Fête de la Nativité de Marie

« Mon âme aspire vers toi pendant la nuit, mon esprit te cherche dès le matin. » (Is 26.9)
Règles du forum
Forum de partage de méditations chrétiennes
etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12860
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Fête de la Nativité de Marie

Message non lupar etienne lorant » lun. 08 sept. 2008, 11:31

Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 1,1-16.18-23.

Voici la table des origines de Jésus Christ, fils de David, fils d'Abraham :
Abraham engendra Isaac,Isaac engendra Jacob,Jacob engendra Juda et ses frères,
Juda, de son union avec Thamar, engendra Pharès et Zara,Pharès engendra Esrom,Esrom engendra Aram,
Aram engendra Aminadab,Aminadab engendra Naassone,Naassone engendra Salmone,
Salmone, de son union avec Rahab, engendra Booz,Booz, de son union avec Ruth, engendra Jobed,Jobed engendra Jessé,
Jessé engendra le roi David.David, de son union avec la femme d'Ourias, engendra Salomon,
Salomon engendra Roboam, Roboam engendra Abia, Abia engendra Asa,
Asa engendra Josaphat,Josaphat engendra Joram,Joram engendra Ozias,
Ozias engendra Joatham,Joatham engendra Acaz,Acaz engendra Ézékias,
Ézékias engendra Manassé,Manassé engendra Amone,Amone engendra Josias,
Josias engendra Jékonias et ses frères à l'époque de l'exil à Babylone.
Après l'exil à Babylone, Jékonias engendra Salathiel,Salathiel engendra Zorobabel,
Zorobabel engendra Abioud,Abioud engendra Éliakim,Éliakim engendra Azor,
Azor engendra Sadok, Sadok engendra Akim,Akim engendra Élioud,
Élioud engendra Éléazar,Éléazar engendra Mattane,Mattane engendra Jacob,
Jacob engendra Joseph, l'époux de Marie,de laquelle fut engendré Jésus,que l'on appelle Christ (ou Messie).
Voici quelle fut l'origine de Jésus Christ.Marie, la mère de Jésus, avait été accordée en mariage à Joseph ; or, avant qu'ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l'action de l'Esprit Saint.
Joseph, son époux, qui était un homme juste, ne voulait pas la dénoncer publiquement ; il décida de la répudier en secret.
Il avait formé ce projet, lorsque l'ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse : l'enfant qui est engendré en elle vient de l'Esprit Saint ;
elle mettra au monde un fils, auquel tu donneras le nom de Jésus (c'est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. »
Tout cela arriva pour que s'accomplît la parole du Seigneur prononcée par le prophète :
Voici que la Vierge concevra et elle mettra au monde un fils, auquel on donnera le nom d'Emmanuel, qui se traduit : « Dieu-avec-nous »

Pourquoi l'évangéliste Matthieu a-t-il tenu à dresser une généalogie de Jésus depuis Abraham, avant de commencer à parler de Joseph et Marie à Nazareth ? D'après certaines sources, il semblerait que cet évangile ait été composé d'abord à l'intention du peuple d'Israël. Et Matthieu est celui des quatre qui a cherché le plus à montrer aux Juifs comment Jésus est venu accomplir non seulement la Loi, mais toutes les prophéties concernant sa venue. A la suite de Matthieu, mais tout proche de nous, Lanza del Vasto dans son "Commentaire de l'Evangile" a tenu à ajouter la signification profonde de certains des noms cités par Matthieu.

Quoi qu'il en soit, Marie faisait de toute éternité (même avant la création de l'homme - pour qui voudrait pénétrer ce grand mystère) du dessein de Dieu. Dieu est créateur, et l'homme ayant montré sa défaillance, Dieu poursuivit la création par Marie et par l'incarnation du Verbe. Il choisit une Vierge afin de manifester qu'Il est bien le Dieu des impossibles, Lui qui fait jaillir la vie là où l'homme déclare qu'aucune vie n'est possible... c'est le très bref résumé du sermon que j'ai entendu ce matin.

Pour moi, Dieu n'est pas seulement le Dieu de l'impossible, mais aussi le Dieu de l'Etonnement. Car lorsque le Seigneur vient parfois dans mon coeur, Il ne s'annonce jamais. Tout du contraire, Il me laisse parfois descendre longtemps dans la peine physique ou fait pleurer mes yeux lorsque je murmure: "Que c'est dur, que c'est dur d'être chrétien, dans tout çà, et de le rester !" Et même, Il attend que je sois tombé de nouveau pour, tout d'un coup, me manifester une immense tendresse. Ô confusion du pécheur soudainement dissoute dans l'embrassement de la Miséricorde ! Et pour un peu, je re-demanderais de ma peur, de ma souffrance et de mes larmes pour avoir encore de cette manifestation "impossible" du bonheur en Dieu. Et donc la Joie et le Bonheur sont toujours précédés par l'Etonnement car là où il n'y avait rien pour assouvir ma soif, pas même une goutte d'eau à boire, soudain une source jaillit à profusion dans une sorte de merveilleux "gaspillage" de la grâce - il faudrait des mots d'enfant pour exprimer cela.
*
La virginité de Marie continue sans fin de déranger beaucoup. On ne s'est jamais trop gêné pour blasphémer le Christ de toutes sortes de manière, mais s'attaquer à la conception virginale semble "rendre de la pudeur" au plus insolent des plus iconoclastes !...

C'est donc dans l'Evangile... et pas de danger que çà change ! A ce propos, je me souviens de ce qu'écrivait Julien Green dans son Journal au début de février 1943. Cela m'avait frappé et je m'étais exclamé: c'est tellement vrai ! Voici ces quelques lignes:

"Nous sommes tous tant que nous sommes, tellement imprégnés de christianisme que le monde antique nous paraîtra toujours plus singulier et lointain qu'il ne le fut en réalité. Certains en ont une nostalgie comparable au regret qu'on peut avoir d'un pays qu'on a quitté pour aller en exil. Ce qui nuit au bonheur de quelques-uns, c'est que dans le monde tel qu'ils le connaissent, qui a succédé à l'antiquité, il y a un livre qui est l'Evangile. Un livre qqui ne tient pas grand-place, et libre a chacun de nous de ne pas seulement l'ouvrir, mais il n'en reste pas moins que ce livre est là, et la présence de ce livre est cause que plusieurs ne sont pas aussi tranquilles qu'ils le souhaiteraient. Ils seraient plus heureux s'il n'y avait pas ces quelques cent pages qui peuvent bien finir par les empêcher de dormir en les dérangeant au plus profond d'eux-mêmes"...
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Etrigan
Senator
Senator
Messages : 852
Inscription : jeu. 09 févr. 2006, 13:21
Localisation : Pas loin de Paris, dans une ville protégée par une Sainte et des bois.
Contact :

Re: Nativité de Marie

Message non lupar Etrigan » ven. 12 sept. 2008, 19:20

Il choisit une Vierge afin de manifester qu'Il est bien le Dieu des impossibles, Lui qui fait jaillir la vie là où l'homme déclare qu'aucune vie n'est possible...
Ce n'est pas tout à fait exact... là où aucune vie n'est possible, c'est chez la femme stérile. Or là, Marie est Vierge, ce qui est sensiblement différent. Disons qu'elle ne peut potentiellement pas encore donner la vie. Ce n'est pas tout à fait pareil.

Ensuite, la question de la Virginité mariale a peut-être plus à voir avec le Cantique des Cantiques et l'union de l'aimé et de l'Amant : une relation ineffable construite sur un principe impossible, celui de la virginité, qui symbolise l'incommunicabilité de Dieu, son mystère, puisqu'on ne sait pas clairement ce qui se passe entre l'annonce de Gabriel et la naissance de Jésus. Cette zone d'ombre étant l'ombre portée de Dieu sur Marie...

Il me semble que le mystère mariale est un point important des Evangiles car il marque la présence de ce qui est impossible à dire et cet impossible à dire, en psychanalyse, c'est l'inscription sur la chair de la jouissance, tourment de l'âme que le langage ne peut apaiser. Et peut-être que pour Marie, c'est Dieu qui aurait pourvu à ce manque.

Merci donc de ta stimulante réflexion !
« Le Verbe s’est incarné pour la Rédemption du Péché. Faudra-t-il que le Saint-Esprit s’incarne pour la rédemption de la sottise ? » Léon Bloy

Avatar de l’utilisateur
stephlorant
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1754
Inscription : sam. 12 mars 2011, 21:09

Fête de la Nativité de Marie

Message non lupar stephlorant » jeu. 08 sept. 2011, 9:26

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 1,1-16.18-23.
Voici la table des origines de Jésus Christ, fils de David, fils d'Abraham :
Abraham engendra Isaac, Isaac engendra Jacob, Jacob engendra Juda et ses frères. Voici quelle fut l'origine de Jésus Christ. Marie, la mère de Jésus, avait été accordée en mariage à Joseph ; or, avant qu'ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l'action de l'Esprit Saint. Joseph, son époux, qui était un homme juste, ne voulait pas la dénoncer publiquement ; il décida de la répudier en secret. Il avait formé ce projet, lorsque l'ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse : l'enfant qui est engendré en elle vient de l'Esprit Saint ; elle mettra au monde un fils, auquel tu donneras le nom de Jésus (c'est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. » Tout cela arriva pour que s'accomplît la parole du Seigneur prononcée par le prophète : Voici que la Vierge concevra et elle mettra au monde un fils, auquel on donnera le nom d'Emmanuel, qui se traduit : « Dieu-avec-nous ».
Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


A la chapelle, ce matin, le prêtre a carrément sauté la lecture des noms de la généalogie du Christ, mais il s'en est expliqué ensuite : faire descendre Jésus d'Abraham signifie d'une part qu'en Jésus s'est réalisé la promesse faite par Dieu à Abraham, et confirmée par les prophètes, et d'autre part que le christianisme ne pourra jamais être considéré comme une religion détachée du judaïsme. La voix des prophètes de l'ancienne alliance est toujours actuelle dans la nouvelle alliance.

Le reste du sermon, que j'ai trouvé original et très intéressant, concerne le passage, avec Marie, de l'obéissance muette à la grâce et à l’œuvre de l'Esprit-Saint. Jusqu'à Marie, en effet, avait existé la croyance en une sorte de prédestination, attribuée à la volonté de Dieu, de chaque être humain. Mais lorsque naît Marie, c'est l'Esprit saint qui entre dans l'histoire de l'humanité. Avec l'Esprit, Marie avait une pleine liberté de choix - contrairement à Joseph, qui avait déjà décidé, la mort dans l'âme sans doute, d'obéir à la Loi :car lui n'avait, croyait-il, aucune autre possibilité que de la suivre aveuglément.

J'ai beaucoup aimé ce qu'il a dit ensuite: tandis que nous nous souvenons de nos aïeux à la date de leur mort, nous fêtons Marie dès sa naissance. Nous fêtons l'Assomption, mais la fête de l'Assomption ne commémore pas sa fin terrestre, mais son épanouissement dans les Cieux. Marie demeure donc entre ciel et terre, toute proche, accessible et ouverte à nos questionnements et nos détresses.

J'ai résolu de prier Marie toute cette journée, puisque la rentrée est pour moi aussi, selon le choix de Dieu, comme un temps de vacances.

In manus tuas, Domine, commendo spiritum meum
http://www.youtube.com/watch?v=WDV94Iti5ic&feature=related (Philippe Herreweghe)

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12860
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Fête de la nativité de la Vierge Marie

Message non lupar etienne lorant » lun. 08 sept. 2014, 11:18

Fête de la Nativité de la Vierge Marie

Livre de Michée 5,1-4a.

Parole du Seigneur. Toi, Bethléem Ephrata, le plus petit des clans de Juda, c’est de toi que je ferai sortir celui qui doit gouverner Israël. Ses origines remontent aux temps anciens, à l’aube des siècles.
Après un temps de délaissement, viendra un jour où enfantera celle qui doit enfanter, et ceux de ses frères qui resteront rejoindront les enfants d'Israël.
Il se dressera et il sera leur berger par la puissance du Seigneur, par la majesté du nom de son Dieu. Ils vivront en sécurité, car désormais sa puissance s'étendra jusqu'aux extrémités de la terre,
et lui-même, il sera la paix !



Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 1,1-16.18-23.
Voici la table des origines de Jésus Christ, fils de David, fils d'Abraham :
Abraham engendra Isaac, Isaac engendra Jacob, Jacob engendra Juda et ses frères,
Juda, de son union avec Thamar, engendra Pharès et Zara, Pharès engendra Esrom, Esrom engendra Aram,
Aram engendra Aminadab, Aminadab engendra Naassone, Naassone engendra Salmone,
Salmone, de son union avec Rahab, engendra Booz, Booz, de son union avec Ruth, engendra Jobed, Jobed engendra Jessé,
Jessé engendra le roi David. David, de son union avec la femme d'Ourias, engendra Salomon,
Salomon engendra Roboam, Roboam engendra Abia, Abia engendra Asa,
Asa engendra Josaphat, Josaphat engendra Joram, Joram engendra Ozias,
Ozias engendra Joatham, Joatham engendra Acaz, Acaz engendra Ézékias,
Ézékias engendra Manassé, Manassé engendra Amone, Amone engendra Josias,
Josias engendra Jékonias et ses frères à l'époque de l'exil à Babylone.
Après l'exil à Babylone, Jékonias engendra Salathiel, Salathiel engendra Zorobabel,
Zorobabel engendra Abioud, Abioud engendra Éliakim, Éliakim engendra Azor,
Azor engendra Sadok, Sadok engendra Akim, Akim engendra Élioud,
Élioud engendra Éléazar, Éléazar engendra Mattane, Mattane engendra Jacob,
Jacob engendra Joseph, l'époux de Marie, de laquelle fut engendré Jésus, que l'on appelle Christ (ou Messie).
Voici quelle fut l'origine de Jésus Christ. Marie, la mère de Jésus, avait été accordée en mariage à Joseph ; or, avant qu'ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l'action de l'Esprit Saint.
Joseph, son époux, qui était un homme juste, ne voulait pas la dénoncer publiquement ; il décida de la répudier en secret.
Il avait formé ce projet, lorsque l'ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse : l'enfant qui est engendré en elle vient de l'Esprit Saint ;
elle mettra au monde un fils, auquel tu donneras le nom de Jésus (c'est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. »
Tout cela arriva pour que s'accomplît la parole du Seigneur prononcée par le prophète :
Voici que la Vierge concevra et elle mettra au monde un fils, auquel on donnera le nom d'Emmanuel, qui se traduit : « Dieu-avec-nous ».



Textes de l'Evangile au quotidien

L'origine de la commémoration liturgique de la Nativité de Marie est liée à l'église édifiée au 5e siècle à Jérusalem, dans les environs de la piscine probatique, qui pour la tradition était le lieu de la maison d'Anne et Joachim. En Occident, la fête du 8 septembre fut accueillie par l'Église de Rome au cours du 7e siècle, c'est l'une des quatre fêtes mariales de provenance orientale.

En cette occasion, notre prêtre nous a épargné la lecture de la génération de Marie, qui est une génération selon l'homme, selon la tradition juive. On commence par Abraham engendra Isaac et a-t-il dit en souriant, c'est un peu comme si les hommes s'engendraient eux-mêmes de père en fils, comme si Dieu n'avait eu d'égard que pour eux.  Or, dans de nombreux épisodes de l'Ancien Testament, des femmes apparemment stériles ont engendré des héros de l'histoire d'Israël.

Dans l'histoire de l'Eglise, il a fallu plusieurs siècles pour que commence effectivement une reconnaissance du rôle et de la place de Marie dans l'histoire du salut.  C'est sur ce point qu'a insisté l'Abbé. Cette reconnaissance est également celle du fait que Dieu intervient lui-même, directement, dans l'histoire humaine. Il intervient et contredit que le rôle de la femme dans l'histoire sainte soit uniquement de mettre au monde les patriarches ! Elisabeth était également stérile, mais stérile afin de manifester que "Dieu fait grâce" ou "Dieu fait miséricorde", selon la signification du nom de Jean.

De nos jours, la dévotion mariale a pris de l'ampleur... au point de déborder sur certaines "dérives"...

La fête fut joyeuse dans le coeur des fidèles de la petite chapelle, c'est l'impression profonde que j'en ai retirée.

.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

mandonnaud
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2313
Inscription : jeu. 01 juil. 2004, 15:28
Localisation : LIMOGES 87000 FRANCE
Contact :

Re: Fête de la nativité de la Vierge Marie

Message non lupar mandonnaud » ven. 26 sept. 2014, 16:54

Très tôt(23 ans) j'ai vécu comment Marie sera, durant ma vie, le bon recourt face au tentation et attaque du démon,pour rester proche de Jésus.
Paul de Limoges.
Jésus est infiniment misericordieux.
http://www.mandonnaud.net/

Avatar de l’utilisateur
Guillaume C.
Censor
Censor
Messages : 112
Inscription : mer. 14 janv. 2015, 13:37
Conviction : Catholique romain

Re: Fête de la Nativité de Marie

Message non lupar Guillaume C. » ven. 08 sept. 2017, 12:56

Marie, comblée de grâce (Saint Jean Eudes)


Comme le Père lui communique [à la Vierge] sa puissance, et le Fils sa sagesse, le Saint-Esprit aussi la rend participante, en un très haut degré, de son incomparable bonté. C’est pourquoi, comme elle a tout pouvoir de secourir et de favoriser ceux qui l’invoquent, et qu’elle est très industrieuse à trouver toutes sortes de moyens pour coopérer au salut des hommes, elle est aussi toute transformée en bonté et en douceur pour ceux qui s’adressent à elle avec humilité et confiance. Marie ne manque point de puissance, dit Saint Bernard, parce qu’elle est la Mère du Tout-Puissant ; ni d’industrie, parce qu’elle est la Mère de la Sagesse ; ni de bonté, parce qu’elle est la Mère de miséricorde.

Voilà les dons que les trois Personnes éternelles font à la bienheureuse Vierge, en sa naissance. Je sais bien qu’elle n’en a pas encore pour lors le parfait usage ; mais cela n’empêche pas qu’ils ne soient en elle radicalement, et qu’ils lui appartiennent véritablement, comme les pierreries, les beaux meubles, les riches domaines qui seraient donnés par un grand roi à une petite princesse qui viendraient de naître, ou qui lui appartiendraient par le titre de sa naissance seraient à elle réellement, quoiqu’elle n’en jouît pas encore parfaitement.


Saint Jean Eudes (†1680), initiateur du culte liturgique des cœurs de Jésus et de Marie, est un des grands maîtres de l’école française de spiritualité au XVIIème siècle. Il a été canonisé en 1925.


Source : revue Magnificat – Septembre 2017 – N° 298
Il n'y a qu'une Église, une par l'unité de la doctrine comme par l'unité du gouvernement, c'est l'Église catholique (Léon XIII, lettre Testem benevolentiæ sur la condamnation de l'américanisme)


Revenir vers « Méditations »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité