Charismatiques : mon mea culpa

« J'enlèverai votre cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair. » (Ez 36.26)
Règles du forum
Forum d'échanges et de partage sur la spiritualité chrétienne
Avatar de l’utilisateur
Philon
Barbarus
Barbarus

Re: Charismatiques : mon mea culpa

Message non lu par Philon » jeu. 17 sept. 2020, 8:51

" Plus rien ensuite", je connais ( est-ce que je suis "asperger" et donc incapable de faire durer une relation amicale , ou est-ce notre époque qui n'éduque plus à la constance relationnelle, à la fidélité ? je ne saurais le dire...).
Mais est-ce lié à l'Esprit Saint ?
Non, ce serait plutôt le fait de l'homme et de sa mémoire volatile. L'homme a tendance à l'inconstance. Bien des choses "fortes" , bien des déclarations d'"amitié pour la vie" sont sincère au moment où ont le dit, on est attiré par ce qui brille, et ensuite c'est oublié. Un feu de paille, du vent, et rien ensuite.
Notre époque favorisant les changements fréquent ( affectifs, conjugaux, professionnels, etc.)et les déracinements, fonctionnant dans l'immédiat ( portables) , sur le flux tendu ( économie mondialisée), favorise ce "vent". On change plus souvent de conviction, de milieux, de lieu d'habitation, de statut social, de cercle d'amis. Mais en même temps cette société est en voie de déchristianisation, donc ce vent du changement est peut-être lié à cela. La foi ( dirait Simone Weil) est peut-être , au contraire, un enracinement dans le Ciel ?

Avatar de l’utilisateur
Désird'humilité
Censor
Censor
Messages : 100
Inscription : jeu. 08 août 2019, 22:15
Conviction : Disciple de Notre Seigneur Jésus

Re: Charismatiques : mon mea culpa

Message non lu par Désird'humilité » jeu. 17 sept. 2020, 9:34

Philon a écrit :
mer. 16 sept. 2020, 8:41
Ademimo,
JE PLUSSOIE !!!! :clap:

La jeunesse est impressionnable. Je le vois bien avec mes jeunes filles de 17 ans.
La jeunesse a l 'énergie, l'enthousiasme, la capacité de nouer beaucoup de contacts....
l'âge mûr a pour lui l'expérience de la réalité, la capacité de réflexion, un certain recul critique.

Je conçois parfaitement qu'une expérience intense avec un groupe ou quelques personnes puisse vivement susciter de l'enthousiasme , le Charismatisme et les JMJ drainent les foules, si on veut, il y a pas mal de jeunes qui les suivent et cela se comprend. Les rassemblements et la musique plaisent aux jeunes.
J'ai fait avec enthousiasme du scoutisme dans ma jeunesse et mes filles en font, elles se sont fait une foule d'amis.

Mais il y a l'expérience des années, la réflexion, qui peuvent au fil du temps venir contrebalancer cela. Cela leur viendra avec l'âge. Sur leur cinquantaines d'amis, peut-être que cinq seulement resteront des amis pour la vie ?

Je suis dans le désert ou presque, :( sans emploi rémunéré, il n'y a guère que ma petite famille avec qui j'ai des contacts proches. Toujours j'ai peiné à me faire des relations et à les garder, je n'ai pas ( pas du tout même) ce don de sociabilité. Ici sur le net ce n'est pas pareil car c'est plutôt l'oral et le contact direct qui me posent problème( merci internet :fleur: ). La vie associative est de ce fait un vrai calvaire pour moi. (C'est au point qu'il a été question à un moment de me faire faire les tests de dépistage du syndrome d' Asperger)
Faiblesse évidente que ce désert pour le monde moderne qui fonctionne grâce à la "com", où la valeur de quelqu'un dépend de sa capacité à nouer des relations et s'intégrer, où les structures contraignantes ont disparu, laissant l'individu se débrouiller seul ( Alain Ehrenberg "la fatigue d'être soi") .

Force évidente par rapport au cheminement vers Dieu car cela permet d'échapper à l'influence mimétique du groupe ( très efficace) et cela laisse beaucoup de temps pour prier, pour lire, pour se poser des questions, faire des recherches, approfondir sa foi et ses connaissances ...si je n'avais pas été "dans le désert", je n'aurais pas eu le temps ni même l'idée de m'intéresser à certains auteurs.
Dieu se trouve au milieu d'un groupe de prière, il inspire les bonnes oeuvres de ceux qui savent communiquer avec les autres, évangéliser...
mais il se trouve aussi peut-être dans une bibliothèque où une personne rejetée par les autres et portant un lourd handicap social cherche à mieux connaitre Saint Thomas d'Aquin ?

Vous savez, je suis autiste (diagnostiqué) et je passe aussi beaucoup de temps dans les bibliothèques dans lesquelles Dieu se trouve à l'évidence. Il y'a aussi une communion avec Dieu dans le calme et la réflexion et puis, même socialement,je me suis fait des copains à la bibliothèque. Je suis du genre solitaire aussi, mais ça fait longtemps que je travaille le fait d'aller vers les gens, de m'intégrer dans des groupes etc... Parce que je pense qu'il faut combattre le handicap (je vais être honnête avec vous : être autiste me fait vraiment chier, je ne veux pas l'être, donc je fais tout pour ne pas l'être ) et aussi parce que Saint Paul parle souvent de communauté, de fraternité etc... Donc j'essaye d'appliquer ce que Dieu veut en étant sociable et serviable.

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1777
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Charismatiques : mon mea culpa

Message non lu par Altior » jeu. 17 sept. 2020, 10:17

Philon a écrit :
jeu. 17 sept. 2020, 8:51
Notre époque favorisant les changements fréquent ( affectifs, conjugaux, professionnels, etc.)et les déracinements, fonctionnant dans l'immédiat ( portables) , sur le flux tendu ( économie mondialisée), favorise ce "vent". On change plus souvent de conviction, de milieux, de lieu d'habitation, de statut social, de cercle d'amis. Mais en même temps cette société est en voie de déchristianisation, donc ce vent du changement est peut-être lié à cela. La foi ( dirait Simone Weil) est peut-être , au contraire, un enracinement dans le Ciel ?
Théoriquement, oui, sans doute la foi donne de la stabilité et même aide à mieux comprendre l'instabilité «dans le monde», car on se rend compte que notre vraie patrie est ailleurs. Lors de ma conversion, j'ai eu clairement le sentiment de retour à la maison.

Et pourtant, l'Église-même est devenu un peu instable. Avant, un curé était assigné à une paroisse, en principe, pour toute sa vie. Le Saint Curé d'Ars, qu'on n'arrête pas de nous offrir comme modèle de prêtre, a été attaché à sa paroisse et ses succès en pastorale ne sont pas venus tout d'un coup, car il faut que le temps travaille après l'ensemencement pour arriver à la moisson. Mais de nos jours, les curés sont mutés au bout de quelques années d'une paroisse à une autre, d'un office à un autre, là où il ne connaissent, souvent, personne. Même les évêques sont mutés de plus en plus souvent, quoiqu'ils soient censés d'y rester plus de cinq ans. L'anneau d'un évêque signifie qu'il est «marié» a son diocèse. Mais trop souvent ils doivent divorcer de leur diocèse pour une autre.

Je fréquente, une ou deux fois par an, un couvent franciscain. Je prend part à la Messe. Une Messe NOM, ayant même des accents charismatiques (les fidèles prient «bras en haut», on s'enchaîne les mains à Pater Noster, culte pour les «apparitions» de Medjugorie et ainsi de suite). Mais les franciscains ne sont jamais les mêmes. Un ou deux changent chaque fois. En demandant où est celui que j'avais connu juste une année avant, auquel je me suis confessé et qui m'a donné quelques conseils, on me dit qu'il est dans un autre couvent, qu'il a reçu une autre mission, souvent dans un autre pays. Compliqué d'avoir une relation de longue haleine avec un frère et d'établir un lien spirituel!

La fièvre des permutations touche les communautés traditionnelles aussi. Monsieur l'abbé X, de l'IBP, mon premier directeur spirituel en France a été muté à Paris. Monsieur l'abbé Y, de FSSPX, avec lequel mon fils a fait sa caté de première communion, a été muté dans un prieuré en Normandie. Ou en Bretagne, on ne sait pas exactement...

Nous vivons des temps de plus en plus fluides (Guénon a une jolie justification philosophico-mathématique pour cela). Plus surprenant encore est le fait que pas seulement le monde change de plus en plus vite (et avec lui, l'Église), mais que ce fait est de plus en plus considéré une valeur en soi-même. Ayant récemment visité la Faculté de Médecine de Nantes, j'ai vu plein d'affiches de la part des syndicats étudiants. Toutes avaient pour slogan «Bouge ta Fac!». Je pensais: le simple fait de bouger «la Fac» est une vertu?
Dernière modification par Altior le jeu. 17 sept. 2020, 10:41, modifié 4 fois.

Avatar de l’utilisateur
Désird'humilité
Censor
Censor
Messages : 100
Inscription : jeu. 08 août 2019, 22:15
Conviction : Disciple de Notre Seigneur Jésus

Re: Charismatiques : mon mea culpa

Message non lu par Désird'humilité » jeu. 17 sept. 2020, 10:26

Sur le fait d'être avant d'agir, je vous plussoie, et je vous partage cette conférence édifiante dans laquelle l'abbé Raffray va dans votre sens. https://youtu.be/CXAkQEb3GGQ

Avatar de l’utilisateur
Grégory
Censor
Censor
Messages : 107
Inscription : dim. 29 déc. 2019, 0:30
Localisation : Paris

Re: Charismatiques : mon mea culpa

Message non lu par Grégory » ven. 18 sept. 2020, 0:35

Philon a écrit :
mer. 16 sept. 2020, 8:41
Ademimo,
JE PLUSSOIE !!!! :clap:

La jeunesse est impressionnable. Je le vois bien avec mes jeunes filles de 17 ans.
La jeunesse a l 'énergie, l'enthousiasme, la capacité de nouer beaucoup de contacts....
l'âge mûr a pour lui l'expérience de la réalité, la capacité de réflexion, un certain recul critique.

Je conçois parfaitement qu'une expérience intense avec un groupe ou quelques personnes puisse vivement susciter de l'enthousiasme , le Charismatisme et les JMJ drainent les foules, si on veut, il y a pas mal de jeunes qui les suivent et cela se comprend. Les rassemblements et la musique plaisent aux jeunes.
J'ai fait avec enthousiasme du scoutisme dans ma jeunesse et mes filles en font, elles se sont fait une foule d'amis.

Mais il y a l'expérience des années, la réflexion, qui peuvent au fil du temps venir contrebalancer cela. Cela leur viendra avec l'âge. Sur leur cinquantaines d'amis, peut-être que cinq seulement resteront des amis pour la vie ?

Je suis dans le désert ou presque, :( sans emploi rémunéré, il n'y a guère que ma petite famille avec qui j'ai des contacts proches. Toujours j'ai peiné à me faire des relations et à les garder, je n'ai pas ( pas du tout même) ce don de sociabilité. Ici sur le net ce n'est pas pareil car c'est plutôt l'oral et le contact direct qui me posent problème( merci internet :fleur: ). La vie associative est de ce fait un vrai calvaire pour moi. (C'est au point qu'il a été question à un moment de me faire faire les tests de dépistage du syndrome d' Asperger)
Faiblesse évidente que ce désert pour le monde moderne qui fonctionne grâce à la "com", où la valeur de quelqu'un dépend de sa capacité à nouer des relations et s'intégrer, où les structures contraignantes ont disparu, laissant l'individu se débrouiller seul ( Alain Ehrenberg "la fatigue d'être soi") .

Force évidente par rapport au cheminement vers Dieu car cela permet d'échapper à l'influence mimétique du groupe ( très efficace) et cela laisse beaucoup de temps pour prier, pour lire, pour se poser des questions, faire des recherches, approfondir sa foi et ses connaissances ...si je n'avais pas été "dans le désert", je n'aurais pas eu le temps ni même l'idée de m'intéresser à certains auteurs.
Dieu se trouve au milieu d'un groupe de prière, il inspire les bonnes oeuvres de ceux qui savent communiquer avec les autres, évangéliser...
mais il se trouve aussi peut-être dans une bibliothèque où une personne rejetée par les autres et portant un lourd handicap social cherche à mieux connaitre Saint Thomas d'Aquin ?
Bonjour,

C'est la "réalité de la majorité"
Les jeunes ont le temps de murir leurs idée etc... Mais d'ici là ils sont livré selon moi aux lobbies etc... Beaucoup plus fort aujourdhui ! Par les gafam etc... Sans recul ou esprit critique je pense, avec trop d'information instanement disponible et dont le flux reste ingerable la plupart du temps ! (image, video etc etc. )

J'ai des capacités sociable mais aucune patience avec le temps.

Je suis moi même trop connecté mais je m'applique à être ici, et sur des groupes assez réfléchis !
Où faire partit D'une "Rue" en particulier n'est pas un critère.... Pour faire connaissance ... 😊

Parlez bien français est toujours bien plus beau et plus bien fort que de le hacher menu avec du langage populaire et mixé. Mais bon.

"Il faut être interréssé avant de venir interressant" c'est un principe.

Et trouver un travail qui vous passionne vous aide aussi à sociabiliser c'est comme ça...
Première aux Corinthiens 13:12
Aujourd’hui nous voyons au moyen d’un miroir, d’une manière confuse, mais alors ce sera face à face. Aujourd’hui je connais partiellement, mais alors je connaîtrai comme je suis connu.

Avatar de l’utilisateur
Philon
Barbarus
Barbarus

Re: Charismatiques : mon mea culpa

Message non lu par Philon » ven. 18 sept. 2020, 13:46

Et j'oubliais de mentionner que

le seul métier qui m'ait vraiment passionnée est de faire mère au foyer, c'est comme ça. :D C'est là où je me sens vraiment à ma place. A l'intérieur.
Travailler pour des personnes choisies et que j'aime, pas pour des inconnus qui sont comme une meute de loups. C'est comme ça. :D

Les changements sociétaux programmés depuis plusieurs décennies ont fait que, de facteur évident de sociabilisation, le rôle et le statut de mère est devenu un facteur d'exclusion sociale.. :( ..ce qui n'a jamais été le cas dans une société chrétienne. .Ce sont les sociétés individualistes en voie de déchristianisation :diable: qui sortent les femmes du foyer et qui réduisent la religion à un choix privé. Ce n'est pas par hasard... La déchristianisation "marche" de pair avec l'individualisme et la destruction de la famille, donc avec l'isolement et l'exclusion de la simple mère au foyer, qui ne devient "intéressante" à fréquenter qu'à partir du moment où elle a une activité ( payée ou non) à l'extérieur de la maison.

Quelle insulte faite aux mères. A nos aieules... Quelle insulte faite à la maison, qui est classiquement l'écrin de la famille....qui est une petite église domestique ! J'aurais pu être gardienne de phare. J'aurais mieux aimé cela que les confrontations avec le monde individualiste et compétitif. Ou encore du télétravail. Je loue le Seigneur de m'avoir faite femme car alors je peux rester chez moi avec des activités domestiques. Protégée des loups. C'est comme ça.

Les groupements de jeunes ne sont pas la seule voie de socialisation, heureusement. En tant que mère je préfère que mes filles fassent du scoutisme ( aillent aux JMJ plus tard ou à Taizé...) plutôt que de s'intégrer à un groupe "sauvage" de jeunes qui se rassemblent pour jouer les "racailles".

Avatar de l’utilisateur
Grégory
Censor
Censor
Messages : 107
Inscription : dim. 29 déc. 2019, 0:30
Localisation : Paris

Re: Charismatiques : mon mea culpa

Message non lu par Grégory » sam. 19 sept. 2020, 23:53

Philon a écrit :
mer. 16 sept. 2020, 8:41
nouer des relations et s'intégrer, où les structures contraignantes ont disparu, laissant l'individu se débrouiller seul ( Alain Ehrenberg "la fatigue d'être soi") .
"la fatigue d'être soi", dans mon cas où j'ai mes capacités à se "sociabiliser" c'est d'avoir à déformer sa propre image pour laisser les autres se sentir mieux dans leurs peaux... (et laisser une place à la médiocrité dans cette ligne majoritaire et soumise de la télé jeune réalité, par exemple) et ce sentir faire se compromis face à la masse qui vous pointe du doigt vos bizarreries quelque chose de disparus dans les mœurs "NORMAL" depuis for longtemps maintenant dans l'aspect physique et morale" des humains d'autrefois".
C'est que les images internet et GAFAM ne suffisent pas à une réflexion profonde et réel. :wow:
c'est que les Générations naissent et se ressemblent.... moi j'ai roulé ma bosse pour être meilleur au yeux du tout-puissant seulement :ciao:
Première aux Corinthiens 13:12
Aujourd’hui nous voyons au moyen d’un miroir, d’une manière confuse, mais alors ce sera face à face. Aujourd’hui je connais partiellement, mais alors je connaîtrai comme je suis connu.

Avatar de l’utilisateur
Philon
Barbarus
Barbarus

Re: Charismatiques : mon mea culpa

Message non lu par Philon » lun. 21 sept. 2020, 9:56

Vous avez raison Gregory de vouloir plaire au Seigneur plutôt qu' aux humains :clap:
C'est vrai que les nouvelles générations subissent des influences médiocres ( ou pire) avec les réseaux "sociaux", la télé réalité, les écrans, les portables;..je vois tout cela avec mes jeunes filles.

Avatar de l’utilisateur
Grégory
Censor
Censor
Messages : 107
Inscription : dim. 29 déc. 2019, 0:30
Localisation : Paris

Re: Charismatiques : mon mea culpa

Message non lu par Grégory » lun. 21 sept. 2020, 19:35

Philon a écrit :
lun. 21 sept. 2020, 9:56
Vous avez raison Gregory de vouloir plaire au Seigneur plutôt qu' aux humains :clap:
C'est vrai que les nouvelles générations subissent des influences médiocres ( ou pire) avec les réseaux "sociaux", la télé réalité, les écrans, les portables;..je vois tout cela avec mes jeunes filles.
Je vis avec mon temps, mais est ce que ce Temps moderne avec ce que je citais à le temps pour Dieu ? Moi-même, je suis pris au piège dans mes temps de prière au Seigneur et je vois les contraintes dans la Foi de pratiquer. C'est une Question assez problématique pour prendre du recul sur les réseaux et les tentations en général !
Je suis d'une génération mineur de personne qui vivent depuis l'ouverture de Facebook en 2008 puis whatsapps puis ceci puis cela et avant ça des forums.
Mais je vous demande : Où va le progrès ? ("la taxe GAFAM devrait payer 'l'éducation de nos enfants" ) car les États-Unis ne sont pas maitres des entreprises là-bas, je vois pas pourquoi le gouvernement ne taxerait pas franco !
Première aux Corinthiens 13:12
Aujourd’hui nous voyons au moyen d’un miroir, d’une manière confuse, mais alors ce sera face à face. Aujourd’hui je connais partiellement, mais alors je connaîtrai comme je suis connu.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités