Crise des vocations

« Dieu nous a sauvés, et il nous a donné une vocation sainte » (2Tm 1.9)
Règles du forum
Forum d'aide pour le discernement des vocations sacerdotales et religieuses
Avatar de l’utilisateur
AdoramusTe
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2876
Inscription : sam. 23 févr. 2008, 17:40
Conviction : Catholique romain

Re: Effondrement des vocations à Paris

Message non lu par AdoramusTe » mer. 18 nov. 2009, 14:17

etienne lorant a écrit :Ce ne sont pas la qualité des Evêques, ni la liturgie, ni le fait d'attirer les jeunes à des réunions qui feront des vocations. La vocation, c'est le Christ qui appelle. Le Christ appelle de multiples façons et particulièrement dans les témoignages anonymes de foi, d'éspérance et de charité. DP est né dans les années 70 et qui dira comment il a eu la vocation ? Pourquoi il a prononcé des voeux de pauvreté ? Pourquoi devenu prêtre, il a demandé à l'Evêque de verser son traitement au prêtre responsable d'une paroisse au Burundi ?
Je regrette mais la mauvaise qualité de la liturgie fait fuir les fidèles et à fortiori les jeunes. Quand on n'a plus l'impression de rencontrer le Seigneur, on ne risque pas de vouloir lui donner sa vie. Comme le dit le Cardinal Ratzinger, la crise de l'Eglise provient de l'effondrement de la liturgie.
Ignoratio enim Scripturarum ignoratio Christi est

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8541
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Effondrement des vocations à Paris

Message non lu par jean_droit » mer. 18 nov. 2009, 15:57

Excusez moi, Etienne Lorant, de ne pas être tout à fait d'accord avec vous. Bien sûr que l'appel vient de Dieu. Mais notre travail c'est de créer un milieu favorable à cet appel. C'est, d'ailleurs, l'objet de toute cette discussion. Le cardinal Lustiger l'a créé et monseigneur Rey le crée.

Dans mon diocèse où il y a ordination tous les ans j'ai remarqué que le sujet des vocations était peu abordé et ne semblait nullement une priorité apparente. J'ai même écrit pour dire que dans le site internet du diocèse il n'y avait pas d'entrée sur les vocations.

Ce fil a pour but de voir pourquoi on assiste à un éffondrement des vocations à Paris. Bien sûr il peut y avoir des raisons externes à l'Eglise mais j'aimerais surtout voir quelles sont les raisons internes. Mais, aussi, quelles mesures sont prises pour éviter ce phénomène.

Avatar de l’utilisateur
Cgs
Prætor
Prætor
Messages : 2723
Inscription : mar. 24 mars 2009, 14:20
Conviction : Catholique

Re: Effondrement des vocations à Paris

Message non lu par Cgs » mer. 18 nov. 2009, 16:15

Bonjour,

Au sujet du manque de prêtres et de la crise des vocations, un prêtre de Touraine m'a confié l'analyse suivante, suite à l'une de mes questions sur ses activités sur les 34 clochers qu'il gère :

Le diocèse de Tours organise spontanément le manque de prêtres, afin de voir comment les paroisses se réorganisent, en prévision de la pénurie de prêtres qui va se faire sentir dans une vingtaine d'années. Le nombre décroissant de prêtres forcera les fidèles à ne pas tout attendre du ministère ordonné, mais à faire aussi certaines choses par eux-mêmes, en prenant des initiatives. Et si le manque de prêtres était simplement dû au fait que Dieu appelle moins ?

La phrase en gras m'a pas mal interpelée. Qu'en pensez-vous ? C'est la première fois qu'un prêtre me dit qu'il ne voit pas la pénurie de prêtres comme un danger, mais comme une chance, une chance de trouver un nouvel équillibre et une nouvlle organisation dans une société sécularisée.

Je voulais vous livrer cela, même si c'est un peu hors sujet, pour avoir vos réactions.

Merci.

Bien à vous,
Cgs
Mes propos qui apparaissent en vert comme ceci indiquent que j'agis au nom de la modération du forum.

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8541
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Effondrement des vocations à Paris

Message non lu par jean_droit » mer. 18 nov. 2009, 16:42

J'ai déjà entendu des propos de prêtres se réjouissant presque de la diminution du nombre de prêtres. Mais s'il y a diminution du nombre de vocations cléricales, les vocations laïques ne sont pas non plus très nombreuses. Et il faut remarquer que les laïcs sont souvent mal formés, mal encadrés et soumis à aucune vraie obligation d'obéissance. Souvent ils ne représentent qu'eux-mêmes ou leur courant de pensée.

Rien de tel pour faire fuir les autres fidèles.

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13269
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Effondrement des vocations à Paris

Message non lu par etienne lorant » mer. 18 nov. 2009, 16:51

Je ne désire froisser personne. A un moment de ma vie, constatant que je ne faisais guère de progrès, que je me sentais "embourgeoisé" et peut-être mon âme était en danger, je me suis fait la réflexion - non pas seul mais avec deux prêtres, si ce n'était pas mon "devoir" de faire la démarche d'engagement. On n'arrêtait pas de dire de prier pour les vocations et étant célibataire, l'ayant choisi pour garder "Dieu premier servi", je suis rentré dans une longue réflexion: il y avait du pour et du contre mais plusieurs personnes étaient disposées à subvenir à mon entretien (je pouvais moi-même pourvoir pendant deux ou trois ans). Je me suis finalement présenté au Séminaire - ce fut un échec. Je ne pense pas que c'était une vocation classique, mais je me suis dit: quand il y a urgence, tout le monde doit faire sa part.

Autre point à propos des vocations. Lorsque j'étais en culottes courtes, j'ai été enfant de choeur. Je servais bien la messe (avec les répons en latin, puis en français, je connaissais la signification de chaque geste qu'il fallait accomplir) et après avoir deux fois changé de collège, jusqu'à l'âge de 17 ans (même si je ne pensais plus avoir la fol), j'ai servi des messes ici et là, surtout des messes de funérailles. Au total, impossible de dire combien de messes j'ai pu servir, mais je peus assurer d'une chose: jamais un prêtre, à la fin d'une célébration, ne m'a pas dit: "Aimerais-tu faire comme moi plus tard ?" Après ma conversion, je me suis rendu compte que si la question m'avait été posée, elle eût peut-être déclenché quelque chose en moi...

Dernier point. Finalement converti en 1985, j'ai cherché à rencontrer des prêtres. Ce fut une grande souffrance de rencontrer des prêtres qui ne comprenaient rien à ce que je rapportais et me prenaient plutôt comme un "débile" léger. Aujourd'hui, chaque fois que j'en ai l'occasion, je dis deux choses aux curés que je rencontre:
- la première, c'est du faire du "porte à porte" : ce n'est pas "rentable" selon le monde, mais le Royaume n'est pas ce monde;
- la deuxième, c'est d'afficher à la porte de leur cure: "Ici on accueille les convertis" !
Si vous faisiez cela, vous seriez étonnés des coups de sonnettes chez vous !
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8541
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Effondrement des vocations à Paris

Message non lu par jean_droit » mer. 18 nov. 2009, 17:10

1- Je viens de voir un article du Monde qui parle d'une paroisse :
Les enfants de choeur ont disparu au début des années 1990. Le prêtre a quitté le presbytère en 1998. En deux ans, un seul mariage a été célébré à l'église et les mariés n'étaient même pas du village. Parmi les quatre baptisés cette année, aucun Douellais. Douelle ne manque pas d'enfants : l'école primaire en accueille 67, plus que par le passé. Mais, pour la deuxième année d'affilée, aucun d'entre eux n'est catéchisé faute de dame (ou d'homme) catéchiste.
Commentaire : Dans ma paroisse le prêtre me demande d'être catéchiste "au pied levé". Manque de catéchiste ..... Dans mon village il y a une école primaire avec une trentaine d'enfants ... personne au catéchisme ! Le maire m'a fait remarquer qu'il faudrait qu'une catéchiste s'y essaye au sein du village. Comme quoi il y a des besoins et de l'espoir !

2- C'est vrai qu'il semble que peu de prêtres vous conseillent la prêtrise. Un ami prêtre m'a proposé de demander à mon évêque de devenir diacre permanent. Mon curé m'a dit : "Oh ! Mon Dieu !" Et ne m'en a plus parlé. Encourageant !

3- Tout à fait d'accord avec votre "dernier point", Etienne Lorant.

mandonnaud
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2311
Inscription : jeu. 01 juil. 2004, 15:28
Localisation : LIMOGES 87000 FRANCE
Contact :

Journée des vocations

Message non lu par mandonnaud » dim. 29 avr. 2012, 12:43

Très beau texte plein d'amour(charité) et de l'évangile pour les vocations, notre vocation personnel selon le cœur de Dieu par Jésus et son Saint-Esprit,que j'ai lu et apprécier!!!
http://www.vatican.va/holy_father/bened ... ns_fr.html
bon dimanche
amitiés
Paul de Limoges
Jésus est infiniment misericordieux.
http://www.mandonnaud.net/

Peccator
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2234
Inscription : mar. 10 sept. 2013, 21:38
Localisation : Près de Paris

Prier pour les vocations

Message non lu par Peccator » lun. 12 mai 2014, 19:10

Bonsoir à tous,

hier, c'était le dimanche consacré plus particulièrement aux vocations. Chez nous, c'était aussi une messe préparée par une équipe de catéchisme, et j'ai été heureux de voir qu'ils y avaient pensé dans les intentions de la prière universelle.

Malheureusement, j'ai aussi eu le loisir de constater qu'on prie toujours de la même façon pour les vocations : on demande à Dieu d'en susciter, de manière vague et générale. On prie aussi pour la fermeté de la foi de ceux qui répondent à l'appel, et ça c'est excellent. Mais ça ne suffit pas !

Si nous voulons avoir des vocations, il va falloir se mouiller un peu plus : arrêter de prier pour que quelque part, dans l'Eglise, il y ait des vocations. Penser à l'Eglise universelle, mais agir dans notre communauté locale. Voilà pour quoi il faudrait prier : pour que le Seigneur appelle des gens de notre paroisse, de notre communauté, de notre famille. Que les parents prient pour que le Seigneur appelle un de leurs enfants (ou plusieurs, même !). Que les grands-parents prient pour avoir la joie d'assister à l'ordination ou aux voeux d'un ou une de leurs petits enfants !

Attention, il ne s'agit pas de pousser des gens à "se porter candidat". La vocation est un appel, il ne faut pas forcer les choses. Mais ça n'a aucun sens de prier Dieu de nous envoyer un prêtre si en même temps on refuse de Lui donner nos enfants. Prêtre, religieux ou religieuse, diacre : voilà les états de vie dont on devrait rêver pour nos enfants, au lieu de les rêver avocats, ingénieurs ou médecins.

Nous manquons de prêtres, de plus en plus cruellement. Chaque paroisse devrait prier pour qu'en son sein, l'un de ses enfants soit appelé à entrer au séminaire. Ainsi, elle pourra avoir un prêtre à l'avenir. Et il ne faut pas s'arrêter aux prêtres : nous avons aussi besoin de diacres permanents, de religieux apostoliques, de contemplatifs qui portent l'Eglise par leur prière...

Tous ces gens qui sont appelés, le Seigneur ne les trouve pas sous les sabots d'un cheval : c'est dans les paroisses, dans les familles qu'Il appelle. Nous devons prier pour que l'un d'entre nous soit appelés. Arrêtons les prières générales et génériques : pensons global, prions local !
Non pas ce que je veux, mais ce que Tu veux. Mc 14, 36

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8541
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Prier pour les vocations

Message non lu par jean_droit » sam. 17 mai 2014, 11:24

Le problème des vocations est primordial pour l'avenir de l'Eglise de France.

Notre curé a cité seulement la journée des vocations. On a l'impression que cela n'intéresse personne. Alors, oui, prions pour les vocations mais, par dessus tout, agissons pour les vocations. Car pour avoir des vocations il faut créer une atmosphère propice aux vocations. Et c'est loin, très, très loin, d'être le cas en France. Comment avoir des vocations dans un pays déchritianisé et des familles très peu christianisées ? Espérons que le synode sur la famille s'en occupera d'une façon prioritaire.

L'athée
Censor
Censor
Messages : 100
Inscription : mer. 02 nov. 2011, 16:24

Re: Prier pour les vocations

Message non lu par L'athée » sam. 17 mai 2014, 11:31

jean_droit a écrit : Comment avoir des vocations dans un pays déchritianisé
Je ne suis pas trop d'accord pour dire que la France est un pays déchristianisé. Même si on leur a plus ou moins enlevé leur sens religieux, nos principaux jours férié, sont chrétiens. La messe passe sur la deux ou la trois le dimanche matin. On pourrait dire que la France est en processus de déchristianisation. Mais elle ne l'ai pas encore. Une France déchristianisée c'est celle de 1790, avec la constitution civile du clergé, le culte de l'être suprême de 92 et le calendrier révolutionnaire jusqu'en 1806 (peut être 1804 je sais plus trop).
Je comprends cela dit ce que vous vouliez dire et je comprend votre inquiétude.


Comment souhaitez vous agir sur les vocations? Comment créer cette atmosphère propice selon vous?

Jean-Mic
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2409
Inscription : mar. 07 févr. 2012, 20:17

Re: Prier pour les vocations

Message non lu par Jean-Mic » sam. 17 mai 2014, 11:39

D'accord avec vous, Peccator : les vocations, çà se "travaille" au sein de NOS communautés. En même temps, mettons-nous à la place des (rares) jeunes présents dans nos communautés : on ne peut pas dire que ce soit très enthousiasmant de se sentir appelé PAR et POUR tous ces "vieux".

Pas facile, donc ! Du moins pour nos petites vues humaines.

Prier pour les vocations et interpeler des jeunes vont de pair. Il faut faire les deux.

D'accord avec vous, Peccator : les parents que nous sommes ne doivent pas faire obstacle, et plus encore, ils doivent se réjouir de l'émergence de vocations ministérielles ou consacrées parmi leurs propres enfants. Mais je ne pense pas que ce soit à eux d'interpeler.

Fraternellement
Jean-Mic

Peccator
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2234
Inscription : mar. 10 sept. 2013, 21:38
Localisation : Près de Paris

Re: Prier pour les vocations

Message non lu par Peccator » sam. 17 mai 2014, 15:03

Telles que je vois les choses, il faut prier pour des vocations dans sa communauté, mais pas interpeller, et certainement pas appeler. Il serait contreproductif de susciter des "vocations forcées".

Il ne s'agit pas de dire à un jeune homme "je te verrais bien prêtre", mais d'établir un "climat" où choisir d'entrer en religion soit vu comme quelque chose de positif, et non comme un drame. Permettre aux jeunes de se poser la question si un jour elle leur vient à l'esprit, et d'envisager les choses sereinement. Peut être même leur permettre d'en parler de manière assez libre...

Mais au final, celui qui appelle, c'est Dieu. Il faut respecter cela.

Et il ne faut pas oublier que pour entendre l'appel, il faut déjà être à l'écoute, et donc avoir une vie de prière. Autrement dit, apprendre aux jeunes à prier, à avoir une vie spirituelle.


@L'athée :
la France a gardé des racines culturelles chrétiennes, mais le pays est bel et bien déchristianisé. Il ne reste que moins de 5% de gens à vivre réellement en chrétiens. Je n'appelle pas ça un pays chrétien. La déchristianisation de la France n'est pas un phénomène récent : la situation actuelle est le résultat d'un processus qui a commencé il y a au moins un siècle, peut-être même plus.
Non pas ce que je veux, mais ce que Tu veux. Mc 14, 36

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8541
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Prier pour les vocations

Message non lu par jean_droit » mar. 17 juin 2014, 7:42

Le Saint Père souligne les problèmes qui freinent les vocations .. du moins en Europe.

Très souvent je pense à cette remarque d'un prêtre béninois à Notre Dame de Paris : "En France ce sont les familles qui sont le principal frein aux vocations".

C'est pour cela que le Synode sur la Famille est si important. Rechristianiser les familles ! Au lieu de cela on a commencé par nous parler, en boucle, de la communion des divorcés .... Il y a même un cardinal qui en a fait son combat !

Il y a des paroisses et des évêchés qui essayent de promouvoir les vocations. Pour autant que toute la communqauté paroissiale s'y mette. Dans la mienne, comme dans beaucoup d'autres, on ne parle jamais de vocations et c'est presque la même chose au niveau du diocèse. On a l'impression que c'est presque un mot tabou ... comme l'avortement.

Le Saint Père nous dit :
Là où il y a la joie, la ferveur, le désir de porter le Christ aux autres, jaillissent d’authentiques vocations. Parmi celles-ci, les vocations laïques à la mission ne doivent pas être oubliées.
Chercher les communautés où il y a la joie et vous verrez des vocations fleurir. C'est pour cela que les nouvelles communautés religieuses doivent être défendues mordicus. C'est pour cela que les charismatiques doivent être sortis de leur ghetto et même chose pour les courants plus ou moins traditionalistes.

Et que notre vie, que la vie de notre famille, que la vie de notre paroisse soit authentiquement chrétienne !
Le manque de ferveur apostolique responsable de la crise des vocations

De Belgicatho :

Extrait du message du pape François pour la journée missionnaire mondiale 2014 :

« Le grand risque du monde d’aujourd’hui, avec son offre de consommation multiple et écrasante, est une tristesse individualiste qui vient du cœur bien installé et avare, de la recherche malade de plaisirs superficiels, de la conscience isolée » (Exhort. ap. Evangelii gaudium, n. 2).

C’est pourquoi l’humanité a un grand besoin de puiser au salut apporté par le Christ. Les disciples sont ceux qui se laissent saisir toujours plus par l’amour de Jésus et marquer au feu de la passion pour le Royaume de Dieu, afin d’être porteurs de la joie de l’Évangile. Tous les disciples du Seigneur sont appelés à alimenter la joie de l’Évangélisation. Les Évêques, en tant que premiers responsables de l’annonce, ont le devoir de favoriser l’unité de l’Église locale dans l’engagement missionnaire, en tenant compte du fait que la joie de communiquer Jésus Christ s’exprime autant dans la préoccupation de l’annoncer dans les lieux les plus lointains que dans une constante sortie en direction des périphéries de leur propre territoire, où se trouve le plus grand nombre de personnes pauvres dans l’attente.

Dans de nombreuses régions, les vocations au sacerdoce et à la vie consacrée commencent à manquer. Souvent, cela est dû à l’absence d’une ferveur apostolique contagieuse au sein des communautés, absence qui les rend pauvres en enthousiasme et fait qu’elles ne sont pas attirantes.

La joie de l’Évangile provient de la rencontre avec le Christ et du partage avec les pauvres.

J’encourage donc les communautés paroissiales, les associations et les groupes à vivre une vie fraternelle intense, fondée sur l’amour de Jésus et attentive aux besoins des plus défavorisés. Là où il y a la joie, la ferveur, le désir de porter le Christ aux autres, jaillissent d’authentiques vocations. Parmi celles-ci, les vocations laïques à la mission ne doivent pas être oubliées.

Désormais, la conscience de l’identité et de la mission des fidèles laïcs dans l’Eglise s’est accrue, tout comme la conscience qu’ils sont appelés à jouer un rôle toujours plus important dans la diffusion de l’Évangile. C’est pourquoi il est important qu’ils soient formés de manière adéquate, en vue d’une action apostolique efficace.

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8541
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Et les vocations féminines ?

Message non lu par jean_droit » lun. 07 juil. 2014, 9:41

Chaque année nous nous polarisons sur les ordinations puis sur les vocations masculines. Mais l'état des vocations féminines on en parle pas ou si, si peu. De même que l'état des différentes congrégations religieuses féminines. Pourtant les religieuses font un travail exraordinaire que ce soit dans la prière ou dans l'action.

Où trouver des informations ? La CEF fait-elle un comptage des vocations féminines ? Je suis frappé par la fermeture progressive des maisons de communautés féminines dans mon diocèse. Dans la plus grande discrétion.

Lors de la messe d'adieu de notre évêque on voyait bien peu de soeurs. Bien peu ...

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8541
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Et les vocations féminines ?

Message non lu par jean_droit » lun. 07 juil. 2014, 10:32

Je connais très peu le sujet des vocations féminines. Quand j'étais à Paris je voyais les moniales de Jérusalem - Saint Gervais - accueillir régulièrement de nouvelles vocations. Dans la communauté que je fréquente, la Famille Missionnaire Notre Dame, c'est le même phénomène. Oh ! Rien de très important mais, petit peu par petit peu, ces communautés grandissent.

Et, donc, Alléluia !

S'il vous plait que tous ceux qui peuvent apporter des informations le fassent. Merci !

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités