Sur l'évangile du jour, questions et commentaires

« Mon âme aspire vers toi pendant la nuit, mon esprit te cherche dès le matin. » (Is 26.9)
Règles du forum
Forum de partage de méditations chrétiennes
Avatar de l’utilisateur
Hantouane
Barbarus
Barbarus

Re: Sur l'évangile du jour, questions et commentaires

Message non lu par Hantouane » dim. 15 déc. 2019, 21:25

Carolus a écrit :
dim. 15 déc. 2019, 20:36
Altior a écrit :
dim. 15 déc. 2019, 18:38
Altior :

À vrai dire, il n'était pas absolument nécessaire qu'Il aille jusqu'au bout pour le pardon de nos péchés. Une toute petite torture aurait fait la même chose.
Est-ce que vous en êtes sûr, cher Altior ?
CEC 636 Dans l’expression " Jésus est descendu aux enfers ", le symbole confesse que Jésus est mort réellement, et que, par sa mort pour nous, il a vaincu la mort et le diable " qui a la puissance de la mort " (He 2, 14).
Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ n’a pas désiré la mort sur la croix: « Père, si tu le veux, éloigne de moi cette coupe ; cependant, que soit faite non pas ma volonté, mais la tienne » (Lc 22, 42).
CEC 615 Par son obéissance jusqu’à la mort, Jésus a accompli la substitution du Serviteur souffrant qui " offre sa vie en sacrifice expiatoire ", " alors qu’il portait le péché des multitudes " " qu’il justifie en s’accablant lui-même de leurs fautes " (Is 53, 10-12). Jésus a réparé pour nos fautes et satisfait au Père pour nos péchés (cf. Cc. Trente : DS 1529).
Il fallait que notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ ait obéi « jusqu’à la mort » (CEC 615), n’est-ce pas ? 🙏
Mais il se substitue bien à quelqu'un, pour éviter que ce quelqu'un n'ait à offrir ce sacrifice qu'est la mort, non ? Il se substitue et le sauve par sa résurrection et sa seconde venue à la fin des temps en gloire ?

Avatar de l’utilisateur
Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Sur l'évangile du jour, questions et commentaires

Message non lu par Carolus » dim. 15 déc. 2019, 21:50

Hantouane a écrit :
dim. 15 déc. 2019, 21:25
Hantouane :
Carolus a écrit :
dim. 15 déc. 2019, 20:36
Carolus :

Il fallait que notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ ait obéi « jusqu’à la mort » (CEC 615), n’est-ce pas ? 🙏
Mais il se substitue bien à quelqu'un, pour éviter que ce quelqu'un n'ait à offrir ce sacrifice qu'est la mort, non ?
Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ était sans péché, cher Hantouane. :)
CEC 602 S. Pierre peut en conséquence formuler ainsi la foi apostolique dans le dessein divin de salut : " Vous avez été affranchis de la vaine conduite héritée de vos pères par un sang précieux, comme d’un agneau sans reproche et sans tache, le Christ, discerné avant la fondation du monde et manifesté dans les derniers temps à cause de vous " (1 P 1, 18-20).
Par son « sang précieux, comme d’un agneau sans reproche et sans tache » (CEC 602) notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ « a réparé pour nos fautes et satisfait au Père pour nos péchés » (CEC 615).

Remercions donc notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ , n’est-ce pas ? :oui:

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3115
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: Sur l'évangile du jour, questions et commentaires

Message non lu par Trinité » dim. 15 déc. 2019, 23:20

Altior a écrit :
dim. 15 déc. 2019, 18:38
Trinité a écrit :
dim. 15 déc. 2019, 14:10
(...) jésus, qui devait aller jusqu' au bout de sa mission, pour le pardon de nos péchés!
À vrai dire, il n'était pas absolument nécessaire qu'Il aille jusqu'au bout pour le pardon de nos péchés. Une toute petite torture aurait fait la même chose. Vu de Qui il s'agit, parce qu'Il était Dieu infini, la moindre peine aurait suffi pour le rachat des péchés de toute l'humanité passée, présente et future. Les mathématiciens appelleraient ça «un phénomène de limite». Une blessure au bout du doigt, quoi! La flagellation du Prétoire aurait été déjà trop et Sa mission aurait été bien accomplie.

Mais pourrait-on dire que ça aurait été «offrir en holocauste»? S'Il n'allait pas jusqu'au bout, combien auraient cru ? D'ailleurs, c'est pour la même raison qu'il a mis du temps à ressusciter. La fille de Iaïr, Il l'a ressuscité tout de suite, mais, quant à lui, il 'a fait le troisième jour, pour que nous croyons qu'Il est vraiment mort et pour que nous croyons Sa parole. Même ainsi, nombreux sont ceux qui contestent. Des uns disent qu'il ne s'agit pas d'une vraie mort, mais d'un phénomène cataleptique. Des autres, que Jésus l'Homme est mort, mais pas Jésus le Fils de Dieu. Mais Lui, Il a prévu tout ça, parce qu'Il voyait dans le futur. Il a dit «S'ils n'écoutent pas Moïse et les prophètes, ils ne se laisseront pas persuader quand même quelqu'un des morts ressusciterait». Et voilà: Lui même mourût et ressuscitera. Mais ceux qui n'écoutent pas Moïse et les prophètes, ne l'écoutent non plus quand il dit que les brebis et les chèvres n'auront pas du tout le même sort dans l'au delà. Nous disons avec nos lèvres, chaque Dimanche que Dieu, par la personne de l'Esprit Saint, ait parlé par les prophètes. Mais nous ne croyons pas. Nous ne croyons pas le Fils Unique, pas plus que l'Esprit Saint.
Je pense qu'il était nécessaire que Jésus meurt et ressuscite d'entre les morts, c'est le symbole fort et évident, comme quoi la mort n'est pas le terme de notre vie!
S'il n'avait fait que souffrir sans passer par la résurrection , qu'en serait il rester?
Un beau message d'Amour et...c'est tout, en l'espèce, sa divinité aurait eu du mal à être prouvée.

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1674
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Sur l'évangile du jour, questions et commentaires

Message non lu par Altior » dim. 15 déc. 2019, 23:40

Carolus a écrit :
dim. 15 déc. 2019, 20:36
Altior a écrit :
dim. 15 déc. 2019, 18:38
Altior :

À vrai dire, il n'était pas absolument nécessaire qu'Il aille jusqu'au bout pour le pardon de nos péchés. Une toute petite torture aurait fait la même chose.
Est-ce que vous en êtes sûr, cher Altior ?
CEC 636 Dans l’expression " Jésus est descendu aux enfers ", le symbole confesse que Jésus est mort réellement, et que, par sa mort pour nous, il a vaincu la mort et le diable " qui a la puissance de la mort " (He 2, 14).
Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ n’a pas désiré la mort sur la croix: « Père, si tu le veux, éloigne de moi cette coupe ; cependant, que soit faite non pas ma volonté, mais la tienne » (Lc 22, 42).
CEC 615 Par son obéissance jusqu’à la mort, Jésus a accompli la substitution du Serviteur souffrant qui " offre sa vie en sacrifice expiatoire ", " alors qu’il portait le péché des multitudes " " qu’il justifie en s’accablant lui-même de leurs fautes " (Is 53, 10-12). Jésus a réparé pour nos fautes et satisfait au Père pour nos péchés (cf. Cc. Trente : DS 1529).
Il fallait que notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ ait obéi « jusqu’à la mort » (CEC 615), n’est-ce pas ? 🙏
Je pense que nous parlons de questions différentes. Vous, vous parlez du désir ou non désir de mort. Vous parlez de la vertu de l'obéissance. Vous citez un paragraphe qui concerne vaincre la mort et vaincre le diable.
Moi, je parle de la rédemption.

Donc, oui, je suis sûr. Ne m'en voulez pas pour autre chose par rapport à ce que j'ai dit, ni pour plus que j'ai dit. Je l'ai dit et je réaffirme: Pour le pardon de nos péchés, il n'était pas absolument nécessaire que Notre Seigneur aille jusqu'à la mort.

Avatar de l’utilisateur
Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Sur l'évangile du jour, questions et commentaires

Message non lu par Carolus » lun. 16 déc. 2019, 1:09

Altior a écrit :
dim. 15 déc. 2019, 23:40
Altior :
Carolus a écrit :
dim. 15 déc. 2019, 20:36
Carolus :

Il fallait que notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ ait obéi « jusqu’à la mort » (CEC 615), n’est-ce pas ? 🙏
Je pense que nous parlons de questions différentes. Vous, vous parlez du désir ou non désir de mort. Vous parlez de la vertu de l'obéissance. Vous citez un paragraphe qui concerne vaincre la mort et vaincre le diable.
Moi, je parle de la rédemption.
Moi aussi, je parle de la rédemption, cher Altior. :oui:
CEC 602 S. Pierre peut en conséquence formuler ainsi la foi apostolique dans le dessein divin de salut : " Vous avez été affranchis de la vaine conduite héritée de vos pères par un sang précieux, comme d’un agneau sans reproche et sans tache, le Christ, discerné avant la fondation du monde et manifesté dans les derniers temps à cause de vous " (1 P 1, 18-20).
CEC 602 cite S. Pierre qui nous dit : « Vous avez été affranchis de la vaine conduite héritée de vos pères par un sang précieux, comme d’un agneau sans reproche et sans tache, le Christ, discerné avant la fondation du monde et manifesté dans les derniers temps à cause de vous ».

Puisque vous lisez le latin, considérons ce passage selon la Vulgate :
1 P 1, 18-20 Scientes quod non corruptibilibus, auro vel argento, redempti estis de vana vestra conversatione paternae traditionis: sed pretioso sanguine quasi agni immaculati Christi, et incontaminati: praecogniti quidem ante mundi constitutionem, manifestati autem novissimis temporibus propter vos
Nous avons été affranchis (redempti sumus) « par un sang précieux, comme d’un agneau sans reproche et sans tache, le Christ », n’est-ce pas ?
CEC 1846 Il en va de même de l’Eucharistie, sacrement de la Rédemption : " Ceci est mon sang, le sang de l’Alliance, qui va être répandu pour une multitude en rémission des péchés " (Mt 26, 28).
Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ à répandu son sang précieux pour notre Rédemption (CEC 1846), c’est-à-dire pour satisfaire « au Père pour nos péchés » (CEC 615), n’est-ce pas ? 🙏

Avatar de l’utilisateur
Hantouane
Barbarus
Barbarus

Re: Sur l'évangile du jour, questions et commentaires

Message non lu par Hantouane » dim. 22 déc. 2019, 1:41

Voici comment fut engendré Jésus Christ : Marie, sa mère, avait été accordée en mariage à Joseph ; avant qu’ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l’action de l’Esprit Saint.
Joseph, son époux, qui était un homme juste, et ne voulait pas la dénoncer publiquement, décida de la renvoyer en secret.
Comme il avait formé ce projet, voici que l’ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse, puisque l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint ;
elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus (c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. »
Tout cela est arrivé pour que soit accomplie la parole du Seigneur prononcée par le prophète :
‘Voici que la Vierge concevra, et elle enfantera un fils ; on lui donnera le nom d’Emmanuel’, qui se traduit : « Dieu-avec-nous »
Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse,
Jésus, voyant sa mère, et auprès d'elle le disciple qu'il aimait, dit à sa mère: Femme, voilà ton fils.
27 Puis il dit au disciple: Voilà ta mère. Et, dès ce moment, le disciple la prit chez lui.
Jean 19

Je fais le rapprochement entre les deux paroles, Joseph prit Marie chez lui, et le disciple qu'il aimait prit Marie chez lui. La différence est que Joseph est le mari de Marie et le disciple qu'il aimait le fils de Marie. Et plus loin, le Christ dit "tout est accompli". Ainsi, Emmanuel est parmi les siens par l'intermédiaire du disciple qu'il aimait, afin que la parole du Seigneur prophétisé soit accompli. C'est comme ça que je le comprends.

Avatar de l’utilisateur
Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Sur l'évangile du jour, questions et commentaires

Message non lu par Carolus » dim. 22 déc. 2019, 23:26

Hantouane a écrit :
dim. 22 déc. 2019, 1:41
Hantouane :

[…] Ainsi, Emmanuel est parmi les siens par l'intermédiaire du disciple qu'il aimait, afin que la parole du Seigneur prophétisé soit accompli. C'est comme ça que je le comprends.
L’Emmanuel, " Dieu-avec-nous " , c’est notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ lui-même, cher Hantouane. :)
CEC 744 Dans la plénitude du temps, l’Esprit Saint accomplit en Marie toutes les préparations à la venue du Christ dans le Peuple de Dieu. Par l’action de l’Esprit Saint en elle, le Père donne au monde l’Emmanuel, " Dieu-avec-nous " (Mt 1, 23).
Il faut annoncer la Bonne Nouvelle.
CEC 2 […] le Christ a envoyé les apôtres qu’Il avait choisis en leur donnant mandat d’annoncer l’Évangile : " Allez, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, et leur apprenant à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et moi, je suis avec vous pour toujours, jusqu’à la fin du monde " (Mt 28, 19-20).
Voici la promesse de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ : Et moi, je suis avec vous pour toujours, jusqu’à la fin du monde (CEC 2).

Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ est avec les siens pour toujours. :clap:

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Fête des saints innocents

Message non lu par etienne lorant » sam. 28 déc. 2019, 12:39

Lecture de la première lettre de saint Jean
Bien-aimés, tel est le message que nous avons entendu de Jésus Christ et que nous vous annonçons : Dieu est lumière;en lui, il n’y a pas de ténèbres. Si nous disons que nous sommes en communion avec lui, alors que nous marchons dans les ténèbres, nous sommes des menteurs, nous ne faisons pas la vérité. Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes en communion les uns avec les autres, et le sang de Jésus, son Fils, nous purifie de tout péché. Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous égarons nous-mêmes, et la vérité n’est pas en nous. Si nous reconnaissons nos péchés, lui qui est fidèle et juste va jusqu’à pardonner nos péchés et nous purifier de toute injustice. Si nous disons que nous sommes sans péché,nous faisons de lui un menteur,et sa parole n’est pas en nous   Mes petits enfants, je vous écris cela pour que vous évitiez le péché. Mais si l’un de nous vient à pécher, nous avons un défenseur devant le Père: Jésus Christ, le Juste. C’est lui qui, par son sacrifice, obtient le pardon de nos péchés, non seulement les nôtres, mais encore ceux du monde entier.

         
PSAUME
(Ps 123 -124)
R/ Comme un oiseau, nous avons échappé
au filet du chasseur.
[Sans le Seigneur qui était pour nous
quand des hommes nous assaillirent,
alors ils nous avalaient tout vivants,
dans le feu de leur colère.

Alors le flot passait sur nous,
le torrent nous submergeait ;
alors nous étions submergés
par les flots en furie.

Béni soit le Seigneur !
Le filet s’est rompu : nous avons échappé.
Notre secours est le nom du Seigneurr]
qui a fait le ciel et la terre.


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu
Après le départ des mages, voici que l’ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph et lui dit: « Lève-toi ; prends l’enfant et sa mère, et fuis en Égypte.Reste là-bas jusqu’à ce que je t’avertisse, car Hérode va rechercher l’enfant pour le faire périr. »  Joseph se leva ; dans la nuit, il prit l’enfant et sa mère, et se retira en Égypte, où il resta jusqu’à la mort d’Hérode, pour que soit  accomplie la parole du Seigneur prononcée par le prophète : D’Égypte, j’ai appelé mon fils. Alors Hérode, voyant que les mages s’étaient moqués de lui, entra dans une violente fureur. Il envoya tuer tous les enfants jusqu’à l’âge de deux ans à Bethléem et dans toute la région, d’après la date qu’il s’était fait préciser par les mages. Alors fut accomplie la parole prononcée par le prophète Jérémie : Un cri s’élève dans Rama, pleurs et longue plainte : c’est Rachel qui pleure ses enfants et ne veut pas être consolée, car ils ne sont plus.

     
Aelf, Paris

Parmis les saints innocents qu'Hérode fit massacrer à la naissance, combien d'hommes et de femmes qui apporteraient de richesses de tous ordres ? Combien de futurs inventeurs, combien d'artistes extraordinaires, combien de scientifiques, combien d'artistes inspirés, combien de futurs politiques capables de renouveler les modes de relations entre les pays et d’évider les guerres et d’autre génocides ?

Nous mêmes, il nous faut proposer aux enfants de devenir, d’authentiques novateurs dans le domaines qui les auront inspirés. Que dire encore de tous ceux qui excellent dans les langues étrangères - et les médecins ? Nous sommes tous appelés à nous dépasser au service d'autrui...


.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Fête des saints innocents

Message non lu par Carolus » sam. 28 déc. 2019, 14:58

etienne lorant a écrit :
sam. 28 déc. 2019, 12:39
etienne lorant :

Nous mêmes, il nous faut proposer aux enfants de devenir, d’authentiques novateurs dans le domaines qui les auront inspirés. Que dire encore de tous ceux qui excellent dans les langues étrangères - et les médecins ? Nous sommes tous appelés à nous dépasser au service d'autrui...
Merci de votre réflexion concernant le massacre des Saints innocents, cher Étienne. :)
CEC 530 La fuite en Égypte et le massacre des innocents (cf. Mt 2, 13-18) manifestent l’opposition des ténèbres à la lumière : " Il est venu chez lui et les siens ne l’ont pas reçu " (Jn 1, 11). Toute la vie du Christ sera sous le signe de la persécution.
Le massacre des innocents manifeste « l’opposition des ténèbres à la lumière » (CEC 530).

Malheureusement, l’opposition des ténèbres à la LUMIÈRE, c’est-à-dire l’opposition des ténèbres à notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ continue, avec fermeté et obstination. 😢

Pour vivre en enfant de Dieu, pour vivre comme des frères et des sœurs et accomplir la parole de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, il faut que l’Esprit Saint « nous éclaire et nous fortifie » (CEC 1694).

Prions donc pour que l’Esprit Saint nous éclaire et nous fortifie ! 🙏

Avatar de l’utilisateur
Hantouane
Barbarus
Barbarus

Re: Sur l'évangile du jour, questions et commentaires

Message non lu par Hantouane » lun. 30 déc. 2019, 20:47

En ce temps-là, quand les parents de Jésus vinrent le présenter au Temple, il y avait aussi une femme prophète, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d’Aser. Elle était très avancée en âge ; après sept ans de mariage,
demeurée veuve, elle était arrivée à l’âge de quatre-vingt-quatre ans. Elle ne s’éloignait pas du Temple, servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière.
Survenant à cette heure même, elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem.
Lorsqu’ils eurent achevé tout ce que prescrivait la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth.
L’enfant, lui, grandissait et se fortifiait, rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui.
Jésus-Christ devait délivrer Jérusalem, du moins c'est ce qu'annonce la prophète Anne. Mais où est la délivrance de Jérusalem ? Pas du vivant sur terre de Jésus en tout cas. Peut-être à son retour à la fin des temps ?

pierrot2
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1103
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: Sur l'évangile du jour, questions et commentaires

Message non lu par pierrot2 » mar. 31 déc. 2019, 8:53

Bonjour Hantouane,
Il me semble que Jésus libère du péché dont nous sommes Esclaves, ce qui englobe Jérusalem

Avatar de l’utilisateur
Hantouane
Barbarus
Barbarus

Re: Sur l'évangile du jour, questions et commentaires

Message non lu par Hantouane » sam. 04 janv. 2020, 1:51

En ce temps-là, Jean le Baptiste se trouvait avec deux de ses disciples.
Posant son regard sur Jésus qui allait et venait, il dit : « Voici l’Agneau de Dieu. »
Les deux disciples entendirent ce qu’il disait, et ils suivirent Jésus.
Se retournant, Jésus vit qu’ils le suivaient, et leur dit : « Que cherchez-vous ? » Ils lui répondirent : « Rabbi – ce qui veut dire : Maître –, où demeures-tu ? »
Il leur dit : « Venez, et vous verrez. » Ils allèrent donc, ils virent où il demeurait, et ils restèrent auprès de lui ce jour-là. C’était vers la dixième heure (environ quatre heures de l’après-midi).
André, le frère de Simon-Pierre, était l’un des deux disciples qui avaient entendu la parole de Jean et qui avaient suivi Jésus.
Il trouve d’abord Simon, son propre frère, et lui dit : « Nous avons trouvé le Messie » – ce qui veut dire : Christ.
André amena son frère à Jésus. Jésus posa son regard sur lui et dit : « Tu es Simon, fils de Jean ; tu t’appelleras Kèphas » – ce qui veut dire : Pierre.
Dans le texte, kephas est en grec si je me trompe pas. On peut faire le parallèle avec le mot Christ qui est en grec également. Or, le messie est la pierre angulaire qui a été rejeté pour devenir la clé de voute sur lequel repose le monde. Et le souhait du Christ est que Simon devienne la pierre angulaire de l'édifice qui est l'Eglise. Encore une autre preuve que le Christ a institué le premier Pape en la personne de Simon, personne sur laquelle repose l'Eglise toute entière et le royaume de Dieu.
N’avez-vous jamais lu dans les Écritures : ‘La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle : c’est là l’œuvre du Seigneur, la merveille devant nos yeux !’
Aussi, je vous le dis : Le royaume de Dieu vous sera enlevé pour être donné à une nation qui lui fera produire ses fruits.
Matthieu 21

Le royaume de Dieu est enlevé aux juifs au profit de la nation que constitue l'Eglise. D'où l'emploi je pense du terme grec Kèphas par le Christ et non le terme hébreu par exemple que je ne connais pas. Et dans le même temps, l'emploi par le Christ du terme grec kephas, est peut-être la cause, voire la clé, qui ont poussé les évangélistes à appeler le Messie avec le terme grec Christ, comme l'a fait Jésus pour Simon-Kephas. Pour mon information personnel, Jésus est-il expressément nommer Christ (le terme grec) dans les évangiles dans la bouche de disciples ? Ou ce terme grec n'est employé uniquement par les évangélistes, par les narrateurs ?

Avatar de l’utilisateur
Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Sur l'évangile du jour, questions et commentaires

Message non lu par Carolus » lun. 06 janv. 2020, 5:23

Hantouane a écrit :
sam. 04 janv. 2020, 1:51
Hantouane :

Dans le texte, kephas est en grec si je me trompe pas.
« Kephas » est un mot araméen, cher Hantouane. :)
Hantouane a écrit :
sam. 04 janv. 2020, 1:51
Hantouane :
On peut faire le parallèle avec le mot Christ qui est en grec également.
« Christ » est un mot grec, bien sûr. « Χριστός » (le Christ) veut dire « l'Oint ».
Hantouane a écrit :
sam. 04 janv. 2020, 1:51
Hantouane :
Or, le messie est la pierre angulaire qui a été rejeté pour devenir la clé de voute sur lequel repose le monde. Et le souhait du Christ est que Simon devienne la pierre angulaire de l'édifice qui est l'Eglise.
Personne ne remplace notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ comme la pierre angulaire.
CEC 756 " Bien souvent aussi, l’Église est dite la construction de Dieu (cf. 1 Co 3, 9). Le Seigneur lui-même s’est comparé à la pierre rejetée par les bâtisseurs et devenue pierre angulaire (Mt 21, 42 par. ; cf. Ac 4, 11 ; 1 P 2, 7 ; Ps 118, 22).
CEC 756 fait référence au témoignage de S. Pierre :
Ac 4, 8 Alors Pierre, rempli de l’Esprit Saint, leur déclara : […]
Ac 4, 11 Ce Jésus est la pierre méprisée de vous, les bâtisseurs, mais devenue la pierre d’angle.
Selon S. Pierre, c’est notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ qui « est la pierre méprisée […], mais devenue la pierre d’angle » (Ac 4, 11).

Avatar de l’utilisateur
Hantouane
Barbarus
Barbarus

Re: Sur l'évangile du jour, questions et commentaires

Message non lu par Hantouane » mer. 08 janv. 2020, 1:15

Aussitôt après avoir nourri les cinq mille hommes, Jésus obligea ses disciples à monter dans la barque et à le précéder sur l’autre rive, vers Bethsaïde, pendant que lui-même renvoyait la foule.
Quand il les eut congédiés, il s’en alla sur la montagne pour prier.
Le soir venu, la barque était au milieu de la mer et lui, tout seul, à terre.
Voyant qu’ils peinaient à ramer, car le vent leur était contraire, il vient à eux vers la fin de la nuit en marchant sur la mer, et il voulait les dépasser.
En le voyant marcher sur la mer, les disciples pensèrent que c’était un fantôme et ils se mirent à pousser des cris.
Tous, en effet, l’avaient vu et ils étaient bouleversés. Mais aussitôt Jésus parla avec eux et leur dit : « Confiance ! c’est moi ; n’ayez pas peur ! »
Il monta ensuite avec eux dans la barque et le vent tomba ; et en eux-mêmes ils étaient au comble de la stupeur,
car ils n’avaient rien compris au sujet des pains : leur cœur était endurci.
J'ai une hypothèse concernant le fait que Jésus marche sur la mer. Il se peut qu'il ait de l'influence sur les créatures, et en particulier ici sur les poissons. Tout comme lors de la pêche miraculeuse, il commande aux poissons de se mettre sous ses pieds (ou les fait apparaitre) et ainsi il s'appuie sur eux à chaque pas pour ne pas s'enfoncer dans l'eau. On peut essayer de donner ainsi une signification à ce miracle. Jésus n'était peut-être pas en lévitation sur les eaux comme tout le monde peut le penser. Que pensez-vous de mon explication de ce miracle ? (Si tant est que cela ait un intérêt : je laisse ça à la modération)

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 11047
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Sur l'évangile du jour, questions et commentaires

Message non lu par Fée Violine » mer. 08 janv. 2020, 2:00

Je ne suis pas sûre que votre hypothèse ait vraiment un intérêt, mais elle m'a bien fait rire. C'est déjà ça ! ;)

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités