Comment se sentir utile dans sa vocation contemplative ?

« Dieu nous a sauvés, et il nous a donné une vocation sainte » (2Tm 1.9)
Règles du forum
Forum d'aide pour le discernement des vocations sacerdotales et religieuses
Joseph-Diego
Ædilis
Ædilis
Messages : 37
Inscription : mar. 04 juin 2019, 8:07
Conviction : Chrétien

Comment se sentir utile dans sa vocation contemplative ?

Message non lu par Joseph-Diego » mer. 20 nov. 2019, 18:13

Bonjour/Bonsoir mes frères et sœurs en Christ.

Ces derniers temps une question ne quitte plus mon esprit, et la lecture d'un livre de Sœur Emmanuelle, femme d'action et de terrain, n'a rien arrangé.

Comment se sentir utile dans sa vocation contemplative ?

Je lis avec émerveillement tous ces livres, ces témoignages de chrétiens fondant des écoles, aidant les malades, vouant leur vie à aider leur prochain .
J'essaie parfois de faire des projets moi aussi, je cherche dans quelle association je pourrai m'engager par exemple, mais très vite je reviens à la même conclusion ; ceci n'est pas mon appel.
J'ai un besoin de solitude bien au delà de la norme, les interactions sociales même positives, m'épuisent à grande vitesse...

Ma vocation se trouve dans la prière et la contemplation, c'est une évidence depuis bien longtemps, avant même de me convertir.

J'ai fait des choix de vies pour pouvoir la réaliser, je suis volontairement célibataire, vivant reculé du monde, et je vis autant que possible au rythme de la liturgie des heures suivant l'Office monastique.

Pourtant - et c'est sûrement notre société actuelle qui me fait penser ça -, j'ai l'impression de vivre ainsi une vie égoïste, en plénitude avec Dieu, tandis que tant de personnes ont besoin d'aide et d'actions concrètes.
Alors j'ai trouvé une chose pour calmer mes pensées, je distribue des évangiles partout où je peux : églises, boîtes à livres, boîtes aux lettres etc.
J'aide financièrement quand je peux également, mais je veux toujours faire plus...

Mon problème est que j'ai bô connaître l'importance des vocations contemplatives pour le monde, mon esprit humain préfère les preuves concrètes d'aide qu'apporte la vocation apostolique.
Quand nous participons à l'éducation d'enfants, lorsqu'ils deviennent grands et indépendants, et qu'ils sortent de la pauvreté, la réussite de notre mission se voit physiquement parlant.
Il est alors facile d'être encouragé à continuer, d'avoir l'impression d'être utile.

En revanche, pour ce qui est de quelqu'un dont la mission est de prier chaque jour pour le monde, pour les âmes perdues etc, la réussite ou non de sa mission ne lui sera révélée qu'après la résurrection...
Quelle difficulté que de prier sans cesse sans jamais savoir si nos œuvres portent des fruits !
Rien pour flatter l'égo, pour motiver le cœur... Je suis comme un bâtisseur d'église au Moyen-Âge, qui mourrait avant de savoir si les pierres qu'il avait posé toute sa vie allaient tenir le coup une fois l'édifice terminé ou si tout allait s'effondrer avant.
Quand on travaillait sur un chantier s'étalant sur plus de 20, 30, 40 ans, on prenait le risque de passer sa vie à travailler pour quelque chose dont on ne verra jamais l'aboutissement.

C'est beau je trouve, surtout si c'est un travail pour Dieu, mais mon esprit humain est faible face à ça, face à ce manque d'encouragement que produit la satisfaction de savoir qu'on a réussi.
La vocation de vie contemplative, c'est marcher vers Dieu les yeux fermés, c'est accepter de renoncer au plaisir de savoir à l'avance si nos graines semées porteront du fruit.

Comment malgré tout, rester constamment dans son appel, avec la même ardeur, celui de vouloir, en s'éloignant du monde, s'en approché encore plus au point de vouloir en aimer et sauver chaque âme, ces âmes inconnues qui jamais ne pourront nous dire si nos prières ont été utiles ou non ... ?

Merci de m'avoir lu,
Je voulais poser une simple question mais je me rends compte que c'était plutôt un cri du cœur qui avait besoin d'être exprimé, une prière au Seigneur.
" Car toute la Torah est accomplie dans une seule parole, en celle-ci: Tu aimeras ton prochain comme toi-même."
Galates 5:14

Avatar de l’utilisateur
Foxy
Prætor
Prætor
Messages : 1023
Inscription : ven. 01 nov. 2013, 1:14
Conviction : catholique
Localisation : Bretagne

Re: Comment se sentir utile dans sa vocation contemplative ?

Message non lu par Foxy » mer. 20 nov. 2019, 21:03

Bonsoir Joseph Diego

Je vous ai lu et la première pensée qui me vient, c'est : avez-vous un directeur spirituel pour vous guider ? et ne faites-vous pas partie d'une équipe de recherche de vocations dans votre diocèse ? vous auriez la possibilité d'échanger avec d'autres et de pouvoir discerner quelle est la volonté de Dieu pour vous.

Vous savez, les carmélites ne se sentent absolument pas coupées du monde.

Bonne soirée et en union de prières.
La foi que j’aime le mieux,dit Dieu,c’est l’Espérance.
Charles Péguy

Joseph-Diego
Ædilis
Ædilis
Messages : 37
Inscription : mar. 04 juin 2019, 8:07
Conviction : Chrétien

Re: Comment se sentir utile dans sa vocation contemplative ?

Message non lu par Joseph-Diego » mer. 20 nov. 2019, 21:55

Je ne suis implanté dans une paroisse que depuis peu, je me prépare au baptême alors pour l'instant, mes activités s'y reportant sont uniquement la messe et les cours de catéchisme.

Un directeur spirituel, cela doit il être quelque chose d'officiel ?
Si c'est le cas non je n'en ai pas, mais j'ai un frère en Christ, diacre, de beaucoup mon aîné, qui échange souvent avec moi depuis quelques mois.
Dans l'Eglise catholique, c'est lui actuellement qui me connait le mieux.

Oh la vie "coupée" du monde c'est un souhait de ma part, je n'arrive à rester concentrer sur les affaires de Dieu que lorsque je suis seul.
Je suis plus proche du tempérament d'ermite que de moine
" Car toute la Torah est accomplie dans une seule parole, en celle-ci: Tu aimeras ton prochain comme toi-même."
Galates 5:14

Zaratoustra
Ædilis
Ædilis
Messages : 48
Inscription : dim. 25 févr. 2018, 13:42

Re: Comment se sentir utile dans sa vocation contemplative ?

Message non lu par Zaratoustra » mer. 20 nov. 2019, 21:57

Bonsoir,

Dieu choisi pour vous la vie qui vous va le mieux, aillez confiance en Lui et laissez vous guider sur les sentiers qu'il a tracés pour vous.

Bon cheminement avec notre Seigneur.

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4948
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: Comment se sentir utile dans sa vocation contemplative ?

Message non lu par gerardh » mer. 20 nov. 2019, 22:14

_________

Bonjour,

Nous n'avons pas souvent l'occasion de connaître les fruits de nos actions pour le Seigneur. Et dans un sens c'est préférable, car nous pourrions nous en enorgueillir.

Puisque vous êtes un homme de prière, je vous suggère de demander à Dieu par la prière quelle est Sa pensée en ce qui concerne ce qu'il attend de vous. Même si cela ne correspond pas aux idées préalables que vous aviez sur la question.

__

Joseph-Diego
Ædilis
Ædilis
Messages : 37
Inscription : mar. 04 juin 2019, 8:07
Conviction : Chrétien

Re: Comment se sentir utile dans sa vocation contemplative ?

Message non lu par Joseph-Diego » jeu. 21 nov. 2019, 0:06

Zaratoustra a écrit :
mer. 20 nov. 2019, 21:57
Bonsoir,

Dieu choisi pour vous la vie qui vous va le mieux, aillez confiance en Lui et laissez vous guider sur les sentiers qu'il a tracés pour vous.

Bon cheminement avec notre Seigneur.
Merci à vous.
gerardh a écrit :
mer. 20 nov. 2019, 22:14
_________

Puisque vous êtes un homme de prière, je vous suggère de demander à Dieu par la prière quelle est Sa pensée en ce qui concerne ce qu'il attend de vous. Même si cela ne correspond pas aux idées préalables que vous aviez sur la question.
__
Cet ami diacre m'a dit, suite à des échanges de méditation sur les passages d'évangiles, que j'avais une vocation, celle de dire la Parole.

J'ai tempéré ses propos en affirmant que j'aimerai bien que cela ne soit pas ça, car c'est une mission qui me paraît bien trop sérieuse pour le petit être que je suis.
Mais cela a fait écho à quelque chose que le Seigneur m'avait partagé en réponse justement, à une prière intense pour comprendre la mission de ma vie.
Sa réponse à été la suivante (je garde les détails pour moi) : ma vocation est d'être un guide.
De qui, quoi, où, comment, aucune idée, Dieu me le fera savoir au fil du temps.


Je suis plus un homme de prière et d'étude, qu'un bricoleur, homme de terrain.
La liturgie des heures, l'étude des textes bibliques et catholiques, la lectio divina, la contemplation rythment mes journées.
"Parler" de Dieu et de la Bible me passionne

Le peu de fois où j'ai pu parler de l'Éternel, de ce qu'il fait dans ma vie ou de son Amour, j'ai souvent pu voir les yeux de mon interlocuteur se mettre à briller, au sens propre du terme...
Cette lueur qui brille et qui je l'espère cache une graine en train de germer dans l'esprit de cette personne.
C'est merveilleux comme instant à vivre, voir ce que Dieu peut faire , en mettant simplement des mots dans ma bouche, ou des mots "sous ma plume" car j'échange bien plus à l'écrit qu'en face à face.
Si c'est derrière un écran d'ordinateur, les yeux ne sont plus là pour trahir l'action de Dieu, mais la personne sait me le dire en me remerciant, alors je remercie Dieu à mon tour .
J'essaie d'être "moi-même" ,car c'est ainsi que Dieu amène les gens vers moi et donc vers lui, car quand quelqu'un voit le bonheur et la paix qui émane de vous, il veut connaître votre secret pour devenir comme vous.
Et quand il apprend que c'est Dieu votre secret, qu'il soit croyant ou non, cela le fera réfléchir.


Voilà l'état actuel de ce que je sais de "ma vocation" .
Mais c'est celle de chaque chrétien, celle de partager l'Amour du Christ au monde.

Quant à ma vocation plus personnelle et concrète, qui serait donc d'être "un guide", je laisse le temps à Dieu de décider du bon moment pour que je la saisisse dans le concret.
" Car toute la Torah est accomplie dans une seule parole, en celle-ci: Tu aimeras ton prochain comme toi-même."
Galates 5:14

Avatar de l’utilisateur
Foxy
Prætor
Prætor
Messages : 1023
Inscription : ven. 01 nov. 2013, 1:14
Conviction : catholique
Localisation : Bretagne

Re: Comment se sentir utile dans sa vocation contemplative ?

Message non lu par Foxy » jeu. 21 nov. 2019, 11:38

Joseph-Diego a écrit :
mer. 20 nov. 2019, 21:55
Je ne suis implanté dans une paroisse que depuis peu, je me prépare au baptême alors pour l'instant, mes activités s'y reportant sont uniquement la messe et les cours de catéchisme.

Un directeur spirituel, cela doit il être quelque chose d'officiel ?
Si c'est le cas non je n'en ai pas, mais j'ai un frère en Christ, diacre, de beaucoup mon aîné, qui échange souvent avec moi depuis quelques mois.
Dans l'Eglise catholique, c'est lui actuellement qui me connait le mieux.

Oh la vie "coupée" du monde c'est un souhait de ma part, je n'arrive à rester concentrer sur les affaires de Dieu que lorsque je suis seul.
Je suis plus proche du tempérament d'ermite que de moine
Bonjour Joseph Diego

Dans ce cas, vous pouvez considérer que c'est ce diacre qui est votre "directeur spirituel", car je suppose qu'il vous prépare aussi au baptême ?

Laissez du temps au temps et restez à l'écoute du Seigneur, Ses chemins ne sont parfois pas ceux que l'on croit.
La foi que j’aime le mieux,dit Dieu,c’est l’Espérance.
Charles Péguy

Avatar de l’utilisateur
Fernand Poisson
Censor
Censor
Messages : 67
Inscription : jeu. 11 avr. 2019, 23:03
Conviction : Catholique romain

Re: Comment se sentir utile dans sa vocation contemplative ?

Message non lu par Fernand Poisson » jeu. 21 nov. 2019, 12:01

Bonjour Joseph-Diego,
C'est une simple idée mais pourquoi ne pas tenir un blog où vous partageriez vos méditations sur l'Écriture ou les écrits spirituels ? Cela permet de concilier la solitude et en même temps d'avoir des retours (si la sauce prend).

Avatar de l’utilisateur
Kerygme
Quæstor
Quæstor
Messages : 353
Inscription : jeu. 30 mai 2019, 13:12
Conviction : Catholique romain
Localisation : Strasbourg

Re: Comment se sentir utile dans sa vocation contemplative ?

Message non lu par Kerygme » jeu. 21 nov. 2019, 12:29

Bonjour Joseph-Diego,


Pour avoir parcouru ces dernières années un chemin de discernement vers une vocation, et ce pour encore quelques années, je vous conseille d'écouter ce que dit Foxy concernant le discernement d'une vocation et le suivi spirituel.

Je pense également que le diacre que vous rencontrez a déjà œuvré en ce sens. Mais le suivi spirituel est quelque chose de tout à fait officiel et dans un but précis : celui de dépasser nos craintes, nos à priori, nos certitudes en passant par un discernement extérieur à nous même et par quelqu'un de compétent. Ce n'est pas une simple causerie, c'est un chemin et souvent un chemin pour les deux.

Passons maintenant à votre demande première.
Joseph-Diego a écrit :
mer. 20 nov. 2019, 18:13
Comment se sentir utile dans sa vocation contemplative ?
Il y a des actifs mais aussi des contemplatifs. Leur utilité n'est pas forcément visible et là vous avez raison concernant l'esprit du monde. Car cet esprit veut des résultats, des preuves de notre efficacité etc... hors ce n'est pas nous qui agissons mais nous ne sommes que des relais qui permettent à l'Esprit de Dieu d'agir. Aussi l'important n'est pas qu'est ce que je peux faire POUR Dieu, mais AVEC Dieu.

La vie contemplative aux yeux de ce monde peut paraître inutile, mais c'est tout le contraire. Elle est comme l'oxygène dans l'air : invisible mais essentielle au monde. Car si vous pratiquez la Liturgie des heures vous savez bien qu'on ne prie pas pour soi-même mais pour l'Eglise et le monde. Hors quoi de plus utile que de prier pour ceux qui n'en ont pas ou plus la force, pour ceux qui ne prient pas, pour offrir nos prières comme un sacrifice pour ceux qui en ont le plus besoin ?

Je lis avec émerveillement tous ces livres, ces témoignages de chrétiens fondant des écoles, aidant les malades, vouant leur vie à aider leur prochain . J'essaie parfois de faire des projets moi aussi, je cherche dans quelle association je pourrai m'engager par exemple, mais très vite je reviens à la même conclusion ; ceci n'est pas mon appel.
Et vous avez raison, à chacun son appel.
Certains sont voués à un héroïsme extraordinaire comme les grands saints et d'autres, que je nommerai maladroitement les petits saints, à un héroïsme ordinaire dans le quotidien de leur vie.
Il ne s'agit pas de vouloir être extraordinaire, ce qui nous ramènerait à nous-même, mais à répondre à la vocation que Dieu souhaite pour nous, car sachant mieux que nous ce qui est bon pour nous.

J'ai un besoin de solitude bien au delà de la norme, les interactions sociales même positives, m'épuisent à grande vitesse...
Ma vocation se trouve dans la prière et la contemplation, c'est une évidence depuis bien longtemps, avant même de me convertir.
J'ai fait des choix de vies pour pouvoir la réaliser, je suis volontairement célibataire, vivant reculé du monde, et je vis autant que possible au rythme de la liturgie des heures suivant l'Office monastique.
Si vous aviez une vocation monastique elle est à discerner.
Il existe en effet auprès des diocèses un service des vocations, vous pouvez demander à rencontrer quelqu'un, mais avant tout en avez vous parlé à votre Curé ? Celui-ci peut dans un premier temps désigner une personne qui vous suivra spirituellement (laïque ou clerc) mais dans son discernement la mieux adaptée à cette mission, et qui pourrait ne pas être celle que vous escomptiez.
Cette personne peut même être désignée par le diocèse, ou on peut même (comme pour moi en son temps) vous demander à faire une retraite spirituelle de discernement selon les exercices de St Ignace. Retraite en silence de 10 jours (qui devrait vous convenir) par des pros en la matière : les Jésuites (par exemple à Clamart près de Paris ou à Francheville près de Lyon - Le Châtelard -, mais il existe d'autres centres).
Il existe aussi des communautés de spiritualité Ignacienne (Puits de Jacob, CVX France ...) plus proche de chez vous qui propose ce type de retraite.
Pourtant - et c'est sûrement notre société actuelle qui me fait penser ça -, j'ai l'impression de vivre ainsi une vie égoïste, en plénitude avec Dieu, tandis que tant de personnes ont besoin d'aide et d'actions concrètes.
Alors j'ai trouvé une chose pour calmer mes pensées, je distribue des évangiles partout où je peux : églises, boîtes à livres, boîtes aux lettres etc.
J'aide financièrement quand je peux également, mais je veux toujours faire plus...
Attention, un acte généreux doit être discerné également car tout n'est pas inspiré par l'Esprit Saint, même dans la générosité.
Comme tomber dans ce qu'on nomme le syndrome du sauveur et qui peut aboutir à des injustices, envers vous-même pour commencer.
Mon problème est que j'ai bô connaître l'importance des vocations contemplatives pour le monde, mon esprit humain préfère les preuves concrètes d'aide qu'apporte la vocation apostolique.
Quand nous participons à l'éducation d'enfants, lorsqu'ils deviennent grands et indépendants, et qu'ils sortent de la pauvreté, la réussite de notre mission se voit physiquement parlant.
Il est alors facile d'être encouragé à continuer, d'avoir l'impression d'être utile.
Ceci est dû à l'esprit du monde, car le résultat ne nous appartient pas. De plus il ne sera pas forcément celui que nous souhaitons.
Vouloir un résultat, de préférence le nôtre, reste du "je" et donc du "pour" Dieu et non "avec" Dieu.
Je ne veux surtout pas vous décourager mais vous aider à vous rendre compte de la subtilité de ce piège.

Je vous invite à lire "Gaudete et Exultate" sur l'appel à la Sainteté dans le monde actuel.
Ainsi que le chapitre 2 de "Evangelii Gaudium"sur les tentations des agents pastoraux.
Vous y trouverez des pistes, et qui sait des réponses, des plus intéressantes.
En revanche, pour ce qui est de quelqu'un dont la mission est de prier chaque jour pour le monde, pour les âmes perdues etc, la réussite ou non de sa mission ne lui sera révélée qu'après la résurrection...
Quelle difficulté que de prier sans cesse sans jamais savoir si nos œuvres portent des fruits !
Aucune prière n'est inutile, soyez en convaincu et vous ne chercherez plus à avoir des signes de l'efficacité de la prière.
Rien pour flatter l'égo, pour motiver le cœur... Je suis comme un bâtisseur d'église au Moyen-Âge, qui mourrait avant de savoir si les pierres qu'il avait posé toute sa vie allaient tenir le coup une fois l'édifice terminé ou si tout allait s'effondrer avant.
Quand on travaillait sur un chantier s'étalant sur plus de 20, 30, 40 ans, on prenait le risque de passer sa vie à travailler pour quelque chose dont on ne verra jamais l'aboutissement.
Eh oui, que le lâcher prise est difficile. Conséquence de cette société de l'immédiateté.
C'est beau je trouve, surtout si c'est un travail pour Dieu, mais mon esprit humain est faible face à ça, face à ce manque d'encouragement que produit la satisfaction de savoir qu'on a réussi.
La vocation de vie contemplative, c'est marcher vers Dieu les yeux fermés, c'est accepter de renoncer au plaisir de savoir à l'avance si nos graines semées porteront du fruit.

Comment malgré tout, rester constamment dans son appel, avec la même ardeur, celui de vouloir, en s'éloignant du monde, s'en approché encore plus au point de vouloir en aimer et sauver chaque âme, ces âmes inconnues qui jamais ne pourront nous dire si nos prières ont été utiles ou non ... ?
C'est pourquoi je vous propose de lire Evangelii Gaudium, je ne résiste pas à l'envie d'en publier une très courte phrase : "Ne nous laissons pas voler l’enthousiasme missionnaire !"
Merci de m'avoir lu
Ce fût avec grand plaisir. Je vais vous faire une confidence, publique dommage, mais dans votre parcours je retrouve grandement celui que j'ai traversé. Peut être le fais-je maladroitement, mais mes réflexions n'ont pour seul but que de partager une expérience similaire. Même si chaque chemin est unique, il arrive que des épreuves se ressemblent.

Bien fraternellement.
« L'Église n'a pas besoin de réformateurs, mais de saints.
Vous voulez réformer l'Eglise ? Alors devenez des saints !»
(Georges Bernanos)

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4948
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: Comment se sentir utile dans sa vocation contemplative ?

Message non lu par gerardh » jeu. 21 nov. 2019, 12:46

____

Joseph Diego,

Je ne doute pas de vos certitudes, mais sachez quand même que Moïse a patienté 40 ans "derrière le désert" avant de recevoir sa vocation. puis quand Dieu lui en a parlé il s'est jugé trop faible (lui, l'un des prophètes de la Transfiguration) pour porter la parole de Dieu, ce qui fait que Dieu l'a attribuée à son frère Aaron.

De même l'apôtre Paul a patienté (sauf erreur) 12 ans en Arabie, puis a pris 3 ans de plus avant de faire à Jérusalem la connaissance de l'apôtre Pierre. C'est l'apôtre Paul qui a dit en 1 corinthiens 2 : "Et moi-même, quand je suis allé auprès de vous, frères, je ne suis pas allé avec excellence de parole ou de sagesse, en vous annonçant le témoignage de Dieu ; car je n’ai pas jugé bon de savoir quoi que ce soit parmi vous, sinon Jésus Christ, et Jésus Christ crucifié. Et moi-même j’ai été parmi vous dans la faiblesse, et dans la crainte, et dans un grand tremblement ; et ma parole et ma prédication n’ont pas été en paroles persuasives de sagesse, mais en démonstration de l’Esprit et de puissance, afin que votre foi ne repose pas sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu " et en 2 corinthiens 12 : "quand je suis faible, alors je suis fort".

A l'inverse d'autres hommes de foi ont eu des attitudes diverses comme nous le voyons en Hébreux 11. Aussi chaque cas , y compris le vôtre, est spécifique.

___

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4948
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: Comment se sentir utile dans sa vocation contemplative ?

Message non lu par gerardh » jeu. 21 nov. 2019, 13:44

________

Considérez les exemples de Marie et de Marthe.


___

Joseph-Diego
Ædilis
Ædilis
Messages : 37
Inscription : mar. 04 juin 2019, 8:07
Conviction : Chrétien

Re: Comment se sentir utile dans sa vocation contemplative ?

Message non lu par Joseph-Diego » jeu. 21 nov. 2019, 16:52

Je vais répondre à tous, un grand merci pour vos messages, que Dieu vous bénisse.

Foxy :
Non ce diacre n'est pas de ma paroisse et donc ne me prépare pas au baptême.
C'est un laïc qui "s'occupe" de moi jusqu'à mon baptême/confirmation.

Fernand Poisson :
L'idée du blog est bonne, elle m'a déjà traversé l'esprit pour être honnête et je pense la mettre en pratique des que j'aurai déjà une bonne base écrite de sujets/méditations à partager.
Je suis cependant assez limité au niveau matériel informatique mais cela n'est pas un grand obstacle.

Kerygme :
Pour la vocation oui, une fois le baptême et confirmation reçus je me pencherai sûrement sur cette histoire de directeur spirituel.
Mais je n'étais pas venu parler de ma recherche de vocation à la base sur ce post, d'ailleurs je vous remercie d'avoir fait remonter la question initiale !

Donc pour vous répondre, je sais bien oui que la prière est principalement pour les autres, c'est "le but" de la liturgie des heures.
Je sais également qu'une prière n'est jamais vaine , mais comme vous l'avez confirmé, l'esprit de ce monde rend difficile l'acte de prière contemplatif et tout actes où rien de concret n'est visible à la fin .

Un tas de personnes pensent malheureusement que les moines ne servent à rien.
Beaucoup également se demande comment je ne suis pas déjà mort d'ennui seul sans télé, loin de la civilisation, et sans voisins/emplois la plupart du temps.
Je ne sort pas en ville, je ne vais pas voir d'amis et je ne vais pas au boulot alors ma vie semble pour eux atrocement ennuyante et incompréhensible.
S'ils pouvaient savoir tout ce que je fais en 24h !

L'acte contemplatif dépasse l'esprit de notre monde actuel.
Beaucoup le recherche avec plaisir pour un weekend mais au-delà ils n'en comprennent pas l'intérêt.

Pour ce qui est de discerner une vocation, comme dit plus haut je n'ai même pas encore le baptême, je ne veux pas griller d'étape et cela se fera en tant et en heure.
Mon post était vraiment accès sur la question de comment rester constant, comment ne pas se décourager quand on travail à prier constamment dans une société tout est beaucoup plus accès sur le concret.

Je vais lire les 2 liens que vous m'avez partagé, merci !
Et merci d'avoir partagé suivant votre propre vécu, c'est un plaisir.


Gerardh.
C'est marrant, le curé de ma paroisse, lors de notre premier rendez m'a justement parlé du passage de Marie et Marthe.
Évidemment je le connaissais bien et ce qu'il m'a dit à ce propos m'a directement parlé.
" Car toute la Torah est accomplie dans une seule parole, en celle-ci: Tu aimeras ton prochain comme toi-même."
Galates 5:14

Avatar de l’utilisateur
Kerygme
Quæstor
Quæstor
Messages : 353
Inscription : jeu. 30 mai 2019, 13:12
Conviction : Catholique romain
Localisation : Strasbourg

Re: Comment se sentir utile dans sa vocation contemplative ?

Message non lu par Kerygme » jeu. 21 nov. 2019, 17:22

Re Joseph-Diego,
Joseph-Diego a écrit :
jeu. 21 nov. 2019, 16:52
Pour la vocation oui, une fois le baptême et confirmation reçus je me pencherai sûrement sur cette histoire de directeur spirituel.
Vous avez entièrement raison de procéder par ordre, ces sacrements appelés de l' "initiation chrétienne" (avec la première communion que vous recevrez également) sont indispensables.

Voyez notre empressement, il semble que vous ayez déjà parcouru un tel chemin qu'on en oublie l'essentiel.

Concernant la constance, je vous rassure nous avons tous des hauts et des bas que l'on soit laïque ou clerc. Certains connaissent même cette épreuve qu'est la nuit de la foi. Ne vous infligez pas une discipline qui serait difficile à tenir, car la pratique dans la foi est plutôt comme une vague. Il y a les moments forts en haut de la crête et les moments difficiles dans les creux.

Bonne soirée.
« L'Église n'a pas besoin de réformateurs, mais de saints.
Vous voulez réformer l'Eglise ? Alors devenez des saints !»
(Georges Bernanos)

Joseph-Diego
Ædilis
Ædilis
Messages : 37
Inscription : mar. 04 juin 2019, 8:07
Conviction : Chrétien

Re: Comment se sentir utile dans sa vocation contemplative ?

Message non lu par Joseph-Diego » ven. 22 nov. 2019, 0:07

Kerygme a écrit :
jeu. 21 nov. 2019, 17:22

Voyez notre empressement, il semble que vous ayez déjà parcouru un tel chemin qu'on en oublie l'essentiel.

Concernant la constance, je vous rassure nous avons tous des hauts et des bas que l'on soit laïque ou clerc. Certains connaissent même cette épreuve qu'est la nuit de la foi. Ne vous infligez pas une discipline qui serait difficile à tenir, car la pratique dans la foi est plutôt comme une vague. Il y a les moments forts en haut de la crête et les moments difficiles dans les creux.

Bonne soirée.
Je suis peut être trop exigent envers moi même c'est vrai, mais il y a tant à faire et le Seigneur a tant donné pour nous ...

Je vais continuer de faire du mieux que je peux :)
Bonne soirée
" Car toute la Torah est accomplie dans une seule parole, en celle-ci: Tu aimeras ton prochain comme toi-même."
Galates 5:14

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : nano et 4 invités