Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2014-2015)

« Mon âme aspire vers toi pendant la nuit, mon esprit te cherche dès le matin. » (Is 26.9)
Règles du forum
Forum de partage de méditations chrétiennes
etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12603
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

De l'obéissance à l'abandon de confiance

Message non lupar etienne lorant » mer. 21 oct. 2015, 10:01

Mercredi de la 29e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 6,12-18.
Il ne faut donc pas que le péché règne dans votre corps mortel et vous fasse obéir à ses désirs.
Ne présentez pas au péché les membres de votre corps comme des armes au service de l’injustice ; au contraire, présentez-vous à Dieu comme des vivants revenus d’entre les morts, présentez à Dieu vos membres comme des armes au service de la justice.
Car le péché n’aura plus de pouvoir sur vous : en effet, vous n’êtes plus sujets de la Loi, vous êtes sujets de la grâce de Dieu.
Alors ? Puisque nous ne sommes pas soumis à la Loi mais à la grâce, allons-nous commettre le péché ? Pas du tout.
Ne le savez-vous pas ? Celui à qui vous vous présentez comme esclaves pour lui obéir, c’est de celui-là, à qui vous obéissez, que vous êtes esclaves : soit du péché, qui mène à la mort, soit de l’obéissance à Dieu, qui mène à la justice.
Mais rendons grâce à Dieu : vous qui étiez esclaves du péché, vous avez maintenant obéi de tout votre cœur au modèle présenté par l’enseignement qui vous a été transmis.
Libérés du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice
.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 12,39-48.
Vous le savez bien : si le maître de maison avait su à quelle heure le voleur viendrait, il n’aurait pas laissé percer le mur de sa maison.
Vous aussi, tenez-vous prêts : c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra. » Pierre dit alors : « Seigneur, est-ce pour nous que tu dis cette parabole, ou bien pour tous ? »
Le Seigneur répondit : « Que dire de l’intendant fidèle et sensé à qui le maître confiera la charge de son personnel pour distribuer, en temps voulu, la ration de nourriture ?
Heureux ce serviteur que son maître, en arrivant, trouvera en train d’agir ainsi !
Vraiment, je vous le déclare : il l’établira sur tous ses biens.
Mais si le serviteur se dit en lui-même : “Mon maître tarde à venir”, et s’il se met à frapper les serviteurs et les servantes, à manger, à boire et à s’enivrer,
alors quand le maître viendra, le jour où son serviteur ne s’y attend pas et à l’heure qu’il ne connaît pas, il l’écartera et lui fera partager le sort des infidèles.
Le serviteur qui, connaissant la volonté de son maître, n’a rien préparé et n’a pas accompli cette volonté, recevra un grand nombre de coups.
Mais celui qui ne la connaissait pas, et qui a mérité des coups pour sa conduite, celui-là n’en recevra qu’un petit nombre. À qui l’on a beaucoup donné, on demandera beaucoup ; à qui l’on a beaucoup confié, on réclamera davantage
.


Textes de l'Evangile au quotidien

Depuis quelques jours déjà, les textes nous appellent à franchir le pas qui va de la stricte obéissance à l'abandon à la grâce. Car le notion même d'obéissance est imparfaite, puisqu'elle suppose aussi son défaut ou son contraire: la désobéissance.

Comment le dire encore ? Ce que l'on fait par amour, on le fait beaucoup mieux que par devoir. Et l'on fatigue beaucoup moins ! C'est pour cela que Jésus dit encore : "A ceux qui ont beaucoup aimé, il sera beaucoup pardonné". Mais à celui qui n'agit que par devoir, certes il aura sa récompense, mais il devra progresser encore, afin d'entrer pleinement dans la joie de son maître.

Nous vivons de nouveau des temps difficiles, nous a dit notre prêtre. Tout le monde en est conscient, bien sûr. "Les décideurs ne savent plus sur quel pied danser !" Mais pour toutes celles et tous ceux qui tendent à la vie dans l'abandon à la grâce divine, il n'y a plus de crainte, mais seulement le mouvement intérieur de l'Amour qui nous a choisis et qui nous vivifie !


.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12603
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Bouleversement de la vie du nouveau chrétien

Message non lupar etienne lorant » jeu. 22 oct. 2015, 10:33

Jeudi de la 29e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 6,19-23.
Vous aviez mis les membres de votre corps au service de l’impureté et du désordre, ce qui mène au désordre ; de la même manière, mettez-les à présent au service de la justice, ce qui mène à la sainteté.
Quand vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres par rapport aux exigences de la justice.
Qu’avez-vous récolté alors, à commettre des actes dont vous avez honte maintenant ? En effet, ces actes-là aboutissent à la mort.
Mais maintenant que vous avez été libérés du péché et que vous êtes devenus les esclaves de Dieu, vous récoltez ce qui mène à la sainteté, et cela aboutit à la vie éternelle.
Car le salaire du péché, c’est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle dans le Christ Jésus notre Seigneur.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 12,49-53.
Je suis venu apporter un feu sur la terre, et comme je voudrais qu’il soit déjà allumé ! Je dois recevoir un baptême, et quelle angoisse est la mienne jusqu’à ce qu’il soit accompli !
Pensez-vous que je sois venu mettre la paix sur la terre ? Non, je vous le dis, mais bien plutôt la division. Car désormais cinq personnes de la même famille seront divisées : trois contre deux et deux contre trois ; ils se diviseront : le père contre le fils et le fils contre le père, la mère contre la fille et la fille contre la mère, la belle-mère contre la belle-fille et la belle-fille contre la belle-mère. »


Textes de l’évangile au quotidien

La foi chrétienne dérange, tant sur le plan individuel (puisque nous devons tous renoncer à nos mauvaises habitudes) que sur le plan de l'organisation sociale. Le christianisme va commencer par abolir l'esclavage, ce qui constitue une extraordinaire révolution dans le monde antique.

Mais dans le domaine des relations familiales, il y aura également de grands bouleversements. Les juifs devenus chrétiens se retrouveront exclus du système de la génération. De nos jours, ce n'est pas sans les douleurs de séparions définitives qu’Édith Stein est devenue devenue carmélite. Ce qu'a vécu le futur cardinal Jean-Marie Aaron Lustiger vaut la peine d'être lu. Quant à André Frossard, sa grand-mère était juive, sa mère luthérienne et son père communiste !

L'adhésion au message du Christ continue de nos jours à soulever des contrariétés au sein des familles, et dans les couples aussi. Car le chrétien ne saurait vivre sans rejeter, une fois pour toutes, les "manières" de ce monde. Moi qui écris ces lignes, j'ai connu une femme qui craignait d'être enceinte et qui m'a dit, cyniquement, connaissant mes convictions : "Je vais avorter" - et je lui ai rétorqué aussitôt : "Tu feras une meilleure affaire si je te le rachète à sa naissance !" - mais elle avait menti (sur sa prétendue foi, comme sur de nombreuses autres choses d'ailleurs)... Et cet ainsi que mon célibat est devenu définitif.

Si l'adhésion au Christ peut séparer, pourtant il réunit souvent les baptisés qui ne se connaissaient pas et que le Seigneur fait se rencontrer. Car s'il est l'occasion de chutes, Il est aussi celui qui nous relève et nous aide à grandir dans notre humilité.

.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Marie du 65
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1747
Inscription : ven. 10 avr. 2015, 21:00
Localisation : LOURDES 65100

Re: Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2014-2015)

Message non lupar Marie du 65 » jeu. 22 oct. 2015, 12:28

Pensez-vous que je sois venu mettre la paix sur la terre ? Non, je vous le dis, mais bien plutôt la division. Car désormais cinq personnes de la même famille seront divisées : trois contre deux et deux contre trois ; ils se diviseront : le père contre le fils et le fils contre le père, la mère contre la fille et la fille contre la mère, la belle-mère contre la belle-fille et la belle-fille contre la belle-mère. »
Tous ces bouleversements sont d'actualité.

Merci Etienne

Marie
Tu Aimeras ton Prochain comme Toi-même

Près de Notre Saint Père

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12603
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Un acte de miséricorde pour le gain de l'Esprit Saint !

Message non lupar etienne lorant » ven. 23 oct. 2015, 11:11

Vendredi de la 29e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 7,18-25a.
Je sais que le bien n’habite pas en moi, c’est-à-dire dans l’être de chair que je suis. En effet, ce qui est à ma portée, c’est de vouloir le bien, mais pas de l’accomplir.
Je ne fais pas le bien que je voudrais, mais je commets le mal que je ne voudrais pas.
Si je fais le mal que je ne voudrais pas, alors ce n’est plus moi qui agis ainsi, mais c’est le péché, lui qui habite en moi.
Moi qui voudrais faire le bien, je constate donc, en moi, cette loi : ce qui est à ma portée, c’est le mal.
Au plus profond de moi-même, je prends plaisir à la loi de Dieu.
Mais, dans les membres de mon corps, je découvre une autre loi, qui combat contre la loi que suit ma raison et me rend prisonnier de la loi du péché présente dans mon corps.
Malheureux homme que je suis ! Qui donc me délivrera de ce corps qui m’entraîne à la mort ?
Mais grâce soit rendue à Dieu par Jésus Christ notre Seigneur ! Ainsi, moi, par ma raison, je suis au service de la loi de Dieu, et, par ma nature charnelle, au service de la loi du péché.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 12,54-59.
S’adressant aussi aux foules, Jésus disait : « Quand vous voyez un nuage monter au couchant, vous dites aussitôt qu’il va pleuvoir, et c’est ce qui arrive.
Et quand vous voyez souffler le vent du sud, vous dites qu’il fera une chaleur torride, et cela arrive.
Hypocrites ! Vous savez interpréter l’aspect de la terre et du ciel ; mais ce moment-ci, pourquoi ne savez-vous pas l’interpréter ?
Et pourquoi aussi ne jugez-vous pas par vous-mêmes ce qui est juste ?
Ainsi, quand tu vas avec ton adversaire devant le magistrat, pendant que tu es en chemin mets tout en œuvre pour t’arranger avec lui, afin d’éviter qu’il ne te traîne devant le juge, que le juge ne te livre à l’huissier, et que l’huissier ne te jette en prison.
Je te le dis : tu n’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier centime. »



Textes de l’Évangile au quotidien

De toute évidence, un homme jeté en prison, n'a aucun moyen de travailler pour payer sa dette jusqu'au dernier centime. Bien évidemment, ce n'est pas de dettes d'argent que Jésus parle, mais de dettes envers l'amour de Dieu - lequel se reconnaît le mieux dans l'amour du prochain. De ce point de vue, rares, très rares, nous a dit le prêtre, celles et ceux qui éviteront un temps de purification de leur relation à Dieu.

Sur ce thème toutefois, , nous pouvons toutefois nous appuyer sur la miséricorde divine, laquelle est capable de fermer les yeux sur nombre de manquements à la charité en vertu
de quelques beaux gestes accomplis dans l'enfance et dont nous ne nous souvenons même plus. Tout ce qui est voilé sera dévoilé, jusqu'aux simples intentions et aux sentiments de compassion.

Mais l'idéal est de se renoncer soi-même et de chercher à pratiquer effectivement, en nous -même d'abord et puis extérieurement, un renouvellement - et un retournement volontaires. Il s'agit essentiellement d'un mouvement du cœur qui déborde dans le geste. Peu de fidèles cherchent effectivement à vivre une telle expérience car ils ne se représentent pas, hélas, l'ampleur de la grâce qui viendrait les habiter... En effet : "Si vous qui êtes mauvais, savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien votre Père dans les cieux donnera l'Esprit saint à ceux qui le Lui demandent" !

.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Marie du 65
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1747
Inscription : ven. 10 avr. 2015, 21:00
Localisation : LOURDES 65100

Re: Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2014-2015)

Message non lupar Marie du 65 » ven. 23 oct. 2015, 14:45

Mais l'idéal est de se renoncer soi-même et de chercher à pratiquer effectivement, en nous -même d'abord et puis extérieurement, un renouvellement - et un retournement volontaires. Il s'agit essentiellement d'un mouvement du cœur qui déborde dans le geste. Peu de fidèles cherchent effectivement à vivre une telle expérience car ils ne se représentent pas, hélas, l'ampleur de la grâce qui viendrait les habiter... En effet : "Si vous qui êtes mauvais, savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien votre Père dans les cieux donnera l'Esprit saint à ceux qui le Lui demandent" !

Et pourtant des grâces nous en recevons, n'oublions Jamais de remercier Dieu pour ce qu'Il nous donne!!!

Marie
Tu Aimeras ton Prochain comme Toi-même

Près de Notre Saint Père

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12603
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

De l'urgence de la conversion

Message non lupar etienne lorant » sam. 24 oct. 2015, 11:02

Samedi de la 29e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 8,1-11.
Ainsi, pour ceux qui sont dans le Christ Jésus, il n’y a plus de condamnation.
Car la loi de l’Esprit qui donne la vie dans le Christ Jésus t’a libéré de la loi du péché et de la mort.
En effet, quand Dieu a envoyé son propre Fils dans une condition charnelle semblable à celle des pécheurs pour vaincre le péché, il a fait ce que la loi de Moïse ne pouvait pas faire à cause de la faiblesse humaine : il a condamné le péché dans l’homme charnel.
Il voulait ainsi que l’exigence de la Loi s’accomplisse en nous, dont la conduite n’est pas selon la chair mais selon l’Esprit.
En effet, ceux qui se conforment à la chair tendent vers ce qui est charnel ; ceux qui se conforment à l’Esprit tendent vers ce qui est spirituel ; et la chair tend vers la mort, mais l’Esprit tend vers la vie et la paix.
Car la tendance de la chair est ennemie de Dieu, elle ne se soumet pas à la loi de Dieu, elle n’en est même pas capable.
Ceux qui sont sous l’emprise de la chair ne peuvent pas plaire à Dieu.
Or, vous, vous n’êtes pas sous l’emprise de la chair, mais sous celle de l’Esprit, puisque l’Esprit de Dieu habite en vous. Celui qui n’a pas l’Esprit du Christ ne lui appartient pas.
Mais si le Christ est en vous, le corps, il est vrai, reste marqué par la mort à cause du péché, mais l’Esprit vous fait vivre, puisque vous êtes devenus des justes.
Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Jésus, le Christ, d’entre les morts donnera aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous.



Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 13,1-9.
À ce moment, des gens qui se trouvaient là rapportèrent à Jésus l’affaire des Galiléens que Pilate avait fait massacrer, mêlant leur sang à celui des sacrifices qu’ils offraient.
Jésus leur répondit : « Pensez-vous que ces Galiléens étaient de plus grands pécheurs que tous les autres Galiléens, pour avoir subi un tel sort ? Eh bien, je vous dis : pas du tout ! Mais si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de même.
Et ces dix-huit personnes tuées par la chute de la tour de Siloé, pensez-vous qu’elles étaient plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem ?
Eh bien, je vous dis : pas du tout ! Mais si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de même. »
Jésus disait encore cette parabole : « Quelqu’un avait un figuier planté dans sa vigne. Il vint chercher du fruit sur ce figuier, et n’en trouva pas. Il dit alors à son vigneron : “Voilà trois ans que je viens chercher du fruit sur ce figuier, et je n’en trouve pas. Coupe-le. À quoi bon le laisser épuiser le sol ?”
Mais le vigneron lui répondit : “Maître, laisse-le encore cette année, le temps que je bêche autour pour y mettre du fumier. Peut-être donnera-t-il du fruit à l’avenir. Sinon, tu le couperas.” »


Textes de l'Evangile au quotidien

L'exemple que Jésus donne des massacres ordonnés par Pilate peut très bien être mis en rapport aujourd'hui avec ceux organisés par les groupes fanatiques de l’état Islamique; et l'effondrement de la tour de Siloé fait songer, bien sûr, à l'effondrement des tours du 11 septembre: à part quelques superstitieux, personne n'estimera coupables les victimes de catastrophes ou d'actes de guerre.

Néanmoins, il n'est pas bon de mourir sans avoir eu le temps d'un retour sur soi, d'un examen de conscience et d'une prière. C'est sur ce point que Jésus insiste. Tout au long de notre vie, Jésus se tient proche et nous incite à la conversion et l'entrée dans la vie de la grâce. Le Seigneur est très patient, Lui qui a sauvé l'âme du bon larron crucifié avec lui, sur une seule parole qu'il a dite avant de mourir.

Mais il ne serait guère sage, de ce temps que nous vivons, de reporter encore la décision de nous convertir. Même un religieux dans son couvent doit chercher à se convertir encore, afin de porter de bons fruits. A plus forte raison, nous tous qui, évoluant dans un monde qui s'est gravement perverti, nous devons nous appliquer, non seulement à nous comporter de manière irréprochable, mais aussi en accomplissant volontiers des actes de miséricorde - ainsi, d'une façon tout à fait certaine, nous nous attirerons la miséricorde divine.

.


Prions pour les personnes âgées tuées dans la collision de leur car avec un "poids-lourd" : l'exemple de l'effondrement de la tour de Siloé est comparable par la soudaineté de l'événement !
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8447
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2014-2015)

Message non lupar PaxetBonum » sam. 24 oct. 2015, 11:16

En union à vos intentions de prières si justes.
Priez pour ma conversion si nécessaire et continue comme vous le rappelez.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12603
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

De la crainte à l'amour de Dieu

Message non lupar etienne lorant » lun. 26 oct. 2015, 11:12

Lundi de la 30e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 8,12-17.
Ainsi donc, frères, nous avons une dette, mais elle n’est pas envers la chair pour devoir vivre selon la chair.
Car si vous vivez selon la chair, vous allez mourir ; mais si, par l’Esprit, vous tuez les agissements de l’homme pécheur, vous vivrez.
En effet, tous ceux qui se laissent conduire par l’Esprit de Dieu, ceux-là sont fils de Dieu.
Vous n’avez pas reçu un esprit qui fait de vous des esclaves et vous ramène à la peur ; mais vous avez reçu un Esprit qui fait de vous des fils ; et c’est en lui que nous crions « Abba ! », c’est-à-dire : Père !
C’est donc l’Esprit Saint lui-même qui atteste à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Puisque nous sommes ses enfants, nous sommes aussi ses héritiers : héritiers de Dieu, héritiers avec le Christ, si du moins nous souffrons avec lui pour être avec lui dans la gloire.



Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 13,10-17.
Jésus était en train d’enseigner dans une synagogue, le jour du sabbat.
Voici qu’il y avait là une femme, possédée par un esprit qui la rendait infirme depuis dix-huit ans ; elle était toute courbée et absolument incapable de se redresser.
Quand Jésus la vit, il l’interpella et lui dit : « Femme, te voici délivrée de ton infirmité. »
Et il lui imposa les mains. À l’instant même elle redevint droite et rendait gloire à Dieu.
Alors le chef de la synagogue, indigné de voir Jésus faire une guérison le jour du sabbat, prit la parole et dit à la foule : « Il y a six jours pour travailler ; venez donc vous faire guérir ces jours-là, et non pas le jour du sabbat. »
Le Seigneur lui répliqua : « Hypocrites ! Chacun de vous, le jour du sabbat, ne détache-t-il pas de la mangeoire son bœuf ou son âne pour le mener boire ?
Alors cette femme, une fille d’Abraham, que Satan avait liée voici dix-huit ans, ne fallait-il pas la délivrer de ce lien le jour du sabbat ? »
À ces paroles de Jésus, tous ses adversaires furent remplis de honte, et toute la foule était dans la joie à cause de toutes les actions éclatantes qu’il faisait
.



Textes de l’Évangile au quotidien

Des lectures de ce matin, notre prêtre a commencé par rapprocher le mouvement de confiance qui a soutenu l'infirme dans sa démarche à la synagogue - car elle y est venue en considérant que Dieu seul pourrait encore lui venir en aide. Ce n'est pas pour rien que l'évangéliste Luc fait mention des dix-huit années de souffrances supportées par cette femme, car il en fait une image des dix huit siècles qui se sont écoulés depuis Abraham et l'instauration du calcul des générations.

Il n'y a pas que cette femme pour désirer la délivrance, mais ce sont également tous les juifs sincères qui, comme elle, attendent et placent leur espoir dans un renouvellement de leur vie. Tout le malheur qui frappe la descendance d'Abraham peut se résumer dans l'objection ridicule soulevée par le chef de cette synagogue, qui estime qu'une guérison miraculeuse n'est qu'une forme de travail interdite le jour du repos du Sabbat !

Que les romains convertis prennent eux aussi confiance ! Qu'ils rejettent toute crainte puisque, par leur conversion, ils ont reçu pleinement l'Esprit qui leur assure pleinement la qualité d'enfants de Dieu : "Vous n’avez pas reçu un esprit qui fait de vous des esclaves et vous ramène à la peur; mais vous avez reçu un Esprit qui fait de vous des fils."

.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Marie du 65
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1747
Inscription : ven. 10 avr. 2015, 21:00
Localisation : LOURDES 65100

Re: Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2014-2015)

Message non lupar Marie du 65 » lun. 26 oct. 2015, 12:46

Bonjour Mon Ami Etienne et Merci pour cette Liturgie qui m'apporte tant lorsque je ne peux aller à la Messe le matin.

Bien Amicalement

Marie
Tu Aimeras ton Prochain comme Toi-même

Près de Notre Saint Père

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12603
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Le temps de Dieu n'est pas celui de l'homme

Message non lupar etienne lorant » mar. 27 oct. 2015, 11:49

Mardi de la 30e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 8,18-25.
J’estime, en effet, qu’il n’y a pas de commune mesure entre les souffrances du temps présent et la gloire qui va être révélée pour nous.
En effet, la création attend avec impatience la révélation des fils de Dieu.
Car la création a été soumise au pouvoir du néant, non pas de son plein gré, mais à cause de celui qui l’a livrée à ce pouvoir. Pourtant, elle a gardé l’espérance
d’être, elle aussi, libérée de l’esclavage de la dégradation, pour connaître la liberté de la gloire donnée aux enfants de Dieu.
Nous le savons bien, la création tout entière gémit, elle passe par les douleurs d’un enfantement qui dure encore.
Et elle n’est pas seule. Nous aussi, en nous-mêmes, nous gémissons ; nous avons commencé à recevoir l’Esprit Saint, mais nous attendons notre adoption et la rédemption de notre corps.
Car nous avons été sauvés, mais c’est en espérance ; voir ce qu’on espère, ce n’est plus espérer : ce que l’on voit, comment peut-on l’espérer encore ?
Mais nous, qui espérons ce que nous ne voyons pas, nous l’attendons avec persévérance.



Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 13,18-21.
Jésus disait donc : « À quoi le règne de Dieu est-il comparable, à quoi vais-je le comparer ?
Il est comparable à une graine de moutarde qu’un homme a prise et jetée dans son jardin. Elle a poussé, elle est devenue un arbre, et les oiseaux du ciel ont fait leur nid dans ses branches. »
Il dit encore : « À quoi pourrai-je comparer le règne de Dieu ?
Il est comparable au levain qu’une femme a pris et enfoui dans trois mesures de farine, jusqu’à ce que toute la pâte ait levé. »



Textes de l’Évangile au quotidien

La création attend avec impatience la révélation des fils de Dieu. Ce que dit saint Paul en s'adressant aux Romains, nous devons l'accueillir également. L'accueillir non seulement dans l'époque que nous vivons, mais aussi au cœur de notre vie personnelle.

La création est donc impatiente, mais seule la patience permet au fidèle d'inscrire sa vie dans le mouvement qu'accomplit Dieu dans l'univers.

Jésus exprime cela avec des images familières : personne ne se pose la question de savoir comment agit le levain au cœur de la pâte, et la cuisinière accomplit tous les gestes utiles sans se soucier du processus chimique fait lever la pâte. De même pour le grain de moutarde semé en terre - qui s'en soucie ?

C'est la raison pour laquelle le fidèle doit lui aussi s'inscrire dans une continuité de foi, d'espérance et d'amour - de telle façon que lui-même ne mesure plus le chemin parcouru. Lorsque j'y réfléchis personnellement, je peux porter ce témoignage : je ne parviens qu'avec peine à me souvenir des premiers jours de ma participation quotidienne à l'Eucharistie. Par contre, je m'en rends bien compte : je ne suis plus du tout l'homme que je fus - quant à l'avenir ? C'est seulement cette matinée qui a de l'importance.

.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12603
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Tous intégrés tour à tour

Message non lupar etienne lorant » mer. 28 oct. 2015, 11:43

Saint Simon et saint Jude (Thaddée), apôtres, fête

Lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens 2,19-22.
Frères, Maintenant, dans le Christ Jésus, vous n'êtes plus des étrangers ni des gens de passage, vous êtes citoyens du peuple saint, membres de la famille de Dieu, car vous avez été intégrés dans la construction qui a pour fondations les Apôtres et les prophètes ; et la pierre angulaire, c’est le Christ Jésus lui-même.
En lui, toute la construction s’élève harmonieusement pour devenir un temple saint dans le Seigneur. En lui, vous êtes, vous aussi, les éléments d’une même construction pour devenir une demeure de Dieu par l’Esprit Saint.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 6,12-19.
En ces jours-là, Jésus s’en alla dans la montagne pour prier, et il passa toute la nuit à prier Dieu. Le jour venu, il appela ses disciples et en choisit douze auxquels il donna le nom d’Apôtres : Simon, auquel il donna le nom de Pierre, André son frère, Jacques, Jean, Philippe, Barthélemy, Matthieu, Thomas, Jacques fils d’Alphée, Simon appelé le Zélote, Jude fils de Jacques, et Judas Iscariote, qui devint un traître.
Jésus descendit de la montagne avec eux et s’arrêta sur un terrain plat. Il y avait là un grand nombre de ses disciples et une grande multitude de gens venus de toute la Judée, de Jérusalem, et du littoral de Tyr et de Sidon.
Ils étaient venus l’entendre et se faire guérir de leurs maladies ; ceux qui étaient tourmentés par des esprits impurs retrouvaient la santé.
Et toute la foule cherchait à le toucher, parce qu’une force sortait de lui et les guérissait tous.


Textes de l’Évangile au quotidien

Nous ne connaissons pas grand chose de saint Jude (Thaddée), sinon qu'après avoir parcouru séparément diverses contrées, ils se rejoignirent afin d'évangéliser la Perse où ils finirent en martyrs.

Mais il faut compter avec l'évangéliste Luc qui, dans son texte, place Jude entre "Simon le Zélote" et Judas Iscariote, c'est-à-dire: entre un révolutionnaire patriote et un Judas qui devint le traître à cause de son "légalisme". Ce qui, selon notre prêtre, signifie que tous les trois, avant de suivre Jésus, avaient été des "citoyens engagés", comme l'on dirait aujourd'hui. Ce zèle va bien servir le dessein de Dieu, qui connaît parfaitement le bon usage des "mauvais outils" que nous sommes tous.

De la même manière, tout comme ves Romains à qui Paul adresse son épître, nous avons, nous aussi, été "intégrés dans la construction qui a pour fondations les Apôtres."

Et en définitive, je me suis donc posé la question de savoir qui je fus moi-même et où je me situais avant d'avoir été "intégré" en Église. La réponse ?
J'étais un raisonneur qui souffrait des bonnes raisons qui ne procurent ni joie ni bonheur. Des jours de victoires, j'en avais eu grâce à mon habileté - mais la joie et l'amour que prodigue l'Esprit saint, je ne les connaissais guère...

Rendons tous grâce au Seigneur d'avoir tourné vers nous son visage !
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12603
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Toute persécution prouve que nous vivons la vérité

Message non lupar etienne lorant » jeu. 29 oct. 2015, 11:11

Jeudi de la 30e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 8,31b-39.
Frères, si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ?
Il n’a pas épargné son propre Fils, mais il l’a livré pour nous tous : comment pourrait-il, avec lui, ne pas nous donner tout ?
Qui accusera ceux que Dieu a choisis ? Dieu est celui qui rend juste :
alors, qui pourra condamner ? Le Christ Jésus est mort ; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, il intercède pour nous.
alors, qui pourra nous séparer de l’amour du Christ ? La détresse ? L’angoisse ? La persécution ? La faim ? Le dénuement ? Le danger ? Le glaive ?
En effet, il est écrit : C’est pour toi qu’on nous massacre sans arrêt, qu’on nous traite en brebis d’abattoir. Mais, en tout cela nous sommes les grands vainqueurs grâce à celui qui nous a aimés.
J’en ai la certitude : ni la mort ni la vie, ni les anges ni les Principautés célestes, ni le présent ni l’avenir, ni les Puissances,
ni les hauteurs, ni les abîmes, ni aucune autre créature, rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu qui est dans le Christ Jésus notre Seigneur.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 13,31-35.
À ce moment-là, quelques pharisiens s’approchèrent de Jésus pour lui dire : « Pars, va t’en d’ici : Hérode veut te tuer. »
Il leur répliqua : « Allez dire à ce renard : voici que j’expulse les démons et je fais des guérisons aujourd’hui et demain, et, le troisième jour, j’arrive au terme.
Mais il me faut continuer ma route aujourd’hui, demain et le jour suivant, car il ne convient pas qu’un prophète périsse en dehors de Jérusalem.
Jérusalem, Jérusalem, toi qui tues les prophètes et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants comme la poule rassemble ses poussins sous ses ailes, et vous n’avez pas voulu !
Voici que votre Temple est abandonné à vous-mêmes. Je vous le déclare : vous ne me verrez plus jusqu’à ce que vienne le jour où vous direz : Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! »


Textes de l’Évangile au quotidien

Ce sont de tristes personnages que ces pharisiens qui viennent trouver Jésus pour l'avertir, de la manière la plus hypocrite qui soit : « Pars, va t’en d’ici : Hérode veut te tuer. ". En effet, eux aussi, eux d'abord, songent à le mettre à mort. Il les renvoie à Hérode. Il ajoute avec une délicieuse ironie: "Il ne convient pas qu’un prophète périsse en dehors de Jérusalem." Ces pharisiens connaissent à fond l'histoire du peuple juif, et c'est bien à Jérusalem que ceux qui les ont précédés ont mis à mort les prophètes - pour ne plus devoir supporter la dénonciation de leur hypocrisie !

Le lien qui s'établit naturellement avec la première lecture, c'est que les nouveaux convertis, les Romains comme tous les autres, seront eux aussi persécutés. Ce ne sera plus parce qu'ils remettent en question des règles de vie religieuse, mais tout simplement en raison de leur foi, de leur inaltérable confiance en Dieu.

Ces textes s'adressent particulièrement à nous aussi, les fidèles de ce temps. Ou bien n'avez-vous pas remarqué combien les catholiques sont désormais mal considérés du fait de leur opposition à l'avortement, à l'euthanasie, à la théorie du "Gender", au mariage homosexuel, à la culture d'embryons, au clonage, etc.

Pour ma part, je viens de subir une attaque informatique ayant pour objet "une triste nouvelle" et demandant d'être recontacté. Eh bien, je réponds avec la Parole accueillie en toute confiance dans mon cœur ce matin : il ne m'est rien arrivé de mauvais, et mon âme se réjouit en Jésus, mon sauveur !

NB : j'ai supprimé mon ancienne adresse Gmail
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12603
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Jésus, notre hôte

Message non lupar etienne lorant » ven. 30 oct. 2015, 12:01

Vendredi de la 30e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 9,1-5.
C'est la vérité que je dis dans le Christ, je ne mens pas, ma conscience m'en rend témoignage dans l'Esprit Saint : j’ai dans le cœur une grande tristesse, une douleur incessante.
Moi-même, pour les Juifs, mes frères de race, je souhaiterais être anathème, séparé du Christ : ils sont en effet Israélites, ils ont l’adoption, la gloire, les alliances, la législation, le culte, les promesses de Dieu; ils ont les patriarches, et c’est de leur race que le Christ est né, lui qui est au-dessus de tout, Dieu béni pour les siècles. Amen.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 14,1-6.
Un jour de sabbat, Jésus était entré dans la maison d’un chef des pharisiens pour y prendre son repas, et ces derniers l’observaient.
Or voici qu’il y avait devant lui un homme atteint d’hydropisie.
Prenant la parole, Jésus s’adressa aux docteurs de la Loi et aux pharisiens pour leur demander : « Est-il permis, oui ou non, de faire une guérison le jour du sabbat ? »
Ils gardèrent le silence. Tenant alors le malade, Jésus le guérit et le laissa aller.
Puis il leur dit : « Si l’un de vous a un fils ou un bœuf qui tombe dans un puits, ne va-t-il pas aussitôt l’en retirer, même le jour du sabbat ? »
Et ils furent incapables de trouver une réponse.


Textes de l’Évangile au quotidien

De lui-même, le jour du Sabbat, Jésus entre dans la maison d'un chef des pharisiens pour y prendre son repas. Il y est accueilli sans aucune difficulté bien au contraire, c'est une occasion dont il ne manquera de se servir pour alimenter ses conversations ! Personne, parmi les invités, n'ose répondre à la questions soulevée par Jésus, car ils savent très bien que celui-ci a réponse à tout. Et de fait, la guérison du malade présent, un jour de sabbat, est d'autant plus justifiée que l'on prend soin même des animaux en ce jour-là. Or, Jésus n'est pas venu dans l'intention d'aborder un sujet litigieux, mais pour manifester que, le jour du Sabbat a bien été béni par Dieu - et la guérison d'un malade est - à l'évidence - le signe que Dieu entend toutes les prières.

Dans son épître, saint Paul manifeste combien grande est la peine qu'il supporte à ce sujet: il parle même de douleur incessante. Notre prêtre nous a dit encore, en conclusion, de prendre garde à nous-mêmes de ne jamais penser que nous pourrions, par nous-mêmes parvenir à nous sanctifier. Mais, sans cesse, il nous faut abandonner nos jugements humains pour pénétrer ce temps de grâce et de miséricorde qui nous est accordé pour grandir dans l'Amour.

.
Notons qu'un hôte est tout autant celui qui reçoit que celui qui est reçu :coeur:
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12603
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

La foi s'élève avec l'humilité

Message non lupar etienne lorant » sam. 31 oct. 2015, 11:11

Samedi de la 30e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 11,1-2a.11-12.25-29.
Je pose donc la question : Dieu a-t-il rejeté son peuple ? Pas du tout ! Moi-même, en effet, je suis Israélite, de la descendance d’Abraham, de la tribu de Benjamin.
Dieu n’a pas rejeté son peuple, que, d’avance, il connaissait. Ne savez-vous pas ce que dit l’Écriture dans l’histoire d’Élie lorsqu’il en appelle à Dieu contre Israël ? Il disait :
Je pose encore une question : ceux d’Israël ont-ils trébuché pour vraiment tomber ? Pas du tout ! Mais leur faute procure aux nations païennes le salut, pour qu’ils en deviennent jaloux.
Or, si leur faute a été richesse pour le monde, si leur amoindrissement a été richesse pour les nations, combien plus le sera leur rassemblement !
Frères, pour vous éviter de vous fier à votre propre jugement, je ne veux pas vous laisser dans l’ignorance de ce mystère : l’endurcissement d’une partie d’Israël s’est produit pour laisser à l’ensemble des nations le temps d’entrer.
C’est ainsi qu’Israël tout entier sera sauvé, comme dit l'Écriture : De Sion viendra le libérateur, il fera disparaître les impiétés du milieu de Jacob.
Telle sera pour eux mon alliance lorsque j’enlèverai leurs péchés.
Certes, par rapport à l’Évangile, ils sont des adversaires, et cela, à cause de vous ; mais par rapport au choix de Dieu, ils sont des bien-aimés, et cela, à cause de leurs pères.
Les dons gratuits de Dieu et son appel sont sans repentance.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 14,1.7-11.
Un jour de sabbat, Jésus était entré dans la maison d’un chef des pharisiens pour y prendre son repas, et ces derniers l’observaient.
Jésus dit une parabole aux invités lorsqu’il remarqua comment ils choisissaient les premières places, et il leur dit :
« Quand quelqu’un t’invite à des noces, ne va pas t’installer à la première place, de peur qu’il ait invité un autre plus considéré que toi.
Alors, celui qui vous a invités, toi et lui, viendra te dire : “Cède-lui ta place” ; et, à ce moment, tu iras, plein de honte, prendre la dernière place.
Au contraire, quand tu es invité, va te mettre à la dernière place. Alors, quand viendra celui qui t’a invité, il te dira : “Mon ami, avance plus haut”, et ce sera pour toi un honneur aux yeux de tous ceux qui seront à la table avec toi.
En effet, quiconque s’élève sera abaissé ; et qui s’abaisse sera élevé.
»


Textes de l’Évangile au quotidien

Les dons gratuits de Dieu et son appel sont sans repentance. Pour quiconque a parcouru les textes de l'ancienne Alliance, il est clair que les principales fautes commises par le peuple élu l'ont été par excès de zèle. Souvenons-nous seulement de cette affaire : dans le Premier livre de Samuel, on lit comment Israël fut battu par les Philistins à la bataille d'Eben Ezer; après avoir massacré quatre mille hommes, ceux-ci s'emparèrent aussi de l'Arche d'alliance et l'emportèrent à Ashdod dans le temple de leur divinité, Dagon ! Or, lorsque les chefs d'Israël finirent par écouter le prophète Nathan, c'est le jeune David, avec une seule pierre dans sa fronde qui mit à mort le géant Goliath et donna la victoire à son peuple. Incrédulité, excès de zèle, envie d'être comme les autres peuples de la terre, défaut de sincérité, et rigidité de cœur ... c'est ainsi que les juifs - ceux qui mirent Jésus à mort -finirent par mettre la Christ en croix en s'imaginant avoir agi pour le bien de tous.

Dieu a-t-il pour autant cessé de les aimer ? Comment Dieu qui n'est qu'Amour pourrait-il faire cela ?

Les juifs ont été abaissés dans l'histoire afin de pouvoir être relevés. Elle est merveilleuse et pétillante d'intelligence de cœur la parabole de l'invité aux noces qui, se sentant peu digne, s'assied au fond de la salle. Mais lorsque l'époux arrive, il le voit et le prend par la main pour le rapprocher de sa propre table et se réjouir avec lui. On ne trouve pas Dieu par l'intelligence, mais en ouvrant son cœur.

.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12603
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Fête des fidèles défunts

Message non lupar etienne lorant » lun. 02 nov. 2015, 11:57

Fête des fidèles défunts


Du fait du manque de prêtres, nous avons eu droit, de nouveau ce matin, à la lecture des Béatitudes. Pour notre curé, la plus parfaite des Béatitudes est celle des cœurs purs, puisqu'elle donne accès à la contemplation parfaite : ils verront Dieu ! La béatitude que je ressens le mieux est celle de la miséricorde, car c'est ce que je ressens profondément : le Seigneur m'a fait miséricorde, et c'est la miséricorde que je cherche à pratiquer le mieux... elle a marqué toute ma démarche depuis ma conversion. Hier, c'est bien la Miséricorde qui m'a poussé , puisque j'avais au cimetière deux gerbes en surplus, à fleurir la tombe d'un inconnu qui n'en avait reçue aucune et paraissait délaissée ...

Quelque peu désorienté, ce matin, je propose cet extrait du film de Zefirelli :


«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )


Revenir vers « Méditations »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités