Il te suffit de savoir que Je t'aime, toi, abandonne-toi...

« J'enlèverai votre cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair. » (Ez 36.26)
Règles du forum
Forum d'échanges et de partage sur la spiritualité chrétienne
Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1306
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: Il te suffit de savoir que Je t'aime, toi, abandonne-toi...

Message non lu par zelie » mer. 17 juil. 2019, 13:51

CONCLUSION
Lorsque le célébrant allait donner la bénédiction, la Sainte Vierge dit:
"Fais attention ! Écoute bien ! … Vous faites n'importe quel signe plutôt que le Signe de la Croix. Souvenez-vous que cette bénédiction pourrait être la dernière que vous receviez des mains d'un prêtre. Vous ne savez pas si vous aurez encore l'opportunité de recevoir une bénédiction d'un autre prêtre. Ces mains consacrées vous donnent une bénédiction au Nom de la Saint Trinité. Ainsi, faites le Signe de croix avec respect, comme s'il allait être le dernier que vous alliez faire pour le reste de votre vie."

Combien nous perdons, en ne comprenant pas et en ne participant pas chaque jour, à la Sainte Messe ! Pourquoi ne pas faire l'effort de commencer notre journée une demi heure plus tôt et courir à la Sainte Messe et recevoir toutes les bénédictions que le Seigneur veut verser sur nous ?

Je suis consciente qu'à cause de leurs obligations, ce n'est pas tout le monde qui peut aller à la Messe tous les jours, mais au moins deux ou trois fois par semaine. Tant de personnes manquent la Messe le dimanche pour les moindres excuses: ils ont un enfant, ou deux ou dix et
alors ils ne peuvent assister à la Messe. Comment les personnes s'organisent-elles quand elles ont d'autres engagements importants: Ils amènent tous leurs enfants ou ils y vont chacun leur tour et le mari va à une heure et son épouse à une autre. Ainsi accomplissent-ils leur devoir envers
Dieu.

Nous avons du temps pour étudier, pour travailler, pour recevoir, pour se reposer mais NOUS N'AVONS PAS DE TEMPS AU MOINS LE DIMANCHE, POUR ALLER À LA SAINTE MESSE.

Jésus me demanda de rester avec Lui quelques minutes de plus après la fin de la Messe.
Il dit:
"Ne vous hâtez pas de partir lorsque la Messe est terminée. Restez quelques instants en ma compagnie, profitez-en et laissez-moi profitez de la vôtre."

Lorsque j'étais enfant quelqu'un m'avait dit que le Seigneur restait avec nous cinq ou dix minutes après la communion. Je Lui ai demandé à ce moment-là:
"Seigneur, dites-moi vraiment, combien de temps restez-vous avec nous après la communion ? "
Je suppose que le Seigneur doit avoir ri de mon étourderie car Il me répondit:
"Tout le temps que tu veux avoir avec Moi. Si tu Me parles tout au long du jour, Me disant quelques paroles alors que tu vaques à tes occupations, Je t'écouterai. Je suis toujours avec toi. C'est toi qui Me quittes. Vous quittez la Messe et votre journée d'obligation est terminée. Vous avez gardé le Jour du Seigneur et c'en est fini pour vous. Vous ne pensez pas que Je pourrais aimer partager votre vie de famille, au moins cette journée...

"Dans vos demeures vous avez une place pour chaque chose et une pièce pour chaque activité: une chambre pour dormir, une autre pour la cuisine, une autre pour manger, etc. Quelle place avez-vous préparée pour Moi ? Ce ne devrait pas être un endroit où vous avez seulement
placé une image qui ramasse toujours la poussière, mais un endroit où au moins cinq minutes par jour, la famille se rencontre pour remercier pour la journée et pour le don de la vie, pour demander pour les besoins du jour, pour demander des bénédictions, de la protection, de la santé."

"Tout a sa place dans vos maisons, tout, sauf Moi".

"Les hommes planifient leur journée, leur semaine, leur semestre, leurs vacances, etc. Ils savent quelle journée ils se reposeront, quelle journée ils iront voir un film ou iront à une party, ou bien visiter la grand-maman ou les petits-enfants, les enfants, leurs amis et leurs divertissements.
Combien de familles diront au moins une fois par mois: "C'est aujourd'hui notre journée pour aller visiter Jésus dans le Tabernacle", et toute la famille vient pour me parler ? Combien viennent s'asseoir devant Moi et ont une conversation avec Moi, me disant comment ça s'est passé depuis
leur dernière visite, me racontant leurs problèmes, les difficultés qu'ils ont, me demandant ce dont ils ont besoin … me faisant participer à toutes ces choses ? Combien de fois ? Je sais tout. Je lis même les plus profonds secrets de vos cœurs et de vos pensées. Pourtant, il Me fait grand plaisir de vous entendre Me raconter votre vie, me laissant participer comme un membre de la famille, comme votre ami le plus intime. Oh combien de grâces l'homme perd en ne Me donnant pas une place dans sa vie !"

Quand je suis restée avec Lui, cette journée là et à plusieurs autres journées, Il continua à nous donner des enseignements. Aujourd'hui je veux partager avec vous cette mission que le Seigneur m'a confiée.
Jésus dit: "Je voulais sauver ma créature car le moment où devait s'ouvrir la porte des Cieux, elle était trop imprégnée de souffrance …"

" Souvenez-vous qu'il n'y a pas une seule mère qui ait nourri son enfant de sa propre chair. Je suis allé à ce point extrême de l'Amour pour communiquer mes mérites à chacun d'entre vous".

"La Sainte Messe est le prolongement de ma Vie et de mon Sacrifice sur la Croix parmi vous. Sans les mérites de ma Vie et de mon Sang, qu'avez-vous pour vous présenter devant mon Père ? Rien, sinon la misère et le péché…"

"Vous devriez dépasser en vertus les anges et les archanges, parce qu'ils n'ont pas la joie de Me recevoir en nourriture comme c'est le cas pour vous. Ils boivent une goutte de la source, mais vous qui avez la grâce de Me recevoir, vous avez tout l'océan pour boire. "

L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1306
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: Il te suffit de savoir que Je t'aime, toi, abandonne-toi...

Message non lu par zelie » mer. 17 juil. 2019, 13:58

L'autre sujet abordé par le Seigneur, avec beaucoup de douleur, concernait les personnes qui venaient le rencontrer par habitude, ceux qui ont perdu leur émerveillement dans chacune des rencontres avec Lui. Cette routine refroidit tellement ces personnes, qu'elles n'ont plus rien de neuf à dire à Jésus quand elles Le reçoivent. Il a dit qu'il y avait aussi tellement d'âmes consacrées qui perdent leur enthousiasme de tomber en amour avec le Seigneur, qu'elles ont fait une occupation de leur vocation, une profession à laquelle ils n'apportent rien sauf ce qui leur est exigé, mais sans intérêt.

Puis le Seigneur m'a parlé des fruits qui viennent de chaque communion que nous faisons. Il arrive parfois que des personnes reçoivent le Seigneur tous les jours, mais leur vie ne change pas. Ils passent des heures en prière et font beaucoup de travaux, etc. mais leur vie ne va pas est
se transformant et une vie qui ne se transforme pas ne peut pas porter de vrais fruits venant du Seigneur. Les mérites que nous recevons dans l'Eucharistie devraient porter des fruits de conversion en nous et des fruits de charité envers nos frères et nos sœurs.

Nous les laïcs, avons un rôle très important à jouer dans notre Église. Nous n'avons pas le droit de rester silencieux car le Seigneur nous a envoyés, comme tous les baptisés, pour aller annoncer la Bonne Nouvelle. Nous n'avons pas le droit de garder toute cette connaissance et ne
pas la partager avec les autres et laisser nos frères mourir de faim quand nous avons tant de pain dans nos mains. Nous ne pouvons regarder notre Église s'effondrer alors que nous demeurons confortablement dans nos paroisses et dans nos maisons, recevant et recevant tant du Seigneur : sa Parole, les homélies des prêtres, les pèlerinages, la Miséricorde de Dieu dans le sacrement de Réconciliation, la merveilleuse union avec la nourriture de la communion, les conférences des prédicateurs. En autres mots, nous recevons tant et nous n'avons pas le courage de quitter notre zone de confort et aller en prison ou dans une maison de correction, pour parler aux plus démunis. Aller leur dire de ne pas désespérer, qu'ils sont nés catholiques et que leur Église a besoin d'eux là où ils sont souffrants, parce que leur souffrance servira à en sauver d'autres car ce sacrifice leur gagnera la vie éternelle. Nous pouvons aller rencontrer les patients en phase terminale dans les hôpitaux et réciter le chapelet de la Divine miséricorde (celui de Sainte Faustine, note de moi).

Nous les aidons de nos prières pendant ce temps de lutte entre le bien et le mal, pour les libérer des embûches et des tentations du démon. Chaque personne mourante a des peurs. Seulement prendre leur main et leur parler de l'amour de Dieu et des merveilles qui les attendent
au ciel auprès de Jésus et de Marie et près de leurs chers disparus, les réconfortera. L'époque dans laquelle nous vivons ne nous permet pas d'être indifférents. Nous devons être une extension des mains de nos prêtres et aller là où ils ne peuvent pas pénétrer. Mais pour faire cela, il nous faut du courage. Nous devons recevoir Jésus, vivre avec Jésus, nous nourrir de Jésus. Nous avons peur de nous engager un peu plus et quand le Seigneur dit: "Cherchez d'abord le Royaume des Cieux et le reste vous sera donné par surcroît ",
Il dit tout, frères et sœurs. Cela veut dire de chercher le Royaume de Dieu de toutes les façons possibles et avec tous les moyens possibles, d'ouvrir vos mains afin de TOUT recevoir en surcroît. Tout cela parce qu'Il est le Maître qui paie le mieux, le seul qui est attentif à nos moindres besoins. Frères et sœurs, merci de m'avoir permis de poursuivre la mission qui m'a été confiée, celle de
vous faire parvenir ces pages …
La prochaine fois que vous assisterez à la Messe, vivez-la. Je sais que le Seigneur accomplira sa promesse que "votre Messe ne sera plus jamais la même. "Et quand vous Le recevrez, aimez-Le ! Faites l'expérience de la douceur de vous sentir reposer dans les plis de son
côté, transpercé pour vous afin de vous laisser son Église et sa Mère et pour vous ouvrir les portes de la Maison de son Père.
Faites-en l'expérience afin de pouvoir ressentir pour vous-mêmes son Amour miséricordieux par l'entremise de ce témoignage et essayez de le Lui rendre par votre amour d'enfant.

Puisse le Seigneur vous bénir,

Votre sœur en Jésus-le-Vivant,

Catalina Missionnaire laïque du Cœur eucharistique de Jésus


Droits d'auteur © 2004 par La Grande Croisade d'Amour et de Miséricorde. Tous droits réservés.
Ce livret est publié en accord avec L'Apostolat de la Nouvelle Évangélisation (ANE).
La permission est accordée de reproduire ce livret dans sa totalité sans aucun changement ou addition et en autant que les reproductions et distributions sont faites uniquement dans un but non lucratif.
Ce document est disponible sans frais en ligne et peut être téléchargé et imprimé aux sites Internet suivants: (il y en a d'autres) http://infoparoisseandloylivwierde.e-mo ... talina.pdf

On peut aussi le trouver version reliée à 3,70 euros sur RAS : https://www.asonimage.fr/search.aspx?q=catalina
Sur RAS, on le trouve aussi en lot de 10 livrets (20 euros) ou 50 livrets (50 euros).
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1306
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: Il te suffit de savoir que Je t'aime, toi, abandonne-toi...

Message non lu par zelie » jeu. 18 juil. 2019, 16:01

Puisque nous sommes plongés dans la beauté et l'amour de la Sainte Messe, je voulais parler du Précieux-Sang, car le mois de juillet est le mois qui lui est dédié, et c'est vraiment le moment de faire une neuvaine au Précieux-Sang. Il se trouve aussi que les grâces du Précieux-Sang sont des grâces que Jésus nous demande de déverser sur nos prêtres, lesquels prêtres, dans la tourmente de l'Eglise et celle de notre société matérialiste-relativiste, ont besoin de nos prières à un point qu'on peine à imaginer. Je vais donc rester quelques messages sur ces deux thèmes, car ce sont les deux thèmes préparatoires, anticipatoires du renouvellement de l’Eglise, et ce renouvellement de l’Eglise passera par les prêtres, et dépendra du renouvellement spirituel des prêtres. Ce ne sera pas un renouvellement uniquement par les prêtres futurs, il n’en est plus assez de temps, ce sera un renouvellement qui passera par les prêtres déjà là, ils seront renouvelés spirituellement à hauteur de nos prières pour eux.

de Cahier d'Amour tome 3, pages 12 à 18
Les temps sont graves. Beaucoup se jouent de Ma Présence réelle dans les églises ! On fait des églises où Je Suis, des salles de spectacles, là où devrait ne se célébrer que la Gloire de la Très Sainte Trinité. Et l’on croit pourvoir ainsi, peu à peu, anéantir Mon Eglise. On croit aussi désespérer ceux de Mes enfants qui me restent fidèles. Mais on se trompe. Ecoutez-bien !

Réjouissez-vous, enfants de mon Cœur, car toutes les églises où Mon Saint Sacrifice n’est plus célébré comme le VEUT MON PERE fermeront, les unes après les autres ! Toutes ! De même, toutes celles où l’on a mis MA TRES SAINTE PRESENCE REELLE sur le coté fermeront ! (…) Ne subsisteront que les églises où MON SAINT SACRIFICE EST REELLEMENT CELEBRÉ et c’est par LUI que vous serez de nouveau sauvés ! C’est pour cela, parce que Mon Saint Sacrifice célébré dignement vous sauvera, que vous devez vous réjouir !

Ce temps d’apostasie correspond en fait au temps où J’ai été déposé dans le tombeau.

En effet, après le Saint Sacrifice de la Croix, JE me suis laissé mettre au tombeau, près du Golgotha, sur le coté. C’est ce que l’on fait aujourd’hui avec moi. On me met sur le coté. Pour l’instant, Ma Sainte Mère, saint Jean, Joseph d’Arimathie, les saintes femmes sont encore à mes pieds, Me priant sans cesse et intercédant pour le monde, mais bientôt, comme ils ont dû refermer le tombeau, et rouler l’énorme pierre devant lui, on roulera la pierre devant Mes églises et elles seront gardées par les soldats de l’athéisme, de la franc-maçonnerie, et de Mahomet.

Ce temps où Je suis resté au tombeau (…) préfigure le temps que vous allez vivre. Ne craignez pas, enfants de Mon Cœur Transpercé, car durant ce temps, Je ne vous abandonne pas. Rappelez-vous que ce samedi saint (…) je suis descendu aux enfers ramener vers le Ciel toutes les générations des justes, depuis la création du monde. (…) Cette migration extraordinaire, (…) a fait de toutes ces âmes des intercesseurs pour vous (…)
Ce sont ces louanges que Ma Très Sainte Mère entendait et qui l’ont gardée dans la paix. Et c’est pourquoi vous pouvez vous réjouir, car vous êtes blottis sous son manteau et vous ressentirez comme elle, après ma mise au tombeau et la fermeture de mes églises, toute l’ardeur du Ciel qui prépare mon retour dans la gloire. Vous le verrez, vous le sentirez et c’est cela qui vous fera tenir.

(…) Restez sans cesse en prière.

Gardez-vous de recevoir la Sainte Eucharistie autrement que dans l’adoration de votre Dieu(…). Recevez non pas l’hostie, mais Ma Chair et Mon Sang !
(et en particulier en adoration et à genoux, voir livre, j’essaie de faire court).
Aimez-moi ! (…)
Adorez-moi pendant la Très Sainte Messe ! (…)

(…) Vous égarez les fidèles en faisant croire qu’on ne célèbre uniquement cette dernière (Sa Résurrection, note de moi). On célèbre Ma Sainte Passion qui a vu sa gloire dans ma résurrection ! (…) C’est pourquoi les messes où l’on célèbre un sacrifice sans adoration et sans compassion pour ma très sainte divinité n’honorent ni Mon Cœur, ni Mon Père, ni le Saint-Esprit ! Elles ne sont qu’un simulacre et Mon peuple, debout ou assis, ressemble plutôt aux soldats qui se riaient de Moi au pied de la Croix. Oh, abomination des abominations !

Mes aimés ! Agenouillez-vous durant la Sainte Consécration, prosternez-vous devant votre Dieu, demandez-moi pardon pour toutes les falsifications de mon Saint Sacrifice
(voir messages issus des « Visions de Catalina pendant la Sainte Messe », juste hier, juste au-dessus), aimez-moi !

Vivez ma Sainte Passion pendant la messe ! Voyez-moi flagellé, crucifié. Alors vous commencerez à pleurer et vous m’honorerez enfin.
Les temps sont graves. (…) Maintenant, il est très tard, mais il reste que le Cœur de Ma Mère peut tout sur celui de la Très Sainte Trinité. Il reste que vous pouvez abréger le temps de mise au tombeau par Elle et par Sainte Madeleine !
(Je vous renvoie aux Evangiles pour bien connaître la Passion, ainsi qu’au tomes 9 et 10 des écrits de Maria Valtorta, très riches en détails et qui colle parfaitement à tout ce qui est décrit de la Passion dans ces messages).

Vous pouvez non pas supprimer, mais abréger ce temps terrible. En suppliant. En vous mettant à genoux ! En vous prosternant ! Vos prières sont trop faibles ! Vos adorations paresseuses ! Vos supplication inexistantes ! Qui et que puis-Je sauver, si vous ne me le demandez pas ?

Quelques églises sont encore pleines le dimanche de gens assis, bavardant, recevant la Très Sainte Communion sans amour, dans la main, tout comme ils prendraient un verre d’apéritif, puis reviennent les mains ballantes ou croisées derrière le dos ! Combien de chrétiens catholiques suivant ainsi la messe les mains derrière le dos !

Mais joignez les mains, suppliez, implorez !
Qui le fera, si vous ne le faites ?
Qui peut croire, en vous voyant ainsi assister à Mon Saint Sacrifice et aux prières de la Sainte Messe, qu’il se passe là l’événement le plus grand du cosmos tout entier ?
Qui pourrait l’imaginer, en vous voyant ainsi ?
Mais regardez donc le Saint curé d’Ars. Regardez ses mains jointes, suppliantes. C’est avec elles qu’il a gagné les âmes. Regardez-le à genoux des heures ! Et ne prétextez pas que vous êtes fatigués ou trop âgés ! Trop âgés ? La plupart du temps vous avez fait des randonnées de plusieurs heures dans la semaine, de la gymnastique, de la natation, toutes sortes d’activités pour entretenir votre corps, et vous êtes fatigués devant le Saint des Saints, pour le supplier une petite heure de bien vouloir vous sauver !

Il faut cesser les demi-mesures, les offices irrespectueux, les entrées dans les églises sans vous prosterner devant Moi, les bavardages, les irrespects, l’ignorance de Ma Présence Réelle !

Il est temps,
il est temps si vous voulez que le temps de mise au tombeau s’abrège,
De m’adorer,
De partager vos biens avec les plus pauvres,
De vous séparer de la télévision malsaine.

Il est temps,
Il est temps de passer de longues heures en prière pour abréger le temps de malheur.
Mais qui écoutera ?
Qui préfèrera le chapelet à la télévision ?
Qui préfèrera l’humble prière à la culture ?

Hommes, hommes de peu d’intelligence, vous préférez donc souffrir ?

Mes enfants, mes enfants, l’heure est grave, c’est cela que vous n’avez pas encore compris !

Priez !
Priez Ma Sainte Mère !
Changez de vie !
Faites de vos maisons des sanctuaires, car il n’y en aura plus beaucoup ailleurs !

Priez !
Priez pour comprendre,
Et obéir,
A ma sainte et douce Volonté

De vous sauver,
Et avec vous l’Humanité !

Votre Doux Jésus méprisé.


Le ton est pressant, et ce message s’inscrit non seulement dans un corpus de plusieurs messages, mais se retrouvent dans d’autres révélations, sous différentes formes.
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1306
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: Il te suffit de savoir que Je t'aime, toi, abandonne-toi...

Message non lu par zelie » ven. 19 juil. 2019, 13:41

même opus, page 19 et suivantes :

Ô mes enfants, cessez de me prendre dans la main. (...) Recevez-moi!

Dans le rite si cher à Mon Coeur de la Sainte Communion dans la bouche, c'est Moi qui vous la donne. Vous la recevez.
Dans le rite malheureusement répandu de la Sainte Communion dans la main, vous la prenez et vous vous la donnez à vous-même.
Combien de grâces vous perdez ! Combien de grâces supplémentaires vous auriez si vous acceptiez que Je vous la donne Moi-même !
Vous qui m’aimez, laissez-vous aimer davantage ! Acceptez que je vous nourrisse de Moi-même, que Ma Main vous donne Mon Corps tout entier, dans lequel se trouve aussi Mon Sang !

Enfants de Mon Cœur, goûtez Mon Amour qui vient jusqu’à vous, jusqu’à vos lèvres pour vous nourrir, (…) laissez-vous abreuver directement par la Sainte Trinité, en recevant du prêtre la Sainte Hostie.

(…) guérissez en
recevant la Très Sainte Hostie. Toutes les guérisons sont là, si vous prenez conscience de ce qui se passe vraiment. Toutes les caresses de votre Dieu amoureux se déploient dans la Très Sainte Messe et dans la Sainte Communion. (…) La plupart des fruits de ce Très Saint Sacrement ne sont pas savourés, et ils ne laissent en vos âmes que très peu de traces. Ainsi vous ne grandissez pas (…)

Les temps sont si graves aujourd’hui ! Comment résisterez-vous aux assauts qui se préparent ! Vous ne serez pas prêts si vous ne M’écoutez pas.
(…) Revenez à une vie sacramentelle sainte ! Agenouillez-vous pour me recevoir, quelles que soient les réactions autour de vous. Ne vous cachez pas derrière la personne qui vous précède pour vous mettre à genoux ! N’ayez pas peur !

N’ayez plus de respect humain.
Honorez-moi dans ce saint geste et vous recevrez les véritables fruits de mon eucharistie que vous ne recevez pas actuellement !
Les temps aujourd’hui sont trop graves, ne le voyez-vous pas ?
Vous en parlez,
vous le savez, mais vous continuez à vivre une foi timide, une foi qui ne mesure pas ce à quoi elle va devoir se mesurer très vite.
Réveillez-vous !

Venez chercher mes grâces, toutes.
Vous en avez un besoin urgent
et avec vous
toute l’humanité !


Chers enfants, vous êtes si peu à Me connaître aujourd’hui
(il parle des chrétiens pratiquants réguliers, pas des dits « chrétiens » en général, note de moi) sur la terre de France et dans le monde ! Tant d’hommes, tant de femmes tant d’enfants ignorent Mon Nom, ignorent Ma Sainte Eglise, ne sont pas baptisés, n’ont aucune idée de ce que sont Mes Sacrements ! Ils sont des milliers, et vous, vous qui savez, que faites-vous ?
Il faut changer, m’aimer vraiment, me choisir, montrer votre amour, vous agenouiller dans la sainte église catholique où je suis présent corporellement !

Les musulmans honorent davantage Dieu, bien qu’ils ne le connaissent pas en la Très Sainte Trinité, mais nous écoutons leur prière, parce qu’ils n’ont pas peur
de se mettre à genoux,
au milieu des villes,
au milieu des campagnes,
dans leurs mosquées.
Ils n’ont pas peur de montrer leur foi et d’affirmer que Dieu existe.
Ils n’ont pas peur d’imposer à leurs enfants les devoirs de la pureté
et à leurs épouses le devoir de la pudeur.
Ils n’ont pas peur de se rappeler les lois de l’ancien testament !

Nous les écoutons.

Et vous, que faites-vous de ces lois et de celles du nouveau testament ?
Réveillez-vous !
Réveillez-vous !

Honorez-moi dans la Sainte église catholique,
prosternez-vous,
afin que ceux qui y pénètrent se convertissent !
Cessez d’y parler,
d’y tenir des conciliabules indignes de Ma Sainte Présence !
Suis-je vraiment Dieu pour vous ?
Mon amour n’exclut pas ma Toute-Puisssance.
Changez !
Changez ! Ainsi Je pourrai déverser sur vous les grâces dont vous avez un extrême besoin pour affronter le temps qui vient.

Enfants,
enfants bien-aimés,
écoutez-Moi.

Jésus-Christ,
vrai Dieu,
vrai Homme,
corporellement présent dans la Sainte Eglise Catholique,
outragé,
méprisé,
moqué par les siens.

Je suis.

Aimez-moi !


tout ce que j'ai mis en gras est en fait en majuscules dans le livre. La présentation est fidèle à l'original.
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1306
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: Il te suffit de savoir que Je t'aime, toi, abandonne-toi...

Message non lu par zelie » ven. 19 juil. 2019, 14:57

même opus, page 24 et suivantes :
Le Saint jour, ô combien saint, de la Pentecôte :

Je ne peux envoyer l’Esprit-Saint sans l’intercession de ma Très Sainte Mère ! Pour comprendre cette vérité, méditez (…) le Saint Evangile ! Méditez ce qu’on fait mes disciples après Mon Ascension !

(…) Mes disciples se sont réunis dans le cénacle avec Ma Très Sainte Mère, la Vierge Marie, pour prier.

C’est donc sous Son Ardente Intercession qu’ils se sont réfugiés ! Sans elle, ils n’auraient pas pu résister à la tristesse qu’avait engendré mon départ et n’auraient pas pu garder la foi ! C’est Elle qui leur a donné toute la force nécessaire. C’est par Elle qu’ils ont pu implorer et attendre dans la confiance ce que J’avais promis : la descente du Saint-Esprit sur leurs âmes.

Aujourd’hui , dans certaines églises dites catholiques, on fête la Pentecôte sans rappeler l’intercession de Ma Très Sainte Mère ! On omet de La nommer dans les homélies, de l’honorer, Elle, l’Epouse du Saint-Esprit ! Cette Eglise-là n’est plus Mon Eglise ! Je ne m’y reconnais pas et l’Esprit-Saint n’y descend plus ! C’est une fausse Eglise, contaminée par le Protestantisme, qui a écartelé tout mon Corps, sur la Croix ! Ô prêtres, la joie vous est ôtée !


(Ailleurs, Jésus explique que les Croix sur lesquelles il n’est plus représenté ou représenté sans ses attributs, clous, lance, couronne d’épines particulièrement lui cause la même peine et provient aussi de l’effet tâche d’huile d’une mentalité pro-protestante diffuse dans notre société, et que ces croix nues empêchent les enfants de comprendre certaines choses. Si je retrouve le message, je le mets dans un prochain post).
[/i]

Revenez, revenez à Ma Sainte Mère.

Le Saint Evangile vous l’enseigne, car il dit bien que les apôtres attendirent dix jours avant de recevoir Celui que J’avais promis. Pourquoi ?
Uniquement pour qu’ils apprennent à prier avec ma Sainte Mère.
Pour qu’ils se laissent enseigner par Elle, pour qu’ils se réfugient sous son manteau, pour qu’ils deviennent humbles comme Elle, pour qu’ils La reconnaissent comme leur Mère, puisque Je La leur avais donnée en mourant, par l’intermédiaire de Saint Jean et pour qu’ils apprennent à ne plus rien faire sans Elle. (…) Leur foi s’est ainsi enracinée en celle de Marie, leur certitude a été affermie et ils ont compris la puissance de Son Intercession.


(je rappelle ici qu’un des titres de Saint Joseph, qui n’a tiré sa putative paternité que de Marie, est « Terreur des démons », ce qui laisse imaginer la puissance accordée à Marie en comparaison, qui ne l’oublions pas est Reine des Cieux, Reine des Anges, Mère de Dieu à coté de tous les doux Notre –Dame de … qui révèlent plutôt la mère en Elle) (et que les Anges ne sont pas dodus ni poupins, mais sont les phalanges célestes et ils ne font pas toujours sourire).

C’est pourquoi il est illusoire de penser que J’envoie aujourd’hui le Saint-Esprit à qui ne prie pas dans la Sainte Eglise Catholique Ma Très Sainte Mère. Il est illusoire aussi de penser que l’on peut recevoir le Saint-Esprit autrement que l’ont reçu mes disciples.

Je vous rappelle ce qu’ils ont fait :
Ils se sont enfermés dans le Cénacle,
Sans aucune autre préoccupation que celle de prier !
Avec Ma Très Sainte Mère, ils ont supplié, ils ont imploré !

Ce qui veut dire que vous devez les imiter ! Il est demandé à tous les religieux et religieuses, à tous les consacrés de se retirer au maximum des occupations du monde, pour implorer dans le Cœur de Ma Très Sainte Maman la descente du Saint-Esprit dans les âmes !
Il est demandé à tous ceux qui sont dans le monde de prendre du temps chaque jour pour L’appeler, car cette descente ne se fait pas d’une manière magique !

Regardez encore mes disciples. Ils étaient déjà bien plus saints que la plupart d’entre vous. Ils avaient prié quasiment depuis leur naissance, étant nés dans des familles juives pratiquantes. Ils avaient continué de prier durant leur prime jeunesse, leur adolescence, puis dans leur vie d’hommes et ils ne cessaient pas d’appeler le Messie qui devait venir, quand ils m’ont rencontré.
Ils ont ensuite vécu avec Moi. Ils ont assisté aux miracles ,(..) ils ont entendus Mes enseignement, Mes soupirs, Ma prière. (…)
(Je vous renvoie à l’ouvrage « A travers les yeux de Jésus », excellent pour illustrer cette part intimiste des enseignements de Jésus, voir dans les lectures recommandées pour l’été, posts précédents).

Ils étaient bien plus saints que la plupart d’entre vous ! (…) Vous, la plupart du temps, ne M’avez connu que bien tard et le péché vous a sali longtemps avant que Je ne puisse vous laver ! (…) Comprenez que vous avez besoin (…) de beaucoup plus de prière, d’imploration pour Le recevoir, non que Je n’ai pas le désir de vous l’envoyer, mais parce qu’il ne peut venir s’il n’est pas désiré.

Honorez Ma Sainte Mère,
ne faites plus rien sans Elle,
afin que les temps se raccourcissent,
afin que sous son manteau Elle vous protège.
Suppliez –là pour les prêtres
qui la dédaignent,
qui ne connaissent pas son amour,
sa mission particulière en ces temps.


Ô fidèles, ne vous laissez pas détourner d’elle, envers et contre toutes les hérésies qui s’infiltrent dans mon église. En silence, si les prêtres ne l’invoquent pas, suppliez-là. Tenez votre chapelet contre votre cœur, blottissez-vous sans cesse et toujours plus en Elle.
Je vous enverrai ainsi une nouvelle effusion de Mon Esprit.

Jésus


Dernière modification par zelie le ven. 19 juil. 2019, 16:19, modifié 1 fois.
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1306
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: Il te suffit de savoir que Je t'aime, toi, abandonne-toi...

Message non lu par zelie » ven. 19 juil. 2019, 15:35

Puisqu'il est question de prier Marie, je vous invite à consulter le post d'aujourd'hui du fil sur la prière de Pères, où il est questions d'une dévotion mariale à travers l'icône de Marie Porte du Ciel, et je vous invite à aller faire un tour à la découverte d'un lieu de retraite, idéal pour se retirer et retrouver Marie dans notre prière, un des "foyer de charité", lieux approuvés par Marthe Robin, le foyer de charité de Chamonix : https://www.flatiere.org/
La Flatière est certainement l’un des plus beaux lieux qui soit pour faire une retraite spirituelle. Notre Foyer de Charité se situe dans la vallée de Chamonix à 1400 mètres d’altitude, face de la chaîne du Mont Blanc.

Ce foyer de charité est réputé comme étant le foyer de charité le plus beau du monde... Pour donner une idée du cadre et du ressourcement qu'on y puise.
Le programme 2019 des retraites, ce n'est pas trop tard pour s'inscrire pour le mois d'août : https://www.flatiere.org/wp-plus-flatiere/wp_progr.php
Les inscriptions se font en ligne, et surtout, ces retraites sont accessibles à tous quels que soient vos moyens :
Tous ceux qui désirent vivre une retraite doivent pouvoir séjourner au Foyer sans que leur situation financière ne soit un obstacle. Chacun est invité à y apporter une libre contribution selon ses réelles possibilités et la dépose dans le tronc placé à cet effet à la Chapelle de Nazareth. L’existence matérielle du Foyer repose essentiellement sur la participation des retraitants et le travail gratuit des membres de la communauté du Foyer.
bonne visite !
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1306
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: Il te suffit de savoir que Je t'aime, toi, abandonne-toi...

Message non lu par zelie » lun. 22 juil. 2019, 10:52

Prier pour nos prêtres à l’aide du Précieux Sang : urgence !

Le renouveau de l’église viendra des prêtres, ce qui est somme toute logique ; c’est toujours au berger de guider le troupeau, pas au troupeau de guider le berger… Cela traverse Sainte Thérèse, Sainte Faustine (Apôtre de la Miséricorde), particulièrement Bienheureuse Josepha (apôtre du Sacré-Cœur) et Monique-Marie (les cahiers d’amour), et totalement la révélation « In Sinu Jesu » puisque c’est le sujet du livre, les lettres de Padre Pio, les révélations de Mgr Ottavio Michelini (qui lui aussi ne parle que de renouveau de l’église) , et je pense beaucoup d’autres révélations dont je n’ai pas le souvenir en tête, ainsi que les lettres de notre Pape François. Donc aujourd’hui j’essaie de survoler ce point.

Il est à noter qu’en Irlande, à Knock, existe un centre marial, (le Père Verlinde, connu sur ce forum, a écrit un livre, « L’apparition de la Vierge Marie et de Saint Joseph à Knock ») qui est placé sous le patronage de Marie, notre dame de Knock, aidée de Saint Joseph et de Saint Jean l’évangéliste. Ce centre marial, préexistant à la révélation relative à « In sine Jesu », a été choisi par Marie pour accueillir les prêtres en besoin d’aide spirituelle, demande faite au prêtre auteur du livre « in sinu Jesu » . Ce centre va aider grandement au renouveau du sacerdoce et des prêtres, voir ci-dessous. Le prêtre irlandais inconnu qui a écrit « in sine Jesu » vivrait apparemment à Knock.

Sur Aleteïa : https://fr.aleteia.org/2018/08/24/knock ... irlandais/


De : In Sinu Jesu, au fil des pages. (éditions du Parvis, vente en ligne, déjà présenté)

Le renouveau de la vie religieuse suivra le renouveau de mon sacerdoce. De saints prêtres favoriseront l’éclosion de vocations à une forme sainte de vie consacrée, (…)
Les maisons religieuses dans lesquelles Je suis aimé, honoré et adoré se développeront. (…) Les âmes y seront attirées, et parmi elles, J’en appellerai beaucoup à devenir mes amis, mes consolateurs et même mes épouses.

(A contrario, note un peu plus bas : Ces maisons (= monastères et couvents) dans lesquelles Je suis négligé et traité avec froideur sont sur le point de s’effondrer. Elles ne subsisteront pas).

Tant de mes prêtres agissent comme des étrangers à mon égard. Ils se tiennent à l’autel (…) et dans leur cœur il n’y a pas d’amour pour Moi. (…)
J’attends leur retour. (…) Rien de ce qu’ils ont fait ne peut empêcher Mon Cœur de les aimer, et en les aimant Je ferai toutes choses pour eux, les lavant dans Mon Sang, les guérissant, et les rétablissant dans la compagnie de ceux qui m’aiment (…).
C’est ce que Je désire donner à tous mes prêtres, mais ils doivent d’abord consentir au don de mon amitié et vivre, comme Jean l’a vécu, dans l’intimité de Mon Cœur et du Cœur Immaculé de ma Mère.

Je vais renouveler la sainteté du sacerdoce dans mon église. Je vais répandre l’Esprit-Saint sur tous mes prêtres sous la forme d’un feu purificateur. Ceux qui accueillent ce feu ressortiront comme l’or du creuset, rayonnants de sainteté et dotés d’une merveilleuse pureté visible pour tous. Ceux qui refuseront mon feu s’y consumeront. Ils seront semblables aux branches stériles que l’on coupe et que l’on met de coté pour les brûler. (…) Les fils du Cœur Immaculé de Ma Mère seront préparés par Elle à cette œuvre qui est Mienne. Si tu désires recevoir le feu purificateur et sanctificateur, vis en présence de Ma Mère Immaculée, comme le faisais Saint Jean, (…) Celle qui était présente au cénacle lors de la Pentecôte par laquelle J’ai envoyé mon Eglise dans le monde est aussi au cœur de cette Pentecôte de sainteté par laquelle Je vais renouveler mes prêtres et donner encore une fois au sacerdoce de briller dans mon Eglise. (…)

Ceux qui sont proches de ma Mère Très Pure et l’invoquent comme Médiatrice de toute grâce ne seront pas déçus dans leurs attentes. Comme il me plaît d’accorder en abondance grâces et bénédictions par les mains pures de Ma Sainte Mère ! Elle est l’intendante et la dispensatrice de toutes les richesses déposées en Mon Sacré-Cœur pour les âmes. Les âmes qui se tourneront vers elles ne repartiront pas les mains vides.
Si seulement les prêtres passaient un peu de temps devant mon Visage Eucharistique (= le Saint Sacrement, en adoration), Je les guérirais, les purifierais, les sanctifierais, et les changerais en apôtres tout brûlants de la vive flamme qui consume Mon Cœur dans le Saint Sacrement. Mais ils restent au loin. Ils préfèrent tant d’autres choses, se mettent en quête de vanités qui les laissent vides, amers et las. (…) Mes prêtres seront renouvelés en sainteté et en pureté quand ils commenceront à Me chercher dans le Sacrement de Mon Amour.

Le grand renouveau de Mon Eglise débutera quand mes prêtres comprendront que Je veux qu’ils vivent en compagnie de ma Mère Immaculée. Quand ils se tourneront vers Elle et la reconnaîtront en tant que médiatrice de toutes les grâces, je donnerai des signes merveilleux de ma faveur à leur égard. Les prêtres seront transformés. Ils découvriront, comme pour la première fois, tous les pouvoirs qui leur ont été conférés au jour de leur ordination. Chez tant de mes prêtres, la pleine expression de mon sacerdoce est entravée et limitée. Je désire libérer toute la Puissance de mon sacerdoce en ceux que J’ai appelé et choisis pour me représenter – pour être Moi- à l’autel où Mon Sacrifice est renouvelé, et dans toutes les fonctions du ministère sacré.

Les évêques doivent donner un exemple de sainteté à leurs prêtres. (…) Le désir de Mon Cœur est que chaque évêque vive dans l’intimité de Ma Mère Très Pure, et apprenne ce que veut dire appartenir entièrement à Elle, totus tuus.

Ne t’y trompe pas ; le renouveau de mon sacerdoce dans l’Eglise procèdera d’un grand retour à l’adoration de ma Présence Réelle dans le Sacrement de Mon Amour.


Page 54 :

La Vierge Marie m’a parlé ainsi :
Je désire, mon cher fils, que Knock devienne une place de pèlerinage pour mes prêtres. Je ferai de Knock un lieu de guérison pour mes fils prêtres. Je restaurerai en eux la pureté et la sainteté de leur vie. (…)
Je désire que tous les prêtres deviennent conscients de la valeur infinie et de la puissance de ne serait-ce qu’une seule goutte du Sang de Mon Fils. Toi, (…) adore son Précieux Sang dans le Sacrement de Son Amour. (…)
Le Sang de mon Fils apporte pureté, guérison et vie nouvelle partout où Il coule. Implore la puissance du Précieux Sang sur toi et sur tous les prêtres. Toutes les fois que tu es appelé à intercéder pour les âmes, invoque la puissance du Précieux Sang sur elles et présente-les au Père couvertes du Sang de l’Agneau.
(…)

Les prêtres qui ne collaborent pas avec Ma Mère Immaculée seront entravés dans l’exercice de leur sacerdoce. (…)
Ma Mère est la gardienne de tous les prêtres et c’est Mon désir qu’elle soit reconnue comme telle. Le prêtre qui le sait aura un refuge dans la tentation ; il sera en sûreté sous le couvert de son manteau protecteur.



Nuit du jeudi saint 2008, page 72, c'est Jésus qui parle :

Ce soir Je les recherche (les prêtres). J’attends la venue de chacun d’eux auprès de Moi. Je ne cesse de désirer que ceux que j’ai choisi, même ceux qui ont laissé leur cœur s’endurcir contre Moi, se convertissent ce soir et trouvent le chemin de mes Tabernacles où Je les attends.
Il y a des grâces destinées à mes prêtres en cette nuit de mon agonie et de la trahison qui ne son données à aucun autre moment. Ce soir on M’a ligoté. Je suis déjà pris et Mes ravisseurs Me conduisent comme un agneau à l’abattoir. Je suis silencieux mais Mon Cœur veille et J’attends mes prêtres. Si seulement ils venaient à Moi, Je déferais les liens qui les retiennent en esclavage. Je leur donnerais la lumière dans les ténèbres spirituelles qui les oppressent. Je leur dirais des paroles de réconfort et de compassion.
Ta présence auprès de Moi ce soir me permet de toucher l’âme de beaucoup de prêtres qui sont restés éloignés de Moi. (…)
Je ne vais pas tarder à renouveler en sainteté le sacerdoce de Mon Eglise. Je suis sur le point de purifier mes prêtres des impuretés qui les souillent. Bientôt, tout bientôt, Je répandrai des grâces de guérison spirituelle sur tous mes prêtres. Je séparerai ceux qui accepteront le don de ma divine amitié de ceux qui endurciront leur cœur contre Moi. Aux premiers, Je donnerai une sainteté rayonnante, comme celle de Jean et de mes Apôtres, au commencement. Aux autres, J’enlèverai même ce qu’ils croient avoir. Il doit en être ainsi. Je veux que les prêtres de Mon Eglise aient le cœur pur et se montrent fidèles dans leur réponse à l’immense amour dont J’ai aimé chacun d’eux et à cause duquel je les ai choisis pour Moi et pour la réalisation des desseins de Mon Cœur. Ceux qui ne vivent pas dans mon amitié Me trahissent et font obstacle à mon œuvre. Ils ternissent la splendeur de sainteté que Je veux voir briller dans Mon Eglise. Je pleure à cause de leur dureté de cœur, et Ma Mère Immaculée, leur douloureuse Mère, pleure avec Moi à cause d’eux.




Page 201 :

Tu m’as été agréable en priant le Chapelet de Réparation et en offrant à Mon Père Mon Précieux sang pour la purification et la sanctification de mes prêtres (devant le Saint Sacrement, note). J’ai recueilli cette prière et Je l’ai présentée à Mon Père ; une abondance de grâces s’est déversée sur les prêtres de Mon Eglise en réponse à cette simple prière. De fait, je préfère les prières d’un cœur humble et simple, les prières faites sans prétention, dans la foi, l’espérance et la charité. J’entendrai les prières de ceux qui réciteront ce chapelet et mes prêtres en expérimenteront les fruits dans leurs vies.


page 351 :

Le Chapelet de Réparation
ou
Offrande du Précieux-Sang pour les prêtres

Sur un chapelet ordinaire :
Dieu, viens à Mon aide, Seigneur, viens à mon secours.

Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit,
Comme il était au commencement, maintenant et toujours,
Et dans les siècles des siècles. Amen.

Louange à Toi, Seigneur, Roi de gloire éternelle.
Alléluia.


Sur les grains du Notre Père :
Père Eternel,
Je t’offre les Précieux-Sang de ton Fils bien-aimé,
Notre Seigneur Jésus-Christ,
L’Agneau sans tache ni défaut,
En réparation des mes péchés
Et de ceux de tous tes prêtres.


Sur les grains du Je vous salue Marie :
Par ton Précieux-Sang, ô Jésus,
Purifie et sanctifie tes prêtres.


A la place du Gloire au Père :
Ô Père, toi de qui toute paternité tire son nom dans les cieux et sur la terre,
Aie pitié de tous tes prêtres, et lave-les dans le Sang de l’Agneau.



S’il vous plaît, au cœur de notre été et de nos vacances, n’oublions pas que nous sommes encore, pour une semaine, dans le mois du Précieux-Sang, et que même si l’idéal est de prier ce chapelet lors d’une adoration, on peut aussi le prier tous les jours où que nous soyons en se transportant en esprit près du Saint Tabernacle d’une église chère à notre cœur. Ce chapelet est source de merveilleuses grâces pour nos prêtres, qui ont besoin de nos prières pour retourner à l’adoration et à une fidélité mariale, deux conditions incontournables à leur renouvellement.
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1306
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: Il te suffit de savoir que Je t'aime, toi, abandonne-toi...

Message non lu par zelie » mar. 23 juil. 2019, 9:25

de: Le Coeur de notre Mère, Alan Ames, édition du Parvis

C'est la Très Sainte Mère de Dieu qui parle :
page 15:
Un fils est toujours un fils.
Une fille est toujours une fille. (...)
Même si on le nie, cela reste vrai.
Tous les hommes sont fils et filles du Très-Haut; et tous, s'ils le veulent, ont une place dans le Ciel.


page 317:
Il est facile de se laisser aller à de mauvaises pensées au sujet des autres et à partir d'elles de pécher plus gravement. Quand ces pensées te viennent à l'esprit, pense que Dieu aime toutes les personnes et que tu dois essayer de faire la même chose.


page 281:
Ceux qui croient être supérieurs aux autres sont des insensés.
Ceux qui croient qu'une race est supérieure à une autre sont aveugles.
Ceux qui croient que leur appartenance à une race les rend supérieurs aux autres sont les aveugles qui empruntent le chemin insensé qui peut les conduire dans les profondeurs éternelles de l'enfer, bien au-dessous de ceux qui vivront pour toujours dans la joie de Dieu.
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1306
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: Il te suffit de savoir que Je t'aime, toi, abandonne-toi...

Message non lu par zelie » mer. 24 juil. 2019, 9:45

Mechthilde Thaller von Schönwerth ("Ancilla Domini") était une mystique et stigmatisée allemande, née le 30 mars 1868 en Bavière et décédée en 1919. Elle était une mère spirituelle de prêtres , religieux et laïcs. Comme Padre Pio, elle allait les voir en bilocation, mais ses bilocations servaient surtout aux mourants et à réparer les sacrilèges. Elle avait des visions alléguées sur les anges dès quatre ans, puis plus tard sur la vie de Jésus et des saints , connaissait donc bien les anges , connaissait les reliques , le Cœur de Jésus et donc les bilocations. elle était mariée à un homme au-dessous de tout et supportait sa haine en silence.
Les extraits suivants sont du livre que Friedrich von Lama lui a consacré, avec imprimatur.


pages 32-33:
(Ancilla souffre les stigmates de la Passion et la violence de son mari, qui jamais ne saura les grâces dont elle est gratifiée. Ses stigmates n'étaient visibles que de certaines personnes, sa bilocation avait lieu la nuit. Elle souffre indiciblement, elle supplie les anges de l'aider à tout supporter : )
Je vis alors devant moi mon ange, d'une majesté resplendissante. Il se pencha sur mon lit et me dit :
"-Mais! Tu 'es pas seule! Jour et nuit, je veille auprès de toi, je compte tes soupirs, j'essuie tes larmes et porte tes prières devant le Seigneur. Mon frère, le compagnon de l'Archange Gabriel (un ange du même choeur, très grand, très puissant) est lui aussi, près de toi : il te donne la force pour supporter les amertumes dont tu seras accablée."
Je vis alors, auprès de mon ange, le compagnon de l'Archange Gabriel. Il avait une étole verte; dans son diadème vert étincelaient des pierres précieuses de couleur verte. Mon ange gardien, lui, a toujours un vêtement vert sombre. En le voyant, je fus saisie d'une grade tristesse*. Mais mon ange me consola :
"-Tu désires aimer Jésus, me dit-il, ce n'est que par la souffrance que tu parviendras à aimer Dieu de tout ton coeur. Courage donc!" (...)

Mon fidèle ange gardien est sans cesse auprès de moi: il est si aimable, si doux. Il porte toujours un vêtement vert, et dans la main, une fleur de la passion.


(*Quand l'ange est vêtu de vert, cela annonce de grandes souffrances à venir, et plus le vert est foncé, plus la coupe est pleine. )


(...) J'ai été trois nuits à (...). On y avait commis un horrible sacrilège contre le TS Sacrement, enfoncé le Tabernacle, éparpillé et piétiné les hosties consacrées. Avec mon archange, j'ai dû recueillir les parcelles d'hosties qui étaient en partie répandues sur le sol et en partie restées collées aux souliers des profanateurs, puis faire un acte de réparation devant le tabernacle....


page 40 :

Puis, plus tard, je vis Marie et sa cousine Elisabeth, mère de Saint Jean-Baptiste, travaillant à une grande couverture. Marie y faisait une très fine broderie sur le bord. Le travail coulait rapide de ses mains bénies. Je vis aussi Saint Gabriel lui présenter fil à broder, soie et laine. Elisabeth contemplait sans cesse la délicieuse personne de sa sainte cousine, si bien qu'elle s'embrouillait parfois complètement dans son travail de couture. Alors Marie souriait et prenait l'aiguille des mains d'Elisabeth. Oiseaux et papillons voltigeaient nombreux autour de l'heureuse demeure; l'air était limpide et transparent; oliviers et palmiers entouraient la maison, tout respirait un calme et une joie de paradis.
(les visions et le style de Mechtilde pour rendre ce qu'elle voit fait beaucoup penser aux visions de Maria Valtorta; on y trouve le même air limpide, le calme, l'anticipation du paradis par l'attitude de ceux qui vivent là)

pages 49-50 :
Chaque paroisse a son ange à elle. Il appartient au coeur des Principautés. Les anges de ce choeur sont grands, d'aspect majestueux; toute une cour d'anges les environne. Ils sont agenouillés devant le Très Saint Sacrement et prient nuit et jour pour les membres de la communauté paroissiale. Ils veillent à ce que les mourants reçoivent les derniers sacrements et que les enfants soient baptisés. Ils connaissent tous les paroissiens de leur église. Ils implorent le pardon de Dieu chaque fois que se produit un scandale. Ils se vouent généralement à la prière d'intercession. Ils adorent Dieu, qui caché sous les apparences de l'hostie, attend à l'église, ordinairement délaissé de tous. Les Principautés chantent, dans leur mystère, leur Sanctus ininterrompu, en offrant satisfaction pour la tiédeur de leur paroisse.
On n'invoque presque jamais ce choeur des anges. A l'âge de six ans, déjà, j'avais l'habitude, en allant à l'église, d'en invoquer l'ange et de le saluer. Quand j'entrais à l'église, je n'en avais plus le temps : déjà le Sauveur, mon plus grand amour, attendait ma salutation.
Ce culte rendu aux Principautés apporte avant tout l'amour de la prière et la persévérance dans la prière. Les anges de ce choeur sont vêtus de couleur améthyste ; ils portent par-dessus leur habit un manteau précieux orné de pierreries, comme une sorte de chape. Leur couronne est formée d'un diadème fermé, orné de deux étoiles. Ils ont toujours les mains jointes. Leur visage, tout d'amitié et d'affection, est empreint d'une grande tristesse quand quelqu'un reçoit les sacrements d'une manière sacrilège. Ils s'inclinent alors jusqu'à terre et font les plus sublimes prières réparatrices. Aucun prêtre ne saurait manquer de saluer l'ange de l'église ou de la paroisse auquel il est attaché. Les grâces qu'il recevra en échange sont d'une grandeur et d'une abondance inexprimables.
(...)
A chaque église est préposé un ange comme protecteur. Il présente à Dieu tous les sacrifices, les mérites, les prières, ainsi que les victoires remportées depuis la dernière Dédicace (fête de la Dédicace, note). Quelle joie, quand la coupe est pleine, et que l'encens des prières monte continuellement au Ciel! C'est aussi le jour où le prince céleste bénit la maison (le jour de la fête de la Dédicace, note). Il n'abandonne pas les paroissiens qui lui sont confiés ; il implore Dieu sans cesse, en demandant pour eux force et courage. Une mère ne saurait prier avec plus d'ardeur pour ses enfants que ne le fait cet ange.


Chaque choeur est ainsi minutieusement décrit, ainsi que chaque archange connu.
Dernière modification par zelie le dim. 11 août 2019, 18:54, modifié 1 fois.
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1306
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: Il te suffit de savoir que Je t'aime, toi, abandonne-toi...

Message non lu par zelie » mer. 24 juil. 2019, 14:04

Même livre, que post précédent, page 86 :

Mechtilde prie avec son ange gardien pour une âme du purgatoire qui a pu lui demander son aide. Il s'agit d'un prêtre, bon mais négligent, qui célébrait les messes, mais jamais à la même heure, d'où il s'ensuit que beaucoup de fidèles, lassés de ne pouvoir savoir à l'avance l'heure des messes, ont ratés des offices à cause de lui. Ce prêtre finit par être délivré et va être reçu au Ciel et sa réception donne une idée de la valeur d'un seul prêtre qu'on gagne au Ciel par la prière :
"... quand ce bon procureur (= prêtre) K. fut accueilli au Ciel, je vis entrer devant lui une grande femme très belle. Elle ouvrit au-dessus de sa tête une boîte en ivoire. Une pluie très fine, une merveilleuse rosée au parfum inexprimable, se répandit sur lui. Le visage de l'élu rayonnait; dans l'excès de sa joie, il étendait les bras. La magnifique dame (= ressemblant à un ange, note) s'agenouilla devant lui et lui mit au pieds des chaussures brillantes comme l'or. Je lui demandai:
-Qui es-tu?
Elle répondit :
-Je suis la Miséricorde ; lui est de ceux qui ont toujours marché sur mes traces. C'est pourquoi aussi, je l'ai oint de l'huile d'allégresse et le conduis sur la voie de la béatitude. Durant sa vie terrestre, il fut miséricordieux. Eh bien Moi, la Miséricorde Divine, je viens le rencontrer à la porte du Ciel.
L'ange de la Patience vint ensuite. Je le connaissais déjà. Son air habituellement si grave, je dirai même presque douloureux, avait fait place à une grande joie. Il tendit à l'élu la palme de la victoire. La Pureté Virginale vint à son tour, éclatante et majestueuse; elle lui remit le lys.
Puis j'entendis de nouveau, comme je l'avais entendu une fois déjà, le splendide "alléluia" des choeurs célestes et vis l'élu s'élever dans la Lumière sans fin.
J'en demeurai comblée de bonheur... "
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1306
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: Il te suffit de savoir que Je t'aime, toi, abandonne-toi...

Message non lu par zelie » mer. 24 juil. 2019, 16:05

un lien sur les anges, expériences de Mechtilde Thaller et Yvonne-Aimée de Malestroit, qu'on ne présente plus : http://www.spiritualite-chretienne.com/ ... oins1.html
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1306
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: Il te suffit de savoir que Je t'aime, toi, abandonne-toi...

Message non lu par zelie » sam. 27 juil. 2019, 13:47

de sixième cahier d'amour, pages 77-78 :

à propos de la confession

C'est de mon Coeur transpercé par la lance du soldat qu'ont jailli l'eau et le sang, l'Eau de la Purification et le Sang de la Vie Divine. C'est donc de la plus grande plaie et de la dernière qu'est sorti ce Sacrement de la Purification, le Sacrement de la Confession.
Ce n'était pas assez de mes souffrances, Je voulais vous donner en surabondance, après Ma mort, tout ce qui restait en Moi encore de vivant. Je voulais tout vous donner, que rien ne Me reste, que tout soit à vous, afin que vous n'ayez pas peur de Me donner tout vous aussi, toutes vos fautes, tous vos péchés, toutes vos folies.
Le Sacrement de la Confession a jailli de Ma plus grande plaie! Souvenez-vous en et désormais honorez cette plaie d'Amour en le recevant et en vous y laissant consoler et régénérer.

Votre Dieu aimant.

juste avant :
à propos des grains jetés en terre qui ne donnent pas de fruits tant qu'ils ne sont pas sur une terre fertile.
Qu'est-ce qu'une terre fertile? Comment rend-on une terre fertile?
(...) il faut la retourner, c'est à dire qu'il faut que le fond, ce qui est au fond, soit exposé à la lumière, à l'air, à la vie.
Il en est de même pour chacun d'entre vous. Pour que la graine de Mon Royaume germe en vous, il est nécessaire que vous exposiez à Ma Lumière tout ce qui en vous est caché et douloureux. Il est nécessaire que vous n'ayez plus peur d'aller chercher ce qui est le plus mauvais, le plus honteux, le plus méprisable, mais aussi le plus triste, le plus désespéré en vous, pour l'exposer à Ma Bonté qui guérit et restaure.
Demandez la grâce d'oser faire ce chemin, d'oser l'humilité de votre condition pour Me donner définitivement toute votre misère.

Je vous aime, ô mes enfants, Je vous cherche, Je vous désire vivants.
Votre doux Jésus.


Dernière modification par zelie le mer. 04 déc. 2019, 11:10, modifié 1 fois.
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1306
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: Il te suffit de savoir que Je t'aime, toi, abandonne-toi...

Message non lu par zelie » sam. 27 juil. 2019, 14:46

La confession suite, vue par Alan Ames, dans "Ramené à la vie", recueil de moments particuliers de sa vie. pages 60 et suite

Juste une remarque : Alan Ames décrit Jésus, je veux dire sa façon de faire, comme Josepha avant lui, ou d'autres âmes de cette catégorie. Ce qui est étonnant, car Josepha, petite âme simple parmi les simples, est au Ciel ce qu'Alan est à l'enfer. Alan était une boule de haine, âme faible aussi, mais dans un tout autre registre que celui de Josepha.

Il a dit qu'il aimait tous les hommes, (...) sans regarder à ce qu'ils sont ou a ce qu'ils ont fait. Dieu aime même le plus grand pécheur du monde, celui qui a commis les plus terribles péchés. (...)
C'était le plus grand jour de ma vie (...) ce fut aussi le moment le plus difficile, car Il m'a fait revenir sur beaucoup de péchés que j'avais commis, et il y en avait tant. Il semblait que je n'avais pas arrêté une seconde de pécher. (...) Il m'a montré en quoi mes péchés avaient contribué d'une façon ou d'une autre à le faire souffrir.
Le plus petit péché maintenant semblait si grave, même mes pensées au sujet des autres, mes pensées d'aversion, de haine, de frustration. Ils semblaient peser si lourd, et si vous pouvez imaginer ces petits péchés qui semblaient si gros, imaginez la gravité des gros. C'était terrible.
Jésus m'a montré la façon dont mes péchés blessaient les autres, la fréquence avec laquelle je les avais amenés à pécher parce qu'ils avaient répondu par la haine, la colère, la violence. Il m'a montré l'état de putréfaction de mon âme, oui, absolument.
(note: Josepha elle, avait vu son âme sous la forme d'un marécage encombré d'arbres morts, glauque et puant. Pourtant, Josepha était douceur, humilité et obéissance, pas Alan). Je me sentais si gêné, j'avais tellement honte, j'aurais voulu être ailleurs mais je ne pouvais pas m'en aller et Jésus ne me quittait pas. Il était là pour me dire qu'il m'aimait. Je me sentais si indigne.
J'ai vu Jésus au jardin du Gethsémani qui prenait sur son Coeur la douleur, les blessures, les souffrances provenant de mes péchés et de ceux de tous les autres, depuis le début des temps jusqu'à la fin. Pas étonnant qu'Il ait sué du Sang!
J'ai vu mes péchés dans la flagellation, mes péchés dans la couronne d'épines. Je voyais Jésus qui portait la Croix, avec moi assis dessus, avec mon orgueil qui l'alourdissait toujours plus. J'ai vu mes péchés dans chacun des clous, et dans la lance qui lui pénétrait le côté. (...)

Je voyais maintenant chacun de mes mensonges, chacune des blessures que j'avais infligés aux autres étaient autant de blessures pour Jésus quand il souffrait et mourait sur la Croix. Chaque fois que j'avais fait des commérages avec d'autres, j'avais été au pied de la Croix, cancanant sur Jésus souffrant et mourant sur la Croix. Chaque fois que je m'étais moqué des autres, c'était de Lui souffrant et mourant sur la Croix dont je me moquais. Tout ce que j'avais fait de mal, c'était à Jésus que je l'avais fait, à Lui qui souffrait et qui mourait en Croix. (...)
Je suis tombé à genoux suppliant Jésus de me faire mourir et de m'envoyer en enfer parce que je ne méritais pas de vivre. (...) Jésus m'aimait, comme il était bon et combien je l'avais maltraité pendant toute ma vie. (...) Je n'ai jamais aussi profondément souffert (...)
En vérité, j'avais le coeur brisé. Je sanglotais (...) Je suis resté recroquevillé sur le sol cinq heures durant, à pleurer, pleurer, supplier de mourir. Jésus ne cessait de me dire qu'il m'aimait et qu'il voulait me pardonner
(note : du haut de sa croix, le sang coulant sur son visage). (note: cela se répète sur deux pages).

Au bout de cinq heures, j'ai rassemblé mon courage et j'ai demandé à Jésus de me pardonner. Ce fut incroyable. C'est comme si on m'avait enlevé un poids. C'était le poids de mon péché qui m'était enlevé, et c'était merveilleux. Je me sentais requinqué, renouvelé, je n'étais plus le même. J'ai su à cet instant que j'aimais Jésus (...) J'ai su que la plus grande chose qu'on pouvait posséder dans l'existence, c'était son amour, et que je ne voulais plus jamais le perdre. (...) Je lui ai promis à cet instant-là de faire tout ce qu'il voudrait de moi, quoi qu'il me demande. (...) il me fait tenir ma promesse. Il me la rappelle chaque fois que je refuse de faire quelque chose.
(Alan explique en commentaire que le plus dur fut de se pardonner à lui-même, et que cela lui a pris plusieurs mois).

Puis Jésus m'a dit: "Vas te confesser".
-"Attends, ai-je dit, pourquoi ai-je besoin d'aller me confesser. Après tout ce par quoi je suis passé! Cinq heures à pleurer à chaudes larmes, à Te supplier de me laisser mourir et de m'envoyer en enfer? Tu m'as fait revivre tous les péchés que j'ai commis, et c'était terrible et si douloureux, et puis Tu m'as dit que Tu me pardonnais. Pourquoi ai-je besoin maintenant d'aller me confesser? "

(note: Alan est le contraire de l'obéissance, de l'humilité et de la promptitude. Au début de ses charismes, il voyait son ange gardien seulement. Mais cela ne l'a pas plus ébranlé que ça, car il était gravement alcoolique, voyou et bagarreur. Il répondait donc sans arrêt à son ange sans jamais obéir à ses conseils ou ses demandes, à tel point que son ange lui est redevenu invisible. Pour continuer le nettoyage de son âme, le Ciel lui a envoyé Sainte Thérèse d'Avila, âme aussi entêtée que lui était gravement atteint par toutes ses déchéances, et là, il a commencé à changer. Ce qui est relaté ici, c'est la première fois qu'il voit Jésus, et donc, on sent qu'il lui reste du chemin à faire pour amender son fichu caractère et son insolence).

suite dans le post suivant:
Dernière modification par zelie le sam. 27 juil. 2019, 15:39, modifié 3 fois.
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1306
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: Il te suffit de savoir que Je t'aime, toi, abandonne-toi...

Message non lu par zelie » sam. 27 juil. 2019, 15:33

Je pensais que le Sacrement de Pénitence était un instrument de pouvoir remis au prêtre auquel on va se confesser pour lui dire ce qu'on a fait de mal. Alors il te passe un savon, te donne quelques prières à dire comme pénitence, tu sors du confessionnal, tu les dis aussi vite que possible et tu files hors de l'église. Quand tu aperçois le prêtre la prochaine fois, tu lévites car tu sais comme tu es mauvais, donc tu fais un détour.
Ce n'est pas cela du tout, a dit le Seigneur. "Tu as besoin d'avoir la grâce du sacrement du pardon pour t'aider dans tes faiblesses. C'est à cause de cette grâce et d'autres que tu reçois à travers le sacrement, qu'il est l'objet de tant d'attaques
(= dénigrement par les non-catholiques et même par les catholiques)".
La confession est là pour nous aider, pour nous fortifier, pour nous purifier, nous laver, nous guérir et nous rapprocher de plus en plus de Dieu. Ce n'est pas étonnant que le mauvais l'attaque et le fasse apparaître comme quelque chose qui n'a pas de valeur, dont nous n'avons pas besoin.
Le Seigneur a dit que le Sacrement du Pardon est le lieu où l'Esprit-Saint lave et guérit ton âme même. Que c'est important d'aller confesser tous ses péchés.

Je suis donc allé me confesser, je suis entré dans le confessionnal et j'ai dit : "bénissez-moi, mon Père, car j'ai beaucoup péché. J'ai volé ce petit truc et j'ai dit ce petit mensonge. Pardonnez-moi pour tout ce que j'ai fait d'autre", et ça couvrait tous les gros péchés, toutes les fautes terribles, parce que je n'avais pas envie de les avouer. Je ne voulais pas que le prêtre sache à quel point j'étais mauvais.

Le Seigneur m'a dit quand je suis sorti du confessionnal : "ne fais pas ça ! Comprends qu'en avouant pas tous tes péchés, tu retiens la douleur, les blessures et les souffrances. Si tu ne confesses pas toutes tes fautes, tu as des remords et c'est facile pour Satan de te conduire à pécher de plus en plus. Mais tu gardes aussi ce péché sur le coeur, il pèse sur ton âme même, et cela crée en toi une faiblesse, une porte d'entrée par où le diable peut pénétrer et te conduire à pécher de plus en plus et t'éloigner davantage de Dieu. "
"Comprends aussi que j'ai été avec toi depuis ton premier soupir et que Je serai avec toi jusqu'au dernier., a dit le Seigneur. Je sais tout ce que tu as fait. Je connais tous les péchés que tu as commis, chacune de tes mauvaises pensées, de tes mauvais sentiments, tout ce que tu as dit de mal! Même quand tu étais seul à pécher, pensant qu'il n'y avait personne, J'étais là à te regarder. Il n'y a rien que tu puisses me dissimuler, c'est juste toit que tu blesses. Comprends-moi, je te connais à fond mais Je t'aime tant que Je te pardonnerais tout. "
"J'ai donné Ma Vie pour que tu sois pardonné, j'ai versé Mon Sang pour laver ton âme même, et tout ce que Je te demande, c'est d'aller te confesser, que tu reconnaisses tes péchés, que tu les avoues sans rien retenir en comprenant que Je les connais déjà tous. Je t'aime tant que Je te pardonnerai tout, absolument tout. Mais Je t'en prie, n'en retiens aucun , car ce faisant tu ne fais que te blesser toi-même".
"Ne sois pas gêné devant le prêtre, car c'est l'Esprit-Saint qui agit à travers lui et il ne s'accrochera pas à ces péchés. L'Esprit-Saint l'aidera à les oublier, aussi n'y pensera-t-il pas quand il te verra. Ils auront disparu. Comprends d'où viennent ces sentiments de honte, de gêne. C'est Satan qui travaille ton orgueil pour que tu ne te confesses pas."

Jésus m'a montré que c'est l'Esprit-Saint, dans le confessionnal, qui touche ton âme, ton esprit et même retire de toi la saleté du péché.
"Je veux, a-t-il dit, que tu regardes tes péchés en face, que tu les acceptes, puis que tu viennes me trouver en disant "Seigneur, pardonne-moi", et je le ferai car Je t'aime. Je te pardonnerai tout."

Le lendemain, je suis allé me confesser et j'ai avoué tous les gros péchés dont je pouvais me rappeler. J'étais là, à pleurer, et j'avais tant pitié du prêtre. Je suis resté là si longtemps. Puis je suis sorti du confessionnal et j'ai fait à toute vitesse la pénitence que m'avait donné le prêtre, et je me suis précipité hors de l'église.
"Ne fais pas ça! m'a dit le Seigneur. Cette pénitence n'est pas une punition, et ce n'est pas non plus une prière que tu dis pour l'oublier ensuite. La pénitence est un fil conducteur que te donne l'Esprit-Saint pour t'aider à surmonter tes faiblesses, pour t'aider à vaincre le péché. Et tu devrais prendre le temps de regarder ces prières en demandant à l'Esprit-Saint de te montrer le message qu'Il te donne à travers elles. Si tu fais cela, tu verras en toi une ligne de conduite qui représente le message de l'Esprit-Saint pour toi, qui est là pour t'aider. "
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1306
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: Il te suffit de savoir que Je t'aime, toi, abandonne-toi...

Message non lu par zelie » sam. 27 juil. 2019, 15:55

des prières peuvent aider à se préparer à une confession :

Couronne du Sacré-Coeur

V./ O Dieu ! venez à mon aide.
R./ Seigneur, hâtez-vous de me secourir.
Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit, …

01. Mon aimable Jésus, quand je réfléchis à la bonté infinie de votre Cœur, et que je le vois plein de compassion et de douceur pour les pécheurs, je sens le mien tressaillir d'allégresse, et j'ose espérer que vous daignerez m'accueillir favorablement. J'ai commis à la vérité une multitude de péchés ; mais maintenant je les déteste et je les pleure, à l'exemple de Pierre et de Madeleine, parce qu'ils vous ont outragé, vous qui êtes le souverain bien ; accordez-m'en le pardon. Puissé-je mourir plutôt que de vous offenser à l'avenir !

Ici l'on récite un Pater, cinq Gloria Patri, et l'Aspiration : Divin Cœur de Jésus, donnez-moi pour partage de vous aimer toujours, et toujours davantage, ou Doux Coeur de mon Jésus, faites que je vous aime toujours de plus en plus.

02. Je bénis, ô Jésus ! votre Cœur si humble, et je vous remercie de ce qu'en me le donnant pour modèle, non seulement vous m'excitez puissamment à l'imiter, mais encore vous me montrez et vous m'aplanissez le chemin du ciel par vos humiliations. Ingrate et insensée que j'ai été, que de fois je me suis égarée ! Pardonnez-moi : non, plus d'orgueil ; je veux désormais vous suivre dans les humiliations avec un cœur humble, et obtenir la grâce du salut. Donnez-moi la force qui m'est nécessaire, et je bénirai à jamais votre Cœur adorable.

Un Pater, cinq Gloria, et l'Aspiration.

03. Je vous remercie, ô Jésus ! de m'avoir laissé tant d'exemples d'une patience invincible. Vous condamnez hautement ma délicatesse qui ne peut rien souffrir. Remplissez mon cœur de votre ardent amour pour la pénitence, afin qu'après avoir marché dans la route du Calvaire, je parvienne au séjour de la gloire et du bonheur.

Un Pater, cinq Gloria, et l'Aspiration.

04. A la vue de votre Cœur plein de douceur, aimable Jésus, j'ai horreur du mien, qui est si différent du vôtre. Hélas ! il n'est que trop vrai qu'un geste, une parole piquante, un rien suffit pour me troubler et m'affliger ; pardonnez-moi mes emportements, et accordez-moi la grâce d'imiter à l'avenir, dans les contrariétés, votre inaltérable douceur, et de jouir toujours de la paix que vous êtes venu apporter sur la terre.

Un Pater, cinq Gloria, et l'Aspiration.

05. Oui, mon Jésus, que l'on chante les louanges de votre Cœur sacré, vainqueur de l'enfer et de la mort ; il le mérite bien. Pour moi, je suis plus confuse que jamais en voyant le mien tellement pusillanime qu'il craint la moindre injure ; mais à l'avenir il n'en sera plus ainsi. Accordez-moi le courage qui m'est nécessaire pour combattre et vaincre sur la terre les ennemis de mon salut, afin de triompher avec vous dans le Ciel.

Un Pater, cinq Gloria, et l'Aspiration.

Sainte Vierge Marie, Mère de mon Dieu et ma tendre mère, je vous en supplie par les mérites de votre très-saint Cœur, obtenez-moi une vraie et constante dévotion au Cœur sacré de votre divin Fils, afin que, lui consacrant toutes mes pensées et mes affections, je puisse remplir constamment mes devoirs, et m'appliquer toujours, et dès aujourd'hui, à le servir avec une sainte allégresse.

V./ Cœur de Jésus, brûlant d'amour pour nous,
R./ Embrasez nos cœurs d'amour pour vous.

Prions: Accordez-nous, ô mon Dieu ! d'être enflammées de ce feu que N.S.J.C. a tiré du fond de son Cœur adorable pour l'apporter sur la terre, lui qui étant Dieu vit et règne avec vous, en l'unité du Saint-Esprit, dans tous les siècles des siècles.


Manuel de piété à l'usage des élèves du Sacré-Cœur, Paris, Lecoffre Fils et Cie, 1871.

d'autres prières au Sacré-Coeur ici : http://www.spiritualite-chretienne.com/ ... ere_e.html
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités