Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2012-2013)

« Mon âme aspire vers toi pendant la nuit, mon esprit te cherche dès le matin. » (Is 26.9)
Règles du forum
Forum de partage de méditations chrétiennes
Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 9732
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Miséricorde invoquée et miséricorde pratiquée

Message non lupar Fée Violine » mer. 16 oct. 2013, 18:17

Oui, je me doute ! C'est pourtant plein de bon sens. La foi chrétienne n'est pas un spiritualisme, nous sommes la religion de l'incarnation, les choses doivent avoir une forme.

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12697
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

La connaissance de Dieu ne peut être figée

Message non lupar etienne lorant » jeu. 17 oct. 2013, 10:26

Le jeudi de la 28e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 3,21-30
.
Car Dieu a exposé le Christ sur la croix afin que, par l'offrande de son sang, il soit le pardon pour ceux qui croient en lui. Ainsi Dieu voulait manifester sa justice : lui qui, au temps de sa patience, effaçait déjà les péchés d'autrefois, il voulait manifester, au temps présent, que c'est sa justice qui sauve. Telle est sa manière d'être juste et de rendre juste celui qui met sa foi en Jésus.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 11,47-54.
Jésus disait aux docteurs de la Loi : " Malheureux êtes-vous, parce que vous bâtissez les tombeaux des prophètes, alors que vos pères les ont tués.
Ainsi vous témoignez que vous approuvez les actes de vos pères, puisque eux, ils ont tué les prophètes, et vous, vous bâtissez leurs tombeaux.
C'est pourquoi la Sagesse de Dieu elle-même a dit : Je leur enverrai des prophètes et des apôtres, ils tueront les uns et en persécuteront d'autres.
Ainsi cette génération devra rendre compte du sang de tous les prophètes qui a été versé depuis la création du monde,
depuis le sang d'Abel jusqu'au sang de Zacharie, qui a péri entre l'autel et le sanctuaire. Oui, je vous le déclare : cette génération devra en rendre compte.
Malheureux êtes-vous, docteurs de la Loi, parce que vous avez enlevé la clé de la connaissance ; vous-mêmes n'êtes pas entrés, et ceux qui essayaient d'entrer, vous les en avez empêchés. »
Après que Jésus fut parti de là, les scribes et les pharisiens se mirent à lui en vouloir terriblement, et ils le harcelaient de questions ; ils étaient à l'affût pour s'emparer d'une de ses paroles.

Cy Aelf, Paris

Dans son épître, saint Paul expose qu'en Jésus-Christ, il n'y a plus qu'une seule manière pour l'homme d'être délivré du péché, et c'est de mettre sa foi en Jésus - et en Jésus crucifié. Telle est la justice qui ne détruit pas mais qui sauve, puisque Jésus est pardon pour tous ceux qui croient en lui, quelle que soit leur origine, quelle que soit leur race et quoi qu'ils aient pu vivre ou croire auparavant.

Jésus, quant à lui, exerce déjà la justice dans ce qu'il déclare aux docteurs de la Loi. Ils ne sont pas spécialistes pour sauver, mais bien au contraire, pour confirmer et entériner le malheur auquel ils se condamnent eux-mêmes. C'est ainsi qu'ils ont enfermé l'enseignement véritable dans une multitude de pratiques extérieures qui sont incapables de changer le coeur de l'homme. Ils vont jusqu'à construire des tombeaux pour les prophètes que Dieu leur avait envoyés et que leurs ancêtres avaient mis à mort. Leur pouvoir se maintient encore lorsque paraît le Christ, mais leur condamnation est certaine. La clé de la connaissance véritable, elle leur sera enlevée afin que tous ceux qui croiront pourront entrer dans le Royaume par leur foi.

Le prêtre nous a exposé ensuite comment, au fil des siècles, la manière de croire a adopté de multiples formes au fur et à mesure de l'histoire. Il nous a cité, notamment, l'apparition de la dévotion au coeur sacré de Jésus - qui correspond aux premières découvertes concernant la circulation du sang dans le corps par les battements du coeur. Ainsi, le temps qui passe n'a jamais eu pour résultat d'enfermer la foi dans une manière unique de croire. Il en est ainsi parce que la révélation de Dieu aux hommes se continue perpétuellement - et conduit toute l'humanité là où Dieu veut la conduire.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12697
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Fête de saint Luc, évangéliste.

Message non lupar etienne lorant » ven. 18 oct. 2013, 10:38

Fête de St Luc, évangéliste

Deuxième lettre de saint Paul Apôtre à Timothée 4,10-17b.

Fils bien-aimé, viens me rejoindre le plus vite possible, car Démas m'a abandonné par amour de ce monde, et il est parti pour Thessalonique ; Crescens est parti chez les Galates, et Tite en Dalmatie.
Luc est seul avec moi. Amène Marc avec toi, il m'est très utile pour le ministère.
J'ai envoyé Tychique à Éphèse.
En venant, rapporte-moi le manteau que j'ai laissé à Troas chez Carpos. Apporte-moi aussi mes livres, surtout les parchemins.
Alexandre, le forgeron, m'a fait beaucoup de mal. Il recevra du Seigneur le salaire de ses actes.
Toi aussi, prends garde à lui, car il s'est violemment opposé à nos paroles.
La première fois que j'ai présenté ma défense, personne ne m'a soutenu : tous m'ont abandonné. Que Dieu ne leur en tienne pas rigueur.
Le Seigneur, lui, m'a assisté. Il m'a rempli de force pour que je puisse annoncer jusqu'au bout l'Évangile et le faire entendre à toutes les nations païennes.



Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 10,1-9.
Parmi ses disciples, le Seigneur en désigna encore soixante-douze, et il les envoya deux par deux devant lui dans toutes les villes et localités où lui-même devait aller.
Il leur dit : « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers pour sa moisson.
Allez ! Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups.
N'emportez ni argent, ni sac, ni sandales, et ne vous attardez pas en salutations sur la route.
Dans toute maison où vous entrerez, dites d'abord : 'Paix à cette maison. '
S'il y a là un ami de la paix, votre paix ira reposer sur lui ; sinon, elle reviendra sur vous.
Restez dans cette maison, mangeant et buvant ce que l'on vous servira ; car le travailleur mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison.
Dans toute ville où vous entrerez et où vous serez accueillis, mangez ce qu'on vous offrira.
Là, guérissez les malades, et dites aux habitants : 'Le règne de Dieu est tout proche de vous. '


Cy Aelf, Paris

Saint Luc ne fut pas seulement évangéliste mais aussi compagnon fidèle des apôtres; sa fête, aujourd'hui, m'a fait songer que l'on peut, dans l'Eglise, n'être ni prêtre, ni diacre, ni servant de messe, n'avoir aucun rôle officiellement désigné et cependant être, comme Luc, un témoin de Jésus.

Cela me réconforté en ce matin où le jour s'est à peine levé, car tout était noyé dans la brume. Je me suis levé déprimé et je n'ai pas été étonné de croiser d'autres passants, la tête basse, évitant ainsi de devoir saluer...  Notre prêtre nous a longuement expliqué combien la désignation finale des quatre évangélistes avait fait l'objet de nombreuses et âpres discussions. Il s'est souvenu qu'au cours de ses études, il avait rencontré un professeur de grec qui, bien qu'athée, faisait traduire des passages de Luc "à cause de son excellente écriture".

De mon côté, j'ai médité que le fait d'être croyant et fidèle fait bien de nous des "agneaux au milieu des loups". Non que nous soyons si fragiles, mais parce que la foi nous entraîne - et même nous oblige à changer notre regard sur autrui. Ainsi, depuis ma conversion, il ne m'est plus possible d'acheter les livres et les autres articles que l'on me propose, en n'offrant que "le prix de gros" - autrement dit, il ne m'est plus possible de ne tenir compte que de la marge bénéficiaire.

Il y a également une souffrance qu'il faut accepter car il ne s'agit pas non plus de "s'attarder en salutations". Comme je lis cette recommandation du Seigneur, je comprends qu'il est inutile et vain de rechercher des consolations "mondaines" aux épreuves qui surviennent inévitablement.
Ecouter la plainte des autres, oui, mais il est tentant se plaindre à eux, et c'est un manque de foi, car c'est contredire que "le règne de Dieu est tout proche". Le règne de Dieu est vraiment proche de chacun de nous, quelles que soient les circonstances extérieures...
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Peccator
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2234
Inscription : mar. 10 sept. 2013, 21:38
Localisation : Près de Paris

Re: Fête de saint Luc, évangéliste.

Message non lupar Peccator » ven. 18 oct. 2013, 15:14

Saint Luc ne fut pas seulement évangéliste mais aussi compagnon fidèle des apôtres; sa fête, aujourd'hui, m'a fait songer que l'on peut, dans l'Eglise, n'être ni prêtre, ni diacre, ni servant de messe, n'avoir aucun rôle officiellement désigné et cependant être, comme Luc, un témoin de Jésus.

Merci beaucoup cher Etienne : cela fait quelques temps que je me demande s'il y a des saints reconnus par l'Eglise qui n'aient pas été ordonné ou religieux. Je n'avais pas songé à St Luc, médecin, probablement juriste aussi, et qui a "seulement" été un fidèle compagnon de Paul.

Il est vraiment dommage que l'on sache aussi peu de choses sur sa vie. La liturgie le célèbre comme martyr (crucifié), mais même cela n'est pas sûr, d'autres traditions rapportant qu'il est mort de vieillesse (comme St Jean).

Nous nous posions d'ailleurs la question ce midi à la messe, et le missel ne précise rien quand il fait mémoire de sa vie.
Non pas ce que je veux, mais ce que Tu veux. Mc 14, 36

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12697
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

La foi et le secours de l'Esprit Saint

Message non lupar etienne lorant » sam. 19 oct. 2013, 10:37

Le samedi de la 28e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 4,13.16-18
.
Frères, Dieu a promis à Abraham et à sa descendance qu’ils recevraient le monde en héritage, non pas en accomplissant la Loi mais en devenant des justes par la foi.
C'est donc par la foi qu'on devient héritier ; ainsi, c'est un don gratuit, et la promesse demeure valable pour tous ceux qui sont descendants d'Abraham, non seulement parce qu'ils font partie du peuple de la Loi, mais parce qu'ils partagent la foi d'Abraham, notre père à tous.
C'est bien ce qui est écrit : J'ai fait de toi le père d'un grand nombre de peuples. Il est notre père devant Dieu en qui il a cru, Dieu qui donne la vie aux morts et qui appelle à l'existence ce qui n'existait pas. Espérant contre toute espérance, il a cru, et ainsi il est devenu le père d'un grand nombre de peuples, selon la parole du Seigneur : Vois quelle descendance tu auras !



Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 12,8-12.
Jésus disait à ses disciples : " Je vous le déclare : Celui qui se sera prononcé pour moi devant les hommes, le Fils de l'homme se prononcera aussi pour lui devant les anges de Dieu. Mais celui qui m'aura renié en face des hommes sera renié en face des anges de Dieu.
Et celui qui dira une parole contre le Fils de l'homme, cela lui sera pardonné ; mais si quelqu'un blasphème contre l'Esprit Saint, cela ne lui sera pas pardonné.
Quand on vous traduira devant les synagogues, les puissances et les autorités, ne vous tourmentez pas pour savoir comment vous défendre ou comment parler.
Car l'Esprit Saint vous enseignera à cette heure même ce qu'il faudra dire
.
»

Cy Aelf, Paris

Voici bien en ce samedi de bons textes pour soutenir, élever ou relever notre foi !  Car si nous voulons bien faire ce que demande le Seigneur, alors gardons la foi en toutes circonstances, même quand il nous paraîtra que "c'est impossible". En exerçant notre foi au-delà même de ce qui nous paraît possible, nous serons ainsi, dans la foi, semblable à notre père Abraham. Car Abraham a cru même lorsque Dieu lui a demandé de Lui sacrifier son fils Isaac, qui était l'héritier par excellence, l'enfant de la promesse...

Comme Abraham a dû souffrir !  Mais au coeur même de cette souffrance, il a gardé la foi. Il ne pouvait pas comprendre ce qu'il adviendrait finalement de l'exigence formulée par Dieu, mais il a voulu d'abord manifester sa foi, comme il l'avait toujours fait jusqu'alors. Ainsi,pour Abraham comme pour nous - oui, nous aussi, il est nécessaire d'aller jusqu'au bout de notre adhésion, sans nous retourner, sans hésiter. Abraham est pour nous le modèle d'une confiance pleine et entière dans nos prières. Dieu est Amour, et Il ne peut vouloir notre malheur !

Dans l’Évangile, Jésus nous encourage à cette fidélité sans faille. Qu'aucun de nous, s'il lui est demandé, n'hésite à se prononcer pour Jésus et dire "Oui, je crois". Car même si notre foi est faible, l'Esprit Saint viendra aussitôt à notre secours.

Je peux dire que j'en ai fait personnellement l'expérience en une circonstance où des policiers, voulant me faire avouer quelque chose que je n'avais pas fait, m'avaient tenté en me disant: "N'est-il pas écrit, dans votre Bible : "Faute avouée à moitié pardonnée ?". Et aussitôt, la réponde m'est venue : "Non, la Bible ne dit pas cela. Mais elle dit: "La vérité vous rendra libre" - et puisque je vous ai dit la vérité, je suis libre et je m'en vais".
Et tout c'est bien déroulé ainsi: je me suis levé, j'ai souhaité le bonsoir et je suis rentré libre chez moi. Personne n'a même songé à me retenir !  

Gloire soit au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit !
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4464
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: La foi et le secours de l'Esprit Saint

Message non lupar gerardh » sam. 19 oct. 2013, 10:56

___________

Bonjour,

Je me félicite que l'étude de l'épître aux Romains soit au nombre des versets du jour. Ce texte est un peu compliqué, mais il est fondamental. Il en est ainsi en particulier du texte de ce jour. C'est en lisant l'épître aux Romains que des chrétiens comme Luther ont été convertis, notamment en comprenant l'importance de la doctrine du salut par la foi, sans les œuvres.


___________

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12697
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: La foi et le secours de l'Esprit Saint

Message non lupar etienne lorant » sam. 19 oct. 2013, 13:35

___________
C'est en lisant l'épître aux Romains que des chrétiens comme Luther ont été convertis, notamment en comprenant l'importance de la doctrine du salut par la foi, sans les œuvres.
___________
Ayant découvert Albert Schweitzer comme pasteur luthérien, je me suis réjoui qu'un tel homme, qui croyait certainement au salut par la foi, sans les oeuvres, ait accompli tant de choses !

http://www.medarus.org/Medecins/Medecin ... tzera.html
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Peccator
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2234
Inscription : mar. 10 sept. 2013, 21:38
Localisation : Près de Paris

Re: La foi et le secours de l'Esprit Saint

Message non lupar Peccator » sam. 19 oct. 2013, 13:58

___________
C'est en lisant l'épître aux Romains que des chrétiens comme Luther ont été convertis, notamment en comprenant l'importance de la doctrine du salut par la foi, sans les œuvres.
___________
Les catholiques aussi croient que seule la foi sauve. Nous aussi croyons que la foi est libre acceptation de la grâce de Dieu.

Les divergences entre catholiques et luthériens sur la question de la sola fide portent sur la manière dont cela se passe.
Ayant découvert Albert Schweitzer comme pasteur luthérien, je me suis réjoui qu'un tel homme, qui croyait certainement au salut par la foi, sans les oeuvres, ait accompli tant de choses !
Schweitzer n'a pas oublié l'épitre de St Jacques, et savait bien que la foi est morte si elle ne se manifeste pas par les oeuvres. Cela ne s'oppose pas du tout à sola fide, ni chez les catholiques, ni chez les luthériens.
Ce qui sauve, ce n'est pas le résultat des oeuvres, mais la foi qui pousse à les accomplir.
Non pas ce que je veux, mais ce que Tu veux. Mc 14, 36

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4464
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: La foi et le secours de l'Esprit Saint

Message non lupar gerardh » sam. 19 oct. 2013, 15:25

_______

Hello Etienne vous écrivez :
Ayant découvert Albert Schweitzer comme pasteur luthérien, je me suis réjoui qu'un tel homme, qui croyait certainement au salut par la foi, sans les œuvres, ait accompli tant de choses !
Voila une bien belle pensée de votre part. Oui les œuvres sont des actions très importantes pour le chrétien, et Dieu nous les prépare à l'avance pour que nous les fassions. Mais ce ne sont pas elles qui sauvent.


___________

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4464
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: La foi et le secours de l'Esprit Saint

Message non lupar gerardh » sam. 19 oct. 2013, 15:35

_______

Hello Peccator, vous écrivez :
Les catholiques aussi croient que seule la foi sauve. Nous aussi croyons que la foi est libre acceptation de la grâce de Dieu.
Je m’en réjouirais beaucoup si cela était, mais j’ai quelques doutes, que j’espère infondés, par rapport à votre première phrase …
Schweitzer n'a pas oublié l'épitre de St Jacques, et savait bien que la foi est morte si elle ne se manifeste pas par les oeuvres. Cela ne s'oppose pas du tout à sola fide, ni chez les catholiques, ni chez les luthériens.
Ce qui sauve, ce n'est pas le résultat des oeuvres, mais la foi qui pousse à les accomplir.
Tout à fait d’accord, surtout pour la dernière phrase. Par ailleurs l’épître de Jacques est souvent largement incomprise ou mal comprise. Cela mériterait une discussion sur ce forum.

A noter qu’il y a eu un texte « d’accord » sur ce sujet entre catholiques et luthériens. Je me suis réjoui de ce texte, même si je ne l’ai pas approuvé en tous ses points. Mais malheureusement, après sa diffusion il y a eu un cardinal qui a cru bon d’en rédiger un commentaire officiel lequel a quasiment annulé de facto la portée de cet « accord ».


__________

Peccator
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2234
Inscription : mar. 10 sept. 2013, 21:38
Localisation : Près de Paris

Re: La foi et le secours de l'Esprit Saint

Message non lupar Peccator » sam. 19 oct. 2013, 18:24

Je m’en réjouirais beaucoup si cela était, mais j’ai quelques doutes, que j’espère infondés, par rapport à votre première phrase …
Si vous nous en disiez plus sur ce qui suscite vos doute, il serait plus aisé de vous répondre.
Tout à fait d’accord, surtout pour la dernière phrase. Par ailleurs l’épître de Jacques est souvent largement incomprise ou mal comprise. Cela mériterait une discussion sur ce forum.
Mal comprise... dans le sens où tout le monde ne la comprend pas comme vous ? :-D


Il me semble pour ma part que c'est le principe de sola fide qui est souvent mal compris : certains en concluent que tout ce qui compte est la confiance que l'on met en Dieu, et oublient que Jésus nous a aussi demandé d'agir, pas seulement de croire. Il n'a pas invité les chrétiens à aller au Temple pour voir Dieu, mais à le voir dans le visage de notre prochain.

A noter qu’il y a eu un texte « d’accord » sur ce sujet entre catholiques et luthériens. Je me suis réjoui de ce texte, même si je ne l’ai pas approuvé en tous ses points. Mais malheureusement, après sa diffusion il y a eu un cardinal qui a cru bon d’en rédiger un commentaire officiel lequel a quasiment annulé de facto la portée de cet « accord ».
Avez-vous un lien vers ce texte d'accord et son commentaire ? Je serais très intéressé de les lire. Merci.
Non pas ce que je veux, mais ce que Tu veux. Mc 14, 36

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4464
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: La foi et le secours de l'Esprit Saint

Message non lupar gerardh » sam. 19 oct. 2013, 21:42

Bonsoir Peccator, vous écrivez :
Si vous nous en disiez plus sur ce qui suscite vos doutes, il serait plus aisé de vous répondre.
Dit en quelques mots, le monde protestant retient la doctrine du salut par la foi, tandis que traditionnellement le monde catholique retient la doctrine du salut par la foi et les œuvres.
Mal comprise [l’épître de Jacques]... dans le sens où tout le monde ne la comprend pas comme vous ?

Discutons-en Bible en mains.
Avez-vous un lien vers ce texte d'accord et son commentaire ? Je serais très intéressé de les lire. Merci.
Le premier texte s’intitule : Déclaration conjointe sur la doctrine de la justification de la Fédération luthérienne Mondiale et de l’Eglise catholique.

Le second texte s’intitule : Déclaration conjointe sur la doctrine de la justification. Présentation au Bureau de Presse du Saint-Siège de son Eminence le Cardinal Edward Idris Cassidy Président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens 25 Juin 1998.

Vous devriez les trouver sur Internet.


___________

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12697
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

La foi en Dieu libère de tout souci

Message non lupar etienne lorant » lun. 21 oct. 2013, 10:13

Le lundi de la 29e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 4,20-25.

Frères, devant la promesse de Dieu, Abraham ne tomba pas dans le doute et l'incrédulité : il trouva sa force dans la foi et rendit gloire à Dieu, car il était pleinement convaincu que Dieu a la puissance d'accomplir ce qu'il a promis. Et, comme le dit l'Écriture : En raison de sa foi, Dieu a estimé qu'il était juste. En parlant ainsi de la foi d'Abraham, l'Écriture ne parle pas seulement de lui, mais aussi de nous ; car Dieu nous estimera justes, puisque nous croyons en lui, qui a ressuscité d'entre les morts Jésus notre Seigneur, livré pour nos fautes et ressuscité pour notre justification.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 12,13-21.
Du milieu de la foule, un homme demanda à Jésus : « Maître, dis à mon frère de partager avec moi notre héritage. » Jésus lui répondit : « Qui m'a établi pour être votre juge ou pour faire vos partages ? »
Puis, s'adressant à la foule : « Gardez-vous bien de toute âpreté au gain ; car la vie d'un homme, fût-il dans l'abondance, ne dépend pas de ses richesses. »
Et il leur dit cette parabole : « Il y avait un homme riche, dont les terres avaient beaucoup rapporté.
Il se demandait : 'Que vais-je faire ? Je ne sais pas où mettre ma récolte. '
Puis il se dit : 'Voici ce que je vais faire : je vais démolir mes greniers, j'en construirai de plus grands et j'y entasserai tout mon blé et tout ce que je possède.
Alors je me dirai à moi-même : Te voilà avec des réserves en abondance pour de nombreuses années. Repose-toi, mange, bois, jouis de l'existence. '
Mais Dieu lui dit : 'Tu es fou : cette nuit même, on te redemande ta vie. Et ce que tu auras mis de côté, qui l'aura ? '
Voilà ce qui arrive à celui qui amasse pour lui-même, au lieu d'être riche en vue de Dieu. »



Cy Aelf, Paris.

La question que nous posent les textes du jour, c'est celle de savoir en quelle image de Dieu nous avons foi, et aussi en vue de quel avenir pour nous-mêmes. Saint Paul rappelle aux Romains que la foi d'Abraham était bel et bien tournée vers tout ce que Dieu lui donnerait de vivre - et pas seulement dans l'acquisition de biens terrestres, pas seulement - non plus - dans le bonheur que terrestre que tout homme espère . Abraham savait bien qu'il ne verrait pas, de son vivant, cette immense descendance, plus nombreuse que les étoiles du ciel, que le Seigneur lui avait promis. Mais très simplement, il s'est mis en route vers cette terre où vivraient ses enfants et les enfants de ses enfants. Telle est la foi qui nous est proposée: une foi de confiance en cet amour infini dont nous sommes aimés, qui a le pouvoir de nous faire traverser victorieusement n'importe quelle période difficile de l'existence.

Dans l'Évangile, Jésus rappelle à ceux qui l'interrogent cette foi vers laquelle ils doivent tendre; non une foi fondée sur l'espoir d'obtenir de Dieu le bonheur, la santé et la fortune sur la terre, mais la foi de leur ancêtre Abraham. Car Abraham s'en remettait à Dieu en tout et pour tout. Du coup, il se déclare incompétent en matière de droits de successions. Il n'est pas venu pour régler les questions d'héritage et les litiges qu'elles peuvent entraîner. Si quelqu'un aime le Père et lui fait confiance, il réussira sa vie, quand bien même ses proches et ses contemporains prétendraient le contraire.

L'affaire de l'homme qui a fait une récolte exceptionnelle à engranger et qui réfléchit pour savoir comment en profiter le plus possible nous le montre tout à fait: il calcule comment se mettre à l'abri du besoin durant de longues années et profiter largement de toutes les bonnes choses de l'existence... mais en réalité, il n'a plus qu'une nuit à vivre.

Cette année, j'ai perdu ma voiture, mais sans être blessé. J'y ai vu un signe et je ne me suis pas précipité pour en acheter une nouvelle. Je me suis remis à la marche. Or, si je peux me rendre à une messe chaque jour en ville, la messe dominicale me posait un vrai problème: les églises ouvertes pour la messe du dimanche sont beaucoup plus éloignées de chez moi. Eh bien, depuis hier, le problème est résolu. Une invitation m'est parvenue : il y a une messe dominicale dans une maison de repos où résident de nombreux anciens religieux - et elle n'est qu'à dix minutes à pieds de chez moi. Un tel signe n'est-il pas évident ? Le Seigneur pourvoit à mes besoins. Quant à la question de savoir comment je vais vivre à l'âge de la retraite, c'est la même chose: tout vient à point pour celui qui croit.

Jésus, j'ai confiance en Toi !
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4464
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: La foi en Dieu libère de tout souci

Message non lupar gerardh » lun. 21 oct. 2013, 11:07

________

Bonjour,

Non seulement la Foi en Dieu nous libère de tout souci (quant à notre salut éternel), mais elle nous rend justes devant Dieu.


__________

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12697
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

La mort : heure de justice ou de miséricorde ?

Message non lupar etienne lorant » mar. 22 oct. 2013, 10:02

Le mardi de la 29e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 5,12.15b.17-19.20b-21.

Frères, par un seul homme, Adam, le péché est entré dans le monde, et par le péché est venue la mort ; et ainsi, la mort est passée en tous les hommes, du fait que tous ont péché.
Mais le don gratuit de Dieu et la faute n'ont pas la même mesure. En effet, si la mort a frappé la multitude des hommes par la faute d'un seul, combien plus la grâce de Dieu a-t-elle comblé la multitude, cette grâce qui est donnée en un seul homme, Jésus Christ.
En effet, si, à cause d'un seul homme, par la faute d'un seul homme, la mort a régné, combien plus, à cause de Jésus Christ et de lui seul, régneront-ils dans la vie, ceux qui reçoivent en plénitude le don de la grâce qui les rend justes.
Bref, de même que la faute commise par un seul a conduit tous les hommes à la condamnation, de même l'accomplissement de la justice par un seul a conduit tous les hommes à la justification qui donne la vie.
En effet, de même que tous sont devenus pécheurs parce qu'un seul homme a désobéi, de même tous deviendront justes parce qu'un seul homme a obéi.
Quant à la loi de Moïse, elle est intervenue pour que se multiplie la faute ; mais là où le péché s'était multiplié, la grâce a surabondé.
Ainsi donc, de même que le péché a établi son règne de mort, de même la grâce, source de justice, devait établir son règne pour donner la vie éternelle par Jésus Christ notre Seigneur
.



Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 12,35-38.
Jésus disait à ses disciples : " Restez en tenue de service, et gardez vos lampes allumées. Soyez comme des gens qui attendent leur maître à son retour des noces, pour lui ouvrir dès qu'il arrivera et frappera à la porte. Heureux les serviteurs que le maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller. Amen, je vous le dis : il prendra la tenue de service, les fera passer à table et les servira chacun à son tour. S'il revient vers minuit ou plus tard encore et qu'il les trouve ainsi, heureux sont-ils !

Cy Aelf, Paris

La mort, héritage pour les hommes du péché qu'Adam avait commis, a durant des siècles été présentée comme sanction de la justice divine par les juifs, mais également par les premiers chrétiens. Or, nous a dit le prêtre, cet énoncé fait reculer beaucoup d'âmes craintives au moment d'adhérer au Christ. Car cette façon d'annoncer la sanction inéluctable de la justice de Dieu n'est guère engageante. De ce fait, nous avons eu droit à tout un exposé sur l'évolution qu'a connue, dans l'Eglise, le concept de la "justice divine".  

Par contraste, la multitude des saints répond que la mort est l'heure tant désirée de la rencontre avec le Seigneur. La mort ne sera plus l'heure de la justice, mais celle de la miséricorde. Et l’Évangile confirme que c'est ce qu'il adviendra pour les justes qui auront veillé jusqu'au bout le retour de leur maître: Jésus prendra pour eux la tenue du service (rappel du lavement des pieds) et prendra son repas avec eux dans l'éternité bienheureuse.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )


Revenir vers « Méditations »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités