De Cuba

« Aimez la justice, vous qui gouvernez la terre » (Sg 1.1)
Règles du forum
Forum de discussions entre personnes de bonne volonté sur la doctrine sociale, politique, économique et écologique de l'Église
Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 6805
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

De Cuba

Message non lupar Cinci » ven. 05 juin 2015, 2:33

[Ce sujet est en provenance de la discussion sur la théologie de la libération].

Le désordre établi en place n'est quand même pas le fait des intellectuels marxiste-léninistes, si l'on songe à Cuba du temps de Batista :
«[...]La pauvreté ne cesse de s’accroître alors que le jeu et la prostitution, contrôlés par les gangs nord-américains et notamment la Mafia (grâce aux relations entre Batista avec les parrains mafieux Meyer Lansky et Lucky Luciano), se développent. Les casinos et hôtels de luxe fleurissent notamment à La Havane qui devient ainsi le principal centre de blanchiment d'argent du trafic de drogue de la Cosa nostra américaine, et fournissant ainsi des recettes considérables au régime. La capitale cubaine accueille même en décembre 1946 une conférence au sommet des principaux chefs mafieux nord-américains»

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fulgencio_Batista

Quant aux allégations de l'ex-espion soviétique : je croirais d'emblée à quelques exagérations. Les prêtres d'Amérique du Sud étaient fort capables de mener leurs propres réflexions, en toute indépendance des agents moscovites. Les critiques du marxisme pouvaient facilement trouver une niche chez des penseurs divers à l'époque et sans même que personne n'ait besoin de lever un doigt dans les instances du parti communiste.

En passant ...

Je n'ai rien à reprocher à Castro. Au contraire, je trouve absolument admirable ce que les Cubains seront parvenu à accomplir au travers leur révolution.

Je sais. Il sera de bon ton d'aller répéter la chanson à l'effet d'un «manque de liberté» sous ce régime centralisateur. Sauf on aimera bien négliger le fait que les États-unis deviennent, de plus en plus, le type même de société carcérale, un pays qui maintient en permanence, sous les verrous, un nombre de bagnards dont le décompte va se chiffrer en terme de millions.

La liste :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_ ... %A9tention

encore :
http://www.data-publica.com/content/201 ... puis-1994/

Les États-unis et Israël montrent des taux d'incarcérations largement supérieur à la Chine communiste. Il y a environ 2,5 millions de prisonniers aux États-unis pour une population de 318 millions et environ 1,6 millions de prisonniers en Chine pour 1,3 milliards de Chinois. Les israéliens affichent un taux d'incarcération de 319 personnes pour 100 000 habitants versus 122 pour 100 000 en Chine. Le taux d'emprisonnement à Cuba est comparable à celui des États-unis. La dernière application de la peine capitale à Cuba remonte à 2003 (une seule exécution), en Arabie saoudite l'on décapite environ 80 personnes par an ou 3-4 condamnés par semaine. Il n'empêche pas la famille Bush de recevoir les princes, les émirs et autres familiers des séouds sur leur ranch, de se raconter des blagues et de se taper sur les cuisses.

Les lamentations contre Cuba qui émanent de Miami (exilés, immigrés) provient surtout du fait que quelques agents subversifs stipendiés par le gouvernement américain, afin de provoquer la chute du régime castriste, auront pu être embastillés. Or c'est un peu normal qu'une société, un pays ou un gouvernement puisse prendre des mesures assez énergiques dans le but de se défendre de manoeuvres déstabilisatrices étrangères. Il y a personne qui ignore que les États-unis se sont fait une spécialité d'une immixtion dans les affaires internes d'autrui, comme ce fut le cas au Chili, plus tard au Nicaragua, même au Vénézuelas, ainsi de suite.

Au départ, Castro n'était pas «anti-américain», mais ce sont plutôt les États-unis qui l'auront poussé stupidement dans les bras de l'Union soviétique, de par l'intransigeance la plus ferme de Washington, cette archi-volonté à ne jamais vouloir admettre l'établissement de rapports normaux avec Castro. Pourquoi? tout simplement à raison d'un calcul digne de caïds de la mafia. C'est à dire ne surtout pas montrer aux autres pays de la région que des bougnoles pourraient se soulever contre les intérêts américains, le faire fructueusement et penser ensuite s'en tirer sans conséquences sérieuses. De là, la politique d'embargo perpétuel qui fut décrété contre Cuba : un fait unique à l'échelle mondial et dans l'histoire contemporaine, je pense. Du jamais vu! Les Cubains sont tout simplement merveilleux d'avoir pu résister aussi bravement à la pression américaine tout ce temps. Cette exemplarité à elle seule vaut tout l'or du monde.

Personnellement, je trouve absolument honteux, honteux dans le plus honteux, que des huiles aux États-unis ne soient capables que de faire la fine bouche à l'égard de Castro (un vrai patriote, un gars qui aime vraiment son pays, qui l'aura prouvé dix fois en faisant de Cuba le contraire d'Haïti, la terre des zombies qui est comme un mouroir de Calcutta à ciel ouvert), cependant que nul trouve à redire quand il s'agit de faire des affaires avec le royaume d'Arabie, avec des corrompus au Pakistan, en Afghanistan, quand les mêmes sont capables de financer des djihadistes monstrueux.

Tout ça pour dire, Lys_sul, je prendrai toujours avec un «gros grain de sel» la propagande diffamatoire, celle qui peut sourde du côté de la coallition d'intérêts des oligarques patentés, aux États-unis, la même clique qui aura mis par terre le système financier en 2008 et fait casquer la totalité de la population; oui, grâce au coup fumant de la socialisation des pertes (les profits pour la poignée d'amis riches du système, les dettes pour les travailleurs de Wal-Mart), le coup du gouvernement Obama qui vient récompenser les fraudeurs en renflouant les coffres de la banque, de sorte que le personnel cadre puisse s'octroyer à nouveau des bonus de performance de fin d'année. Sur le plan gouvernemental, il n'y a pas plus de démocratie à Washington que chez Castro. La même bouche reaganienne ou thatcherienne qui voudrait faire de Castro un paria, Pinochet un dirigeant fréquentable, n'est pas crédible. On semble très capable de s'accommoder d'un déficit de liberté quand on le veut bien, si le déficit en droits des uns évoque une bonne affaire pour les autres.

Avatar de l’utilisateur
Lys_Sul
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 502
Inscription : mar. 10 juin 2014, 22:45
Conviction : Catholique
Localisation : Divine Comédie

De Cuba

Message non lupar Lys_Sul » dim. 07 juin 2015, 1:58

Je n'ai rien à reprocher à Castro. Au contraire, je trouve absolument admirable ce que les Cubains seront parvenu à accomplir au travers leur révolution.
clair, net et précis.

Sauf on aimera bien négliger le fait que les États-unis deviennent, de plus en plus, le type même de société carcérale, un pays qui maintient en permanence, sous les verrous, un nombre de bagnards dont le décompte va se chiffrer en terme de millions.
Les États-Unis font appliquer le droit, cela peut paraître disproportionné, mais comme dit la locution latine Dura lex, Sed Lex. Cuba est un pays ou la possibilité de parler librement de la politique du pays, des problèmes de la société sans être épiée par des oreilles? vous vous souvenez de l'idée de Bentham et de son panoptique?

Quand une personne se pense être surveillée, elle hésite à faire une action,tout le contraire d'un pays ou la base repose sur les libertés individuelles.

Il y a personne qui ignore que les États-unis se sont fait une spécialité d'une immixtion dans les affaires internes d'autrui, comme ce fut le cas au Chili, plus tard au Nicaragua, même au Vénézuelas, ainsi de suite.
Quid de la France dans ses anciennes colonies?

C'est la raison d'État qui pousse pour un pays à défendre ses intérêts qu'ils estiment essentiels, le Vénézuela a fait de même dans la nationalisation de son pétrole, ce qui est normal suivant la raison d'État, mais cela a-t-il contribué à développer le pays la réponse et non, l'argent du pétrole contribue-t-il pour les Vénézuéliens, etc... et etc....

Les Cubains sont tout simplement merveilleux d'avoir pu résister aussi bravement à la pression américaine tout ce temps. Cette exemplarité à elle seule vaut tout l'or du monde.
Sur ce passage d'accord avec vous, le blocus est non seulement idiot et dramatique pour les populations, ils pensent punir les dirigeants alors que c'est la population qui subit les conséquences.

Personnellement, je trouve absolument honteux, honteux dans le plus honteux, que des huiles aux États-unis ne soient capables que de faire la fine bouche à l'égard de Castro (un vrai patriote, un gars qui aime vraiment son pays, qui l'aura prouvé dix fois en faisant de Cuba le contraire d'Haïti, la terre des zombies qui est comme un mouroir de Calcutta à ciel ouvert)
A ma connaissance, Le gouvernement depuis Chavez est très généreux à l'égard de Cuba, dans le pétrole qu'ensuite Cuba revend à prix fort sur le marché, je ne pense pas qu' Haïti est la même chose.

En effet, Caracas fournit quotidiennement à La Havane pas moins de 100 000 barils à un prix nettement inférieur à celui du marché. La bonne volonté d'Hugo Chavez vis-à-vis du régime castriste est telle qu'on estime que le gouvernement de Cuba revend jusqu'à 40% du pétrole fourni par le Venezuela.
Tout ça pour dire, Lys_sul, je prendrai toujours avec un «gros grain de sel» la propagande diffamatoire, celle qui peut sourde du côté de la coallition d'intérêts des oligarques patentés, aux États-unis, la même clique qui aura mis par terre le système financier en 2008 et fait casquer la totalité de la population;
la loi community reinvestment act modifiée par le gouvernement de Clinton, n'est pas étrangère dans la crise de 2008.

Sur le plan gouvernemental, il n'y a pas plus de démocratie à Washington que chez Castro.

Des auditions existent pour questionner des membres du gouvernement, comme pour Hillary Clinton face à la commission des affaires étrangères du Sénat américain, en 2013, je doute que ce genre de chose puisse exister à Cuba.

C'est un peu ancien que les Etats-Enis sont loin de la pensée des pères fondateurs.

Hors Sujet, Sujet dévié à venir :(
L’esprit est à soi-même sa propre demeure ; il peut faire en soi un Ciel de l’Enfer, un Enfer du Ciel.

Livre I, Le Paradis perdu - John Milton


Revenir vers « Doctrine sociale »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité