Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2014-2015)

« Mon âme aspire vers toi pendant la nuit, mon esprit te cherche dès le matin. » (Is 26.9)
Règles du forum
Forum de partage de méditations chrétiennes
etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

L'universalité de l'amour de Dieu

Message non lu par etienne lorant » mar. 22 sept. 2015, 10:55

Mardi de la 25e semaine du temps ordinaire

Livre d'Esdras 6,7-8.12b.14-20.
En ces jours-là, le roi de Perse, Darius, écrivit aux autorités de la province située à l’ouest de l’Euphrate : Laissez le gouverneur de Juda et les anciens des Juifs travailler à cette Maison de Dieu : ils doivent la rebâtir sur son emplacement.
Voici mes ordres concernant votre ligne de conduite envers les anciens des Juifs pour la reconstruction de cette Maison de Dieu : les dépenses de ces gens leur seront remboursées, exactement et sans interruption, sur les fonds royaux, c’est-à-dire sur l’impôt de la province.
Moi, Darius, j’ai donné cet ordre. Qu’il soit strictement exécuté ! »
Les anciens des Juifs continuèrent avec succès les travaux de construction, encouragés par la parole des prophètes Aggée et Zacharie le fils d’Iddo. Ils achevèrent la construction conformément à l’ordre du Dieu d’Israël, selon les décrets de Cyrus et de Darius.
La Maison de Dieu fut achevée le troisième jour du mois nommé Adar, dans la sixième année du règne de Darius.
Les fils d’Israël, les prêtres, les lévites et le reste des rapatriés célébrèrent dans la joie la dédicace de cette Maison de Dieu.
Ils immolèrent, pour cette dédicace, cent taureaux, deux cents béliers, quatre cents agneaux et, en sacrifice pour le péché de tout Israël, douze boucs, d’après le nombre des tribus d’Israël.
Puis ils installèrent les prêtres selon leurs classes, et les lévites selon leurs groupes, pour le service de Dieu à Jérusalem, suivant les prescriptions du livre de Moïse.
Les rapatriés célébrèrent la Pâque le quatorzième jour du premier mois.
Tous les prêtres et tous les lévites, sans exception, s’étaient purifiés : tous étaient purs. Ils immolèrent donc la Pâque pour tous les rapatriés, pour leurs frères les prêtres, et pour eux-mêmes.



Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 8,19-21.

En ce temps-là, la mère et les frères de Jésus vinrent le trouver, mais ils ne pouvaient pas arriver jusqu’à lui à cause de la foule. On le lui fit savoir : « Ta mère et tes frères sont là dehors, qui veulent te voir. » Il leur répondit : « Ma mère et mes frères sont ceux qui écoutent la parole de Dieu et la mettent en pratique. »


Textes de l’Évangile au quotidien

Curieusement, nous n'avons pas entendu le même Évangile que celui du site de l’Évangile au quotidien de ce jour. A sa place, c'est la parabole de la lampe que l'on place sur la table afin que tous puissent y voir clair. Mais qu'importe, car le texte cité ici correspond lui aussi à l'universalité du message adressé par Dieu aux hommes. Ainsi, la lampe est posée au milieu des convives, afin que tous y voient clair. Et de même, les proches de Jésus durant sa vie terrestre sont appelés, comme tous les autres hommes et femmes, à devenir apôtres par leur foi et leur témoignage - et à diffuser la bonne nouvelle à toute l'humanité.

L'universalité et l'intemporalité des paroles que Dieu adresse aux hommes est déjà manifestée dans l'ancien testament, lorsque le roi Perse Darius, qui avait réduit en esclavage le peuple juif, décide et ordonne que celui-ci soit rendu libre, mais dans le but précis de rebâtir le temple de Jérusalem.

Quelques fidèles, nous a dit le prêtre, sont parfois choqués par les "mots durs" (ou du moins estimés tels) que Jésus emploie pour manifester que Lui-même se livre à toutes et à tous comme étant "le chemin, la vérité et la vie".

.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Péché et précarité, pardon et guérison

Message non lu par etienne lorant » mer. 23 sept. 2015, 10:01

Mercredi de la 25e semaine du temps ordinaire

Livre d'Esdras 9,5-9.
Moi, Esdras, à l’heure de l’offrande du soir, je me relevai de ma prostration ; le vêtement et le manteau déchirés, je tombai à genoux ; les mains tendues vers le Seigneur mon Dieu,
je dis : « Mon Dieu, j’ai trop de honte et de confusion pour lever mon visage vers toi, mon Dieu. Nos fautes sans nombre nous submergent, nos offenses se sont amoncelées jusqu’au ciel.
Depuis les jours de nos pères et aujourd’hui encore, grande est notre offense : c’est à cause de nos fautes que nous avons été livrés, nous, nos rois et nos prêtres, aux mains des rois étrangers, à l’épée, à la captivité, au pillage et à la honte, qui nous accablent encore aujourd’hui.
Or, voici que depuis peu de temps la pitié du Seigneur notre Dieu a laissé subsister pour nous des rescapés et nous a permis de nous fixer en son lieu saint ; ainsi, notre Dieu a fait briller nos yeux, il nous a rendu un peu de vie dans notre servitude.
Car nous sommes asservis ; mais, dans cette servitude, notre Dieu ne nous a pas abandonnés : il nous a concilié la faveur des rois de Perse, il nous a rendu la vie, pour que nous puissions restaurer la Maison de notre Dieu et relever ses ruines, afin d’avoir un abri solide en Juda et à Jérusalem.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 9,1-6.
En ce temps-là, Jésus rassembla les Douze ; il leur donna pouvoir et autorité sur tous les démons, et de même pour faire des guérisons ;
il les envoya proclamer le règne de Dieu et guérir les malades.
Il leur dit : « Ne prenez rien pour la route, ni bâton, ni sac, ni pain, ni argent ; n’ayez pas chacun une tunique de rechange.
Quand vous serez reçus dans une maison, restez-y ; c’est de là que vous repartirez.
Et si les gens ne vous accueillent pas, sortez de la ville et secouez la poussière de vos pieds : ce sera un témoignage contre eux. »
Ils partirent et ils allaient de village en village, annonçant la Bonne Nouvelle et faisant partout des guérisons.


Textes de l'Evangile au quotidien

Pour qu'un malade puisse être soigné et guéri, il faut d'abord que le malade se reconnaisse comme tel. Dans les quatre termes employés dans le titre de ce partage, toute l'homélie de notre prêtre peut être contenue. Encore faut-il illustrer ce "condensé" par les images qui en sont l'illustration.

Ainsi, dans la première lecture, c'est la reconnaissance profonde par Esdras des péchés et des envies disparates des juifs - qui les ont entraînés à vouloir être "comme les autres peuples" - c'est cet aveu (comme en confession) qui obtient le pardon et l'absolution.

Et dans l’Évangile, c'est encore une reconnaissance - celle de notre faiblesse, de la précarité de la condition humaine, de chair et d'os, qui aboutit au traitement par le médecin et à la guérison. Par ailleurs, il est patent que de nombreuses maladies sont liées à des excès de toute sorte. La gourmandise, l'ivrognerie, la débauche, la paresse, l'envie la jalousie, la colère... prédisposent tout autant à des maladies qu'à des malheurs.

Et face à tout cela, deux moyens : l'examen devant son miroir et l'aveu devant le Seigneur. Lorsque le sacrement de confession a été institué, ce n'est certes pas en vue de susciter la honte (la honte est liée à l'orgueil !), mais en vue d'obtenir la délivrance.

Lorsque Jésus envoie ses disciples, il les envoie non pas démunis d'objets utiles, mais tout remplis de sainteté, laquelle, même dans les termes "contient" la santé. Et tout est bien ainsi. L'humilité, a conclu notre prêtre, est bien la tunique qui nous protège de tout mal.

Brillante démonstration ce matin !

.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

"Une fois élevé de terre, j'attirerai tout à moi !"

Message non lu par etienne lorant » jeu. 24 sept. 2015, 10:40

Jeudi de la 25e semaine du temps ordinaire

Livre d'Aggée 1,1-8.
La deuxième année du règne de Darius, le premier jour du sixième mois, la parole du Seigneur fut adressée, par l’intermédiaire d’Aggée, le prophète, à Zorobabel fils de Salathiel, gouverneur de Juda, et à Josué fils de Josédeq, le grand prêtre :
Ainsi parle le Seigneur de l’univers : Ces gens-là disent : « Le temps n’est pas encore venu de rebâtir la Maison du Seigneur ! »
Or, voilà ce que dit le Seigneur par l’intermédiaire d’Aggée, le prophète :
Et pour vous, est-ce bien le temps d’être installés dans vos maisons luxueuses, alors que ma Maison est en ruine ? Et maintenant, ainsi parle le Seigneur de l’univers : Rendez votre cœur attentif à vos chemins : Vous avez semé beaucoup, mais récolté peu ; vous mangez, mais sans être rassasiés ; vous buvez, mais sans être désaltérés ; vous vous habillez, mais sans vous réchauffer ; et le salarié met son salaire dans une bourse trouée.
Ainsi parle le Seigneur de l’univers : Rendez votre cœur attentif à vos chemins :
Allez dans la montagne, rapportez du bois pour rebâtir la maison de Dieu. Je prendrai plaisir à y demeurer, et j’y serai glorifié – déclare le Seigneur.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 9,7-9.
En ce temps-là, Hérode, qui était au pouvoir en Galilée, entendit parler de tout ce qui se passait et il ne savait que penser. En effet, certains disaient que Jean le Baptiste était ressuscité d’entre les morts.
D’autres disaient : « C’est le prophète Élie qui est apparu. » D’autres encore : « C’est un prophète d’autrefois qui est ressuscité. »
Quant à Hérode, il disait : « Jean, je l’ai fait décapiter. Mais qui est cet homme dont j’entends dire de telles choses ? » Et il cherchait à le voir.



Textes de l’Évangile au quotidien

Il n'est pas un être humain qui ne se pose la question de savoir : "Qui est Dieu ?" et aussi: "Comment réagit-il ? Que veut-il ? Pourquoi s'intéresse-t-il à l'homme ?" Ces questions, tous les hommes les ont posées et cela se poursuit encore aujourd'hui, au cœur de la vie de chacun d'entre nous.

Les juifs ont été libérés de leur esclavage à Babylone dans un but précis : reconstruire le temple de Jérusalem. Mais de nouveau libres, de nouveau les juifs vont contester l'utilité de reconstruire d'abord le temple plutôt que de relancer l'agriculture. N'est-pas logique ? Comment travailler le ventre creux ! Ils ont leur logique, qui paraît tout à fait raisonnable, nous avons la nôtre qui nous semble tout aussi bien fondée. Pourtant, nous nous finissons immanquablement par nous tourner vers Dieu, car nous - infiniment - plus besoin de croire que besoin que de boire et manger. Pourquoi ? Parce que nous avons été créés pour aimer, et parce que Dieu est Amour.

Hérode n'échappe pas à ces questions essentielles. Quels sont ces miracles que ce Jésus accomplit partout, qui sont ceux qui le suivent - non par obligation, ni par intérêt, mais en demeurant aussi pauvre que lui ? Cela doit receler quelque chose d'important ! Car lui, Hérode, homme de pouvoir doit tout au contraire se méfier même de ses proches. Qui donc est ce Jésus pour attirer le peuple à lui ?

Les hommes d'aujourd'hui, ceux qui n'ont pas été évangélisés, se posent les mêmes questions. Ici, une fois n'est pas coutume, je vais placer la photo d'une église en Chine communiste sur le toit de laquelle des ouvriers sont en train de retirer la croix.

Pourquoi sinon parce que les autorités sont choquées par la barbarie de ce châtiment? Eh bien, voyez : même à la Chine, communiste, athée, le fait d'adorer un homme que l'on a mis à mort avec une telle barbarie... cela paraît étrange, ils sont tout intrigués en dépit de leur athéisme proclamé...

Voici l'image :
Image
.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9524
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: "Une fois élevé de terre, j'attirerai tout à moi !"

Message non lu par PaxetBonum » jeu. 24 sept. 2015, 18:24

etienne lorant a écrit : Hérode n'échappe pas à ces questions essentielles. Quels sont ces miracles que ce Jésus accomplit partout, qui sont ceux qui le suivent - non par obligation, ni par intérêt, mais en demeurant aussi pauvre que lui ? Cela doit receler quelque chose d'important ! Car lui, Hérode, homme de pouvoir doit tout au contraire se méfier même de ses proches. Qui donc est ce Jésus pour attirer le peuple à lui ?

Les hommes d'aujourd'hui, ceux qui n'ont pas été évangélisés, se posent les mêmes questions. Ici, une fois n'est pas coutume, je vais placer la photo d'une église en Chine communiste sur le toit de laquelle des ouvriers sont en train de retirer la croix.
Oui Hérode est l'homme de pouvoir et vous avez raison de souligner qu'il se pose les questions essentielles :

"Hérodiade, furieuse contre lui, cherchait à le faire mourir, mais elle n'y parvenait pas, car Hérode craignait Jean. Il savait que c'était un homme juste et saint. Il le protégeait donc. Quand il l'entendait parler, il en restait fort perplexe. Et pourtant, il aimait l'entendre."

Le malheur veut que se soit un politicien, prêt comme la majorité à sacrifier jusqu'aux innocents.
On voit ici le reflet d'un Pilate qui adopte la même attitude avec Notre Seigneur.

Merci pour le parallèle judicieux avec la Chine.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Le nouveau temple, l'Eglise et le temple de notre âme

Message non lu par etienne lorant » ven. 25 sept. 2015, 10:00

Vendredi de la 25e semaine du temps ordinaire

Livre d'Aggée 1,15b.2,1-9.
La deuxième année du règne de Darius,
, la parole du Seigneur se fit entendre par l’intermédiaire du prophète Aggée :
Va parler à Zorobabel, fils de Salathiel, gouverneur de Juda, à Josué, fils de Josédeq, le grand prêtre, et au reste du peuple. Tu leur diras :
Reste-t-il encore parmi vous quelqu’un qui ait vu cette Maison dans sa gloire première ? Eh bien ! Qu’est-ce que vous voyez maintenant ? N’est-elle pas devant vous réduite à rien ?
Mais à présent, courage, Zorobabel ! – oracle du Seigneur. Courage, Josué fils de Josédeq, grand prêtre ! Courage, tout le peuple du pays ! – oracle du Seigneur. Au travail ! Je suis avec vous – oracle du Seigneur de l’univers –,
selon l’engagement que j’ai pris envers vous à votre sortie d’Égypte. Mon esprit se tient au milieu de vous : Ne craignez pas !
Encore un peu de temps – déclare le Seigneur de l’univers –, et je vais ébranler le ciel et la terre, la mer et la terre ferme.
Je vais mettre en branle toutes les nations, leurs trésors afflueront ici, et j’emplirai de gloire cette Maison – déclare le Seigneur de l’univers.
L’argent est à moi, l’or est à moi – oracle du Seigneur de l’univers.
La gloire future de cette Maison surpassera la première – déclare le Seigneur de l’univers –, et dans ce lieu, je vous ferai don de la paix, – oracle du Seigneur de l’univers.



Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 9,18-22.
En ce jour-là, Jésus était en prière à l’écart. Comme ses disciples étaient là, il les interrogea : « Au dire des foules, qui suis-je ? »
Ils répondirent : « Jean le Baptiste ; mais pour d’autres, Élie ; et pour d’autres, un prophète d’autrefois qui serait ressuscité. »
Jésus leur demanda : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Alors Pierre prit la parole et dit : « Le Christ, le Messie de Dieu. »
Mais Jésus, avec autorité, leur défendit vivement de le dire à personne,
et déclara : « Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, qu’il soit tué, et que, le troisième jour, il ressuscite. »



Textes de l'Evangile au quotidien

Le jour où le prophète Aggée interpelle le peuple pour qu'il reconstruise le temple, c'est le vingt et unième jour du septième mois, soit une suite ininterrompue du chiffre sept, indiquant le Sacré. Si l'on en trouve pas le correspondant dans l’Évangile d'aujourd'hui, c'est qu'il existe un lien encore plus fort entre les deux textes - et c'est, tout simplement qu'à la reconstruction du temple correspond la résurrection du Christ. Et désormais, c'est dans le Christ "par Lui, avec Lui et en Lui", que les fidèles adoreront Dieu et puiseront la grâce pour Le servir en tout temps.

Plus étonnant encore, dans ces textes, le rapprochement qui s’établit dans la vie de la grâce à laquelle nous sommes appelés. En effet, dit encore le prophète : "La gloire future de cette Maison surpassera la première". Sont désignées ainsi non seulement la future Église, mais encore l'âme de chaque fidèle consacrée au Seigneur. Et découvrir tous ces éléments qui s'emboîtent "surnaturellement" entre eux, voici qui m'a remplir le cœur de joie et de louange !


.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Marie du 65
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1746
Inscription : ven. 10 avr. 2015, 21:00
Localisation : LOURDES 65100

Re: Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2014-2015)

Message non lu par Marie du 65 » ven. 25 sept. 2015, 11:16

Bonjour étienne et merci!!

Même si je ne met aucun commentaire vous connaissez maintenant ma façon de penser!!!
En tout cas c'est toujours agréable de lire vos textes!!
Amicalement

Marie
Tu Aimeras ton Prochain comme Toi-même

Près de Notre Saint Père

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Le Temple qui ne peut plus être détruit

Message non lu par etienne lorant » sam. 26 sept. 2015, 9:25

Samedi de la 25e semaine du temps ordinaire

Livre de Zacharie 2,5-9.14-15a.
Moi, Zacharie, je levai les yeux et voici ce que j’ai vu : un homme qui tenait à la main une chaîne d’arpenteur.
Je lui demandai : « Où vas-tu ? » Il me répondit : « Je vais mesurer Jérusalem, pour voir quelle est sa largeur et quelle est sa longueur. »
L’ange qui me parlait était en train de sortir, lorsqu’un autre ange sortit le rejoindre
et lui dit : Cours, et dis à ce jeune homme : Jérusalem doit rester une ville ouverte, à cause de la quantité d’hommes et de bétail qui la peupleront
Quant à moi, je serai pour elle – oracle du Seigneur – une muraille de feu qui l’entoure, et je serai sa gloire au milieu d’elle.
Chante et réjouis-toi, fille de Sion ; voici que je viens, j’habiterai au milieu de toi – oracle du Seigneur. Ce jour-là, des nations nombreuses s’attacheront au Seigneur ; elles seront pour moi un peuple, et j’habiterai au milieu de toi. Alors tu sauras que le Seigneur de l’univers m’a envoyé vers toi.



Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 9,43b-45.
En ce temps-là, comme tout le monde était dans l’admiration devant tout ce qu’il faisait, Jésus dit à ses disciples :
« Ouvrez bien vos oreilles à ce que je vous dis maintenant : le Fils de l’homme va être livré aux mains des hommes. » Mais les disciples ne comprenaient pas cette parole, elle leur était voilée, si bien qu’ils n’en percevaient pas le sens, et ils avaient peur de l’interroger sur cette parole.



Textes de l’Évangile au quotidien

L'admiration des disciples de Jésus correspond bien à l'admiration des juifs envers Jérusalem et son temple. Or, ce temple sera détruit, mais c'est pour qu'une multitude, dans tous les siècles, reconnaisse le Seigneur - et L'adore "en esprit et en vérité".

Les disciples de Jésus ne peuvent évidemment comprendre le dessein de Dieu. Ils ne questionnent pas leur maître, car il est inutile - et souvent négatif - de vouloir percer les desseins du Seigneur.

Notre prêtre a éclairé ces textes par l'une des paroles que Jésus adresse aux scribes et aux pharisiens et qui correspond tout à fait au dessein de Dieu. En désignant d'un geste large l'édifice dont les juifs sont très fiers, Jésus déclare : "Détruisez ce temple et en trois jours, je le relèverai des ses ruines" En se désignant lui-même, Jésus a prédit que c'est désormais "par Lui, avec Lui et en Lui" que les fidèles rendront désormais le culte que Dieu demande.



(1) Evangile selon saint Jean, chapitre 4, verset 23
(2) Evangile selon sait Jean, chapitre 2, verset 19
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9524
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Le Temple qui ne peut plus être détruit

Message non lu par PaxetBonum » sam. 26 sept. 2015, 11:14

Il est notable de voir que le texte commence par : "En ce temps-là, comme tout le monde était dans l’admiration devant tout ce qu’il faisait"
On nous montre l'admiration, Jésus porté au pinacle… et Lui d'annoncer en les invitant à ouvrir grand leurs oreilles, qu'Il va subir une apparente chute. Un appel à l'humilité et un parallèle entre cette apparente chute à venir qui sera 'le' pinacle réel.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
Marie du 65
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1746
Inscription : ven. 10 avr. 2015, 21:00
Localisation : LOURDES 65100

Re: Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2014-2015)

Message non lu par Marie du 65 » sam. 26 sept. 2015, 20:41

Bonsoir étienne,

Comme d'habitude j'ai lu la Liturgie du jour "hors connexion".

Je ne connais pas votre Prêtre mais d'après
ce que vous nous expliquez, ce Prêtre doit faire de très belles Homélies!!!!

Marie
Tu Aimeras ton Prochain comme Toi-même

Près de Notre Saint Père

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

La vraie grandeur réside dans l'esprit d'enfance

Message non lu par etienne lorant » lun. 28 sept. 2015, 10:22

Lundi de la 26e semaine du temps ordinaire

Livre de Zacharie 8,1-8.
Parole du Seigneur de l’univers :
Ainsi parle le Seigneur de l’univers : J’éprouve pour Sion un amour jaloux, j’ai pour elle une ardeur passionnée.
Ainsi parle le Seigneur : Je suis revenu vers Sion, et je fixerai ma demeure au milieu de Jérusalem. Jérusalem s’appellera : « Ville de la loyauté », et la montagne du Seigneur de l’univers : « Montagne sainte ».
Ainsi parle le Seigneur de l’univers : Les vieux et les vieilles reviendront s’asseoir sur les places de Jérusalem, le bâton à la main, à cause de leur grand âge ;
les places de la ville seront pleines de petits garçons et de petites filles qui viendront y jouer.
Ainsi parle le Seigneur de l’univers : Si tout cela paraît une merveille aux yeux des survivants de ce temps-là, ce sera aussi une merveille à mes yeux – oracle du Seigneur de l’univers.
Ainsi parle le Seigneur de l’univers : Voici que je sauve mon peuple, en le ramenant du pays de l’orient et du pays de l’occident.
Je les ferai venir pour qu’ils demeurent au milieu de Jérusalem. Ils seront mon peuple, et moi, je serai leur Dieu, dans la loyauté et dans la justice.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 9,46-50.
En ce temps-là, une discussion survint entre les disciples pour savoir qui, parmi eux, était le plus grand.
Mais Jésus, sachant quelle discussion occupait leur cœur, prit un enfant, le plaça à côté de luiet leur dit : « Celui qui accueille en mon nom cet enfant, il m’accueille, moi. Et celui qui m’accueille accueille celui qui m’a envoyé. En effet, le plus petit d’entre vous tous, c’est celui-là qui est grand. » Jean, l’un des Douze, dit à Jésus : « Maître, nous avons vu quelqu’un expulser des démons en ton nom ; nous l’en avons empêché, car il ne marche pas à ta suite avec nous. »
Jésus lui répondit : « Ne l’en empêchez pas : qui n’est pas contre vous est pour vous. »



Textes de l’Évangile au quotidien

Curieuse comparaison, du moins à première vue, entre le nouveau temple et la valeur de l'esprit d'enfance - qui suppose simplicité, humilité, attitude d'abandon et d'oubli de soi dans la foi. Cette curiosité est riche de l'enseignement qui nous est donné: pour rencontrer le Seigneur, il nous faut d'abord reconsidérer en nous-mêmes notre échelle des valeurs.

Ainsi, ce qui est grand pour le regard de l'homme est futilité pour Dieu. Un petit enfant, qui aime avec un cœur d'enfant, est plus apte à recevoir la Parole qu'un philosophe unanimement reconnu par ses pairs. Essayons de retrouver, chacune et chacun dans sa propre histoire, les événements qui nous ont véritablement frappés d'étonnement - et dont nous nous souvenons encore. Pour ma part, je n'ai jamais oublié le canari que j'ai libéré de sa cage, qui se posait sur mon épaule, que je pouvais même lâcher dans mon jardin, car il me revenait... Jusqu'au jour où, en dépit de mes appels, il s'est envolé et n'est plus revenu. Ce petit oiseau m'a beaucoup plus appris sur le sens profond de la liberté que le cours de philo qui définissait la liberté comme étant "la capacité de faire des choix" !

L'homélie de notre prêtre allait dans le même sens : un enfant qui ouvre son cœur dispose d'une plus grande sagesse du fait de sa capacité d'émerveillement. Et il nous a cité intégralement ce texte de Bernanos sur l'esprit d'enfance : "C’est du sentiment de sa propre impuissance que l’enfant tire humblement le principe même de sa joie. Il s’en rapporte à sa mère, comprends-tu? Présent, passé, avenir, toute sa vie, la vie entière tient dans un regard, et ce regard est un sourire."


.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Fête des saints Archanges

Message non lu par etienne lorant » mar. 29 sept. 2015, 10:43

Fête des saints Michel, Gabriel et Raphaël, archanges

Livre de Daniel 7,9-10.13-14.
La nuit, au cours d’une vision, moi, Daniel, je regardais : des trônes furent disposés, et un Vieillard prit place ; son habit était blanc comme la neige, et les cheveux de sa tête, comme de la laine immaculée ; son trône était fait de flammes de feu, avec des roues de feu ardent.
Un fleuve de feu coulait, qui jaillissait devant lui. Des milliers de milliers le servaient, des myriades de myriades se tenaient devant lui. Le tribunal prit place et l’on ouvrit des livres.
Je regardais, au cours des visions de la nuit, et je voyais venir, avec les nuées du ciel, comme un Fils d’homme ; il parvint jusqu’au Vieillard, et on le fit avancer devant lui.
Et il lui fut donné domination, gloire et royauté ; tous les peuples, toutes les nations et les gens de toutes langues le servirent. Sa domination est une domination éternelle, qui ne passera pas, et sa royauté, une royauté qui ne sera pas détruite.



Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 1,47-51.
Lorsque Jésus voit Nathanaël venir à lui, il déclare à son sujet : « Voici vraiment un Israélite : il n’y a pas de ruse en lui. »
Nathanaël lui demande : « D’où me connais-tu ? » Jésus lui répond : « Avant que Philippe t’appelle, quand tu étais sous le figuier, je t’ai vu. »
Nathanaël lui dit : « Rabbi, c’est toi le Fils de Dieu ! C’est toi le roi d’Israël ! »
Jésus reprend : « Je te dis que je t’ai vu sous le figuier, et c’est pour cela que tu crois ! Tu verras des choses plus grandes encore. »
Et il ajoute : « Amen, amen, je vous le dis : vous verrez le ciel ouvert, et les anges de Dieu monter et descendre au-dessus du Fils de l’homme. »


Textes de l'Evangile au quotidien

J'ai bien aimé qu'en ce jour de la fête des saints archanges soit associée la vocation de Nathanaël. Car cela m'a permis de me souvenir des jours d'errance désolée que j'ai vécus avant mon expérience de conversion "instantanée". Et je me suis souvenu de la conversion soudaine d'André Frossard.

Elevé dans l'athéisme parfait, " celui où la question de l'existence de Dieu ne se pose même plus ", André Frossard raconte comment, à vingt ans, il a rencontré brusquement la vérité chrétienne, " dans une silencieuse et douce explosion de lumière ", alors qu'il était entré dans une chapelle de Paris à la recherche d'un ami. Son livre est le témoignage, extrêmement rare, de l'une de ces conversions instantanées que ne précède aucune inquiétude, aucun trouble, aucune évolution intellectuelle, et c'est avec la même surprise émerveillée qu'autrefois qu'il peut dire aujourd'hui que " Dieu existe ", et qu'il l'a rencontré."

Je ne peux pas penser autrement, à propos des anges, qu'en reliant, comme on enfile les les perles d'un colliers, les curieuses inspirations qui me sont venues au cours d'une journée d'errance. Je me croyais seul et je ne l'étais pas. Ma dernière objection à la grâce fut de me dire : "Nous sommes environ dix milliards d'hommes sur terre, alors comment Dieu pourrait-il s'intéresser à mon cas particulier ?" Le lendemain matin, en un instant, je peux dire : "J'ai vu et j'ai cru". Et j'ai désiré la mort instantanée, car je n'avais jamais été aussi lucide: je savais que mon émerveillement ne durerait pas durant toute ma vie.

Il me faut ajouter qu'il est nécessaire, pour chacun d'entre nous, de réserver, pour les anges, des moments de silence intérieur. Le silence intérieur ne concerne pas que les pensées parasites, les sentiments et les émotions; mais c'est un moment d'arrêt complet et de totale disponibilité. On n'y parvient pas d'un seul coup, mais cela s'apprend et s'exerce. Dieu est tout proche, mais c'est nous qui nous tenons loin de Lui.

.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Marie du 65
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1746
Inscription : ven. 10 avr. 2015, 21:00
Localisation : LOURDES 65100

Re: Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2014-2015)

Message non lu par Marie du 65 » mar. 29 sept. 2015, 11:33

Merci étienne!!!

Chaque jour je prie mon ange gardien,un être Céleste qui nous protège et qui nous aime!!!

Marie
Tu Aimeras ton Prochain comme Toi-même

Près de Notre Saint Père

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Oser tout quitter pour trouver le trésor

Message non lu par etienne lorant » mer. 30 sept. 2015, 10:01

Mercredi de la 26e semaine du temps ordinaire

Livre de Néhémie 2,1-8.
La vingtième année du règne d’Artaxerxès, au mois de Nissane, je présentai le vin et l’offris au roi. Je n’avais jamais montré de tristesse devant lui, mais ce jour-là, le roi me dit : « Pourquoi ce visage triste ? Tu n’es pourtant pas malade ! Tu as donc du chagrin ? »
Rempli de crainte, je répondis : « Que le roi vive toujours ! Comment n’aurais-je pas l’air triste, quand la ville où sont enterrés mes pères a été dévastée, et ses portes, dévorées par le feu ? »
Le roi me dit alors : « Que veux-tu donc me demander ? » Je fis une prière au Dieu du ciel, et je répondis au roi : « Si tel est le bon plaisir du roi, et si tu es satisfait de ton serviteur, laisse-moi aller en Juda, dans la ville où sont enterrés mes pères, et je la rebâtirai. »
Le roi, qui avait la reine à côté de lui, me demanda : « Combien de temps durera ton voyage ? Quand reviendras-tu ? » Je lui indiquai une date qu’il approuva, et il m’autorisa à partir.
Je dis encore : « Si tel est le bon plaisir du roi, qu’on me donne des lettres pour les gouverneurs de la province qui est à l’ouest de l’Euphrate, afin qu’ils facilitent mon passage jusqu’en Juda ; et aussi une lettre pour Asaph, l’inspecteur des forêts royales, afin qu’il me fournisse du bois de charpente pour les portes de la citadelle qui protégera la Maison de Dieu, le rempart de la ville, et la maison où je vais m’installer. » Le roi me l’accorda, car la main bienfaisante de mon Dieu était sur moi.



Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 9,57-62.
En cours de route, un homme dit à Jésus : « Je te suivrai partout où tu iras. » Jésus lui déclara : « Les renards ont des terriers, les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l’homme n’a pas d’endroit où reposer la tête. »
Il dit à un autre : « Suis-moi. » L’homme répondit : « Seigneur, permets-moi d’aller d’abord enterrer mon père. » Mais Jésus répliqua : « Laisse les morts enterrer leurs morts. Toi, pars, et annonce le règne de Dieu. »
Un autre encore lui dit : « Je te suivrai, Seigneur ; mais laisse-moi d’abord faire mes adieux aux gens de ma maison. » Jésus lui répondit : « Quiconque met la main à la charrue, puis regarde en arrière, n’est pas fait pour le royaume de Dieu. »



Textes de l’Évangile au quotidien

La condition pour suivre Jésus est simple, mais essentielle. Il s'agit de trancher net d'avec le passé pour commencer une toute autre vie - ou tout simplement, comme à dit le prêtre, "entrer dans la Vie, celle qui ne finit pas" ! C'est un choix radical. Il faut bien qu'il en soit ainsi, car si l'on nourrit des regrets dans son cœur, si l'on entretient les bons souvenirs du passé, si l'on n'a pas saisi que, vraiment, la vie de foi est le "le Bien, le grand Bien, le souverain Bien", on finira par retourner à son ancien état - un état d'avant la grâce.

La première lecture nous montre Néhémie, rempli de crainte mais résolu, demander au roi Ataxerxès de pouvoir quitter son service afin d'aller rebâtir le temple de Jérusalem. Pour cette fois, nul besoin de chercher longtemps le lien entre les textes de la Liturgie ! Mais en se glissant dans la peau de Néhémie, ne peut-on pas aussi ressentir un peu de sa joie ? Il a d'autant plus gagné qu'il a risqué beaucoup. De même, nous pouvons demander beaucoup au Seigneur, pour peu que nous n'ayons pas le cœur partagé - mais il faut avoir confiance que ce que nous abandonnons derrière nous ce sont tous les fardeaux inutiles de ce monde.

Alleluia !
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Proximité du règne de Dieu

Message non lu par etienne lorant » jeu. 01 oct. 2015, 10:34

Jeudi de la 26e semaine du temps ordinaire

Livre de Néhémie 8,1-4a.5-6.7b-12.
Tout le peuple se rassembla comme un seul homme sur la place située devant la porte des Eaux. On demanda au scribe Esdras d’apporter le livre de la loi de Moïse, que le Seigneur avait prescrite à Israël.
Alors le prêtre Esdras apporta la Loi en présence de l’assemblée, composée des hommes, des femmes, et de tous les enfants en âge de comprendre. C’était le premier jour du septième mois.
Esdras, tourné vers la place de la porte des Eaux, fit la lecture dans le livre, depuis le lever du jour jusqu’à midi, en présence des hommes, des femmes, et de tous les enfants en âge de comprendre : tout le peuple écoutait la lecture de la Loi.
Le scribe Esdras se tenait sur une tribune de bois, construite tout exprès. Près de lui se tenaient : à sa droite, Mattitya, Shèma, Anaya, Ouriya, Hilqiya et Maaséya, et, à sa gauche, Pedaya, Mishaël, Malkiya, Hashoum, Hashbaddana, Zacharie et Meshoullam.
Esdras ouvrit le livre ; tout le peuple le voyait, car il dominait l’assemblée. Quand il ouvrit le livre, tout le monde se mit debout.
Alors Esdras bénit le Seigneur, le Dieu très grand, et tout le peuple, levant les mains, répondit : « Amen ! Amen ! » Puis ils s’inclinèrent et se prosternèrent devant le Seigneur, le visage contre terre.
Josué, Bani, Shérébya, Yamine, Aqqoub, Shabbetaï, Hodiya, Maaséya, Qelita, Azarya, Yozabad, Hanane, Pelaya, qui étaient lévites, expliquaient la Loi au peuple, pendant que le peuple demeurait debout sur place.
Esdras lisait un passage dans le livre de la loi de Dieu, puis les lévites traduisaient, donnaient le sens, et l’on pouvait comprendre.
Néhémie le gouverneur, Esdras qui était prêtre et scribe, et les lévites qui donnaient les explications, dirent à tout le peuple : « Ce jour est consacré au Seigneur votre Dieu ! Ne prenez pas le deuil, ne pleurez pas ! » Car ils pleuraient tous en entendant les paroles de la Loi.
Esdras leur dit encore : « Allez, mangez des viandes savoureuses, buvez des boissons aromatisées, et envoyez une part à celui qui n’a rien de prêt. Car ce jour est consacré à notre Dieu ! Ne vous affligez pas : la joie du Seigneur est votre rempart ! »
Les lévites calmaient tout le peuple en disant : « Cessez de pleurer, car ce jour est saint. Ne vous affligez pas ! »
Puis tout le peuple se dispersa pour aller manger, boire, envoyer des parts à ceux qui n’avaient rien de prêt, et se livrer à de grandes réjouissances ; en effet, ils avaient compris les paroles qu’on leur avait fait entendre.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 10,1-12.
Parmi ses disciples, le Seigneur en désigna encore soixante-douze, et il les envoya deux par deux, en avant de lui, en toute ville et localité où lui-même allait se rendre.
Il leur dit : « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson.
Allez ! Voici que je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups.
Ne portez ni bourse, ni sac, ni sandales, et ne saluez personne en chemin.
Mais dans toute maison où vous entrerez, dites d’abord : “Paix à cette maison.”
S’il y a là un ami de la paix, votre paix ira reposer sur lui ; sinon, elle reviendra sur vous.
Restez dans cette maison, mangeant et buvant ce que l’on vous sert ; car l’ouvrier mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison.
Dans toute ville où vous entrerez et où vous serez accueillis, mangez ce qui vous est présenté. Guérissez les malades qui s’y trouvent et dites-leur : “Le règne de Dieu s’est approché de vous.”
Mais dans toute ville où vous entrerez et où vous ne serez pas accueillis, allez sur les places et dites :
“Même la poussière de votre ville, collée à nos pieds, nous l’enlevons pour vous la laisser. Toutefois, sachez-le : le règne de Dieu s’est approché.”
Je vous le déclare : au dernier jour, Sodome sera mieux traitée que cette ville.


En cette fête de sainte Thérèse, le récit de la première lecture publique de la Loi, au peuple revenu de Babylone, rejoint bien cet "proximité" du Royaume des cieux, qui apporte à tout homme non seulement une guérison de l'âme et du corps, mais réveille également le bonheur de se savoir aimé.
Notre prêtre a tenu à nous parler de sainte Thérèse qui, d’emblée, dès la petite enfance a reconnu la présence du Seigneur et a manifesté combien une "vraie vie en Dieu" est accessible à tous les cœurs simples. Dès qu'elle a reconnu la présence du Seigneur, elle a désiré Lui appartenir et Le servir en tout temps. Elle n'a pas eu besoin - comme firent d'autres "appelés" de Jésus - de dire : "Laisse-moi d'abord enterrer mon père" ! - ce qui équivaut à dire : je ne peux venir et te suivre car je suis rempli d'attachements à ma vie passée.

Je l'avoue pour mon propre compte: j'ai vécu cet angoisse - qui a duré quelques mois, jusqu'au moment où "chauffé à blanc", j'ai foncé chez le président du Séminaire, lequel m'a rejeté du fait de mon âge avancé : j'avais quarante ans !

Ce refus est demeuré - et demeure mon plus cruel souvenir; il ne m'a jamais quitté - mais il demeure comme un aiguillon qui m'empêchera toujours de considérer que "j'ai fait ma part"... Non, c'est encore aujourd'hui commence ma "vie en Dieu". Car c'est bien cet "aiguillon du rejet" qui renforcera jusqu'au bout mon témoignage.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Marie du 65
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1746
Inscription : ven. 10 avr. 2015, 21:00
Localisation : LOURDES 65100

Re: Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2014-2015)

Message non lu par Marie du 65 » jeu. 01 oct. 2015, 13:15

http://lusile17.l.u.pic.centerblog.net/6be7e4ca.jpg

Bonjour et Merci étienne pour ces textes toujours aussi prisés !!!!
Notre prêtre a tenu à nous parler de sainte Thérèse qui, d’emblée, dès la petite enfance a reconnu la présence du Seigneur et a manifesté combien une "vraie vie en Dieu" est accessible à tous les cœurs simples. Dès qu'elle a reconnu la présence du Seigneur, elle a désiré Lui appartenir et Le servir en tout temps. Elle n'a pas eu besoin - comme firent d'autres "appelés" de Jésus - de dire : "Laisse-moi d'abord enterrer mon père" ! - ce qui équivaut à dire : je ne peux venir et te suivre car je suis rempli d'attachements à ma vie passée.
Sainte-Thérèse Priez pour Nous pauvres pécheurs !!!
Tu Aimeras ton Prochain comme Toi-même

Près de Notre Saint Père

Verrouillé

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités