Méditations avec les Légionnaires du Christ

« Mon âme aspire vers toi pendant la nuit, mon esprit te cherche dès le matin. » (Is 26.9)
Règles du forum
Forum de partage de méditations chrétiennes
jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8541
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Méditations avec les Légionnaires du Christ

Message non lu par jean_droit » mar. 08 sept. 2015, 9:51

Méditation provenant des légionnaires du Christ :
En Marie humilité et magnanimité vont de pair

Cette méditation est disponible au format audio: Ecouter en ligne.
Mardi 08 septembre 2015

Nativité de la Vierge Marie

Evangile selon St Matthieu chapitre 1, 1-23
Généalogie de Jésus, Christ, fils de David, fils d’Abraham.
Abraham engendra Isaac, Isaac engendra Jacob, Jacob engendra Juda et ses frères, Juda, de son union avec Thamar, engendra Pharès et Zara, Pharès engendra Esrom, Esrom engendra Aram, Aram engendra Aminadab, Aminadab engendra Naassone, Naassone engendra Salmone, Salmone, de son union avec Rahab, engendra Booz, Booz, de son union avec Ruth, engendra Jobed, Jobed engendra Jessé, Jessé engendra le roi David. David, de son union avec la femme d’Ourias, engendra Salomon, Salomon engendra Roboam, Roboam engendra Abia, Abia engendra Asa, Asa engendra Josaphat, Josaphat engendra Joram, Joram engendra Ozias, Ozias engendra Joatham, Joatham engendra Acaz, Acaz engendra Ézékias, Ézékias engendra Manassé, Manassé engendra Amone, Amone engendra Josias, Josias engendra Jékonias et ses frères à l’époque de l’exil à Babylone.
Après l’exil à Babylone, Jékonias engendra Salathiel, Salathiel engendra Zorobabel, Zorobabel engendra Abioud, Abioud engendra Éliakim, Éliakim engendra Azor, Azor engendra Sadok, Sadok engendra Akim, Akim engendra Élioud, Élioud engendra Éléazar, Éléazar engendra Mattane, Mattane engendra Jacob, Jacob engendra Joseph, l’époux de Marie, de laquelle fut engendré Jésus, que l’on appelle Christ.
Or, voici comment fut engendré Jésus Christ : Marie, sa mère, avait été accordée en mariage à Joseph ; avant qu’ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l’action de l’Esprit Saint. Joseph, son époux, qui était un homme juste, et ne voulait pas la dénoncer publiquement, décida de la renvoyer en secret.
Comme il avait formé ce projet, voici que l’ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse, puisque l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint ; elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus (c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. »
Tout cela est arrivé pour que soit accomplie la parole du Seigneur prononcée par le prophète : Voici que la Vierge concevra, et elle enfantera un fils ; on lui donnera le nom d’Emmanuel, qui se traduit : « Dieu-avec-nous ».

Prière d'introduction

Marie, quel cœur simple et humble ! Et à la fois quelle capacité de reconnaître l’œuvre grande que Dieu fait en elle ! Quelle beauté dans ton cœur ! Marie, nous voilà tes enfants, qui aujourd’hui voulons tout spécialement nous mettre à ton écoute. Comme tu l’as fait pour tes apôtres et surtout avec saint Jean, enseigne-nous ta façon de vivre, et la relation juste à Dieu, aux personnes et au monde.
Demande

Marie, nous te demandons aujourd’hui, en espérant que ce ne soit pas seulement aujourd’hui, de pouvoir entrer un peu dans l’intimité de ton cœur. Montre-nous comment tu ressens, tu perçois, tu accueilles et tu te donnes aux autres et surtout à ton Seigneur. Il est aussi mon Seigneur ; j’aimerai tellement pouvoir vivre ma vie comme toi !
Points de réflexion

1. Essayons d’entrer dans le mystère du cœur de Marie. Nous avons écouté dans l’Évangile son « silence ». Elle a reçut l’annonce de l’ange, elle est promise à Joseph. Elle ne va pas rencontrer Joseph pour lui expliquer. Elle choisit le silence et elle choisit d’attendre. Pour quoi Marie réagit-elle comme cela ? Elle sait qu’elle, elle n’a rien à dire. Dieu, qui a eu l’initiative envers elle, aura aussi l’initiative envers Joseph. Quelle force d’âme pour choisir ainsi le silence dans une situation si délicate. Quelle foi et quel respect envers Dieu ! Elle sait que c’est son plan de salut, que ce n’est pas son affaire ; ou plus encore, elle sait que Dieu est présent là, maintenant, comme il l’a été et il est toujours présent à ses côtés, et maintenant en elle. Cette présence est forte, elle comble le vide, le « silence » que nous percevons. Peut-être Marie percevait-elle tellement la présence de Dieu dans le monde, que pour elle il n’y avait pas de vide, de silence, mais au contraire une grande et forte présence de Dieu.

2. Oui ! Le Seigneur fit pour elle des merveilles ! Marie qui vivait en présence de Dieu, qui était habité déjà par lui, par sa Parole a quand même reçu une manifestation physique de Dieu. La présence, forte mais qui est dans notre vie toujours voilée, il l’a manifestée à Marie corporellement, il lui a montré avec son Incarnation et il lui a dit son amour de prédilection pour sa créature. Et Marie face à cette manifestation de Dieu ne se tait pas. Maintenant elle proclame, elle chante, elle tressaille à cause de son Dieu. Et que chante-t-elle ? Les merveilles que Dieu a fit en elle ; elle proclame qu’il l’a « vêtue des vêtements du salut », « couverte du manteau de justice », que « désormais tous les âges me diront bienheureuse ». Oui, Marie sait reconnaître le don de Dieu en elle. Comme c’est beau et grand aux yeux du Seigneur de reconnaître son œuvre en nous et dans le monde.
Dialogue avec le Christ

Marie, aide-nous, demande à Jésus de transformer notre cœur. Nous voulons aussi être la joie de notre Dieu. Nous voulons aussi vivre humblement, laisser à Dieu toute sa place, et à la fois chanter, dire et le louer pour les belles œuvres qu’il fait dans le monde et en nous. Ouvre-nous les yeux Marie, prend pitié de nous. Ô Marie, Vierge heureuse et bénie, permettez-moi de m'approcher de votre berceau, et de joindre mes louanges à celles que vous rendent les anges qui vous entourent, heureux d'être les témoins des merveilles de votre naissance. Agenouillé devant vous, je vous fais l'offrande de mon cœur ; Reine du ciel et de la terre, recevez-moi et gardez-moi. Je vous salue, Marie, Ô fruit de pureté ! La terre maudite s'étonne d'avoir pu vous produire. Ô Marie, pleine de grâces, vous relevez l'espoir des enfants d'Eve chassé du paradis et vous ranimez leur confiance. Au jour de votre entrée dans le monde, nous avons relevé nos fronts abattus : votre naissance annonce celle du Rédempteur, comme l'aurore annonce la venue du jour. Je vous salue, Marie, Ô étoile de Jacob ! Le soleil de justice va se lever, le jour de la grâce va luire, et c'est vous qui avez hâté sa venue. Vos désirs, plus ardents que ceux des patriarches et des prophètes, attirent le véritable Emmanuel dans votre sein, et c'est à vous qu'il appartiendra de nous donner le Verbe fait chair. Que vos saintes mains, Ô Marie, répandent dans mon cœur avec profusion l'humilité, l'innocence, la simplicité, la douceur et la charité : Que ces vertus de votre cœur saisissent le mien pour que j'appartienne avec vous au Christ, mon Seigneur, et qu'en lui je sache offrir le bien que je fais et le mal que je souffre pour la plus grande gloire de Dieu qui est le salut des pécheurs.
Résolution

Aujourd’hui, reconnais la présence de Dieu dans ta vie, et remercie-le pour ses dons.

Sabine Laxague, consacrée de Regnum Christi

Avatar de l’utilisateur
Marie du 65
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1746
Inscription : ven. 10 avr. 2015, 21:00
Localisation : LOURDES 65100

Re: En l'occasion de la fête de la naissance de Marie

Message non lu par Marie du 65 » mar. 08 sept. 2015, 12:02

Image

En ce beau jour de septembre, fêtons la naissance de la Vierge Marie!!!

Marie est aussi celle qui irradie la terre de ses grâces, elle réchauffe les âmes, apaise les coeurs, guérit les meurtrissures de l'âme et du corps, guérit ou soulage les malades et protège de son manteau ceux qui la prient!!

Merci Maman Marie!!!!
Tu Aimeras ton Prochain comme Toi-même

Près de Notre Saint Père

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8541
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Méditations avec les Légionnaires du Christ

Message non lu par jean_droit » jeu. 10 sept. 2015, 9:56

Méditation des Légionnaires du Christ

L'Evangile du jour est tout à fait en prise avec l'actualité .......
Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux »

Cette méditation est disponible au format audio: Ecouter en ligne.
Jeudi 10 septembre 2015
Bienheureuse Inès, martyre

Evangile selon St Luc chapitre 6, 27-38

Mais je vous le dis, à vous qui m’écoutez : Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent.
Souhaitez du bien à ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous calomnient.
À celui qui te frappe sur une joue, présente l’autre joue. À celui qui te prend ton manteau, ne refuse pas ta tunique. Donne à quiconque te demande, et à qui prend ton bien, ne le réclame pas. Ce que vous voulez que les autres fassent pour vous, faites-le aussi pour eux.
Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle reconnaissance méritez-vous ? Même les pécheurs aiment ceux qui les aiment.
Si vous faites du bien à ceux qui vous en font, quelle reconnaissance méritez-vous ? Même les pécheurs en font autant.
Si vous prêtez à ceux dont vous espérez recevoir en retour, quelle reconnaissance méritez-vous ? Même les pécheurs prêtent aux pécheurs pour qu’on leur rende l’équivalent.
Au contraire, aimez vos ennemis, faites du bien et prêtez sans rien espérer en retour. Alors votre récompense sera grande, et vous serez les fils du Très-Haut, car lui, il est bon pour les ingrats et les méchants.
Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux.
Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés ; ne condamnez pas, et vous ne serez pas condamnés. Pardonnez, et vous serez pardonnés.
Donnez, et l’on vous donnera : c’est une mesure bien pleine, tassée, secouée, débordante, qui sera versée dans le pan de votre vêtement ; car la mesure dont vous vous servez pour les autres servira de mesure aussi pour vous. »

Prière d'introduction
Merci, Seigneur, pour le don de la vie et pour ton amour que tu me donnes sans compter chaque jour. Donne-moi d’aimer à mon tour sans chercher de récompense.
Demande

Seigneur, donne-moi la grâce de voir toujours dans les autres une personne créée et aimée de toi, appelée à la sainteté et digne de mon amour afin de pouvoir m’approcher des gens que je rencontre avec charité chrétienne.

Points de réflexion

1. Ce passage de l’Évangile, en premier lieu, nous choque car il va contre la logique humaine de l’amour, qui se donne dans une relation de confiance et avec des personnes qui nous sont proches. Le Christ nous demande de dépasser la conception humaine de l’amour exclusif envers nos proches, pour nous ouvrir aussi à ceux qui nous font du mal, à nos ennemis.

2. Le Christ a un dessein sur toute l’humanité et veut apporter la grâce de la Rédemption et de la filiation divine à tous. Et ceci à travers des médiations humaines : il se fait connaître par ses fils et nous demande donc de transmettre l’amour qu’il nous a montré par son incarnation, Passion, mort et Résurrection aux bons et aux méchants, à nos amis et à nos ennemis. C’est pourquoi ce précepte d’aimer nos ennemis est si important : il nous pousse à sortir de la logique humaine pour montrer la logique divine de l’amour et du don inconditionnel de soi. Dans ce sens-là, nous devons être miséricordieux comme notre Père est miséricordieux.

3. La logique divine de l’amour a une autre échelle de valeurs, et en cela nous trouvons une grande différence : nous voyons bien, en effet, que les biens de ce monde sont importants dans la mesure où ils nous aident à vivre et à progresser spirituellement dans notre union avec le Seigneur. Dans cette optique-là, les offenses et les biens de ce monde valent moins qu’un acte d’amour envers mon prochain, qui a besoin de connaître la miséricorde de Dieu. C’est ainsi que, s’opposant à la loi du talion (œil pour œil et dent pour dent), le Seigneur nous demande de ne pas juger, de ne pas condamner, de pardonner et de donner.

Dialogue avec le Christ

Seigneur Jésus, je veux comprendre la logique divine de l’amour et du don : donne-moi la grâce de m’approcher toujours plus de ton exemple inconditionnel de don sur la croix.


Résolution
Faire un acte de charité dans la journée envers une personne avec laquelle je ne m’entends pas très bien.

Frère Antoine-Marie de Barbarin, LC

Lysdefrance
Censor
Censor
Messages : 76
Inscription : mer. 15 avr. 2015, 10:44
Conviction : Catholique

Re: Soyez miséricordieux comme votre père est miséricordieux

Message non lu par Lysdefrance » jeu. 10 sept. 2015, 11:03

pas évident !

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8541
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Construire la maison de ma vie sur le rocher du Christ

Message non lu par jean_droit » sam. 12 sept. 2015, 8:40

Des Légionnaires du Christ :
« Pourquoi m’appelez-vous en disant : “Seigneur ! Seigneur !” Et ne faites-vous pas ce que je dis ? »

Cette méditation est disponible au format audio: Ecouter en ligne.
Samedi 12 septembre 2015

Le Saint Nom de Marie

Evangile selon St Luc chapitre 6, 43-49

Un bon arbre ne donne pas de fruit pourri ; jamais non plus un arbre qui pourrit ne donne de bon fruit. Chaque arbre, en effet, se reconnaît à son fruit : on ne cueille pas des figues sur des épines ; on ne vendange pas non plus du raisin sur des ronces.
L’homme bon tire le bien du trésor de son cœur qui est bon ; et l’homme mauvais tire le mal de son cœur qui est mauvais : car ce que dit la bouche, c’est ce qui déborde du cœur.
Et pourquoi m’appelez-vous en disant : “Seigneur ! Seigneur !” Et ne faites-vous pas ce que je dis ?
Quiconque vient à moi, écoute mes paroles et les met en pratique, je vais vous montrer à qui il ressemble.
Il ressemble à celui qui construit une maison. Il a creusé très profond et il a posé les fondations sur le roc. Quand est venue l’inondation, le torrent s’est précipité sur cette maison, mais il n’a pas pu l’ébranler parce qu’elle était bien construite.
Mais celui qui a écouté et n’a pas mis en pratique ressemble à celui qui a construit sa maison à même le sol, sans fondations. Le torrent s’est précipité sur elle, et aussitôt elle s’est effondrée ; la destruction de cette maison a été complète. »
Prière d'introduction

« Je t'aime, Seigneur, ma force : Seigneur, mon roc, ma forteresse, Dieu mon libérateur, le rocher qui m'abrite, mon bouclier, mon fort, mon arme de victoire ! Louange à Dieu ! »
(Ps 17).
Demande

Construire la maison de ma vie sur le rocher du Christ.

Points de réflexion

1. Construire sa vie sur le Christ selon saint Bède et saint Basile. Pour cette méditation, nous écoutons d’abord les commentaires de saint Basile et de saint Bède, pères de l’Église des Ve et VIIIe siècles après le Christ quand ils parlent de la personne qui construit sa vie sur la Parole de Dieu, et le torrent qui menace cette construction.
Construire sur le roc, pour saint Bède veut dire « creuser bien avant, à l'aide des préceptes de l'humilité, enlever tout ce qui est terrestre ». Quand le croyant a bien creusé, il peut poser sa vie sur le Christ comme le dit saint Basile : « Poser le fondement sur la pierre, c'est s'appuyer sur la foi de Jésus-Christ, pour demeurer ferme dans l'adversité, soit qu'elle vienne des hommes, soit qu'elle vienne de Dieu ».

Quel est le torrent ou l’adversité dont parle l’Évangile ? Bède le voit comme un débordement qui arrive de trois manières : « sous l'influence des esprits immondes, par l'agitation des méchants, par le trouble de l'âme ou de la chair ». Pourquoi tomberions-nous ? Bède explique : « Plus les hommes mettent leur confiance dans leurs propres forces, plus aussi leur chute est grande, et plus ils s'appuient sur la pierre invincible, plus ils sont inébranlables ».

2. Creuser et enlever pour poser le fondement. Souvent dans notre vie spirituelle, il nous semble que nous creusons et nous enlevons en continu. Nos efforts n’ont pas de récompense ni, parfois, de sens. La vie peut sembler vide. Pourtant, c’est dans ce vide que nous pouvons poser un acte de foi nu dans le Christ : « Seigneur, ma vie se fonde sur toi, et non sur mes avis, mes décisions ou mes sentiments ». Construire sur le roc n’est pas s’arrêter quand le travail fatigue, sinon continuer jusqu’au profond de l’abîme en croyant que nous trouverons le Christ et en le cherchant sans relâche.

Ainsi dans la lettre aux Hébreux (6, 10-11) : « Dieu n’est pas injuste : il n’oublie pas votre action ni l’amour que vous avez manifesté à son égard, en vous mettant au service des fidèles et en vous y tenant. Notre désir est que chacun d’entre vous manifeste le même empressement jusqu’à la fin, pour que votre espérance se réalise pleinement ; ne devenez pas paresseux, imitez plutôt ceux qui, par la foi et la persévérance, obtiennent l’héritage promis ».

3. Les torrents. Saint Bède parle de trois torrents : ceux qui viennent de la tentation, ceux qui viennent de l’injustice des hommes, et ceux qui sont des troubles du corps, de la santé, ou bien de l’âme ou la psyché. Pourquoi ces troubles peuvent-ils arracher le fondement de notre foi ? Selon Bède, c’est parce que nous trouvons notre appui sur nous-mêmes et non pas sur le Christ. Autrement dit, si nous construisons le sens et le but de notre existence sur l’amour du Christ, nous sommes inébranlables.
Dialogue avec le Christ

Quelle difficulté dans ma vie me sépare de l’amour du Christ ? « Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? Qui pourra nous séparer de l’amour du Christ ? La détresse ? L’angoisse ? La persécution ? La faim ? Le dénuement ? Le danger ? Le glaive ? Mais, en tout cela nous sommes les grands vainqueurs grâce à celui qui nous a aimés. J’en ai la certitude : ni la mort ni la vie, ni les anges ni les Principautés célestes, ni le présent ni l’avenir, ni les Puissances, ni les hauteurs, ni les abîmes, ni aucune autre créature, rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu qui est dans le Christ Jésus notre Seigneur » (Rm 8, 31.35.37-39).
Résolution

Regarder ce qui me sépare du Christ et choisir de reprendre l’effort nécessaire pour renouer avec lui.

Sarah Cleary, consacrée de Regnum Christi

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8541
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

La bonne terre

Message non lu par jean_droit » sam. 19 sept. 2015, 10:06

Envoyée par les Légionnaires du Christ.

Remarque :

Je voudrais ajouter que cet Evangile concerne aussi toute l'Eglise, nos diocèses et nos paroisses.

A nous, à chacun de nous, à nos communautés paroissiales de préparer, avec l'aide du Saint Esprit, la "bonne terre" pour que naisse de nouvelles vocations, de nouveaux chrétiens par le baptême ...
« Et ce qui est tombé dans la bonne terre, ce sont les gens qui ont entendu la Parole dans un cœur bon et généreux »

Cette méditation est disponible au format audio: Ecouter en ligne.
Samedi 19 septembre 2015
Saint Janvier, évêque et martyr

Evangile selon St Luc chapitre 8, 4-15

Comme une grande foule se rassemblait, et que de chaque ville on venait vers Jésus, il dit dans une parabole : « Le semeur sortit pour semer la semence, et comme il semait, il en tomba au bord du chemin. Les passants la piétinèrent, et les oiseaux du ciel mangèrent tout.

Il en tomba aussi dans les pierres, elle poussa et elle sécha parce qu’elle n’avait pas d’humidité. Il en tomba aussi au milieu des ronces, et les ronces, en poussant avec elle, l’étouffèrent. Il en tomba enfin dans la bonne terre, elle poussa et elle donna du fruit au centuple. » Disant cela, il éleva la voix : « Celui qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende ! » Ses disciples lui demandaient ce que signifiait cette parabole.

Il leur déclara : « À vous il est donné de connaître les mystères du royaume de Dieu, mais les autres n’ont que les paraboles. Ainsi, comme il est écrit : Ils regardent sans regarder, ils entendent sans comprendre.

Voici ce que signifie la parabole. La semence, c’est la parole de Dieu.

Il y a ceux qui sont au bord du chemin : ceux-là ont entendu ; puis le diable survient et il enlève de leur cœur la Parole, pour les empêcher de croire et d’être sauvés.

Il y a ceux qui sont dans les pierres : lorsqu’ils entendent, ils accueillent la Parole avec joie ; mais ils n’ont pas de racines, ils croient pour un moment et, au moment de l’épreuve, ils abandonnent. Ce qui est tombé dans les ronces, ce sont les gens qui ont entendu, mais qui sont étouffés, chemin faisant, par les soucis, la richesse et les plaisirs de la vie, et ne parviennent pas à maturité.

Et ce qui est tombé dans la bonne terre, ce sont les gens qui ont entendu la Parole dans un cœur bon et généreux, qui la retiennent et portent du fruit par leur persévérance.
Prière d'introduction

Dieu notre Père, je me présente devant toi aujourd’hui avec un cœur plein de gratitude pour la foi que tu as semée dans le terroir de mon cœur. Je t’aime profondément et je veux mettre en toi tout mon espoir aujourd’hui.
Demande

Seigneur, Jésus donne-moi un cœur attentif à ta Parole pour que ta semence puisse produire du fruit dans ma journée.

Points de réflexion

1. Cette parabole du Seigneur nous fait comprendre que la vie spirituelle, la vie de communion avec Dieu, est un vrai combat. Autant nous pouvons faire alliance avec Dieu et comptez sur son assistance dans notre vie pour persévérer dans son amitié, autant il y a aussi un ennemi de notre âme qui ne regarde pas du tout d’un œil bienveillant notre communion avec Dieu et il cherche à tout prix à nous en priver en nous proposant des alternatives à Dieu, nos péchés. Satan a une jalousie terrible pour les hommes qui entrent en alliance avec le Seigneur parce que c’est justement ce qu’il a perdu en se rebellant contre Dieu. Saint Cyprien dans son œuvre « De Zelo et livore » nous explique que la motivation principale du tentateur au moment de la tentation d’Adam et Ève était la jalousie. Dieu vient semer en nous sa Parole et si souvent il est arrêté dans son élan par nos péchés qui nous font tourner le dos à sa grâce au moment même où nous la recevons. C’est le grain qui est tombé sur le bord du chemin. Ainsi que le commente le P. Pascal Ide dans son livre Les sept péché capitaux (Ed. Mame, 2002, p. 10), « nous éprouvons de grandes difficultés à distinguer notre péché. Nous ne le voyons plus ; ou nous le voyons trop ; ou nous ne le voyons pas où il est vraiment ». Demandons au Seigneur la grâce de voir notre péché et cherchons à nous en libérer par le sacrement de réconciliation.

2. Il y aussi la semence qui tombe dans les pierres. C’est la Parole de Dieu qui est accueillie aussitôt avec joie dans notre cœur mais qui reste à la surface de nous-mêmes. Tant que cette Parole est facile à vivre dans notre quotidien, on y tient beaucoup mais dès que les difficultés s’annoncent ou que la tentation se fait fortement sentir, on l’abandonne. C’est le danger de la superficialité dans notre vie spirituelle. Demandons au Seigneur que notre choix pour lui et pour le bien ne soit pas juste une question de convenances mais qu’elle soit vraiment une lumière qui nous accompagne dans les bons moments comme dans les moments difficiles.

3. La graine de la Parole de Dieu tombe parfois dans les ronces. Combien de fois nos cœurs sont-ils encombrés de soucis. Nous avons du mal à affronter notre journée avec confiance et sérénité. Nous nous demandons constamment à quelle sauce nous serons mangés aujourd’hui dans telle et telle rencontre, ou dans tel ou tel projet. Nous oublions que notre futur est entre les mains du Seigneur et que nous pouvons nous abandonner dans ses mains pour trouver en lui la force et la confiance. Ce manque de confiance nous entraîne beaucoup de fatigue et quand nous vivons constamment dans l’inquiétude nous cherchons avidement la consolation et le réconfort ; mais où la trouvons-nous ? Nous nous accrochons parfois trop facilement aux richesses et aux plaisirs de la vie pour nous consoler et nous oublions le Seigneur qui est la source de toute paix et de toute consolation de l’âme. Que le Seigneur nous donne la sagesse de remettre entre ses mains notre journée et nos soucis et de trouver en lui notre force, notre confiance et notre consolation.
Dialogue avec le Christ

Seigneur Jésus, tu sèmes abondamment ta Parole dans mon cœur. Encore faut-il que je sois plus réceptif et plus attentif à cette Parole. Aide-moi à grandir dans ma foi et ma confiance en toi et à voir plus clairement ce qui fait obstacle à ta Parole dans ma vie. Que les soucis de la vie ou le bien-être ne m’empêchent pas d’aller vers toi dans mon quotidien. Merci, Seigneur, pour ton amour et ta présence dans ma vie.
Résolution

Prendre le temps de participer cette semaine au sacrement de réconciliation.

Père Richard Tardiff, LC

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8541
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Jésus appelle les Douze à la tolérance

Message non lu par jean_droit » dim. 27 sept. 2015, 8:52

Des Légionnaires du Christ :
Jésus appelle les Douze à la tolérance

Dimanche 27 septembre 2015
Saint Vincent de Paul

Evangile selon St Marc chapitre 9, 38-48
Jean, l’un des Douze, disait à Jésus : « Maître, nous avons vu quelqu’un expulser les démons en ton nom ; nous l’en avons empêché, car il n’est pas de ceux qui nous suivent. »
Jésus répondit : « Ne l’en empêchez pas, car celui qui fait un miracle en mon nom ne peut pas, aussitôt après, mal parler de moi ; celui qui n’est pas contre nous est pour nous.
Et celui qui vous donnera un verre d’eau au nom de votre appartenance au Christ, amen, je vous le dis, il ne restera pas sans récompense.
« Celui qui est un scandale, une occasion de chute, pour un seul de ces petits qui croient en moi, mieux vaudrait pour lui qu’on lui attache au cou une de ces meules que tournent les ânes, et qu’on le jette à la mer.
Et si ta main est pour toi une occasion de chute, coupe-la. Mieux vaut pour toi entrer manchot dans la vie éternelle que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux mains, là où le feu ne s’éteint pas.
Si ton pied est pour toi une occasion de chute, coupe-le. Mieux vaut pour toi entrer estropié dans la vie éternelle que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux pieds.
Si ton œil est pour toi une occasion de chute, arrache-le. Mieux vaut pour toi entrer borgne dans le royaume de Dieu que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux yeux, là où le ver ne meurt pas et où le feu ne s’éteint pas.
Prière d'introduction

Envoie ton Esprit créateur, Seigneur mon Dieu, renouvelle ta création et aussi mon appréciation ; que par elle je participe à augmenter ta gloire. Donne un souffle nouveau à tes œuvres, si languissantes aujourd'hui, afin que ton règne arrive, par Jésus, le Christ, notre Seigneur.
Demande

Seigneur, donne-moi d'accueillir en mon cœur toutes les expressions de ton Esprit qui œuvre en mes frères, même si je ne m'identifie pas avec l'une ou l'autre d'entre elles.

Points de réflexion

1. La communion avec Dieu et le regard surnaturel, cible d'attaque des esprits mauvais De nombreux chrétiens contemporains ont perdu la notion de la création « invisible » que nous citons pourtant dans le Credo de l'Église. « L'univers invisible » est celui des anges de Dieu, êtres purement spirituels, créés pour connaître et aimer leur auteur. Parmi eux, quelques-uns se sont révoltés contre lui et, dans leur malveillance, cherchent à semer le trouble dans l'univers « visible », pour offenser Dieu. Dans leur jeu perfide, ils ont intérêt à nous faire croire qu'ils n'existent pas et que l'enfer n'est qu'une invention humaine ou qu'il est vide. L'objectif primordial de ces créatures déchues est de détourner les hommes de leur chemin de communion avec Dieu et de leur vie de foi. Les phénomènes d'infestation ou de possession sont des moyens externes du pouvoir des esprits mauvais, mais leur véritable pouvoir réside dans notre consentement au péché : notre volonté leur obéit à eux et non pas à Dieu. Or, cela détruit notre communion avec Dieu et entre nous. La véritable libération implique la conversion du péché et la vie de grâce (vie sacramentelle en communion avec l'Église). La communion s'exprime par l'amitié réelle, humaine et spirituelle avec Jésus-Christ et entre frères chrétiens et aide à briser le pouvoir du Mauvais.

2. Tout est potentiellement communion ou division - à chacun de décider. « Ne l'empêchez pas » dit Jésus à ses disciples qui ne comprenaient pas comment quelqu'un qui n'était pas de leur groupe pouvait usurper le nom et le pouvoir de Jésus. Le Maître leur en fait tirer une leçon : celui qui œuvre en son nom pour combattre le mal et faire le bien ne peut pas être contre lui. L'auteur du pouvoir spirituel n'est pas le groupe de disciples. Ce n'est pas la structure humaine, hiérarchique, qui le suscite, mais c'est Dieu. Il confie ses dons à qui il veut et au moment qu'il choisit. Il a confié à saint Pierre et au collège des apôtres l'autorité sur ces dons charismatiques, non pas pour exclure les autres charismes, mais pour les intégrer et veiller sur la communion. Étouffer l'Esprit Saint, c'est entrer dans le jeu du « diviseur » (diabolos). Au contraire, tout chrétien est appelé à faire profiter en bien le corps entier des dons de l'Esprit, distribués à profusion à tous les fidèles en quête de sainteté. C'est pourquoi les disciples doivent s'accueillir mutuellement de grand cœur dans la diversité de leurs dons, s'encourager au déploiement de leurs talents dans la communauté, s'efforcer à intégrer la communion et accompagner avec patience, exigence et tact les imperfections humaines qui émergeront forcément.
Dialogue avec le Christ

Ô Jésus, l'Esprit qui jaillit de ton cœur agit en nos cœurs et transforme le monde, au-delà des œuvres bonnes ou mauvaises de ta créature. Je veux aider aujourd'hui à faire grandir ton règne dans mon cœur et, par mon témoignage, dans mon entourage. Que ce soit un témoignage de foi, d'amour, d'ardeur, purifié de mes attachements humains, un témoignage surnaturel du lien d'amitié à laquelle tu m'as invité.
Résolution
M'intéresser à l’une des initiatives et l’un des mouvements présents dans ma paroisse ou mon diocèse.

Père Jaroslav de Lobkowicz, LC

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8541
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Vous verrez le ciel ouvert et les anges de Dieu

Message non lu par jean_droit » mar. 29 sept. 2015, 11:23

Des Légionnaires du Christ
« Vous verrez le ciel ouvert et les anges de Dieu »

Cette méditation est disponible au format audio: Ecouter en ligne.
Mardi 29 septembre 2015

Saint Michel, saint Gabriel et saint Raphaël

Evangile selon St Jean chapitre 1, 47-51

Lorsque Jésus voit Nathanaël venir à lui, il déclare à son sujet : « Voici vraiment un Israélite : il n’y a pas de ruse en lui. »
Nathanaël lui demande : « D’où me connais-tu ? » Jésus lui répond : « Avant que Philippe t’appelle, quand tu étais sous le figuier, je t’ai vu. »
Nathanaël lui dit : « Rabbi, c’est toi le Fils de Dieu ! C’est toi le roi d’Israël ! » Jésus reprend : « Je te dis que je t’ai vu sous le figuier, et c’est pour cela que tu crois ! Tu verras des choses plus grandes encore. » Et il ajoute : « Amen, amen, je vous le dis : vous verrez le ciel ouvert, et les anges de Dieu monter et descendre au-dessus du Fils de l’homme. »

Prière d'introduction

En ce jour où nous fêtons les saints archanges, je viens me mettre sous leur protection et leur lumière pour commencer la prière de ce jour.


Demande

Donne-moi, Seigneur, de mieux connaître les anges pour leur donner la place qui est la leur dans ma vie chrétienne.

Points de réflexion

1. Les anges sont présents du début à la fin de la Bible. Leur nom, en grec, signifie qu’ils sont des messagers. Envoyés de Dieu, ils ont pour mission de servir les hommes en œuvrant pour leur salut (cf. He 1,14). Leur existence est certaine. Jésus lui-même parle d’eux comme d’êtres réels et actifs. Ils se réjouissent avec Dieu lorsqu’un pécheur se convertit (cf. Lc 15,10). Les archanges que nous célébrons aujourd’hui sont, parmi les anges, les principaux dont nous connaissions le nom. Michel est le chef de l’armée angélique qui doit protéger l’Église contre Satan (cf. Ap 12,1-9). Gabriel est l’ange chargé de porter le plus important message qui soit pour l’humanité : c’est lui qui parle à Marie et lui expose le plan de salut de Dieu (cf. Lc 1,26-38). Raphaël, quant à lui, est le mystérieux compagnon de voyage de Tobie. Il est un véritable guide (cf. Tb 5,4). Les anges ou archanges sont donc des aides encore et toujours précieuses et réelles dans notre vie. Nombreux sont les sanctuaires qui leur sont dédiés. Mais, nous souvenons-nous assez souvent de les invoquer ?

2. Dans le passage d’Évangile de ce jour, Jésus fait comprendre à Nathanaël quelle est son identité profonde. En disant qu’il a sa place au ciel, auprès de Dieu, il révèle son origine divine. De plus, si les anges montent et descendent au dessus de lui, c’est bien parce qu’ils sont à son service. On retrouve cette même idée dans plusieurs événements de la vie de Jésus, notamment lorsque Jésus est tenté par le diable dans le désert et que les anges se mettent à le servir (cf. Mt 4,11). A Gethsémani, lorsque Jésus vit encore silencieusement son agonie, Dieu lui envoie un ange consolateur pour le soutenir dans cette épreuve (cf. Lc 22,43). C’est encore un ange qui permettra aux saintes femmes de comprendre, alors qu’elles sont si troublées devant le tombeau vide, que Jésus n’est plus parmi les morts, mais qu’il est ressuscité. Les anges, serviteurs de Jésus, sont aussi les serviteurs du salut que Jésus apporte aux hommes. Ils ont véritablement la mission d’aider les hommes à relire les événements de la vie de Jésus pour que nous en saisissions le sens. Si je rencontre des difficultés à comprendre certains aspects de la vie de Jésus, si je rencontre le doute dans ma foi, je suis invité à invoquer l’aide des anges. Leur mission est de m’éclairer précisément sur ces questions-là.

3. Ces anges qui montent et descendent au-dessus de Jésus nous rappellent le songe du patriarche Jacob, raconté dans le livre de la Genèse, au chapitre 28. Jacob avait vu un escalier reliant le ciel et la terre et des anges qui montaient et descendaient. Ce mouvement de montée et de descente retrace bien la vie du Christ : il est descendu du ciel sur la terre par son Incarnation et il remontera au ciel après sa Résurrection, lorsque tout sera accompli. Déjà, le livre de la Genèse préfigurait la vie de Jésus à travers le songe de Jacob. Jésus vient pleinement accomplir les promesses faites par Dieu dans l’Ancien Testament. Comme cet escalier, Jésus est celui qui nous relie à Dieu. Il réunit terre et ciel. Il est le seul médiateur entre les hommes et Dieu. Il est le chemin pour aller à Dieu.

Dialogue avec le Christ

Bons anges, vous m’avez été donnés comme compagnons et guides sur la route de la vie et sur la route de la foi. Donnez-moi un peu de votre lumière et de votre force pour aimer, suivre et servir Jésus comme il m’appelle à le faire.

Résolution
Redire avec foi la prière à l’ange gardien : « Mon bon ange, ô vous qui êtes le gardien de mon corps et de mon âme, mon frère, mon guide, mon cher compagnon, mon très sage conseiller et mon très fidèle ami, qu'il est consolant pour moi de penser que je suis confié aux soins d'un Prince du ciel ! Quel respect je vous dois, sachant que je suis toujours en votre présence ! Je vous honore et je reconnais l'amour que vous me portez, et j'ai confiance en votre appui, puisque vous êtes toujours à mes côtés ! Gardez-moi, éclairez-moi, fortifiez-moi, retenez-moi aussi dans les tentations, et priez avec moi et pour moi. Faites enfin que je me sauve par votre aide, ainsi je pourrai vous remercier éternellement dans le Paradis. Ainsi soit-il. » (Prière à l’ange gardien).

Emanuelle Pastore, consacrée de Regnum Christi
Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.

Saint Michel Archange défendez-nous dans le combat ;
soyez notre secours contre la perfidie et les embûches du démon.

Que Dieu exerce sur lui Son empire,
nous le demandons en suppliant;

et vous, prince de la milice céleste,
refoulez en enfer, par la Vertu divine, Satan
et les autres esprits malins qui errent dans le monde
pour la perte des âmes.

Amen.

Avatar de l’utilisateur
Marie du 65
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1746
Inscription : ven. 10 avr. 2015, 21:00
Localisation : LOURDES 65100

Re: Vous verrez le ciel ouvert et les anges de Dieu

Message non lu par Marie du 65 » mar. 29 sept. 2015, 11:38

Bonjour et Merci Jean pour cette Prière!!

C'est ce que je viens de poster sur le fil "Liturgie du Jour"

Il faut prier son ange gardien c'est un être céleste qui nous protège et qui nous aime!!!

Marie
Tu Aimeras ton Prochain comme Toi-même

Près de Notre Saint Père

Jeremy43
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1020
Inscription : dim. 29 sept. 2013, 22:12

Re: Vous verrez le ciel ouvert et les anges de Dieu

Message non lu par Jeremy43 » mar. 29 sept. 2015, 12:05

Bonjour,

A ce sujet il y a l'excellent livre, Catéchisme des Anges, réalisé par les moines du Barroux. Il nous apprend beaucoup de choses sur les anges et leurs missions.

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8541
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Vous verrez le ciel ouvert et les anges de Dieu

Message non lu par jean_droit » mar. 29 sept. 2015, 15:14

J'ai bien aimé, aussi, cette lecture que nous propose l'Eglise :
Je suis Raphaël, l’un des sept anges qui se tiennent devant la gloire du Seigneur et pénètrent en sa présence. Quand j’étais avec vous, ce n’était pas par un effet de ma bienveillance que j’étais avec vous, mais par la volonté de Dieu. C’est lui que vous devez bénir tout au long des jours. C’est lui que vous devez chanter. Bénissez donc le Seigneur sur cette terre et célébrez Dieu. Voici que je remonte vers celui qui m’a envoyé.

Tb

Avatar de l’utilisateur
Marie du 65
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1746
Inscription : ven. 10 avr. 2015, 21:00
Localisation : LOURDES 65100

Re: Vous verrez le ciel ouvert et les anges de Dieu

Message non lu par Marie du 65 » mar. 29 sept. 2015, 17:09

http://chemindivin.c.h.pic.centerblog.net/0422352e.jpg
« Vous verrez les anges monter et descendre sur le Fils de l'Homme. » Ils montent pour eux, ils descendent pour nous, ou plutôt ils descendent avec nous. Ces bienheureux esprits montent par la contemplation de Dieu, et ils descendent pour avoir soin de nous et pour nous garder dans tous nos chemins (Ps 90,11). Ils montent vers Dieu pour jouir de sa présence ; ils descendent vers nous pour obéir à ses ordres, car il leur a commandé de prendre soin de nous. Toutefois, en descendant vers nous, ils ne sont pas privés de la gloire qui les rend heureux, ils voient toujours le visage du Père…
Tu Aimeras ton Prochain comme Toi-même

Près de Notre Saint Père

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8541
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Méditations avec les Légionnaires du Christ

Message non lu par jean_droit » dim. 04 oct. 2015, 17:28

Le mariage, chemin d’amour

Dimanche 04 octobre 2015
27e dimanche du Temps Ordinaire

Evangile selon St Marc chapitre 10, 2-16

Des pharisiens l’abordèrent et, pour le mettre à l’épreuve, ils lui demandaient : « Est-il permis à un mari de renvoyer sa femme ? »
Jésus leur répondit : « Que vous a prescrit Moïse ? »
Ils lui dirent : « Moïse a permis de renvoyer sa femme à condition d’établir un acte de répudiation. »
Jésus répliqua : « C’est en raison de la dureté de vos cœurs qu’il a formulé pour vous cette règle.
Mais, au commencement de la création, Dieu les fit homme et femme. À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux deviendront une seule chair. Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair.
Donc, ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! »
De retour à la maison, les disciples l’interrogeaient de nouveau sur cette question.
Il leur déclara : « Celui qui renvoie sa femme et en épouse une autre devient adultère envers elle. Si une femme qui a renvoyé son mari en épouse un autre, elle devient adultère. »
Des gens présentaient à Jésus des enfants pour qu’il pose la main sur eux ; mais les disciples les écartèrent vivement.
Voyant cela, Jésus se fâcha et leur dit : « Laissez les enfants venir à moi, ne les empêchez pas, car le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent.
Amen, je vous le dis : celui qui n’accueille pas le royaume de Dieu à la manière d’un enfant n’y entrera pas. »
Il les embrassait et les bénissait en leur imposant les mains.
Prière d'introduction

Seigneur, je crois en toi. Tu as les paroles de vie éternelle. Tu as les paroles de vérité. Aide-moi à comprendre ton enseignement, aide-moi à vivre dans la vérité.
Demande

Demander un cœur qui grandisse chaque jour dans l’amour.

Points de réflexion

1. Jésus nous parle ici, suite à une question des pharisiens, de la question du mariage. La Loi de Moïse permettait à un homme de répudier sa femme, mais Jésus leur dit que ceci est une concession à la dureté des hommes, mais qu’il ne devrait pas en être ainsi. Peu après, les disciples demandent à Jésus de s’expliquer encore sur le sujet. Et Jésus réaffirme, de manière encore plus claire, l’indissolubilité du mariage. Quand on se marie, on le fait pour toute la vie, on ne s’engage pas pour « un certain temps ». Mais cela, comme le montre la pratique qui était en cours chez les juifs, est très difficile. Seul avec le secours de Dieu, avec la prière commune, cette fidélité devient possible.

2. Deux personnes qui s’aiment, surtout au début, peuvent avoir tendance à s’idéaliser l’un l’autre, l’autre pouvant devenir une sorte d’idole, un absolu. Or l’une des clés d’un mariage chrétien qui va durer se trouve dans le fait de se rendre compte que cet amour si fort qu’il y a entre eux doit sortir, se diffuser. Pour que cet amour dure, cela est indispensable. Et de fait Jésus parle, juste après le passage sur le mariage, des enfants, qui sont un modèle pour ceux qui veulent entrer dans le Royaume des cieux. Dans les enfants, mais aussi dans la famille de l’un et de l’autre, dans l’entourage, avec les voisins, l’amour des époux peut grandir. Si c’est un véritable amour, il ne peut pas rester fermer sur lui-même, il ne peut que s’étendre, se propager.

3. Mais surtout, l’homme et la femme doivent grandir ensemble dans l’amour de Dieu. Vivre dans la vérité de l’amour, c’est savoir que sa femme, son mari, n’est pas Dieu. Il ne pourra jamais remplir mon cœur complètement, même si au début il peut sembler que si. Le mariage chrétien trouve son véritable accomplissement et sa véritable plénitude quand les deux époux s’aident l’un et l’autre à aimer Dieu de plus en plus. C’est alors, et seulement alors, que l’amour qu’il y a entre les époux trouve tout son sens, se réalise dans toute sa vérité. Dieu m’a donné cet homme, cette femme, et il nous a mis ensemble, pour que l’un et l’autre nous nous aidions, ainsi que nos enfants, et notre entourage, à accomplir la plus grande tâche que nous ayons à réaliser : mener à bien notre pèlerinage terrestre, qui nous conduira dans le Royaume des cieux.

Dialogue avec le Christ

Seigneur, merci de ton amour. C’est toi qui es mon modèle, toi qui m’as aimé jusqu’à mourir pour moi sur la croix. Apprends-moi à aimer ! Apprends-moi à te faire aimer, toi qui es le seul qui puisse remplir le cœur de tous les hommes.


Résolution

Prier pour la fidélité des époux chrétiens.

Frère Jean Marie Fornerod, LC
Triste remarque : Ce matin notre curé a réussi l'exploit de ne pas aborder le mariage et le mariage chrétien dans son sermon. Eluder les problèmes n'est pas une solution. Comme pour l'avortement.

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8541
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Méditations avec les Légionnaires du Christ

Message non lu par jean_droit » mar. 20 oct. 2015, 7:30

« Que vos reins soient ceints »

Cette méditation est disponible au format audio: Ecouter en ligne.
Mardi 20 octobre 2015
Sainte Adeline
Evangile selon St Luc chapitre 12, 35-38

Restez en tenue de service, votre ceinture autour des reins, et vos lampes allumées.
Soyez comme des gens qui attendent leur maître à son retour des noces, pour lui ouvrir dès qu’il arrivera et frappera à la porte.
Heureux ces serviteurs-là que le maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller. Amen, je vous le dis : c’est lui qui, la ceinture autour des reins, les fera prendre place à table et passera pour les servir.
S’il revient vers minuit ou vers trois heures du matin et qu’il les trouve ainsi, heureux sont-ils !
Prière d'introduction
Merci, Seigneur, car tu m’as concédé cette nouvelle journée et cette nouvelle rencontre avec toi. Aide-moi à vivre aujourd’hui fidèle à ton amour.
Demande
Seigneur, fais que je n’oublie pas ma condition de créature et de serviteur et que je ne me gonfle pas d’orgueil. Donne-moi la patience et l’humilité de te servir tous les jours sans repos.
Points de réflexion

1. « Que vos reins soient ceints ». Cette simple exhortation nous indique de nous ceindre les reins, c’est-à-dire, d’assumer notre fonction de serviteurs. C’est un signe d’obéissance et de service. Ainsi le Seigneur nous invite à être conscients de notre condition de créatures et de serviteurs. C’est une invitation à l’humilité et, comme l’a dit sainte Thérèse d’Avila, l’humilité, c’est la vérité. Ainsi devons-nous prendre conscience de la vérité de notre être.

2. La lampe allumée dont parle ce passage de l’Évangile représente les vertus théologales de la foi, l’espérance et la charité : c’est la lumière de la foi, l’huile de l’espérance et le feu de la charité. Cette lampe doit être bien présente et en action dans notre vie. Nous devons pour cela être attentifs, vigilants, sachant pourquoi et pour qui nous sommes là : notre but doit être clair, et notre échelle de valeur bien posée.

3. La dernière partie de cet Évangile nous parle d’une promesse. Oui, le Seigneur nous fait une promesse : s’il nous trouve humbles, obéissants et vigilants, si nous nous laissons guider par les vertus théologales, il se mettra à notre niveau (car il se ceindra lui-même de la ceinture du service) et nous servira, il nous enrichira de ses abondantes richesses et nous fera rester dans son amour.
Dialogue avec le Christ

Seigneur Jésus, concède-moi d’avoir toujours de l’huile et une flamme vive dans ma lampe, et de veiller avec persévérance pour que tu me trouves, quand le moment sera venu de te rejoindre au Paradis, réveillé et attentif dans l’amour.
Résolution

Faire un acte d’humilité, en rendant un service à quelqu’un et en renouvelant dans mon cœur la conscience de ma condition de créature et de serviteur de Dieu.

Frère Antoine-Marie de Barbarin, LC

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8541
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Méditations avec les Légionnaires du Christ

Message non lu par jean_droit » jeu. 22 oct. 2015, 7:52

Plongé dans la mort, le baptême du Christ

Cette méditation est disponible au format audio: Ecouter en ligne.
Jeudi 22 octobre 2015
Saint Jean-Paul II

Evangile selon St Luc chapitre 12, 49-53

Je suis venu apporter un feu sur la terre, et comme je voudrais qu’il soit déjà allumé !
Je dois recevoir un baptême, et quelle angoisse est la mienne jusqu’à ce qu’il soit accompli !
Pensez-vous que je sois venu mettre la paix sur la terre ? Non, je vous le dis, mais bien plutôt la division. Car désormais cinq personnes de la même famille seront divisées : trois contre deux et deux contre trois ; ils se diviseront : le père contre le fils et le fils contre le père, la mère contre la fille et la fille contre la mère, la belle-mère contre la belle-fille et la belle-fille contre la belle-mère. »
Prière d'introduction
Esprit Saint, toi qui vis en moi depuis mon baptême, allume en moi ton feu. Embrase-moi d’amour pour Dieu et pour mes frères !
Demande

Confiance en Notre Père du Ciel, confiance filiale, comme celle du Fils.

Points de réflexion

1. Jésus annonce à ses disciples qu’il doit recevoir un baptême. Ce terme « baptême » signifie une ablution de purification. C’est le sens que lui donnait le peuple élu, notamment en allant vers Jean : ils voulaient recevoir un baptême de repentance, de conversion, de retour au Seigneur. Mais face à un « non » de l´homme à Dieu, le seul Saint, le Créateur de l’univers, celui de qui nous tenons la vie, la repentance de l’homme est bien maigre dans la balance… Il y a une objectivité dans l’offense de l’homme à Dieu que l’homme ne peut réparer lui-même. Quelle eau pouvait nous purifier, nous enlever nos fautes si ce n’est l’eau qui est sortie du côté du Christ, Dieu livré pour nous ! C’est Dieu lui-même, et seulement lui, qui pouvait réparer ce que nous avions brisé. Non seulement il « répare », mais il établit une alliance nouvelle et éternelle !

2. La manière qu’a eue Dieu d’unir ce que nous avions rompu par notre « non » à son amour est un « oui ». « Oui » que même la mort n’a pu faire fléchir. Nous avions abandonné l’alliance que le Seigneur avait accomplie avec nous en lui retirant notre confiance, lui, le Christ, ne cesse de mettre toute sa confiance en son Père ! Le comble de cette confiance est la croix. Reprenons le psaume 22 dont le Crucifié crie le premier verset : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » Ce n’est pas la prière d’un désespéré. Au contraire, comme le montre la suite du psaume : « À toi je fus confié dès ma naissance ; dès le ventre de ma mère, tu es mon Dieu. Ne sois pas loin : l'angoisse est proche, je n'ai personne pour m'aider. (…) Ils partagent entre eux mes habits et tirent au sort mon vêtement. Mais toi, Seigneur, ne sois pas loin : ô ma force, viens vite à mon aide ! Préserve ma vie de l'épée, arrache-moi aux griffes du chien ; sauve-moi de la gueule du lion et de la corne des buffles. Tu m'as répondu ! Et je proclame ton nom devant mes frères, je te loue en pleine assemblée. Vous qui le craignez, louez le Seigneur (…). Car il n'a pas rejeté, il n'a pas réprouvé le malheureux dans sa misère ; il ne s'est pas voilé la face devant lui, mais il entend sa plainte. (…) Les pauvres mangeront : ils seront rassasiés ; ils loueront le Seigneur, ceux qui le cherchent : À vous, toujours, la vie et la joie ! »
Le baptême du Christ consiste à être plongé dans les eaux de la mort. Sa confiance inébranlable dans le Père est éprouvée jusqu’à la mort par les hommes. Il est englouti mais non anéanti. Car il a mis sa confiance dans le Seigneur et la mort n’a pu le retenir. Il est ressuscité. Ce baptême est la Passion et la Résurrection du Fils.

3. Ainsi, par notre baptême, nous entrons dans un mystère qui nous dépasse totalement. Saint Paul le décrit dans la lettre aux Romains : « Ne le savez-vous pas ? Nous tous qui par le baptême avons été unis au Christ Jésus, c’est à sa mort que nous avons été unis par le baptême. Si donc, par le baptême qui nous unit à sa mort, nous avons été mis au tombeau avec lui, c’est pour que nous menions une vie nouvelle, nous aussi, comme le Christ qui, par la toute-puissance du Père, est ressuscité d’entre les morts. Car, si nous avons été unis à lui par une mort qui ressemble à la sienne, nous le serons aussi par une résurrection qui ressemblera à la sienne. Nous le savons : l’homme ancien qui est en nous a été fixé à la croix avec lui pour que le corps du péché soit réduit à rien, et qu’ainsi nous ne soyons plus esclaves du péché. Car celui qui est mort est affranchi du péché. Et si nous sommes passés par la mort avec le Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui. Nous le savons en effet : ressuscité d’entre les morts, le Christ ne meurt plus ; la mort n’a plus de pouvoir sur lui. Car lui qui est mort, c'est au péché qu'il est mort une fois pour toutes ; lui qui est vivant, c'est pour Dieu qu'il est vivant. De même, vous aussi, pensez que vous êtes morts au péché, mais vivants pour Dieu en Jésus Christ » (Rm 6,3-11).

Le baptême est un don du Seigneur pour nous. Nous étions enchaînés à la mort par le péché. Le Seigneur est venu nous délivrer : « Le salaire du péché, c’est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle dans le Christ Jésus notre Seigneur » (Rm 6,23). Non seulement il nous sauve mais il nous fait le plus grand des dons : lui-même, Dieu, se donne à nous dans une alliance nouvelle et éternelle.
Dialogue avec le Christ

Merci, Seigneur, pour ce moment de rencontre seul à seul avec toi. Merci de m’aimer autant ! Merci d’avoir reçu ce baptême pour que je puisse vivre libre, en fils du Père et non en esclave du péché. Toi qui es Dieu, tu t’es abaissé jusqu’à moi. Je reste sans voix face à ta grandeur. Seigneur, toi qui vis en moi, je t’adore.
Résolution

Unir mon « oui » au « oui » du Christ au Père dans un acte concret de ma journée.

Anne-Marie Terrenoir, consacrée de Regnum Christi

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité