reposer l'affaire sur le dos des disciples. Qu'en cire encore ? Au moins ceci:  Quoi que l'on propose - aux hommes - de croire, il y aura toujours celles et ceux qui croiront, et aussi ceux qui refuseront de croire.  

Le  Seigneur seul fait croire et vivre dans la foi !


.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13244
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Résurrection et témoignage

Message non lu par etienne lorant » mar. 23 avr. 2019, 9:06

Lecture du livre des Actes des Apôtres
Le jour de la Pentecôte, Pierre disait à la foule: « Que toute la maison d’Israël le sache donc avec certitude: Dieu l’a fait Seigneur et Christ,ce Jésus que vous aviez crucifié. » Les auditeurs furent touchés au cœur; ils dirent à Pierre et aux autres Apôtres : « Frères, que devons-nous faire ? » Pierre leur répondit  « Convertissez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus Christ pour le pardon de ses péchés; vous recevrez alors le don du Saint-Esprit. Car la promesse est pour vous, pour vos enfants et pour tous ceux qui sont loin, aussi nombreux que le Seigneur notre Dieu les appellera.Par bien d’autres paroles encore, Pierre les adjurait et les exhortait en disant: « Détournez-vous de cette génération tortueuse, et vous serez sauvés. »  Alors, ceux qui avaient accueilli la parole de Pierre furent baptisés. Ce jour-là, environ trois mille personnes se joignirent à eux.


PSAUME
(32 -33),
R/ Toute la terre, Seigneur,
est remplie de ton amour.
Oui, elle est droite, la parole du Seigneur ;
il est fidèle en tout ce qu’il fait.
Il aime le bon droit et la justice ;
la terre est remplie de son amour.

Dieu veille sur ceux qui le craignent,
qui mettent leur espoir en son amour,
pour les délivrer de la mort,
les garder en vie aux jours de famine.

Nous attendons notre vie du Seigneur :
il est pour nous un appui, un bouclier.
Que ton amour, Seigneur, soit sur nous
comme notre espoir est en toi !



Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
En ce temps-là, Marie Madeleine se tenait près du tombeau, au-dehors, tout en pleurs. Tout  en pleurant, elle se pencha vers le tombeau. Elle aperçoit deux anges vêtus de blanc, assis l’un à la tête et l’autre aux pieds, à l’endroit où avait reposé le corps de Jésus. Ils lui demandent : « Femme, pourquoi pleures-tu ? »
Elle leur répond: « On a enlevé mon Seigneur, et je ne sais pas où on l’a déposé. » Ayant dit cela, elle se retourna; elle aperçoit Jésus qui se tenait là,mais elle ne savait pas que c’était Jésus.
Jésus lui dit: «Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ? »
Le prenant pour le jardinier, elle lui répond: « Si c’est toi qui l’as emporté, dis-moi où tu l’as déposé, et moi, j’irai le prendre. »
Jésus lui dit alors: « Marie ! » S’étant retournée, elle lui dit en hébreu: « Rabbouni!", c’est-à-dire: Maître. Jésus reprend:« Ne me retiens pas, car je ne suis pas encore monté vers le Père.
Va trouver mes frères pour leur dire que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu.» Marie Madeleine s’en va donc annoncer aux disciples: « J’ai vu le Seigneur ! »,

– Aelf, Paris

La plus part des convertis connaissent le même mouvement de l'être:  ils tombent à genoux et se mettent à pleurer longuement est recommencent à pleurer. Ce sont des larmes de contrition, issue d'un sentiment d'indignité - cette soudaine confusion provient en grande partie de la reconnaissance de l'état de pécheur - mais qui ne tardera pas à se transformer en joie céleste. Et aussitôt, ils passent des hoquets et des larmes au désir de "mourir toute suite !" afin de demeurer dans la Joie - tel qu'il est dit : "C'est bien, bon et fidèle serviteur, entre donc dans la joie de ton maître - en cette joie qui demeure.

Et le Seigneur qui connaît tout de la nature  humaine, va donner une mission, une action humaine quelconque, afin que l'on ne demeure pas dans cette  soudaine extase. C'est ainsi que les âmes saines se voient investis d'une mission quelconque qui leur permet de retomber les pieds bien sur terre. Ces âmes toute à fait renouvelées se tiennent toutes prêtes à témoigner - et c'est ce que va faire Marie-Madeleine :  elle va courir  pour annoncer la nouvelle de la Résurrection.  Ce type de convertis possèdent déjàl les prémices de leur propre résurrection.


A cette annonce, de Marie-Madeleine, Pierre demeura sceptique les pieds bien sur terre, il exigera de "voir pour croire" et cela lui fut accordé. Nous tous, hommes et femmes, de cultures parfois très différentes obtiennent une réponse qui les touchent de manière irrésistible...

.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13244
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Oui le Seigneur est proche

Message non lu par etienne lorant » mer. 24 avr. 2019, 9:31

Lecture du livre des Actes des Apôtres
En ces jours-là, Pierre et Jean montaient au Temple pour la prière de l’après-midi, à la neuvième heure. On y amenait alors un homme, infirme de naissance, que l’on installait chaque jour à la porte du Temple, appelée la « Belle-Porte »  pour qu’il demande l’aumône à ceux qui entraient. Voyant Pierre et Jean qui allaient entrer dans le Temple, il leur demanda l’aumône. Alors Pierre, ainsi que Jean, fixa les yeux sur lui, et il dit : « Regarde-nous ! » L’homme les observait, s’attendant à recevoir quelque chose de leur part. Pierre déclara : « De l’argent et de l’or, je n’en ai pas ; mais ce que j’ai, je te le donne : au nom de Jésus Christ le Nazaréen, lève-toi et marche. » Alors, le prenant par la main droite, il le releva et, à l’instant même, ses pieds et ses chevilles s’affermirent. D’un bond, il fut debout et il marchait. Entrant avec eux dans le Temple, il marchait, bondissait, et louait Dieu. Et tout le peuple le vit marcher et louer Dieu. On le reconnaissait : c’est bien lui qui était assis à la « Belle-Porte » du Temple pour demander l’aumône. Et les gens étaient frappés de stupeur et désorientés devant ce qui lui était arrivé.



PSAUME
(104-105)
R/ Joie pour les cœurs qui cherchent Dieu !
Rendez grâce au Seigneur, proclamez son nom,
annoncez parmi les peuples ses hauts faits ;
chantez et jouez pour lui,
redites sans fin ses merveilles.

Glorifiez-vous de son nom très saint :
joie pour les cœurs qui cherchent Dieu !
Cherchez le Seigneur et sa puissance,
recherchez sans trêve sa face.

Vous, la race d’Abraham son serviteur,
les fils de Jacob, qu’il a choisis.
Le Seigneur, c’est lui notre Dieu :
ses jugements font loi pour l’univers.

Il s’est toujours souvenu de son alliance,
parole édictée pour mille générations :
promesse faite à Abraham,
garantie par serment à Isaac.




Évangile de Jésus Christ selon saint Luc
Or, tandis qu’ils s’entretenaient et s’interrogeaient, Jésus lui-même s’approcha, et il marchait avec eux Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître. Jésus leur dit:« De quoi discutez-vous en marchant ? » Alors, ils s’arrêtèrent, tout tristes. L’un des deux, nommé Cléophas, lui répondit : « Tu es bien le seul étranger résidant à Jérusalem qui ignore les événements de ces jours-ci. » Il leur dit : « Quels événements ? » Ils lui répondirent : « Ce qui est arrivé à Jésus de Nazareth, cet homme qui était un prophète puissant par ses actes et ses paroles devant Dieu et devant tout le peuple : comment les grands prêtres et nos chefs l’ont livré, ils l’ont fait condamner à mort et ils l’ont crucifié. Nous, nous espérions que c’était lui qui allait délivrer Israël. Mais avec tout cela, voici déjà le troisième jour qui passe depuis que c’est arrivé.À vrai dire, des femmes de notre groupe nous ont remplis de stupeur. Quand, dès l’aurore, elles sont allées au tombeau, elles n’ont pas trouvé son corps ; elles sont venues  ous dire qu’elles avaient même eu une vision : des anges, qui disaient qu’il est vivant. Quelques-uns de nos compagnons sont allés au tombeau,et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit; mais lui, ils ne l’ont pas vu. » Il leur dit alors : « Esprits sans intelligence ! Comme votre cœur est lent à croire tout ce que les prophètes ont dit ! Ne fallait-il pas que le Christ souffrît cela pour entrer dans sa gloire ? »Et, partant de Moïse et de tous les Prophètes, il leur interpréta, dans toute l’Écriture, ce qui le concernait. Quand ils approchèrent du village où ils se rendaient, Jésus fit semblant d’aller plus loin. Mais ils ’efforcèrent de le retenir:«Reste avec nous, car le soir approche et déjà le jour baisse. » Il entra donc pour rester avec eux.  Quand il fut à table avec eux, ayant pris le pain, il prononça la bénédiction et, l’ayant rompu, il le leur donna. Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs  regards.Ils se dirent l’un à l’autre: « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures ? » À l’instant même, ils se levèrent et retournèrent à Jérusalem. Ils y trouvèrent réunis les onze Apôtres et leurs compagnons, qui leur dirent : « Le Seigneur est réellement ressuscité: il est apparu à Simon-Pierre. » À leur tour, ils racontaient ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain.



Cy Aelf, Paris

Voici quelque chose qui fait sourire les athées et celles et ceux qui demeurent sceptiques et posent des conditions à une authentique rencontre. Car Jésus est tout humble et s'approche de celles et ceux qui aspirent à un meilleur mode de vie simple et véritable, très souvent à l'écart des modes et des slogans qui entraînent à goûter de tous les plaisirs du monde et toutes sortes de jouissance. Lorsque les conquérants de l'Amérique découvrirent que les indigènes  ne connaissaient pas l'alcool, il fut beaucoup plus facile de les coloniser !

N'en déplaise non plus aux hommes qui déclarèrent que la religion est "l'opium du peuple",  il  se trouve de générations en générations, des hommes et des femmes  adhéreront au message chrétien et trouveront dans la foi une source de vérité,
d'amoura et de salut...  Beaucoup d'athées s'étonnent des miracles de Lourdes, sans pour autant  adhérer à la dévotion à la vierge Marie.  La conscience demeure toujours libre et c'est cette liberté qui permet des conversions inattendue et inespérée...

Nous serions très étonnés du nombre d'hommes et de femmes qui se sont convertis aussitôt après avoir quasiment bclasphémé en déclarant : "Si Dieu existait, il n'aurait pas permis cela ! ...mais qui doivent découvrir "après coup" qu'un simple contretemps avait leur avait évité une vraie catastrophe !

Pour peu que nous soyons vigilants, nous constaterons que bien souvent qu'un "empêchement" nous a éviter l'une ou l'autre "catastrophe" -  Oui !  Le Seigneur est  proche !!!
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13244
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Agir en parfaite cohérence de parole et d'action

Message non lu par etienne lorant » ven. 26 avr. 2019, 10:00

Lecture du livre des Actes des Apôtres

En ces jours-là, après la guérison de l’infirme, comme Pierre et Jean parlaient encore au peuple, les prêtres survinrent, avec le commandant du Temple et les sadducéens; ils étaient excédés de les voir enseigner le peuple et annoncer, en la personne de Jésus, la résurrection d’entre les morts.Ils les firent arrêter et placer sous bonne garde jusqu’au lendemain, puisque c’était déjà le soir. Or, beaucoup de ceux qui avaient entendu la Parole devinrent croyants; à ne compter que les hommes, il y en avait environ cinq mille. Le lendemain se réunirent à Jérusalem les chefs du peuple, les anciens et les scribes. Il y avait là Hanne le grand prêtre, Caïphe, Jean, Alexandre, et tous ceux qui appartenaient aux familles de grands prêtres. Ils firent amener Pierre et Jean au milieu d’eux et les questionnèrent : « Par quelle puissance, par le nom de qui, avez-vous fait cette guérison ? » Alors Pierre, rempli de l’Esprit Saint, leur déclara : « Chefs du peuple et anciens, nous sommes interrogés aujourd’hui pour avoir fait du bien à un infirme, et l’on nous demande comment cet homme a été sauvé. Sachez-le donc, vous tous, ainsi que tout le peuple d’Israël: c’est par le nom de Jésus le Nazaréen, lui que vous avez crucifié mais que Dieu a ressuscité d’entre les morts, c’est par lui que cet homme se trouve là, devant vous, bien portant. Ce Jésus est la pierre méprisée de vous, les bâtisseurs, mais devenue la pierre d’angle. En nul autre que lui, il n’y a de salut, car, sous le ciel, aucun autre nom n’est donné aux hommes, qui puisse nous sauver. »



PSAUME
(117-118)
est devenue la pierre d’angle.
Rendez grâce au Seigneur : Il est bon !
Éternel est son amour !
Oui, que le dise Israël :
Éternel est son amour !

Qu’ils le disent, ceux qui craignent le Seigneur :
Éternel est son amour !
La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs
st devenue la pierre d’angle :

c’est là l’œuvre du Seigneur,
la merveille devant nos yeux.
Voici le jour que fit le Seigneur,
qu’il soit pour nous jour de fête et de joie !

Donne, Seigneur, donne le salut !
Donne, Seigneur, donne la victoire !
Béni oit au nom du Seigneur celui qui vient !
De la maison du Seigneur, nous vous bénissons !
Dieu, le Seigneur, nous illumine.




Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là, Jésus se manifesta encore aux disciples sur le bord de la mer de Tibériade, et voici comment. Il y avait là, ensemble, Simon-Pierre, avec Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), Nathanaël, de Cana de Galilée, les fils de Zébédée, et deux autres de ses disciples. Simon-Pierre leur dit : « Je m’en vais à la pêche. » Ils lui répondent: « Nous aussi, nous allons avec toi. » Ils partirent et montèrent dans la barque; or, cette nuit-là, ils ne prirent rien. Au lever du jour, Jésus se tenait sur le rivage, mais les disciples ne savaient pas que c’était lui. Jésus leur dit: « Les enfants, auriez-vous quelque chose à manger ? » Ils lui répondirent : « Non. » Il leur dit : « Jetez le filet à droite de la barque, et vous trouverez. » Ils jetèrent donc le filet, et cette fois ils n’arrivaient pas à le tirer, tellement il y avait de poissons. Alors, le disciple que Jésus aimait dit à Pierre : « C’est le Seigneur ! » Quand Simon-Pierre entendit que c’était le Seigneur, il passa un vêtement, car il n’avait rien sur lui, et il se jeta à l’eau.Les autres disciples arrivèrent en barque, traînant le filet plein de poissons ; la terre n’était qu’à une centaine de mètres. Une fois descendus à terre, ils aperçoivent, disposé là, un feu de braise avec du poisson posé dessus, et du pain. Jésus leur dit: « Apportez donc de ces poissons que vous venez de prendre. » Simon-Pierre remonta et tira jusqu’à terre le filet plein de gros poissons : il y en avait cent cinquante-trois. Et, malgré cette quantité, le filet ne s’était pas déchiré. Jésus leur dit alors: « Venez manger. » Aucun des disciples n’osait lui demander: «Qui es-tu ?» Ils savaient que c’était le Seigneur. Jésus s’approche;il prend le pain et le leur donne; et de même pour le poisson. C’était la troisième fois que Jésus ressuscité d’entre les morts se manifestait à ses disciples.



–Cy Aelf, Paris



Qu'est-ce que le Seigneur aura donné aux hommes comme héritage ? C'est de renouveler les cœurs et poursuivre l'évangélisation du monde. Et c'est ce qui motive encore de notre temps encore. Ce matin, notre prêtre nous a rappelé la petite la locution finale de chaque Eucharistie : Ite Missa Est, qui n'est rien d'autre qu'un envoi vers les hommes et les femmes, les enfants comme les vieillards. S'il n'y avait que les missionnaires en divers pays - qui continuent d'annoncer l’Évangile hors de nos frontières respectives, alors c'est que nous approcherions de la fin des temps.

Avec l'envoi final, la messe est dite mais le travail commence: il faut témoigner, il faut résoudre les problème en s'investissant - où que l'on soit à - manifester l'amour de Dieu au travers de toutes sortes de signes envers notre prochain quel qu'il soit. De la sorte , à quoi servirait-t'il de sortir d'une église si l'on considère autrui comme un ennemi potentiel ? A quoi servirait le sacrement de confession/réconciliation, si nous ne changeons pas très concrètement de manière ? Le pape Jean-Paul II en visite en Sicile avait menacé d'annuler toutes ces confessions hypocrite qui rajoutent encore en gravité. Considérer que l'on pourrait "enfermer " Dieu dans les sacrements !

Ce matin, j'offre ma journée en prière en en faveur de celles et ceux qui m'ont assisté dans la gestion de ma fin de carrière qui qui fut parsemée d'angoisses et d'agitations et de pénibles crises d'angoisse, parfois déstabilisantes. Il faut aujourd'hui trouver une bonne action envers "un de mes prochains" !




Illustration : Le Pape François a excommunié les mafieux siciliens...



.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13244
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Commencement de l’évangélisation

Message non lu par etienne lorant » sam. 27 avr. 2019, 11:38

Lecture du livre des Actes des Apôtres
En ces jours-là, les chefs du peuple, les Anciens et les scribes constataient l’assurance de Pierre et de Jean et, se rendant compte que c’était des hommes sans culture et de simples particuliers, ils étaient surpris; d’autre part, ils reconnaissaient en eux ceux qui étaient avec Jésus. Mais comme ils voyaient, debout avec eux, l’homme qui avait été guéri, ils ne trouvaient rien à redire. Après leur avoir ordonné de quitter la salle du Conseil suprême, ils se mirent à discuter entre eux. Ils disaient: « Qu’allons-nous faire de ces gens-là? Il est notoire, en effet, qu’ils ont opéré un miracle; cela fut manifeste pour tous les habitants de Jérusalem, et nous ne pouvons pas le nier. Mais pour en limiter la diffusion dans le peuple, nous allons les menacer afin qu’ils ne parlent plus à personne en ce nom-là. » Ayant rappelé Pierre et Jean, ils leur interdirent formellement de parler ou d’enseigner au nom de Jésus. Ceux-ci leur répliquèrent: « Est-il juste devant Dieu de vous écouter, plutôt que d’écouter Dieu ? À vous de juger. Quant à nous, il nous est impossible de nous taire sur ce que nous avons vu et entendu. » Après de nouvelles menaces, ils les relâchèrent, faute d’avoir trouvé le moyen de les punir: c’était à cause du peuple, car tout le monde rendait gloire à Dieu pour ce qui était arrivé.


PSAUME
(117 118)
R/ Seigneur, je te rends grâce,
car tu m’as exaucé.
Rendez grâce au Seigneur : Il est bon !
Éternel est son amour !
Ma force et mon chant, c’est le Seigneur ;
il est pour moi le salut.
Clameurs de joie et de victoire
sous les tentes des justes :

« Le bras du Seigneur se lève,
le bras du Seigneur est fort ! »
Non, je ne mourrai pas, je vivrai
pour annoncer les actions du Seigneur :
il m’a frappé, le Seigneur, il m’a frappé,
mais sans me livrer à la mort.

Ouvrez-moi les portes de justice :
j’entrerai, je rendrai grâce au Seigneur.
« C’est ici la porte du Seigneur :
qu’ils entrent, les justes ! »
Je te rends grâce car tu m’as exaucé :
tu es pour moi le salu
t.


Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
Ressuscité le matin, le premier jour de la semaine, Jésus apparut d’abord à Marie Madeleine, de laquelle il avait expulsé sept démons. Celle-ci partit annoncer la nouvelle à ceux qui, ayant vécu avec lui, s’affligeaient et pleuraient. Quand ils entendirent que Jésus était vivant et qu’elle l’avait vu, ils refusèrent de croire. Après cela, il se manifesta sous un autre aspect à deux d’entre eux qui étaient en chemin pour aller à la campagne. Ceux-ci revinrent l’annoncer aux autres, qui ne les crurent pas non plus. Enfin, il se manifesta aux Onze eux-mêmes pendant qu’ils étaient à table :il leur reprocha leur manque de foi et la dureté de leurs cœurs parce qu’ils n’avaient pas cru ceux qui l’avaient contemplé ressuscité. Puis il leur dit: « Allez dans le monde entier. Proclamez l’Évangile à toute la création. »

– Cy Aelf,  Paris

Jésus l'avait dit :  "Quand bien même un homme ressuscitait d'entre les morts , ils ne croiront pas".  Et c'est encore le cas de notre temps. Leurs ancêtres ont traversé la mer à pieds secs, mais ils s'en ont perdu le souvenir.  Et peu avant ce la ils avaient été épargné par le dernier fléau qui avait fait périr tous les enfants mâles des Égyptiens.. Ils ont vécu la première Pâques et ils n'ont pas voulu reconnaître la résurrection.   En raison de leur incrédulité, ils ont connu un nouvel exode, dispersés parmi tous les autres peuples.  Mais après la persécution nazie, Dieu leur permis de retrouver leur patrie... N'est-il pas étonnant  que ce soit un Donald Trump qui ait reconnu Jérusalem comme étant la capitale d’Israël ? Notre prêtre s'est exclamé: "Les homme sont infidèles mais Dieu est fidèle en toutes ses œuvres !

Âgé de  92 ans, notre prêtre a véritablement prêché comme un prophète en nous rappelant ce qu'à dit saint Paul déclare dans son épître aux Corinthiens que nous, chrétiens, avons seulement été greffés sur l'arbre principal - car Dieu ne reste pas indéfiniment dans la sanction et il rend stable toutes ses œuvres !




.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13244
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Franchir le pas

Message non lu par etienne lorant » mar. 30 avr. 2019, 8:53

Lecture du livre des Actes des Apôtres
La multitude de ceux qui étaient devenus croyants avait un seul cœur et une seule âme ; et personne ne disait que ses biens lui appartenaient en propre, mais ils avaient tout en commun. C’est avec une grande puissance que les Apôtres rendaient témoignage  de la résurrection du Seigneur Jésus, et une grâce abondante reposait sur eux tous. Aucun d’entre eux n’était dans l’indigence, car tous ceux qui étaient propriétaires de domaines ou de maisons les vendaient, et ils apportaient le montant de la vente pour le déposer aux pieds des Apôtres; puis on distribuait en fonction des besoins de chacun. Il y avait un lévite originaire de Chypre, Joseph,surnommé Barnabé par les Apôtres, ce qui se traduit : « homme du réconfort ». Il vendit un champ qu’il possédait et en apporta l’argent qu’il déposa aux pieds des Apôtres.



PSAUME
(92 93), )
R/ Le Seigneur est roi ;
il s’est vêtu de magnificence.
Le Seigneur est roi ;
il s’est vêtu de magnificence,
le Seigneur a revêtu sa force.

Et la terre tient bon, inébranlable ;
dès l’origine ton trône tient bon,
depuis toujours, tu es.

Tes volontés sont vraiment immuables :
la sainteté emplit ta maison,
Seigneur, pour la suite des temps.



Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
En ce temps-là, Jésus disait à Nicodème : « Il vous faut naître d’en haut. Le vent souffle où il veut : tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d’où il vient ni où il va. Il en est ainsi pour qui est né du souffle de l’Esprit. » Nicodème reprit : « Comment cela peut-il se faire ? » Jésus lui répondit : « Tu es un maître qui enseigne Israël et tu ne connais pas ces choses-là ? Amen, amen, je te le dis : nous parlons de ce que nous savons, nous témoignons de ce que nous avons vu, et vous ne recevez pas notre témoignage. Si vous ne croyez pas lorsque je vous parle des choses de la terre, comment croirez-vous quand je vous parlerai des choses du ciel ? Car nul n’est monté au ciel sinon celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme. De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé, afin qu’en lui tout homme qui croit ait la vie éternelle. »


– Aelf, paris

Il y a ceux qui ont franchi le pas, et d'autre comme Nicodème resteront à la porte du Royaume, mais sans le franchir, car ils craignent le bouleversement de leur être qui les changera définitivement. Tel est Nicodème, qui est presque trop savant pour franchir le pas qui aurait conféré une Joie d'une telle puissance qu'il se serait lui-même devenu un grand apôtre.

Mais nous aussi, nous avons à franchir un pas définitif vers le Royaume. Mais celui et celle s'est laissé attirés par l’Évangile ils ne cesseront pas de vouloir, au travers de toutes sortes de signes, à conduire leur prochain vers le Royaume. La plupart du temps, ces nouveaux convertis cherchent à redistribuer cette grâce de la conversion.

Ceux-là manifesteront le Christ par des signes qui n'ont rien d'extraordinaire mais qui tendent à réveiller le cœur afin que les cœurs connaissent qu'ils que le Seigneur est tout proche. Ce matin, c'est aussi à moi-même que le message est de nouveau adressé. Car depuis que j'ai dû cesser mon activité de libraire, je ne cesse de lutter contre la dépression. A deux ans de la pension, j'aimerais encore bavarder avec mes clients ! Mais à moi de sourire dans les rues et de dire un bon encouragement!

La foi commence par un sourire sincère et un bon encouragement !




.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2018-2019)

Message non lu par Carolus » mar. 30 avr. 2019, 13:44

etienne lorant a écrit :etienne lorant :
Il y a ceux qui ont franchi le pas, et d'autre comme Nicodème resteront à la porte du Royaume, mais sans le franchir, car ils craignent le bouleversement de leur être qui les changera définitivement.
Merci pour votre réflexion, cher Étienne. :)
CEC 595 Parmi les autorités religieuses de Jérusalem, non seulement il s’est trouvé le pharisien Nicodème (cf. Jn 7, 52) ou le notable Joseph d’Arimathie pour être en secret disciples de Jésus (cf. Jn 19, 38-39) […]
Considérons le passage cité par CEC 595 :
Jn 19, 38-39 Après cela, Joseph d’Arimathie, qui était disciple de Jésus, mais en secret par crainte des Juifs, demanda à Pilate de pouvoir enlever le corps de Jésus. Et Pilate le permit. Joseph vint donc enlever le corps de Jésus. Nicodème – celui qui, au début, était venu trouver Jésus pendant la nuit – vint lui aussi ; il apportait un mélange de myrrhe et d’aloès pesant environ cent livres.
Nicodème a embaumé le corps de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, n’est-ce pas ?

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13244
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

N'ayez pas peur ! Mais ayes foi !

Message non lu par etienne lorant » sam. 04 mai 2019, 10:40

Lecture du livre des Actes des Apôtres
En ces jours-là,comme le nombre des disciples augmentait, les frères de langue grecque récriminèrent contre ceux de langue hébraïque, parce que les veuves de leur groupe étaient désavantagées dans le service quotidien. Les Douze convoquèrent alors l’ensemble des disciples et leur dirent :
« ll n’est pas bon que nous délaissions la parole de Dieu
pour servir aux tables. Cherchez plutôt, frères, sept d’entre vous,  des hommes qui soient estimés de tous, remplis d’Esprit Saint et de sagesse, et nous les établirons dans cette charge.En ce qui nous concerne, nous resterons assidus à la prière
et au service de la Parole. »Ces propos plurent à tout le monde,
et l’on choisit : Étienne, homme rempli de foi et d’Esprit Saint,
Philippe, Procore, Nicanor, Timon, Parménas et Nicolas, un converti au judaïsme, originaire d’Antioche. On les présenta aux Apôtres, et après avoir prié, ils leur imposèrent les mains.La parole de Dieu était féconde, le nombre des disciples se multipliait fortement à Jérusalem, et une grande foule de prêtres juifs parvenaient à l’obéissance de la foi.




PSAUME
(32 -33),
R/ Que ton amour, Seigneur, soit sur nous
comme notre espoir est en toi.
Criez de joie pour le Seigneur, hommes justes !
Hommes droits, à vous la louange !
Rendez grâce au Seigneur sur la cithare,
jouez pour lui sur la harpe à dix cordes.

Oui, elle est droite, la parole du Seigneur ;
il est fidèle en tout ce qu’il fait.
Il aime le bon droit et la justice ;
la terre est remplie de son amour.

Dieu veille sur ceux qui le craignent,
qui mettent leur espoir en son amour,
pour les délivrer de la mort,
les garder en vie aux jours de famine
.


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
Le soir venu, les disciples de Jésus descendirent jusqu’à la mer.
Ils s’embarquèrent pour gagner Capharnaüm, sur l’autre rive. C’était déjà les ténèbres, et Jésus n’avait pas encore rejoint les disciples.Un grand vent soufflait, et la mer était agitée. Les disciples avaient ramé sur une distance de vingt-cinq ou trente stades (c’est-à-dire environ cinq mille mètres),lorsqu’ils virent Jésus qui marchait sur la mer et se rapprochait de la barque. Alors, ils furent saisis de peur. Mais il leur dit: « C’est moi. N’ayez plus peur. » Les disciples voulaient le prendre dans la barque ;aussitôt, la barque toucha terre


– Cy Aelf,Paris


Voici des textes qui peuvent se lire sur un plan "naturel"  aussi bien que spirituel.  On lira donc, sur le plan naturel, que Jésus est a véritablement marché sur les eaux du lac de Galilée afin de rejointe les disciples qui se trouvaient assez loin pour que le rejoindre obligerait d'attendre la fin de la pêche.   Cinq mille  mètres, c'est bien cinq kilomètres  !

Pourquoi ce miracle?  Pour manifester la  de Dieu ?  Jésus n'est certes pas afin de manifester sa puissance ?  Non, ce n'est pas de Jésus  de jouer avec les miracles - mais afin de faire comprendre un signe.  Et ce signe est magnifique par sa bonté.      La mer de Galilée, c'est tout aussi bien les activités aux quelles les hommes se livrent pour gagner leur pain. Et cela se traduit pour nous de garder une foi confiante quand des événements contraires viennent bouleverser nos estimations et nos programmes.  Il faut avoir confiance, en ces moments-là que le Seigneur est "tout proche"- Souvenons-nous des premiers mots du Pape venu de Pologne pour nous dire :  "N'ayez pas peur, mais ayez confiance"


De fait, Nicodème a fait un beau geste de conversion - ce qui signifie aussi que Dieu n'a pas "maudit" les juifs!

.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2018-2019)

Message non lu par Carolus » sam. 04 mai 2019, 14:26

etienne lorant a écrit :etienne lorant :
On lira donc, sur le plan naturel, que Jésus est a véritablement marché sur les eaux du lac de Galilée afin de rejointe les disciples qui se trouvaient assez loin pour que le rejoindre obligerait d'attendre la fin de la pêche.
Merci de votre réflexion, cher Étienne. :)

Les disciples avaient abandonné la pêche aux poissons, n’est-ce pas ?
Jn 6, 16-17 Le soir venu, ses disciples descendirent jusqu’à la mer. Ils s’embarquèrent pour gagner Capharnaüm, sur l’autre rive.
Le bateau était leur forme particulière de transport.

Les disciples traversèrent le lac de Galilée en bateau, c’est-à-dire par moyen naturel.

Par contre, notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ a choisi de traverser ce lac à pied, c’est-à-dire par moyen surnaturel, n’est-ce pas ?

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13244
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

La foi et son témoignage

Message non lu par etienne lorant » lun. 06 mai 2019, 10:10

Lecture du livre des Actes des Apôtres
En ces jours-là, Étienne, rempli de la grâce et de la puissance de Dieu, accomplissait parmi le peuple des prodiges et des signes éclatants. Intervinrent alors certaines gens de la synagogue dite des Affranchis, ainsi que des Cyrénéens et des Alexandrins, et aussi des gens originaires de Cilicie et de la province d’Asie. Ils se mirent à discuter avec Étienne,mais sans pouvoir résister à la sagesse et à l’Esprit qui le faisaient parler. Alors ils  soudoyèrent des hommes pour qu’ils disent : « Nous l’avons entendu prononcer des paroles blasphématoires contre Moïse et contre Dieu. » Ils ameutèrent le peuple, les anciens et les scribes, et, s’étant saisis d’Étienne à l’improviste, ils l’amenèrent devant le Conseil suprême. Ils produisirent de faux témoins, qui disaient : « Cet individu ne cesse de proférer des paroles contre le Lieu saint et contre la Loi. Nous l’avons entendu affirmer que ce Jésus, le Nazaréen, détruirait le Lieu saint et changerait les coutumes que Moïse nous a transmises. » Tous ceux qui siégeaient au Conseil suprême avaient les yeux fixés sur Étienne, et ils virent que son visage était comme celui d’un ange.



PSAUME
(118- 119)
R/ Heureux ceux qui marchent
suivant la loi du Seigneur !
Lorsque des grands accusent ton serviteur,
je médite sur tes ordres.
Je trouve mon plaisir en tes exigences :
ce sont elles qui me conseillent.

J’énumère mes voies : tu me réponds ;
apprends-moi tes commandements.
Montre-moi la voie de tes préceptes,
que je médite sur tes merveilles.

Détourne-moi de la voie du mensonge,
fais-moi la grâce de ta loi.
J’ai choisi la voie de la fidélité,
je m’ajuste à tes décisions.



Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
Jésus avait rassasié cinq mille hommes, et ses disciples l’avaient vu marcher sur la mer. Le lendemain, la foule restée sur l’autre rive se rendit compte qu’il n’y avait eu là qu’une seule barque, et que Jésus n’y était pas monté avec ses disciples, qui étaient partis sans lui. Cependant, d’autres barques, venant de Tibériade, étaient arrivées près de l’endroit où l’on avait mangé le pain après que le Seigneur eut rendu grâce. Quand la foule vit que Jésus n’était pas là, ni ses disciples, les gens montèrent dans les barques et se dirigèrent vers Capharnaüm à la recherche de Jésus. L’ayant trouvé sur l’autre rive, ils lui dirent : « Rabbi, quand es-tu arrivé ici ? » Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : vous me cherchez, non parce que vous avez vu des signes,  mais parce que vous s avez mangé de ces pains et que vous avez été rassasiés. Travaillez non pas pour la nourriture qui se perd, mais pour la nourriture qui demeure jusque dans la vie éternelle, celle que vous donnera le Fils de l’homme, lui que Dieu, le Père, a marqué de son sceau. »
Ils lui dirent alors : « Que devons-nous faire pour travailler aux œuvres de Dieu ? » Jésus leur répondit : « L’œuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé. »


– Aelf,  Paris


Chaque année ,le récit du martyre d'Etienne me renvoie au premiers temps de ma conversion. Non que je désire le suivre sous les coups de pierres, mais du fait de la grâce qui s'est manifestée au bout d'un long chemin parcouru afin de saisir la vérité. C'est que des vérités, il y en a beaucoup qui suscitent les êtres humains, dans un sens ou d'un autre. Ce que j'avais appris durant mes études m'avait conduit à reconnaître qu'il y a pour les hommes - pour tous et pour chacun - un chemin à parcourir afin d'être "établi" en ce monde.

Chacune et chacun d'entre nous doivent, tôt ou tard, se mettre à rechercher en quoi consisterait leur bonheur. Très souvent , les parents essaient de mieux connaître les "points forts" du caractère de leurs enfants... Pour ma part, après avoir rêvé d'aviation, puis avoir découvert le talent d'assimiler des langues, avec l'anglais en tout premier lieu et d'autres ensuite, je me mis à "philosopher" en jouant avec les concepts, comme les jongleurs le font avec des quilles. Mais je n'étais pas un homme heureux... Je me sentais "tout encombré" de moi-même. A la fin, j'ai fermé ma boutique de livres de seconde main et j'ai dit: "je veux la vérité sur moi-même et je ne cesserai pas de la chercher jusqu'à ce que je la trouve ! Or, le lendemain matin en contemplant le crucifix oublié là, sur le mur de ma chambre, je l'ai vu qui me regardait comme en disant: "C'est pour toi aussi que j'ai donné librement ma vie !"

D'un instant à l'autre, c'est toute une vie qui fut changée et qui m'oblige de témoigner - d'une manière ou d'une autre... Il en fut donc ainsi. En tout cela, ce qui m'a frappé le plus, c'est paradoxalement, c'est que tous les prêtres rencontrés, tous !" m'ont pris pour un "illuminé" - cependant que ma foi renouvelée me permit d'obtenir de suivre une théologie de la Miséricorde - exactement celle qui me correspondait. Béni soit Dieu !



.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13244
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Confier sa cause à l'Esprit Saint

Message non lu par etienne lorant » mar. 07 mai 2019, 11:04

Lecture du livre des Actes des Apôtres
En ces jours-là, Étienne disait au peuple, aux anciens et aux scribes:« Vous qui avez la nuque raide, vous dont le cœur et les oreilles sont fermés à l’Alliance, depuis toujours vous résistez à l’Esprit Saint; vous êtes bien comme vos pères ! Y a-t-il un prophète que vos pères n’aient pas persécuté ? Ils ont même tué ceux qui annonçaient d’avance la venue du Juste, celui-là que maintenant vous venez de livrer et d’assassiner. Vous qui aviez reçu la loi sur ordre des anges,vous ne l’avez pas observée. » Ceux qui écoutaient ce discours avaient le cœur exaspéré et grinçaient des dents contre Étienne. Mais lui, rempli de l’Esprit Saint, fixait le ciel du regard : il vit la gloire de Dieu, et Jésus debout à la droite de Dieu. Il déclara : « Voici que je contemple les cieux ouverts et le Fils de l’homme debout à la droite de Dieu. » Alors ils poussèrent de grands cris et se bouchèrent les oreilles. Tous ensemble, ils se précipitèrent sur lui, l’entraînèrent hors de la ville et se mirent à le lapider. Les témoins avaient déposé leurs vêtements aux pieds d’un jeune homme appelé Saul. Étienne, pendant qu’on le lapidait, priait ainsi : « Seigneur Jésus, reçois mon esprit. » Puis, se mettant à genoux, il s’écria d’une voix forte : « Seigneur, ne leur compte pas ce péché. » Et, après cette parole, il s’endormit dans la mort.
Quant à Saul, il approuvait ce meurtre.




PSAUME
(30 -31)
R/ En tes mains, Seigneur,
Sois le rocher qui m’abrite,
la maison fortifiée qui me sauve.
Ma forteresse et mon roc, c’est toi :
pour l’honneur de ton nom, tu me guides et me conduis.

En tes mains je remets mon esprit ;
tu me rachètes, Seigneur, Dieu de vérité.
Moi, je suis sûr du Seigneur.
Ton amour me fait danser de joie.

Sur ton serviteur, que s’illumine ta face ;
sauve-moi par ton amour.
Tu combles, à la face du monde,
ceux qui ont en toi leur refuge.




Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
En ce temps-là, la foule dit à Jésus : « Quel signe vas-tu accomplir pour que nous puissions le voir, et te croire ? Quelle œuvre vas-tu faire ? Au désert, nos pères ont mangé la manne ; comme dit l’Écriture : Il leur a donné à manger le pain venu du ciel. » Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : ce n’est pas Moïse qui vous a donné le pain venu du ciel; c’est mon Père qui vous donne le vrai pain venu du ciel. Car le pain de Dieu, c’est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde. » Ils lui dirent alors : « Seigneur, donne-nous toujours de ce pain-là. » Jésus leur répondit : « Moi, je suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais faim ; celui qui croit en moi n’aura jamais soif. »

– Aelf,  Paris

Nous voudrions bien, de temps à  autres, pouvoir tenir un discours de feu, semblable à celui tenu par Etienne.  Voici un homme qui a saisi la première occasion de devenir le premier de tous les martyrs !  Le mot de martyr signifie d'abord : "Témoin."
Il est intéressant pour nous tous - simples fidèles  - de pouvoir se reconnaître dans le mouvement que fit Etienne lorsqu'il se mit à parler ouvertement.  C'est un don de l'Esprit saint défenseur.  Car dans la bouche d'Etienne, c'est bien le Défenseur qui a répondu aux juifs présents.  Si les contradicteurs se mirent à ramasser des pierres, c'est parce qu'ils ne savaient que répondre à leur tour :  pour eux il était plus simple de tuer plutôt que d'écouter le langage irrésistible que confère l'Esprit Saint...

Tout gamin que je fus, un jour où j'avais été particulièrement turbulent, mon père me gifla - et je le méritais bien.  Mais ce fut la toute dernière fois, car une force intérieure me fit répondre encontre: "Papa,  la prochaine foi que tu voudra me gifler, pense d'abord à retirer ton alliance, parce que cela fait vraiment mal !"

Cet appel à la conscience est typique de l'Esprit Saint .  Souvenons-nous de la réponse de Jésus lorsque qu'un serviteur du temple se mit à le gifler: "Si j'ai mal paré, tu as raison de me frapper. Mais si j'ai bien parle, pourquoi me frapper ?


.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités