Méditations avec les Légionnaires du Christ

« Mon âme aspire vers toi pendant la nuit, mon esprit te cherche dès le matin. » (Is 26.9)
Règles du forum
Forum de partage de méditations chrétiennes
jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8547
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Méditations avec les Légionnaires du Christ

Message non lupar jean_droit » jeu. 22 oct. 2015, 10:07

Pour ma part je regrette tout à fait que la méditation n'aborde pas la seconde partie de l'Evangile :
Pensez-vous que je sois venu mettre la paix sur la terre ? Non, je vous le dis, mais bien plutôt la division. Car désormais cinq personnes de la même famille seront divisées : trois contre deux et deux contre trois ; ils se diviseront : le père contre le fils et le fils contre le père, la mère contre la fille et la fille contre la mère, la belle-mère contre la belle-fille et la belle-fille contre la belle-mère. »
Ces paroles très fortes demandent à être méditées.

Sans cesse, dans l'Evangile, Dieu nous prévient que la chemin de la sainteté n'est pas "un long fleuve tranquille".

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8547
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Méditations avec les Légionnaires du Christ

Message non lupar jean_droit » mar. 27 oct. 2015, 10:03

Paraboles de la graine de moutarde et du levain

Cette méditation est disponible au format audio: Ecouter en ligne.
Mardi 27 octobre 2015

Evangile selon St Luc chapitre 13, 18-21

Jésus disait à la foule : « À quoi le règne de Dieu est-il comparable, à quoi vais-je le comparer ? Il est comparable à une graine de moutarde qu'un homme a jetée dans son jardin. Elle a poussé, elle est devenue un arbre, et les oiseaux du ciel ont fait leur nid dans ses branches. »
Il dit encore : « À quoi vais-je comparer le règne de Dieu ? Il est comparable à du levain qu'une femme enfouit dans trois grandes mesures de farine, jusqu'à ce que toute la pâte ait levé. »
Prière d'introduction

Je me mets à genoux devant toi, Seigneur, pour te prier, t'adorer et te rendre grâce. Tu es là, réellement présent dans mon cœur et je veux tout d'abord en prendre conscience. Je t'offre ma vie et tout ce que je suis. Je remets entre tes mains toutes mes préoccupations. Essayant de faire silence dans mon cœur, je m'ouvre à ce que tu voudras me dire aujourd'hui, confiant de ton amour et de ta miséricorde. Je n'ai pas peur de ce que tu vas peut-être me demander ou me donner parce que tu es mon Père et tu veux toujours ce qui est le mieux pour moi.
Demande

Mon Seigneur, viens habiter mon cœur. Que ton Règne vienne s'établir à tout jamais dans ma vie et dans celle des personnes que je côtoie. Sème en mon être cette petite graine et prends-en soin afin qu'elle grandisse, se fortifie et porte du bon fruit. Soit le seul maître de mon existence.
Points de réflexion

1. Jésus veut nous expliquer ce qu'est le règne de Dieu. Pourquoi ? Parce qu'il veut nous donner la grâce de le connaître et de le vivre dans notre propre vie. Il désire ardemment habiter en nos cœurs. Il veut nous offrir la plénitude, la joie et la paix profonde que seul lui peut donner. Mais il ne peut pas le faire sans notre consentement, sans que nous accueillions ce règne de Dieu en nos vies. Le Christ ne nous impose rien mais nous propose tout. Bien souvent Dieu a des grâces pour nous, il veut répondre à nos prières mais nous ne les accueillons pas.

Aujourd'hui, écoutons de nouveau le message de la Vierge de Pontmain : « Mais priez mes enfants, Dieu vous exaucera en peu de temps. Mon Fils se laisse toucher ».

Le Christ veut établir son règne en nos vies. N'ayons pas peur de le laisser entrer et peut-être tout chambouler en nos cœurs.

2. Le Royaume de Dieu est comme une graine de moutarde qu'un homme a jetée dans son jardin. La graine de moutarde est la plus petite des graines mais en grandissant elle devient un grand arbre qui abrite les oiseaux du ciel. Il en faut peu pour que le Christ puisse régner en nos vies : juste une dose de foi et une pincée de confiance, d'amour et de docilité. Ensuite c'est lui qui fait le reste du travail.

Lorsqu'un agriculteur jette ses semences en terre, leur croissance ne dépende plus de lui ; il doit attendre que la pluie et le soleil accomplissent leur travail. La seule chose qui reste entre ses mains est de veiller à ce que rien n'abîme cette semence qui est encore toute fragile. La foi nous permet de croire que le soleil et la pluie réaliseront bien leur travail ; la confiance nous aidera à ne pas nous impatienter ou désespérer lorsque parfois les gelées pointent leur nez ; l'amour réveille notre intérêt pour cette semence et nous permet de ne pas oublier où nous l'avons plantée ; et la docilité nous indiquera quoi faire en temps et en heure pour que l'arbre puisse donner de bons fruits.

3. Le Royaume de Dieu est comparable à du levain qui lève la pâte. Il en faut peu pour que la pâte lève beaucoup car lorsque le levain fermente il se multiplie. Il est discret, sans goût, sans odeur, mais sans lui la pâte ne serait pas bonne. Cela nous est peut-être déjà arrivé d'oublier de mettre la levure dans un gâteau et nous connaissons le résultat. Le Royaume de Dieu ne se perçoit peut-être pas très clairement dans nos vies mais nous pouvons le découvrir par ses effets.

Notre désir pour la prière augmente petit à petit, nous sommes plus ouverts et attentifs aux besoins des autres, nous arrivons à prendre sur nous lorsqu'il y a des moments de tensions à la maison ou au travail. Eh bien, le Royaume de Dieu est bien présent dans notre vie. Apprenons à reconnaître l'action de Dieu dans nos cœurs et à reconnaître qu'il est le créateur, non seulement du monde mais aussi de notre histoire.
Dialogue avec le Christ

Seigneur Jésus, vient habiter en moi. Prend possession de ma vie. J'ai confiance en toi. Je sais que tu m'aimes et veux mon bien. Fais grandir ma foi et aide-moi à être toujours docile à tes inspirations.
Résolution

Aujourd'hui je garde la parole de Dieu dans mon cœur afin qu'elle grandisse et donne du fruit autour de moi.

Un père légionnaire du Christ

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8547
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Méditations avec les Légionnaires du Christ

Message non lupar jean_droit » dim. 01 nov. 2015, 9:10

Un guide pour la vie

Cette méditation est disponible au format audio: Ecouter en ligne.
Dimanche 01 novembre 2015
Tous les Saints

Evangile selon St Matthieu chapitre 5, 1-12
Voyant les foules, Jésus gravit la montagne. Il s’assit, et ses disciples s’approchèrent de lui.
Alors, ouvrant la bouche, il les enseignait. Il disait :
« Heureux les pauvres de cœur, car le royaume des Cieux est à eux.
Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés.
Heureux les doux, car ils recevront la terre en héritage.
Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés.
Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde.
Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu.
Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu.
Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des Cieux est à eux.
Heureux êtes-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi.
Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux !
Prière d'introduction
Seigneur, je crois que c’est toi qui es le Saint des saints. Les saints le sont devenus parce qu’ils t’ont connu, parce qu’ils ont essayé de faire ce que tu nous as enseigné. Je veux moi aussi venir à ton école, Jésus.
Demande

Mieux connaître et vivre les béatitudes.

Points de réflexion

1. Tous les saints, que nous fêtons aujourd’hui, c'est-à-dire toutes les personnes qui sont déjà au ciel, vivent les béatitudes. Durant leur vie ils ont su être pauvres, être doux, pleurer, avoir faim, être miséricordieux, avoir un cœur pur,… et maintenant ils sont heureux, d’un bonheur complet et qui ne finira jamais. Ces béatitudes, qui pour nous restent toujours un peu mystérieuses, eux les voient se réaliser, ils peuvent maintenant en comprendre tout le sens, toute la vérité.

2. Mais les béatitudes expriment aussi une vérité que nous pouvons expérimenter déjà sur cette terre. Ceux qui sont heureux ne sont pas ceux qui recherchent le plus de richesse, de plaisir et de pouvoir. Ce sont ceux qui savent vivre la sagesse de l’Évangile, et qui ont compris que sans effort, sans sacrifice, il n’y a pas de véritable bonheur possible, tant que nous sommes dans ce monde. C’est l’un des mystères de la condition humaine : à vouloir éviter à tout prix le sacrifice, on se retrouve avec une vie insipide, une vie qui perd son sens. Pour trouver le bonheur, il faut passer par ce qui, en apparence, s’y oppose. Savoir accepter la croix dans notre vie est une condition indispensable pour trouver la paix de l’âme et la véritable joie.

3. Ces béatitudes que saint Matthieu nous rapporte ici sont donc d’une grande aide pour notre vie. Cela vaut la peine de prendre le temps de les lire, l’une après l’autre, lentement, en se demandant si je peux dire que cette béatitude est présente dans ma vie, et si non essayer de penser à ce que je peux faire pour la vivre. Si je ne pleure pas, par exemple, ne serait-ce pas que mon cœur est insensible au malheur des autres, et que je dois apprendre à l’ouvrir, à m’intéresser à ce qui arrive à mon prochain ? C’est un véritable guide pour notre vie que nous donne ici Jésus. Il serait dommage de ne pas en profiter.
Dialogue avec le Christ

Seigneur, viens changer mon cœur. Donne-moi un cœur comme le tien. Aide-moi à comprendre que le bonheur ne se trouve pas dans l’égoïsme, mais dans l’amour. L’amour pour toi et pour mon prochain.
Résolution

Prendre une des béatitudes et essayer de la vivre.

Frère Jean Marie Fornerod, LC

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8547
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Méditations avec les Légionnaires du Christ

Message non lupar jean_droit » lun. 02 nov. 2015, 10:58

Jésus juste juge

Cette méditation est disponible au format audio: Ecouter en ligne.
Lundi 02 novembre 2015

Commémoration de tous les fidèles défunts

Evangile selon St Jean chapitre 5, 24-29

Amen, amen, je vous le dis : qui écoute ma parole et croit en Celui qui m’a envoyé, obtient la vie éternelle et il échappe au jugement, car déjà il passe de la mort à la vie.

Amen, amen, je vous le dis : l’heure vient – et c’est maintenant – où les morts entendront la voix du Fils de Dieu, et ceux qui l’auront entendue vivront.

Comme le Père, en effet, a la vie en lui-même, ainsi a-t-il donné au Fils d’avoir, lui aussi, la vie en lui-même ; et il lui a donné pouvoir d’exercer le jugement, parce qu’il est le Fils de l’homme.

Ne soyez pas étonnés ; l’heure vient où tous ceux qui sont dans les tombeaux entendront sa voix ; alors, ceux qui ont fait le bien sortiront pour ressusciter et vivre, ceux qui ont fait le mal, pour ressusciter et être jugés.
Prière d'introduction

Seigneur Jésus, aide-moi à être plus attentif à ce que tu veux me dire. Aide-moi à écouter avec tout mon cœur tes paroles.
Demande

Une confiance totale en Jésus.

Points de réflexion

1. L’évangéliste Jean place ces paroles de Jésus dans le contexte d’une discussion avec ceux qui l’accusaient d’avoir effectué une guérison un jour de sabbat. Jésus se trouvait en effet pour une fête à Jérusalem, et il avait guéri près de la piscine de Bethzatha un homme malade depuis trente-huit ans. L’évangéliste nous indique aussi que ces accusateurs lui reprochent de se faire l’égal de Dieu.

2. Jésus alors ne nie pas, mais il affirme bien qu’il est l’égal de Dieu. Nous l’écoutons en effet se poser comme le juge des hommes. Et non pas un juge qui devrait juger telle ou telle affaire, mais le juge ultime, celui qui juge toute la vie de l’homme, jugement qui a pour sentence la vie éternelle ou la mort éternelle. Comment un simple homme pourrait-il exécuter un tel jugement ? Dieu est le seul qui puisse le faire.

3. Mais en même temps qu’il se déclare notre juge, Jésus nous donne les moyens pour échapper au jugement : écouter ses paroles et croire : « Qui écoute ma parole et croit en celui qui m’a envoyé obtient la vie éternelle et il échappe au jugement, car déjà il passe de la mort à la vie ». La vie éternelle est une vie d’union avec Dieu. Celui qui suit les paroles de Jésus et qui croit vit déjà d’une certaine manière en union avec Dieu. La mort et le jugement deviennent alors un motif d’espérance et non plus de peur, car ce moment devient l’accomplissement de la vie d’amitié avec Dieu, amitié qui a commencé sur la terre.

Dialogue avec le Christ

Seigneur, tu es le juge plein de miséricorde. Tu es le juge qui veut nous sauver, le juge qui donne sa vie pour sauver la nôtre. En toi je peux mettre toute ma confiance et mon espérance.


Résolution
Faire une prière pour les défunts de ma famille.

Frère Jean Marie Fornerod, LC

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8547
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Méditations avec les Légionnaires du Christ

Message non lupar jean_droit » sam. 14 nov. 2015, 11:36

Il faut prier tout le temps

Cette méditation est disponible au format audio: Ecouter en ligne.
Samedi 14 novembre 2015
Saint Laurent de Dublin, abbé et archevêque

Evangile selon St Luc chapitre 18, 1-8
Jésus disait à ses disciples une parabole sur la nécessité pour eux de toujours prier sans se décourager : « Il y avait dans une ville un juge qui ne craignait pas Dieu et ne respectait pas les hommes.
Dans cette même ville, il y avait une veuve qui venait lui demander : “Rends-moi justice contre mon adversaire.”
Longtemps il refusa ; puis il se dit : “Même si je ne crains pas Dieu et ne respecte personne, comme cette veuve commence à m’ennuyer, je vais lui rendre justice pour qu’elle ne vienne plus sans cesse m’assommer.” » Le Seigneur ajouta : « Écoutez bien ce que dit ce juge dépourvu de justice ! Et Dieu ne ferait pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ? Les fait-il attendre ?
Je vous le déclare : bien vite, il leur fera justice. Cependant, le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? »
Prière d'introduction
Quand tu reviendras, y aura-t-il encore quelqu’un pour te prier et te demander de lui faire justice ?
Demande

Seigneur tout-puissant, accorde-moi la grâce de demeurer ferme dans la foi, de ne pas me laisser endormir par la routine quotidienne et de ne pas non plus avoir peur face aux puissants de ce monde dont les activités les ont éloignés de toi.
Points de réflexion

1. « Il faut prier sans cesse et ne pas se décourager ». Telle est la recommandation que tes apôtres ont souvent entendue et dont ils ont souvent été témoins. Dans la vie spirituelle, il faut savoir demander et redemander sans se lasser, il faut prier sans cesse et ne pas se décourager : tu es venu pour faire de nous des saints et livrés à nos propres forces, nous ne le pourrons jamais ! Comment imaginer devenir des saints sans ta grâce ? « Sans moi, vous ne pouvez rien faire », disais-tu à tes apôtres (cf. Jn 15, 5).

La recherche de l’efficacité à tout prix nous fait aller vers un but matériel et terre-à-terre qui nous empêche même de lever les yeux vers le Ciel. Nous vivons dans l’agitation du monde sans savoir nous préserver de ses vices et de ses déviations. Nous sommes souvent témoins événements et de discours qui excitent notre affectivité et, sans réfléchir, nous nous laissons emporter par l’émotion ou par un désir de réussite personnelle. Notre cerveau est comme ce juge qui ne craignait pas Dieu. Il ne veut pas ouvrir la porte à Dieu qui frappe.

2. « Rends-moi justice contre mon adversaire ». Au milieu de ces préoccupations du monde, notre conscience est comme cette veuve qui demande que le juge inique lui rende justice face à son adversaire. Finalement, la résistance de notre conscience finit par lasser le juge. « Cette veuve m’importune, je vais donc écouter ce qu’elle veut ! » dira le juge qui n’est autre que notre « raison » qui veut en finir et trouver une solution rapide et définitive.

3. « Et Dieu ne ferait pas justice à ceux qui l’en prient jour et nuit ? » Sur terre il y a la prière personnelle où je peux te parler, à toi, mon Dieu et Maître qui m’aimes et dont je dépends en tout, partout et toujours. Si ma prière n’est faite que du bout des lèvres, elle ne te persuadera pas, tu ne l’entendras pas : toi, tu lis dans les cœurs. La prière machinale n’a aucune chance d’attirer ton attention, elle restera sans fruit. Pour être entendue, il faut qu’elle vienne du cœur, qu’elle soit vraie, qu’elle soit intime.
Il y a aussi la prière collective, celle d’une assemblée dont les membres se réunissent pour te remercier ou implorer ton secours, demander ton assistance face à des santés chancelantes, des espoirs déçus ou à des événements catastrophiques. Et toi, tu seras là au milieu de cette assemblée, tu nous l’as promis !

La question que tu te poses et que tu nous poses à nous est de savoir si la foi persistera encore lorsque tu reviendras. Toi seul, Seigneur, tu le sais, mais si tu nous le demandes, c’est pour que notre attention reste en éveil, la mienne, celle de ceux qui sont avec moi, qui vivent en ce moment et celle de ceux qui viendront après nous.
Dialogue avec le Christ

Accorde-moi la grâce d’une foi indéracinable qui ne résistera pas à l’indifférence de ma raison par rapport à ma foi, pour que je sache être ton témoin et vivre avec toi et en toi aux yeux de ceux que je rencontre.
Résolution

Prier sans « réciter ».


Cécile Beaure d'Augères, consacrée de Regnum Christi

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8547
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Méditations avec les Légionnaires du Christ

Message non lupar jean_droit » dim. 29 nov. 2015, 11:28

]Rester spirituellement éveillés

Cette méditation est disponible au format audio: Ecouter en ligne.
Dimanche 29 novembre 2015
1er dimanche de l'Avent
Evangile selon St Luc chapitre 21, 25-36

Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles. Sur terre, les nations seront affolées et désemparées par le fracas de la mer et des flots.
Les hommes mourront de peur dans l’attente de ce qui doit arriver au monde, car les puissances des cieux seront ébranlées.
Alors, on verra le Fils de l’homme venir dans une nuée, avec puissance et grande gloire.
Quand ces événements commenceront, redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche. »
Tenez-vous sur vos gardes, de crainte que votre cœur ne s’alourdisse dans les beuveries, l’ivresse et les soucis de la vie, et que ce jour-là ne tombe sur vous à l’improviste comme un filet ; il s’abattra, en effet, sur tous les habitants de la terre entière.
Restez éveillés et priez en tout temps : ainsi vous aurez la force d’échapper à tout ce qui doit arriver, et de vous tenir debout devant le Fils de l’homme. »
Prière d'introduction
« Seigneur, dans le silence de ce jour naissant, je viens te demander la paix, la sagesse, la force. Je veux regarder aujourd’hui le monde avec des yeux tout remplis d’amour ».
(Saint François d’Assise)


Demande
Jésus, aide-moi à entrer dans ce temps de l’Avent en me préparant intérieurement à l’un des plus grands mystères chrétiens : ton Incarnation.


Points de réflexion

1. Les premiers versets que nous avons lus ne doivent pas nous effrayer. Luc les a rédigés dans un style littéraire très particulier qu’on appelle apocalyptique. Le cosmos entier est comme ébranlé par le plus grand des événements qui puisse se produire et qui a changé la destinée de l’humanité : l’Incarnation, la mort et la Résurrection du Fils de Dieu ! Oui, « les puissances des cieux seront ébranlées », car jamais il ne s’est produit quelque chose de semblable. Luc imaginait-il que « l’événement Jésus-Christ » influencerait le monde entier, au point d’être le point zéro à partir duquel nous calculons le temps ?

2. Jésus invitait déjà ses disciples à relever la tête, car la Rédemption est proche. Le temps de l’Avent est un temps de préparation ou d’attente. Notre salut vient. Oui, Jésus vient dans sa gloire. Il ne cesse d’ailleurs de venir. Tant que nous sommes sur terre, rien n’est terminé. Le combat n’est pas encore fini. C’est pourquoi Jésus nous invite à nous tenir sur nos gardes. Il nous faut veiller pour être prêts et pour l’accueillir. Rester « spirituellement éveillés ». Le temps de l’Avent est un temps favorable pour donner un peu plus de temps et d’attention à Dieu.

3. Comment faire pour que les soucis de la vie n’appesantissent pas notre cœur et ne prennent le dessus ? Luc nous donne la réponse : « Priez en tous temps ». La prière est l’arme du chrétien. Il n’en existe pas de plus efficace. Le croyons-nous ? Vraiment ? Trop souvent, la prière nous ennuie, nous avons l’impression qu’il ne se passe rien… Rien de plus faux ! C’est là une grande tentation à laquelle nous succombons trop facilement. La prière obtient tout, disent les saints. Prions de tout cœur en ce début d’Avent. Prions en se donnant le temps et la qualité qu’il faut.

Dialogue avec le Christ

« Que rien ne te trouble, que rien ne t'épouvante, tout passe, Dieu ne change pas, la patience obtient tout ; celui qui possède Dieu ne manque de rien : Dieu seul suffit ». (Sainte Thérèse d’Avila)

Résolution

Cette semaine, je trouverai un moment pour aller prier dans une église et montrer par ce geste combien la prière est précieuse à mes yeux.

Emanuelle Pastore, consacrée de Regnum Christi

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8547
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Méditations avec les Légionnaires du Christ

Message non lupar jean_droit » lun. 30 nov. 2015, 11:53

« Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent »

Cette méditation est disponible au format audio: Ecouter en ligne.

Lundi 30 novembre 2015
Saint André, apôtre et martyr
Evangile selon St Matthieu chapitre 4, 18-22

Comme il marchait le long de la mer de Galilée, il vit deux frères, Simon, appelé Pierre, et son frère André, qui jetaient leurs filets dans la mer ; car c’étaient des pêcheurs.
Jésus leur dit : « Venez à ma suite, et je vous ferai pêcheurs d’hommes. »
Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent.
De là, il avança et il vit deux autres frères, Jacques, fils de Zébédée, et son frère Jean, qui étaient dans la barque avec leur père, en train de réparer leurs filets. Il les appela.
Aussitôt, laissant la barque et leur père, ils le suivirent.
Prière d'introduction

Ô mon Dieu, je viens me mettre en ta présence. Je viens t’écouter, parler avec toi, le roi des rois et le seul Dieu. Parce que tu m’appelles. Parle, ô Seigneur, ton serviteur écoute. Je crois que tu es présent ici, à mes côtés ; augmente ma foi. J’espère en la vie éternelle ; je l’attends avec joie et impatience, car je sais que tu l’as préparée pour moi. Augmente mon espérance. Je t’aime par-dessus toute chose, mais donne-moi de t’aimer aujourd’hui un peu plus.


Demande

Seigneur Jésus, donne-moi de grandir dans mon intimité avec toi, pour me transformer en toi !


Points de réflexion

1. « Il les appela ». Contemplons Jésus qui marche au bord du lac. Il y a là des pêcheurs à l’œuvre, non loin de la rive. Tout à coup, Jésus crie d’une voix forte : « Venez derrière moi ». Les deux pêcheurs arrêtent leur pêche immédiatement, rejoignent le rivage et le suivent !

Nous sommes habitués à ce passage, et pourtant… quelle force devait-il y avoir dans cet appel de Jésus pour que Pierre et André le suivent subitement ! Seul un Dieu pouvait parler ainsi. L’Évangile nous dit plus loin : « Jésus parlait avec autorité ». Comme Dieu, qui se promenait chaque soir dans le jardin de l’Eden et appelait Adam et Ève pour passer un moment avec eux. Ainsi Jésus, Dieu fait homme, passe sur la terre et la transforme par sa voix, sa parole, qui ne retourne pas à lui sans avoir porté son fruit.

2. « Venez derrière moi, et je vous ferai pêcheurs d'hommes ». Que leur promet Jésus, pour qu’ils le suivent ? À Pierre et André : devenir pêcheurs d’hommes. Lancer les filets de jour et de nuit pour pêcher des âmes, ramener le plus de cœurs possibles au service du Royaume et de son Roi de gloire, le Christ. « Le Royaume des cieux est comparable à un filet que l’on a jeté dans la mer ».

Être pêcheur d’homme, c’est se dépenser sans compter par amour pour le Christ : tout faire pourvu qu’au moins une seule âme soit séduite par l’amour de notre Roi. Mourir sur le champ de bataille, comme un simple soldat, après avoir combattu le bon combat et conquis de nombreuses personnes pour Jésus-Christ. À Jean et à Jacques, il ne promet rien. Il les appelle seulement. C’est la partie plus personnelle de la vie avec le Christ.

Être avec lui, à ses pieds comme Marie, c’est l’essentiel pour un disciple. Est-ce que ces deux dimensions font partie intégrante de ma vie quotidienne ? Être avec Jésus, et l’annoncer ?

3. « Aussitôt, laissant leur barque et leur père, ils le suivirent ». Quelle attraction devait avoir Jésus pour que Jacques et Jean le suivent, et laissent leur père ! Quand cet homme, qu’ils avaient peut-être vu quelque fois auparavant en Galilée, s’approcha et leur parla, ils sentirent cette voix, la voix de Dieu, résonner au plus profond d’eux-mêmes. Cette voix si douce et si puissante fit frémir leur cœur : c’était la voix impérieuse et à en même temps amoureuse du Fils de Dieu. Jamais plus ils ne l’oublieraient. La voix de Dieu dans la vie de l’homme ne laisse pas indifférent. Mais est-ce que je l’écoute ? Est-ce que je la laisse toucher et subjuguer tout mon être ? Est-ce que je laisse tout pour le suivre ?

Dialogue avec le Christ

Jésus-Christ, un jour tu es passé dans ma vie, au bord du lac de mes habitudes et de mes projets ; ta voix a retenti. Tu m’as appelé par mon nom. Et tu m’appelles aujourd’hui encore. Ouvre mon cœur, rends-moi docile à ta voix. Fais qu’elle soit pour moi comme la voix du bien-aimé qui fait tressaillir tout mon être de bonheur ! Jésus-Christ, je veux te suivre, te donner ma vie, même au milieu de mes occupations quotidiennes. Tu es la seule vie qui vaille vraiment la peine ! Donne-moi ta grâce, la force de te répondre et de te suivre. Envoie-moi, fais que jamais je ne sois séparé de toi.


Résolution

À la fin de cette méditation, je ferai un acte d’offrande sans conditions de toute ma vie au Christ : « Seigneur, me voici. Envoie-moi où tu voudras ».

Frère Matthieu Boo d'Arc, LC

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8547
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Méditations avec les Légionnaires du Christ

Message non lupar jean_droit » lun. 30 nov. 2015, 11:53

« Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent »

Cette méditation est disponible au format audio: Ecouter en ligne.

Lundi 30 novembre 2015
Saint André, apôtre et martyr
Evangile selon St Matthieu chapitre 4, 18-22

Comme il marchait le long de la mer de Galilée, il vit deux frères, Simon, appelé Pierre, et son frère André, qui jetaient leurs filets dans la mer ; car c’étaient des pêcheurs.
Jésus leur dit : « Venez à ma suite, et je vous ferai pêcheurs d’hommes. »
Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent.
De là, il avança et il vit deux autres frères, Jacques, fils de Zébédée, et son frère Jean, qui étaient dans la barque avec leur père, en train de réparer leurs filets. Il les appela.
Aussitôt, laissant la barque et leur père, ils le suivirent.
Prière d'introduction

Ô mon Dieu, je viens me mettre en ta présence. Je viens t’écouter, parler avec toi, le roi des rois et le seul Dieu. Parce que tu m’appelles. Parle, ô Seigneur, ton serviteur écoute. Je crois que tu es présent ici, à mes côtés ; augmente ma foi. J’espère en la vie éternelle ; je l’attends avec joie et impatience, car je sais que tu l’as préparée pour moi. Augmente mon espérance. Je t’aime par-dessus toute chose, mais donne-moi de t’aimer aujourd’hui un peu plus.


Demande

Seigneur Jésus, donne-moi de grandir dans mon intimité avec toi, pour me transformer en toi !


Points de réflexion

1. « Il les appela ». Contemplons Jésus qui marche au bord du lac. Il y a là des pêcheurs à l’œuvre, non loin de la rive. Tout à coup, Jésus crie d’une voix forte : « Venez derrière moi ». Les deux pêcheurs arrêtent leur pêche immédiatement, rejoignent le rivage et le suivent !

Nous sommes habitués à ce passage, et pourtant… quelle force devait-il y avoir dans cet appel de Jésus pour que Pierre et André le suivent subitement ! Seul un Dieu pouvait parler ainsi. L’Évangile nous dit plus loin : « Jésus parlait avec autorité ». Comme Dieu, qui se promenait chaque soir dans le jardin de l’Eden et appelait Adam et Ève pour passer un moment avec eux. Ainsi Jésus, Dieu fait homme, passe sur la terre et la transforme par sa voix, sa parole, qui ne retourne pas à lui sans avoir porté son fruit.

2. « Venez derrière moi, et je vous ferai pêcheurs d'hommes ». Que leur promet Jésus, pour qu’ils le suivent ? À Pierre et André : devenir pêcheurs d’hommes. Lancer les filets de jour et de nuit pour pêcher des âmes, ramener le plus de cœurs possibles au service du Royaume et de son Roi de gloire, le Christ. « Le Royaume des cieux est comparable à un filet que l’on a jeté dans la mer ».

Être pêcheur d’homme, c’est se dépenser sans compter par amour pour le Christ : tout faire pourvu qu’au moins une seule âme soit séduite par l’amour de notre Roi. Mourir sur le champ de bataille, comme un simple soldat, après avoir combattu le bon combat et conquis de nombreuses personnes pour Jésus-Christ. À Jean et à Jacques, il ne promet rien. Il les appelle seulement. C’est la partie plus personnelle de la vie avec le Christ.

Être avec lui, à ses pieds comme Marie, c’est l’essentiel pour un disciple. Est-ce que ces deux dimensions font partie intégrante de ma vie quotidienne ? Être avec Jésus, et l’annoncer ?

3. « Aussitôt, laissant leur barque et leur père, ils le suivirent ». Quelle attraction devait avoir Jésus pour que Jacques et Jean le suivent, et laissent leur père ! Quand cet homme, qu’ils avaient peut-être vu quelque fois auparavant en Galilée, s’approcha et leur parla, ils sentirent cette voix, la voix de Dieu, résonner au plus profond d’eux-mêmes. Cette voix si douce et si puissante fit frémir leur cœur : c’était la voix impérieuse et à en même temps amoureuse du Fils de Dieu. Jamais plus ils ne l’oublieraient. La voix de Dieu dans la vie de l’homme ne laisse pas indifférent. Mais est-ce que je l’écoute ? Est-ce que je la laisse toucher et subjuguer tout mon être ? Est-ce que je laisse tout pour le suivre ?

Dialogue avec le Christ

Jésus-Christ, un jour tu es passé dans ma vie, au bord du lac de mes habitudes et de mes projets ; ta voix a retenti. Tu m’as appelé par mon nom. Et tu m’appelles aujourd’hui encore. Ouvre mon cœur, rends-moi docile à ta voix. Fais qu’elle soit pour moi comme la voix du bien-aimé qui fait tressaillir tout mon être de bonheur ! Jésus-Christ, je veux te suivre, te donner ma vie, même au milieu de mes occupations quotidiennes. Tu es la seule vie qui vaille vraiment la peine ! Donne-moi ta grâce, la force de te répondre et de te suivre. Envoie-moi, fais que jamais je ne sois séparé de toi.


Résolution

À la fin de cette méditation, je ferai un acte d’offrande sans conditions de toute ma vie au Christ : « Seigneur, me voici. Envoie-moi où tu voudras ».

Frère Matthieu Boo d'Arc, LC

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8547
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Méditations avec les Légionnaires du Christ

Message non lupar jean_droit » mer. 02 déc. 2015, 18:43

Mardi 01 décembre 2015
Dieu se révèle aux simples

Cette méditation est disponible au format audio: Ecouter en ligne.
Mardi 01 décembre 2015
Saint Éloi, évêque
Evangile selon St Luc chapitre 10, 21-24

À l’heure même, Jésus exulta de joie sous l’action de l’Esprit Saint, et il dit : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bienveillance.
Tout m’a été remis par mon Père. Personne ne connaît qui est le Fils, sinon le Père ; et personne ne connaît qui est le Père, sinon le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler. »
Puis il se tourna vers ses disciples et leur dit en particulier : « Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez !
Car, je vous le déclare : beaucoup de prophètes et de rois ont voulu voir ce que vous-mêmes voyez, et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l’ont pas entendu. »
Prière d'introduction

Seigneur, j’ai confiance en toi. Je sais que toute ma vie, tout ce que je suis dépend de toi. Tu m’as tout donné. Je veux me remettre à toi, Seigneur.


Demande

Avoir un cœur simple.


Points de réflexion

1. Ce petit passage de l’Évangile de Luc se situe après le retour des disciples de Jésus de la mission pour laquelle il les avait envoyés. Les disciples sont rentrés pleins de joie et d’émerveillement, après avoir pu parler de Jésus, guérir des malades et chasser des esprits mauvais. Et Jésus, après avoir écouté ses disciples, rend grâce à son Père, car ce qu’il a caché aux sages et aux savants, il l’a révélé aux tout-petits.

2. Nous retrouvons ici l’un des aspects importants que nous pourrons contempler le jour de Noël. Jésus est né dans la pauvreté et la simplicité. Sa mère, Marie, est une femme humble, et Joseph, son époux, un simple artisan. Et les premiers qui pourront contempler le Fils de Dieu fait homme seront aussi des gens simples : les bergers des environs de Bethléem. Cette importance de la simplicité dans la vie de Jésus continuera dans la vie de l’Église et des saints. À Lourdes, la sainte Vierge apparaît à Bernadette, une pauvre jeune fille. À Lisieux, sainte Thérèse, qui n’a pas fait de longues études et qui vit une existence toute simple au carmel, exprimera mieux que personne de profondes vérités théologiques et spirituelles.

3. Pour recevoir le message de Jésus, pour pouvoir s’approcher de lui et le connaître, il importe donc d’avoir un cœur simple. Une simplicité qu’il est difficile de décrire exactement avec des mots, mais dont on ressent bien ce qu’elle est en contemplant la sainte Vierge, Joseph, les bergers,… L’important n’est au fond pas tellement la condition sociale ou la richesse, mais l’attitude intérieure. Jésus a dit que pour entrer dans le Royaume, il faut ressembler à un enfant. Ne pas se prendre pour quelqu’un d’important, à qui des choses sont dues, qui a droit à de la considération, qui doit maintenir une certaine image de lui-même. Au contraire, il s’agit de se reconnaître comme un enfant, un enfant de notre Père du Ciel, et de nous abandonner dans ses bras.

Dialogue avec le Christ

Seigneur, tu parles le langage de l’amour. Un langage qui parle au cœur, et que tous les hommes peuvent comprendre. Un langage que l’on comprend bien mieux si l’on a un cœur simple, un cœur qui ne se regarde pas trop soi-même, un cœur qui sache aimer. Donne-moi un cœur simple, Jésus.

Résolution

Apprendre à vivre l’abandon, en acceptant avec simplicité les petites difficultés qui peuvent se présenter dans ma journée, sans me plaindre constamment, ne serait-ce qu’intérieurement.

Frère Jean Marie Fornerod, LC

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8547
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Méditations avec les Légionnaires du Christ

Message non lupar jean_droit » mer. 02 déc. 2015, 18:48

Jésus, médecin de nos âmes

Cette méditation est disponible au format audio: Ecouter en ligne.
Mercredi 02 décembre 2015
Sainte Bibiane, vierge et martyre
Evangile selon St Matthieu chapitre 15, 29-37

Jésus partit de là et arriva près de la mer de Galilée. Il gravit la montagne et là, il s’assit.
De grandes foules s’approchèrent de lui, avec des boiteux, des aveugles, des estropiés, des muets, et beaucoup d’autres encore ; on les déposa à ses pieds et il les guérit.
Alors la foule était dans l’admiration en voyant des muets qui parlaient, des estropiés rétablis, des boiteux qui marchaient, des aveugles qui voyaient ; et ils rendirent gloire au Dieu d’Israël.
Jésus appela ses disciples et leur dit : « Je suis saisi de compassion pour cette foule, car depuis trois jours déjà ils restent auprès de moi, et n’ont rien à manger. Je ne veux pas les renvoyer à jeun, ils pourraient défaillir en chemin. »
Les disciples lui disent : « Où trouverons-nous dans un désert assez de pain pour rassasier une telle foule ? »
Jésus leur demanda : « Combien de pains avez-vous ? » Ils dirent : « Sept, et quelques petits poissons. »
Alors il ordonna à la foule de s’asseoir par terre.
Il prit les sept pains et les poissons ; rendant grâce, il les rompit, et il les donnait aux disciples, et les disciples aux foules.
Tous mangèrent et furent rassasiés. On ramassa les morceaux qui restaient : cela faisait sept corbeilles pleines.
Prière d'introduction

Seigneur Dieu, je crois en toi. Je crois que tu es mon Créateur, que de toi j’ai tout reçu. Sans toi je n’aurais même pas la possibilité d’exister. C’est toi qui donnes un sens à ma vie.

Demande

Savoir se laisser toucher par Jésus.


Points de réflexion

1. Depuis le drame du péché originel, lorsque l’homme, désobéissant à Dieu, a rompu cette harmonie qu’il y avait entre lui, la création et le Créateur, le chemin de l’homme sur la terre est semé d’embûches, de souffrances, d’événements apparemment incompréhensibles. L’homme est en quête de sens pour sa vie ; et en recherche d’aide, de consolation, en face du mal qu’il trouve dans le monde, et devant le mal qu’il trouve en lui-même.

2. C’est dans ce contexte que nous pouvons comprendre le mystère de l’Incarnation, mystère de la venue du Fils de Dieu sur la terre. Mystère qui est aussi éclairé par toute la vie de Jésus, comme nous le raconte l’Évangile. Dans ce passage nous contemplons Jésus, qui, installé au bord du lac, voit venir à lui de nombreux infirmes et malades, et se met à les guérir. Ensuite, en voyant la foule qui s’est rassemblée autour de lui, et qui n’a pas de quoi manger, il opère le miracle de la multiplication des pains, pour que tous puissent se rassasier.

3. Ces malades et ces personnes qui ont faim, nous en faisons, nous aussi, partie. Chacun de nous a ses difficultés, ses problèmes, ses chutes, une soif de quelque chose de mieux, qui puisse emplir son âme et son cœur. C’est pour cela que Jésus est venu. L’homme privé de sa relation avec Dieu, avec son Créateur, ne trouve plus de sens à sa vie, et n’a pas non plus les forces de la mener à son terme comme il le voudrait. En Jésus, nous trouvons le médecin qui nous guérit de toutes nos infirmités, et qui nous donne la saine nourriture dont notre âme a besoin.

Dialogue avec le Christ

Seigneur, tu ne te contentes pas de venir pour me guérir, mais tu veux en plus devenir mon ami. Et dans la présence eucharistique, tu es resté avec moi, sur la terre. Je ne veux pas t’oublier, Seigneur, moi aussi, je veux être ton ami.

Résolution

Apprendre à confier mes problèmes à Jésus.


Frère Jean Marie Fornerod, LC

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8547
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Méditations avec les Légionnaires du Christ

Message non lupar jean_droit » jeu. 03 déc. 2015, 17:41

Construire sa vie avec Jésus

Cette méditation est disponible au format audio: Ecouter en ligne.
Jeudi 03 décembre 2015
Saint François-Xavier, prêtre
Evangile selon St Matthieu chapitre 7, 21-27

Ce n’est pas en me disant : “Seigneur, Seigneur !” qu’on entrera dans le royaume des Cieux, mais c’est en faisant la volonté de mon Père qui est aux cieux.
Ainsi, celui qui entend les paroles que je dis là et les met en pratique est comparable à un homme prévoyant qui a construit sa maison sur le roc.
La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, les vents ont soufflé et se sont abattus sur cette maison ; la maison ne s’est pas écroulée, car elle était fondée sur le roc.
Et celui qui entend de moi ces paroles sans les mettre en pratique est comparable à un homme insensé qui a construit sa maison sur le sable.
La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, les vents ont soufflé, ils sont venus battre cette maison ; la maison s’est écroulée, et son écroulement a été complet. »
Prière d'introduction

Seigneur, j’ai confiance en toi. Mon espérance est en toi. Je viens me mettre à ton écoute. Aide-moi à écouter et à comprendre ta parole.

Demande

Savoir vivre les enseignements de Jésus.


Points de réflexion

1. Ce passage de l’Évangile de saint Matthieu conclut le discours sur la montagne, qui avait commencé avec les béatitudes. Ce discours, constitué de conseils qui touchent différents thèmes, comme la prière, le pardon, l’abandon à la Providence, se termine donc avec cette petite parabole, où nous voyons un homme qui construit sa maison sur le roc, qui est l’homme qui construit sa vie en suivant les conseils de Jésus ; et un autre qui construit, lui, sa maison sur le sable, tel l’homme qui vit sans tenir compte de ce que Jésus a dit.

2. Devant Jésus, et devant ses paroles, il y a donc un choix à faire, un parti à prendre. Et cela, on le voit dès le début de la vie de Jésus. Dès sa naissance, des personnes l’accueillent avec joie, et d’autres à qui sa venue fait peur, vont s’opposer à lui. Les bergers et les rois mages, qui ont reçu, par des moyens différents, la nouvelle de la venue au monde de Jésus, viennent lui rendre hommage et se prosterner devant lui. Tandis qu’Hérode, qui régnait alors sur la Palestine, apprenant que Jésus est né, prend peur, et décide de le tuer, jusqu’à provoquer le drame du massacre des innocents.

3. Ce choix, nous aussi nous devons le faire. Les paroles de Jésus ne peuvent pas nous laisser indifférents, car ce sont des paroles qui concernent notre vie, parfois jusque dans ce qu’elle a de plus concret. Les enseignements de Jésus, sur le détachement du cœur des biens de ce monde, sur le pardon, sur la confiance en Dieu, sur la charité envers le prochain, nous pouvons choisir, ou non, de les vivre. Si nous le faisons, nous serons comme cet homme qui bâtit sa maison sur le roc. Elle ne sera peut-être pas parfaite du premier coup, mais au moins elle sera solide, elle ne s’effondrera pas au premier coup de vent. Tandis que si nous choisissons de ne pas tenir compte de ce que nous dit Jésus, et que nous préférons suivre notre propre manière de voir les choses, nous pourrons avoir l’impression de bâtir une belle maison, mais quand surviendra une épreuve suffisamment importante, le matériau avec lequel nous avons bâti notre vie, comme la maison de cet Évangile, a de grandes chances de s’écrouler.

Dialogue avec le Christ

Seigneur, je crois que tu es Dieu, que tu es mon Créateur, que tu me connais mieux que moi-même. Pour cela je veux te suivre. C’est la meilleure chose que je puisse faire. La meilleure manière de conduire ma vie.

Résolution

Relire les chapitres 5, 6 et 7 de saint Matthieu, et regarder s’il n’y a pas des choses que je pourrais changer dans ma vie, pour vivre plus selon l’Évangile.


Frère Jean Marie Fornerod, LC

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8547
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Méditations avec les Légionnaires du Christ

Message non lupar jean_droit » ven. 04 déc. 2015, 11:43

La vision de la foi

Cette méditation est disponible au format audio: Ecouter en ligne.
Vendredi 04 décembre 2015
Saint Jean de Damas, prêtre et docteur de l'Église
Evangile selon St Matthieu chapitre 9, 27-31

Tandis que Jésus s’en allait, deux aveugles le suivirent, en criant : « Prends pitié de nous, fils de David ! »
Quand il fut entré dans la maison, les aveugles s’approchèrent de lui, et Jésus leur dit : « Croyez-vous que je peux faire cela ? » Ils lui répondirent : « Oui, Seigneur. »
Alors il leur toucha les yeux, en disant : « Que tout se passe pour vous selon votre foi ! »
Leurs yeux s’ouvrirent, et Jésus leur dit avec fermeté : « Attention ! Que personne ne le sache ! » Mais, une fois sortis, ils parlèrent de lui dans toute la région.
Prière d'introduction

Seigneur, je crois en toi. Je crois que tu es le Fils de Dieu fait homme. Je crois que tu es venu sur la terre pour moi, pour me guérir de mon aveuglement. Aide-moi à voir les choses comme tu les vois Seigneur.

Demande

Grandir dans la foi.

Points de réflexion

1. Jésus vient de guérir une femme gravement malade, et de rendre à la vie la fille d’un des notables de la région. Et voilà, alors qu’il se rend vers la maison qui lui sert de résidence, que deux aveugles se mettent à la suivre, en lui demandant d’avoir pitié d’eux, c'est-à-dire de leur rendre la vue. Jésus les laisse le suivre jusqu’à la maison, et une fois arrivé, il leur pose une question pour qu’ils puissent lui dire qu’ils croient vraiment en lui. Après avoir écouté leur déclaration de foi, Jésus les guérit avec un simple geste, en leur touchant les yeux.

2. Dans un sens nous sommes nous aussi aveugles. Pas forcément à cause d’un problème avec nos yeux, mais parce que, à cause du péché originel, nous ne sommes plus toujours capables de reconnaître ce qui est bien et ce qui est mal, et même, quand nous distinguons correctement ce qui est bien et ce qui est mal, nous ne choisissons pas toujours de faire ce qui est bien. Cet aveuglement, Jésus est venu nous aider à le corriger. Par sa vie et par ses paroles il nous rend la vue. Il nous rend une juste vision de ce qui est bien et de ce qui est mal, de ce qu’il faut faire et de ce qu’il ne faut pas faire dans notre vie. Mais pour cela il faut avoir la foi. Sans la foi, comment reconnaître en Jésus celui qui est capable de faire ce miracle, de faire que des aveugles puissent voir à nouveau ?

3. Ensuite, Jésus leur demande de ne pas parler autour d’eux de ce qui vient de se passer. Il est vrai que ce que leur demande Jésus parait presque impossible. Comment deux hommes aveugles, qui viennent de retrouver la vue, pourraient-ils ne pas faire partager leur joie autour d’eux ? Et cependant, ils avaient une grande foi en Jésus pour leur guérison. Jésus ne leur a rien demandé pour les guérir, ne pouvaient-ils pas respecter cette seule consigne qu’il leur a donnée ? Dieu ne donne pas ses grâces sous conditions. Il donne à celui qui lui demande. Apprenons donc à lui rester fidèles, à croire en lui, dans la peine ou dans la joie, dans la tristesse ou l’enthousiasme. Dieu mérite d’avoir la première place dans notre vie. Nous ne pouvons pas nous intéresser à lui, seulement quand il nous semble que nous avons besoin de lui. En réalité, nous avons toujours besoin de lui.

Dialogue avec le Christ

Seigneur, aide-moi à te faire confiance en tout. Quand tu peux me donner une chose qui me plaît, et aussi quand tu me demandes quelque chose que je ne comprends pas, qui va contre ce que je voudrais faire. Sois mon guide en tout, Jésus.

Résolution

Penser à prier, à remercier le Seigneur, quand tout va bien, quand je n’ai rien à lui demander, et lui dire que je suis prêt à faire ce qu’il me demande.


Frère Jean Marie Fornerod, LC


Revenir vers « Méditations »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invités