La pastorale nouvelle du pape François (Un jour ...)

« J'enlèverai votre cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair. » (Ez 36.26)
Règles du forum
Forum d'échanges et de partage sur la spiritualité chrétienne
Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 7174
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: La pastorale nouvelle du pape François (Un jour ...)

Message non lupar Cinci » jeu. 05 oct. 2017, 5:25

Voici un document produit à l'issue d'un synode d'évêques tenu au Québec et condensant des réflexions sur la Joie de l'Évangile et le tournant missionnaire que l'Église doit prendre de nos jours. Une petite découverte supplémentaire pour moi.



La finalité de l’activité missionnaire de l’Église ne peut être autre que la vie, la joie et le
bonheur des hommes, des femmes et des enfants d’aujourd’hui. En d’autres termes, la fin
poursuivie ne peut être de l’ordre de la reconquête.

Ce qui est fondamentalement en jeu, ce n’est pas de permettre à l’Église de retrouver sa place
centrale dans la société ou de retrouver des masses de chrétiens.

La finalité est celle même de la mission du Fils : « Je suis venu pour qu’ils aient la vie et la vie
en abondance. » (Jn 10, 10) « Sortons, sortons pour offrir à tous la vie de Jésus-Christ. » (EG 49)
Cela suppose un décentrement de l’Église. « Je ne veux pas une Église préoccupée d’être le
centre et qui finit renfermée dans un enchevêtrement de fixations et de procédures. » (EG 49)

p.10

http://www.eveques.qc.ca/fr/news-item/l ... l-evangile

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 7174
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: La pastorale nouvelle du pape François (Un jour ...)

Message non lupar Cinci » jeu. 05 oct. 2017, 13:56

Mais comment recevoir ceci?


"Ainsi, en amont, l’amour immense de Dieu, origine, source et fondement de l’activité missionnaire et, en aval, le monde dont Dieu veut le bonheur, conduit l’Église à un décentrement radical.

Il ne s’agit pas simplement de sortir physiquement pour aller sur un autre terrain. Il s’agit, pour l’Église, de sortir de son monde (ses programmes, son organisation, ses règles, son langage), de son système autoréférentiel, et de vivre décentrée par rapport à elle-même afin de trouver son centre dans ce que Dieu fait et dans l’humanité vers laquelle elle est envoyée.

Inscrire l’activité de l’Église dans un cadre missionnaire supposera des choix courageux, car cela implique de nous centrer sur l’humanité à servir plutôt que sur « l’autopréservation» (EG 27) de l’institution ecclésiale qu’il s’agirait de sauver du naufrage.


Cela engage une véritable « conversion pastorale » (EG 27), conversion des pratiques et des programmes pastoraux et conversion de l’organisation de l’Église. Ce sont « les habitudes, les styles, les horaires, le langage et toute structure ecclésiale » (EG 27) qui
seront touchés. C’est dire que le tournant missionnaire va affecter en profondeur la totalité de la vie de l’Église."

p.12

cf Le tournant missionnaire _document de l'Assemblée des évêques

saperlipopette
Censor
Censor
Messages : 173
Inscription : dim. 29 mai 2016, 18:30
Conviction : catholique

Re: La pastorale nouvelle du pape François (Un jour ...)

Message non lupar saperlipopette » jeu. 05 oct. 2017, 20:13

Saperlipopette a écrit :
:-D Ben voyons... C'est un jésuite, c'est normal que personne comprenne rien! ;)
Non, je ne dirais pas cela.
Oui, bon, c'était de l'humour... :-D :p

Plus précisément, et sans aller aussi loin que vous dans une recherche axée sur la spiritualité, j'ai pensé que ça pouvait être parce qu'il est trop intelligent. Il a quelques siècles d’avance, on comprendra un jour. Chaque confidence aux médias seraient dûment raisonnée, calculée... jésuitiquement, si l'on veut forcer la caricature.
A vrai dire, il faut que je l'avoue, je n'ai pas encore eu le temps d'ingurgiter tous vos documents sur Jean Vanier et autres. Pour l'instant, paresse intellectuelle sur le pape François. Je procrastine. Spirituellement, je joue à la niaise qui ne comprend rien.
... et d'un point de vue politique, je joue à l'autruche qui met sa tête dans le sable. <:
Ad Majorem Dei Gloriam

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 7174
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: La pastorale nouvelle du pape François (Un jour ...)

Message non lupar Cinci » ven. 06 oct. 2017, 13:15

Saperlipopette a écrit :
A vrai dire, il faut que je l'avoue, je n'ai pas encore eu le temps d'ingurgiter tous vos documents sur Jean Vanier et autres.
Ingurgiter? Il ne s'agit pas d'une pénitence.

Mais je me questionne, je cherche. Je suis un peu "interdit" devant des formulations de demandes épiscopales comme indiquées plus haut dans le document de l'Assemblée des évêques.

D'un côté l'on devrait comprendre que nous vivons dans la société postmoderne et dans le postchristianisme et où plus rien n'est vrai, quand les repères se dissolvent, quand la raison de trouverait discréditer face à des sceptiques, le débat contradictoire frappé de nullité et illusoire aussi la volonté de se réfugier dans un catholicisme de l'an 1850. Et de l'autre côté, mais voici qu'il faudrait répondre au défi en se disposant soi-même à tout chambarder, tout changer et tout révolutionner.

:?:


Thierry-Dominique Humbrecht écrit :
Quel est le rôle du chrétien placé dans un monde postmoderne?

N'oublions pas qu'il est plus difficile de parler du Christ une seconde fois que la première à un auditeur qui vous regarde en souriant. Le postmoderne est revenu de tout, il s'amuse de l'évangélisateur naïf. Surtout si le postmoderne est pénétré de culture chrétienne, dont par ailleurs il ne veut plus, et que l'évangélisateur en est dépourvu, quoi qu'il la promeuve.

Entendons-nous : s'il s'agit d'annoncer le Christ, qui est le Chemin, la Vérité et la Vie, c'est avec les mots de l'Évangile qu'il faut l'annoncer, sans se soucier du reste. S'il s'agit de l'annoncer à quelqu'un, il convient aussi de tenir compte de ce quelqu'un, de sa personne et aussi de sa culture, c'est à dire de ses questions, de sa pensée, de sa vie, en somme de sa condition. Non pour soumettre l'Évangile à une situation donnée mais pour savoir à qui l'on parle quand on parle, peut-être aussi pour s'intéresser à la personne à qui l'on parle (et pas seulement à soi-même en train de parler, fût-ce du Christ). On ne vante pas de la même façon les bienfaits du mariage à des fiancés ou bien à un veuf. De même, on n'annonce pas l'évangile de la même manière à un chercheur de Dieu et à un chrétien enivré de relativisme postmoderne. [...]

Or notre postmoderne enivré est plus un adulte revenu de tout qu'un enfant émerveillé. Il a souvent perdu sa capacité d'admiration, ou du moins l'a laissé s'enfouir sous la jouissance, l'amertume, le respect humain, l'habitude, bref, sous son nihilisme à visage humain. Il n'a rien perdu en revanche de son esprit critique. Le postmoderne ainsi tancé ne se laisse pas conduire. Il va critiquer le message que l'évangélisateur lui soumet, et aussi l'évangélisateur lui-même. Il va déconstruire l'un et l'autre.

p. 144

saperlipopette
Censor
Censor
Messages : 173
Inscription : dim. 29 mai 2016, 18:30
Conviction : catholique

Re: La pastorale nouvelle du pape François (Un jour ...)

Message non lupar saperlipopette » ven. 06 oct. 2017, 21:00

Ingurgiter? Il ne s'agit pas d'une pénitence
Nenni. De pure paresse... ;) Il y a des gens qui peuvent méditer naturellement et sans effort; d'autres qui s'intéressent à la spiritualité avec l'empressement que certains mettent à regarder des séries américaines. Même si je sens tout l'enjeu intellectuel et spirituel de la question, et que ça me titille, j'ai quelque réticence de consommateurs végétant. Mais je vais m'y mettre.
D'un côté l'on devrait comprendre que nous vivons dans la société postmoderne et dans le postchristianisme et où plus rien n'est vrai, quand les repères se dissolvent, quand la raison de trouverait discréditer face à des sceptiques, le débat contradictoire frappé de nullité et illusoire aussi la volonté de se réfugier dans un catholicisme de l'an 1850. Et de l'autre côté, mais voici qu'il faudrait répondre au défi en se disposant soi-même à tout chambarder, tout changer et tout révolutionner.
Comme dans tout, le juste milieu entre les deux tendances, pour répondre au besoin de notre temps, semble se situer sur une crête aiguë d'une montagne redoutable. Être chrétien serait jouer au funambule. Mais ça ne nous change pas. Gageons que dans deux cents ans on nous reprochera nos excès dans l'une ou l'autre pente, comme nous, nous critiquons l'Eglise du 15e s ou l'Eglise de 1970.
Ad Majorem Dei Gloriam

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 7174
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: La pastorale nouvelle du pape François (Un jour ...)

Message non lupar Cinci » sam. 07 oct. 2017, 20:56

O.K. Merci pour l'Intérêt.


:)


Ici c'est un peu comme un atelier de recherche. Dans mon esprit à tout le moins. J'essaie de voir, j'essaie de trouver un angle.

On se fait souvent charrier entre des positions apparemment contraires. Funambule? Oui, c'est un peu ça. Mais pour avancer, le funambule a quand même besoin d'acquérir quelque chose, une certaine assurance provenant peut-être d'une certaine disposition intérieure, une vision claire de ce qui est possible de faire sans risquer l'accident grave, la chute dans le vide. Puis comment être à l'aise ... en pratique, dans la vraie vie ... rencontrant ces personnes avec qui échanger un peu, à aider ou à aimer ...

Ma difficulté vient aussi qu'en lisant de ces directives ou juste en recevant verbalement des consignes d'Église via ceci ou cela : j'aurais une impression prégnante à l'effet que l'on me demande de me taire, garder le silence, continuer de pratiquer la vieille politique d'enfouissement. Le sentiment c'est qu'il faudrait jouer les infirmières ou la bonne maman, sans jamais trop de soucier de doctrine, de contenu, dogme. Un petit quelque chose m'insatisfait avec ce qui pourrait apparaître comme la posture catholique du fantôme universel ... levain dans la pâte, caché, invisible, être témoin de ce qu'il y a de beau chez l'autre, pas besoin de défendre notre patrimoine ... Évangélisons, chers frères, chères soeurs ... mais sans prosélytisme attention ! sans mots! Parce que c'est l'Esprit ... Ah c'est l'Esprit! Mais si c'est l'Esprit ...

A la base, c'est pourquoi j'aurai songé à faire un parallèle entre un auteur comme T.-D. Humbrecht qui m'apparaîtrait comme un bon contre-poids à la politique du silence, parce que ce dernier parle et recommande aussi aux chrétiens de parler. "Parles!"; "Ouvre la bouche!"

Comment agencer tout cela harmonieusement? Parle, parle pas ... De l'audace, soyez humble ... Pas de forfanterie, tout le monde est pareil et tout le monde il est beau ... mais il faut savoir vendre la perle rare ...


Revenir vers « Spiritualité »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités