Jésus et Zachée

« Mon âme aspire vers toi pendant la nuit, mon esprit te cherche dès le matin. » (Is 26.9)
Règles du forum
Forum de partage de méditations chrétiennes
etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12630
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Zachée et les grands

Message non lupar etienne lorant » mar. 18 nov. 2008, 16:20

Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc 19,1-10.

Jésus traversait la ville de Jéricho. Or, il y avait un homme du nom de Zachée ; il était le chef des collecteurs d'impôts, et c'était quelqu'un de riche. Il cherchait à voir qui était Jésus, mais il n'y arrivait pas à cause de la foule, car il était de petite taille.

De ces deux seules lignes, il y a tant à tirer ! Je m'y suis arrêté. Il n'y a pas un seul homme sur terre qui n'ait son malheur secret. Voici un homme riche, mais c'est un "collabo" de l'occupant romain, et même leur chef dans Jéricho. Mais toute sa richesse ne peut lui offrir les quelques centimètres de taille en plus, qui éventuellement (mais très probablement), lui eurent valu une toute autre existence. Je me glisse facilement dans sa peau: un petit, c'est souvent celui qui sert de souffre-douleur aux autres gamins du village; un petit, c'est celui qui est prêt à tout pour plaire aux filles à l'adolescence, mais qui exagère en lui-même l'importance de ce défaut au point d'en faire une tare et une malédiction; un petit se referme facilement sur lui-même et, mal guidé, peut nourrir des projets de revanche dont les autres n'ont pas l'idée. Grimper sur un arbre, c'est aussi un talent de petit homme. Ce n'est pas une question de force mais de souplesse et d'agilité. Zachée à les deux. Il s'est donc perché tout là haut, sur une branche où nul ne pourra le remarquer.

Nul sauf Jésus, bien sûr. Et cela change tout...
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Zvjezdana62
Senator
Senator
Messages : 601
Inscription : mar. 05 août 2008, 23:23

Re: Zachée et les grands

Message non lupar Zvjezdana62 » mer. 19 nov. 2008, 0:37

un petit, c'est souvent celui qui sert de souffre-douleur aux autres gamins du village;
Vous pensez ainsi ? Moi je trouve que les gens de petite taille sont souvent très dynamiques, qu’ils ont une vitalité et souvent beaucoup d’inspiration.
"Invoque-moi, je te répondrai, je te révélerai de grandes choses, des choses inaccessibles que tu ne connais pas."

Jérémie, 33, 3

DavidB
Persona
Persona
Messages : 1929
Inscription : dim. 16 sept. 2007, 21:44

Re: Zachée et les grands

Message non lupar DavidB » mer. 19 nov. 2008, 9:43

Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc 19,1-10.

Jésus traversait la ville de Jéricho. Or, il y avait un homme du nom de Zachée ; il était le chef des collecteurs d'impôts, et c'était quelqu'un de riche. Il cherchait à voir qui était Jésus, mais il n'y arrivait pas à cause de la foule, car il était de petite taille.

De ces deux seules lignes, il y a tant à tirer ! Je m'y suis arrêté. Il n'y a pas un seul homme sur terre qui n'ait son malheur secret. Voici un homme riche, mais c'est un "collabo" de l'occupant romain, et même leur chef dans Jéricho. Mais toute sa richesse ne peut lui offrir les quelques centimètres de taille en plus, qui éventuellement (mais très probablement), lui eurent valu une toute autre existence. Je me glisse facilement dans sa peau: un petit, c'est souvent celui qui sert de souffre-douleur aux autres gamins du village; un petit, c'est celui qui est prêt à tout pour plaire aux filles à l'adolescence, mais qui exagère en lui-même l'importance de ce défaut au point d'en faire une tare et une malédiction; un petit se referme facilement sur lui-même et, mal guidé, peut nourrir des projets de revanche dont les autres n'ont pas l'idée. Grimper sur un arbre, c'est aussi un talent de petit homme. Ce n'est pas une question de force mais de souplesse et d'agilité. Zachée à les deux. Il s'est donc perché tout là haut, sur une branche où nul ne pourra le remarquer.

Nul sauf Jésus, bien sûr. Et cela change tout...

Un homme de petite taille, oui, on se rit d'un tel homme, d'accord, mais ce n'est pas ce que je lis d'abord dans cet évangile. Pour ma part, je remarque que, étant de petite taille, il cherche à s'élever au-dessus des autres, il le fait en volant de l'argent, selon l'aveux qu'il fera plus tard, Zaché se croit plus fin que les autres, au-dessus d'eux, et c'est pourquoi le christ lui dit de DESCENDRE. Et pourquoi Jésus lui demande-t-il de descendre? Parce que Jésus veut aller manger chez lui. C'est lorsque nous sommes nous-mêmes que le christ peut venir manger chez nous. Lorsque nous nous élevons au-dessus de nos frères et de nos soeurs, nous ne sommes pas à même de recevoir le christ à souper. une fois descendu, une fois, à sa juste place, une fois lui-même, Zaché reçoit le christ à souper et prend alors pitié de ceux qu'il a volé, puis il rembourse quatre fois. Autrement dit, c'est quand on est soi-même, qu'on est humble, que l'on est juste, jamais en s'élevant au-dessus des autres en rivalisant de "hauteur". Qui dit mieux? :p
Comme un petit enfant, moi aussi, je veux me laisser prendre dans les bras de Dieu, mon Père en Jésus-Christ, me laisser asseoir sur ses épaules, et voir enfin, devant moi, au loin, s'élargir mes horizons.

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12630
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Zachée et les grands

Message non lupar etienne lorant » mer. 19 nov. 2008, 12:10

Oui, certes, Zachée devait descendre de cet arbre, qui représente aussi nos préjugés et nos attitudes orgueilleuses. Jésus l'en fait descendre en s'invitant chez lui. Mais à voir la suite du texte, on voit toute l'aigreur qui saisit la foule et combien, elle aussi, a besoin de changer de point de vue:

"Vite, il descendit, et reçut Jésus avec joie. Voyant cela, tous récriminaient : « Il est allé loger chez un pécheur. »

Manque d'humilité en haut, manque de pardon en bas, tous ont besoin du salut...
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 9687
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Zachée et les grands

Message non lupar Fée Violine » mer. 19 nov. 2008, 14:29

je ne trouve pas que Zachée soit orgueilleux en montant dans cet arbre, au contraire, puisqu'il reconnaît ainsi qu'il a besoin d'aide. Et puis c'est pour se cacher car le sycomore est un arbre avec beaucoup de feuillage (paraît-il), il aurait honte d'être vu en situation d'infériorité devant tout le monde.
Et quand Jésus le regarde, il n'a plus peur, il n'a plus honte, il n'a plus besoin de compensation, son coeur est apaisé et il peut se tourner vers les autres.

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12630
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Zachée et les grands

Message non lupar etienne lorant » mer. 19 nov. 2008, 16:18

je ne trouve pas que Zachée soit orgueilleux en montant da cet arbre, au contraire, puisqu'il reconnaît ainsi qu'il a besoin d'aide. Et puis c'est pour se cacher car le sycomore est un arbre avec beaucoup de feuillage (paraît-il), il aurait honte d'être vu en situation d'infériorité devant tout le monde.
Et quand Jésus le regarde, il n'a plus peur, il n'a plus honte, il n'a plus besoin de compensation, son coeur est apaisé et il peut se tourner vers les autres.
Je voulais vous dire merci pour ce commentaire. Lorsque j'étais à peine adolescent, dans un collège de huit cents garçons (pas de mixité à cette époque), j'étais petit, je portais des lunettes à grosses montures, je me faisais taper dessus dans les rangs, et avec une règle métallique en salle d'étude: le but recherché était de "voir comment j'allais réagir". J'ai réagi d'une façon qu'à l'époque personne n'a connue, mais je connais toujours la chute du poème "La mort du loup", de Charles de Vigny:

A voir ce que l'on est sur terre et ce qu'on laisse,
Seul le silence est grand, tout le reste est faiblesse...
(J'étais dans un collège de Jésuites, mais ce poème n'a rien de chrétien - j'avais d'ailleurs cessé de croire...)

Un jour, poursuivi par mes "tortionnaires", j'ai d'abord grimpé l'échelle de la dalle de béton couvrant le préau, et ils m'ont suivi. Ensuite, j'ai grimpé la plus haute échelle, du préau vers les toits, qui menait trois étages au-dessus; enfin, j'ai commencé de parcourir la gouttière en zinc, jusqu'au coin du toit. Ils ne m'ont pas suivi jusque là. J'ai eu mon sycomore à moi... jusqu'au coup de sifflet d'un surveillant...

C'est la raison pour laquelle j'ai une affection particulière envers Zachée. Je me dis que lui aussi, maltraité pas la jeunesse du coin, avait pu avoir une réaction similaire. Tout comme moi je m'étais juré de "tous les vaincre par les points" (à défaut de par les poings), Zachée s'était promis de "les écraser tous"... et il s'était vendu aux Romains pour devenir collecteur d'impôts : quelle revanche ! Ce qui ne signifie pas un Zachée heureux, la vengeance n'est pas le bonheur.

Sauf que de mon côté, Jésus m'a rattrapé bien avant que j'atteigne le but que je m'étais fixé (une carrière diplomatique), qui ne me convenait pas du tout, mais que j'avais choisi dans le même état d'esprit: revanche et revanche encore et revanche toujours. Jésus, un matin, m'a parlé comme à Zachée, et j'ai fondu en larmes en découvrant que je pouvais encore aimer, mais que cela me prendrait du temps. Malgré tout, j'ai fait marche arrière dans mes ambitions mondaines, ce qui m'a valu une illumination "mystique" à l'âge de 29 ans. Et depuis...
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Anne
Prætor
Prætor
Messages : 6768
Inscription : jeu. 21 févr. 2008, 1:05
Conviction : Catholique romaine
Localisation : Provincia Quebecensis

Re: Zachée et les grands

Message non lupar Anne » lun. 29 déc. 2008, 4:57

Tant qu'à être dans mes photos de la Terre Sainte, voici l'arbre qui est présenté comme étant le Sycomore de Zachée, à Jéricho...

Image
"À tout moment, nous subissons l’épreuve, mais nous ne sommes pas écrasés;
nous sommes désorientés, mais non pas désemparés;
nous sommes pourchassés, mais non pas abandonnés;
terrassés, mais non pas anéantis…
".
2 Co 4, 8-10

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12630
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Quand Jésus passe...

Message non lupar etienne lorant » mar. 17 nov. 2009, 12:21

Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc 19,1-10.

Jésus traversait la ville de Jéricho. Or, il y avait un homme du nom de Zachée ; il était le chef des collecteurs d'impôts, et c'était quelqu'un de riche.Il cherchait à voir qui était Jésus, mais il n'y arrivait pas à cause de la foule, car il était de petite taille. Il courut donc en avant et grimpa sur un sycomore pour voir Jésus qui devait passer par là. Arrivé à cet endroit, Jésus leva les yeux et l'interpella : « Zachée, descends vite : aujourd'hui il faut que j'aille demeurer dans ta maison. » Vite, il descendit, et reçut Jésus avec joie.
Voyant cela, tous récriminaient : « Il est allé loger chez un pécheur. »
Mais Zachée, s'avançant, dit au Seigneur : « Voilà, Seigneur : je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens, et si j'ai fait du tort à quelqu'un, je vais lui rendre quatre fois plus. » Alors Jésus dit à son sujet : « Aujourd'hui, le salut est arrivé pour cette maison, car lui aussi est un fils d'Abraham. En effet, le Fils de l'homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. »

Jusqu'à ce jour, je n'avais pas fait le rapprochement entre l'aveugle de Jéricho et son collecteur d'impôt. Faudait-il parler de deux aveugles ? Oui, d'une certaine manière, un peu à la manière de saint Grégoire le grand, puisque c'est toute l'humanité qui est en état d'aveuglement sur sa propre condition. Zachée est dans une situation en même temps délicate et pittoresque: il est de petite taille, c'est-à-dire handicapé pour voir passer Jésus, mais en même temps, c'est l'ennemi de tous dans la ville puisqu'il est le chef des collecteurs d'impôts. Je n'ai aucune peine à imaginer les pseudonymes, les railleries, voire la haine qu'il supporte.

Il n'est pas aveugle, mais trop petite taille pour voir passer Jésus. Il a entendu parler de lui pourtant, et il voudrait bien le voir, mais comme dans tous les défilés sur les avenues, il faudrait se glisser entre les rangs de ceux qui se sont déjà installés le long du chemin - quelle bonne occasion de resserer les rangs à son arrivée: "Non, pas lui, rien pour lui !"
Mais il y a les sycomores: les arbres, comme les gouttières, ont toujours attirés les petits. Il y grimpe donc. Il n'est certainement plus de première jeunesse, il risque une mauvaise chute, mais c'est son acte de foi, son désir de voir (tiens donc ?) Jésus passer.

"Il faut que j'aille demeurer dans ta maison". La parole de Jésus ne laisse aucun doute. N'a-t-il pas dit ailleurs : "« Si quelqu’un m’aime, il gardera ma Parole, et mon Père l’aimera, et nous viendrons à lui et nous ferons chez lui notre demeure. » ? La conversion de cet homme est immédiate et complète. L'assistance n'en revient pas, mais jésus conclut simplement : "Le Fils de l'homme est venu chercher et sauvé ce qui était perdu".
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12630
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

zachée

Message non lupar etienne lorant » mar. 16 nov. 2010, 12:35

Image

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 19,1-10.

Jésus traversait la ville de Jéricho.
Or, il y avait un homme du nom de Zachée ; il était le chef des collecteurs d'impôts, et c'était quelqu'un de riche.
Il cherchait à voir qui était Jésus, mais il n'y arrivait pas à cause de la foule, car il était de petite taille.
Il courut donc en avant et grimpa sur un sycomore pour voir Jésus qui devait passer par là.
Arrivé à cet endroit, Jésus leva les yeux et l'interpella : « Zachée, descends vite : aujourd'hui il faut que j'aille demeurer dans ta maison. »
Vite, il descendit, et reçut Jésus avec joie.
Voyant cela, tous récriminaient : « Il est allé loger chez un pécheur. »
Mais Zachée, s'avançant, dit au Seigneur : « Voilà, Seigneur : je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens, et si j'ai fait du tort à quelqu'un, je vais lui rendre quatre fois plus. »
Alors Jésus dit à son sujet : « Aujourd'hui, le salut est arrivé pour cette maison, car lui aussi est un fils d'Abraham.
En effet, le Fils de l'homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. »

Un nommé Zachée, contrôleur des contributions, riche ... mais de petite taille ! Ouh, le vilain, qu'il est laid ! Il a beau être riche, il doit se payer des prostituées ! Un impur comme lui, pas étonnant qu'il se soit mis au service des Romains ! J'imagine ces commérages, les crachats sur les trottoirs à son passage, les ragots de toutes sortes. Et Zachée ne doit pas être en reste, méfiant, amer, rancunier, etc.

Mais il désire voir passer Jésus, l'idée lui est venue pour changer un peu le quotidien. Cependant, pour ne pas choquer Jésus, il est hors de question de demander à un Romain de le guider pour écarter la foule, il lui faut trouver mieux - et justement, il y a ce sycomore à l'entrée de Jéricho, bien sûr ! Il y sera invisible, tout le monde le laissera tranquille.

Rien ne se passe comme prévu. L'impensable se produit : lui qu'il croyait avoir trouvé la cachette idéale ! Voici que Jésus s'arrête, lève les yeux directement sur la branche sur laquelle il s'est étendu et comme si ça ne suffisait pas, il l'en fait descendre aussitôt car : "Il faut que j'aille demeurer dans ta maison !"

En un clin d'œil, Zachée a trouvé son alter ego ! La foule, d'elle-même, s'écarte aussitôt du prédicateur car il vient de se dénoncer lui-même: ce Jésus de Nazareth n'est qu'un homme d'argent, habile à tromper son monde, un ami des pécheurs et des Romains, et il ne s'en cache même pas ! Pourtant, il a suffi du temps de dégringoler de son perchoir pour que Zachée, converti en moins de temps qu'il me faut pour le dire, se précipite et lance à pleine voix: ceux à qui j'ai fait du tort, je les rembourserai jusqu'à quatre fois. Et Jésus d'enchaîner: "Vous voyez bien que le Royaume est au milieu de vous : Zachée n'est pas différent de vous tous, il est lui aussi un fils d'Abraham ! C'est pour tous que vient le Fils de l'homme, mais d'abord pour chercher et sauver ceux qui se sont égarés.

Cet Évangile me rappelle un certain nombre de jeunes égarés. Un soir, en lui disant : surtout, ne fait pas de bruit !, j'ai hébergé dans la maison, sur un sac de couchage, un dénommé Pascal, qui me l'avait demandé. Il y avait un mois que j'étais converti et je ne doutais de rien, mais alors vraiment : de rien du tout ! Le lendemain matin, je l'ai secoué car il avait une "gueule de bois" terrible et je l'ai ramené à ma boutique le plus discrètement du monde. Bah, le soir, je rentre et mon père me dit: "Dis donc, fiston, si tu tiens absolument à ouvrir un refuge pour tous les jeunes sans emploi en ville, lance-toi, contacte Emmaüs mais renonce à faire du commerce, tu ne seras jamais riche !" Papa Gabriel parlait d'or, et ce sont des papas comme ça qui font des familles dont on se souvient. Pas besoin de crier, on comprend.

Je suis moi-même de petite taille : 1m58 en pratiquant du trapèze chaque jour (par ailleurs : exercice excellent pour les vertèbres). J'ai dû fuir au collège mes persécuteurs adolescents, j'ai grimpé sur la plateforme de béton de la cour de récréation et comme on m'y poursuivait, j'ai continué sur l'échelle d'incendie à quinze mètres de hauteur, et puis j'ai parcouru la corniche jusqu'au coin du toit. A ce moment-là, mes bourreaux amateurs, qui me savaient 'fils de prof' ont renoncé: je devais être complètement fou ! Cette histoire s'est arrêtée là, car le Proviseur m'a sifflé depuis tout en bas en disant: "Soit vous descendez vous-même, soit je vous descends d'ici !"

Vive la jeunesse !
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12630
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Zachée

Message non lupar etienne lorant » mar. 15 nov. 2011, 11:21

Evangile : Zachée : la conversion d'un riche (Lc 19, 1-10)
Évangile de Jésus Christ selon saint Luc
Jésus traversait la ville de Jéricho. Or, il y avait un homme du nom de Zachée ; il était le chef des collecteurs d'impôts, et c'était quelqu'un de riche. Il cherchait à voir qui était Jésus, mais il n'y arrivait pas à cause de la foule, car il était de petite taille. Il courut donc en avant et grimpa sur un sycomore pour voir Jésus qui devait passer par là.
Arrivé à cet endroit, Jésus leva les yeux et l'interpella : « Zachée, descends vite : aujourd'hui il faut que j'aille demeurer dans ta maison. » Vite, il descendit, et reçut Jésus avec joie.Voyant cela, tous récriminaient : « Il est allé loger chez un pécheur. » Mais Zachée, s'avançant, dit au Seigneur : « Voilà, Seigneur : je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens, et si j'ai fait du tort à quelqu'un, je vais lui rendre quatre fois plus. » Alors Jésus dit à son sujet : « Aujourd'hui, le salut est arrivé pour cette maison, car lui aussi est un fils d'Abraham. En effet, le Fils de l'homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. » Cy Aelf, Paris


Le récit de la conversion de Zachée nous montre comment un autre aveugle (qui nous est plus proche, puisque chez lui ce handicap est commun à tous) sera guéri de sa cécité spirituelle.

Il est de petite taille, ce Zachée, et cela peut expliquer beaucoup de choses dans son existence. A commencer par le sentiment d'infériorité. Car les petits, souvent raillés et brimés physiquement par ceux qui les dépassent de la tête et des épaules, développent parfois des rancunes tenaces et durables. Cela se constate dès l'entrée dans la première école : les plus grands se jouent des plus petits. C'est tellement commun, tellement banal, qu'on oublie les conséquences psychologiques de certaines brimades.

Il y a bien longtemps, plutôt que de grimper sur un arbre, c'est sur les échelles d'incendie que j'ai grimpé un jour pour échapper à mes poursuivants personnel. Une première échelle donnait sur une plateforme qui servait de préau, et au bout de ce préau, une autre échelle montait vers les étages supérieurs. Je me souviens que je ne me suis pas arrêté: j'ai monté la seconde échelle et je me suis retrouvé, tout en haut, à marcher dans la corniche, en défiant mes 'camarades' de m'y suivre... mais ils ont eu peur. On m'a puni, bien sûr, tandis que je me suis promis de tous les dépasser, si ce n'est aux poings, du moins aux points, c'est-à-dire aux résultats de mes études.

Qui sait si Zachée n'a pas obéi au même mobile en choisissant de se mettre au service des Romains pour collecter l'impôt, afin de s'enrichir et être craint de tous ? Pour moi, c'est quasiment certain : quelle revanche ! Mais dans la circonstance précise de l’Évangile d'aujourd'hui, Zachée n'eût jamais pu franchir le barrage de la foule, bien résolue à ne pas laisser passer un individu si peu recommandable !

Mais de la même façon que Jésus a vu Nathanaël sous le figuier, il a vu aussi Zachée étendu sur une branche de son arbre. Et il a vu plus que cela, bien sûr: il a vu l'état de son âme. Et Zachée a guéri très simplement, car l'amour de Dieu est entré dans son cœur aussitôt que l'appel de Jésus à atteint ses oreilles.

Dans son homélie, le prêtre a indiqué un lien entre la première lecture et l’Évangile: à l'époque où Eléazar a donné sa vie pour respecter la Loi jusqu'au bout, Israël subissait déjà une occupation: celle des Grecs, qui cherchaient à implanter partout leur civilisation. Beaucoup de sang a coulé. Mais avec la venue du Seigneur, il ne s'agit plus de résister à l'occupant, quel qu'il soit, mais bien de se convertir afin d'entrer dans le seul royaume qui demeure.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12630
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Zachée

Message non lupar etienne lorant » mar. 20 nov. 2012, 11:33

Le mardi de la 33e semaine du temps ordinaire

Livre de l'Apocalypse 3,1-6.14-22.

Moi, Jean, j'ai entendu le Seigneur qui me disait : Tu écriras ceci à l'Ange de l'Église qui est à Sardes : Ainsi parle celui qui a les sept esprits de Dieu et les sept étoiles : Je connais ta conduite : tu as la réputation d'être vivant, et tu es mort. Sois vigilant, raffermis ce qui te reste et qui est en train de mourir, car je n'ai pas trouvé que ta conduite soit parfaite devant mon Dieu.
Rappelle-toi donc comment tu as reçu et entendu la Parole ; garde-la fidèlement et convertis-toi. Si tu ne veilles pas, je viendrai comme un voleur et tu ne sauras pas à quelle heure je viendrai te surprendre.
Mais chez toi, à Sardes, il y en a quelques-uns qui n'ont pas sali leurs vêtements ; habillés de blanc, ils marcheront avec moi, car ils l'ont bien mérité. C'est ainsi que le vainqueur portera des vêtements blancs. Jamais je n'effacerai son nom du livre de la vie ; je me prononcerai pour lui devant mon Père et devant ses anges. Celui qui a des oreilles, qu'il entende ce que l'Esprit dit aux Églises.

Tu écriras encore ceci à l'Ange de l'Église qui est à Laodicée : Ainsi parle le témoin fidèle et véridique, celui qui est « Amen », celui qui est le commencement de la création de Dieu : Je connais ta conduite : tu n'es ni froid ni brûlant - mieux vaudrait que tu sois ou froid ou brûlant - Aussi, puisque tu es tiède - ni froid ni brûlant - je vais te vomir. Tu dis : « Je suis riche, je me suis enrichi, je ne manque de rien », et tu ne sais pas que tu es malheureux, pitoyable, pauvre, aveugle et nu !
Alors je te donne un conseil : viens acheter chez moi de l'or purifié au feu, pour devenir riche, des vêtements blancs pour te couvrir et cacher la honte de ta nudité, un remède pour te frotter les yeux afin de voir clair.
Tous ceux que j'aime, je leur montre leurs fautes, et je les châtie. Sois donc fervent et convertis-toi.
Voici que je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui ; je prendrai mon repas avec lui, et lui avec moi.
Le vainqueur, je le ferai siéger près de moi sur mon Trône, comme moi-même, après ma victoire, je suis allé siéger près de mon Père sur son Trône.
Celui qui a des oreilles, qu'il entende ce que l'Esprit dit aux Églises
.



Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 19,1-10.

Jésus traversait la ville de Jéricho.
Or, il y avait un homme du nom de Zachée ; il était le chef des collecteurs d'impôts, et c'était quelqu'un de riche. Il cherchait à voir qui était Jésus, mais il n'y arrivait pas à cause de la foule, car il était de petite taille.
Il courut donc en avant et grimpa sur un sycomore pour voir Jésus qui devait passer par là.
Arrivé à cet endroit, Jésus leva les yeux et l'interpella : « Zachée, descends vite : aujourd'hui il faut que j'aille demeurer dans ta maison. »
Vite, il descendit, et reçut Jésus avec joie. Voyant cela, tous récriminaient : « Il est allé loger chez un pécheur. » Mais Zachée, s'avançant, dit au Seigneur : « Voilà, Seigneur : je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens, et si j'ai fait du tort à quelqu'un, je vais lui rendre quatre fois plus. » Alors Jésus dit à son sujet : « Aujourd'hui, le salut est arrivé pour cette maison, car lui aussi est un fils d'Abraham. En effet, le Fils de l'homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. »



Zachée, chef des collecteurs d'impôts, était un homme de petite taille. Si Luc prend la peine de rapporter le fait, ce n'est pas seulement pour indiquer la nécessité pour lui de grimper sur un arbre pour voir passer Jésus. En effet, en agissant ainsi, il s'est d'autant plus rendu ridicule aux yeux de ceux qui le méprisent déjà à cause de son rang et de son métier. Mais, de manière certaine, ce que cette façon d'agir dévoile, c'est la force du désir qui a poussé cet homme à la rencontre du Christ. Et finalement, la rencontre a lieu et tourne à l'avantage de Zachée tandis que "tous récriminent."

Le lien a établir avec la lecture de l'Apocalypse, c'est simplement que beaucoup de ceux qui ricanent sur Zachée et récriminent contre Jésus se croient "riches en vue de Dieu" mais ne le sont pas. Ils se croient riches de leurs pratiques et de la connaissance des lois juives; ils se disent à eux-mêmes : nous sommes de bons Juifs... De même, les membres de l' Eglise de Sardes nombre de catholiques font de même se disent : nous sommes de bons fidèles, nous suivons toutes les règles de l'Eglise.

N'est-ce pas le cas de l'Eglise de Sardes ? "Tu as la réputation d'être vivant, et tu es mort" La réputation n'est rien pour Dieu, qui "sonde les reins et les coeurs". Veillons donc à ne pas tomber dans la pratique des rites extérieurs sans nous engager à l'imitation de Jésus-Christ.

Quant à ce que dit l'Ange à l'Eglise de Laodicée, c'est encore plus grave... Hélas, il existe des croyants qui n'engagent jamais que la surface de leur être. Ils lisent et comprennent la Bible, ils entrent dans le mystère du Royaume, mais ils sont de ce monde. Ils sont de ce monde et reportent indéfiniment le temps de la conversion. En sorte qu'ils font le mal tout en admirant le bien. Ils se croient riches alors qu'ils sont pauvres.
"Viens acheter chez moi de l'or purifié au feu, pour devenir riche, des vêtements blancs pour te couvrir et cacher la honte de ta nudité, un remède pour te frotter les yeux afin de voir clair", dit l'ange du Seigneur.

La conclusion est de celles que nous connaissons tous:

"Voici que je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui ; je prendrai mon repas avec lui, et lui avec moi."
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12630
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Raisonnements et rencontre

Message non lupar etienne lorant » mar. 19 nov. 2013, 12:13

Le mardi de la 33e semaine du temps ordinaire

Deuxième livre des Maccabées 6,18-31.

Éléazar était l'un des scribes les plus éminents. C'était un homme très âgé, et de très belle allure. On voulut l'obliger à manger du porc en lui ouvrant la bouche de force.
Préférant avoir une mort prestigieuse plutôt qu'une vie abjecte, il marchait de son plein gré vers l'instrument du supplice, après avoir recraché cette viande, comme on doit le faire quand on a le courage de rejeter ce qu'il n'est pas permis de manger, même par amour de la vie.
Ceux qui étaient chargés de ce repas sacrilège le connaissaient de longue date. Ils le prirent à part et lui conseillèrent de faire apporter des viandes dont l'usage était permis, et qu'il aurait préparées lui-même. Il n'aurait qu'à faire semblant de manger les chairs de la victime pour obéir au roi; en agissant ainsi, il échapperait à la mort et serait traité avec humanité grâce à sa vieille amitié pour eux.
Mais il fit un beau raisonnement, bien digne de son âge, du rang que lui donnait sa vieillesse, du respect que lui valaient ses cheveux blancs, de sa conduite irréprochable depuis l'enfance, et surtout digne de la législation sainte établie par Dieu. Il s'exprima en conséquence, demandant qu'on l'envoyât sans tarder au séjour des morts :
« Une telle comédie est indigne de mon âge. Car beaucoup de jeunes gens croiraient qu'Éléazar, à quatre-vingt-dix ans, adopte la manière de vivre des étrangers. A cause de cette comédie, par ma faute, ils se laisseraient égarer eux aussi ; et moi, pour un misérable reste de vie, j'attirerais sur ma vieillesse la honte et le déshonneur.
Même si j'évite, pour le moment, le châtiment qui vient des hommes, je n'échapperai pas, vivant ou mort, aux mains du Tout-Puissant.
C'est pourquoi, en quittant aujourd'hui la vie avec courage, je me montre digne de ma vieillesse,
et, en choisissant de mourir pour nos vénérables et saintes lois, je laisse aux jeunes gens le noble exemple d'une belle mort. » Sur ces mots, il alla tout droit au supplice.
Pour ceux qui le conduisaient, ces propos étaient de la folie ; ils passèrent subitement de la bienveillance à l'hostilité.
Quant à lui, au moment de mourir sous les coups, il dit en gémissant : « Le Seigneur, dans sa science divine, le voit bien : alors que je pouvais échapper à la mort, j'endure sous le fouet des douleurs qui font souffrir mon corps ; mais dans mon âme je les supporte avec joie, parce que je crains Dieu. »
Telle fut la mort de cet homme. Il laissa ainsi, non seulement à la jeunesse mais à l'ensemble de son peuple, un exemple de noblesse et un mémorial de vertu.



Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 19,1-10.
Jésus traversait la ville de Jéricho.
Or, il y avait un homme du nom de Zachée ; il était le chef des collecteurs d'impôts, et c'était quelqu'un de riche.
Il cherchait à voir qui était Jésus, mais il n'y arrivait pas à cause de la foule, car il était de petite taille.
Il courut donc en avant et grimpa sur un sycomore pour voir Jésus qui devait passer par là.
Arrivé à cet endroit, Jésus leva les yeux et l'interpella : « Zachée, descends vite : aujourd'hui il faut que j'aille demeurer dans ta maison. »
Vite, il descendit, et reçut Jésus avec joie.
Voyant cela, tous récriminaient : « Il est allé loger chez un pécheur. »
Mais Zachée, s'avançant, dit au Seigneur : « Voilà, Seigneur : je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens, et si j'ai fait du tort à quelqu'un, je vais lui rendre quatre fois plus. »
Alors Jésus dit à son sujet : « Aujourd'hui, le salut est arrivé pour cette maison, car lui aussi est un fils d'Abraham.
En effet, le Fils de l'homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. »



Cy Aelf, Paris

L'attitude pleine de noblesse du vieil Eléazar est longuement commentée et mise en valeur. Homme respecté, image de rectitude et de fidélité aux lois et aux coutumes du peuple juif, il va tenir bon jusqu'au bout de son sacrifice.

Ce qui marque clairement la différence entre la démarche exemplaire de cet homme devant la mort et la rencontre décisive de Jésus avec Zachée, c'est la simple curiosité de ce dernier qui va rencontrer l'appel de Jésus : "Tu voulais me voir ?  Eh bien, c'est justement avec toi que je prendrai mon repas ce soir". (*)

Aux raisonnements solidement fondés, établis sur les traditions et valeurs reconnues et honorées dans tout un peuple, viennent s'opposer la simplicité, la gratuité, le don du salut - mais aussi la fête, la réjouissance. Le Seigneur entre dans toutes les maisons. Il va chez le pharisien qui va s'étonner que le juif Jésus ne procède pas, avant son repas, aux ablutions rituelles et il entre chez un collecteur d'impôts redouté mais aussi méprisé pour sa petite taille.

D'un côté, il y a une démarche volontaire de l'homme vers Dieu - ce sont les réflexions profondes d'Eléazar, et de l'autre côté il y a le désir de la rencontre, de la connaissance. On n'est pas sur le même plan, mais les deux peuvent coexister. Profondément, ce que je crois, c'est que les recherches de Dieu que font les hommes avec une grande rigueur de raisonnement finissent - du moins si elles sont sincères, par s'attirer "l'inattendu" de Dieu. C'est ainsi que les conversions sont souvent précédées d'un effort réel et souvent pénible, qui peut se prolonger des années - c'est la plupart des cas - jusqu'au jour où se produit l'événement spirituel, bref et simple, qui cependant bouleverse la personne de fond en comble et lui permet de progresser et de témoigner avec assurance.


(*)  A rapprocher de Apocalypse, chapitre 3 : "Voici que je me tiens à la porte,et je frappe.Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte,j'entrerai chez lui ;je prendrai mon repas avec lui,et lui avec moi."
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12630
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Jésus et Zachée

Message non lupar etienne lorant » mar. 18 nov. 2014, 11:12

Le mardi de la 33e semaine du temps ordinaire

Livre de l'Apocalypse 3,1-6.14-22.

Tu dis : « Je suis riche, je me suis enrichi, je ne manque de rien », et tu ne sais pas que tu es malheureux, pitoyable, pauvre, aveugle et nu !
Alors je te donne un conseil : viens acheter chez moi de l'or purifié au feu, pour devenir riche, des vêtements blancs pour te couvrir et cacher la honte de ta nudité, un remède pour te frotter les yeux afin de voir clair.
Tous ceux que j'aime, je leur montre leurs fautes, et je les châtie. Sois donc fervent et convertis-toi.
Voici que je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui ; je prendrai mon repas avec lui, et lui avec moi.
Le vainqueur, je le ferai siéger près de moi sur mon Trône, comme moi-même, après ma victoire, je suis allé siéger près de mon Père sur son Trône.
Celui qui a des oreilles, qu'il entende ce que l'Esprit dit aux Églises.



Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 19,1-10.
Jésus traversait la ville de Jéricho.
Or, il y avait un homme du nom de Zachée ; il était le chef des collecteurs d'impôts, et c'était quelqu'un de riche.
Il cherchait à voir qui était Jésus, mais il n'y arrivait pas à cause de la foule, car il était de petite taille.
Il courut donc en avant et grimpa sur un sycomore pour voir Jésus qui devait passer par là.
Arrivé à cet endroit, Jésus leva les yeux et l'interpella : « Zachée, descends vite : aujourd'hui il faut que j'aille demeurer dans ta maison. »
Vite, il descendit, et reçut Jésus avec joie.
Voyant cela, tous récriminaient : « Il est allé loger chez un pécheur. »
Mais Zachée, s'avançant, dit au Seigneur : « Voilà, Seigneur : je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens, et si j'ai fait du tort à quelqu'un, je vais lui rendre quatre fois plus. »
Alors Jésus dit à son sujet : « Aujourd'hui, le salut est arrivé pour cette maison, car lui aussi est un fils d'Abraham.
En effet, le Fils de l'homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu
.
»

Textes de l’Évangile au quotidien

Ceux qui sont riches en vue des biens de ce monde, comme ils sont pauvres en vue du Royaume ! En une ligne, il est possible d'aller au cœur des lectures de ce jour. Mais Zachée mérite bien qu'on s'intéresse à lui. Il est le chef des collecteurs d'impôts. Il est riche, certes, mais en Israël, c'est un des hommes les plus haïs dans son pays. Il est riche, mais sa petite taille permet toutes sortes de moqueries dans son dos - que de piètres amis s'empressent de lui rapporter (comme cela se passe partout dans le monde, bien sûr). Riche mais détesté, puissant et pourtant ridicule. Quels sentiments nourrit-il en lui-même ? Je ne doute pas qu'en lui-même, les sentiments et les raisonnements soient toujours en bataille ! Voici donc un homme qui a réussi et qui se nourrit chaque jour du mépris d'autrui aussi bien que d'un appétit de revanche.

Il n'est guère étonnant que, pour voir passer Jésus, il ait grimpé sur le sycomore ! D'un côté, pour une raison pratique: sa petite taille. Mais il y a d'autres raisons : en le voyant arriver dans la foule, les hommes du premier rang se seraient serrés épaule contre épaule, pour l'empêcher de voir quoi que ce soit - et du reste, un croche-pieds au milieu d'une foule agitée, cela passe complètement inaperçu !

Zachée, au fond, c'est un grand malheureux avant d'être un grand pécheur. Le péché ne serait-il pas la maladie "primordiale" en tout être humain ?.

En tout cas, son grand désir de voir Jésus, c'est ce qui va le sauver. Il est sorti de chez lui et il s'est retrouvé hors de lui-même en entendant l'appel du Seigneur. C'est un retournement complet, une vraie conversion par laquelle il pourra à son tour pardonner à son entourage et rétablir la justice.

Quand je relis encore le texte, c'est sur Jésus que se reporte l'animosité de la foule. Si Jésus était un bon juif, il n'entrerait pas dans la maison d'un pécheur. Mais le Seigneur a le dernier mot: "le salut est arrivé pour cette maison, car lui aussi est un fils d'Abraham. En effet, le Fils de l'homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu"


.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )


Revenir vers « Méditations »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invités