Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2013-2014)

« Mon âme aspire vers toi pendant la nuit, mon esprit te cherche dès le matin. » (Is 26.9)
Règles du forum
Forum de partage de méditations chrétiennes
etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12642
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

L'homélie du Pape François

Message non lupar etienne lorant » mer. 15 oct. 2014, 16:12

Notre vie est-elle une “ vie chrétienne faite de cosmétique, d’apparence ou est-ce une vie chrétienne avec la foi qui œuvre dans la charité?”. C’est la question qu’a posée le Pape François au terme de l’homélie de la messe célébrée ce mardi matin en la chapelle de la maison Sainte-Marthe. La foi, a affirmé le Pape, « ce n’est pas seulement réciter le Credo » mais cela requiert de se détacher de l’avidité et de la cupidité pour savoir donner aux autres, surtout s’ils sont pauvres.
“Des sépulcres blanchis”, voilà ce que Jésus dira à leur propos dans le passage analogue de l’Évangile selon Saint-Matthieu, accentuant certains comportements qu’il a défini comme « ordure », pourriture. Sa contre-proposition est la suivante : « donnez plutôt tout ce que vous avez à l’intérieur ». « L’aumône- rappelle le Pape- a toujours été, dans la tradition de la Bible, aussi bien dans l’Ancien que dans le Nouveau Testament, la pierre de touche de la justice ». Même Paul, dans la lecture du jour, discute avec les Galates sur ce même sujet, leur attachement à la loi. Le résultat est le même parce que, insiste le Pape François, « la loi ne peut sauver à elle seule »
:



http://www.news.va/fr/news/non-a-la-foi ... st-la-ch-2
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12642
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Les Docteurs de la loi et la clé de la connaissance

Message non lupar etienne lorant » jeu. 16 oct. 2014, 9:59

Le jeudi de la 28e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens 1,1-10.

Moi Paul, apôtre du Christ Jésus par la volonté de Dieu, je m'adresse à vous, les membres du peuple saint qui êtes à Éphèse, vous les fidèles dans le Christ Jésus.
Que la grâce et la paix soient avec vous de la part de Dieu notre Père et de Jésus Christ le Seigneur.
Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ. Dans les cieux, il nous a comblés de sa bénédiction spirituelle en Jésus Christ.
En lui, il nous a choisis avant la création du monde, pour que nous soyons, dans l'amour, saints et irréprochables sous son regard. Il nous a d'avance destinés à devenir pour lui des fils par Jésus Christ : voilà ce qu'il a voulu dans sa bienveillance,
à la louange de sa gloire, de cette grâce dont il nous a comblés en son Fils bien-aimé,
qui nous obtient par son sang la rédemption, le pardon de nos fautes. Elle est inépuisable, la grâce
par laquelle Dieu nous a remplis de sagesse et d'intelligence
en nous dévoilant le mystère de sa volonté, de ce qu'il prévoyait dans le Christ pour le moment où les temps seraient accomplis ; dans sa bienveillance,
il projetait de saisir l'univers entier, ce qui est au ciel et ce qui est sur la terre, en réunissant tout sous un seul chef, le Christ.



Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 11,47-54.
Jésus disait aux docteurs de la Loi : " Malheureux êtes-vous, parce que vous bâtissez les tombeaux des prophètes, alors que vos pères les ont tués.
Ainsi vous témoignez que vous approuvez les actes de vos pères, puisque eux, ils ont tué les prophètes, et vous, vous bâtissez leurs tombeaux.
C'est pourquoi la Sagesse de Dieu elle-même a dit : Je leur enverrai des prophètes et des apôtres, ils tueront les uns et en persécuteront d'autres.
Ainsi cette génération devra rendre compte du sang de tous les prophètes qui a été versé depuis la création du monde,
depuis le sang d'Abel jusqu'au sang de Zacharie, qui a péri entre l'autel et le sanctuaire. Oui, je vous le déclare : cette génération devra en rendre compte.
Malheureux êtes-vous, docteurs de la Loi, parce que vous avez enlevé la clé de la connaissance ; vous-mêmes n'êtes pas entrés, et ceux qui essayaient d'entrer, vous les en avez empêchés. » Après que Jésus fut parti de là, les scribes et les pharisiens se mirent à lui en vouloir terriblement, et ils le harcelaient de questions ;
ils étaient à l'affût pour s'emparer d'une de ses paroles.


Textes de l'Evangile au quotidien

Les chrétiens d'Ephèse sont les nouveaux prophètes qui, par le témoignage de leur foi en Jésus-Christ, manifesteront l'oeuvre de Dieu. Or, le témoignage des chrétiens ira jusqu'au martyre et voici le lien qui s'établit directement avec l'accusation grave que Jésus fait peser sur les docteurs de la Loi. A première vue, on pourrait croire qu'élever des monuments (car certains tombeaux sont des monuments élevés à la mémoire des défunts). Or, leur dit Jésus: vous êtes aussi hypocrites que vos pères car vous continuez d'agir comme eux: vous vous emparez de la Loi et des prophètes lorsque cela sert vos propres intérêts.

Mais quelle est cette clé de la connaissance qu'ils ont enlevé ?  C'est que le cœur de la Loi consiste à manifester l'amour de Dieu non seulement en paroles et en offrandes, mais plus concrètement, dans l'amour du prochain, par la protection des faibles, par l'accueil de l'étranger, par le secours porté aux faibles, bref, par la charité.

Notre prêtre a quelque peu ironisé en nous prenant à témoin des monuments élevé sur les tombes de celles et ceux qui ont résisté à l'occupant allemand durant les deux guerres mondiales. Or, s'ils ont été pris, torturés et fusillés, c'est parce qu'on les a livrés à l'occupant !

.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12642
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Infaillibilité du Royaume et de sa justice

Message non lupar etienne lorant » ven. 17 oct. 2014, 10:43

Le vendredi de la 28e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens 1,11-14.
Frères, dans le Christ, Dieu nous a d'avance destinés à devenir son peuple; car lui, qui réalise tout ce qu'il a décidé, il a voulu que nous soyons ceux qui d'avance avaient espéré dans le Christ, à la louange de sa gloire.
Dans le Christ, vous aussi, vous avez écouté la parole de vérité, la Bonne Nouvelle de votre salut ; en lui, devenus des croyants, vous avez reçu la marque de l'Esprit Saint. Et l'Esprit que Dieu avait promis,
c'est la première avance qu'il nous a faite sur l'héritage dont nous prendrons possession au jour de la délivrance finale, à la louange de sa gloire.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 12,1-7.
Comme la foule s'était rassemblée par dizaines de milliers, au point qu'on s'écrasait, Jésus se mit à dire, en s'adressant d'abord à ses disciples : « Méfiez-vous bien à cause du levain des pharisiens, c'est-à-dire de leur hypocrisie. Tout ce qui est voilé sera dévoilé, tout ce qui est caché sera connu.
Aussi tout ce que vous aurez dit dans l'ombre sera entendu au grand jour, ce que vous aurez dit à l'oreille dans le fond de la maison sera proclamé sur les toits.
Je vous le dis, à vous mes amis : ne craignez pas ceux qui tuent le corps, et après cela ne peuvent rien faire de plus.
Je vais vous montrer qui vous devez craindre : craignez celui qui, après avoir tué, a le pouvoir d'envoyer dans la géhenne. Oui, je vous le dis : c'est celui-là que vous devez craindre.
Est-ce qu'on ne vend pas cinq moineaux pour deux sous ? et pas un seul n'est indifférent aux yeux de Dieu.
Quant à vous, même vos cheveux sont tous comptés. Soyez sans crainte : vous valez plus que tous les moineaux du monde
.

Textes de l'Evangile au quotidien

Contrairement aux Galates, les juifs convertis d’Éphèse ont bien intégré l'extraordinaire renouvellement du mode de croyance entre l'ancienne et la nouvelle alliance. Et dans l’Évangile, Jésus indique ce qui empêche cette nouvelle alliance d'être "ajustée" à l'ancienne : c'est l'hypocrisie. Car l'obéissance à la loi entraînait des transgressions multiples, de la part de ceux-là qui étaient supposés la faire comprendre au peuple. Ils enseignaient, certes, mais ils ressemblaient également à ces avocats et juges véreux dont s'entourent les mafieux ! Telle est l'hypocrisie : on paie la la dîme pour les plantes du jardin, mais on oublie la charité; on enseigne le respect dû aux autorités, mais on se comporte en juges iniques, etc.

La nouvelle Alliance, quant à elle, est vivante dans le cœur de l'homme. L'Esprit-Saint intervient lui-même dans le cœur du croyant afin de lui montrer ce qu'il doit faire, mais aussi ce qu'il doit dire pour sa défense. Comme le prêtre détaillait tout cela, il s'est mis à prophétiser sur le temps présent, en nous disant que notre système des lois, nationales comme internationales, ne pourront tenir, simplement du fait qu'une multitude d'hommes et de femmes - dont les politiciens et les financiers, sont pour nous comme les pharisiens d'autrefois. Ils ne cessent de tricher sur le dos des peuples, de détourner des budgets pour leur seul profit, ce qui conduit aux révoltes et à l'établissement de nouveaux systèmes non démocratiques, au non respect des particularités et des religions... Or, juste comme il disait ces mots, une formidable dispute s'est fait entendre à l'extérieur de la chapelle - et j'ai réalisé que, oui, nous devons nous tenir prêts pour de grands bouleversements.

Si je devais dire ma plus grande souffrance sur ce thème, c'est de voir ma famille complètement éclatée. En juillet, comme c'était mon anniversaire, j'ai connu cet échange de parole douloureux qui continue de me peiner:
- Elle : "Moi je ne fête pas mon anniversaire, c'est du temps et de l'argent perdus"
- Moi : "Tu dois avoir raison, mais en quoi çà me concerne : c'est de ton anniversaire que tu parles !"

Je regrette, hélas, d'avoir répondu du tac au tac, j'aurais dû accepter cette peine et l'offrir dans la foi...

.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12642
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Fête de St Luc, évangéliste

Message non lupar etienne lorant » sam. 18 oct. 2014, 10:27

Deuxième lettre de saint Paul Apôtre à Timothée 4,10-17b.
Fils bien-aimé, viens me rejoindre le plus vite possible, car Démas m'a abandonné par amour de ce monde, et il est parti pour Thessalonique ; Crescens est parti chez les Galates, et Tite en Dalmatie.
Luc est seul avec moi. Amène Marc avec toi, il m'est très utile pour le ministère.
J'ai envoyé Tychique à Éphèse.
En venant, rapporte-moi le manteau que j'ai laissé à Troas chez Carpos. Apporte-moi aussi mes livres, surtout les parchemins.
Alexandre, le forgeron, m'a fait beaucoup de mal. Il recevra du Seigneur le salaire de ses actes.
Toi aussi, prends garde à lui, car il s'est violemment opposé à nos paroles.
La première fois que j'ai présenté ma défense, personne ne m'a soutenu : tous m'ont abandonné. Que Dieu ne leur en tienne pas rigueur. Le Seigneur, lui, m'a assisté. Il m'a rempli de force pour que je puisse annoncer jusqu'au bout l'Évangile et le faire entendre à toutes les nations païennes.



Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 10,1-9.
Parmi ses disciples, le Seigneur en désigna encore soixante-douze, et il les envoya deux par deux devant lui dans toutes les villes et localités où lui-même devait aller.
Il leur dit : « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers pour sa moisson.
Allez ! Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups.
N'emportez ni argent, ni sac, ni sandales, et ne vous attardez pas en salutations sur la route.
Dans toute maison où vous entrerez, dites d'abord : 'Paix à cette maison. '
S'il y a là un ami de la paix, votre paix ira reposer sur lui ; sinon, elle reviendra sur vous.
Restez dans cette maison, mangeant et buvant ce que l'on vous servira ; car le travailleur mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison.
Dans toute ville où vous entrerez et où vous serez accueillis, mangez ce qu'on vous offrira.
Là, guérissez les malades, et dites aux habitants : 'Le règne de Dieu est tout proche de vous.
'


Textes de l'Evangile au quotidien

Saint Paul écrit ces mots à Timothée et l'on sent bien qu'il recherche un peu de réconfort, car il approche de sa fin. Il en est conscient. Nombre de ses proches l'ont abandonné et ont fui la persécution romaine. Quasiment à l'inverse de ses autres écrits, dans lesquelles c'est lui qui soutenait la foi des nouveaux croyants, Paul se contente ici de décrire sa situations, il donne libre cours à son angoisse demande Contrairement aux autres épîtres, par lesquelles il témoignait de la foi, corrigeait des erreurs, encourageait les nouveaux croyants... il parle ici de ses souffrances, de sa solitude (mais aussi de la consolation et du soutien de l'apôtre Luc.

«Luc seul est avec moi». Depuis le jour où il avait associé son sort à celui de l’apôtre (Actes 16:10), Luc semble ne plus l’avoir quitté; service désintéressé, prouvé par le fait que Luc ne parle jamais de lui-même, tandis que c’est l’apôtre qui parle de lui (par exemple : Col. 4:14 ; Philém. 24). Voici donc des pistes pour suivre saint Luc que nous donne l'épître.

L'Evangile lu aujourd'hui, qui est de saint Luc lui-même, témoigne de la manière de vivre des véritables apôtres; ce ne sont pas des hommes à courir partout pour faire des convertis, mais qui "demeurent", qui sont "inébranlables" tant dans la foi que dans le service.


.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12642
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Dimanche : puissance de l'Esprit défenseur

Message non lupar etienne lorant » sam. 18 oct. 2014, 15:51

Vingt-neuvième dimanche du temps ordinaire

Livre d'Isaïe 45,1.4-6.

Parole du Seigneur au roi Cyrus, qu'il a consacré, qu'il a pris par la main, pour lui soumettre les nations et désarmer les rois, pour lui ouvrir les portes à deux battants, car aucune porte ne restera fermée : A cause de mon serviteur Jacob et d'Israël mon élu, je t'ai appelé par ton nom, je t'ai décerné un titre, alors que tu ne me connaissais pas. Je suis le Seigneur, il n'y en a pas d'autre : en dehors de moi, il n'y a pas de Dieu. Je t'ai rendu puissant, alors que tu ne me connaissais pas, pour que l'on sache, de l'orient à l'occident, qu'il n'y a rien en dehors de moi. Je suis le Seigneur, il n'y en a pas d'autre :

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens 1,1-5b.
Nous, Paul, Silvain et Timothée, nous nous adressons à vous, l'Église de Thessalonique qui est en Dieu le Père et en Jésus Christ le Seigneur. Que la grâce et la paix soient avec vous.
A tout instant, nous rendons grâce à Dieu à cause de vous tous, en faisant mention de vous dans nos prières.
Sans cesse, nous nous souvenons que votre foi est active, que votre charité se donne de la peine, que votre espérance tient bon en notre Seigneur Jésus Christ, en présence de Dieu notre Père.
Nous le savons, frères bien-aimés de Dieu, vous avez été choisis par lui.
En effet, notre annonce de l'Évangile chez vous n'a pas été simple parole, mais puissance, action de l'Esprit Saint, certitude absolue : vous savez comment nous nous sommes comportés chez vous pour votre bien.



Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 22,15-21.
Les pharisiens se concertèrent pour voir comment prendre en faute Jésus en le faisant parler.
Ils lui envoient leurs disciples, accompagnés des partisans d'Hérode : « Maître, lui disent-ils, nous le savons : tu es toujours vrai et tu enseignes le vrai chemin de Dieu ; tu ne te laisses influencer par personne, car tu ne fais pas de différence entre les gens.
Donne-nous ton avis : Est-il permis, oui ou non, de payer l'impôt à l'empereur ? »
Mais Jésus, connaissant leur perversité, riposta : « Hypocrites ! pourquoi voulez-vous me mettre à l'épreuve ?
Montrez-moi la monnaie de l'impôt. » Ils lui présentèrent une pièce d'argent.
Il leur dit : « Cette effigie et cette légende, de qui sont-elles ? -
De l'empereur César », répondirent-ils. Alors il leur dit : « Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. »


Textes de l’Évangile au quotidien

Les textes de la liturgie de ce dimanche nous montrent que rien ne résiste à la parole Dieu. Heureux, donc, tous ceux qui se mettent à l'écoute de la Parole, qui se convertissent et placent leur confiance en Jésus-Christ, le Verbe incarné : ils ne seront pas déçus, ils sauront toujours que répondre aux adversaires de la foi et ils obtiendront leur récompense.

Cette puissance s'était déjà manifestée auprès du roi Cyrus, plus de cinq cents ans avant l'ère chrétienne, qui permit au peuple juif en captivité à Babylone, de rentrer en terre sainte et de reconstruire le temple. C'est la même puissance qui s'est manifestée par la bouche des apôtres au cours de leurs différents déplacements en méditerranée.

C'est toujours la même puissance qui se manifeste lorsque Jésus répond aux questions pernicieuses que les pharisiens posent à Jésus et qui n'ont pour seul but que de pouvoir le mettre en accusation, que ce soit devant le Sanhédrin ou devant le représentant de Rome.  La réponse de Jésus est superbe, extraordinaire et irrésistible.  

En remontant encore dans le temps, on trouve d'autres manifestations du même Esprit, par exemple, dans les réponses de sainte Jeanne d'Arc à ses accusateurs lors de son procès. Qui ne connaît pas la réponse qu'elle fit à qui lui avait demandé : "Etes-vous en état de grâce ?" Elle rétorque de manière irrésistible: "Si je n'y suis pas, Dieu m'y mette; si j'y suis, Dieu m'y garde !"

Pour cette fois, je me citerai moi-même. Accusé faussement de recel par un concurrent jaloux, je me suis retrouvé un jour devant un inspecteur de police qui, ayant eu accès à mon dossier militaire, y avait trouvé la mention "catholique".  Et il m'avait posé cette question :
- "N'est-ce pas dans votre livre qu'il est dit : faute avouée à moitié pardonnée ?"  La réponse m'est tombée d'elle-même dans la bouche. J'ai répondu aussitôt :  
- "Non, ce que vous citez, c'est un proverbe. Par contre, dans "mon livre", il est écrit: "La vérité vous rendra libres". Et j'ai ajouté : "Donc, puisque j'ai dit la vérité, je rentre chez moi". Je me suis levé et je suis sorti. Personne ne m'a empêché. Le fait est qu'ils n'avaient aucun élément de preuve contre moi, mais qu'un aveu leur aurait bien servi !

Dans toute situation délicate, appelez l'Esprit à votre secours, c'est le Défenseur et vous éprouverez sa force !

.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12642
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Vie dans le monde et jugement final

Message non lupar etienne lorant » lun. 20 oct. 2014, 10:38

Le lundi de la 29e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens 2,1-10.

Frères, autrefois vous étiez des morts, à cause des fautes et des péchés dans lesquels vous viviez, soumis au cours de ce monde, soumis au prince du mal qui s'interpose entre le ciel et nous, et qui continue d'inspirer activement ceux qui désobéissent à Dieu.
Et nous aussi, nous étions tous de ceux-là, quand nous vivions suivant les tendances égoïstes de notre chair, cédant aux caprices de notre chair et de nos raisonnements ; et nous étions, de nous-mêmes, voués à la colère comme tous les autres.
Mais Dieu est riche en miséricorde ; à cause du grand amour dont il nous a aimés,
nous qui étions des morts par suite de nos fautes, il nous a fait revivre avec le Christ : c'est bien par grâce que vous êtes sauvés.
Avec lui, il nous a ressuscités ; avec lui, il nous a fait régner aux cieux, dans le Christ Jésus. Par sa bonté pour nous dans le Christ Jésus,
il voulait montrer, au long des âges futurs, la richesse infinie de sa grâce.
C'est bien par la grâce que vous êtes sauvés, à cause de votre foi. Cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu.
Cela ne vient pas de vos actes, il n'y a pas à en tirer orgueil. C'est Dieu qui nous a faits,
il nous a créés en Jésus Christ, pour que nos actes soient vraiment bons, conformes à la voie que Dieu a tracée pour nous et que nous devons suivre.



Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 12,13-21.
Du milieu de la foule, un homme demanda à Jésus : « Maître, dis à mon frère de partager avec moi notre héritage. »
Jésus lui répondit : « Qui m'a établi pour être votre juge ou pour faire vos partages ? »
Puis, s'adressant à la foule : « Gardez-vous bien de toute âpreté au gain ; car la vie d'un homme, fût-il dans l'abondance, ne dépend pas de ses richesses. »
Et il leur dit cette parabole : « Il y avait un homme riche, dont les terres avaient beaucoup rapporté.
Il se demandait : 'Que vais-je faire ? Je ne sais pas où mettre ma récolte. '
Puis il se dit : 'Voici ce que je vais faire : je vais démolir mes greniers, j'en construirai de plus grands et j'y entasserai tout mon blé et tout ce que je possède.
Alors je me dirai à moi-même : Te voilà avec des réserves en abondance pour de nombreuses années. Repose-toi, mange, bois, jouis de l'existence. '
Mais Dieu lui dit : 'Tu es fou : cette nuit même, on te redemande ta vie. Et ce que tu auras mis de côté, qui l'aura ? '
Voilà ce qui arrive à celui qui amasse pour lui-même, au lieu d'être riche en vue de Dieu. »


Textes de l’Évangile au quotidien

Avant qu'un homme se convertisse, il n'a qu'un seul objectif dans l'existence : la réussite. Ce fut le cas pour moi aussi. Il me fallait une démarche sociale qui me permette de m'insérer et de gagner ma vie.

Bien que ces trois mots : "gagner sa vie" n'avaient guère de sens (si l'on vit, on n'a plus a gagner ce qu'on a déjà !) - , je l'avais endossée, car l'expression associait "vie" et "gain d'argent", ce dernier permettant d'accéder à une des formes de bien-être... que le monde associe au bonheur.

Je n'adhérais pas vraiment à cette conception "basique" de l'existence, mais je constatais que j'y étais soumis. J'avais bien été baptisé, communié, confirmé... je servais encore quelques messes de funérailles avec une aube devenue trop courte, mais j'étais au collège et le monde avait imposé sa loi à mon esprit. Les pères Jésuites étaient sévères et nous inculquaient d'abord le travail, puis le travail et une forme de travail pour loisir !

Mais tout cela, pensées, calculs, réussite obligée, tenait tout simplement de "Mammon", l'esprit des richesses. Je me reconnais donc bien - du moins jusqu'à ma conversion, dans ce que déclare saint Paul aux Ephésiens : "nous étions tous de ceux-là, quand nous vivions suivant les tendances égoïstes de notre chair, cédant aux caprices de notre chair et de nos raisonnements ; et nous étions, de nous-mêmes, voués à la colère comme tous les autres. Sur les réseaux sociaux, j'ai retrouvé d'anciens amis qui sont toujours prisonniers de ce "triplet" : travail-argent-plaisirs. A la quarantaine, nombreux ceux qui ont abandonné femme et enfants pour recommencer une nouvelle existence - c'est qu'ils sont toujours enfermés dans ces raisonnements qui sont des tentations aussi.

Je rejoins ici l’Évangile. Même lorsqu'il a vieilli, l'homme qui vit selon le monde, se retrouve toujours, en dépit même de sa réussite mondaine, confronté avec cette fausse compréhension qui incite au gain, à la jouissance et l'oubli. Le nombre de couples séparés, de mariages brisés, de couples décomposés et recomposés ensuite, manifeste bien que "jouir de l'existence" est un mirage perpétuel. Cependant, cette quête sans fin de la "jouissance de l'existence" est véritablement une folie. Comme Jésus est "pointu" dans sa parabole ! Car la chute finale est aussi brutale et ne laisse plus de temps pour la conversion.

Or, si ce monde va si mal, c'est que les dirigeants de nos pays courent eux aussi après ces mirages de réussite, en vue desquels ils n'hésitent pas à sacrifier celles et ceux qui les ont eux-mêmes choisis !

Sic transit gloria mundi...

.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12642
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Attention et intention

Message non lupar etienne lorant » mer. 22 oct. 2014, 10:18

Lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens 3,2-12.
Frères, vous avez appris en quoi consiste la grâce que Dieu m'a donnée pour vous :
par révélation, il m'a fait connaître le mystère du Christ, dont je vous ai déjà parlé dans ma lettre.
En la lisant, vous pouvez vous rendre compte que j'ai l'intelligence du mystère du Christ.
Ce mystère, il ne l'avait pas fait connaître aux hommes des générations passées, comme il l'a révélé maintenant par l'Esprit à ses saints Apôtres et à ses prophètes.
Ce mystère, c'est que les païens sont associés au même héritage, au même corps, au partage de la même promesse, dans le Christ Jésus, par l'annonce de l'Évangile.
De cet Évangile je suis devenu ministre par le don de la grâce que Dieu m'a accordée dans la force de sa puissance.
Moi qui suis le dernier de tous les fidèles, j'ai reçu la grâce d'annoncer aux nations païennes la richesse insondable du Christ, et de mettre en lumière le contenu du mystère tenu caché depuis toujours en Dieu, le créateur de toutes choses ;
ainsi, désormais, les forces invisibles elles-mêmes connaîtront, grâce à l'Église, les multiples aspects de la Sagesse de Dieu.
C'est le projet éternel que Dieu a réalisé dans le Christ Jésus notre Seigneur.
Et c'est notre foi au Christ qui nous donne l'audace d'accéder auprès de Dieu en toute confiance.



Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 12,39-48.
Jésus disait à ses disciples : « Vous le savez bien : si le maître de maison connaissait l'heure où le voleur doit venir, il ne laisserait pas percer le mur de sa maison.
Vous aussi, tenez-vous prêts : c'est à l'heure où vous n'y penserez pas que le Fils de l'homme viendra. »
Pierre dit alors : « Seigneur, cette parabole s'adresse-t-elle à nous, ou à tout le monde ? »
Le Seigneur répond : « Quel est donc l'intendant fidèle et sensé à qui le maître confiera la charge de ses domestiques pour leur donner, en temps voulu, leur part de blé ?
Heureux serviteur, que son maître, en arrivant, trouvera à son travail.
Vraiment, je vous le déclare : il lui confiera la charge de tous ses biens.
Mais si le même serviteur se dit : 'Mon maître tarde à venir', et s'il se met à frapper serviteurs et servantes, à manger, à boire et à s'enivrer, son maître viendra le jour où il ne l'attend pas et à l'heure qu'il n'a pas prévue ; il se séparera de lui et le mettra parmi les infidèles.
Le serviteur qui, connaissant la volonté de son maître, n'a pourtant rien préparé, ni accompli cette volonté, recevra un grand nombre de coups.
Mais celui qui ne la connaissait pas, et qui a mérité des coups pour sa conduite, n'en recevra qu'un petit nombre. A qui l'on a beaucoup donné, on demandera beaucoup ; à qui l'on a beaucoup confié, on réclamera davantage
.


Textes de l’Évangile au quotidien

Saint Paul, dans la première lecture décrit de manière admirable l'oeuvre accomplie par Dieu dans la fondation de l'Eglise. Et, dans l’Évangile, Jésus enseigne comment vivre sa vocation au sein de l'Eglise.

Sur ce thème, nous a dit le prêtre, deux mots résument l'attitude que doit adopter le fidèle, tout comme les prêtres et les religieux. Ces mots sont attention et intention. Depuis le Pape jusqu'au dernier baptisé, tout se joue au niveau de l'attention à la volonté de Dieu et des intentions qui nous animent dans sa mise en oeuvre. De la sorte, une oeuvre bonne en soi peut pourtant se retrouver gâtée par des intentions mondaines: recherche du prestige, du succès ou de la renommée. Cette tentation concerne touche autant le fidèle que le prêtre et le prince de l'Eglise. Aux yeux de Dieu, l'orgueilleux n'est pas forcément celui dont la photo apparaît dans les journaux, gare aux petits tyrans domestiques !

Aucun d'entre nous ne peut se croire à l'origine des bonnes œuvres qu'il accomplira, mais son attention doit en tout temps demeurée orientée sur la question de savoir ce que Dieu demande. Il ne faut pas non plus s'imaginer que les contemplatifs sont plus à l'abri des intentions mauvaises ou égoïstes. Le monastère n'est pas un abri contre le monde - c'est un lieu d'âpres luttes intérieures. Heureux donc celles et ceux qui garderont en tout temps à la foi l'humilité et l'attention à la volonté divine.

.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12642
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Ce qui est juste au regard de Dieu

Message non lupar etienne lorant » ven. 24 oct. 2014, 10:59

Le vendredi de la 29e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens 4,1-6.

Frères, moi qui suis en prison à cause du Seigneur, je vous encourage à suivre fidèlement l'appel que vous avez reçu de Dieu : ayez beaucoup d'humilité, de douceur et de patience, supportez-vous les uns les autres avec amour ; ayez à cœur de garder l'unité dans l'Esprit par le lien de la paix.
Comme votre vocation vous a tous appelés à une seule espérance, de même il n'y a qu'un seul Corps et un seul Esprit.
Il n'y a qu'un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, qui règne au-dessus de tous, par tous, et en tous.



Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 12,54-59.
Jésus disait à la foule : " Quand vous voyez un nuage monter au couchant, vous dites aussitôt qu'il va pleuvoir, et c'est ce qui arrive. Et quand vous voyez souffler le vent du sud, vous dites qu'il fera très chaud, et cela arrive.
Esprits faux ! L'aspect de la terre et du ciel, vous savez le juger ; mais le temps où nous sommes, pourquoi ne savez-vous pas le juger ?
Et pourquoi aussi ne jugez-vous pas par vous-mêmes ce qui est juste ?
Ainsi, quand tu vas avec ton adversaire devant le magistrat, pendant que tu es en chemin efforce-toi de te libérer envers lui, pour éviter qu'il ne te traîne devant le juge, que le juge ne te livre au percepteur des amendes, et que celui-ci ne te jette en prison. Je te le dis : tu n'en sortiras pas avant d'avoir payé jusqu'au dernier centime. »


Textes de l'Evangile au quotidien

Saint Paul écrit aux Éphésiens et leur donne un message de réconfort. Il réaffirme les bienfaits de l'humilité, de la douceur, de la patience - toutes vertus qui découle de la charité, en union avec le Christ. Et il les réconforte, alors qu'il est lui-même en prison - et les prisons de l'époque étaient loin de tout confort. Non seulement on y était privé de liberté, mais on devait supporter des chaînes.

Jésus parle aussi de prison, mais celle dont il parle est pire encore que toutes celles que peuvent inventer les hommes; en effet, si les hommes savent bien reconnaître les signes du ciel et prévoir ainsi le temps qu'il fera, quelle justification donneront-ils alors de n'avoir pas reconnu le Christ au milieu d'eux ?  La prison qui les guette, s'ils rejettent sa Parole, sera bien pire que ce que les humains savent s'infliger les uns aux autres selon les lois humaines.

La conversion est une nécessité pour tous, quelle que soit l'époque que nous vivons.  Au cours de la messe, ce matin, mon esprit a vagabondé quelque peu et je me suis dit qu'a,u déchaînement de violence de la part des "djihadistes", correspond bien des violences cachées - mais tout aussi destructrices qui submergent les sociétés occidentales.

Qu'il s'agisse de l'avortement (qui en Belgique peut désormais se pratiquer "ex utero"), de l'euthanasie pour les vieillards aussi bien que les petits enfants malades, de la législation sur le mariage homosexuel, des couples décomposés et recomposés (avec des bagarres entre enfants nés, l'un, de l'ancien conjoint de maman et l'autre du nouveau), des séances d'accouplements "à la sauvette" de partenaires qui n'ont même pas échangé leurs noms...et que dire  de ces justiciers autoproclamés qui tirent au hasard dans la foule ?

La messe de ce matin m'a confirmé dans mon projet spirituel - je vis comme un homme caché aux yeux du monde, mais qui n'a pas hésité à reprendre les ados qui se droguaient ouvertement dans la galerie - ce qui m'a valu une agression la veille de Pâques de cette année.  J'ai dû prendre une dizaine de jours de congé pour me remettre d'un évanouissement d'une demie heure et douze points de suture au front... j'ai repris le travail avec la même détermination.

.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12642
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Vivre selon la foi ou selon nos idées ?

Message non lupar etienne lorant » sam. 25 oct. 2014, 11:20

Le samedi de la 29e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens 4,7-16.

Frères, chacun d'entre nous a reçu le don de la grâce comme le Christ nous l'a partagée.
C'est pourquoi l'Écriture dit : Il est monté sur la hauteur, emmenant des prisonniers, il a fait des dons aux hommes.
Que veut dire : Il est monté ? - Cela veut dire qu'il était d'abord descendu jusqu'en bas sur la terre.
Et celui qui était descendu est le même qui est monté au plus haut des cieux pour combler tout l'univers.
Et les dons qu'il a faits aux hommes, ce sont d'abord les Apôtres, puis les prophètes et les missionnaires de l'Évangile, et aussi les pasteurs et ceux qui enseignent.
De cette manière, le peuple saint est organisé pour que les tâches du ministère soient accomplies, et que se construise le corps du Christ.
Au terme, nous parviendrons tous ensemble à l'unité dans la foi et la vraie connaissance du Fils de Dieu, à l'état de l'Homme parfait, à la plénitude de la stature du Christ.
Alors, nous ne serons plus comme des enfants, nous laissant secouer et mener à la dérive par tous les courants d'idées, au gré des hommes, eux qui emploient leur astuce à nous entraîner dans l'erreur.
Au contraire, en vivant dans la vérité de l'amour, nous grandirons dans le Christ pour nous élever en tout jusqu'à lui, car il est la Tête. Et par lui, dans l'harmonie et la cohésion, tout le corps poursuit sa croissance, grâce aux connexions internes qui le maintiennent, selon l'activité qui est à la mesure de chaque membre. Ainsi le corps se construit dans l'amour.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 13,1-9.
Un jour, des gens vinrent rapporter à Jésus l'affaire des Galiléens que Pilate avait fait massacrer pendant qu'ils offraient un sacrifice. Jésus leur répondit : « Pensez-vous que ces Galiléens étaient de plus grands pécheurs que tous les autres Galiléens, pour avoir subi un tel sort ?
Eh bien non, je vous le dis ; et si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous comme eux.
Et ces dix-huit personnes tuées par la chute de la tour de Siloé, pensez-vous qu'elles étaient plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem ?  Eh bien non, je vous le dis ; et si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de la même manière. »
Jésus leur disait encore cette parabole : « Un homme avait un figuier planté dans sa vigne. Il vint chercher du fruit sur ce figuier, et n'en trouva pas. Il dit alors à son vigneron : 'Voilà trois ans que je viens chercher du fruit sur ce figuier, et je n'en trouve pas. Coupe-le. A quoi bon le laisser épuiser le sol ? ' Mais le vigneron lui répondit : 'Seigneur, laisse-le encore cette année, le temps que je bêche autour pour y mettre du fumier.
Peut-être donnera-t-il du fruit à l'avenir. Sinon, tu le couperas. ' »


Textes de l’Évangile au quotidien

L'épître de Paul, tout comme l’Évangile, nous incitent tous deux à la conversion. Il ne suffit pas de s'être converti une fois, mais il faut poursuivre dans la foi. Après la conversion, il ne faut  plus se laisser prendre par ces courants d'idées que cite saint Paul : car les idéologies peuvent nous conduire à périr comme ces hommes massacrés par Pilate.  

La bonne attitude que doivent adopter les fidèles, c'est de poursuivre chaque jour en eux-mêmes, l'oeuvre commencée par la miséricorde divine telle qu'elle s'est manifestée en Jésus-Christ. Parmi les femmes et hommes qui sont morts dans l'effondrement d'une tour (je pense plus ici aux tours du 11 septembre qu'à la tour de Silolé !), combien parmi eux étaient prêts sur le plan spirituel ?  Ont-ils pris le temps d'un acte de contrition sincère ?

Quant à ceux qui sont engagés dans les affaires de ce monde, qu'il s'agisse d'argent ou de politique - ou les deux, leur accaparement, leur ambition, leur succès même, peuvent être tout aussi dangereux sur le plan spirituel.

Mais toutes et tous nous sommes comme le figuier de la parabole. Si nous ne portons pas du fruit de la grâce, nous risquons tôt ou tard, d'être retranchés des choses de ce monde. Or,n'ayant pas pris le temps pour écouter la Parole et la laisser croître en nous, nous aurons vraiment tout perdu.  Cependant, ce bon vigneron qu'est Jésus veut toujours sauver chacun d'entre nous, même le plus vil.  Aujourd'hui encore, accomplissons un acte de miséricorde envers un "prochain": il nous sera porté en crédit !

.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12642
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Dimanche : la loi qui procure la joie

Message non lupar etienne lorant » sam. 25 oct. 2014, 16:50

Trentième dimanche du temps ordinaire

Livre de l'Exode 22,20-26.

Quand Moïse transmettait au peuple les lois du Seigneur, il disait : « Tu ne maltraiteras point l'immigré qui réside chez toi, tu ne l'opprimeras point, car vous étiez vous-mêmes des immigrés en Égypte.
Vous n'accablerez pas la veuve et l'orphelin.
Si tu les accables et qu'ils crient vers moi, j'écouterai leur cri.
Ma colère s'enflammera et je vous ferai périr par l'épée : vos femmes deviendront veuves, et vos fils, orphelins.
Si tu prêtes de l'argent à quelqu'un de mon peuple, à un pauvre parmi tes frères, tu n'agiras pas envers lui comme un usurier : tu ne lui imposeras pas d'intérêts.
Si tu prends en gage le manteau de ton prochain, tu le lui rendras avant le coucher du soleil.
C'est tout ce qu'il a pour se couvrir ; c'est le manteau dont il s'enveloppe, la seule couverture qu'il ait pour dormir. S'il crie vers moi, je l'écouterai, car moi, je suis compatissant ! »



Première lettre de saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens 1,5c-10.
Frères, vous savez comment nous nous sommes comportés chez vous pour votre bien.
Et vous, vous avez commencé à nous imiter, nous et le Seigneur, en accueillant la Parole au milieu de bien des épreuves avec la joie de l'Esprit Saint.
Ainsi vous êtes devenus un modèle pour tous les croyants de Macédoine et de toute la Grèce.
Et ce n'est pas seulement en Macédoine et dans toute la Grèce qu'à partir de chez vous la parole du Seigneur a retenti, mais la nouvelle de votre foi en Dieu s'est si bien répandue partout que nous n'avons plus rien à en dire.
En effet, quand les gens parlent de nous, ils racontent l'accueil que vous nous avez fait ; ils disent comment vous vous êtes convertis à Dieu en vous détournant des idoles, afin de servir le Dieu vivant et véritable,
et afin d'attendre des cieux son Fils qu'il a ressuscité d'entre les morts, Jésus, qui nous délivre de la colère qui vient
.


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 22,34-40.
Les pharisiens, apprenant que Jésus avait fermé la bouche aux sadducéens, se réunirent, et l'un d'entre eux, un docteur de la Loi, posa une question à Jésus pour le mettre à l'épreuve :
« Maître, dans la Loi, quel est le grand commandement ? »
Jésus lui répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit.
Voilà le grand, le premier commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Tout ce qu'il y a dans l'Écriture - dans la Loi et les Prophètes - dépend de ces deux commandements. »


Textes de l'Evangile au quotidien

Les textes de ce dimanche se rapportent à la loi. Celle-ci fut pour les juifs l'occasion de leur chute et est devenue pour nous la découverte de la miséricorde divine, laquelle s'étend sur tous les êtres humains, de toutes les générations.
La loi est la même pour tous, mais comment se fait-il que pour les uns, l'exercice de la loi est occasion de chute, tandis que pour les autres, elle est une bénédiction sans égale ?

Tout vient de la façon dont nous écoutons, de la manière dont nous accueillons la Parole, laquelle est de Dieu et a pris chair en Jésus-Christ. Saint Paul se réjouit au sujet des Thessaloniciens du fait que, sans se rebeller, ils se sont mis à imiter les apôtres, ayant décelé que cette Parole jaillit du coeur même de la vie et que la mettre en pratique procure une joie incomparable.

En sorte que les épreuves n'infirment pas la Parole, mais au contraire, par une effusion de la joie, la confirment et l'exaltent. Il faut se rappeler cet épisode des Actes des Apôtres (Chapitre 5, 34) :
Le conseil se laissa convaincre. On convoqua alors les Apôtres, et, après les avoir fouettés, on leur interdit de parler au nom de Jésus, puis on les relâcha. Mais eux, en sortant du grand conseil, repartaient tout joyeux d’avoir été jugés dignes de subir des humiliations pour le nom de Jésus. Tous les jours, au Temple et dans leurs maisons, sans cesse, ils enseignaient cette Bonne Nouvelle: Jésus est le Messie.

Dans l'évangile de se dimanche, les pharisiens, qui se concertent avant de poser une question Jésus, ne recevront de lui qu'une réponse "selon le droit": une réponse telle qu'ils la trouveront confirmées dans leurs livres. Mais s'il est une loi qui peut procurer de la joie, c'est bien celle qui inclut l'amour parfait qui est de Dieu et qui n'exclut personne.


.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12642
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Des hommes rebelles à la miséricorde divine

Message non lupar etienne lorant » lun. 27 oct. 2014, 11:35

Le lundi de la 30e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens 4,32.5,1-8.

Frères, soyez entre vous pleins de générosité et de tendresse. Pardonnez-vous les uns aux autres, comme Dieu vous a pardonné dans le Christ.
Oui, cherchez à imiter Dieu, puisque vous êtes ses enfants bien-aimés.
Vivez dans l'amour, comme le Christ nous a aimés et s'est livré pour nous en offrant à Dieu le sacrifice qui pouvait lui plaire.
Comme il convient à des membres du peuple saint, la débauche, l'impureté sous toutes ses formes et l'appétit de jouissance sont des choses qu'on ne doit même plus évoquer chez vous ; pas davantage de propos grossiers, stupides ou scabreux - tout cela est déplacé - mais plutôt des actions de grâce.
Sachez-le bien : ni les débauchés, ni les dépravés, ni les jouisseurs (qui sont de vrais idolâtres) ne reçoivent d'héritage dans le royaume du Christ et de Dieu; ne laissez personne vous égarer par des paroles creuses. Tout cela attire la colère de Dieu sur ceux qui désobéissent.
N'ayez donc rien de commun avec ces gens-là.
Autrefois, vous étiez ténèbres ; maintenant, dans le Seigneur, vous êtes devenus lumière ; vivez comme des fils de la lumière -



Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 13,10-17.
Jésus était en train d'enseigner dans une synagogue, le jour du sabbat.
Il y avait là une femme, possédée par un esprit mauvais qui la rendait infirme depuis dix-huit ans ; elle était toute courbée et absolument incapable de se redresser.
Quand Jésus la vit, il l'interpella : « Femme, te voilà délivrée de ton infirmité. »
Puis, il lui imposa les mains ; à l'instant même elle se trouva toute droite, et elle rendait gloire à Dieu.
Le chef de la synagogue fut indigné de voir Jésus faire une guérison le jour du sabbat. Il prit la parole pour dire à la foule : « Il y a six jours pour travailler ; venez donc vous faire guérir ces jours-là, et non pas le jour du sabbat. »
Le Seigneur lui répliqua : « Esprits faux que vous êtes ! N'est-il pas vrai que le jour du sabbat chacun de vous détache de la mangeoire son bœuf ou son âne pour le mener boire ?
Et cette femme, une fille d'Abraham, que Satan avait liée il y a dix-huit ans, n'est-il pas vrai que le jour du sabbat il fallait la délivrer de ce lien ? » Ces paroles de Jésus couvraient de honte tous ses adversaires, et toute la foule était dans la joie à cause de toutes les actions éclatantes qu'il faisait.


Textes de l'Evangile au quotidien

Ce n'est pas pour rien que Jésus reprend le chef de la synagogue sur son indignation "de bon ton". Car, en réalité, le sabbat a été donné à l'homme, pour qu'il se repose et se souvienne de la miséricorde de Dieu - et non "l'homme pour le sabbat". En effet les prescriptions surajoutées par les rabbins ont fini par faire du sabbat une contrainte supplémentaire au labeur des autres jours. Outre cela, comment comprendre qu'une personne malade, qui cherche forcément à guérir, soit considérée comme désobéissante ?

Mais la juste pratique de la religion, saint Paul l'indique comme résultant d'une guérison définitive des penchants et des pratiques mauvaises qui constituent ensemble le joug du démon.

Les mots qu'emploie saint Paul continuent de mettre le doigt sur les péchés graves qui ne cessent d'être pratiqués chez nous, en occident. Je me contente de lire tout simplement : ni les débauchés, ni les dépravés, ni les jouisseurs (qui sont de vrais idolâtres) ne reçoivent d'héritage dans le royaume du Christ et de Dieu. Ne vivons-nous pas dans des pays qui non seulement pratiquent ces actes d'idolâtries, mais qui - en plus - prétendent échapper à toute sanction par la promotion de la mort "facile" ?

Je ne suis guère étonné d'avoir entendu dire sur une chaîne de radio: "les musulmans fanatisés sont pour nous, l'occident dévoyé devenu idolâtre, comme Attila le Hun fut un jour: un "fléau de Dieu" ... Hommes et femmes aujourd'hui se livrent à des débauches insensées et se déclarent athées pour, pensent-ils, échapper au salaire de leurs actions mauvaises.


.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12642
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Saint Simon et saint Jude (Thaddée), Apôtres, fête

Message non lupar etienne lorant » mar. 28 oct. 2014, 11:23

Lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens 2,19-22.
Frères, maintenant, dans le Christ Jésus, vous n'êtes plus des étrangers ni des gens de passage, vous êtes citoyens du peuple saint, membres de la famille de Dieu,
car vous avez été intégrés dans la construction qui a pour fondations les Apôtres et les prophètes ; et la pierre angulaire c'est le Christ Jésus lui-même.
En lui, toute la construction s'élève harmonieusement pour devenir un temple saint dans le Seigneur.
En lui, vous êtes, vous aussi, des éléments de la construction pour devenir par l'Esprit Saint la demeure de Dieu.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 6,12-19.
En ces jours-là, Jésus s'en alla dans la montagne pour prier, et il passa la nuit à prier Dieu.
Le jour venu, il appela ses disciples, en choisit douze, et leur donna le nom d'Apôtres :
Simon, auquel il donna le nom de Pierre, André son frère, Jacques, Jean, Philippe, Barthélemy,
Matthieu, Thomas, Jacques fils d'Alphée, Simon appelé le Zélote,
Jude fils de Jacques, et Judas Iscariote, celui qui fut le traître.
Jésus descendit de la montagne avec les douze Apôtres et s'arrêta dans la plaine. Il y avait là un grand nombre de ses disciples, et une foule de gens venus de toute la Judée, de Jérusalem, et du littoral de Tyr et de Sidon,
qui étaient venus l'entendre et se faire guérir de leurs maladies. Ceux qui étaient tourmentés par des esprits mauvais en étaient délivrés. Et toute la foule cherchait à le toucher, parce qu'une force sortait de lui et les guérissait tous
.


Textes de l'Evangile au quotidien

En Simon et Jude, Jésus s'est choisi des hommes aux coeurs ardents. Simon le Zélote, surnommé ainsi parce qu'il avait été de ceux qui voulaient chasser l'occupant romain, quoi qu'il en coûte - et Jude, homme pressé, lui aussi, qui s'étonne pratiquement, lors de la dernière cène, que Jésus ne se révèle qu'à eux et non à tous, d'un seul coup !  Il lui demande en effet : "Pourquoi te découvres-tu à nous et non pas au monde?" (Jn14,22)  Tous deux finiront seront des apôtres remplis de la force d'en-haut et finiront en martyrs en Perse.

Le prêtre nous a dit qu'en réalité, lorsque le Seigneur choisit un homme, ce n'est pas à la manière humaine mais selon son "mouvement de coeur" qu'Il est seul à connaître vraiment. Il s'est posé la question de savoir si Judas avait toujours eu la "vocation" d'être le traître, et sa réponse est non. Mais au moment de la dernière cène, pour qu'il devienne le "traître", il a fallu que le démon "entre en lui"... et pour que le démon entre en quelqu'un, il faut que cette personne ait abandonné sa garde. Il a ajouté : "Si l'on nous posait la question: renierais-tu ta foi ?", le mieux que nous puissions répondre ce n'est pas de prétendre à une foi accomplie, mais de nous souvenir que nous sommes pécheurs. Très belle conclusion, car l'appel à l'humilité "touche" directement l'âme.


.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12642
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Appartenir au Christ par les oeuvres

Message non lupar etienne lorant » mer. 29 oct. 2014, 11:02

Le mercredi de la 30e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens 6,1-9.

Frères, par respect pour le Christ, soyez soumis les uns aux autres. Vous, les enfants, obéissez à vos parents dans le Seigneur, c'est cela qui est juste :
Honore ton père et ta mère, c'est le premier commandement assorti d'une promesse :
ainsi tu seras heureux et tu auras longue vie sur la terre.
Et vous, les parents, ne poussez pas à bout vos enfants, mais élevez-les en leur donnant une éducation et des avertissements inspirés par le Seigneur.
Vous, les esclaves, obéissez à vos maîtres d'ici-bas comme au Christ, avec crainte et tremblement, dans la simplicité de votre cœur, sans chercher à vous faire remarquer par souci de plaire aux hommes. Au contraire, conduisez-vous comme des esclaves du Christ qui accomplissent la volonté de Dieu de tout leur cœur,
qui font leur travail d'esclaves volontiers, pour le Seigneur et non pour les hommes.
Car vous savez bien que tout homme, esclave ou libre, recevra du Seigneur sa récompense selon ce qu'il aura fait de bien.
Et vous, les maîtres, agissez de même avec vos esclaves, n'utilisez pas les menaces. Car vous savez bien que, pour eux comme pour vous, il y a un Maître dans le ciel, et qu'il ne fait pas de différence entre les hommes.



Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 13,22-30.
Dans sa marche vers Jérusalem, Jésus passait par les villes et les villages en enseignant.
Quelqu'un lui demanda : « Seigneur, n'y aura-t-il que peu de gens à être sauvés ? » Jésus leur dit :
« Efforcez-vous d'entrer par la porte étroite, car, je vous le déclare, beaucoup chercheront à entrer et ne le pourront pas.
Quand le maître de la maison se sera levé et aura fermé la porte, si vous, du dehors, vous vous mettez à frapper à la porte, en disant : 'Seigneur, ouvre-nous', il vous répondra : 'Je ne sais pas d'où vous êtes. '
Alors vous vous mettrez à dire : 'Nous avons mangé et bu en ta présence, et tu as enseigné sur nos places. '
Il vous répondra : 'Je ne sais pas d'où vous êtes. Éloignez-vous de moi, vous tous qui faites le mal. '
Il y aura des pleurs et des grincements de dents quand vous verrez Abraham, Isaac et Jacob et tous les prophètes dans le royaume de Dieu, et que vous serez jetés dehors.
Alors on viendra de l'orient et de l'occident, du nord et du midi, prendre place au festin dans le royaume de Dieu.
Oui, il y a des derniers qui seront premiers, et des premiers qui seront derniers. »



Textes de l'Evangile au quotidien

Dans son épître, saint Paul décrit toutes sortes de situations différentes que les Ephésiens vivaient avant d'avoir découvert le Christ. Et que leur dit-il ? Qu'ils doivent changer radicalement leurs modes de vie ? Non, car en Jésus-Christ, toutes les formes d'existence sont possibles. Que les parents ne poussent pas à bout leurs enfants, mais les éduquent selon ce que la foi leur inspire. Les esclaves, plutôt que de réclamer d'être affranchis, qu'ils se mettent à servir leurs maîtres comme s'il servaient le Christ lui-même; quant à leurs maîtres, qu'ils prennent garde et ne les menacent pas de châtiments divers, car eux aussi ont, dans le Christ, un Maître qui les jugera tous.

Et il en est ainsi car Dieu ne fait pas de différence entre les hommes, mais tous sont appelés à servir le dessein du Père.

Dans l'Evangile aussi, Jésus engage celles et ceux qui le suivent à devenir humbles pour servir leurs frères, car telle est la porte étroite qui conduit à la Vie. Hélas, ils seront nombreux tous ceux qui se condamneront eux-mêmes en disant :
"Seigneur, nous avons mangé et bu en ta présence, et tu as enseigné sur nos places !" - car en faisant de telles déclarations, ils avoueront d'eux-mêmes qu'ils connaissaient la volonté du Seigneur, mais qu'ils n'ont rien fait pour l'accomplir. Ils sont coupables et bien plus coupables que ceux qui, ne connaissant pas le Christ, sont pourtant venus au secours de leurs frères dans le besoin.

Il faut se souvenir ici de l'Evangile du jugement final, qui est en saint Matthieu et que je cite :

"Les justes lui répondront: ‘Seigneur, quand t'avons-nous vu avoir faim, et t'avons-nous donné à manger; ou avoir soif, et t'avons-nous donné à boire? Quand t'avons-nous vu étranger, et t'avons-nous recueilli; ou nu, et t'avons-nous vêtu? Quand t'avons-nous vu malade, ou en prison, et sommes-nous allés vers toi?’. Et le roi leur répondra: ‘Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous les avez faites."

Prenons garde à ces paroles ! Car le salut final ne dépend pas de nos pratiques religieues visibles, mais de la miséricorde pratiquée effectivement. Moi qui suis catholique, je veux profiter de l'occasion pour dire qu'il y a des protestants que je considère bien meilleurs que moi : car un homme comme Albert Schweitzer (et il y en a d'autres), comme il a bien compris la leçon d'aujourd'hui !

Découvrez sous ce lien la vie d'un grand chrétien qui a servi les malades et les pauvres comme le Christ lui-même :

http://www.lambarene.ga/3-infos-pratiqu ... FCrnfmG_7E
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12642
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Toujours en panne

Message non lupar etienne lorant » ven. 31 oct. 2014, 20:32

Petit message pour dire que je dois attendre la fin du week-end de Toussaint pour porter mon ordi à réparer...

Etienne
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12642
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

La joie dans l'ouverture à autrui

Message non lupar etienne lorant » lun. 03 nov. 2014, 17:45

Le lundi de la 31e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens 2,1-4.

Frères, s'il est vrai que, dans le Christ, on se réconforte les uns les autres, si l'on s'encourage dans l'amour, si l'on est en communion dans l'Esprit, si l'on a de la tendresse et de la pitié, alors, pour que ma joie soit complète, ayez les mêmes dispositions, le même amour, les mêmes sentiments ; recherchez l'unité. Ne soyez jamais intrigants ni vantards, mais ayez assez d'humilité pour estimer les autres supérieurs à vous-mêmes.
Que chacun de vous ne soit pas préoccupé de lui-même, mais aussi des autres
.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 14,12-14.
Jésus était entré chez un chef des pharisiens pour y prendre son repas. Il disait à celui qui l'avait invité : " Quand tu donneras un déjeuner ou un dîner, n'invite pas tes amis, ni tes frères, ni tes parents, ni de riches voisins; sinon, eux aussi t'inviteraient en retour, et la politesse te serait rendue. Au contraire, quand tu donnes un festin, invite des pauvres, des estropiés, des boiteux, des aveugles ; et tu seras heureux, parce qu'ils n'ont rien à te rendre : cela te sera rendu à la résurrection des justes

Textes de l’Évangile au quotidien

A l'écoute des textes de ce jour, j'ai ressenti combien le Seigneur s'efforce de nous convaincre de nous détourner de nous-mêmes, afin de le trouver et de le rencontrer, Lui, qui se rend présent dans et par le prochain. Or, ce mouvement, de nous décentrer de nous-mêmes, il faut bien admettre qu'il nous est très malaisé de l'accomplir. En définitive, lorsque nous y parvenons, c'est une grâce qui nous est faite. Je me suis efforcé à un bref examen de conscience et je n'ai pu que le constater : je suis toujours en train d'essayer de sortir de la "question existentielle" qui se pose à chacun d'entre nous.

Mais je me souviens qu'il n'en fut pas toujours ainsi. Je l'ai déjà rapporté : durant les trois premières années qui ont suivi ma conversion (entre 1985 et 1988), j'ai véritablement vécu hors de moi-même. Tous les contre-temps me trouvaient joyeux. Je ne ressentais pas l'imprévu comme un défaut à mon programme, un empêchement à travailler; mais, d'instant en instant, un désagrément se transformait en occasion d'aimer. Très souvent, un service rendu m'était retourné jusque dans mon travail; et en plusieurs occasions, l'argent prêté se retrouvait multiplié dans mes ventes... il n'en est plus du tout ainsi. Mais j'ai gardé la mémoire de ces petites manifestations spirituelles, que seul l'abandon de confiance absolu peut rendre possible.

Les Philippiens auxquels s'adresse saint Paul ne sont pas loin de vivre effectivement ce "Royaume" qui est parmi nous. Pour eux comme pour nous, il ne manque, sans doute, qu'un petit éclat de la Joie parfaite qui prévaut dans les Cieux. En effet, s' "il y a plus de joie dans les Cieux pour un qui se repent que pour cent justes qui n'ont pas besoin de repentir[/i]", c'est que la Joie est le "mouvement primordial" qui devrait animer toutes les créatures. Convertissons-nous à la Joie et rien ne nous semblera impossible.


.
Post Scriptum : commentaire écrit sur mon nouveau petit ordi portable, le second en dix jours à peine. Que tout aille bien de nouveau !
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )


Revenir vers « Méditations »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invités