Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2013-2014)

« Mon âme aspire vers toi pendant la nuit, mon esprit te cherche dès le matin. » (Is 26.9)
Règles du forum
Forum de partage de méditations chrétiennes
etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12603
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Fête de saint Charles Borromée, Archevêque

Message non lupar etienne lorant » mar. 04 nov. 2014, 11:38

Le mardi de la 31e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens 2,5-11.

Frères, ayez entre vous les dispositions que l'on doit avoir dans le Christ Jésus :
lui qui était dans la condition de Dieu, il n'a pas jugé bon de revendiquer son droit d'être traité à l'égal de Dieu ;
mais au contraire, il se dépouilla lui-même en prenant la condition de serviteur. Devenu semblable aux hommes et reconnu comme un homme à son comportement, il s'est abaissé lui-même en devenant obéissant jusqu'à mourir, et à mourir sur une croix. C'est pourquoi Dieu l'a élevé au-dessus de tout ; il lui a conféré le Nom qui surpasse tous les noms,
afin qu'au Nom de Jésus, aux cieux, sur terre et dans l'abîme, tout être vivant tombe à genoux,
et que toute langue proclame : « Jésus Christ est le Seigneur », pour la gloire de Dieu le Père.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 14,15-24.
Au cours du repas chez un chef des pharisiens, en entendant parler Jésus, un des convives lui dit : " Heureux celui qui participera au repas dans le royaume de Dieu!"
Jésus lui dit : « Un homme donnait un grand dîner, et il avait invité beaucoup de monde.
A l'heure du dîner, il envoya son serviteur dire aux invités : 'Venez, maintenant le repas est prêt. '
Mais tous se mirent à s'excuser de la même façon. Le premier lui dit : 'J'ai acheté un champ, et je suis obligé d'aller le voir ; je t'en prie, excuse-moi. '
Un autre dit : 'J'ai acheté cinq paires de bœufs, et je pars les essayer ; je t'en prie, excuse-moi. '
Un troisième dit : 'Je viens de me marier, et, pour cette raison, je ne peux pas venir. '
A son retour, le serviteur rapporta ces paroles à son maître. Plein de colère, le maître de maison dit à son serviteur : 'Dépêche-toi d'aller sur les places et dans les rues de la ville, et amène ici les pauvres, les estropiés, les aveugles et les boiteux. '
Le serviteur revint lui dire : 'Maître, ce que tu as ordonné est fait, et il reste de la place. '
Le maître dit alors au serviteur : 'Va sur les routes et dans les sentiers, et insiste pour faire entrer les gens, afin que ma maison soit remplie.
Car, je vous le dis, aucun de ces hommes qui avaient été invités ne profitera de mon dîner. ' »



Textes de l'Evangile au quotidien


C'est par le Seigneur Jésus que nous sommes tous appelés au banquet dans le royaume des cieux. Et notre entrée ne dépend que de nous, de la façon dont nous aurons accueilli l'appel de Jésus. De la manière dont nous aurons intégré dans notre cœur et dans nos comportements, la dignité d'invité du Royaume.

Dans la lettre aux Philippiens, saint Paul continue, sans se lasser, d'appeler toutes et tous à de nouveaux progrès, lesquels commencent toujours par des renoncements aux choses du monde.

J'ai songé à ma propre situation, mais aussi à la situation de personnes que je connais. L'une d'entre elles a été victime d'un "burn out" qui l'a rendue inapte au travail durant des années. Elle n'avait ni les qualités, ni les compétences ni les acquis intellectuels pour accomplir la tâche qu'on lui avait donnée et elle s'est épuisée elle-même à chercher à tout "rattraper" très rapidement. Mais, en définitive, après un internement hospitalier de quelques semaines, elle a obtenu, non pas ce pour quoi elle s'était épuisée, mais la reconnaissance de sa maladie professionnelle. En définitive, c'est pour rien qu'elle s'est épuisée au physique comme au moral. Elle bénéficiera d’indemnités et de quelques avantages sociaux, mais elle restera comme diminuée à ses propres yeux.

D'une manière ou d'une autre, le monde, qui est un démon, nous entraîne à tout lui sacrifier, en renonçant à la dignité d'enfant de Dieu pour correspondre à ce que l'existence d'ici-bas exige de nous.

Mais bienheureux suis-je à cause de la conversion, car celle-ci, d'emblée, avant même que j'éprouve la Joie qui émane du Seigneur, fut un reniement de tous les autres "biens" qui sont en ce monde. Ce renoncement est comme une porte que l'on ferme sur la nourriture et les plaisirs de ce monde, mais une fois cette porte refermée, ce que l'on découvre aussitôt, c'est que le Royaume est à notre portée. "Souvenez-vous, nous a dit le prêtre: "Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d'une aiguille que pour un riche d'entrer dans le Royaume des Cieux." Cette richesse tient tout autant dans la peur de perdre quelques avantages pratiques en ce monde...

.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12603
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Il faut apprendre à se renoncer

Message non lupar etienne lorant » mer. 05 nov. 2014, 19:57

Le mercredi de la 31e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens 2,12-18.

Mes bien-aimés, vous qui avez toujours obéi, travaillez à votre salut dans la crainte de Dieu et en tremblant; ne le faites pas seulement quand je suis là, mais encore bien plus quand je n'y suis pas.
Car c'est l'action de Dieu qui produit en vous la volonté et l'action, parce qu'il veut votre bien.
Faites tout sans récriminer et sans discuter ; ainsi vous serez irréprochables et purs, vous qui êtes des enfants de Dieu sans tache au milieu d'une génération égarée et pervertie où vous brillez comme les astres dans l'univers,
en tenant fermement la parole de vie. Alors je pourrai m'enorgueillir quand viendra le jour du Christ : je n'aurai pas couru pour rien ni peiné pour rien. Et si je dois verser mon sang pour l'ajouter au sacrifice que vous offrez à Dieu par votre foi, je m'en réjouis et je partage ma joie avec vous tous.
Et vous, de même, réjouissez-vous et partagez votre joie avec moi.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 14,25-33.
De grandes foules faisaient route avec Jésus ; il se retourna et leur dit :
« Si quelqu'un vient à moi sans me préférer à son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères et sœurs, et même à sa propre vie, il ne peut pas être mon disciple.
Celui qui ne porte pas sa croix pour marcher derrière moi ne peut pas être mon disciple.
Quel est celui d'entre vous qui veut bâtir une tour, et qui ne commence pas par s'asseoir pour calculer la dépense et voir s'il a de quoi aller jusqu'au bout ?
Car, s'il pose les fondations et ne peut pas achever, tous ceux qui le verront se moqueront de lui :
'Voilà un homme qui commence à bâtir et qui ne peut pas achever ! '
Et quel est le roi qui part en guerre contre un autre roi, et qui ne commence pas par s'asseoir pour voir s'il peut, avec dix mille hommes, affronter l'autre qui vient l'attaquer avec vingt mille ?
S'il ne le peut pas, il envoie, pendant que l'autre est encore loin, une délégation pour demander la paix.
De même, celui d'entre vous qui ne renonce pas à tout ce qui lui appartient ne peut pas être mon disciple.


Textes de l’Évangile au quotidien

Les paroles de Jésus m'ont semblé cette fois vraiment difficiles à entendre. Sans doute est-ce dû au fait que chaque année, je suis sujet à un fort accès de dépression, toujours au même moment : lorsque je dois m'adapter au manque de lumière. Saint Paul rajoute qu'il faut être irréprochable. Eh bien, je me demande de nouveau si je suis à la hauteur de ces exigences. Serai-je un jour capable de renoncer à tout ce qui m'appartient afin d'être plus proche des pauvres ?
Néanmoins, je dis de nouveau avec force l'oraison que propose sainte Faustine qui consiste à dire et répéter chaque fois que nécessaire : "Seigneur, qu'il m'en soit fait non comme je veux, mais comme Toi tu veux !

Une partie de la journée, je me suis encore confronté à mon nouveau "windows" qui est un vrai tyran. Comme je ne voulais pas du moteur de recherche proposé par le programme, j'ai entrepris d'en changer et, par deux fois, la connexion internet s'est tout simplement coupée. J'ai donc capitulé, après une heure d'efforts exaspérants.

Ensuite, une bande d'une quinzaine d'ados ont de nouveau envahi mon couloir en passant leur musique de rap, laquelle a le don de faire grimper rapidement mes pulsations cardiaques. J'ai dû fermer boutique et je dois constater que cette journée ne m'a rapporté qu'une quarantaine d'euros.

Mon partage est très court car je dois bientôt refermer les portes du passage où j'ai ma boutique.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12603
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

La conversion : une mutation de l'être

Message non lupar etienne lorant » jeu. 06 nov. 2014, 11:33

Le jeudi de la 31e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens 3,3-8a.
Frères, le peuple de Dieu, celui de la vraie circoncision, c'est nous, nous qui adorons Dieu selon son Esprit, nous qui mettons notre orgueil dans le Christ Jésus et qui ne plaçons pas notre confiance dans les valeurs charnelles.
J'aurais pourtant, moi aussi, des raisons de placer ma confiance dans les valeurs charnelles. Si quelqu'un pense avoir des raisons de le faire, moi, j'en ai bien davantage.
J'ai reçu la circoncision quand j'avais huit jours ; je suis de la race d'Israël, de la tribu de Benjamin, Hébreu fils d'Hébreux ; pour la Loi, j'étais un pharisien ; pour l'ardeur jalouse, j'étais un persécuteur de l'Église ; pour la justice que donne la Loi, j'étais irréprochable.
Mais tous ces avantages que j'avais, je les ai considérés comme une perte à cause du Christ.
Oui, je considère tout cela comme une perte à cause de ce bien qui dépasse tout : la connaissance du Christ Jésus, mon Seigneur. A cause de lui, j'ai tout perdu ; je considère tout comme des balayures, en vue d'un seul avantage, le Christ.[/color]

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 15,1-10
Les publicains et les pécheurs venaient tous à Jésus pour l'écouter.
Les pharisiens et les scribes récriminaient contre lui : « Cet homme fait bon accueil aux pécheurs, et il mange avec eux ! »
Alors Jésus leur dit cette parabole :
« Si l'un de vous a cent brebis et en perd une, ne laisse-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf autres dans le désert pour aller chercher celle qui est perdue, jusqu'à ce qu'il la retrouve ?
Quand il l'a retrouvée, tout joyeux, il la prend sur ses épaules,
et, de retour chez lui, il réunit ses amis et ses voisins ; il leur dit : 'Réjouissez-vous avec moi, car j'ai retrouvé ma brebis, celle qui était perdue ! '
Je vous le dis : C'est ainsi qu'il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit, plus que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n'ont pas besoin de conversion. »
Ou encore, si une femme a dix pièces d'argent et en perd une, ne va-t-elle pas allumer une lampe, balayer la maison, et chercher avec soin jusqu'à ce qu'elle la retrouve ?
Quand elle l'a retrouvée, elle réunit ses amies et ses voisines et leur dit : 'Réjouissez-vous avec moi, car j'ai retrouvé la pièce d'argent que j'avais perdue ! '
De même, je vous le dis : Il y a de la joie chez les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se convertit. »


Textes de l’Évangile au quotidien

Dans la suite des textes d'hier, qui nous parlaient du renoncement radical pour demeurer avec Jésus, saint Paul nous parle de ce qu'il a lui-même vécu, ce qu'il est advenu de lui après sa chute brutale sur le chemin de Damas. Et c'est vrai que, pour le Seigneur, il a tout perdu de son ancienne position - qu'il nous décrit :

"Je suis de la race d'Israël, de la tribu de Benjamin, Hébreu fils d'Hébreux ; pour la Loi, j'étais un pharisien ; pour l'ardeur jalouse, j'étais un persécuteur de l'Église ; pour la justice que donne la Loi, j'étais irréprochable."

Moi aussi, je suis tombé, ce troisième dimanche d'août 1985. Je ne suis pas tombé d'aussi haut que d'un rang social comme l'ancien Saül en avait un, mais toute la construction du monde telle que je l'avais considérée, et toutes mes réflexions concernant l'absolue nécessité d'être un "gagnant", se sont retrouvées à genoux au pied d'un crucifix. Mes pensées d'avant ont été balayée d'un seul coup.

D'abord, la conception du péché n'était plus tant la transgression volontaire d'une loi divine, mais plutôt : une cause parmi d'autres de la souffrance du Seigneur sur sa croix. Ce fut, tout autant, l'étonnement suprême de reconnaître que Lui m'avait aimé, moi, en dépit de ma croyance d'alors: car j'avais considéré que ma vie serait un combat perpétuel dont de toute manière je finirais perdant. La vie est un combat dont on ne pouvait finir que perdant: dans ma chambre d'étudiant, j'avais affiché un poster fameux, qui montrait un soldat allemand abattu en pleine course, les pieds détachés du sol et le fusil suspendu dans l'air à hauteur de sa main (une photo très primée)...

Donc, jusqu'à ma rencontre avec le Christ, vivre c'était combattre pour la réussite même avec la certitude de la chute finale. Et je vivais avec çà dans la tête et le cœur... Une volonté de fer associée à un pessimisme noir. Mais je fus instantanément converti et je rejoins ici l’Évangile du jour car tandis que j'étais à genoux dans les larmes (de reconnaissance et de joie confondues), j'ai entendu cette parole de l’Évangile : Il y a de la joie chez les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se convertit Je me souviens que cette parole était dite comme une proclamation des anges eux-mêmes, et que tous les murs en étaient tapissés... Et, pour conclure, mon sens du malheur a été transformé en une Joie qui me séparait bien du monde. Le malheur est toujours bien présent dans nos sociétés, mais par la grâce divine, chacun de nos cheveux est compté.

.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4374
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: La conversion : une mutation de l'être

Message non lupar gerardh » jeu. 06 nov. 2014, 11:59

______

Bonjour Etienne,

Merci pour votre beau témoignage.



_______

Wazabi
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 509
Inscription : lun. 29 sept. 2014, 12:12

Re: Il faut apprendre à se renoncer

Message non lupar Wazabi » ven. 07 nov. 2014, 12:40

Il y a quelqu'un qui peut vous aider : C'est le Père Pierre de Béthune. Il peut vous donner des outils pour réaliser ce qui est écrit là. J'espère que cela vous aidera.

Le renoncement total est une chose que beaucoup de gens ne comprennent pas et qui peut même leur faire peur. Paradoxalement, renoncez a "tout", être en communion totale avec Dieu, c'est s'ouvrir a tout également. C'est dû à l'omniprésence de Dieu. Il ne faut donc pas avoir peur.

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12603
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

La conversion : une mutation de l'être

Message non lupar etienne lorant » ven. 07 nov. 2014, 17:23

Le vendredi de la 31e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens 3,17-21.4,1.

Frères, prenez-moi tous pour modèle, et regardez bien ceux qui vivent selon l'exemple que nous vous donnons. Car je vous l'ai souvent dit, et maintenant je le redis en pleurant : beaucoup de gens vivent en ennemis de la croix du Christ. Ils vont tous à leur perte. Leur dieu, c'est leur ventre, et ils mettent leur gloire dans ce qui fait leur honte ; ils ne tendent que vers les choses de la terre.
Mais nous, "
Ainsi, mes frères bien-aimés que je désire tant revoir, vous, ma joie et ma récompense, tenez bon dans le Seigneur, mes bien-aimés
.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 16,1-8.
Jésus disait encore à ses disciples : « Un homme riche avait un gérant qui lui fut dénoncé parce qu'il gaspillait ses biens. Il le convoqua et lui dit : 'Qu'est-ce que j'entends dire de toi ? Rends-moi les comptes de ta gestion, car désormais tu ne pourras plus gérer mes affaires. '
Le gérant pensa : 'Que vais-je faire, puisque mon maître me retire la gérance ? Travailler la terre ? Je n'ai pas la force. Mendier ? J'aurais honte.
Je sais ce que je vais faire, pour qu'une fois renvoyé de ma gérance, je trouve des gens pour m'accueillir. '
Il fit alors venir, un par un, ceux qui avaient des dettes envers son maître. Il demanda au premier : 'Combien dois-tu à mon maître ?
- Cent barils d'huile. ' Le gérant lui dit : 'Voici ton reçu ; vite, assieds-toi et écris cinquante. '
Puis il demanda à un autre : 'Et toi, combien dois-tu ? - Cent sacs de blé. ' Le gérant lui dit : 'Voici ton reçu, écris quatre-vingts. '
Ce gérant trompeur, le maître fit son éloge : effectivement, il s'était montré habile, car les fils de ce monde sont plus habiles entre eux que les fils de la lumière.



Textes de l’Évangile au quotidien

L'éloge du gérant trompeur n'est certes pas l'éloge de la tricherie ! C'est l'éloge de l'homme qui se reconnaît coupable et qui s'efforce, tant qu'il est temps encore, de réparer une partie des dommages qu'il a commis. Pour tout dire simplement, Jésus fait l'éloge du repentir. Un homme ou une femme qui se repentent se retrouvent, à cause de ce qu'accomplit la miséricorde divine accomplit en eux, devant l'énormité de leurs fautes. Réparer tout ? Impossible. Comment rendre au pauvre qui est mort, l'argent qu'on lui a extorqué au point qu'il en est mort, faute de pouvoir se payer des médicaments ?

L'éloge, c'est celui du mouvement de retour en soi-même; c'est l'éloge de ce débat furieux que l'âme livre à la conscience qui lui dit: "Toi, tu es mauvaise, le fond de toi est mauvais, le fond de ton être n'est que de la pourriture qui cherche à se justifier en corrompant autrui. Et la biographie des convertis est remplie de retours sur soi-même, si puissants qu'untel a tout quitté pour aller vivre au désert, qu'un autre s'est exposé à la mort plusieurs fois... mais tous ont comme point commun d'avoir recommencé de vivre autrement, du jour au lendemain, au plus grand l'étonnement de leurs proches.

Et ce à quoi tend la conversion, saint Paul le dit :

"Nous sommes citoyens des cieux ; c'est à ce titre que nous attendons comme sauveur le Seigneur Jésus Christ,
lui qui transformera nos pauvres corps à l'image de son corps glorieux, avec la puissance qui le rend capable aussi de tout dominer.
"

C'est peut-être un avis personnel, mais je crois que Jésus a plus de tendresse envers les convertis, à cause de ce tout ce qu'il a souffert de la part de tous ceux qui se disaient "justes".

¨.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12603
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Conversion d'un homme d'affaires

Message non lupar etienne lorant » ven. 07 nov. 2014, 17:42

Le vendredi de la 31e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens 3,17-21.4,1.

Frères, prenez-moi tous pour modèle, et regardez bien ceux qui vivent selon l'exemple que nous vous donnons. Car je vous l'ai souvent dit, et maintenant je le redis en pleurant : beaucoup de gens vivent en ennemis de la croix du Christ. Ils vont tous à leur perte. Leur dieu, c'est leur ventre, et ils mettent leur gloire dans ce qui fait leur honte ; ils ne tendent que vers les choses de la terre.
Mais nous, "
Ainsi, mes frères bien-aimés que je désire tant revoir, vous, ma joie et ma récompense, tenez bon dans le Seigneur, mes bien-aimés
.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 16,1-8.
Jésus disait encore à ses disciples : « Un homme riche avait un gérant qui lui fut dénoncé parce qu'il gaspillait ses biens. Il le convoqua et lui dit : 'Qu'est-ce que j'entends dire de toi ? Rends-moi les comptes de ta gestion, car désormais tu ne pourras plus gérer mes affaires. '
Le gérant pensa : 'Que vais-je faire, puisque mon maître me retire la gérance ? Travailler la terre ? Je n'ai pas la force. Mendier ? J'aurais honte.
Je sais ce que je vais faire, pour qu'une fois renvoyé de ma gérance, je trouve des gens pour m'accueillir. '
Il fit alors venir, un par un, ceux qui avaient des dettes envers son maître. Il demanda au premier : 'Combien dois-tu à mon maître ?
- Cent barils d'huile. ' Le gérant lui dit : 'Voici ton reçu ; vite, assieds-toi et écris cinquante. '
Puis il demanda à un autre : 'Et toi, combien dois-tu ? - Cent sacs de blé. ' Le gérant lui dit : 'Voici ton reçu, écris quatre-vingts. '
Ce gérant trompeur, le maître fit son éloge : effectivement, il s'était montré habile, car les fils de ce monde sont plus habiles entre eux que les fils de la lumière.



Textes de l’Évangile au quotidien

L'éloge du gérant trompeur n'est certes pas l'éloge de la tricherie ! C'est l'éloge de l'homme qui se reconnaît coupable et qui s'efforce, tant qu'il est temps encore, de réparer une partie des dommages qu'il a commis. Pour tout dire simplement, Jésus fait l'éloge du repentir. Un homme ou une femme qui se repentent se retrouvent, à cause de ce qu'accomplit la miséricorde divine accomplit en eux, devant l'énormité de leurs fautes. Réparer tout ? Impossible. Comment rendre au pauvre qui est mort, l'argent qu'on lui a extorqué au point qu'il en est mort, faute de pouvoir se payer des médicaments ?

L'éloge, c'est celui du mouvement de retour en soi-même; c'est l'éloge de ce débat furieux que l'âme livre à la conscience qui lui dit: "Toi, tu es mauvaise, le fond de toi est mauvais, le fond de ton être n'est que de la pourriture qui cherche à se justifier en corrompant autrui. Et la biographie des convertis est remplie de retours sur soi-même, si puissants qu'untel a tout quitté pour aller vivre au désert, qu'un autre s'est exposé à la mort plusieurs fois... mais tous ont comme point commun d'avoir recommencé de vivre autrement, du jour au lendemain, au plus grand l'étonnement de leurs proches.

Et ce à quoi tend la conversion, saint Paul le dit :

"Nous sommes citoyens des cieux ; c'est à ce titre que nous attendons comme sauveur le Seigneur Jésus Christ,
lui qui transformera nos pauvres corps à l'image de son corps glorieux, avec la puissance qui le rend capable aussi de tout dominer.
"

C'est peut-être un avis personnel, mais je crois que Jésus a plus de tendresse envers les convertis, à cause de ce tout ce qu'il a souffert de la part de tous ceux qui se disaient "justes".

.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12603
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Conversion d'un homme d'affaires

Message non lupar etienne lorant » ven. 07 nov. 2014, 18:03

Ma "publication" n'est pas ce que je voudrais qu'elle soit. Mais c'est que je me bats incessamment avec ce windows...
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12603
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Apprenons à nous contenter de peu

Message non lupar etienne lorant » sam. 08 nov. 2014, 11:13

Le samedi de la 31e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens 4,10-19.

Frères, j'ai éprouvé une grande joie dans le Seigneur à voir refleurir vos bonnes dispositions pour moi : elles étaient bien vivantes, mais vous n'aviez pas occasion de les montrer.
Ce n'est pas le dénuement qui me fait parler ainsi, car j'ai été formé à me contenter de ce que j'ai.
Je sais vivre de peu, je sais aussi avoir tout ce qu'il me faut. Être rassasié et avoir faim, avoir tout ce qu'il me faut et manquer de tout, j'ai appris cela de toutes les façons.
Je peux tout supporter avec celui qui me donne la force.
Cependant, vous avez bien fait de m'aider tous ensemble quand j'étais dans la gêne.
Vous, les Philippiens, vous le savez : dans les premiers temps où vous avez reçu l'Évangile, au moment où je quittais la Macédoine, je n'ai eu ma part dans les recettes et dépenses d'aucune Église, excepté la vôtre.
A Thessalonique déjà, vous m'avez envoyé, et même deux fois, ce dont j'avais besoin.
Je ne recherche pas les dons ; ce que je recherche, c'est le bénéfice qui s'ajoutera à votre compte.
J'ai d'ailleurs tout reçu, j'ai tout ce qu'il me faut, je suis comblé depuis qu'Épaphrodite m'a remis votre envoi : c'est un sacrifice que Dieu trouve agréable et qu'il accepte parce qu'il lui plaît.
Et mon Dieu subviendra magnifiquement à tous vos besoins selon sa richesse, dans le Christ Jésus
.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 16,9-15.
Jésus disait à ses disciples : " Faites-vous, des amis avec l'Argent trompeur, afin que, le jour où il ne sera plus là, ces amis vous accueillent dans les demeures éternelles.
Celui qui est digne de confiance dans une toute petite affaire est digne de confiance aussi dans une grande. Celui qui est trompeur dans une petite affaire est trompeur aussi dans une grande.
Si vous n'avez pas été dignes de confiance avec l'Argent trompeur, qui vous confiera le bien véritable ?
Et si vous n'avez pas été dignes de confiance pour des biens étrangers, le vôtre, qui vous le donnera ?
Aucun domestique ne peut servir deux maîtres : ou bien il détestera le premier, et aimera le second ; ou bien il s'attachera au premier, et méprisera le second. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l'Argent. »
Les pharisiens, eux qui aimaient l'argent, entendaient tout cela, et ils ricanaient à son sujet.
Il leur dit alors : « Vous êtes, vous, ceux qui se présentent comme des justes aux yeux des hommes, mais Dieu connaît vos cœurs, car ce qui est prestigieux chez les hommes est une chose abominable aux yeux de Dieu.



Textes de l'Evangile au quotidien

Les textes de ce samedi m'ont paru vraiment d'actualité, car on peut voir partout en Europe (mais pas seulement), comment la finance est en train de mettre sur les épaules des citoyens des fardeaux impossibles à supporter. Et du coup, la manifestation qui prévoyait cent mille protestataires en a finalement compté cent vingt mille. Et il y a eu de la casse... Nous ne pouvons servir Dieu et l'Argent trompeur. Au fait, pourquoi cette majuscule au mot : argent ? Parce que Jésus désigne l'Argent comme étant un démon. Ailleurs, ce démon est nommé : il s'agit de Mammon. Satan est expert en illusions et fausses nouvelles et Mammon représente Satan distributeur des fausses richesses.

On en arrive à des cas inédits. C'est ce qui m'a frappé hier en parcourant l'actualité. Il est désormais au moins une ville au monde où la charité est punie par la loi :

http://www.journaldemontreal.com/2014/1 ... sans-abris

Ce cas peut paraître exceptionnel, mais en réalité, nous sommes tous touchés par des lois et des règlements iniques. Je cite le cas qui me touche au plus près: ma mère, Léa, 90 ans, a fait une chute en essayant de se rajuster sans aide dans une des toilettes de la maison de repos où l'arthrose de ses genoux l'a finalement conduite. C'est la toute première fois qu'un tel accident se produit depuis que l'établissement existe. C'est aussi la première fois qu'il n'y a plus que deux aides-soignantes par étage - alors qu'elles étaient quatre en début d'année. Le montant mensuel de l'hébergement n'a pas pour autant diminué - il a été augmenté, au contraire !

Du reste, pour sortir du cas particulier : préparons-nous, soyons forts dans la foi, car l'on nous proposera, un jour ou l'autre, de nous faire euthanasier afin de "mourir dans la dignité". La dignité, quel joli mot pour couvrir un assassinat !

Efforçons-nous donc de nous contenter de ce que nous avons. Commençons sans tarder à revêtir le Christ souffrant puisque c'est Lui qui nous accueillera dans le Royaume !

.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Wazabi
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 509
Inscription : lun. 29 sept. 2014, 12:12

Re: Apprenons à nous contenter de peu

Message non lupar Wazabi » sam. 08 nov. 2014, 13:57

Il ya un gars qui a essayer de penser un système sans argent.
C'est très intéressant. Bon il y a des choses a préciser dans ce qu'il propose ; mais les bases sont intéressantes.
Je vais tacher de retrouver la vidéo.

Je suis d'accord sur le fait que l'argent est une source de problèmes ; car il dénature les choses. Surtout dans une logique de bénéfices et non de fonctionnement pur et simple.

Wazabi
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 509
Inscription : lun. 29 sept. 2014, 12:12

Re: Apprenons à nous contenter de peu

Message non lupar Wazabi » sam. 08 nov. 2014, 14:00


etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12603
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Dimanche : dédicace de la Basilique du Latran, Fête

Message non lupar etienne lorant » sam. 08 nov. 2014, 18:19

Livre d'Ézéchiel 47,1-2.8-9.12.
Au cours d'une vision reçue du Seigneur, l'homme qui me guidait me fit revenir à l'entrée du Temple, et voici : sous le seuil du Temple, de l'eau jaillissait en direction de l'orient, puisque la façade du Temple était du côté de l'orient. L'eau descendait du côté droit de la façade du Temple, et passait au sud de l'autel.
L'homme me fit sortir par la porte du nord et me fit faire le tour par l'extérieur, jusqu'à la porte qui regarde vers l'orient, et là encore l'eau coulait du côté droit.
Il me dit : « Cette eau coule vers la région de l'orient, elle descend dans la vallée du Jourdain, et se déverse dans la mer Morte, dont elle assainit les eaux.
En tout lieu où parviendra le torrent, tous les animaux pourront vivre et foisonner. Le poisson sera très abondant, car cette eau assainit tout ce qu'elle pénètre, et la vie apparaît en tout lieu où arrive le torrent.
Au bord du torrent, sur les deux rives, toutes sortes d'arbres fruitiers pousseront ; leur feuillage ne se flétrira pas et leurs fruits ne manqueront pas. Chaque mois ils porteront des fruits nouveaux, car cette eau vient du sanctuaire. Les fruits seront une nourriture, et les feuilles un remède
.



Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 3,9b-11.16-17.
Frères, vous êtes la maison que Dieu construit.
Comme un bon architecte, avec la grâce que Dieu m'a donnée, j'ai posé les fondations. D'autres poursuivent la construction ; mais que chacun prenne garde à la façon dont il construit.
Les fondations, personne ne peut en poser d'autres que celles qui existent déjà : ces fondations, c'est Jésus Christ.
N'oubliez pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l'Esprit de Dieu habite en vous.
Si quelqu'un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira ; car le temple de Dieu est sacré, et ce temple, c'est vous.




Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 2,13-22.
Comme la Pâque des Juifs approchait, Jésus monta à Jérusalem.
Il trouva installés dans le Temple les marchands de bœufs, de brebis et de colombes, et les changeurs.
Il fit un fouet avec des cordes, et les chassa tous du Temple ainsi que leurs brebis et leurs bœufs ; il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs,
et dit aux marchands de colombes : « Enlevez cela d'ici. Ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic. »
Ses disciples se rappelèrent cette parole de l'Écriture : L'amour de ta maison fera mon tourment.
Les Juifs l'interpellèrent : « Quel signe peux-tu nous donner pour justifier ce que tu fais là ? »
Jésus leur répondit : « Détruisez ce Temple, et en trois jours je le relèverai. »
Les Juifs lui répliquèrent : « Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce Temple, et toi, en trois jours tu le relèverais ! »
Mais le Temple dont il parlait, c'était son corps.
Aussi, quand il ressuscita d'entre les morts, ses disciples se rappelèrent qu'il avait dit cela ; ils crurent aux prophéties de l'Écriture et à la parole que Jésus avait dite.


_______________

Au Vème siècle, l'empereur Constantin ayant accordé à diverses religions un statut de liberté dans l’empire, on retrouve dans Rome de nombreux lieux de prière qu’on appelle basilique. La basilique est à l’origine un lieu profane où s’exerce toutes les activités de la vie quotidienne (commerce, politique, échange d’idées).

Tout proche de la basilique se trouve un bâtiment de forme circulaire, c’est le fameux baptistère de Latran. De nombreuses générations, des personnes de tout âge y ont reçu leur première initiation et accompli leurs premiers pas dans les voies de la religion de Jésus-Christ.

Le rôle d’accueil et de formation des premiers chrétiens dans la capitale de l’empire a fait de cette belle église la véritable cathédrale de Rome. On retrouve sur le fronton central de la façade la devise Mater et Caput omnium ecclesiarum urbis et orbis, "Mère et chef de toutes les églises de Rome et du monde". Pour les croyants, Latran est la mère des autres églises.

(info liturgiecatholique.fr)

Il m'est toujours difficile d'écrire un commentaire la veille du dimanche, car je ne sais jamais dire à l'avance si je pourrai assister à la messe dominicale. Un de nos prêtres âgés dit sa messe dans la maison de repos où il demeure, mais il n'est plus jamais certain qu'il la dira - étant donné que son état de santé ne cesse de se dégrader ... Ah, Belgique, à la pointe de la "modernité", où sont tes prêtres ?!?

Cependant, c'est le jour où je regarde l'une ou l'autre émission religieuse à la télévision... ce qui me change les idées, car les mauvaises nouvelles de chaque jour cèdent la place à 'tout autre chose'.

Si l'église du Latran est devenue "Mère et chef de toutes les églises de Rome et du monde", il n'en reste pas moins, comme le dit saint Paul, que nous sommes le temple de Dieu, et que l'Esprit de Dieu habite en nous. Et dès lors, quel respect ne devrions-nous pas avoir pour ce temple ! Que si Dieu habite en nous, comment pourrions nous encore avilir notre corps par des abus insensés d'alcool, de nourriture, de spectacles obscènes, de pensées de haine, de sentiments de jalousie ou de possessivité ?

A l'instant me vient l'envie de relire ce prodigieux texte qu'écrivit saint Paul à propos de la charité dans sa première épître aux Corinthiens :

Recherchez donc avec ardeur les dons les plus grands. Et maintenant, je vais vous indiquer le chemin par excellence :
J’aurais beau parler toutes les langues des hommes et des anges, si je n’ai pas la charité, s’il me manque l’amour, je ne suis qu’un cuivre qui résonne, une cymbale retentissante.
J’aurais beau être prophète, avoir toute la science des mystères et toute la connaissance de Dieu, j’aurais beau avoir toute la foi jusqu’à transporter les montagnes, s’il me manque l’amour, je ne suis rien.
J’aurais beau distribuer toute ma fortune aux affamés, j’aurais beau me faire brûler vif, s’il me manque l’amour, cela ne me sert à rien.
L’amour prend patience ; l’amour rend service ; l’amour ne jalouse pas ; il ne se vante pas, ne se gonfle pas d’orgueil ; il ne fait rien d’inconvenant ; il ne cherche pas son intérêt ; il ne s’emporte pas ; il n’entretient pas de rancune ;
il ne se réjouit pas de ce qui est injuste, mais il trouve sa joie dans ce qui est vrai ;
il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout.
L’amour ne passera jamais. Les prophéties seront dépassées, le don des langues cessera, la connaissance actuelle sera dépassée.
En effet, notre connaissance est partielle, nos prophéties sont partielles.
Quand viendra l’achèvement, ce qui est partiel sera dépassé.
Quand j’étais petit enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant. Maintenant que je suis un homme, j’ai dépassé ce qui était propre à l’enfant.
Nous voyons actuellement de manière confuse, comme dans un miroir ; ce jour-là, nous verrons face à face. Actuellement, ma connaissance est partielle ; ce jour-là, je connaîtrai parfaitement, comme j’ai été connu.
Ce qui demeure aujourd’hui, c’est la foi, l’espérance et la charité ; mais la plus grande des trois, c’est la charité.


Seigneur, je crois, mais viens au secours de ma pauvre foi !

Bon dimanche à toutes et à tous !
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12603
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

La foi dans les temps de bouleversements

Message non lupar etienne lorant » lun. 10 nov. 2014, 10:37

Le lundi de la 32e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre à Tite 1,1-9.

Moi, Paul, serviteur de Dieu, je m'adresse à toi, Tite, mon véritable enfant selon la foi qui nous est commune, moi qui suis Apôtre de Jésus Christ, chargé de conduire ceux que Dieu a choisis vers la foi et la connaissance de la vérité dans une religion vécue.
Je m'appuie sur l'espérance de la vie éternelle, promise depuis toujours par Dieu qui ne ment pas ;
au temps fixé, il a manifesté sa parole dans le message qui m'a été confié par ordre de Dieu notre Sauveur.
Je te souhaite grâce et paix de la part de Dieu le Père et du Christ Jésus notre Sauveur.
Si je t'ai laissé en Crète, c'est pour que tu finisses de tout organiser et que, dans chaque ville, tu institues des Anciens comme je te l'ai commandé.
L'Ancien doit être un homme sans reproche, époux d'une seule femme, père de famille dont les enfants soient croyants, et inattaquables pour leur conduite et leur obéissance.
Il faut en effet que le responsable d'une communauté d'Église soit un homme sans reproche, puisqu'il est l'intendant de Dieu ; il ne doit être ni arrogant, ni coléreux, ni buveur, ni violent, ni avide de propos malhonnêtes ;
il doit ouvrir sa maison à tous, être ami du bien, raisonnable, juste, saint, maître de lui.
Il doit être attaché à la parole sûre et conforme à la doctrine, pour être capable, à la fois, d'exhorter les autres en leur donnant un enseignement solide, et de répondre aux opposants
.



Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 17,1-6.
Jésus disait à ses disciples : « Il est inévitable qu'il arrive des scandales qui entraînent au péché, mais malheureux celui par qui ils arrivent. Si on lui attachait au cou une meule de moulin et qu'on le précipite à la mer, ce serait mieux pour lui que d'entraîner au péché un seul de ces petits.
Tenez-vous sur vos gardes ! Si ton frère a commis une faute contre toi, fais-lui de vifs reproches, et, s'il se repent, pardonne-lui.
Même si sept fois par jour il commet une faute contre toi, et que sept fois de suite il revienne à toi en disant : 'Je me repens', tu lui pardonneras. »
Les Apôtres dirent au Seigneur : « Augmente en nous la foi ! »
Le Seigneur répondit : « La foi, si vous en aviez gros comme une graine de moutarde, vous diriez au grand arbre que voici : 'Déracine-toi et va te planter dans la mer', et il vous obéirait.


Textes de l’Évangile au quotidien

Au moment où fut rédigée cette épître attribuée à saint Paul, mais peut-être par son successeur (selon divers
spécialistes), la plupart des premiers témoins directs du Christ sont déjà morts, le temple de Jérusalem a été détruit, les juifs ont été dispersés partout dans l'empire romain et les premières persécutions des chrétiens ont commencé. C'est un temps de grande inquiétude pour les chrétiens d'alors. Que nous arrivera-t-il ?, se demandent les chrétiens. Notre prêtre (revenu de congé de maladie) nous a dit : "Ne nous posons-nous pas les mêmes questions ?" Car nos sociétés, du haut en bas, sont secouées par des violences inédites et parce qu'une partie de chacune de nos populations doivent faire face à des réductions de niveau de vie, sans mentionner les "idéologies mortifères", a-t-il ajouté "et c'est dans ces circonstances que nous allons fêter le 11 novembre"...

La réponse que nous donne Jésus est toujours la même : il faut que notre foi soit vivante et forte, capable de soulever un arbre pour le jeter de la mer. Mais en réalité, l'arbre n'est pas un élément extérieur à notre âme: c'est une tentation qu'une foi exercée peut repousser. C'est bien ce que j'avais moi-même besoin d'entendre, après seulement trois heures d'un sommeil agité. Les chutes de ma mère sont devenus courantes et elle-même a évoqué sa fin. Je remercie donc le Seigneur car, plutôt que de m'assoupir en fin d'insomnie, je me suis levé dans la confiance que l'Eucharistie renouvellerait mes forces, et c'est bien ce qui se passe.

En union de prières avec celles et ceux confrontés à toutes sortes de problèmes ou de nécessaires changement de mode de vie !

.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12603
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Multiplier les bonnes oeuvres, c'est moins que devenir bon

Message non lupar etienne lorant » lun. 10 nov. 2014, 19:36

Le mardi de la 32e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre à Tite 2,1-8.11-14.

Fils bien-aimé, proclame ce qui est conforme à l'enseignement solide.
Dis aux hommes âgés d'être sobres, dignes de respect, raisonnables, et solides dans la foi, la charité et la persévérance.
Quant aux femmes âgées, dis-leur de mener une vie sainte, de ne pas dire du mal des autres, de ne pas être esclaves de la boisson, de donner de bons conseils ;qu'elles apprennent aux jeunes femmes à aimer leur mari et leurs enfants,
à être raisonnables et pures, bonnes ménagères, aimables, soumises chacune à son mari, afin que la parole de Dieu ne soit pas exposée au mépris.
Exhorte aussi les jeunes à être raisonnables en toutes choses.
Toi-même, sois un modèle dans ta façon de bien agir : par le sérieux et la pureté de ton enseignement,
par la solidité inattaquable de ta parole, pour la plus grande confusion de l'adversaire qui ne trouvera aucune critique à faire sur nous.
Car la grâce de Dieu s'est manifestée pour le salut de tous les hommes.
C'est elle qui nous apprend à rejeter le péché et les passions d'ici-bas, pour vivre dans le monde présent en hommes raisonnables, justes et religieux, et pour attendre le bonheur que nous espérons avoir quand se manifestera la gloire de Jésus Christ, notre grand Dieu et notre Sauveur. Car il s'est donné pour nous afin de nous racheter de toutes nos fautes, et de nous purifier pour faire de nous son peuple, un peuple ardent à faire le bien
.



Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 17,7-10.
Jésus disait aux Apôtres : « Lequel d'entre vous, quand son serviteur vient de labourer ou de garder les bêtes, lui dira à son retour des champs : 'Viens vite à table'?
Ne lui dira-t-il pas plutôt : 'Prépare-moi à dîner, mets-toi en tenue pour me servir, le temps que je mange et que je boive. Ensuite tu pourras manger et boire à ton tour. '
Sera-t-il reconnaissant envers ce serviteur d'avoir exécuté ses ordres ?
De même vous aussi, quand vous aurez fait tout ce que Dieu vous a commandé, dites-vous : 'Nous sommes des serviteurs quelconques : nous n'avons fait que notre devoir. ' »



Textes de l’Évangile au quotidien


Au cœur de notre vie de croyants, il ne s'agit pas vraiment d'amasser des mérites devant le Seigneur, mais de devenir véritablement autre, à son imitation. C'est peut-être de franchir ce cap qui est le plus désirable, mais aussi le plus difficile. Par l'exercice des bonnes œuvres, on peut effectivement manifester la charité à autrui, mais devenir vraiment bon, miséricordieux et doux à l'image du Seigneur, cela n'est pas à la portée de l'exercice, ce ne peut être que pure grâce.
Or, n'est-ce pas vers cette grâce qu'il faut tendre ?

Je voudrais évoquer ici une anecdote de ma journée. J'ai vécu cette journée en m'efforçant toujours dans le même sens qui consiste à vivre chaque petit événement en manifestant de la sympathie et une sérénité tranquille. La sympathie ne me fut pas difficile - mais quant à la sérénité ! Le plus petit imprévu (j'ai de nouveau égaré mon parapluie) a suffi pour que je me sente exaspéré de tout. Je sais que derrière cette exaspération, il y a la fatigue, les nerfs trop sollicités, l'habitude d'aller vite, mais justement: la fatigue, il faudrait l'accepter avec un sourire; les nerfs, il faut les tenir serrés; quant à aller vite, ce n'est certes pas cela qui m'avance, sinon je n'aurais pas dû faire demi-tour pour chercher le parapluie égaré !

En conclusion, eh bien, c'est encore raté. Je ne peux pas dire que j'ai vécu ma journée pleinement dans la grâce reçue à l'Eucharistie. La plus petite contrariété m'en a détourné. Devenir des serviteurs quelconques qui disent à propos d'eux-mêmes: nous n'avons fait que notre devoir... c'est à cela qu'il nous faut tendre.

.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Jeremy43
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1020
Inscription : dim. 29 sept. 2013, 22:12

Re: Multiplier les bonnes oeuvres, c'est moins que devenir b

Message non lupar Jeremy43 » lun. 10 nov. 2014, 23:06

Bonsoir Etienne,

Merci pour votre méditation, c'est toujours un plaisir de vous lire.
les nerfs, il faut les tenir serrés
Attention toutefois car à force de les tenir serrés, ils risquent de lâcher. Soyez prudent avec vous même, nous avons besoin de nous détendre et de décompresser, même les grands moines ascétiques du début du christianisme prenaient du temps pour s'amuser.

Même Jésus quittait ses disciples pour s'immerger dans la présence du Père dans la prière et "déposer" son fardeau.


Revenir vers « Méditations »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités