Sur l'évangile du jour, questions et commentaires

« Mon âme aspire vers toi pendant la nuit, mon esprit te cherche dès le matin. » (Is 26.9)
Règles du forum
Forum de partage de méditations chrétiennes
Avatar de l’utilisateur
Zenith
Barbarus
Barbarus

Re: Sur l'évangile du jour, questions et commentaires

Message non lu par Zenith » lun. 06 avr. 2020, 15:42

Six jours avant la Pâque, Jésus vint à Béthanie où habitait Lazare, qu’il avait réveillé d’entre les morts.
On donna un repas en l’honneur de Jésus. Marthe faisait le service, Lazare était parmi les convives avec Jésus.
Or, Marie avait pris une livre d’un parfum très pur et de très grande valeur ; elle versa le parfum sur les pieds de Jésus, qu’elle essuya avec ses cheveux ; la maison fut remplie de l’odeur du parfum.
Judas Iscariote, l’un de ses disciples, celui qui allait le livrer, dit alors :
« Pourquoi n’a-t-on pas vendu ce parfum pour trois cents pièces d’argent, que l’on aurait données à des pauvres ? »
Il parla ainsi, non par souci des pauvres, mais parce que c’était un voleur : comme il tenait la bourse commune, il prenait ce que l’on y mettait.
Jésus lui dit : « Laisse-la observer cet usage en vue du jour de mon ensevelissement !
Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous, mais moi, vous ne m’aurez pas toujours. »
Or, une grande foule de Juifs apprit que Jésus était là, et ils arrivèrent, non seulement à cause de Jésus, mais aussi pour voir ce Lazare qu’il avait réveillé d’entre les morts.
Les grands prêtres décidèrent alors de tuer aussi Lazare,
parce que beaucoup de Juifs, à cause de lui, s’en allaient, et croyaient en Jésus.
Dans ce passage, il est dit que Lazare était celui que Jésus avait ressuscité, et il est dit comment Marie sa soeur versa du parfum sur les pieds de Jésus.

Ce passage est au chapitre 12. Au chapitre 11, on a :
Il y avait un homme malade; c'était Lazare de Béthanie, le village de Marie et de sa soeur Marthe.
Marie était celle qui versa du parfum sur les pieds du Seigneur et qui les essuya avec ses cheveux; c'était son frère Lazare qui était malade. -
Donc avant même que le passage du parfum ne soit évoqué, Jean rappelle que Marie était celle qui versa du parfum. Je trouve qu'il y a une apparente incohérence dans la chronologie des événements. Avez-vous remarqué aussi ou c'est moi qui cherche la petite bête là ou il n'y en a pas ?

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 11099
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Sur l'évangile du jour, questions et commentaires

Message non lu par Fée Violine » mar. 07 avr. 2020, 20:00

C'est que les évangiles ne sont pas des récits chronologiques. Ils le sont en gros (avec la naissance au début et la mort à la fin) mais pas en détail.

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1773
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Sur l'évangile du jour, questions et commentaires

Message non lu par Altior » mar. 07 avr. 2020, 21:51

(Re)bonjour, Zenith!
Zenith a écrit :
lun. 06 avr. 2020, 15:42
Il y avait un homme malade; c'était Lazare de Béthanie, le village de Marie et de sa soeur Marthe.
Marie était celle qui versa du parfum sur les pieds du Seigneur et qui les essuya avec ses cheveux; c'était son frère Lazare qui était malade. -
Donc avant même que le passage du parfum ne soit évoqué, Jean rappelle que Marie était celle qui versa du parfum. Je trouve qu'il y a une apparente incohérence dans la chronologie des événements. Avez-vous remarqué aussi ou c'est moi qui cherche la petite bête là ou il n'y en a pas ?
Si je dis: «Il y a avait un acteur en Californie: c'était Alain Delon, le père d'Anthony. Anthony était celui qui conduisit une Lamborghini Gallarde en France», je ne dis pas qu'Anthony Delon a pu conduire une auto de luxe avant de naître et avant qu'il quitte, pendant sa petite enfance, les États-Unis, mais je précise simplement qui était cet Anthony, n'est-ce pas ?

Avatar de l’utilisateur
Zenith
Barbarus
Barbarus

Re: Sur l'évangile du jour, questions et commentaires

Message non lu par Zenith » mar. 07 avr. 2020, 23:52

Fée Violine a écrit :
mar. 07 avr. 2020, 20:00
C'est que les évangiles ne sont pas des récits chronologiques. Ils le sont en gros (avec la naissance au début et la mort à la fin) mais pas en détail.
Oui effectivement comme la généalogie du Christ précédant le récit de sa naissance par exemple. Je vois.
Altior a écrit :
mar. 07 avr. 2020, 21:51
(Re)bonjour, Zenith!
Si je dis: «Il y a avait un acteur en Californie: c'était Alain Delon, le père d'Anthony. Anthony était celui qui conduisit une Lamborghini Gallarde en France», je ne dis pas qu'Anthony Delon a pu conduire une auto de luxe avant de naître et avant qu'il quitte, pendant sa petite enfance, les États-Unis, mais je précise simplement qui était cet Anthony, n'est-ce pas ?
Bonsoir Altior,

Je comprends : ça rejoint un peu ce que j'ai répondu à Fée Violine.

Carolus
Senator
Senator
Messages : 790
Inscription : sam. 14 mars 2020, 16:47
Conviction : catholique

Re: Sur l'évangile du jour, questions et commentaires

Message non lu par Carolus » mer. 08 avr. 2020, 0:33

Altior a écrit :
mar. 07 avr. 2020, 21:51
Altior :

Si je dis: «Il y a avait un acteur en Californie: c'était Alain Delon, le père d'Anthony. Anthony était celui qui conduisit une Lamborghini Gallarde en France», je ne dis pas qu'Anthony Delon a pu conduire une auto de luxe avant de naître et avant qu'il quitte, pendant sa petite enfance, les États-Unis, mais je précise simplement qui était cet Anthony, n'est-ce pas ?
C'est une excellente explication, cher Altior. 👍

Avatar de l’utilisateur
Zenith
Barbarus
Barbarus

Re: Sur l'évangile du jour, questions et commentaires

Message non lu par Zenith » mer. 08 avr. 2020, 3:07

En ce temps-là, l’un des Douze, nommé Judas Iscariote, se rendit chez les grands prêtres
et leur dit : « Que voulez-vous me donner, si je vous le livre ? » Ils lui remirent trente pièces d’argent.
Et depuis, Judas cherchait une occasion favorable pour le livrer.
Le premier jour de la fête des pains sans levain, les disciples s’approchèrent et dirent à Jésus : « Où veux-tu que nous te fassions les préparatifs pour manger la Pâque ? »
Il leur dit : « Allez à la ville, chez un tel, et dites-lui : “Le Maître te fait dire : Mon temps est proche ; c’est chez toi que je veux célébrer la Pâque avec mes disciples.” »
Les disciples firent ce que Jésus leur avait prescrit et ils préparèrent la Pâque.
Le soir venu, Jésus se trouvait à table avec les Douze.
Pendant le repas, il déclara : « Amen, je vous le dis : l’un de vous va me livrer. »
Profondément attristés, ils se mirent à lui demander, chacun son tour : « Serait-ce moi, Seigneur ? »
Prenant la parole, il dit : « Celui qui s’est servi au plat en même temps que moi, celui-là va me livrer.
Le Fils de l’homme s’en va, comme il est écrit à son sujet ; mais malheureux celui par qui le Fils de l’homme est livré ! Il vaudrait mieux pour lui qu’il ne soit pas né, cet homme-là ! »
Judas, celui qui le livrait, prit la parole : « Rabbi, serait-ce moi ? » Jésus lui répond : « C’est toi-même qui l’as dit ! »
On peut faire le parallèle entre celui qui le livre, judas, et celui que Jésus aimait, Jean. (je l'appelle Jean même si ça peut faire débat ...)
Si Judas le livre, Jean sauve-t-il Jésus en admettant que ces deux apôtres sont des sortes de contraires ? Et si Jean sauve Jésus, comment a-t-il bien pu le faire ? Par exemple en accompagnant Nicodème pour prendre le corps de Jésus encore vivant même si Jésus aurait simulé sa mort, puis en guise de préparation d'ensevelissement l'aurait soigné et lui aurait apporté des denrées pour tenir 3 jours et enfin en venant déplacer la pierre et libérer Jésus. C'est un cheminement comme un autre mais je ne suis pas sûr que ce soit très conforme au dogme catholique (voire au credo) :D

Avatar de l’utilisateur
Zenith
Barbarus
Barbarus

Re: Sur l'évangile du jour, questions et commentaires

Message non lu par Zenith » jeu. 09 avr. 2020, 1:11

Avant la fête de la Pâque, sachant que l’heure était venue pour lui de passer de ce monde à son Père, Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout.
Au cours du repas, alors que le diable a déjà mis dans le cœur de Judas, fils de Simon l’Iscariote, l’intention de le livrer,
Jésus, sachant que le Père a tout remis entre ses mains, qu’il est sorti de Dieu et qu’il s’en va vers Dieu,
se lève de table, dépose son vêtement, et prend un linge qu’il se noue à la ceinture ;
puis il verse de l’eau dans un bassin. Alors il se mit à laver les pieds des disciples et à les essuyer avec le linge qu’il avait à la ceinture.
Il arrive donc à Simon-Pierre, qui lui dit : « C’est toi, Seigneur, qui me laves les pieds ? »
Jésus lui répondit : « Ce que je veux faire, tu ne le sais pas maintenant ; plus tard tu comprendras. »
Pierre lui dit : « Tu ne me laveras pas les pieds ; non, jamais ! » Jésus lui répondit : « Si je ne te lave pas, tu n’auras pas de part avec moi. »
Simon-Pierre lui dit : « Alors, Seigneur, pas seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête ! »
Jésus lui dit : « Quand on vient de prendre un bain, on n’a pas besoin de se laver, sinon les pieds : on est pur tout entier. Vous-mêmes, vous êtes purs, mais non pas tous. »
Il savait bien qui allait le livrer ; et c’est pourquoi il disait : « Vous n’êtes pas tous purs. »
Quand il leur eut lavé les pieds, il reprit son vêtement, se remit à table et leur dit : « Comprenez-vous ce que je viens de faire pour vous ?
Vous m’appelez “Maître” et “Seigneur”, et vous avez raison, car vraiment je le suis.
Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi, vous devez vous laver les pieds les uns aux autres.
C’est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez, vous aussi, comme j’ai fait pour vous. »
On peut faire le rapprochement de ce lavement des pieds que Jésus a fait à ses disciples avec le geste de versement de parfum sur les pieds de Jésus. Et il a expliqué le but de ce geste : Marie Madelaine avait gardé du parfum pour embaumer Jésus pour son ensevelissement, mais ne résista pas par un acte d'amour de lui verser le parfum sur Jésus, vivant. Accomplissant ainsi l'onction royale avec de l'huile. (le parfum est composé d'huiles essentielles comme Carolus l'avait expliqué). Et Jésus reproduisit ce geste à ses disciples de la même manière que le baptême à l'eau, qui fût peut-être changé en huile de la même manière que Jésus changea l'eau en vin à Cana ... accomplissant aussi pour eux le rite royal ... les faisant appartenir désormais au Royaume des Cieux.

Pour résumer et sans extrapoler outre mesure, Marie Madeleine a fait un acte d'amour envers Jésus. Et en mémoire de cet acte, Jésus décida de le reproduire sur ses disciples, lui demanda d'agir ainsi les uns les autres. Ces actes pour illustrer le commandement de Jésus de s'aimer les uns les autres. C'est tout.

Il y a une autre façon de voir les choses : à notre époque où un virus fait rage, on ne se préoccupe pas assez de la présence de microbes sous nos pieds, en ayant marché dehors en particulier. Et notamment quand on marche ensuite dans la salle de bain, puis qu'on prend un bain et qu'on sort pieds nus :clown:

Et enfin, on peut penser aux pieds de la femme blessée au talon par le serpent ... ou encore l'image du diable avec les pieds fourchus bien que celui-ci reste impur comme Judas ...

Avatar de l’utilisateur
Zenith
Barbarus
Barbarus

Re: Sur l'évangile du jour, questions et commentaires

Message non lu par Zenith » jeu. 09 avr. 2020, 13:16

Je viens de m'apercevoir que sur le site l'évangile au quotidien, il est mentionné Le jeudi saint (liturgie du soir). J'ai suivi (malgré une connexion exécrable) l'office du milieu du jour sur KTO et l'évangile du jour était effectivement pas la même. Quelqu'un saurait-il m'indiquer où trouver l'évangile de la journée de ce jour ? :clown:

Avatar de l’utilisateur
Zenith
Barbarus
Barbarus

Re: Sur l'évangile du jour, questions et commentaires

Message non lu par Zenith » mer. 15 avr. 2020, 0:08

En ce temps-là, Marie Madeleine se tenait près du tombeau, au-dehors, tout en pleurs. Et en pleurant, elle se pencha vers le tombeau.
Elle aperçoit deux anges vêtus de blanc, assis l’un à la tête et l’autre aux pieds, à l’endroit où avait reposé le corps de Jésus.
Ils lui demandent : « Femme, pourquoi pleures-tu ? » Elle leur répond : « On a enlevé mon Seigneur, et je ne sais pas où on l’a déposé. »
Ayant dit cela, elle se retourna ; elle aperçoit Jésus qui se tenait là, mais elle ne savait pas que c’était Jésus.
Jésus lui dit : « Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ? » Le prenant pour le jardinier, elle lui répond : « Si c’est toi qui l’as emporté, dis-moi où tu l’as déposé, et moi, j’irai le prendre. »
Jésus lui dit alors : « Marie ! » S’étant retournée, elle lui dit en hébreu : « Rabbouni ! », c’est-à-dire : Maître.
Jésus reprend : « Ne me retiens pas, car je ne suis pas encore monté vers le Père. Va trouver mes frères pour leur dire que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. »
Marie Madeleine s’en va donc annoncer aux disciples : « J’ai vu le Seigneur ! », et elle raconta ce qu’il lui avait dit.
Marie-Madeleine prit dans un premier temps Jésus pour le jardinier. Pourquoi le prend-elle pour le jardinier ? Le tombeau était-il situé dans un jardin, je pense automatiquement au jardin de Gethsémani ne sachant pas si celui-ci est un lieu-dit ou bien un jardin. Dans ce cas, avait-il l'apparence de ce jardinier que Marie-Madeleine devait connaitre ? Une autre hypothèse, est que Jésus était vêtu avec une tenue de jardinier puisqu'il fallut bien qu'il s'habille ? Et enfin, peut-être évident, le tombeau se situait-il dans un jardin ?

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1237
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Sur l'évangile du jour, questions et commentaires

Message non lu par cmoi » mer. 15 avr. 2020, 7:10

Zenith a écrit :
mer. 08 avr. 2020, 3:07
Et si Jean sauve Jésus, comment a-t-il bien pu le faire ? Par exemple en accompagnant Nicodème pour prendre le corps de Jésus encore vivant même si Jésus aurait simulé sa mort, puis en guise de
Mais que faites-vous donc du coup de lance, commis exprès pour perpétrer la mort et par un professionnel ! Il n'y a pas que le dogme que vous écartez, mais la raison...

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1237
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Sur l'évangile du jour, questions et commentaires

Message non lu par cmoi » mer. 15 avr. 2020, 7:34

Zenith a écrit :
jeu. 09 avr. 2020, 1:11

On peut faire le rapprochement de ce lavement des pieds que Jésus a fait à ses disciples avec le geste de versement de parfum sur les pieds de Jésus. Et il a expliqué le but de ce geste : Marie Madelaine avait gardé du parfum pour embaumer Jésus pour son ensevelissement, mais ne résista pas par un acte d'amour de lui verser le parfum sur Jésus, vivant. Accomplissant ainsi l'onction royale avec de l'huile. (le parfum est composé d'huiles essentielles comme Carolus l'avait expliqué). Et Jésus reproduisit ce geste à ses disciples de la même manière que le baptême à l'eau, qui fût peut-être changé en huile de la même manière que Jésus changea l'eau en vin à Cana ... accomplissant aussi pour eux le rite royal ... les faisant appartenir désormais au Royaume des Cieux.

Pour résumer et sans extrapoler outre mesure, Marie Madeleine a fait un acte d'amour envers Jésus. Et en mémoire de cet acte, Jésus décida de le reproduire sur ses disciples, lui demanda d'agir ainsi les uns les autres. Ces actes pour illustrer le commandement de Jésus de s'aimer les uns les autres. C'est tout.

Il y a une autre façon de voir les choses : à notre époque où un virus fait rage, on ne se préoccupe pas assez de la présence de microbes sous nos pieds, en ayant marché dehors en particulier. Et notamment quand on marche ensuite dans la salle de bain, puis qu'on prend un bain et qu'on sort pieds nus :clown:

Et enfin, on peut penser aux pieds de la femme blessée au talon par le serpent ... ou encore l'image du diable avec les pieds fourchus bien que celui-ci reste impur comme Judas ...
Vous faites ce qu'on appelle en entreprise du brainstorming. Idéal pour acquérir et trouver des idées neuves. Mais ensuite il faut faire un tri, et j'ai l'impression que vous ne le faites pas, et qu'en plus vous ne comptez même pas sur nous pour le faire.
Cela vous expose à raisonner sur des rapprochements indus, ce que d'autres qualifieront de délires, moi seulement de perte de temps. En création artistique, cela peut d'ailleurs donner des chefs-d'oeuvres !
Mais surtout cela peut vous conduire à avoir des idées presque impersonnelles, qui "fonctionnent toutes seules" et sans vous, quittent votre contrôle.
En informatique, il arrive qu'un programme qui nous semble parfait se plante. Or le système machine a toujours raison, n'est-ce pas ? Même s'il s'agit d'un cas improbable, d'une touche de clavier actionnée par inadvertance, d'un je ne sais quel bug, on se retrouve obligé d'y accorder une très grande importance et d'abandonner (les 99 brebis qui broutent à merveille) pour aller rechercher et reprendre le "virus" récalcitrant.
C'est une merveilleuse leçon d'humilité.
Pour être celle du Christ, la folie suppose des sacrifices.

Ceci dit, vous dites au premier abord des choses saisissantes, et on peut en rester à ce premier abord et y voir des merveilles : merci pour cela !
Continuez, mais soyez vigilant !
Vous allez parfois trop loin : l'eau qui se change en huile pour le baptême, par exemple, Jésus qui "fait mémoire" de Marie-Madeleine - tout le monde va au supermarché, mais quand j'y vais je vous assure que je ne fais pas mémoire de ceux que j'ai vus y aller avant moi ! Même si on peut très bien en y réfléchissant trouver une juste raison qui fait que je fais aussi cela, puisque j'y suis allé après et pour acheter la même chose ou presque...
Et même si au fond comme vous le suggérez, Jésus a eu l'idée de son lavement par le parfum répandu sur ses pieds, il se peut que ce lavement aurait eu lieu quand même sans ce préalable : l'inconscient est si mystérieux !
Aurait-il marché sur l'eau s'il n'avait pas vu le brouillard se dissiper au-dessus à la manière de...
Et puis je peux vous retourner le truc, puisqu'il est Dieu :il a fait en sorte à ce que Marie-Madeleine oigne ses pieds de parfum pour que l'on puisse penser que...
Vous pigez le truc ? Ce n'est pas forcément faux, c'est même amusant, mais... mais attention...

Ceci dit : moi j'aime... :coeur:

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1237
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Sur l'évangile du jour, questions et commentaires

Message non lu par cmoi » mer. 15 avr. 2020, 7:41

Zenith a écrit :
mer. 15 avr. 2020, 0:08


Marie-Madeleine prit dans un premier temps Jésus pour le jardinier. Pourquoi le prend-elle pour le jardinier ? Le tombeau était-il situé dans un jardin, je pense automatiquement au jardin de Gethsémani ne sachant pas si celui-ci est un lieu-dit ou bien un jardin. Dans ce cas, avait-il l'apparence de ce jardinier que Marie-Madeleine devait connaitre ? Une autre hypothèse, est que Jésus était vêtu avec une tenue de jardinier puisqu'il fallut bien qu'il s'habille ? Et enfin, peut-être évident, le tombeau se situait-il dans un jardin ?
Ben non, perdu, mauvaise pioche ! ( le sousligné) Ne le savez-vous pas ?

Bon..., mais..., ...à quoi votre enchaînement d'idées plus que de réflexion peut-il là vous servir, dites-moi ?
A-t-on besoin de savoir pourquoi elle le prend pour un jardinier ?
Il est certain que si cela a été écrit c'est parce que cela fut vrai, et non pour "faire vrai".
Certain pour nous qui avons la foi, et pour ceux qui ne l'ont pas je crois qu'ils ne chercheront pas à le contredire, ils y seront indifférents.
Donc toutes ces idées montrent votre foi.
L'alimentent ? Il ne faudrait pas. Même si c'est dur...

Je pense à nos échanges sur un autre post à propos des rois mages et de la conception de Jésus et de l'Immaculée conception...,
Il est parfois difficile de savoir où mettre la frontière entre ce qui est utile et ce qui ne l'est pas.
Ainsi Fée Violine a cru que nous nous égarions... Ici c'est moi qui le croit de vous...
C'est peut-être vous qui avez raison, mais...
Mais où mettez-vous le limite ? Avez-vous réfléchi à cette question ?
Dernière modification par cmoi le mer. 15 avr. 2020, 7:50, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Zenith
Barbarus
Barbarus

Re: Sur l'évangile du jour, questions et commentaires

Message non lu par Zenith » mer. 15 avr. 2020, 7:43

cmoi a écrit :
mer. 15 avr. 2020, 7:10
Mais que faites-vous donc du coup de lance, commis exprès pour perpétrer la mort et par un professionnel ! Il n'y a pas que le dogme que vous écartez, mais la raison...
Quand ils arrivèrent à Jésus, voyant qu’il était déjà mort, ils ne lui brisèrent pas les jambes,
mais un des soldats avec sa lance lui perça le côté ; et aussitôt, il en sortit du sang et de l’eau.
Celui qui a vu rend témoignage, et son témoignage est véridique ; et celui-là sait qu’il dit vrai afin que vous aussi, vous croyiez.
Oui mais si vous remarquez dans Jean, le coup de lance n'est pas fait pour donner la mort, mais pour vérifier que Jésus est bien mort, même si il est dit que les soldats le pensaient morts, sauf celui qui le perça le côté ensuite qui semblait encore dubitatif. D'ailleurs, vous, concernant la raison, comment expliquez-vous la raison du coup de lance donné par le soldat plutôt que la brisure des jambes ? Je pense pour ma part que c'est une procédure justement pas conventionnel, pas très professionnel pour employer votre terme, et que le soldat n'a pas employé une méthode fiable pour prouver que le crucifié était bien mort, Jésus aurait très bien pu ne faire aucun mouvement malgré la douleur du percement de son côté, ce qu'il n'aurait pas pu faire si on lui brisa les jambes.

Avatar de l’utilisateur
Zenith
Barbarus
Barbarus

Re: Sur l'évangile du jour, questions et commentaires

Message non lu par Zenith » mer. 15 avr. 2020, 7:52

cmoi a écrit :
mer. 15 avr. 2020, 7:41
Zenith a écrit :
mer. 15 avr. 2020, 0:08


Marie-Madeleine prit dans un premier temps Jésus pour le jardinier. Pourquoi le prend-elle pour le jardinier ? Le tombeau était-il situé dans un jardin, je pense automatiquement au jardin de Gethsémani ne sachant pas si celui-ci est un lieu-dit ou bien un jardin. Dans ce cas, avait-il l'apparence de ce jardinier que Marie-Madeleine devait connaitre ? Une autre hypothèse, est que Jésus était vêtu avec une tenue de jardinier puisqu'il fallut bien qu'il s'habille ? Et enfin, peut-être évident, le tombeau se situait-il dans un jardin ?
Ben non, perdu, mauvaise pioche ! ( le sousligné) Ne le savez-vous pas ?

Bon..., mais..., ...à quoi votre enchaînement d'idées plus que de réflexion peut-il là vous servir, dites-moi ?
Ca m'est venu à l'esprit, en écrivant mes commentaires et questions sur ce passage de l'évangile, et en allant plus loin, je me dis que le tombeau de Jésus se trouvait peut-être au jardin de Géthsémani, le sorte de Graal des templiers :clown:

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1237
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Sur l'évangile du jour, questions et commentaires

Message non lu par cmoi » mer. 15 avr. 2020, 8:06

Zenith a écrit :
mer. 15 avr. 2020, 7:43

Oui mais si vous remarquez dans Jean, le coup de lance n'est pas fait pour donner la mort, mais pour vérifier que Jésus est bien mort, même si il est dit que les soldats le pensaient morts, sauf celui qui le perça le côté ensuite qui semblait encore dubitatif. D'ailleurs, vous, concernant la raison, comment expliquez-vous la raison du coup de lance donné par le soldat plutôt que la brisure des jambes ? Je pense pour ma part que c'est une procédure justement pas conventionnel, pas très professionnel pour employer votre terme, et que le soldat n'a pas employé une méthode fiable pour prouver que le crucifié était bien mort, Jésus aurait très bien pu ne faire aucun mouvement malgré la douleur du percement de son côté, ce qu'il n'aurait pas pu faire si on lui brisa les jambes.
Je vais vous répondre, mais j'ai quand même l'impression qu'on tourne autour du pot et... Vous rendez-vous compte que mine de rien vous remettez en cause la résurrection ?
Briser les jambes accélérait la mort. Sans empêcher la souffrance car c'était là le plaisir du crucifiement, si je puis dire et du spectacle (cruauté des hommes !).
Le coup de lance tue sans faire souffrir, efficacité maximale, déception dans le scénario de la cruauté parfaite
Il se trouve qu'ils avaient une contrainte de temps, alors ils ont sacrifié le plaisir.
Dire que "c'était pour vérifier" exprime cette cruauté maladive : ils vérifient en tuant, ils se donnent ce plaisir en substitut de celui qui dure plus longtemps et dont ils sont privés. (Cynisme des hommes cruels ! Et pragmatisme guerrier : s'il était encore vivant il n'aura pas besoin de faire un autre mouvement pour provoquer la mort : deux en un ! Désolé pour vous : oui, du coup vous ne saurez jamais si Jésus était alors encore vivant...)
Méthode pas fiable ? Un soldat espiègle et vicieux, qui veut jouer la désobéissance ? Sous le nez de son chef qui peut ... Il aurait fallu entre eux un sacré conflit de personnalité et qu'il ait un ascendant sur ce chef : des relations homosexuelles avec Pilate ?
Ne voyez aucune moquerie dans mon désir de le prendre au 3ème degré...J'essaie juste de vous donner l'envie de vous contenter vous-même du premier...
Au départ de votre réflexion, oui, le texte le dit : ce n'était pas conventionnel. Mais un soldat sait improviser, surtout quand il s'agit de tuer...

Votre dernière phrase : il aurait pu aussi ne jamais mourir puisqu'il était Dieu, et faire durer sa souffrance jusqu'à la fin des temps : les générations se succédant l'auraient vu et auraient cru... A quoi de très banal derrière le miracle : à notre cruauté !
Cela nous aurait-il donné envie d'être bons ?

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité