De la théologie de la libération

« Aimez la justice, vous qui gouvernez la terre » (Sg 1.1)
Règles du forum
Forum de discussions entre personnes de bonne volonté sur la doctrine sociale, politique, économique et écologique de l'Église
Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 6994
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Le Pape François et la théologie de la Libération

Message non lupar Cinci » ven. 17 mai 2013, 21:49

Oui, l'article est intéressant. Il aurait eu sa place dans le fil sur l'Amérique latine et notre nouveau pape.

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 9667
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Le Pape François et la théologie de la Libération

Message non lupar Fée Violine » mer. 22 mai 2013, 9:13

Au sujet de la théologie de la libération il est absolument fascinant de voir à quel point nombre de journaux catholiques ont subrepticement rapproché Bergoglio de cette théologie pour la rendre soudainement comme "acceptable" : la Croix en tête, qui prétendait, sans aucunes preuves à l'appui, que Bergoglio était l'élève de la théologie de la libération Argentine qui n'aurait rien à voir avec celle condamnée par Rome ! (je ne parle pas d'un autre article, peut-être dans Pèlerin, dans lequel il est subtilement sous-entendu que Ratzinger et JPII n'avait rien compris à cette théologie, d'où la condamnation...).
Dans Zénit aujourd'hui, un article sur le sujet:
http://www.zenit.org/fr/articles/la-the ... e=dispatch

jeanbaptiste
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3132
Inscription : mer. 30 avr. 2008, 2:40

Re: Le Pape François et la théologie de la Libération

Message non lupar jeanbaptiste » jeu. 23 mai 2013, 13:53

Merci chère Fée, cet article est un très bon complément.

poche
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2246
Inscription : lun. 11 mars 2013, 9:28

Re: De la théologie de la libération

Message non lupar poche » mer. 04 sept. 2013, 8:47

Nous devons nous rappeler que la véritable libération, c'est la libération du péché.

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 9667
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: De la théologie de la libération

Message non lupar Fée Violine » mer. 04 sept. 2013, 15:01

Des textes du P. Gustavo Gutiérrez sur un site en espagnol :
http://bartoloopina.bcasas.org.pe/notic ... errez.html

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 9667
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: De la théologie de la libération

Message non lupar Fée Violine » mer. 04 sept. 2013, 15:05

Des textes du P. Gustavo Gutiérrez, O.P., dans l'Osservatore Romano :
http://bartoloopina.bcasas.org.pe/notic ... errez.html
«Con un Papa latinoamericano, la teología de la liberación no podía permanecer mucho tiempo en el cono de sombra al que había sido relegada desde hace algunos años, por lo menos en Europa». Las palabras del padre Ugo Sartorio subrayan la iniciativa de “L’Osservatore Romano”, que dará espacio, en la edición de mañana, a algunos textos del teólogo peruano y dominico Gustavo Gutiérrez, considerado como el fundador de la teología de la liberación.

El periódico de la Santa Sede, retoma de esta manera una corriente teológica marginada desde hace tiempo por los casos en los que se mezclaba con la ideología marxista, pues publicará algunos fragmentos del libro de Gutiérrez “De la parte de los pobres. Teología de la liberación, teología de la Iglesia”, dedicados a los pobres como «preferidos de Dios» y en contra del «neoliberalismo económico» y de la «deshumanización de la economía».

«Los aportes de Gustavo Gutiérrez han hecho evidente una cosa para nosotros que nos encontramos aquí en Europa –subraya mons. Gerhard Ludwig Müller, prefecto de la Congregación para la Doctrina de la Fe y amigo del teólogo peruano–, la injusticia en el mundo es un factor que permanece y que solo puede ser superado con la disponibilidad de todos los hombres para dirigir la mirada hacia Cristo».
Traduction perso:
"Avec un pape latino-américain, la théologie de la libération ne pouvait rester longtemps dans le coin d'ombre où elle était reléguée depuis quelques années, du moins en Europe." Les paroles du P. Ugo Sartorio soulignent l'initiative de l'Osservatore romano, qui donnera place, dans l'édition de demain, à quelques textes du théologien péruvien et dominicain Gustavo Gutiérrez, considéré comme le fondateur de la théologie de la libération.
Le journal du Saint Siège reprend de cette manière un courant théologique marginalisé depuis un moment à cause des cas où il se mélangeait avec l'idéologie marxiste.
Il publiera ensuite des extraits du livre de Gutiérrez : "De la part des pauvres. Théologie de la libération, théologie de l'Église", consacrés aux pauvres comme "préférés de Dieu", et opposés au "néolibéralisme économique" et à la "déshumanisation de l'économie".
"Les apports de Gustavo Gutiérrez ont rendue évidente pour nous une chose que nous trouvons ici en Europe", souligne Mgr Gerhard Ludwig Müller, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, et ami du théologien péruvien. "L'injustice dans le monde est un facteur qui demeure et qui ne peut être surmonté que par la disponibilité de tous les hommes à diriger leur regard vers le Christ".

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8547
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: De la théologie de la libération

Message non lupar jean_droit » lun. 16 sept. 2013, 17:04

Un bon article dans Belgicatho sur la théologie de la libération et la rencontre, bien médiatisée, entre le Saint Père et le père Gustavo Guttierez.

http://belgicatho.hautetfort.com/archiv ... .html#more
Le pape François et la théologie de la Libération

La semaine dernière, le pape a reçu, en audience privée, une des figures fondatrices du courant progressiste bien connu sous le nom de "théologie de la libération", le père Gustavo Guttierez.

Rien n'a percé de l'entrevue à la suite de laquelle aucun communiqué n'a été publié. Faut-il y voir une reconnaissance de ce courant théologique à l'égard duquel Jorge Maria Bergoglio a toujours manifesté beaucoup de réserves ? Il ne semble pas.

D'ailleurs, Gustavo Guttierez a lui-même beaucoup évolué et sa position actuelle est devenue extrêmement nuancée.

Il semble donc que l'emballement de commentateurs enthousiastes qui se réjouissent d'un tournant de la ligne vaticane est totalement exagéré et que rien ne permet de déduire de cette entrevue un quelconque signe d'un retournement à travers lequel le "progressisme" serait désormais le bienvenu à Rome comme l'affirment des journalistes du Monde, de La Croix, ou de La Libre.

La note qui suit permettra d'éclairer le débat :

Sur le pape François et la théologie de la libération (Chrétiens dans la Cité)

Les journalistes assimilent à tort l'option préférentielle pour les pauvres (qui peut s'inscrire dans une théologie politique pleinement orthodoxe, y compris dans sa formulation en termes de "doctrine sociale de l'Eglise") et la théologie de la libération qui fut un courant de pensée particulier, imprégné de philosophie marxiste, que le cardinal Bergoglio a combattu.

La genèse de la théologie de la libération se situe dans les années confuses de la crise post-conciliaire, lorsqu'un activisme catholique tentait de s'affirmer par rapport aux bouleversements culturels qui allaient conduire à mai 68. C'est précisément en 1968 que la conférence de l’épiscopat latino-américain de Medellin, adopta certains thèmes qui allaient agiter les théologiens. L'option préférentielle pour les pauvres en fit partie.

La première systématisation de la théologie de la libération se trouve dans le livre publié à Lima en 1971 par le dominicain péruvien Gustavo Gutiérrez :Teología de la liberación. L’année précédente était paru une Théologie de la révolution du théologien belge Joseph Comblin.

La libération qui qualifie cette théologie renvoie au grand récit de l’Exode: le peuple de Dieu s’affranchissant de la servitude égyptienne et réalisant son salut dans l’histoire, avec la perspective d’une terre nouvelle où les injustices auraient disparu. Comme Maritain et Metz, les théologiens de la libération (outre Gutiérrez, citons Hugo Assmann, Clodovis et Leonardo Boff, Jon Sobrino, Juan Luis Segundo) acceptent et même soutiennent la sécularisation. Avec Marx, ils soutiennent la priorité de la praxis : la théologie conceptualise la praxis chrétienne ou simplement politique. Elle est, dit Gutiérrez, une « réflexion critique sur la praxis historique à la lumière de la foi ». Ils développent également une conception dialectique de l’histoire dont la lutte est le moteur nécessaire, en particulier sous la forme du combat des opprimés.

Rejetant une interprétation pacifiste de la révolution appelée par Jésus, certains des théologiens libérationnistes vont jusqu’à justifier le recours à la violence. Toutefois leurs expériences historiques calamiteuses (comme au Nicaragua) les ramenèrent à des positions moins extrêmes.

On sait qu'à la tête de la Congrégation pour la doctrine de la foi, le cardinal Ratzinger ferrailla vigoureusement contre cette théologie avec deux textes successifs : en 1984, l’Instruction sur quelques aspects de la théologie de la libération (Libertatis Nuntius), et en 1986, avec une tonalité moins hostile et plus bienveillante, l’Instruction sur la liberté chrétienne et la libération (Libertatis conscientia).

La première instruction dénonçait une marxisation de la théologie ayant pour conséquence la perversion de la foi, en particulier en matière d’ecclésiologie (l'Église du peuple comme Église de classe, opposée à l'Église officielle ou hiérarchique) et de christologie (réinterprétation politique des vérités christologiques). La seconde se voulait plus positive. Le propos n’était pas simplement critique, et certains thèmes chers aux libérationnistes tels que les structures de péché ou l’option préférentielle pour les pauvres entrèrent même dans le discours magistériel.

Le regard jeté par la nouvelle théologie politique anglo-saxonne est un peu différent. C'est ainsi que John Milbank, tête du courant Radical Orthodoxy, remarque : « Par-delà l'utilisation de schèmes marxistes, on peut observer que la théologie de la libération est d'abord étonnamment moderne dans sa relativisation des dimensions métaphysiques, mythiques, doctrinales et mystiques de l'expérience chrétienne, et trahit souvent l'influence du protestantisme libéral sur l'intelligentsia latino-américaine. Alors qu'on reproche communément à la théologie de la libération son collectivisme ou ses idéaux utopiques, on remarque rarement qu'il lui manque souvent encore une conception des faits religieux et des faits chrétiens qui en intègre pleinement les significations sociales et commu- nionnelles. »

La grande carence de la théologie de la libération est qu'elle n'a pas été suffisamment théologique et qu'il lui a manqué une véritable ecclésiologie.

Le second grand moment de la théologie de la libération commence au milieu des années soixante-dix avec le développement, notamment aux États-Unis, de produits dérivés : théologie noire, théologie féministe et du "genre", théologie du tiers-monde (africaine et asiatique) etc. Plus récemment, certains théologiens libérationnistes tels que Leonardo Boff ont pris le chemin de l’écologisme, considérant que le paradigme oppression / libération qu’il utilisait hier pour les classes dominées et exploitées s’applique aussi à la Terre et à ses espèces vivantes.

On signalera que Gustavo Gutiérrez, resté dans l'Eglise, a fait évoluer sa pensée grâce - a-t-il précisé - au dialogue avec le cardinal Ratzinger, à qui il a rendu hommage.

poche
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2246
Inscription : lun. 11 mars 2013, 9:28

Re: De la théologie de la libération

Message non lupar poche » ven. 01 nov. 2013, 8:53

Il ya quelques années, mon oncle m'a raconté comment mes cousins ​​ont été massacrés au cours de la Révolution cubaine. Quand je vois l'icône de Che Guevarra honoré par certains de nos dirigeants catholiques, il me laisse à penser que l'Eglise catholique affirme qu'il est autorisé à assassiner des gens à des fins politiques.
:( :( :(

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 9667
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: De la théologie de la libération

Message non lupar Fée Violine » ven. 01 nov. 2013, 9:15

Quel rapport avec la théologie de la libération ???

Avatar de l’utilisateur
Zarus
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 549
Inscription : ven. 23 août 2013, 13:19

Re: De la théologie de la libération

Message non lupar Zarus » mer. 06 nov. 2013, 21:31

Qu'on droit de faire les pauvres pour améliorer leur sort alors selon l’Église ?
Les actions sociales de l’Église n'ont pas tendance qu'à entretenir les pauvres et les encourager à accepter leur sort ? (Comme au Moyen-Age, où l’Église condamnait la protestation contre l'ordre social ?)

Et je comprends pas cette remarque sur le fait que cette théologie est anti-christique, vouloir faire disparaitre la pauvreté, c'est contre le Christ ?!?
Ni les remarques de Virgile comme quoi la vrai libération c'est le Christ ou qu'il est proche des pauvres...il est proche des opprimés mais ça ne veut pas dire qu'il veut les garder dans cet état !
Donc les pauvres ne doivent que se consoler et pas essayer d'être moins pauvres ?

Ou ce sont les moyens (révolution meurtrière) qui sont condamnés et pas le but ?
"With my eternal life, I will see the world through to its end. Until everyone who won't like me is gone."
— Porky Minch

"Can you face your fears ?"
— Hanako

I speak from the noise
Souls and shapes, forever twisted
the lost voices of the damned
lure the bringer of despair

Belin
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1878
Inscription : lun. 16 juin 2008, 18:28

Re: De la théologie de la libération

Message non lupar Belin » sam. 09 nov. 2013, 13:17

D'abord je fais une différence entre pauvreté et misère.
La misère est un degré de dépouillement qui empêche d'accomplir ses devoirs de charité. Quelqu'un est dans la misère lorsque ce qu'il gagne ne le permet pas par exemple de nourrir ou de loger sa famille, de scolariser, vêtir ou soigner ses enfants. Ceci dit je ne sais pas si la misère telle que je viens de le définir existe en France. La misère doit être combattue, c'est un mal.

La pauvreté est le fait de ne rien posséder pour soit, ou du moins de ne posséder que juste ce qu'il faut pour accomplir son devoir de charité, ni plus, ni moins. La pauvreté est une vertu. Ceci dit, elle ne doit pas être combattue ni imposée ( ça doit être un acte libre) , elle doit plutôt être encouragée car c'est le moyen le plus sûr de faire l'expérience du bonheur que Dieu nous promet déjà dès cette vie.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 6994
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: De la théologie de la libération

Message non lupar Cinci » ven. 11 juil. 2014, 0:25

Poche,
Quand je vois l'icône de Che Guevarra honoré par certains de nos dirigeants catholiques
:!: :?: ..... :sonne: que ... !

(a priori, je croirais malaisément la chose possible)

Avatar de l’utilisateur
Lys_Sul
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 502
Inscription : mar. 10 juin 2014, 22:45
Conviction : Catholique
Localisation : Divine Comédie

Re: De la théologie de la libération

Message non lupar Lys_Sul » lun. 18 mai 2015, 1:18

http://www.catholicnewsagency.com/news/ ... ogy-83634/ (anglais)
Spoiler!
Was the Theology of Liberation a movement somehow "created" by Sakharovsky's part of the KGB, or it was an existing movement that was exacerbated by the USSR?

The movement was born in the KGB, and it had a KGB-invented name: Liberation Theology. During those years, the KGB had a penchant for “liberation” movements. The National Liberation Army of Columbia (FARC), created by the KGB with help from Fidel Castro; the “National Liberation Army of Bolivia, created by the KGB with help from “Che” Guevara; and the Palestine Liberation Organization (PLO), created by the KGB with help from Yasser Arafat are just a few additional “liberation” movements born at the Lubyanka -- the headquarters of the KGB.
etc...
L’esprit est à soi-même sa propre demeure ; il peut faire en soi un Ciel de l’Enfer, un Enfer du Ciel.

Livre I, Le Paradis perdu - John Milton

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 9667
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: De la théologie de la libération

Message non lupar Fée Violine » lun. 18 mai 2015, 22:23

Euh... :incertain: Et en français, ça dit quoi?

Avatar de l’utilisateur
Héraclius
Consul
Consul
Messages : 2963
Inscription : lun. 30 sept. 2013, 19:48
Conviction : Catholique

Re: De la théologie de la libération

Message non lupar Héraclius » lun. 18 mai 2015, 22:26

Euh... :incertain: Et en français, ça dit quoi?

Que la Théologie de la Libération est une création du KGB.


(Complotiste Lys_Sul ? Faites gaffe, il paraît que les admins sont très intolérants sur ces sujets. :-D )
Deus illum exaltavit et donavit illi nomen super omne nomen ut in nomine Iesu omne genu flectat caelestium et terrestrium et infernorum.

"Seul l'Amour est digne de Foi" - Hans-Urs von Balthasar


Revenir vers « Doctrine sociale »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités