Crise des vocations

« Dieu nous a sauvés, et il nous a donné une vocation sainte » (2Tm 1.9)
Règles du forum
Forum d'aide pour le discernement des vocations sacerdotales et religieuses
Avatar de l’utilisateur
ChristianK
Senator
Senator
Messages : 795
Inscription : lun. 10 mars 2008, 18:43

Re: Le problème des vocations en France

Message non lu par ChristianK » jeu. 13 nov. 2014, 17:29

Je commente des extraits des articles ci-dessus :
3/ Parmi les institutions plus traditionnelles, celles plus insérées dans la vie ecclésiale ont eu le plus de mal : le séminaire de Paray le Monial a fermé, celui d’Ars n’accueille qu’un petit nombre de français et Toulon peine à se réformer après avoir été aux avants postes de la vague du renouveau charismatique. De nouvelles institutions, à Bayonne ou à Vannes, essayent de prendre le relais…

Ceci est dû à la caté préalable déficiente en fermeture explicite au monde, donc en adaptation. Plus le temps passait plus la fermeture était nécessaire.
 Les mouvements spirituels, les communautés nouvelles (l’Emmanuel, Notre Dame de Vie, etc.) et l’initiative du diocèse de Paris (la maison St Augustin puis l’École cathédrale) ont favorisé un vrai renouveau des vocations. Ce qui caractérise ce renouveau est l’insistance spéciale sur la vie de prière fondée sur la lecture et la méditation des Écritures (oraison, "lectio divina"). Ensuite on redonna aussi une juste place à l’étude des sources (la patristique) et progressivement aux médiévaux (spécialement Saint Thomas d’Aquin).
Après la débâcle des années 60/70 on a assisté à un premier renouveau, à partir des années 80, fondé sur la redécouverte de la vie spirituelle et des Saintes Écritures comme Parole de Dieu. On réhabilita ainsi les principaux éléments de la tradition spirituelle : la lectio divina de l’héritage monastique, l’oraison carmélitaine, les exercices de saint Ignace de Loyola, etc. L’illustration emblématique de ce renouveau fut le diocèse de Paris.

Certes ce biblisme, parce qu'il était plus vertical et s'accompagnait de plus de sources traditionnelles, récupérait une forme de fermeture au monde indirecte en raison de sa spiritualité, plus intériorisée, mais cette fermeture était insuffisante et surtout non explicite.
De plus le biblisme est mou et manipulable, donc même s'il permet une fermeture au monde par spiritualité, il permet aussi le contraire, ce qui cause une fermeture déficiente ou avec ratés - voir Louis Rade, Église conciliaire et années 60: conséquences du biblisme.
Les jeunes qui entrent au séminaire sont aujourd’hui presque tous passés par les communautés nouvelles ou traditionnelles, les mouvements scouts ou de spiritualité. 

2/ En outre, si les mouvements spirituels et communautés nouvelles ont été florissants dans les années 80, ils ont subi un certain revers en ce nouveau millénaire. Ils continuent d’avoir un rayonnement certain mais sont quelque peu en perte de vitesse dans le recrutement.

Encore la fermeture au monde insuffisante. les charismatiques n'étaient pas fermés (leur religion "du sourire" - Hervieu-Léger - le prouve - voir Louis Rade à ce sujet) mais seulement verticaux, une demie-mesure.

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8541
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Le problème des vocations en France

Message non lu par jean_droit » jeu. 13 nov. 2014, 17:44

Enfin ! Remarque : Nous devons raisonner pour l'Eglise et non pour notre propre chapelle. Si une des composantes ou une des sensibilités de l'Eglise a des problèmes, c'est toute l'Eglise qui a des problèmes. C'est ce que j'ai dit à la suite de l'échec de la première partie du Synode : toute l'Eglise est perdante.Nous devons souhaiter que toutes les sensibilités soient présentes et respectées.
L’avenir

Bien sûr l’avenir appartient à la providence et il est imprudent de se faire prophète.

Mais au vu des tendances actuelles, à savoir :
• la baisse globale du nombre des séminaristes diocésains,
• le léger recul dans les communautés nouvelles et mouvements spirituels,
• la légère augmentation dans les institutions traditionnelles,
on peut s’interroger sur l’avenir de la formation sacerdotale et le nouveau visage de l’Église en France.

Il y a dans l’Église une inertie, un conservatisme plus grand qu’ailleurs, (le Pape François le souligne assez !) qui rendent les réformes difficiles. Les mentalités changent plus par le renouvellement des générations. Mais les jeunes générations, moins nombreuses, peinent à se faire entendre.

Même si l’on peut souhaiter des réformes rapides et audacieuses des institutions diocésaines, il est probable qu’elles restent, pour un certain temps encore, des vœux pieux…

En additionnant aujourd’hui les séminaristes des communautés traditionnelles, de la Communauté Saint Martin, des communautés nouvelles (Emmanuel, N D de Vie, Points-Cœur, etc.), on arrive aujourd’hui à presque 300 jeunes (350 si on voulait compter le chemin néochatéchuménal) en formation dans les communautés diverses, tandis que les séminaristes proprement diocésains sont entre 500 et 520.

Si les mêmes tendances se maintiennent on peut imaginer que ces deux groupes s’équivaudront aux alentours de 2020. Cela annonce un visage un peu nouveau pour l’Église en France. On peut aussi se demander si en fin de compte un certain nombre de diocèses ne seront pas alors obligés de sous-traiter la formation des séminaristes aux communautés…
D'où certains en tirent des courbes comme celle de rorarte caeli :

http://rorate-caeli.blogspot.com/2014/1 ... rance.html

Avatar de l’utilisateur
ChristianK
Senator
Senator
Messages : 795
Inscription : lun. 10 mars 2008, 18:43

Re: Le problème des vocations en France

Message non lu par ChristianK » jeu. 13 nov. 2014, 18:39

Le blog a raison: la solution très coûteuse est biologique (et financière). Parce que le problème est générationnel (pour l'Occident). Toutes les religions des années 70 mourront, catholiques ou non.

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13269
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Vocations : Campagne "on veut des prêtres"

Message non lu par etienne lorant » sam. 14 mars 2015, 11:55

«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Anne
Prætor
Prætor
Messages : 7153
Inscription : jeu. 21 févr. 2008, 1:05
Conviction : Catholique romaine
Localisation : Provincia Quebecensis

La crise des vocations

Message non lu par Anne » ven. 03 avr. 2015, 22:37

prodigal a écrit : 3) la crise des vocations, dont le sacerdoce féminin serait un remède (ce qui est une raison plus circonstancielle que spirituelle, je vous l'accorde).
Je vais radoter faire dans la pédagogie en utilisant un joli copier-coller tiré d'un autre sujet et me citer moi-même : Beaucoup semblent penser que l'ordination des femmes constituerait la panacée aux maux de l'Église. Cependant, et on en parle peu, même le protestantisme, où des femmes peuvent être pasteurs, est en déclin. Par exemple, aux États-Unis, les ouailles quittent le navire au profit, majoritairement, de l'athéisme et la jeunesse (18-22 ans) ne s'affilie à aucune religion.

(En anglais) Percentage of Protestant Americans Is in Steep Decline, Study Finds

Étrangement, c'est l'Église catholique qui serait en croissance aux États-Unis:

(En anglais) Catholic church growing, Baptist and mainline Protestant numbers decline

Le protestantisme européen ne serait guère plus florissant :

(En anglais)Numbers of Protestants in Europe on the decline, thousands of churches being sold

Air connu : de nouvelles statistiques indiquent que le nombre de protestants décline depuis une trentaine d'années; plus de 2000 églises vendues ou louées.

Hè.
"À tout moment, nous subissons l’épreuve, mais nous ne sommes pas écrasés;
nous sommes désorientés, mais non pas désemparés;
nous sommes pourchassés, mais non pas abandonnés;
terrassés, mais non pas anéantis…
".
2 Co 4, 8-10

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Amicus Civitatis
Amicus Civitatis
Messages : 1444
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: L'infaillibilité pontificale

Message non lu par prodigal » sam. 04 avr. 2015, 10:43

La cause du déclin du protestantisme n'est pas le sacerdoce féminin. Et je crois que même si on fait dire aux chiffres ce que l'on veut, il va être difficile de faire croire qu'il n'y a pas de crise des vocations en occident. Mais bon, tant mieux si tout va bien et si tout le monde est content.
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

Avatar de l’utilisateur
Milla
Barbarus
Barbarus

Re: L'infaillibilité pontificale

Message non lu par Milla » sam. 04 avr. 2015, 12:28

Anne a écrit :Étrangement, c'est l'Église catholique qui serait en croissance aux États-Unis:

(En anglais) Catholic church growing, Baptist and mainline Protestant numbers decline
C'est peut-être à nuancer ? Je pense à cette étude qui dit, en gros, que le nombre de catholiques reste stable aux USA mais qu'on observe deux phénomènes : d'un côté, de nombreuses personnes se décrivent comme "anciennement catholiques" et ont donc quitté cette religion, de l'autre, le pourcentage de catholiques parmi les personnes qui arrivent aux USA est élevé, ce qui fait que les choses s'équilibrent (cf p.7).
Mais le nombre de prêtres et surtout de sœurs est en baisse, par exemple.
prodigal a écrit :La cause du déclin du protestantisme n'est pas le sacerdoce féminin.
Je suis d'accord avec vous... mais je ne comprends pas pourquoi vous le présentez comme un remède à la crise des vocations dans l’Église catholique. Il ne l'a pas été - ou ne l'est pas - dans un contexte protestant. Pourquoi pensez-vous que les choses seraient différentes ?

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Amicus Civitatis
Amicus Civitatis
Messages : 1444
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: L'infaillibilité pontificale

Message non lu par prodigal » sam. 04 avr. 2015, 14:04

Je ne suis pas sûr en effet que le sacerdoce féminin résoudrait le problème des vocations. J'ai avancé cette hypothèse en réponse à l'idée, soutenue par Héraclius, selon laquelle il n'y avait aucun argument en faveur du sacerdoce féminin. Or, à défaut de certitude c'est au moins un argument, car il est plus logique de penser qu'il y aurait plus de candidats à la prêtrise si on multipliait par deux le nombre des personnes qui y seraient aptes. Ceux qui sont en faveur du sacerdoce féminin ne sont donc pas forcément des idéologues.

J'ajoute que j'ai reconnu qu'au regard de la tradition, il fallait prendre en compte le fait que jamais le sacerdoce féminin n'avait été autorisé. Je ne dis donc pas que la question est simple. Elle mériterait d'être étudiée sans passion.
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

Avatar de l’utilisateur
Anne
Prætor
Prætor
Messages : 7153
Inscription : jeu. 21 févr. 2008, 1:05
Conviction : Catholique romaine
Localisation : Provincia Quebecensis

Re: L'infaillibilité pontificale

Message non lu par Anne » lun. 06 avr. 2015, 20:19

Milla a écrit : C'est peut-être à nuancer ? Je pense à cette étude qui dit, en gros, que le nombre de catholiques reste stable aux USA mais qu'on observe deux phénomènes : d'un côté, de nombreuses personnes se décrivent comme "anciennement catholiques" et ont donc quitté cette religion, de l'autre,
Que l'augmentation du nombre de cathos aux U.S.A. soit le fait de l'immigration ne change rien au total. On note autant de "transfuges", sinon plus, de protestants vers l'athéisme et autres religions que de cathos. (Un des articles souligne que les protestants ne migrent même plus vers une autre branche, comme ils le faisaient auparavant).

On peut inférer que le déclin du protestantisme a probablement des raisons sociologiques semblables à celles qui touchent le catholicisme et ce malgré le fait que les pasteurs puissent se marier et que des femmes puissent être pasteurs. D'où le constat que même en appliquant ces mesures au catholicisme, ça ne freinerait pas hémorragie et qu'au final on braderait des notions fondamentales qui distinguent justement l'Église du/des protestantisme(s).

La baisse des vocations religieuses consacrées autres que la prêtrise en Occident (puisque la situation est différente dans les "nouveaux" pays "catholicisés") fait partie de la même dynamique et n'a pas son équivalent chez les protestants.

Personne n'a dit que tout il était bon et tout il était beau. Il y a crise, mais il faut garder confiance en la Providence Divine et prendre garde d'appliquer des cataplasmes sous prétexte de "modernisme", de "féminisme", etc.

Perso, je pense que si Dieu désirait que des femmes soient prêtres maintenant, ce serait fait. Si, et quand, ce sera son but : ce sera.
"À tout moment, nous subissons l’épreuve, mais nous ne sommes pas écrasés;
nous sommes désorientés, mais non pas désemparés;
nous sommes pourchassés, mais non pas abandonnés;
terrassés, mais non pas anéantis…
".
2 Co 4, 8-10

p.cristian
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 438
Inscription : mar. 28 mai 2013, 2:17

Re: La crise des vocations

Message non lu par p.cristian » lun. 27 avr. 2015, 2:32

Bonjour,

Je me permets de partager quelques réflexions personnelles en cette 52ème journée mondiale de prière pour les vocations.

Le prêtre (pas notre prêtre habituel), a fait une homélie indiquant aux familles de s'interroger sur la fréquence d'un prêtre parmi eux.
Il a évoqué les différentes reproches qu'il lui arrive d'entendre :
À quoi bon devenir prêtre si c'est pour être payé 1000€ par mois...
Bien sûr, ce n'est pas le premier souci d'un prêtre : c'est une vocation, disait-il.

Je ne peux m'empêcher de songer à Matthieu 6:

Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, ou la teigne et la rouille gâtent, et où les voleurs percent et dérobent; mais amassez-vous des trésors dans le ciel, ou ni la teigne ni la rouille ne gâtent, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent; car là où est ton trésor, là sera aussi ton cœur. La lampe du corps, c'est l’œil; si donc ton œil est simple, ton corps tout entier sera plein de lumière; mais si ton œil est méchant, ton corps tout entier sera ténébreux; si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, combien seront grandes les ténèbres! Nul ne peut servir deux maîtres : ou bien il haïra l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’Argent. C'est pourquoi je vous dis: Ne soyez pas en souci pour votre vie, de ce que vous mangerez et de ce que vous boirez, ni pour votre corps, de quoi vous serez vêtus: la vie n'est-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement? Regardez aux oiseaux du ciel: ils ne sèment, ni ne moissonnent, ni n'assemblent dans des greniers, et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup mieux qu'eux? Et qui d'entre vous, par le souci qu'il se donne, peut ajouter une coudée à sa taille? Et pourquoi êtes-vous en souci du vêtement? Étudiez les lis des champs, comment ils croissent: ils ne travaillent ni ne filent; cependant je vous dis que, même Salomon dans toute sa gloire, n'était pas vêtu comme l'un d'eux. Et si Dieu revêt ainsi l'herbe des champs qui est aujourd'hui, et qui demain est jetée dans le four, ne vous vêtira-t-il pas beaucoup plutôt, gens de petite foi? Ne soyez donc pas en souci, disant: Que mangerons-nous? ou que boirons-nous? ou de quoi serons-nous vêtus? car les nations recherchent toutes ces choses; car votre Père céleste sait que vous avez besoin de toutes ces choses; mais cherchez premièrement le royaume de Dieu et sa justice, et toutes ces choses vous seront données par-dessus.
Ne soyez donc pas en souci pour le lendemain, car le lendemain sera en souci de lui-même: à chaque jour suffit sa peine.


Un autre frein, ce sont les familles mêmes : comme les familles qui se prétendent pas racistes, mais ne voudraient pas qu'un de leurs enfants épouse quelqu'un de couleur...
Tout le monde est d'accord pour qu'il y ait des vocations, mais nombreux sont ceux qui espèrent que cela n'arrivera pas chez soi.

Le peu de vocations m'attriste profondément, et il faut voir chaque ordination comme une manifestation concrète de l'Esprit Saint.

J'y vois une cause principale : le matérialisme ambiant, qui n'est pas une fatalité, mais une conséquence des choix de société que chacun de nous fait ou a fait (et je m'inclus sans problème dans le nombre : je ne suis qu'un pécheur).

Que peuvent quelques heures de catéchisme par semaine contre l'omniprésence de la publicité, qui vante le plaisir immédiat, la satisfaction des désirs?
N.B. le P. de mon pseudo ne veut pas dire "père".

Tout ce que vous voudriez que les hommes fassent pour vous, vous aussi, faites-le de même pour eux, car c'est ce qu'enseignent la loi et les prophètes.

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8541
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Des diocèses pratiquement sans prêtres

Message non lu par jean_droit » ven. 10 juil. 2015, 11:14

Riposte catholiste nous cite deux diocèses en deshérance de prêtres. D'abord celui de Belfort :

http://www.riposte-catholique.fr/ripost ... -en-20-ans
2 prêtres ordonnés en 20 ans

9 JUILLET 2015 /
La crise fait rage dans le diocèse de Belfort-Montbéliard où seulement 2 prêtres ont été ordonnés en 20 ans. Africains, Indiens ou Coréens, les prêtres étrangers sont 12 sur les 34 actifs du diocèse, soit le tiers. Le diocèse de Mgr Dominique Blanchet, qui sera ordonné dimanche prochain 12 juillet, compte 3 séminaristes, dont 2 Indiens… formés dans leur pays d’origine : ils seront missionnaires en France.

Le prieuré bénédictin Saint-Benoît-de-Chauveroche, fondé en 1990 par l’abbaye de la Pierre-qui-Vire, n’est pas en reste. Les 5 moines sont âgés de 77 à 93 ans.

Mgr Dominique Blanchet a du boulot.
Un des commentaires donne plus de statistiques un peu anciennes :
La situation était déjà grave en 1998:

Prêtres diocèsains : 104 en 1998
Séminariste : 1
Baptèmes d’enfants : 1579 en 2002 (1955 en 1998)
Baptèmes d’adultes : 17 en 2002 (20 en 1998)
Premières communions : 735 en 2002 (1164 en 1998)
Confirmations :70 en 2002 (91 en 1998)
Participation à la messe dominicale : de 2 à 5%.
Le commentaire un peu désinvolte : "Monseigneur Blanchet a du boulot" est, malheureusement bien vrai .......
Il serait bon de connaitre son plan pour attirer des vocations.

Passons à Agen : L'article est, pour moi, à pleurer ......

C'est l'application du cache misère généralisé.

http://www.riposte-catholique.fr/perepi ... -de-france

Avatar de l’utilisateur
Nanimo
Prætor
Prætor
Messages : 2404
Inscription : sam. 15 avr. 2006, 16:21
Conviction : Catholique
Localisation : CANADA
Contact :

Re: Crise des vocations

Message non lu par Nanimo » lun. 20 juil. 2015, 13:00

Source :
http://www.la-croix.com/Religion/Actual ... 06-1190969
La seconde carte permet de voir le nombre de prêtres actifs (âgés de moins de 75 ans), à l’horizon 2024.

Elle montre une très forte diminution du clergé par rapport à aujourd’hui.

Au total, le nombre de prêtres français passera de 5 806 aujourd’hui à 4 257 en 2024, en comptant les 664 séminaristes actuellement formés dans les diocèses français. Si pour certains diocèses, les écarts sont très importants, comme à Chalons (– 60 %), Viviers (– 65 %), Rodez (– 66 %), la moyenne française s’établit autour de – 25 % : les diocèses français perdront en moyenne un quart de leurs effectifs de prêtres actifs, d’ici à 2024.

En revanche, quatre diocèses affichent un solde positif : Avignon (+ 20 %), Fréjus (+ 15 %), Versailles (+ 7 %) et Chartres (+ 4 %).

Pourquoi cette hausse ? Soit ces diocèses ont une politique d’accueil, dans les paroisses et les séminaires, de communautés étrangères, comme à Avignon et Toulon, soit ils conservent un fort ancrage catholique (Versailles). Au Havre, la légère hausse peut s’expliquer par le fait que le clergé de ce diocèse a déjà atteint sa « transition démographique », avec un grand nombre de prêtres de plus de 75 ans. C’est aussi le cas à Créteil et au Havre, dont le nombre de prêtres actifs devrait rester stable.

Ces chiffres permettent également de constater que comparé à d’autres régions du monde, la France reste encore bien lotie, en ce qui concerne le nombre de catholiques par prêtres. L’Hexagone compte ainsi 2 527 catholiques par prêtre, contre 4 959 en Afrique et 7 883 en Amérique latine.

Notre carte permet également de visualiser le nombre de diacres, ainsi que la proportion entre le nombre de prêtres actifs et la population totale du diocèse, en cliquant sur les villes françaises symbolisées par un point.
Lest we boast
[couleur de la modératrice]

Avatar de l’utilisateur
ChristianK
Senator
Senator
Messages : 795
Inscription : lun. 10 mars 2008, 18:43

Re: Crise des vocations

Message non lu par ChristianK » ven. 24 juil. 2015, 21:19

Phénomène remarquable, spirituel et sociologique:

En 2015 seulement, 4 vocations originent du diocèse de Gatineau, mais en parallèle pour ainsi dire, sans lien direct avec le diocèse: 2 à la FSSPX (sans doute via la chapelle du St Esprit à Ottawa, qui a un desservant de la FSSPX): les frères Stannus (sans doute anglophones de Aylmer-Gatineau et bilingues à un certain point). Une contemplative liée à la paroisse FSSP St Clément d'Ottawa, qui dessert officiellement et historiquement Les diocèses d'Ottawa et Gatineau; et enfin l'abbé Marchand, FSSP, de Gatineau et St Clément, qui vient d'être ordonné à St Hyacinthe:

http://catholique.exprimetoi.net/t172-d ... -au-quebec

Voici les textes:

(En anglais)
[+] Texte masqué
"Ordinations: Last June 27th, in our German seminary of Zaitzkofen, young Joseph Stannus from Gatineau, Québec, was ordained priest, and his brother Marcel, deacon. Although Fr. Stannus will be stationed in Austria, Canada should be receiving an extra priest as a result of this ordination. The SSPX world-wide should have close to 20 new priests by the end of 2015. Deo gratias!" (FSSPX)
"Les Religieuses Victimes du Sacré-Coeur de Jésus ont la
joie de vous faire part de la Profession Perpétuelle de Sr
Marie Katéri du Précieux Sang (Myriam Paradis, ancienne
paroissienne) et vous prie de vous unir d’intentions à sa
Messe de Profession samedi 4 juillet à 10h30 au Monastère
de Marseille (France)."


Voici les points notables:


http://www.missa.org/forum/showthread.p ... de-Lincoln

Voici quelques chiffres sur ce diocèse qui se présente comme d'orientation très vivante et très conciliaire: ptres diocésains ordonnés depuis 1988:
-10, dont 5 étrangers d'origine non locale (pas un blâme mais ca n'indique pas la vitalité locale).
-Sur les 5 locaux, 3 ont été ordonnés en 1988, dont 2 dans la quarantaine. Les 2 autres ont été ordonnés en 97 et 09, à 47 et 56 ans...
Donc depuis 88, 5 ordinations locales en 27 ans, l'age moyen de ces 5 plus jeunes ptres locaux en 2015 étant de 65 ans...

en 75-88: Il y a eu 5 autres locaux d'ordonnés (donc total: 10 en 40 ans)


Rappels:
-Le diocèse de Gatineau se présente comme très conciliaire car il a commencé à exister avec le concile, 1964, par une scission du diocèse d'Ottawa-Hull.
-Des 3 principaux évêques, Mgr Ebacher était modéré mais nettement social et clame encore que la nouvelle évangélisation doit absolument inclure la justice sociale (au sens économique beaucoup plus qu'au sens de loi naturelle); le 2e Mgr Proulx était le grand évêque "social" du Québec; le 1e Mgr Charbonneau, avait été d'abord au diocèse de St Jérome avec le ptre sociologue antiduplessiste de la génération que le livre de F. Charles nomme "défroquée", de la fac de théo. de l'U de Montréal Jacques Grandmaison, et a été grandement influencé par ce dernier...
Un diocèse à l'image très "moderne" donc...


Or les 5 plus jeunes ordonnés du diocèse des 27 dernières années ont 65 ans. Aucune vocation en 2015. Or les 4 vocations néotridentines de 2015 (seulement) provenant de Gatineau doivent (hypothèse) tourner autour de 25 ans d'age...

A méditer sérieusement? Ou "les chiffres ne comptent pas"?

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8541
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Il n'y a plus de prêtres catholiques en Antartique

Message non lu par jean_droit » jeu. 30 juil. 2015, 15:14

De radio Vatican à travers le Forum catholique :

http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=784404

et, avec photograhie,

http://fr.radiovaticana.va/news/2015/07 ... es/1161724
La Chapelle des Neiges, installée dans la toundra et la glace en Antarctique, n’accueillera plus de fidèles, des chercheurs qui travaillent sur la base de recherche américaine McMurdo. L’église ferme en raison d’une réduction des coûts et d’un nombre décroissant de fidèles.
Lui n’entendra plus « souffler le vent dans les icebergs ». Il n’admirera plus « les milliers de couleurs des glaciers » qui contrairement à ce que l’on croit ne sont pas blanc. Pour le père Dan Doyle, c’est la fin d’une « merveilleuse aventure ». L’église catholique la plus australe du monde, la plus extrême, va fermer ses portes après 57 ans de bons et loyaux services.
Les uns après les autres, quatre prêtres du diocèse de Christchurch en Nouvelle Zélande ont plié bagages en été, pour se rendre à 4 000 km au sud de chez eux, pour s’occuper de la Chapelle des Neiges de la station américaine de recherche de McMurdo en Antarctique.
Baptêmes d'adultes
Sur place, les mariages et les enterrements ne sont pas autorisés, et les moins de 16 ans ne sont pas admis. Dans la chapelle catholique, le père Dan Doyle a cependant baptisé des adultes. Depuis quatorze ans, tous les étés, il y célébrait la messe chaque jour. Cette année, les scientifiques et chercheurs ne pourront plus assister à ses messes. Que les catholiques du bout du monde se rassurent : une aumônerie militaire sera maintenue au sein de la base de recherche.
La Fondation scientifique américaine, le groupe qui gère le programme de recherche antarctique, a demandé à l’Eglise catholique néo-zélandaise de clore son association avec la base. Ils doivent diminuer leur coût de fonctionnement procédant à une réduction du personnel et du budget de la structure d’exploration. En outre, le nombre de fidèles a diminué ces dernières années. Selon le père Doyle, le développement d’internet a permis aux gens d’être mieux reliés au monde extérieur et moins enclins à rechercher un soutien moral et religieux. Il faut dire qu’il y a quatorze ans à son arrivée, tous avaient droit à deux minutes de conversations radio par mois !

Avatar de l’utilisateur
St Fiacre
Civis
Civis
Messages : 9
Inscription : lun. 12 oct. 2015, 14:22
Conviction : Catholique

Re: Crise des vocations

Message non lu par St Fiacre » mar. 13 oct. 2015, 16:28

Je ne veux pas faire polémique... C'est juste que ça me traverse l'esprit, mais peut être que si on enlevait le célibat forcé des prêtres, il y en aurait plus. Non? :incertain:

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 9 invités