Petites Soeurs de Bethléem

« Dieu nous a sauvés, et il nous a donné une vocation sainte » (2Tm 1.9)
Règles du forum
Forum d'aide pour le discernement des vocations sacerdotales et religieuses
Jean-Mic
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2207
Inscription : mar. 07 févr. 2012, 20:17

Re: Petite soeurs de Bethléem

Message non lupar Jean-Mic » mer. 26 nov. 2014, 15:37

Merci, AncienBethléem, pour ce témoignage pondéré. Je note qu'une majorité des personnes qui ont quitté la communauté, ou ont pris du recul, dénoncent les errements, mais ne remettent pas en cause le chemin parcouru et leur enracinement chrétien (comme cela s'est hélas passé lors de l'éclatement de bien d'autres congrégations ou instituts ayant connu des dérives). C'est très beau de ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain.

En union fraternelle de prière.
Jean-Mic

hildegarde
Ædilis
Ædilis
Messages : 11
Inscription : ven. 31 oct. 2014, 1:27
Conviction : catholique

Re: Petite soeurs de Bethléem

Message non lupar hildegarde » jeu. 27 nov. 2014, 9:46

Bonjour,

C'est assez étonnant ce qui se passe sur le site l'enversdudécor. Un déballage des affaires internes de la communauté sur le forum. Le prieur général en vient à intervenir lui même sur le forum et Fabio Barbero l'ex frêre prieur lui donnant la réplique en accusant principalement sr Isabelle la prieur générale. Ou comment laver son linge sale sur la place publique ! Espérons que la communauté n'y laisse pas des plumes et qu'il en ressorte un bien pour elle et pour l'église car ce n'est pas une affaire anodine.

Ici le dernier message posté par Fr Silouane suivi de la réponse de Fabio Barbero :

Communauté de Bethléem : les révélations accablantes d’un ancien supérieur
26 novembre 2014 18:09, par Frère Silouane

Dans les messages envoyés sur le site, nombreux sont ceux qui cherchent à cibler la prieure de Bethléem. Il y en a même quelques uns qui disent que ce n’est pas Frère Silouane qui a écrit le “Droit de réponse”, mais Sœur Isabelle. C’est entièrement faux ! C’est bien moi qui ait écrit ce texte et en suis responsable. J’ai du respect et de l’amour pour les personnes de Fabio Barbero et de l’ancien prieur, mais je ne peux en aucune manière accepter les mensonges et les choses infamantes écrites dans le texte de Fabio Barbero, qui met la suspicion et le discrédit sur toute une communauté et sur la prieure de Bethléem.

Communauté de Bethléem : les révélations accablantes d’un ancien supérieur
26 novembre 2014 23:44, par Fabio Barbero

Cher frère Silouane,

je n’aurais jamais pensé qu’un jour on aurait eu l’occasion d’échanger au su et au vu de tout le monde sur un site internet. Personnellement je l’estime une chance pour tous les deux.

Au nom de cet amour et de ce respect que tu me portes, et crois sincèrement que c’est réciproque, je te pose une question, ou mieux, je te repose une question que je t’ai déjà posée dans nos échanges de courrier. Je voudrais te la poser entre hommes, et donc que les femmes qui lisent ces lignes ne m’en veuillent pas. Dans tout ce va-et-vient de témoignages et Droit de réponse, il y a une chose qui me paraît bizarre. Je vais essayer de m’expliquer.

Dans mon témoignage, que toi et soeur Isabelle connaissez depuis janvier 2010 (sauf quelques aménagements opérés dans la dernière version), je ne fais jamais la moindre critique portant sur la communauté des frères. Au contraire, si je parle des frères c’est surtout pour évoquer l’ingérence des soeurs dans leur gouvernement.

Or, voilà ma question : si vraiment les soeurs et les frères sont deux communautés entièrement distinctes, pourquoi depuis 5 ans c’est un frère qui répond à des critiques portant sur la communauté des soeurs ? J’imagine une autre communauté religieuse faite d’hommes et de femmes et qui vivent en deux branches séparées. Si les femmes sont « attaquées », je pourrais très bien comprendre que la branche masculine fasse tout pour les soutenir, les conforter, les rassurer. Mais ce serait bien à la branche féminine de répondre aux attaques. Pourquoi c’est si différent à Bethléem ? C’est noble de ta part de te faire le bouclier des soeurs et de soeur Isabelle en particulier, mais il faudra bien que tôt ou tard les personnes remises en cause se défendent par elles-mêmes.

C’est quand même curieux, quand on regarde les choses de l’extérieur. Voilà un frère qui quitte la communauté des moines de Bethléem. Ce frère se rend à la Congrégation de la Foi à Rome et confie ses inquiétudes à certains membres de ce Dicastère. Ces inquiétudes portent sur toute la communauté de Bethléem et en particulier sur la communauté des frères. Il demande plus d’autonomie pour la branche masculine. Il dénonce une ingérence des soeurs dans la vie et le gouvernement des frères. Or, on s’attendrait à ce que ce soit les soeurs qui insurgent et dénoncent cette tentative de discrédit. Or, il n’en est rien. Les soeurs ne bougent pas. C’est le frère prieur des frères de Bethléem qui est censé défendre toute la communauté frères-soeurs et surtout la réputation de la prieure générale des soeurs. Et pour ce faire, le prieur général fait retomber toute la faute sur un autre frère, l’ancien prieur général.

L’étonnant est que ce soient toujours des frères, actuellement présents dans la communauté ou partis, qui prennent des coups dans cette aventure. Toi, en te faisant le bouclier des soeurs et t’exposant aux critiques parfois cinglantes du public d’internet. L’ancien prieur général, en devenant l’unique bouc émissaire de tous les déréglements en acte à Bethléem. Moi, étant désigné comme le grand architecte de cette œuvre de dénonciation capable d’une ruse et une habileté dignes des plus grands manipulateurs.

C’est quand même drôle tout cela, il manque quelqu’un dans cette histoire. Si je peux oser un petit conseil ce serait que tout simplement, fraternellement, tu puisses demander à soeur Isabelle de répondre elle-même aux faits graves qui apparaissent non seulement dans mon témoignage mais aussi, et avec la même gravité, dans le témoignage d’anciennes soeurs.

Je t’embrasse fraternellement

Fabio

AncienBethléem
Ædilis
Ædilis
Messages : 10
Inscription : mer. 15 avr. 2015, 13:19

Re: Petite soeurs de Bethléem

Message non lupar AncienBethléem » jeu. 27 nov. 2014, 14:40

Mon amie ancienne soeur m'a souvent répété qu'il était rendu un culte démesuré à Sr Marie.


Votre amie vous dit vrai, même si le mot « culte » me paraît exagéré.
Ce qui est certain, c’est que Sœur Marie était la référence absolue dans tous les domaines. On disait que c’est elle qui portait « le charisme ». Il faut se rendre compte ici que c’était le seul point d’appui pour la communauté, dans la mesure où il n’y avait pas encore de règle approuvée et définitive et que les choses s’élaboraient au fur et à mesure.
Je ne sais pas exactement comment les choses se passent et se sont passées pour d’autres communautés en leur début, mais il se pourrait que l’on retrouve des choses assez analogues du point de vue de la référence au fondateur. Sinon, comment faire ?

Après, il est vrai que lorsque je parle de référence absolue, c’était vraiment absolu. Il n’y avait pas de hiérarchie entre les choses essentielles et les autres. Rien ne pouvait être discuté, aucune critique ne pouvait être formulée, aucun questionnement, aucun étonnement. On n’avait pas fini sa phrase que l’on entendait : « Es-tu dans l’Esprit-Saint ? », et aussitôt, l’on faisait la vénia …

Ainsi, je n’ai jamais entendu critiquer en communauté, lorsque tous ces errements ont commencé d’apparaître, l’usage du pendule (justifié par l’existence de dons préternaturels), les prétendues apparitions à une dame palestinienne, la fréquentation assidue de rebouteux, radiesthésistes et même magiciens (toujours les dons préternaturels), et/ou la consultation, pour des choses simples, de médecins exerçant à l’autre bout de la France, voire à l’étranger, alors qu’il y avait tout ce qu’il fallait dans la ville voisine.

Personnellement, je n’ai jamais cru à tout cela. J’étais très contrariée de voir jeter de la nourriture tout à fait normale parce que le pendule avait tourné dans le sens qu’on lui avait probablement imprimé, consciemment ou non. Je n’ai jamais cru aux apparitions, d’autant plus que je n’ai rien compris au prétendu message délivré en ma faveur sans que j’ai rien demandé. Et j’ai évité, autant que possible, d’évoquer les quelques problèmes de santé que je pouvais rencontrer.
Mais je n’ai rien dit non plus et, en réalité, je ne me suis rien dit à moi-même.

On parlait beaucoup du silence des pensées, de la garde des pensées, de l’obéissance des pensées. Les pensées allant dans le sens d’une critique étaient considérées comme des fautes. On s’en accusait aussitôt dans le cahier de transparence. Et, en ce qui concerne les « murmures », on s’en accusait aux coulpes.

Il faut noter que la garde des pensées est une vieille tradition monastique. Elle remonte aux Pères du désert. Peut-être y a-t-il eu, sans que l’on s’en aperçoive, perversion subtile d’une tradition vénérable ? Si tel est le cas, je crois, sans être capable de m’avancer davantage, que ce sera difficile à corriger et qu’il y faudra des personnes très expérimentées dans le discernement des esprits.

Je pense que c’est à juste titre que l’on parle de manipulation de la part de Sœur Marie et des supérieurs de Bethléem. Je pense aussi que toute formation comporte sa part de manipulation ; Encore faut-il bien savoir ce que l'on fait ... Je pense aussi que les soeurs agissaient de bonne foi, pensant servir la volonté de Dieu, conformément à ce qui s’est inscrit dès l’origine de la communauté : Mettre en œuvre toutes ses capacités, tous ses moyens pour la réussite de la fondation.

Après, si l’on va trop loin en ce sens, la fin finit par justifier sinon tous les moyens, beaucoup. Et je crois qu’il y a eu malheureusement de cela, y compris au niveau de la gestion matérielle de la communauté.
Et là, on arrive sur autre chose : Si l'on obéit, il n'y a pas de question à se poser...

Et je n’irai pas plus loin : J’ai connu à Bethléem des sœurs et des supérieures vraiment éprises de Dieu. Je pense qu’elles doivent beaucoup souffrir en ce moment.

mellissa
Ædilis
Ædilis
Messages : 31
Inscription : dim. 02 nov. 2014, 19:35
Conviction : catholique

Re: Petite soeurs de Bethléem

Message non lupar mellissa » jeu. 27 nov. 2014, 15:53

Merci ancienBethleem, c'est toujours très éclairant de vous lire. :)

mellissa
Ædilis
Ædilis
Messages : 31
Inscription : dim. 02 nov. 2014, 19:35
Conviction : catholique

Re: Petite soeurs de Bethléem

Message non lupar mellissa » jeu. 27 nov. 2014, 17:00

Chere ancienBétheem, si ce n'est pas trop indiscret, pouvez vous nous dire pourquoi vous avez quitté la famille monastique de Béthleem et au bout de combien d'année. De quelle manière c'est faite la rupture et au niveau de la reinsertion cela c'est fait comment ? Et aussi le processus de recrutement ? Je comprendrai si vous refusiez de témoigner sur ce sujet. Merci

Avatar de l’utilisateur
chélidoine
Ædilis
Ædilis
Messages : 28
Inscription : sam. 18 janv. 2014, 20:54

Re: Petite soeurs de Bethléem

Message non lupar chélidoine » jeu. 27 nov. 2014, 19:49


Je ne sais pas exactement comment les choses se passent et se sont passées pour d’autres communautés en leur début, mais il se pourrait que l’on retrouve des choses assez analogues du point de vue de la référence au fondateur. Sinon, comment faire ?
En se faisant accompagner ! Mais cela suppose qu'on puisse se remettre en question. Cela s'est fait dans de nombreuses fondations : suivi, parrainage, conseils, cours, etc. par des religieux d'autres ordres, tout en respectant le charisme de l'institut naissant.

mellissa
Ædilis
Ædilis
Messages : 31
Inscription : dim. 02 nov. 2014, 19:35
Conviction : catholique

Re: Petites Soeurs de Bethléem

Message non lupar mellissa » ven. 28 nov. 2014, 12:50

Après, il est vrai que lorsque je parle de référence absolue, c’était vraiment absolu. Il n’y avait pas de hiérarchie entre les choses essentielles et les autres. Rien ne pouvait être discuté, aucune critique ne pouvait être formulée, aucun questionnement, aucun étonnement. On n’avait pas fini sa phrase que l’on entendait : « Es-tu dans l’Esprit-Saint ? », et aussitôt, l’on faisait la vénia …
Mais n'est ce pas cela la sacro sainte obéissance qui régit la vie monastique ? Obéir sans se poser de question ? Si vous pouviez m'éclairer ancienBéthleem ? Quel différence avec les autres ordres ? Peut on critiquer et émettre un questionnement ailleurs dans les autres congregations ?

Avatar de l’utilisateur
chélidoine
Ædilis
Ædilis
Messages : 28
Inscription : sam. 18 janv. 2014, 20:54

Re: Petites Soeurs de Bethléem

Message non lupar chélidoine » ven. 28 nov. 2014, 14:03

Le vœu d'obéissance n'implique pas la démission de la conscience. Il s'agit d'une obéissance dans les actes, pas de pensées. Le respect de la liberté de conscience est un trait qui a été plusieurs fois soulignés dans maints textes ayant trait à la vie religieuse et ce, quel que soit l'ordre ou la congrégation concernée.
Un vieil adage religieux dit :" Vos supérieurs peuvent se tromper, vous ne vous trompez pas en leur obéissant."
L'obéissance est due en premier lieu à la conscience, à l'évangile puis à l’Église. De sorte que si un supérieur ordonnait quelque chose qui serait contraire à la morale, à l'évangile, aux préceptes de l’Église, le religieux devrait désobéir. Pour le dire plus clairement : on ne peut pas, au nom du vœu de l'obéissance, obliger au péché.

Avatar de l’utilisateur
chélidoine
Ædilis
Ædilis
Messages : 28
Inscription : sam. 18 janv. 2014, 20:54

Re: Petites Soeurs de Bethléem

Message non lupar chélidoine » ven. 28 nov. 2014, 18:01

Perfectae caritatis au sujet de l'obéissance et des supérieurs. §14
Quant aux supérieurs, responsables des âmes confiées à leur soin (cf. He 13, 17), dociles à la volonté de Dieu dans l’accomplissement de leur charge, ils exerceront l’autorité dans un esprit de service pour leurs frères, de manière à exprimer l’amour que le Seigneur a pour eux. Qu’ils gouvernent comme des enfants de Dieu ceux qui leur sont soumis, avec le respect dû à la personne humaine et en stimulant leur soumission volontaire. Ils leur laisseront, notamment quant au sacrement de pénitence et à la direction spirituelle, une juste liberté. Ils amèneront les religieux à la collaboration par une obéissance responsable et active tant dans l’accomplissement de leur tâche que dans les initiatives à prendre. Ils les écouteront donc volontiers, susciteront leur effort commun pour le bien de l’institut et de l’Église, usant toutefois de leur autorité quand il faut décider et commander ce qui doit être fait.

Les chapitres et les conseils rempliront fidèlement la fonction qui leur est dévolue dans le gouvernement ; que ces organes, chacun à sa manière, expriment la participation et l’intérêt de tous les membres au bien de toute la communauté.
http://www.vatican.va/archive/hist_coun ... is_fr.html

Je voudrais souligner cette phrase, parce que, selon les témoignages, ce point n'a pas l'air d'être pris en compte:

Ils leur laisseront, notamment quant au sacrement de pénitence et à la direction spirituelle, une juste liberté

En ce qui concerne la formation des novices, voici ce que dit le code de droit canonique : http://www.vatican.va/archive/FRA0037/__P23.HTM

mellissa
Ædilis
Ædilis
Messages : 31
Inscription : dim. 02 nov. 2014, 19:35
Conviction : catholique

Re: Petites Soeurs de Bethléem

Message non lupar mellissa » ven. 28 nov. 2014, 18:07

Concernant le charisme de Bethléem (une spiritualité très désincarnée), cela ne requiert-t-il pas d'être plus vigilant sur le recrutement ? La question est : Y a-t-il un problème dans le discernement et de recrutement chez les Sœurs de Bethléem ? Par exemple sachant que toute les filles qui rentrent passent par le mois évangélique qui est une retraite d'un mois mais, d'après ce qu'on m'a dit, il y a très peu de silence et de solitude et beaucoup de fêtes avec des soirées et des grands buffets où l'on chante et on danse.
Le discernement ne doit-il pas se faire dans la solitude brute de la clôture d'un monastère ? Je pense que dès le début tout est biaisé.
Je trouve qu'il y a beaucoup de dégâts à cause de ça.

hildegarde
Ædilis
Ædilis
Messages : 11
Inscription : ven. 31 oct. 2014, 1:27
Conviction : catholique

Re: Petites Soeurs de Bethléem

Message non lupar hildegarde » dim. 30 nov. 2014, 11:58

La tentative de rattraper le coup avec un livre (Cet amour que le monde oublie) consacré à la communauté des moniales de Bethléem échoue.
La genèse de ce livre est un peu trouble. Une amie à moi dont les parents fréquentent Bethléem m'a révélé que ce livre a été voulu par les sœurs pour contrer une éventuelle parution qu'elles jugeaient probable d'un livre diffamatoire de Fabio Barbero et de l'ancien prieur général qui venaient juste de quitter la congrégation avec leurs dossiers à charge sous l'épaule qu'ils allaient présenter à Rome. Je crois savoir aussi que le directeur de la Procure est un bon ami des sœurs, ce qui explique la bonne promotion de ce livre.

Avatar de l’utilisateur
chélidoine
Ædilis
Ædilis
Messages : 28
Inscription : sam. 18 janv. 2014, 20:54

Re: Petites Soeurs de Bethléem

Message non lupar chélidoine » dim. 30 nov. 2014, 15:09

la vacuité et le souk spirituel
Qu'entendez-vous par là ?

J'ai été frappé par les déviations monophysites que dénonçaient les anciens membres de la communauté.

AncienBethléem
Ædilis
Ædilis
Messages : 10
Inscription : mer. 15 avr. 2015, 13:19

Re: Petite soeurs de Bethléem

Message non lupar AncienBethléem » lun. 01 déc. 2014, 10:31


Je ne sais pas exactement comment les choses se passent et se sont passées pour d’autres communautés en leur début, mais il se pourrait que l’on retrouve des choses assez analogues du point de vue de la référence au fondateur. Sinon, comment faire ?
En se faisant accompagner ! Mais cela suppose qu'on puisse se remettre en question. Cela s'est fait dans de nombreuses fondations : suivi, parrainage, conseils, cours, etc. par des religieux d'autres ordres, tout en respectant le charisme de l'institut naissant.
Sur ce sujet, je ne dirai pas que Sœur Marie n’a pas voulu d’accompagnement.
Son père spirituel est toujours resté très présent. C’était sa référence en matière doctrinale. Je pense même qu’il lui a évité quelques impasses dans ce domaine : Ainsi, lorsqu’elle a commencé à faire des homélies où elle identifiait l’Esprit-Saint à l’air que nous respirons. (Il y a une tradition orientale qui recommande d’invoquer le nom de Jésus en calant cette invocation sur le rythme de la respiration). Sœur Marie a soumis son « intuition » au père spirituel pour vérification et, du jour au lendemain, la teneur des homélies s’est modifiée.
J’ai souvent observé ce phénomène.

Je pense que l’obéissance a sauvé Sœur Marie de beaucoup de choses. Elle savait qu’elle avait tendance à confondre les niveaux, ce qui est d’ordre naturel et ce qui est d’ordre surnaturel. Je l’ai entendu elle-même le dire en communauté (j’ai aimé cela).

En même temps, l’obéissance était mutuelle : Le père spirituel faisait tous ses efforts pour justifier théologiquement les orientations de la communauté. Le recours aux dons préternaturels, c’est lui. Je crois qu’il est allé aussi loin que possible dans l’accompagnement. Ce n’est pas sans beauté.

AncienBethléem
Ædilis
Ædilis
Messages : 10
Inscription : mer. 15 avr. 2015, 13:19

Re: Petite soeurs de Bethléem

Message non lupar AncienBethléem » lun. 01 déc. 2014, 14:19

Chere ancienBétheem, si ce n'est pas trop indiscret, pouvez vous nous dire pourquoi vous avez quitté la famille monastique de Béthleem et au bout de combien d'année. De quelle manière c'est faite la rupture et au niveau de la reinsertion cela c'est fait comment ? Et aussi le processus de recrutement ? Je comprendrai si vous refusiez de témoigner sur ce sujet. Merci
Il est difficile pour moi de répondre à ces questions. D’une part, je pourrais être reconnue et cela me gêne. D’autre part, je ne crois pas, honnêtement, que cela apporterait beaucoup au débat.
Je suis intervenue sur ce forum parce qu’il m’aurait semblé bien léger de ne rien dire alors que j’avais la réponse, ou une réponse, aux questions posées. Mais cela me coûte beaucoup : J’avais laissé toutes ces choses derrière moi.

Peut-être que j’évoluerai avec le temps. Je suis touchée de votre gentillesse.

AncienBethléem
Ædilis
Ædilis
Messages : 10
Inscription : mer. 15 avr. 2015, 13:19

Re: Petites Soeurs de Bethléem

Message non lupar AncienBethléem » lun. 01 déc. 2014, 14:21

Après, il est vrai que lorsque je parle de référence absolue, c’était vraiment absolu. Il n’y avait pas de hiérarchie entre les choses essentielles et les autres. Rien ne pouvait être discuté, aucune critique ne pouvait être formulée, aucun questionnement, aucun étonnement. On n’avait pas fini sa phrase que l’on entendait : « Es-tu dans l’Esprit-Saint ? », et aussitôt, l’on faisait la vénia …
Mais n'est ce pas cela la sacro sainte obéissance qui régit la vie monastique ? Obéir sans se poser de question ? Si vous pouviez m'éclairer ancienBéthleem ? Quel différence avec les autres ordres ? Peut on critiquer et émettre un questionnement ailleurs dans les autres congregations ?
Je pense que dans des congrégations plus établies, les choses se présentent plus simplement : Tout le monde obéit à la Règle, y compris les supérieurs. C’est à prendre ou à laisser. Mais ceci étant clairement posé dès le départ, je ne suis pas sûre qu’il y ait tant de contraintes que cela : Lorsque j’étais au monastère, j’ai parfois pu avoir accès à des écrits de saints moines du passé. J’ai souvent été surprise en les lisant d’y trouver une liberté concrète impensable pour moi, et je les ai enviés. Liberté de s’exprimer, de dialoguer entre sœurs et même d’agir. Je pense en particulier aux écrits de Sainte-Thérèse de l’Enfant Jésus. Et pourtant, le Carmel de la petite Thérèse, c’était quelque chose.


Revenir vers « Discernement de vocations »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invités