Comment savoir si je crois en Dieu?

« J'enlèverai votre cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair. » (Ez 36.26)
Règles du forum
Forum d'échanges et de partage sur la spiritualité chrétienne
Hélène49
Civis
Civis
Messages : 9
Inscription : mer. 16 mai 2018, 19:30

Comment savoir si je crois en Dieu?

Message non lupar Hélène49 » mer. 16 mai 2018, 21:00

Bonjour,
J'écris sur ce forum parce que je me pose beaucoup de questions sur ma croyance et j'espère pouvoir trouver quelques réponses.
Je me demande si je suis croyante ou pas, si je crois en Dieu. C'est une question à laquelle je n'arrive pas à répondre depuis plusieurs années maintenant, et j'aimerais pouvoir y répondre mais je n'y arrive pas. Quand je demande autour de moi à des croyants comment ils ont su qu'ils croyaient en Dieu, comment ils ont su qu'il existait, ils me répondent que c'est une évidence pour eux, et quand je demande à des non croyants comment ils savent qu'ils ne croient pas en Dieu ils me répondent que ça n'existe pas, que c'est des histoires, que tout ça c'est inventé, ect. Mais aucunes de ces réponses ne m'ont éclairées, je suis toujours dans le flou et je n'arrive pas à m'identifier à une de ces catégories (croyant ou non croyant). Alors je n’arrête pas de me demander comment je peut faire pour savoir si je crois ou pas. je n'ai rencontrer personne dans le même cas que moi, soit ils sont croyants soit ils ne le sont pas. Je me sens donc perdu et incapable de me positionner.
Je vais vous raconter mon histoire en espérant que vous compreniez un peu plus ma pensé.
J'ai 19 ans, je suis étudiante, j'ai grandi avec ma mère et ma sœur. Ma mère est catholique et croyante mais elle ne nous a pas baptiser ma sœur et moi, elle nous a toujours dit que la religion ça devait être un choix et qu'elle ne nous imposerait aucunes croyances ou pratique religieuse, elle nous a laisser le choix de croire ou de ne pas croire. Cependant, j'ai quand même eu une proximité avec la religion catholique, et j'ai été croyante pendant une grande partie de mon enfance. Quand j'était plus jeune j'ai été en école catholique (pas pour son côté catholique mais plus pour son côté privé, parce que avant j'étais dans le public ça s'est mal passé et ma mère nous a changer d'école et elle n'a eu que le choix de choisir le privé). Dans cette école, il n'y avait pas vraiment d'aspect catholique, on ne nous parlait presque jamais de Dieu, Jésus, ou Marie, aucuns cours de religion, on fêtait seulement les grandes fêtes mais sans nous expliquer à quoi elles "servaient". C'était vraiment comme si j'étais dans le public, cette école ne m'a rien apportée spirituellement. En revanche, j'ai eu la chance de faire plusieurs pèlerinages à Lourdes et ça fait parti des meilleurs souvenirs de mon enfance. J'y suis allée quatre ou cinq fois, avec ma mère et ma sœur (parfois des amis était avec nous) et à chaque fois ça n'a été que des bons moments. Je me souviens des processions la nuit, de la grotte, de l’histoire de Bernadette, des amis que je m'étais fait, de la gentillesse des gens, de l'ambiance générale... Et c'est quelque chose qui encore aujourd'hui ne me laisse que des bons souvenirs. Les seuls souvenirs moins "sympa" que j'ai de Lourdes c'est les messes, je souviens que qu'elles était longues et que ne m'étais jamais autant ennuyé malheureusement.
Mis à part les pèlerinages à Lourdes je n'ai jamais pratiqué, je suis allé à la messe grand maximum 10 fois dans ma vie et je n'ai jamais vraiment "accroché". Je ne me sens pas à ma place pendant la messe, j'ai l'impression que tout le monde peut voir sur ma tête que suis pas baptisé, je me sens intrus. Mais ça ne me dérange pas de rentrer dans une église, d'ailleurs avec ma mère à chaque fois que on va visiter une ville on va voir l'église, ou les églises de la ville, c'est un peu comme une "tradition".
Bref, pour revenir sur mon enfance, après avoir fini l'école j'ai du retourner dans le public parce que le niveau n'allait que jusqu'au CM2. Ça ne m'a pas vraiment changé puisque que, comme je disait, ce n'était pas vraiment une école où la religion se faisait sentir. Donc j'ai suivi mon parcours scolaire et arrivé à la 5ème j'ai commencer à me poser des questions sur l’existence de Dieu et à partir de là j'ai radicalement arrêter de croire en Dieu. Pendant à peu près 5 ans je ne me suis plus poser de questions, je disais à ma mère que Dieu n’existait pas et que je comprenait pas qu'elle y croie.
Mais il y a 2 ans j'ai commencer à me questionner, je sais pas trop pourquoi c'est revenu dans ma tête. Le fait est que maintenant je ne me considère plus athée comme je l'ai fait pendant longtemps, mais je ne me considère pas non plus croyante. Dans ce cheminement, l'été dernier j'ai demandé à ma mère si on pouvait retourner a Lourdes, j’espérais que en y retournant j'aurais des réponses à mes questions. On y est allé en juillet, j'ai redécouvert ce lieu mais il avait perdu à mes yeux toute la "magie" qu'il avait quand j'étais petite (peut-être parce que quand j'étais petite je croyais en Dieu et que maintenant je ne sait pas, donc forcément ça n'a plus la même signification). Mais même si je n'ai pas ressenti les mêmes choses que dans mon enfance, j'ai quand même voulu y retourner et on y allé le 15 août (pour l'assomption). J'ai demander à ma mère si on pouvait assister à la messe, j’espérais là encore avoir des réponses à mes questionnement ou pouvoir me fixer sur la question de si j'y crois ou pas. Mais là encore rien du tout, d'ailleurs on est pas resté jusqu’à la fin de la messe, je ne me sentais vraiment pas à ma place. Et pour finir, ma mère s'est vu offrir un voyage à Lourdes au mois de décembre et elle a pensée à moi pour l'accompagnée. Il y avait beaucoup moins de monde que pendant mon dernier voyage, c'était très calme, très apaisant. J'ai pris de l'eau de Lourdes pour une amie qui m'avait demandé de lui ramener et j'en ai pris pour moi aussi. Quand je suis rentré chez moi j'ai déposé l'eau sur ma table de chevet et de temps en temps je me surprends à réciter un "je vous salut Marie" (la seule prière dont je me souvenait à peu près) mais je sais pas trop à quoi ça me sert.
Après tout ça, j'aurais pu me dire que puisque je ressentais rien je n'était pas croyante mais non... je suis encore plus confuse d'autant plus que dans la vie je suis très tranché, c'est le seul sujet où je n'arrive pas à me positionner, je ne sais pas comment savoir si je crois en Dieu mais j'aimerais beaucoup pouvoir être éclairé.
Donc voila un peu mon histoire, je sais pas si ça à pu en éclairer certains sur mon parcours et sur les questions que je me pose. J'aimerais bien savoir si d'autres personnes ont été dans le même cas que moi et si elles ont trouvés des réponses, ou mêmes si elles n'ont pas été dans le même cas que moi, si elles peuvent m'éclairer un peu plus ?
Merci d'avance de vos réponses, en espérant que je ne me trompes pas d'endroit pour poster ce message.
(mes excuses pour les éventuelles fautes d’orthographes, j'essaie de m’améliorer)

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4643
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: Comment savoir si je crois en Dieu?

Message non lupar gerardh » jeu. 17 mai 2018, 7:41

_______

Bonjour,

Je suggère que vous lisiez dans l'épître aux Romains au chapitre 1 versets 18 à 21a.


_________

prisca
Censor
Censor
Messages : 186
Inscription : jeu. 26 avr. 2018, 8:56
Conviction : Chrétienne

Re: Comment savoir si je crois en Dieu?

Message non lupar prisca » jeu. 17 mai 2018, 11:01

Bonjour Hélène,


Alors pour essayer de vous dire comment vous pourriez croire, je vais faire comme les apôtres, vous annoncer la Bonne Nouvelle, celle qui a permis à des milliers de personnes de se baptiser pour accueillir dans leur cœur la Foi qui elle ne vient pas seule, c'est un don de Dieu, et elle se manifeste par un amour inconditionnel que vous ressentez, aussi bien pour tous vos proches et surtout pour Dieu que vous louerez.

La Bonne Nouvelle est que la terre n'est pas une fin en soi, elle constitue une étape à l'esprit incarné, elle est un lieu d'apprentissage afin qu'il en sorte saint, car un esprit se créée c'est Dieu qui le fait, mais pour qu'il soit pur il faut qu'il se rende pur, car le mot d'ordre est "libre arbitre".

Donc la terre remplit cet office, et à la fin de sa vie, la personne décède, est jugée par Dieu, qui l'accueille au Paradis.

Le Paradis la Bible nous dit qu'elle est une "terre nouvelle" alors vous y pérégrinez comme sur la terre sur laquelle nous sommes.

Votre corps ici est corruptible, votre esprit sera recouvert d'un corps incorruptible.

Il n'y a plus ni souffrance, ni malheur, ni maladie, plus rien de ce que nous connaissons ici.

Mais pour obtenir le Salut il faut croire en Jésus.

Croire en Jésus c'est lire l'Evangile afin de vous imprégner de sa Parole et suivre son chemin car c'est le seul qui mène à la Vérité.

Comme Jésus est mort et est ressuscité vous ressusciterez aussi dans le Paradis de sa Promesse.

Tout ce que je vous dis c'est la Bible qui le dit, par conséquent pour que vous vous forgiez une foi qui est déjà de croire, il faut la lire, afin qu'ensuite vous receviez la Foi avec un "F" majuscule, et c'est Dieu qui vous la donnera, comme vous pourrez de même demander par vos prières tout ce que vous pourriez demander et si Dieu l'aura décidé, vous obtiendrez tout.

La Foi déplace des montagnes c'est dire que plus jamais la peur ne vous etreint, il n'y a plus d'embûche dans la vie puisque l'Esprit Saint vous guide et vous sentez sa présente vivante.

Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Comment savoir si je crois en Dieu?

Message non lupar Carolus » jeu. 17 mai 2018, 15:47

Hélène49 :
Bonjour,
J'écris sur ce forum parce que je me pose beaucoup de questions sur ma croyance et j'espère pouvoir trouver quelques réponses.
Je me demande si je suis croyante ou pas, si je crois en Dieu. C'est une question à laquelle je n'arrive pas à répondre depuis plusieurs années maintenant, et j'aimerais pouvoir y répondre mais je n'y arrive pas.
Vous vous demandez si vous croyez en Dieu, chère Hélène49. Vous aimeriez pouvoir répondre à cette question.

Considérons le paragraphe suivant du Catéchisme :
CEC 47 L’Église enseigne que le Dieu unique et véritable, notre Créateur et Seigneur, peut être connu avec certitude par ses œuvres grâce à la lumière naturelle de la raison humaine (cf. Cc. Vatican I : DS 3026).
Le Catéchisme nous enseigne qu'il y a un seul Créateur (le Dieu unique et véritable).

Est-ce que vous vous voyez comme une créature de Dieu (du Dieu unique et véritable) ou plutôt comme le produit du hasard ?

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8215
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Comment savoir si je crois en Dieu?

Message non lupar Cinci » jeu. 17 mai 2018, 16:59

Bonjour,
Hélène a écrit
Je me demande si je suis croyante ou pas, si je crois en Dieu. C'est une question à laquelle je n'arrive pas à répondre depuis plusieurs années maintenant, et j'aimerais pouvoir y répondre mais je n'y arrive pas. Quand je demande autour de moi à des croyants comment ils ont su qu'ils croyaient en Dieu, comment ils ont su qu'il existait, ils me répondent que c'est une évidence pour eux, et quand je demande à des non croyants comment ils savent qu'ils ne croient pas en Dieu ils me répondent que ça n'existe pas, que c'est des histoires, que tout ça c'est inventé, ect. Mais aucunes de ces réponses ne m'ont éclairées, je suis toujours dans le flou et je n'arrive pas à m'identifier à une de ces catégories (croyant ou non croyant). Alors je n’arrête pas de me demander comment je peut faire pour savoir si je crois ou pas. je n'ai rencontrer personne dans le même cas que moi, soit ils sont croyants soit ils ne le sont pas. Je me sens donc perdu et incapable de me positionner.
C'est à dire que vous aimeriez croire en Dieu mais vous doutez que vous pourriez vraiment y parvenir. "J'aimerais faire confiance, mais ... "


O.K.

Dans une tentative de réponse, moi je vous dirais que j'ai su que je croyais en Dieu, que je croirais toujours en la véracité de ce que raconte les Évangiles, la journée où j'aurai pu bénéficier de ce que sainte Thèrese d'Avila appelait un "vision" intellectuelle de Dieu dans son jargon théologique du XVIe siècle.

Pour résumer : c'est lorsque Dieu lui-même prend l'initiative de se révéler ou de se dévoiler directement dans l'âme de la personne, sans passer par les canaux habituels du raisonnement. C'est Dieu qui donne à la personne de pouvoir contempler sa réalité, mais sans faire intervenir les sens (la vue, l'audition, etc.) - il n'y a rien à voir à proprement parler - et donc sans faire intervenir la raison-raisonnante non plus. C'est une expérience à vivre cependant. C'est de l'ordre de la mystique. Eh oui ! La chose est réelle et produit un effet réel. C'est d'une éblouissante clarté. Il va de soi, par contre, qu'une personne qui n'aura pas vécu la même chose ne pourra pas non plus comprendre la chose avec son propre raisonnement. C'est l'expérience vécue qui vient mettre un sceau de réalité sur ce que d'autres personnes auront pu témoigner de leur côté, à leur époque, en remontant jusqu'aux Apôtres !

En somme, c'est Dieu lui-même qui m'aura arraché à mon indécision, mon incapacité de trancher.

Ce qui m'a été donné de pouvoir vivre, c'est ce dont la sainte carmélitaine bien connue parlait dans ses écrits comme de "l'équivalent de la vision béatifique qui nous attend dans le ciel des bienheureux" et alors qu'expérimenté ici-bas dans notre chair. Elle en parlait comme du don de la foi. La vision dès ici-bas de ce que nous ne pouvons pas encore voir avec nos yeux de chair. C'est l`âme qui voit et qui plonge la personne dans le ravissement ... sans que les yeux de chair puissent avoir part au spectacle. C'est l`âme qui "sent" sans pouvoir se tromper, l'âme qui éprouve dans sa partie la plus profonde.

Si je parle pour moi, je dirais que sans cette grâce qui m'a été faite, il est probable que jamais je n'aurais pu "souffrir" la messe, endurer les temps de silence, les imperfections du culte, la médiocrité apparente des personnes présentes au culte, la petitesse de ci et ça. Mais c'est à cause de la grâce obtenue si je trouve la messe savoureuse, si je peux prendre plaisir à me rendre au culte public le dimanche. L'expérience vécue devient pour moi une ancre pour les mauvais jours. Le souvenir de l'expérience qui ne me quitte pas est précisément ce qui me permet de tenir les fois où je me heurte à des difficultés. "Souviens-to, Ô Israël ..."

Hélène49
Civis
Civis
Messages : 9
Inscription : mer. 16 mai 2018, 19:30

Re: Comment savoir si je crois en Dieu?

Message non lupar Hélène49 » jeu. 17 mai 2018, 18:42

Hélène49 :
Bonjour,
J'écris sur ce forum parce que je me pose beaucoup de questions sur ma croyance et j'espère pouvoir trouver quelques réponses.
Je me demande si je suis croyante ou pas, si je crois en Dieu. C'est une question à laquelle je n'arrive pas à répondre depuis plusieurs années maintenant, et j'aimerais pouvoir y répondre mais je n'y arrive pas.
Vous vous demandez si vous croyez en Dieu, chère Hélène49. Vous aimeriez pouvoir répondre à cette question.

Considérons le paragraphe suivant du Catéchisme :
CEC 47 L’Église enseigne que le Dieu unique et véritable, notre Créateur et Seigneur, peut être connu avec certitude par ses œuvres grâce à la lumière naturelle de la raison humaine (cf. Cc. Vatican I : DS 3026).
Le Catéchisme nous enseigne qu'il y a un seul Créateur (le Dieu unique et véritable).

Est-ce que vous vous voyez comme une créature de Dieu (du Dieu unique et véritable) ou plutôt comme le produit du hasard ?
Bonjour et merci de m'avoir répondu,
Honnêtement je ne sais pas vraiment, ne peut-on pas être le fruit du hasard tout en étant une créature de Dieu ?

Hélène49
Civis
Civis
Messages : 9
Inscription : mer. 16 mai 2018, 19:30

Re: Comment savoir si je crois en Dieu?

Message non lupar Hélène49 » jeu. 17 mai 2018, 18:51

Bonjour,

C'est à dire que vous aimeriez croire en Dieu mais vous doutez que vous pourriez vraiment y parvenir. "J'aimerais faire confiance, mais ... "


O.K.

Dans une tentative de réponse, moi je vous dirais que j'ai su que je croyais en Dieu, que je croirais toujours en la véracité de ce que raconte les Évangiles, la journée où j'aurai pu bénéficier de ce que sainte Thèrese d'Avila appelait un "vision" intellectuelle de Dieu dans son jargon théologique du XVIe siècle.

Pour résumer : c'est lorsque Dieu lui-même prend l'initiative de se révéler ou de se dévoiler directement dans l'âme de la personne, sans passer par les canaux habituels du raisonnement. C'est Dieu qui donne à la personne de pouvoir contempler sa réalité, mais sans faire intervenir les sens (la vue, l'audition, etc.) - il n'y a rien à voir à proprement parler - et donc sans faire intervenir la raison-raisonnante non plus. C'est une expérience à vivre cependant. C'est de l'ordre de la mystique. Eh oui ! La chose est réelle et produit un effet réel. C'est d'une éblouissante clarté. Il va de soi, par contre, qu'une personne qui n'aura pas vécu la même chose ne pourra pas non plus comprendre la chose avec son propre raisonnement. C'est l'expérience vécue qui vient mettre un sceau de réalité sur ce que d'autres personnes auront pu témoigner de leur côté, à leur époque, en remontant jusqu'aux Apôtres !

En somme, c'est Dieu lui-même qui m'aura arraché à mon indécision, mon incapacité de trancher.

Ce qui m'a été donné de pouvoir vivre, c'est ce dont la sainte carmélitaine bien connue parlait dans ses écrits comme de "l'équivalent de la vision béatifique qui nous attend dans le ciel des bienheureux" et alors qu'expérimenté ici-bas dans notre chair. Elle en parlait comme du don de la foi. La vision dès ici-bas de ce que nous ne pouvons pas encore voir avec nos yeux de chair. C'est l`âme qui voit et qui plonge la personne dans le ravissement ... sans que les yeux de chair puissent avoir part au spectacle. C'est l`âme qui "sent" sans pouvoir se tromper, l'âme qui éprouve dans sa partie la plus profonde.

Si je parle pour moi, je dirais que sans cette grâce qui m'a été faite, il est probable que jamais je n'aurais pu "souffrir" la messe, endurer les temps de silence, les imperfections du culte, la médiocrité apparente des personnes présentes au culte, la petitesse de ci et ça. Mais c'est à cause de la grâce obtenue si je trouve la messe savoureuse, si je peux prendre plaisir à me rendre au culte public le dimanche. L'expérience vécue devient pour moi une ancre pour les mauvais jours. Le souvenir de l'expérience qui ne me quitte pas est précisément ce qui me permet de tenir les fois où je me heurte à des difficultés. "Souviens-to, Ô Israël ..."
Bonjour,
Merci d'avoir pris le temps de me répondre.
J'aimerais bien pouvoir avoir cette même vision, ce serait alors beaucoup plus simple... Peut-être qu'un jour je pourrait voir aussi clair que vous, et je n’aurait plus à me poser toutes ces questions. En lisant votre témoignage, je comprends un peu mieux comment on peut croire en Dieu sans douter quand on a vécu une expérience comme la votre.

Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Comment savoir si je crois en Dieu?

Message non lupar Carolus » lun. 21 mai 2018, 14:46

Hélène49 :
Bonjour et merci de m'avoir répondu,
Honnêtement je ne sais pas vraiment, ne peut-on pas être le fruit du hasard tout en étant une créature de Dieu ?
Bonjour et merci à vous pour votre question, chère Hélène49.

Relisons le paragraphe suivant du Catéchisme :
CEC 47 L’Église enseigne que le Dieu unique et véritable, notre Créateur et Seigneur, peut être connu avec certitude par ses œuvres grâce à la lumière naturelle de la raison humaine (cf. Cc. Vatican I : DS 3026).
Selon le Catéchisme, Dieu “ peut être connu avec certitude par ses œuvres “. L’univers est une œuvre qui n’a pas toujours existé. Qui a créé l’Univers ?
CEC 317 Dieu seul a créé l’univers librement, directement, sans aucune aide.
Est-ce que vous croyez que “ Dieu seul a créé l’univers librement, directement, sans aucune aide “ ?

saperlipopette
Quæstor
Quæstor
Messages : 228
Inscription : dim. 29 mai 2016, 18:30
Conviction : catholique

Re: Comment savoir si je crois en Dieu?

Message non lupar saperlipopette » lun. 21 mai 2018, 21:52

Bonjour,
Bonjour et merci de m'avoir répondu,
Honnêtement je ne sais pas vraiment, ne peut-on pas être le fruit du hasard tout en étant une créature de Dieu ?
Si, si on considère que Dieu est le maître de ce que nous appelons hasard.

Dans une tentative de réponse, moi je vous dirais que j'ai su que je croyais en Dieu, que je croirais toujours en la véracité de ce que raconte les Évangiles, la journée où j'aurai pu bénéficier de ce que sainte Thèrese d'Avila appelait un "vision" intellectuelle de Dieu dans son jargon théologique du XVIe siècle.
Bonjour,
Merci d'avoir pris le temps de me répondre.
J'aimerais bien pouvoir avoir cette même vision, ce serait alors beaucoup plus simple... Peut-être qu'un jour je pourrait voir aussi clair que vous, et je n’aurait plus à me poser toutes ces questions. En lisant votre témoignage, je comprends un peu mieux comment on peut croire en Dieu sans douter quand on a vécu une expérience comme la votre.
Or, la majorité des gens n'ont pas de telles occasions mystiques.
La question se pose particulièrement à notre époque. Il fut un temps où, tout le monde étant croyant, la question ne se posait pas: les gens croyaient sincèrement et c'était plus facilement une évidence pour eux .
De nos jours, il est très facile d'être athée puisque beaucoup le sont, et cela semble une évidence de l'être, sinon il n'y aurait pas auutant de gens dans ce cas.
A quoi on peut opposer que notre époque est un peu unique en son genre et que ça n'a jamais été le cas. C'est un cercle vicieux. Mais d'oùu provient le doute que vous évoquez.
On peut, à notre époque, ayant été bercé d'une atmosphère croyante, prendre du recul avec l'âge dessus, et poser une sorte de dialectique pour se reposer la question. C'est théoriquement ce qu'un chrétien est censé faire à la Confirmation, où il réaffirme la foi dans laquelle ses parents l'ont inscrits.
C'est ainsi que beaucoup s'affermissent dans leur foi de nos jours, ils le sont un peu obligé par la diversité des convictions postmodernes.

On peut faire le trajet inverse en ayant été bercé dans une atmosphère athée, prendre du recul et se poser la question: sur quel fondement tiennent mes convictions?
Sans qu'il s'agisse parfois d'un fondement intellectuel, parfois se demander où est notre coeur.
Mais croire en Jésus, aimer Jésus, ou pas: tout cela implique qu'on cherche à le connaitre un peu plus.
La réponse tient donc dans la recherche, à l'extérieur mais surtout en vous, dans la cohérence et l'unité de votre personne.
Ad Majorem Dei Gloriam

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1969
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: Comment savoir si je crois en Dieu?

Message non lupar Trinité » lun. 21 mai 2018, 21:53

Mon cher Trebla,

Vos réponses sont systématiquement le C.E.C!

N'avez vous jamais eu de doutes sur la position du C.E.C?

Carolus
Barbarus
Barbarus

Re: Comment savoir si je crois en Dieu?

Message non lupar Carolus » mar. 22 mai 2018, 12:49

Trinité :

Vos réponses sont systématiquement le C.E.C!
Mes réponses sont systématiquement la foi apostolique, cher Trinité !
CEC 47 L’Église enseigne que le Dieu unique et véritable, notre Créateur et Seigneur, peut être connu avec certitude par ses œuvres grâce à la lumière naturelle de la raison humaine (cf. Cc. Vatican I : DS 3026).
Ce paragraphe est basé sur la foi apostolique de Saint Paul.
Rm 1, 20 En effet ses perfections invisibles, son éternelle puissance et sa divinité sont, depuis la création du monde, rendues visibles à l'intelligence par le moyen de ses oeuvres.
Comparons :

Le Catéchisme (CEC 47) nous dit que l’on peut connaître Dieu par ses œuvres “ grâce à la lumière naturelle de la raison humaine “.

Saint Paul nous explique que la puissance et la divinité de Dieu sont “ rendues visibles à l'intelligence par le moyen de ses oeuvres “.

CEC 47 est en harmonie parfaite avec la foi apostolique.

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1969
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: Comment savoir si je crois en Dieu?

Message non lupar Trinité » mar. 22 mai 2018, 22:40

Cher Trebla,

Vous faites référence au C.E.C47 , n'aurait'il pas été abrogé par la parution du C.E.C92 de St jean-Paul II ?
J'avoue que je suis quelquefois dubitatif sur certaines prises de position!Mais je connais le discours:l'Eglise est divine et ne peut se tromper!
En conséquence,en tant que catholique,et malgré mes doutes quelquefois j'essaie de suivre son enseignement!

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8215
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Comment savoir si je crois en Dieu?

Message non lupar Cinci » mer. 23 mai 2018, 4:42

Bonjour,

Le problème avec le Catéchisme : celui-ci ne constitue qu'un aide-mémoire relatif aux positions théologiques de l'Église. Le tout procède d'une rationalisation . Un essai de mise en forme au plan intellectuel de ce que l'Église pourrait savoir ou dire. On en reste totalement au niveau du mental avec ça. Et puis le mental c'est très maigre. Trop sec. C'est nécessaire mais sec.

Il n'y a personne qui devient croyant en lisant le Catéchisme officiel de l'Église !

Le Catéchisme c'est bon pour ceux qui sont déjà croyants, ou encore pour les curieux qui aimeraient connaître le point de vue de l'Église par rapport à ci et ça.

On devient croyant par un effet de la grâce ... grâce qui est elle-même une opération de Dieu, une intervention de Dieu, un moment où Lui-même se signale à nous, nous fait sentir sa présence.

C'est comme dans l'Ancien Testament, lorsque Dieu va lui-même chercher Moïse dans sa retraite au désert. La vision du Buisson ardent ... C'est la grâce ! C'est une révélation. C'est une expérience vivante. C'est une expérience réelle qui sort Moïse de ses chaussettes. Il est arrivé quelque chose ...

Le "quelque chose" qui arrive emprunte une voie d'une suavité particulière ... et qui force le sujet à se rendre ... Dans le cas du Buisson ardent, la suavité se révele dans le fait que le Grand Dieu a vu la misère des opprimés. C'est une expérience bouleversante. C'est touchant d'apprendre "in vivo" que le Dieu Créateur de l'univers est du côté des esclaves.

Encore ...

C'est comme le témoignage personnel de l'Apôtre Pierre dans les Actes et qui transpire la vérité ... quand il raconte comment Jésus faisait le bien partout où il passait et que Dieu était avec lui car il délivrait tous ceux que le diable tyranisait (lire : les pauvres, les exclus, les infirmes de naissance, les irrécupérables ... ). C'est de l'ordre de la Beauté avec un grand "B". C'est une onction. Une Bonté envers laquelle on peut ressentir un appel et dans laquelle on pourrait ressentir aussi comment la vie se trouve bien de ce côté-là. Beauté, Bonté, Intelligence ... au sens biblique (-= sagesse). On commence à sentir que l'on croit en ce Dieu-là quand on commence à réaliser que là se trouve bien notre vraie patrie. Que nous ne sommes pas fait pour l'inintelligence, l'absurde, la laideur, le néant, la déprime perpétuelle, la déchéance, le triomphe des forces de la dissolution.

On commence à croire quand on peut toucher du doigt une expérience réelle, comme un feu qui brûle à l'intérieur ou l'arrachement de soi-même à ses petites misères du moment et comme pour se retrouver plonger dans une expérience de contemplation particulière non intentionnellement provoquée ... à l'instar de ce qui se passe aussi chez les deux disciples d'Emmaüs.

Un petit moment d'étrangeté qui est vécu, non menaçant , paisible, doux, pacifique et ... et où la réalité semble se tasser un peu sur elle-même pour nous laisser apercevoir une nouvelle perspective que l'on n'aurait jamais osé croire comme vrai jusque-là.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8215
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Comment savoir si je crois en Dieu?

Message non lupar Cinci » mer. 23 mai 2018, 5:11

Il n'est pas nécessaire de vivre soi-même des choses fantastiques avant de commencer à croire. Je pense que l'on s'aperçoit que l'on commence à sentir quelque chose de Dieu quand on réalise que l'on est fasciné ou séduit par des thèmes comme la justice, la beauté, la vérité, la bonté. Il y a souvent un pôle qui nous attire plus que d'autres. Il y a un de ces thèmes qui nous fait plus vibrer. La vibration est un indice que quelque chose en nous se trouve mis en contact avec Dieu.

Il suffit de faire mémoire, de se rappeler ces occasions où l'on aurait pu se sentir transorté juste à l'idée de ... ému d'une façon pas ordinnaire en considérant que ... en écoutant le témoignage de ... après avoir été témoin de ...

Alizee
Quæstor
Quæstor
Messages : 279
Inscription : lun. 09 mai 2016, 12:19

Re: Comment savoir si je crois en Dieu?

Message non lupar Alizee » mer. 23 mai 2018, 11:32

Chère Hélène,

ce qui m'intrigue, c'est votre phrase ci-après :

"Cependant, j'ai quand même eu une proximité avec la religion catholique, et j'ai été croyante pendant une grande partie de mon enfance."

Vous semblez ne pas remettre en cause cette foi de votre enfance. Je serais donc tentée de dire que vous êtes peut-être sur le chemin du retour, une sorte de jeune recommençante...

Comment ai-je su que je croyais ?
Le climat de violence sur fond de djihad m'inquiétait beaucoup pour la cohésion de la société plurielle. Je me suis sentie démunie face à une situation qui dépasse de loin mes propres petites forces. Une envie m'a gagnée : prier. Je n'ai jamais prié auparavant de ma propre initiative (j'étais baptisée et j'ai eu de l'instruction religieuse tout au long de ma scolarité). Un jour, j'ai franchi le pas, je suis rentrée dans la cathédrale de ma ville, très mal à l'aise, je me sentais ridicule en fait mais je me suis adressée à Dieu en lui demandant de faire revenir la paix. Une sorte de Deus ex machina comme au théâtre antique. En sortant, toujours ce sentiment "mais je suis ridicule". Sauf que l'envie de prier revenait, sans cesse.
En parallèle, j'ai chanté avec mon ensemble vocal au cours de messes, j'ai donc lu pas mal de choses sur la liturgie histoire de mieux comprendre, et une envie de communier est née en moi, et pas pour "faire comme les autres".
Peu à peu, je me suis rendue à l'évidence : Dieu existe, il est vivant, et il agit dans ma vie. Pas évident à accepter, à se laisser déplacer, à envisager les conséquences (dont surtout l'appréhension très forte de devoir sortir de mon jardin secret)... mais bon, j'ai reçu les grâces qu'il me fallait pour persévérer.

Je vous dirais en somme : si vous vous laissez faire, si vous acceptez d'envisager que la réponse à la question de savoir si vous êtes croyante pourrait devenir un "oui" franc, alors vos doutes s'effaceront progressivement.


Revenir vers « Spiritualité »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités