Liturgie du jour avec Etienne Lorant (2011-2012)

« Mon âme aspire vers toi pendant la nuit, mon esprit te cherche dès le matin. » (Is 26.9)
Règles du forum
Forum de partage de méditations chrétiennes
etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13024
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Le temps de rembourser nos dettes

Message non lupar etienne lorant » ven. 26 oct. 2012, 10:21

Lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens 4,1-6.
Frères, moi qui suis en prison à cause du Seigneur, je vous encourage à suivre fidèlement l’appel que vous avez reçu de Dieu : ayez beaucoup d'humilité, de douceur et de patience, supportez-vous les uns les autres avec amour ;
ayez à cœur de garder l'unité dans l'Esprit par le lien de la paix.
Comme votre vocation vous a tous appelés à une seule espérance, de même il n'y a qu'un seul Corps et un seul Esprit.
Il n'y a qu'un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, qui règne au-dessus de tous, par tous, et en tous.


Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 12,54-59.
Jésus disait à la foule : " Quand vous voyez un nuage monter au couchant, vous dites aussitôt qu'il va pleuvoir, et c'est ce qui arrive.
Et quand vous voyez souffler le vent du sud, vous dites qu'il fera très chaud, et cela arrive.
Esprits faux ! L'aspect de la terre et du ciel, vous savez le juger ; mais le temps où nous sommes, pourquoi ne savez-vous pas le juger ?
Et pourquoi aussi ne jugez-vous pas par vous-mêmes ce qui est juste ?
Ainsi, quand tu vas avec ton adversaire devant le magistrat, pendant que tu es en chemin efforce-toi de te libérer envers lui, pour éviter qu'il ne te traîne devant le juge, que le juge ne te livre au percepteur des amendes, et que celui-ci ne te jette en prison.
Je te le dis : tu n'en sortiras pas avant d'avoir payé jusqu'au dernier centime.
»


Ce que dit saint Paul, dans quelle mesure sommes-nous prêts à l'accepter ? Et si nous l'avons accepté, dans quelle mesure nous y soumettons-nous ? Celui qui sera juge de la qualité de notre foi, de notre charité et de notre espérance, c'est bien le Seigneur.

Aussi longtemps que nous sommes en chemin sur la terre, il est comme ce créancier qui nous présente sa note régulièrement: c'est une facture impayée. La procédure en recouvrement de dette est lancée, mais la magnanimité du Juge est telle que la date de session du Tribunal qui doit sanctionner notre insolvabilité ... est reportée de mois en mois, d'année en année. Jusqu'au jour où le dossier complet est ouvert et révèle la constante mauvaise foi du débiteur ! Cette prison où est jeté le mauvais payeur, il ne peut la quitter avant d'avoir tout remboursé. Mais comment travailler lorsqu'on est en prison ! Mais la prison dont Jésus parle, c'est le purgatoire - et certes, on y travaille !!!

Tout d'un coup me vient la parole du Notre Père, la prière que Jésus nous a laissée. Il y est dit: "Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés". Eh bien, notre Juge nous accorde encore un autre moyen de rembourser nos dettes et de laver nos offenses envers Lui: c'est que,du temps de notre vie terrestre, nous cessions de poursuivre ceux qui nous doivent (pas uniquement de l'argent, mais des services rendus); et, encore: que nous pardonnions tant que faire se peut, de tout notre coeur et jusque dans la souffrance les êtres qui nous aimons et qui nous ont blessés. Car cet amour qui veut ne pas tenir compte des blessures reçues, c'est le Seigneur aussi qui nous l'inspire !
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13024
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Périr n'est pas simplement mourir

Message non lupar etienne lorant » sam. 27 oct. 2012, 10:30

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 13,1-9.

Un jour, des gens vinrent rapporter à Jésus l'affaire des Galiléens que Pilate avait fait massacrer pendant qu'ils offraient un sacrifice. Jésus leur répondit : « Pensez-vous que ces Galiléens étaient de plus grands pécheurs que tous les autres Galiléens, pour avoir subi un tel sort ? Eh bien non, je vous le dis ; et si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous comme eux.
Et ces dix-huit personnes tuées par la chute de la tour de Siloé, pensez-vous qu'elles étaient plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem ? Eh bien non, je vous le dis ; et si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de la même manière. »

Jésus leur disait encore cette parabole : « Un homme avait un figuier planté dans sa vigne. Il vint chercher du fruit sur ce figuier, et n'en trouva pas. Il dit alors à son vigneron : 'Voilà trois ans que je viens chercher du fruit sur ce figuier, et je n'en trouve pas. Coupe-le. A quoi bon le laisser épuiser le sol ? ' Mais le vigneron lui répondit : 'Seigneur, laisse-le encore cette année, le temps que je bêche autour pour y mettre du fumier.
Peut-être donnera-t-il du fruit à l'avenir. Sinon, tu le couperas. ' »


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

La première parole de Jésus met sur le même pied la mort rencontrée par accident et celle reçue de la violence des hommes. Cela surprend, mais dans les deux cas, dit le Seigneur, ce sont deux façons de mourir auxquelles les victimes n'ont pas eu le temps de se préparer. Car périr est un évènement soudain, soit accidentel, soit du fait de violence. On périt dans un naufrage, au cours d'une guerre, ou dans un attentat à la bombe. Mais pour l'homme, aux yeux de tous, c'est une mort indigne car l'être humain doit pouvoir s'y préparer.

La parabole qui suit évoque ce temps de préparation - et c'est un temps pour la conversion. Curieusement, on retrouve ici le figuier, cet arbre qui représente aussi l'Israël des Juifs. A un moment donné, peu avant sa passion, Jésus est venu chercher des fruits sur un figuier, bien que ce ne fut pas la saison des figues - et n'y trouvant rien, il l'a fait se dessécher. Ce 'miracle négatif' peut être rapproché de la parabole. En effet, à l'égard de certaines âmes, Dieu prend patience sur les conseils de ses serviteur et il attend des 'fruits de la repentance'. Mais toute patience a une fin.

Ce texte, comme les textes des derniers jours, insistent sur la nécessité de nous repentir afin d'avoir part un jour à cette fête de tous les saints. qui est désormais très proche.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Aldous
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1433
Inscription : lun. 23 févr. 2009, 18:43

Re: Le temps de rembourser nos dettes

Message non lupar Aldous » dim. 28 oct. 2012, 9:01

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 12,54-59.

Et pourquoi aussi ne jugez-vous pas par vous-mêmes ce qui est juste ?

Pour moi je trouve importante cette phrase qui nous renvoit à notre responsabilité, à notre discernement et à la compréhension de chacun. Elle fait écho au fameux "que celui qui a des oreilles pour entendre entende" (en Marc 4,9).

cordialement
"Tout le malheur des hommes vient d'une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos, dans une chambre." Blaise Pascal

Aldous
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1433
Inscription : lun. 23 févr. 2009, 18:43

Re: Comme une autre Vie dans notre vie

Message non lupar Aldous » dim. 28 oct. 2012, 9:14

(Mt 6,5 lorsque vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites, qui aiment à prier debout dans les synagogues et au coin des rues, afin d'être vus des hommes; en vérité, je vous le dis, ils ont reçu leur récompense.).

"La suprême hauteur de l'élévation réside dans le profond abîme de l'humilité."

Maître Eckhart "Les Entretiens spirituels"
"Tout le malheur des hommes vient d'une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos, dans une chambre." Blaise Pascal

Aldous
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1433
Inscription : lun. 23 févr. 2009, 18:43

Re: Libérés du cours de ce monde

Message non lupar Aldous » dim. 28 oct. 2012, 18:40

Mais à côté de cela, les lectures de ce jour - surtout l’Épître, me confirme que j'étais bien inspiré lorsque j'écrivais hier: "On s'émeut beaucoup, il y a beaucoup de guerres et de bruits de guerre, il y a de la peur et de la violence, mais le Royaume est déjà présent. Pour peu que l'on mette en pratique la Parole, notre esprit a accès au Royaume, nos coeurs s'y réchauffent et nos corps s'y reposent." Je n'étais pas certain de pouvoir écrire ces lignes, mais Paul me le confirme, puisqu'il dit lui-même: "Avec lui, il nous a ressuscités ; avec lui, il nous a fait régner aux cieux, dans le Christ Jésus." N'est-ce pas curieux que je me sente, aujourd'hui, le contemporain de saint Paul dans ce qu'il écrivait ?!? Et moi qui doutais ![/color]
Que voulez-vous dire? Qu'il ne faut pas s'émouvoir des guerres et des bruits de guerre, de la peur et de la violence?
"Tout le malheur des hommes vient d'une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos, dans une chambre." Blaise Pascal

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13024
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Libérés du cours de ce monde

Message non lupar etienne lorant » lun. 29 oct. 2012, 0:24

Que voulez-vous dire? Qu'il ne faut pas s'émouvoir des guerres et des bruits de guerre, de la peur et de la violence?
En effet, je crois que l'étape prochaine - en tout cas pour moi, sera de passer au travers de ce temps, et peut-être n'en sortirai-je pas intact physiquement, mais mon esprit s'en détournera. Du moins je prie pour cela.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Aldous
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1433
Inscription : lun. 23 févr. 2009, 18:43

Re: Libérés du cours de ce monde

Message non lupar Aldous » lun. 29 oct. 2012, 9:01

Que voulez-vous dire? Qu'il ne faut pas s'émouvoir des guerres et des bruits de guerre, de la peur et de la violence?
En effet, je crois que l'étape prochaine - en tout cas pour moi, sera de passer au travers de ce temps, et peut-être n'en sortirai-je pas intact physiquement, mais mon esprit s'en détournera. Du moins je prie pour cela.
Pensez-vous que Dieu se détourne des guerres, des bruits de la guerre, de la peur et de la violence? Ne pensez-vous pas que si il a envoyé son Fils unique s'est parce qu'Il s'émeut de tout cela?
Et vous même à son image ne devez vous pas vous émouvoir de la souffrance de vos prochains, et même souffrir avec eux, compatir?
"Tout le malheur des hommes vient d'une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos, dans une chambre." Blaise Pascal

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13024
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Libérés du cours de ce monde

Message non lupar etienne lorant » lun. 29 oct. 2012, 11:29

Et vous même à son image ne devez vous pas vous émouvoir de la souffrance de vos prochains, et même souffrir avec eux, compatir?
Mais oui, bien sûr ! La souffrance de mon prochain m'émeut et je dois m'efforcer d'y remédier. Je me rends compte que j'ai écrit sans doute de manière trop 'condensée' . Ce dont je dois me détacher, c'est du souci, de la rumination, des peurs, des calculs. Mais l'attention au prochain, bien sûr, doit rester au coeur de ma vie.

Ce que je voulais dire était en rapport avec "les bruits": les média annoncent chaque jour un malheur de plus et la possibilité de malheurs plus grands encore. C'est par l'inquiétude que je ne dois pas me laisser gagner. Je crois avoir écrit mon commentaire d'évangile encore sous l'influence de ma lecture du journal d'Etty Hillesum: elle couvrait de chauds vêtements des enfants qui une heure plus tard seraient envoyés avec leurs parents dans des wagons vers le camp de la mort. On lui avait dit: "Ce que tu fais ne sert à rien, c'est ridicule !" Mais elle avait rétorqué: là où je suis, je dois agir avec amour - là où j'ai prise, où je peux faire le bien, il faut que je le fasse. Je n'ai aucune prise sur ce qui arrive ensuite, mais cela ne doit pas me faire baisser les bras." C'est ainsi que je veux vivre ma foi, quels que soient les évènements qui surviennent et surviendront. A ma place, je vais continuer à faire tout ce que je peux - mais je me détacherai des sentiments de peur, de haine, de la colère, de l'action violente même - car fondamentalement, par mon baptême, je ne suis déjà plus de ce monde.

Me suis-je mieux exprimé ? Merci pour votre intérêt !

Etienne
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13024
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Le temps de rembourser nos dettes

Message non lupar etienne lorant » lun. 29 oct. 2012, 18:29

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 12,54-59.

Et pourquoi aussi ne jugez-vous pas par vous-mêmes ce qui est juste ?

Pour moi je trouve importante cette phrase qui nous renvoit à notre responsabilité, à notre discernement et à la compréhension de chacun. Elle fait écho au fameux "que celui qui a des oreilles pour entendre entende" (en Marc 4,9).
cordialement
C'est vrai. Nous sommes responsables de nos oreilles aussi ! Je cite encore, à la suite de Marc 4,9 : "Prenez garde à la manière dont vous écoutez." (Luc 8,18). Ainsi, il y a ceux qui ont des oreilles et n'entendent pas, ceux qui entendent sans écouter, et ceux qui écoutent mais de façon tronquée ou avec des intentions cachées... Pauvres de nous !
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13024
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Entrons par la porte étroite

Message non lupar etienne lorant » mer. 31 oct. 2012, 10:43

Lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens 6,1-9.
Frères, par respect pour le Christ, soyez soumis les uns aux autres. Vous, les enfants, obéissez à vos parents dans le Seigneur, c'est cela qui est juste : Honore ton père et ta mère, c'est le premier commandement assorti d'une promesse :ainsi tu seras heureux et tu auras longue vie sur la terre.
Et vous, les parents, ne poussez pas à bout vos enfants, mais élevez-les en leur donnant une éducation et des avertissements inspirés par le Seigneur.
Vous, les esclaves, obéissez à vos maîtres d'ici-bas comme au Christ, avec crainte et tremblement, dans la simplicité de votre cœur,
sans chercher à vous faire remarquer par souci de plaire aux hommes. Au contraire, conduisez-vous comme des esclaves du Christ qui accomplissent la volonté de Dieu de tout leur cœur, qui font leur travail d'esclaves volontiers, pour le Seigneur et non pour les hommes.
Car vous savez bien que tout homme, esclave ou libre, recevra du Seigneur sa récompense selon ce qu'il aura fait de bien.
Et vous, les maîtres, agissez de même avec vos esclaves, n'utilisez pas les menaces. Car vous savez bien que, pour eux comme pour vous, il y a un Maître dans le ciel, et qu'il ne fait pas de différence entre les hommes.



Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 13,22-30.
Dans sa marche vers Jérusalem, Jésus passait par les villes et les villages en enseignant.
Quelqu'un lui demanda : « Seigneur, n'y aura-t-il que peu de gens à être sauvés ? » Jésus leur dit :
« Efforcez-vous d'entrer par la porte étroite, car, je vous le déclare, beaucoup chercheront à entrer et ne le pourront pas.
Quand le maître de la maison se sera levé et aura fermé la porte, si vous, du dehors, vous vous mettez à frapper à la porte, en disant : 'Seigneur, ouvre-nous', il vous répondra : 'Je ne sais pas d'où vous êtes. '
Alors vous vous mettrez à dire : 'Nous avons mangé et bu en ta présence, et tu as enseigné sur nos places. '
Il vous répondra : 'Je ne sais pas d'où vous êtes. Éloignez-vous de moi, vous tous qui faites le mal. '
Il y aura des pleurs et des grincements de dents quand vous verrez Abraham, Isaac et Jacob et tous les prophètes dans le royaume de Dieu, et que vous serez jetés dehors.
Alors on viendra de l'orient et de l'occident, du nord et du midi, prendre place au festin dans le royaume de Dieu.
Oui, il y a des derniers qui seront premiers, et des premiers qui seront derniers. »



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

Il n'y avait pas de messe pour nous ce matin. Et pour cette fois, c'est bien dommage car les textes du jour parlent que la manière du monde de se sauver est pratiquement l'inverse de celle qui vaut aux yeux de Dieu. Ainsi, dans son épître, Paul conseille aux enfants d'être soumis à leurs parents, tandis que le monde leur enseigne à se rebeller contre eux et prendre tôt toute leur indépendance. De la même manière, il conseille les esclaves de ne pas chercher à nuire à leur maître, mais de leur être soumis comme au Christ. Et dans l’Évangile, Jésus tient le même langage, qui est à l'inverse de ce que nos civilisations nomment le progrès, alors que ce progrès qui se traduit dans des idéologies nihilistes et destructrices.

Il est heureux que ces Lectures existent, et il serait encore plus heureux de les entendre la veille de la Toussaint.

Dans ma propre famille, qui ira sur une tombe qui ira à une messe ? Notre bon père Gabriel est décédé il y a quatre ans, mais depuis longtemps, sauf par la bouche de ma mère, je n'ai plus entendu évoquer son nom. J'ai réussi à contacter les deux soeurs de ma mère, mais on ne fleurira pas les tombes, car les vacances passent avant tout.

Que peu nous importe ! Je prierai pour eux et aussi "aux intentions des familles" des membres des quelques sites catholiques sur lesquels j'écris.

... Et d'une certaine manière, quel bonheur: car je m'en rends compte, en me relisant, combien ma vie est changée et échappe aux règles de notre époque !

Alors, à tous et toutes, bonne et heureuse fête de Toussaint !
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Teano
Prætor
Prætor
Messages : 2279
Inscription : sam. 30 avr. 2011, 18:07
Conviction : Catholique romaine

Re: Entrons par la porte étroite

Message non lupar Teano » mer. 31 oct. 2012, 11:11

Dans cette porte étroite, je vois encore un appel à cultiver la fidélité, la pureté, à rechercher la Sagesse, la compréhension d'autrui etc... : "efforcez-vous" dit Jésus.
Je me méfie de tout ce qui "me gratte là où ça me démange" quand bien même cela aurait l'apparence de l'Evangile. Trop facile, trop large. Ce n'est pas la facilité que le Seigneur nous promet, au contraire il nous dit de nous mettre au travail !
Plaise à Dieu que je ne sois jamais satisfaite de ma vie chrétienne, de mes prières et de mon travail quotidien, ce serait un signe de grand égarement !

In Christo

Teano-Claire
"« Sous l’abri de ta miséricorde, nous nous réfugions, sainte Mère de Dieu. Ne repousse pas nos prières quand nous sommes dans l’épreuve, mais de tous les dangers, délivre-nous, Vierge glorieuse et bénie »"


Messages dans cette couleur (ou à peu près...) : modération du forum

Aldous
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1433
Inscription : lun. 23 févr. 2009, 18:43

Re: Libérés du cours de ce monde

Message non lupar Aldous » mer. 31 oct. 2012, 12:05

Ce que je voulais dire était en rapport avec "les bruits": les média annoncent chaque jour un malheur de plus et la possibilité de malheurs plus grands encore. C'est par l'inquiétude que je ne dois pas me laisser gagner.
Et pourquoi pas? Aimer n'est-ce pas s'inquiéter aussi du sort de celui, celle ou ceux qu'on aime. Etty Hillesum ne s'inquiétait-elle pas des enfants auxquels elle founissait des vêtements chauds?

J'espère pour vous que vous n'êtes plus de ce monde en tant qu'il est plein de tentations qui nous éloigne du Seigneur, mais vous y êtes toujours quant à l'amour que notre Seigneur nous a commandé de porter à notre semblable.
"Tout le malheur des hommes vient d'une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos, dans une chambre." Blaise Pascal

Aldous
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1433
Inscription : lun. 23 févr. 2009, 18:43

Re: Le temps de rembourser nos dettes

Message non lupar Aldous » mer. 31 oct. 2012, 12:12

C'est vrai. Nous sommes responsables de nos oreilles aussi ! Je cite encore, à la suite de Marc 4,9 : "Prenez garde à la manière dont vous écoutez." (Luc 8,18). Ainsi, il y a ceux qui ont des oreilles et n'entendent pas, ceux qui entendent sans écouter, et ceux qui écoutent mais de façon tronquée ou avec des intentions cachées... Pauvres de nous !
Pourquoi "pauvres de nous"?
"Tout le malheur des hommes vient d'une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos, dans une chambre." Blaise Pascal

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13024
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Le temps de rembourser nos dettes

Message non lupar etienne lorant » mer. 31 oct. 2012, 14:43

Pourquoi "pauvres de nous"?
Car avant d'écouter de la manière dont le Christ nous demande d'écouter, que de "bouchons" à retirer de nos oreilles !!
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13024
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Libérés du cours de ce monde

Message non lupar etienne lorant » mer. 31 oct. 2012, 14:53

Ce que je voulais dire était en rapport avec "les bruits": les média annoncent chaque jour un malheur de plus et la possibilité de malheurs plus grands encore. C'est par l'inquiétude que je ne dois pas me laisser gagner.
Ces malheurs vont arriver. Dès le mois de novembre, l'indemnisation des chômeurs devient dégressive dans ce pays. Du coup, on nous promet une augmentation des faits de délinquance (agressions, vols avec violence, répressions, etc.) J'ai dit qu'en tant que chrétien, je ne dois pas me laisser gagner par l'inquiétude concernant ce qu'il adviendra de moi à la fin. je suis apôtre de la Miséricorde divine, je dois m'impliquer dans toutes les situations où je saurai que je peux être d'une assistance quelconque. L'inquiétude qu'il faut chasser, c'est justement celle qui nous fait nous replier sur nous-mêmes.

Je laisse à Simone Weil la suite de ma justification, car elle a mieux parlé que moi mais dit exactement les même choses:

"Nul ne sait comment les choses tourneront. Plusieurs catastrophes sont à craindre. Mais aucune crainte n'efface la joie de voir ceux qui toujours, par définition, courbent la tête, la redresser. Ils n'ont pas, quoiqu'on suppose du dehors, des espérances illimitées. Il ne serait même pas exact de parler en général d'espérance. Ils savent bien qu'en dépit des améliorations conquises, le poids de l'oppression sociale, un instant écarté, va retomber sur eux. Ils savent qu'ils vont se retrouver sous une domination dure, sèche, et sans égards. Mais ce qui est illimité, c'est le bonheur présent. "
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )


Revenir vers « Méditations »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit