La prière des pères

« J'enlèverai votre cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair. » (Ez 36.26)
Règles du forum
Forum d'échanges et de partage sur la spiritualité chrétienne
Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1590
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: La prière des pères

Message non lu par zelie » dim. 21 juil. 2019, 18:03

De:" le Coeur de notre Mère", éditions du Parvis, 2007, 345 pages, de Alan Ames. Alan Ames est une âme australienne gratifié de nombreux charismes difficiles à porter, totalement obéissant à son évêque (de Perth), qui lui a demandé de parler de ce qu'il reçoit. C'est un auteur que j'ai déjà présenté sur le fil "il suffit de savoir que Je t'aime etc" dans les lectures pour l'été.

page 79 : C'est Marie, mère de Jésus qui parle à Alan
Les relations sexuelles
Les relations sexuelles sont importantes dans l'amour conjugal, mais on ne devrait pas les considérer comme la chose essentielle. Si cela arrive, cela cause des dégâts à l'intérieur du mariage. En effet, comme le temps passe, la familiarité engendre un désir de changement chez beaucoup, qui recherchent alors des émotions nouvelles, et adoptent une conduite qui va transformer les relations sexuelles, qui ne sont plus des actes d'amour mais des actes de désir.
Comme ce désir grandit, il est fréquent que des actes impurs soient introduits dans la relation conjugale. Et comme ceux-ci deviennent plus habituels, pour satisfaire le désir, on recherche des façons de faire plus dépravées. Le mariage est bientôt affaibli, étant donné que le mari et l'épouse commencent à se considérer simplement comme des objets de désirs. Pour beaucoup, finalement, toutes les barrières tombent, et ce qui était un acte d'amour devient un acte de débauche. Il arrive que les gens oublient pourquoi ils sont mariés et quel don précieux représente le mariage, car il n'est plus maintenant qu'un moyen de satisfaire ses désirs.
Souvent, on se tourne vers d'autres personnes et on abandonne le conjoint, parfois même pour des partenaires de même sexe. Le mariage est alors détruit et Satan sourit car il a trompé des personnes de plus, en leur faisant croire que leurs désirs sont plus importants que l'amour. Si on se souvient toujours, que dans un mariage, c'est l'amour qui a la priorité, et que le sexe est l'expression de cet amour, le mariage grandit au lieu de se désagréger.
Le sexe, comme tous les dons que Dieu fait, peut être une grande joie si on lui attache une grande valeur, ou un fardeau s'il est égocentriste.

Luc 20: 33 duquel d'entre eux sera-t-elle donc la femme? Car les sept l'ont eue pour femme.


La citation de Luc fait partie de la page copiée, elle n'est pas de moi cette fois.

Je voudrais juste souligner deux points:
le premier, c'est qu'à chaque fois que je commence à lire une page, je me demande toujours où ça va aller, en clair je ne suis pas très à l'aise, ou très étonnée du moins que Dieu "parle de ça aussi". ET en fin de compte, je trouve toujours que tout est dit avec un tact infini qui n'exclut pas la justesse et dit quand même tout ce qu'il y a à dire, et le dit avec une ineffable miséricorde... Il y a du geste chirurgical dans la façon de Dieu, ce n'est pas pour rien qu'il est "médecin des âmes".
Le deuxième point, c'est que le sujet soulevé aujourd'hui s'invite de plus en plus dans notre quotidien, du moins celui de ceux qui vivent perchés sur un hot point des débauches estivales. Je passe chaque jour, pour aller au travail, devant une boite échangiste... Que de personnes souffrent en silence dans leur couple et n'arrivent pas à faire bouger les choses, puis un jour en parlent parce que le (la) conjoint.e est parti.e ... Depuis que j'ai vu un reportage dessus, je mesure toute la détresse des gens qui s'y perdent, surtout que dans le reportage en question, la sociologue parlait des mariages des quinquas qui s'y adonnaient par désir de renouveau, et dans lesquels les femmes suivaient leur mari par peur de le perdre et de divorcer. Que de souffrances, que de souffrances, dans ces couples... Et n'allez pas croire que les "îles" de boites de nuits ne soient fréquentées que de jeunes... Ce sont les couples de 50 à 80 ans qui ont le plus de moyens financiers, et avec ces moyens viennent les désirs et l'arrogance...
Puissent ces familles retrouver le chemin de la tempérance et du respect, du calme et du détachement, pour retrouver le chemin de l'amour du couple avant leur passage vers Dieu...
Et bravo aux diocèses des côtes méditerranéennes les plus fréquentées l'été de jouer autant le contraste, avec l'affirmation nette de leur foi et pour certains prêtres le port de leurs soutanes...
Mais le phénomène est tel que toute prière est la bienvenue.

PS: à propos de l'autre qui sourit quand le couple sombre: Jésus expliquait une fois que cet autre riait à pleine gorge quand il avait persuadé quelqu'un de persister dans l'erreur, particulièrement quand il avait réussi à lui faire croire dur comme fer qu'il était homosexuel, et combien il jouissait de nous trouver si naifs et si faibles en général. Chose où apparemment Jésus avait un autre avis. Si retombe sur le passage, je le mettrais à l'occasion.
Maria Simma aussi, ainsi que Padre Pio, qui ont eu à se battre pas mal contre cet autre, décrivaient la joie qui s'emparait du trompeur lorsqu'il arrivait à ses fins, à détourner quelqu'un même d'une seule ligne de l'évangile.
Dernière modification par zelie le dim. 21 juil. 2019, 22:13, modifié 2 fois.
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1590
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: La prière des pères

Message non lu par zelie » dim. 21 juil. 2019, 18:24

De : Le Coeur de la Mère, page 13 :

Quand, dans une famille, l'amour tient la première place dans toutes les pensées et les actions des membres de cette famille, ceux-ci deviennent plus proches les uns des autres.

(Je peux témoigner à quel point c'est vrai, j'ai vu des familles, la mienne en premier, changer complètement leurs destins en mettant l'amour à la première place!)

Il en est de même pour la famille qu'est l'humanité. Si celle-ci met l'amour à la première place, les hommes ne peuvent que se rapprocher les uns des autres et de Dieu.
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1590
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: La prière des pères

Message non lu par zelie » mar. 23 juil. 2019, 11:40

de: Le Coeur de la Mère, page 27 :

Travail (...)
Amour(...)
Dieu, Dieu, Dieu

Montre ton amour de Dieu dans ton travail
et
fais de ton amour pour Dieu ton travail.
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1590
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: La prière des pères

Message non lu par zelie » mer. 24 juil. 2019, 14:55

Mechtilde Thaller von Schönwerth est une mystique stigmatisée allemande présentée ce matin dans mes deux derniers posts (du 24/07/2019) dans le fil "Il te suffit de savoir que Je t'aime, toi, abandonne-toi".
Je fais un apparté ici pour illustrer un point du post consacré aux relations sexuelles où il est mentionné combien le diable rit aux éclats de nos erreurs, et encore plus quand nous y persistons car nous pensons dur comme fer faire des choses correctes qui nous correspondent, alors que lui sait bien mieux que nous combien seuls les conseils divins sont à prendre pour vérité, pas nos impressions, fut-ce les plus ancrées.

Mon ange m'a avertie aujourd'hui que (...) je devais me montrer très prudente, et si je voyais un archange, prendre bien garde si oui ou non son étole portait une croix. Si la croix manquait, je devais lui ordonner, au Nom de Jésus, de dire qui il était. (...)
Aujourd'hui, je suis fort incommodée par un bel ange, mais dont l'étole n'a pas de croix. Deux fois déjà aujourd'hui, il m'a dit que j'étais destinée à être damnée; que je devais me faire une existence la plus commode possible* et qu'il m'y aiderait. Au cas où je n'aurais aucun désir de bonheur terrestre*, je devais mettre fin à ma vie, d'ailleurs sans valeur aucune*. Cette seconde tentation fut très forte. J'appelai au secours mon archange et l'ange déchu disparut.
L'ange sans croix me donne toujours clairement à comprendre que je n'ai absolument rien à attendre de la vie, sinon des crève-coeurs et des peines d'âme et que je devrais en finir avec cette existence. J'étais très fatiguée et oppressée quand il me tint ces propos. Je n'avais nulle envie de lutter longtemps....

Elle résiste comme elle peut et : "je vis alors sa beauté se changer en laideur hideuse. Mon archange me posa sa main sur les yeux pour me délivrer de cette horrible vision."

* La vie de Mechtilde n'a connu aucun amour (elle a renoncé à 4 ans à tout amour humain), ni de sa mère, ni de son mari, homme violent et esclavagiste qui la maltraitait au-delà de l'imagination, à tel point qu'elle n'avait presque pas le droit de dormir. Je cite : "il trouvait un plaisir diabolique à martyriser jour et nuit son épouse physiquement, moralement et spirituellement. Sa brutalité et son inconstance d'humeur ne connurent durant des années, aucune limite, même quand il vit Mechtilde gisant devant lui, mourante". On comprend alors à quel point le trompeur s'est insinué dans une tentation qui rejoignait exactement le sentiment de Mechtilde, et à quel point il l'exacerbait. Ne nous y trompons pas, il fera pareil avec tout le monde. Pour le faire partir, Mechtilde appelle son ange.

Un jour, Mechtilde, qui vit constamment entourée d'anges et de saints, et de la Vierge Marie, dont dès quatre ans elle essuie les larmes sur une image en cachette de sa mère, est informée qu'il faut qu'elle intervienne pour qu'un séminariste (élève du mal, mais personne ne peut s'en douter) ne soit pas admis à l'ordination dans le séminaire où son directeur spirituel est enseignant. Ce qui met une belle pagaille, car le candidat est brillant, donc comment persuader un séminaire de la chose sans dire d'où cela vient? Le directeur spirituel de Mechtilde peine beaucoup dans cette tâche. Mechtilde aussi est torturée :
"...Alors, le démon éclata de rire et hurla : Mais, tu ne deviendras pas une sainte, naïve fille que tu es! Comment as-tu osé dérober un prêtre à Son Créateur? (...) Voilà qu'aujourd'hui, par ta faute, un candidat de moins a été ordonné prêtre! Jamais Dieu ne te le pardonnera ! Il serait devenu un saint, il aurait rendu à l'Eglise les plus grands services ! "
Ce qui est entièrement faux, mais encore une fois, le trompeur rejoint Mechtilde pile sur ses doutes.

Il la rejoint aussi sur l'obéissance, la poussant non pas à désobéir complètement, mais à désobéir un tout petit peu, en ne notant pas tout dans son journal (chose demandée par son confesseur, à l'instar de Sainte Faustine ou de Bienheureuse Josepha) ou de ne pas tout confesser ( oublier les mouvements de son amour-propre, pour en rester aux actes) . Là aussi, son ange arrive et couvre ses yeux, le temps de faire disparaître le faux-ange.

Il la tourmente aussi sur ses péchés, qui lui sont présentés comme si la Miséricorde n'existait pas, ni les mérites de la Passion que Jésus a acquis pour nous :
"Aujourd'hui, je me sens de nouveau très abandonnée, fatiguée à en mourir. Et voici que toute la souffrance de ma vie entière m'est tombée sur le coeur avec un poids écrasant, ainsi que mes nombreuses omissions. J'ai vu alors devant moi une étrange apparition. Elle était enveloppée d'un brillant vêtement de couleur bleue, brodé d'or (note: ce qui correspond à un ange d'un choeur élevé). On peut dire qu'elle était belle, mais il y avait en elle un je ne sais quoi d'indéfinissable, qui me faisait mal et me causait de la répulsion. Cette apparition commença à parler à voix basse, me mettant devant les yeux tous les péchés de ma vie. Elle déplorait amèrement qu'il fût impossible de réparer pour tant de bien que j'avais omis de faire. Ce fut alors comme une épée (de désespoir) qui traversa mon âme. (...) il me vint tout de suite cette pensée : "si je prête plus longtemps l'oreille à ces propos, je tombe dans le désespoir. Il est impossible qu'un bon esprit tienne un tel langage." (...) (L'apparition) continuait à baisser les yeux. Alors, je l'interrompis brusquement dans l'énumération sans fin de mes négligences (...) -il en était seulement à la quinzième année de ma vie!- et lui dis : "au Nom de Jésus Crucifié, je t'ordonne de lever les yeux et de me regarder!" Le beau visage se décomposa en une horrible grimace et deux yeux effrayants, pleins de haine, -les yeux du démon- me regardèrent. (Elle répond: ) tous les péchés que tu m'as énuméré, je les ai commis et mille fois plus encore. Mais (...) ma confiance dans les mérites de Jésus crucifié est, elle aussi, infinie.
.
Dernière modification par zelie le dim. 11 août 2019, 19:05, modifié 1 fois.
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1590
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: La prière des pères

Message non lu par zelie » ven. 26 juil. 2019, 12:18

de : Ramené à la vie, Alan Ames, avec autorisation et mandat de son archevêque, editions du Parvis, 2003, 200 pages.

Alan Ames est ancien voyou, bagarreur et violent, alcoolique, qui faisait voir les pierres de l'enfer à sa femme. Quand Jésus commence à lui apparaître, il ne cesse de lui demander pourquoi il s'adresse à lui plutôt qu'à une âme pieuse; au début, sa misère était telle qu'il résiste à son ange pendant plusieurs mois, refusant de changer, lui répondant irrespectueusement, à tel point que l'ange ne lui apparaît plus; Sainte Thérèse d'Avila lui apparaît alors et le prend en main énergiquement, ne lui laissant plus de répit; il commence alors à changer. Aussi quand plus tard, Jésus vient à son tour, il prend conscience qu'il est le dernier des hommes et s'étonne de tant de miséricorde, a du mal à comprendre pourquoi lui et pas un autre. Jésus lui fait comprendre en le faisant assister à sa Passion qu'il l'a choisit lui parce qu'il est un des pires pécheurs, assis sur sa croix et pesant lourdement dessus quand il montait sur le Golgotha, et appuyant lourdement sur sa couronne d'épines. Il finit par comprendre que c'est dans la misère de l'homme que le Coeur de Jésus le rejoint.

Le mariage :

"Saint Etienne a parlé aussi de l'importance du mariage. Je pensais que j'aimais ma femme, ou c'était du moins mon idée à l'époque. Mais comme beaucoup de gens mariés, nous nous disputions beaucoup. Au long des années, j'ai été la cause de nombreux problèmes pour ma femme. (...) Je pense que je n'avais jamais apprécié ce qu'était réellement le mariage, mais Saint Etienne (...) a dit que c'est un sacrement(...) (où) on fait la promesse devant Dieu de s'aimer mutuellement, sans regarder à ce qui arrive, aux difficultés. Il m'a dit que le mariage est une fête de l'amour trinitaire, avec Dieu à sa tête et moi-même et mon épouse immergés en son amour. C'est un cadeau de la part de Dieu que nous Lui retournons tous les jours, après nous être engagés devant Lui, après avoir fait la promesse de nous aimer devant Dieu. Il a dit que je devais me souvenir que Dieu veille sur notre mariage à chaque instant et que les moments où nous nous aimons Lui sont particulièrement chers. Dieu, chaque jour, est spectateur de notre mariage et chérit le cadeau que nous lui retournons, le cadeau de l'amour. Il regarde la joie et le bonheur de chaque couple marié. Il le prend dans son Coeur et le chérit. Mais il est très triste si nous nous maltraitons mutuellement.

"Souviens-toi, dit Saint Etienne, que chaque fois que tu as envie de te disputer ou de dire quelque chose de mal à ta femme, Dieu te regarde. Tu ne te contentes pas de blesser ta femme, tu blesses Dieu aussi et tu abîmes le sacrement très saint du mariage. "

Il a dit que chaque fois qu'on va se disputer ou qu'on traverse des moments difficiles, il faut se tourner vers Dieu et Lui demander son aide pour venir à bout de ces différends. Il a dit que ces choses disparaîtront si nous donnons la première place à l'amour de Dieu dans les moments difficiles (...).


A force de penser que Dieu le regarde et est prêt à l'aider, les disputes se calment et se raréfient, son mariage s'en ressent positivement, jusqu'à devenir une vie en Dieu.

J'en suis venu à comprendre que ces choses, quand elles se produisent dans un couple, sont suscitées par le mauvais.Il met ces pensées dans notre esprit parce qu'il aime faire éclater les mariages, il aime les briser parce que cela représente une offense pour le Seigneur. Si vous pouvez voir ainsi les choses à chaque fois que vous êtes en colère contre votre partenaire, que vous êtes frustrés et si vous essayez de vous souvenir que votre mariage est un cadeau que Dieu vous fait tous les jours, à chaque instant, qu'Il l'observe et qu'Il le bénit, (...) ces petites difficultés disparaissent.
J'encourage tous ceux qui sont mariés à songer à tout instant à la sainteté de ce cadeau que Dieu vous a fait. Songez à la sainteté du don que Dieu vous a fait en la personne de votre mari ou de votre femme. Traitez ce cadeau avec amour et respect, et offrez cet amour à Dieu le Père, au Fils et au Saint-Esprit, en signe de votre remerciement et de votre amour pour Lui.



Ce passage me fait penser à une observation autour de moi. Je vis dans une de ces petites villes (gros village) privilégié où les personnes très âgées, en fin de vie, sont légion, sont tellement plus nombreux que le reste de la population que tout est fait pour eux, et moins pour les jeunes. Cela correspond simplement au ratio de la population qu'ils représentent. Ce sont des gens assez aisés, pour lesquels les fins de mois ne sont pas un problème, sans être non plus des nababs.

Au milieu des couples âgés somme toute très "normaux", j'observe deux sortes de couples "extrêmes" de gens très âgés :

-le couple dominé par un tyran, qui peut être aussi la femme, où un sadisé de longue date marche accablé derrière son conjoint qui vitupère sans arrêt dans une logorrhée d'insultes au monde entier, un insatisfait chronique qui a dépassé le stade de l'amertume pour embrasser l'orgueil et la rancune, le dominant rabaissant continuellement le dominé en le comparant à d'autres femmes ou hommes. Le dominé m'arracherait presque des larmes, quand on saisit ce qui est son quotidien et ce qu'il supporte, hyperadapté dans son accablement, où sa vie se consume tellement vite sous le poids qui l'écrase, son échine déjà anormalement courbée tellement il n'a eu d'autre choix que de baisser la tête toute sa vie. J'ai croisée ainsi une femme à laquelle je donnais plus de 90 ans, alors qu'elle en avait 62... Ca m'a mis une claque de voir cette pauvre femme.

-le couple toujours amoureux à plus de 90 ans, où les deux marchent côte à côte en se tenant par la main et en se parlant bas dans l'oreille l'un de l'autre. Ils ne sont qu'échanges de regards, ils ont tellement l'habitude l'un de l'autre qu'ils se devinent, ils font tout ensemble, même si ce n'est que pour faire plaisir au conjoint (une promenade au lieu d'une sieste, etc...). Ils sont incroyables à voir tellement ils sont adaptés l'un à l'autre, dans une harmonie saisissante, ils sont une leçon d'espoir pour tous les mariages; il existe entre une communion qui repose entièrement sur l'amour et le respect, cela saute aux yeux. A leur âge, ils sont encore capables de s'émerveiller devant leur conjoint, en lui trouvant moult qualités, et en estimant que ses défauts ne sont pas grand-chose. Ils ne cessent de remercier l'autre d'avoir été là, d'avoir illuminé leur vie, d'avoir été un allié précieux, tout un tas de belles choses de ce type les anime dès qu'on parle avec eux. Leur cohérence, leur affinité est spectaculaire.
Ces derniers couples sont hélas très rares. Pourtant quand ils racontent leur vie, ils racontent des choses incroyables de moments de haine et de trahison, de conflits et de doutes, mais ils ont traversé tout cela... Pas tous, mais certains parlent alors de combien Dieu les a aidés, combien prier ensemble les a sauvés de disputes tellement violentes qu'elles se finissaient au couteau (pour l'un d'eux). Et ces gens remercient Dieu, et avec le temps, ont mis de plus en plus Dieu au centre de leur couple, de leur vie, particulièrement à la retraite.
Moi j'aimerais tant que tous les couples puissent vieillir avec Dieu au centre de leur vie, et au fond de leur coeur. Car ces quelques couples sont l'illustration de la force et du miracle de l'amour et du respect, et d'une vie centrée en Dieu. A les voir, on touche du doigt les merveilles de Dieu, ces merveilles insaisissables qui vont se construire dans le petit et le grand effort de chaque jour, sans qu'on en voit le bout, sans qu'on comprenne bien ce qui se joue quand on calme le jeu au lieu de toujours vouloir avoir raison. C'est justement la constance dans l'effort, le fait de s'accrocher à l'amour et au respect même dans les pires moments, le fait de savoir remettre aux pieds de Dieu ce qui nous dépasse, qui va chaque jour opérer le miracle qui ne sera visible que quand le couple sera octogénaire. Mais alors, quelle paix, quelle tendresse, quelle cohésion, quelle délicatesse que de vivre avec un conjoint qui devance les besoins, qui est attentif à tout, qui aide systématiquement, qui emprunte une descente plutôt qu'un escalier pour prévenir la fatigue de l'épouse, ou l'épouse qui essuie sans mot dire avec des yeux patients la bouche de son époux, sans par ce geste se sentir réduite à n'être que ça...
Incroyable.
Ce sont pourtant les merveilles de Dieu, disponibles pour chaque couple, et c'est à les voir à coté d'autres qu'on saisit combien ce don de Dieu est primordial pour notre bonheur, mais aussi pour l'évolution de notre âme, pour que notre conjoint et nous-mêmes puissions échapper au mauvais lors de notre mort, car comme nous aurons vécu, nous mourrons... Le grand âge n'est pas celui du renouveau, c'est celui de la continuité et de la régression. D'où nos décisions dernières reflèteront ni plus ni moins nos décisions habituelles... même si Dieu est miséricorde.

Mat : 26: 52 tous ceux qui prennent l’épée périront par l’épée.
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1590
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: La prière des pères

Message non lu par zelie » sam. 27 juil. 2019, 8:56

De : cahier d'amour, tome 6, pages 28-29 :

C'est Jésus qui parle à l'âme :

Les maladies orphelines

Le seul nom de ces maladies, "maladies orphelines", doit être pour vous un signe évident de leur origine. En effet, dans l'adjectif utilisé, "orphelines", il est facile de lire et de comprendre d'où elles viennent. Elles viennent simplement du fait que beaucoup d'entre vous aujourd'hui êtes ou avez été orphelins du fait de la séparation de vos parents.

De plus, un grand nombre sont orphelins dans les familles dites "recomposées", avec beau-père et belle-mère. En effet, ne savez-vous donc pas que celui qui a deux pères n'en a en réalité aucun, et que celui qui a deux mères n'en a en pas? C'est cela que vous ne voulez pas voir! Deux mères n'en feront jamais une seule qui aime, et de même deux pères n'en feront jamais un seul, qui aime! C'est cela que la maladie met en évidence. Tous les jeunes vivant actuellement dans des familles recomposées sont orphelins soit du père, soit de la mère, soit des deux.

Enfin et surtout, votre génération est orpheline de mon Père, le Père Céleste. Et c'est ici que se trouve la plus grande blessure, puisque c'est elle qui provoque toutes les autres. En effet, sans l'amour de votre Dieu, l'homme et la femme ne peuvent pas voir leur amour s'épanouir, car ce dernier n'a pas la force d'affronter les guérisons nécessaires pour qu'il se purifie et dure. Il faut l'Amour de votre Père Céleste pour cela. Et en ne voulant plus le rechercher, l'homme et la femme s'étant aimés se séparent, laissant les enfants orphelins.

Ô génération rebelle et blessée, revenez au Coeur du Père, quittez votre solitude fondamentale, laissez-vous guérir dans votre véritable famille céleste et échappez ainsi à ces maladies, orphelines qui se répandent, et qu'on ne peut soigner. Revenez à notre Amour! Venez, oh, venez, n'ayez pas peur, car dans Notre Famille, vous serez aimés et guéris chaque jour un peu plus de toutes vos souffrances.



Il y a cependant des cas, bien particuliers, de remariage suite à l'abandon d'un parent, où le beau-parent devient un véritable parent, qui aime et qui s'occupe des enfants comme s'ils avaient toujours été les siens, car justement il a pris toute la mesure de la souffrance du parent restant et des enfants, qu'il considère comme orphelins, se sentant investi d'une parentalité envers eux. ...Je pense que ce qui est pointé ici, c'est "l'insoutenable légèreté de l'être" comme aurait dit un écrivain du 20ème siècle, ce dû au bonheur immédiat, ce droit de recommencer une histoire avant même d'en avoir fini une autre, qui fait passer les pères et les mères d'un mariage originel par des moments et des rencontres peu adaptés aux besoins profonds de leurs enfants.

Ce qui est pointé ici serait reproductible avec d'autres maladies, de façon assez inattendue, comme le cancer et je ne sais plus quoi. Je ne peux pas citer et copier tout un livre. Le message ici a l'avantage de donner le ton en étant assez court: la blessure spirituelle originelle qui va engendrer des conséquences diverses, c'est notre rejet et notre oubli de Dieu. Revenons à Dieu, c'est à dire à l'amour, au respect, à la foi et à la prière, à l'humilité, et à l'obéissance, et tout ce dont nous souffrons de nos jours, chômage, travail interrompu pour en trouver un autre plus loin, maladies, souffrances, bruits, troubles à l'ordre public, etc, tout reviendra à l'harmonie de Dieu. (pour résumer).
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1590
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: La prière des pères

Message non lu par zelie » jeu. 01 août 2019, 20:38

de : sixième cahier d'amour, pages 66, 67, et suivantes :
(Dieu le Père s'adresse à l'âme )

Ecris encore sur les conséquences des avortements. Eclaire et libère par ma grâce.

Parmi vous, hommes et femmes, il y en a un certain nombre qui vers l'âge de 40, 50 ou même 60 ans, étant seuls ou seules, se sont attachés à des personnes beaucoup plus jeunes qu'eux ou qu'elles : pour la femme, elle s'est attachée à un homme beaucoup plus jeune, pour l'homme il s'est attaché à une femme plus jeune.

N'ayant pas la grâce de Me connaître et de vivre une vie de baptisés dans mon Eglise, vous vous êtes donnés l'un à l'autre très vite, mais bien que cette relation soit extrêmement forte, elle ne vous rend pas heureuse ou heureux. Vous n'y trouvez pas la paix.

Pourquoi? Parce que cette relation est liée directement à votre passé, et tout particulièrement à l'avortement (...) que vous avez vécu ou accepté avant cette rencontre. En effet, ceux-ci, qui semblaient n'avoir aucune conséquence, vous ont en réalité laissé une culpabilité profonde et cachée. Comme celle-ci n'a pas été éclairée par l'Amour de votre Dieu et que vous n'avez pas fait le chemin de guérison qu'il vous offre (= le sacrement de la Sainte messe et le sacrement de la réconciliation, note), elle est toujours là et elle vous a poussé malgré vous et tout à fait inconsciemment à réparer.

C'est pourquoi vous êtes allés vers un jeune homme (..) ou une jeune femme, qui en fait pourrait être votre fils ou votre fille et vous lui avez donné votre amour. Souvent aussi, vous l'avez aidé et vous l'aidez encore de toutes les façons et cependant il ou elle n'en est pas vraiment reconnaissant, et même abuse de vos dons. Vous le voyez, vous en souffrez, mais vous n'arrivez pas à vous libérer de cette relation. C'est que vous n'en connaissez pas l'origine profonde qui est ce besoin de réparer, ce besoin de rendre la vie, -cette vie même que vous avez refusé de donner par le ou les avortements-, à quelqu'un d'autre!

Hélas, cette réparation n'est pas la bonne et ne vous libère pas!

Tout d'abord, elle vous enferme dans une relation qui est de l'ordre de la mère au fils ou du père à la fille, à laquelle se mêlent les liens de la chair, ce qui la rend complètement déséquilibrée, extrêmement exigeante et douloureuse.
De plus, quand le conjoint trop jeune (...) se lasse et vous délaisse; soit au contraire, devenu incapable de prendre des responsabilités, il vous reste à charge, avec des sentiments chargés de ressentiment, car il n'a pas pu, à cause de cette relation désespérée, devenir lui-même. Il vous en veut et vous le fait sentir de toutes les manières...

Oh! Je viens, Je viens à vous, Mes enfants, Je viens vous instruire ! Je viens vous délivrer!

Il y a un moyen de vous libérer de des liens mortifères, de ces liens qui vous détruisent! Il y a un moyen et UN SEUL : c'est d'aller dans Ma Sainte Eglise vous confesser du ou des avortements consentis dans votre vie.
Pourquoi est-ce l'unique moyen?
Parce que la confession fait ce que nul ne peut faire, ni thérapeute, ni affection, ni stages multiples : elle vous libère du besoin inconscient de réparer, car celui qui a réparé pour vous, celui qui a pris sur Lui toutes vos folies, c'est Mon Fils sur la Croix, Votre doux Christ.
Il l'a fait définitivement.
Et pour bénéficier gratuitement de cette réparation d'amour,
Il ne vous demande qu'une chose,
C'est que vous reconnaissiez votre faute,
La faute de l'avortement,
Que vous en demandiez pardon,
Que vous déchargiez sur Lui cette faute,
Et qu'enfin vous guérissiez,
Vous viviez, libres, en fils et filles de Dieu.

Les temps sont graves, car votre vie, votre joie attend. Votre guérison, votre salut, tout attend.
Prendrez-vous enfin le chemin de Mon Eglise qui par la confession et la Sainte Communion, redonne vie?
Ou préférez-vous continuer à souffrir et vous préparer une vieillesse de peines et de regrets. Il vous est demandé aujourd'hui de choisir.

Votre doux Jésus.



Ce passage m'a étrangement rappelé deux faits anciens que j'ai pu observer:
la mère d'une amie avait l'habitude d'avorter comme on claque des doigts, et dans tous ses avortements, a même avorté plusieurs fois de jumeaux. Cette femme était pourtant la gentillesse et la douceur même, une maman comme on en rêvait toutes et avait avorté parce qu'elle s'était retrouvée "sans autre solution", du moins les choses lui sont apparues ainsi. A partir de 50 ans, cette femme attirait comme un aimant les jeunes garçons en déshérence, justement parce qu'elle était tellement gentille, douce, patiente, maternelle, c'était vraiment frappant. Elle n'a jamais touché ces jeunes, mais elle engageait au contraire des actions d'adoption de jeunes garçons en rupture familiale, actes d'adoption qui avortaient tous vu le profil des jeunes, qui une fois l'embellie de la rencontre passé, se révélaient tous ingérables. Elle a connu de ces galères, la pauvre... c'est cela qui a finit par être frappant: cette attirance toute maternelle qui était un vrai don pour se mettre dans des situations nouées, désespérées, systématiquement vouées à l'échec...

Le deuxième fait concerne un père et son fils, qui ont toujours été très proches, le papa maternant cet enfant comme si sa vie en dépendait. Le fils a grandi comme un Tanguy, mais version immature et exactement comme dit plus haut : "devenu incapable de prendre des responsabilités, il vous reste à charge, avec des sentiments chargés de ressentiment, car il n'a pas pu, à cause de cette relation désespérée, devenir lui-même. Il vous en veut et vous le fait sentir de toutes les manières..." mais trentenaire reste quand même chez et à charge de son père. Lequel père, quand on le fait parler, parle d'un avortement qu'il a demandé de faire à une de ses ex-compagne (pas la mère de l'enfant, celle qui a précédé l'union de laquelle est né l'enfant).

Cela me donne l'impression que le texte ci-dessus n'est pas limitatif, que les souffrances liées à la culpabilité, à l'avortement peuvent avoir bien des expressions, à partir d'un tronc commun.
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3117
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: La prière des pères

Message non lu par Trinité » jeu. 01 août 2019, 21:25

zelie a écrit :
jeu. 01 août 2019, 20:38
de : sixième cahier d'amour, pages 66, 67, et suivantes :
(Dieu le Père s'adresse à l'âme )





Oh! Je viens, Je viens à vous, Mes enfants, Je viens vous instruire ! Je viens vous délivrer!

Il y a un moyen de vous libérer de des liens mortifères, de ces liens qui vous détruisent! Il y a un moyen et UN SEUL : c'est d'aller dans Ma Sainte Eglise vous confesser du ou des avortements consentis dans votre vie.
Pourquoi est-ce l'unique moyen?
Parce que la confession fait ce que nul ne peut faire, ni thérapeute, ni affection, ni stages multiples : elle vous libère du besoin inconscient de réparer, car celui qui a réparé pour vous, celui qui a pris sur Lui toutes vos folies, c'est Mon Fils sur la Croix, Votre doux Christ.
Il l'a fait définitivement.
Et pour bénéficier gratuitement de cette réparation d'amour,
Il ne vous demande qu'une chose,
C'est que vous reconnaissiez votre faute,
La faute de l'avortement,
Que vous en demandiez pardon,
Que vous déchargiez sur Lui cette faute,
Et qu'enfin vous guérissiez,
Vous viviez, libres, en fils et filles de Dieu.

Les temps sont graves, car votre vie, votre joie attend. Votre guérison, votre salut, tout attend.
Prendrez-vous enfin le chemin de Mon Eglise qui par la confession et la Sainte Communion, redonne vie?
Ou préférez-vous continuer à souffrir et vous préparer une vieillesse de peines et de regrets. Il vous est demandé aujourd'hui de choisir.

Votre doux Jésus. [/i][/color]
Bonsoir Zélie,
De qui émane ce passage ?

Merci

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1590
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: La prière des pères

Message non lu par zelie » jeu. 01 août 2019, 22:25

de : sixième cahier d'amour, pages 66, 67, et suivantes :
(Dieu le Père s'adresse à l'âme )
Cher Trinité,
il s'agit d'une révélation privée discernée par un prêtre docteur en théologie de Namur, et publiée sous l'autorisation de l'évêque du lieu. J'ai déjà présentée l'âme inconnue qui reçoit ces messages, une certaine Monique-Marie dont on ne sait rien. J'ai essayé de présenter ce que je sais de cette personne page 1 de ce fil, en répondant à Hantouane le 05 mai dernier.

Je vous repique le message :
Cher Hantouane,
je vais essayer de vous répondre le plus clairement possible.

Il s'agit d'une femme, catholique pratiquante, dont je ne sais rien, sinon qu'elle signe ses livres Monique-Marie, et qu'on apprend dans le livre qu'elle s'appelle Monique mais que Jésus lui a demandé de s'appeler désormais Monique-Marie, "pour que l'éternellement jeune Marie, pleine de grâce et d'énergie, aide Monique" qui apparemment serait quelqu'un qui a souffert dans sa vie. Je ne sais rien de plus. J'ai retourné internet, You T... et Dail ....M.. pour trouver une vidéo, voir si c'était une religieuse, ou juste voir sa tête, je n'ai rien trouvé. Voir si elle rameutait les foules et prétendait à des miracles comme le fêlé qui circule sur un autre site, bref, chercher si je devais me méfier, je n'ai rien trouvé.
J'ai trouvé cette révélation, (qui n'est qu'une révélation, voir ce que dit le Catéchisme de l'Eglise Catholique sur le sujet), sur le site Rassemblement à Son Image, que j'ai connu parce que je lisais le journal Famille Chrétienne. L'édition me paraissant sérieuse, j'ai acheté le premier livret, et j'ai tout de suite regardé le positionnement par rapport à l'Eglise Catholique. Il était valide, en ce sens qu'apparemment , (c'est ce qui est écrit) chaque message est soumis à un prêtre docteur en théologie, et que n'est publié que ce qu'il valide, avec l'acceptation de l'évêque sans pour autant que celui-ci ne se positionne officiellement.

Le peu que j'ai appris en lisant, c'est que cette femme est une chrétienne assidue, et que dans sa paroisse, la messe est fidèle à une certaine idée de l'Eglise, le prêtre célébrant dos aux fidèles, et que cela est source de grâces selon ce qui est dialogué dans les livrets. Tout cela dans le nord de la France, voire la Belgique. Est-elle française ou belge, je n'en sais rien.
Les livrets sont au nombre de 7, l'un d'entre eux est pour les jeunes, un autre pour les prisonniers, les autres plus généraux. Le ton des livrets est tantôt un enseignement, tantôt un dialogue, et se veut accessible même à des personnes qui n'ont jamais entendu parler de religion, très informes spirituellement. Tous les thèmes sont abordés, les académiques, comme le rôle des prêtres, la Miséricorde et l'homosexualité, les inattendus, comme le rôle des pères, des mères, des jeunes, de nos défunts, etc... Et (à ce qu'il me semble) tous les thèmes font aller de surprise en surprise.

Vu l'importance du rôle du père et de l'influence de Saint Joseph chez les hommes, qui (à mon sens) sont grandement malmenés, diabolisés, et non reconnus dans leur rôle pourtant majeur dans notre quotidien à tous, je pense que je partagerais aussi d'autres lectures, qui sont intéressantes aussi, -et pour certaines bien plus académiques-, et j'invite tout un chacun à s'approprier ce fil pour relever l'homme à ce que Jésus a pour but qu'il soit, plutôt que d'en rester à ce que la société voudrait qu'il soit.
J'ajouterai juste que le fil traite de la parentalité et de la famille en général, pas que des papas, pour ne pas multiplier les fils à l'infini, même si les révélations que je lis en ce moment insistent particulièrement sur le rôle du père, car toute paternité, que ce soit celle du prêtre comme celle du père, tire toute son essence de Dieu le Père lui-même, et que ce don est l'un des plus grands qui soient. D'ailleurs, tout ce que je lis sur les prêtres, je pourrais le transposer aux papas, et inversement. Ces révélations, en faisant la part belle aux pères, les replacent exactement dans leur rôle : celui de pilier de la famille et de la société, et leur fait par là comprendre qu'une société sans pilier est vouée à l'échec, car c'est le père, le protecteur qui sécurise, le nourricier qui nourrit physiquement et intellectuellement, etc...

J'ajouterai aussi juste une précision : au regard de la lecture de l'ensemble de la révélation, on perçoit bel et bien une influence "tradi", une forte exigence en termes de foi et de pratique, comme je le suspectais un peu au début. Mais c'est un aspect de la révélation qui est très intelligemment mené, même s'il marque sa différence d'angle de vue sur le monde, loin de l'image écornée qu'en donnent les médias. Personnellement, même si je ne le suis pas, le coté "tradi" est pour moi une belle chose, qui ne me dérange pas; j'aime beaucoup que les prêtres retournent à la soutane, etc. Mais je comprends que cela puisse gêner des personnes, chacun a sa sensibilité.
A y être, je précise que la deuxième révélation qui trouve beaucoup d'échos dans ce fil, In sinu Jesu, est elle carrément préfacée par le Cardinal Burke. Et c'est aussi très bien ainsi pour moi, même si ce n'est qu'un avis.

Je reste à votre disposition pour toute question, mais pour l'essence d'un message, à part le partager, pas sûr que je puisse en dire quoi que ce soit. Je ne suis pas calée du tout, je ne peux que partager et témoigner de temps en temps sur les grâces et les combats de chaque jour.
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1590
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: La prière des pères

Message non lu par zelie » jeu. 01 août 2019, 23:25

De: 3ème cahier d'amour, page 42 et suivantes :

Les conséquences sociales de l'avortement

Il faut que tu en parles, Mon enfant bien-aimée, pour tous Mes enfants bien-aimés, si aimés et si douloureux!

Les avortements en France, fille aînée de l'Eglise, ne se comptent plus. Ce fléau s'est répandu maintenant dans toute la planète, mais vous ne mesurez pas les fruits de mort qu'il engendre!

Ces fruits sont visibles tout d'abord dans le travail! Qui peut aujourd'hui dans les pays dits développés choisir un travail et savoir qu'il pourra y rester des années? Très peu de personnes. Au contraire, on vous enseigne que vous devez être capables de vous réadapter au cours de votre vie professionnelle à un autre travail, une autre ville, un autre pays. Vous devez admettre que le travail est précaire, qu'il commencera et s'arrêtera, qu'il faudra se séparer de votre famille pour courir à des kilomètres exercer une profession difficile, exigeante, où il faudra constamment prouver votre savoir-faire, vos capacités. Enfin, il faudra accepter joyeusement, comme signe de votre modernité, que l'entreprise puisse être vendue et votre compétence jugée alors inutile ! C'est le lot de la plupart d'entre vous aujourd'hui ! Beaucoup d'entreprises embauchent pour peu de temps, et beaucoup d'entre elles ferment soudainement, mettant à la porte leur personnel, pour aller s'installer dans un autre pays. Cela (...) vous le voyez, vous le vivez, vous en souffrez et vous vous demandez pas d'où vient ce fléau.

Car c'est un véritable fléau. Cette sorte de travail sépare l'homme et la femme, les enfants des parents, cette course aux déménagements, au adaptations, insécurise profondément, et la plupart du temps fait éclater la famille tout en mettant au coeur de l'homme une inquiétude profonde, qu'il ressent sans pouvoir lui donner une origine, car il ne sait pas qu'elle vient de ce "nouveau travail"! On l'a persuadé au contraire de cette nouveauté.

Cependant, vous souffrez, et cela, les mots ne peuvent l'ôter. Et la cause en est justement ce travail qui n'est plus HUMAIN. Mais pourquoi ne l'est-il plus? Pourquoi a-t-il si changé en quelques décennies? On vous invoque l'Europe, puis la mondialisation, mais ce ne sont que des causes apparentes. La vraie raison est spirituelle. La précarité du travail vient du péché de l'avortement !

Qu'est-ce que l'avortement? C'est l'arrêt d'une vie, par des mains extérieures, dans le corps d'une maman! C'est le début d'une vie qui est brusquement arrêtée. On pourrait le résumer par deux mots : commencer et arrêter. Or, c'est exactement ce qu'il se passe dans le travail : vous commencez et l'on vous arrête, vous commencez ailleurs et l'on vous arrête encore, vous reprenez et on vous fait sortir de l'entreprise, et ainsi de suite. Ne voyez-vous pas qu'il s'agite absolument de ce qui est fait à l'enfant? C'est cela la vraie cause de la précarité du travail et cela ira en s'appesantissant, si vous n'en prenez pas conscience.

Enfants, enfants de Mon Coeur, cessez, cessez cette oeuvre de destruction! Apprenez, apprenez à M'aimer! Ne donnez pas vos corps, dons si précieux, sans vous aimer et être sûrs l'un de l'autre, sans avoir pris le temps de vous connaître, et de vous choisir, dans le temps si beau des fiançailles! Ne vous cachez pas l'un à l'autre pendant ce temps ! Soyez vrais pour mieux réaliser la belle oeuvre que la Sainte Trinité veut réaliser dans votre union. Et puis ensuite seulement, après avoir reçu et vous être donnés l'un à l'autre dans le sacrement du mariage, alors donnez-vous entièrement, dans la douceur et la sécurité, dans la beauté et la confiance, dans la certitude que le véritable amour qui ne peut se vivre que dans la paix, et recevez, recevez l'enfant de NOTRE AMOUR !

Sauvez ainsi la génération qui vient. Sauvez la terre, sauvez vos âmes, car les temps se raccourcissent! Enfants de Mon Coeur Transpercé, cessez le meurtre des enfants innocents ! Cessez de vous détruire vous-mêmes, car aucune mère, aucun père n'est indemne de cette monstruosité ! Vous en souffrez d'une manière cachée et c'est cette souffrance complètement occultée qui augmente toutes les maladies aujourd'hui : cancers, autismes, maladies de la mémoire, handicaps de toutes sortes, qui iront en s'accentuant si vous ne cessez pas, et si vous ne demandez pas pardon des avortements que vous avez pu commettre ou faire commettre ! Ô génération aveuglée, parce que mal pou pas enseignée, Votre Dieu, Seigneur Jésus-Christ, VEUT VOUS SAUVER, mais demandez pardon ! Allez dans la Sainte Eglise Catholique dans le Sacrement de la Confession regretter vos péchés et revenez ainsi dans Mon Coeur où Je pourrai enfin vous soigner!
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1590
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: La prière des pères

Message non lu par zelie » ven. 02 août 2019, 9:16

Les conséquences sociales du péché, suite, même opus, même pages et suivantes. Suite exacte de hier, c'est le paragraphe qui suit celui où je me suis arrêtée.

Comprenez que la maladie, la destruction progressive de la planète, la violence, le bruit incessant, les villes surpeuplées, la pauvreté, l'indigence, l'injustice, sont les fruits du péché (de l'avortement) (...) donnez-moi votre péché (en confession, qu'on ait avorté ou été concerné par un avortement).

Je ne vous afflige pas, je ne vous condamne pas, je vous dis comme à Sainte Marie Madeleine : "va et ne pèche plus!"
Elle m'a écouté, elle m'a obéi, et est devenue le premier prophète de ma résurrection. Vous deviendrez mes prophètes, les chéris de mon Père, vous deviendrez d'autres hommes, d'autres femmes, vous deviendrez hommes et femmes de vraie joie.

Ecoutez, écoutez ma voix!

Votre Dieu, Seigneur Jésus-Christ, venu sur la terre hier et aujourd'hui pour vous sauver, vous serrer dans ses bras, vous pardonner, vous redonner la vie, vous chérir, vous réchauffer.

page 49 :
Il y a d'autres conséquences sociales de l'avortement que vous ne voyez pas : celle de l'acharnement contre la nature et celle du bruit.
(...)
Partout on la détruit (la nature) (...) Dans les pays (...) développés, il y a peu de terres qui ne soient pas arrosées d'engrais les plus mauvais, peu d'arbres qui ne soient pas traités violemment pour donner leurs fruits. Quant au x fleurs, on les fabrique sous éprouvette et elles n'ont plus d'odeur! Rendez-vous compte de cette aberration ! (...) Or, le parfum est ce qu'il y a de plus céleste dans la fleur, de qui consolait le plus le coeur des hommes ! Le parfum faisait la joie des pécheurs même les plus endurcis (...) faisait sourire le malade dans sa chambre d'hôpital, le vieillard dans sa maison : le parfum rappelait ma Présence!

(...) des machines détruisant systématiquement le long de ces routes la moindre fleur! Plus une couleur pour égayer votre vie, plus une herbe sauvage pour vous détourner de votre tristesse ! Pourquoi?

(...) on vous dit qu'il faut "faire propre". Les fleurs ne sont-elles pas propres ? Méditez, mes enfants, méditez !
(...) Les fleurs sauvages sont mon oeuvre! Chaque parfum est voulu et tendrement désiré pour vous, pour vous consoler, pour vous rappeler la beauté du Ciel, Mon Amour, Ma Miséricorde ! Que veut donc dire cette destruction systématique?
Que l'on ne veut plus que vous m'aimiez, que l'on ne veut plus que le coeur de l'homme s'élève vers mes beautés, que l'athéisme veut s'imprimer non plus seulement dans les esprits, mais même dans vos yeux, dans vos narines, dans vos sensations, afin de détruire en vous tout souvenir de Moi, votre Créateur et Sauveur !

Mais cela veut dire autre chose. Il faut qu'apparemment tout soit extrêmement propre, car en réalité, spirituellement, et d'une manière invisible pour vous, le sol de la plupart des pays aujourd'hui est recouvert du SANG INNOCENT DES ENFANTS SACRIFIES !
Si bien que les autorités, athées la plupart du temps et ignorantes, veulent vous donner l'illusion d'un monde autour de vous "sans tache". C'est l'oeuvre du démon : cacher le péché pour endormir votre conscience ! Si bien qu'on détruira systématiquement toute fleur sauvage, on recouvrira de béton toute herbe, tout sera de plus en plus propre et désolé pour cela.
(...)
On arrache les arbres au milieu des villes, ces arbres qui rappellent ma Croix, car Je suis mort sur le BOIS de la CROIX, et on les remplace par du béton orné de parterres de fleurs qu'il faut changer sans cesse. (...) Ce qui augmentera vos impôts et rendra votre vie de plus en plus difficile!

Vous n'y voyez que des choix municipaux. Vous vous trompez! Ce sont tous les péchés d'impureté et celui de l'avortement qui provoquent inconsciemment ces choix !

(...) Vous vivrez dans la laideur et la dureté du béton sous prétexte de rendre propre. Vous aurez chaud en été, froid en hiver. il y aura de moins en moins d'arbres pour vous protéger des (...) canicules qui tomberont sur votre pays.

Le sang des enfants innocents coule sous le béton de ma fille aînée. (...) On ne veut pas entendre leurs voix qui crient, (celles des enfants avortés) mais le béton, lui, parle!
Il est dur,
il est froid,
il ne vous permet pas de respirer!
Il isole les hommes les uns des autres.
Il les rend violents,
il est bruyant,
il n'est pas fait pour l'homme !
Et l'homme n'est pas fait pour lui !
(...)
votre planète vous appartient ! (...) A vous de la sauver, en reconnaissant votre péché, (..) en me demandant pardon, (...) en baptisant (...) chacun de ces enfants, (...)
A vous de sauver vos propres enfants, vivants, en n'oubliant pas ceux que vous avez tués par l'avortement, en les reconnaissant, en les nommant et en en guérissant avec eux, grâce à Mon Amour et à Mon Pardon!

Commencez, commencez dès maintenant !
Demandez pardon, ô pères, ô mères, pour vous être trompés de chemin, pour avoir cherché le bonheur sur des routes malheureuses! Car pour beaucoup, vous ne saviez pas, on ne vous a plus transmis ma loi de vie, mon Amour, ma Miséricorde! On ne vous a pas parlé de mon Coeur où se trouve toute grâce pour vivre.

En peu de temps,
vous pouvez sauver votre vie,
la vie de vos enfants,
la vie de la planète! En peu de temps, car Je suis Dieu, mais j'ai besoin de vous!
Reconnaissez-moi, demandez-moi pardon, nommez, nommez ces enfants, aimez-les, demandez-leur pardon, faites-les vivres au sein de vos familles : ils vous apporteront mille grâces, de conversion et d'amour! Priez-les, vous retrouverez la joie perdue!
Votre terre refleurira, vous ne mangerez plus de nourritures viciées, le Paradis terrestre, que J'ai créé pour vous, reviendra !

Dans la Sainte Eglise Catholique, Je Suis. Je vous y attends pour vous sauver!
Ô doux, ô pauvres, ô enfants de mon Coeur Transpercé !

Jésus.
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1590
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: La prière des pères

Message non lu par zelie » ven. 02 août 2019, 10:04

Les conséquences sociales de l'avortement, suite 2, page 54 et suiv., même opus.

Dans bien des pays d'Europe, aujourd'hui, les murs des villes se recouvrent de signes cabalistiques que vous avez appelés "tags". Ces signes incompréhensibles pour vous, mais pas pour ceux qui les dessinent, salissent d'une manière inimaginable vos villes ! Ces signes noirs sont laids et insupportables parce qu'ils attaquent non seulement (...) ponts, métros, gares, trains, usines, (...) jusqu'à vos propres murs !
(...) La police aurait les moyens d'arrêter ce déferlement sur vos biens! Pourquoi ne le fait-elle pas?

Parce que la raison de ce déferlement est spirituelle !
Ces laideurs qui recouvrent aujourd'hui Ma fille aînée et bien des pays aujourd'hui mettent en plein jour le PECHE (de l'avortement et de l'impureté, les deux étant apparemment bien plus liés spirituellement qu'il n'y paraît, note de moi), LE DESORDRE, L'ABANDON DE MA LOI D'AMOUR !
(...)
Voilà la vraie raison de ces tags, et il n'y a qu'une conversion radicale qui sauvera ma fille aînée !

Regardez ces tags ! observez-les ! Ils vous montrent la laideur des âmes, les péchés partout répandus et encouragés !

Cependant, vous, vous pouvez arrêter ce déferlement ! Ce que la police ne fait pas, vous pouvez le faire.
Comment?
Par la prière et le repentir, mais surtout par la CONFIANCE EN MA MISERICORDE, SI VOUS ACCEPTEZ DE ME RECONNAÎTRE ET DE VOUS JETER DANS MES BRAS!

(...)
Le Seigneur Jésus-Christ, vrai Dieu et vrai Homme, descendu pour vous sauver, qui vous parle encore aujourd'hui et NE CESSERA DE VOUS CHERCHER ET DE VOUS CHÉRIR !

un peu plus tard, le même jour :

Une autre conséquence de l'avortement est le bruit. Déjà aujourd'hui beaucoup d'entre vous en souffrent jusqu'à en être malades : bruit des machines de plus en plus nombreuses, bruit des villes, bruit des gens, musiques intempestives qui vous empêchent de dormir, bruit en pleine nature d'engins motorisés, cris, disputes, violences, bruit des canons à neige, bruits de l'aviation, bruit des stands de tirs, bruit des travaux qui envahissent littéralement la plupart des villes et des villages ! Partout le bruit augmente et vous n'en connaissez que les raisons apparentes (...) et ils iront hélas en s'accentuant encore, car leur véritable origine est encore spirituelle !

Les bruits expriment les cris étouffés des millions d'enfants avortés !
Car leur souffrance est telle qu'elle ne peut rester enfouie !
(...)
C'est que la souffrance de ces MILLIONS D'ENFANTS vient maintenant jusqu'à vous pour vous faire prendre conscience et vous amener à changer, et aussi à espérer. Car, si vous faites le chemin demandé pour tous ces enfants (baptême, etc, voir plus haut, posts juste précédents) les bruits, leurs cris, disparaîtront et ce seront leurs soupirs de joie que vous entendrez dans la douceur même de l'air, dans le calme des villages et des villes, et dans les relations entre vous!

Du mal Je peux faire tout bien, mais revenez à Mon Coeur, à Mon Coeur Transpercé ! Votre Dieu vous appelle à vivre, votre Dieu vous appelle à aimer, à trouver en vous des coeurs de chair.
Faites, faites vite, car vous souffrez trop !


Votre Dieu, Jésus-Christ, Vivant.


Juste une remarque, qui vient de me frapper en copiant ce passage : le retour à un culte d'amour du Sacré-Coeur de Jésus (ou Coeur d'Accueil, ou Très Saint Coeur etc.), du Coeur Immaculé de Marie, du Précieux-Sang (pour ce dernier, en particulier pour les prêtres et âmes consacrées, mais aussi les autres) traverse toutes les prophéties millénaristes qu'on peut trouver un peu partout, comme par exemple ici : http://dafeizhontadoukoz.org/MenuePropheties.htm.
Ces trois cultes sont exactement ceux qui sont très régulièrement demandés, recommandés, dans tout ce que je cite cet été, y compris Alan Ames, qui pourtant est du bout du monde.

page 59 :
Parle aussi des incendies ! Ces incendies, la plupart du temps criminels, ont une relation avec le rejet de Ma Croix !
Je suis mort SUR LE BOIS!
Les forêts sont dévastées parce qu'on n'honore plus MA SAINTE CROIX!
Remettez-là à l'honneur partout dans vos maisons, dans vos lieux de travail ! Portez-là fièrement sur vous et les incendies se tairont !

ô enfants sourds et aveugles ! quand donc entendrez-vous et verrez-vous ce que tout le Ciel entend !
Quand donc accepterez-vous de ne plus souffrir!

Jésus, votre doux AMi SUPPLICIÉ !
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1590
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: La prière des pères

Message non lu par zelie » sam. 03 août 2019, 8:16

même opus, page 40 :
Les entrailles de la Très Sainte Vierge Marie

Beaucoup de catholiques ont supprimé cette expression dans la prière si chérie de la Sainte Trinité du "Je vous salue Marie": ils se privent ainsi d'une guérison que dans notre Très sainte Miséricorde Nous voulons vous donner.
Les entrailles de votre génération sont aujourd'hui si malades, si blessées qu’il est nécessaire qu’elles soient soignées et embaumées d’onguents si délicats qu’ils ne peuvent être que célestes. Par les avortements répétés, par les vies d’impuretés qui ont blessé, déchiré, violé tant et tant de corps et de cœurs, vos entrailles ne peuvent plus soutenir le poids de la vie ! Elles défaillent de tristesse et d’angoisse. C’est pourquoi beaucoup d’entre vous ne disent plus : « vous êtes bénie entre toutes les femmes, et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni », mais disent « le fruit de ton sein », car l’évocation « des entrailles » leur est insupportable !
Mais chères âmes, chers enfants de notre Cœur si aimant, les entrailles de Marie sont justement évoquées pour guérir les vôtres et c’est en vous y réfugiant, là où se trouve le fils unique, que vous pourrez, très doucement, être soulagés ! N’ayez plus peur de ces mots que la Sainte Eglise Catholique a choisi sous la motion du Saint-Esprit, sachant d’avance combien les entrailles de l’humanité seraient déchirées par le mal et le Malin. Ô enfants, enfants bien-aimés de notre Cœur, laissez-vous guérir.
Redites ces mots : « le fruit de tes entrailles est béni » en demandant à la Très Sainte Vierge Marie vienne avec la douceur du Ciel peu à peu vous rendre la vie !
Car vos maladies sont si graves, vos maladies sont si profondes, vos peurs, vos blessures, vos désespoirs si anciens, si répétés, si enfouis, que seule la douceur du Ciel peut vous en délivrer ! Ce sont les Entrailles de la Miséricorde qui peuvent vous relever. Ce sont les Entrailles Immaculées qui peuvent vous purifier. Ce sont les Entrailles où vit le verbe de Dieu lui-même qui peuvent soigner ce que maintenant nul ne peut plus soigner.

Votre Seigneur et votre Dieu.


Trois remarques :
Moi la première, je disais "ton enfant", même pas "le fruit de ton sein", et par chez moi c'est tellement répandu comme formule que même en groupe de prière charismatique tout le monde disait "le fruit de ton sein" au mieux. Et j'ai fait cela justement parce que ce mot, entrailles, me paraissait plus vieux que mon arrière-grand-mère, un mot obsolète, qui n'a plus aucun cours ailleurs que dans cette prière.
Le jour où j'ai lu cela, je me suis sentie fortement invitée à redire les mots exacts de la prière; il y avait quelque chose de sain dans l'exactitude de l'obéissance à Dieu, à la formulation d'origine. Peu à peu, j'ai senti cette formulation prendre de l'importance dans ma prière, me surprendre à la répéter, à confier les mamans enceintes, les femmes ayant vécu des choses difficiles, au Coeur Immaculé de Marie. Des fois même cette phrase jaillit comme une prière jaculatoire et je ne peux nier que ce soit des moments de joie très légère, où j'ai l'intime conviction que ma prière est entendue, s'envole aux pieds de Marie pour revenir en grâces quelque part, j'espère pour aider une de mes soeurs en christ... Et tout le monde autour de moi revient à la formulation originelle.

J'ai remarqué aussi combien Jésus tient à l'exactitude : ici, c'est la formulation d'une prière, mais ailleurs, dans cette révélation ou dans d'autres, il ne cesse de redire combien il ne faut pas changer un iota à la liturgie, combien chaque moment à son importance, même le moment du serrement de main, parce qu'en fait, ce n'est pas un moment de "coucou c'est moi, comment tu vas?" c'est le moment où on s'échange la Paix de Dieu, et que Lui est là au milieu de nous et en éprouve une immense joie. Que c'est la fidélité exacte à la liturgie qui sauvera la Sainte Messe aux jours d'épreuves, etc.

Le peu à peu du texte ci dessus est extrêmement important: nous sommes nombreux, moi la première, à maugréer parfois parce que les révélations, l'évangile, restent pour nous lettres mortes, on ne voit rien changer, jamais. Ni les proches, ni les collègues, ni le monde entier. A force de lire et de croiser des méditations, je me suis rendue compte que le "peu à peu", voire le "très peu à très peu", était une des grandes voies d'accès à Dieu de notre part; chaque promesse de Jésus est accompagnée par une invitation très régulièrement renouvelée de s'unir à Lui, par la messe quotidienne, par la prière quotidienne, par le Rosaire en particulier. Ce n'est que dans l'abandon régulier et répété à la Providence qu'elle agira en nous, parce elle doit agir en nous profondément, nous retourner entièrement, et pourtant sans que cela passe par des secousses ou quoi que ce soit de violent ou de spectaculaire. C'est la manière d'agir de Dieu, de Marie, de Joseph, pour nous amener à changer définitivement, pas que quelques temps et en surface. C'est pour cela qu'il faut croire aux promesses de Jésus et que le pas qui nous est demandé c'est "persévère en douceur et dans le temps".
Malgré ce, pour l'Avé Maria, la joie profonde de reprendre la formulation exacte a été immédiate; pour d'autres fruits liés à cette prière, c'est plus long.
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
Pathos
Senator
Senator
Messages : 960
Inscription : dim. 17 avr. 2016, 19:32
Conviction : Catholique

Re: La prière des pères

Message non lu par Pathos » sam. 03 août 2019, 9:12

Merci encore Zélie, c'est du lourd ...

J'avais également délaissé le mot "entrailles" le trouvant peu élégant. Je vais le réemployer..

Concernant le mal dans la vie professionnelle comme "miroir" de l'avortement c'est effectivement troublant.

Tout ce que vous rapportez peut paraître exagéré ou sans rapport de cause à effet et pourtant rien qu'autour de moi je ne peux que constater les dégats :
Beaucoup de souffrances au travail, effectivement
Une ville qui déracine des arbres centenaires sur un boulevard complet
Etc etc
Dernière modification par Pathos le sam. 03 août 2019, 19:14, modifié 1 fois.
Mais priez, mes enfants, Dieu vous exaucera en peu de temps. Mon Fils se laisse toucher.

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1590
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: La prière des pères

Message non lu par zelie » sam. 03 août 2019, 10:58

Merci à vous Pathos de votre soutien, vous n'imaginez pas comme le doute, l'ennui, la démotivation, le rejet, la crainte de ne pas savoir choisir les passages, de passer pour une allumée, et par-dessus tout la peur qu'au lieu de rassembler, je choque, j'induise un rejet et j'éloigne de Dieu me tourmentent depuis que je partage ces révélations, et même des douleurs incoercibles dans les bras et les épaules, (déjà fragiles avant quand même)... A tel point que je me suis mise à prier et à tout remettre dans les mains de Jésus et de Marie, pour qu'eux me guident et me donnent l'énergie de copier les passages qu'eux choisiront de me faire copier. Depuis que je me suis mise à faire cela, des fois je ne retrouve plus un message des semaines durant, et des fois, comme ce matin, j'y tombe dessus en quelques minutes...
Je suis allée voir un kiné qui a commencé par me dire que j'en avais pour des mois de mon mal aux épaules, et avant-hier il est resté ébahi devant la quasi-disparition de mes douleurs, mais coté douleurs bras-épaules, il faut que je reste quand même très vigilante, j'arrête d'écrire dès que j'ai mal, quitte à aller moins vite dans les publications... Le pire jour des douleurs, intenables, a été celui consacré à la copie des la Sainte Messe vue par Catalina, dans le fil adjacent à celui-ci. J'ai cru que j'allais me mettre à pleurer des lancements lancinants que je ressentais.

C'est d'autant plus bizarre que d'habitude, le besoin de témoigner me porte dans une grande énergie et jamais je ne doute; certaines de mes interventions, par leur longueur et leur coté un peu entier, témoignent bien de l'énergie que je peux mettre à taper un texte et de l'idée un peu absolue que j'y mets...
Donc, merci, vraiment, de témoigner à votre tour de tout ce que vous ressentez et observez autour de vous, car ce n'est qu'ensemble et unis que nous pourrons espérer orienter les coeurs et les âmes plus profondément en Jésus et en Marie.
Et c'est mon seul souhait, outre celui de tendre la main à tous les papas, parce que père, de nos jours, ce n'est pas le rôle le plus évident ni le plus appris, ils sont bien seuls les hommes face à la paternité...

Que Dieu, notre Père, de qui toute paternité tire son nom au Ciel et sur la Terre, vous bénisse et vous garde, chacun de vous !

PS: et je renouvelle mon invitation du début, que tous ceux qui ont à partager leurs lectures ou une expérience de nature à aider les papas, les mamans à réfléchir dans leur rôle de parents, de guides et d'exemplarité spirituelle sont largement encouragés à venir partager leur richesses spirituelles, pour le bien de tous, parents ou futurs parents.
Car parent est un devoir d'état d'une telle noblesse, que s'y préparer avant nous fait rejoindre dans l'Esprit la grâce que Dieu nous prépare.
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Normandt et 3 invités