Prier le Notre Père

« J'enlèverai votre cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair. » (Ez 36.26)
Règles du forum
Forum d'échanges et de partage sur la spiritualité chrétienne
Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 6189
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Prier le Notre Père

Message non lupar Cinci » dim. 15 janv. 2017, 4:47

Bonjour,

Je voudrais mettre ici quelques bonnes réflexions d'Anselme Grün sur le sujet. J'en avais aperçu quelques unes dans un de ses ouvrages. Ce serait bien que tout le monde en profite.

:)


Sur le Père

Notre Père : cela signifie que Dieu n'est pas seulement mon Dieu. Il est le Dieu de tous les hommes - même de ceux qui ne me sont pas sympathiques. Rien qu'en priant "Notre Père", je suis déjà renvoyé à ceux qui m'entourent : à la communauté dont je fais partie, mais aussi à tous les gens du monde entier. Les Pères de l'Église ont déjà souligné le fait que nous prions communautairement notre Père. Je cite la magnifique texte de saint Augustin : Nous disons ensemble Notre Père. Quelle dignité! C'est ainsi que s'exprime l'empereur, c'est ainsi que s'exprime le mendiant et l'esclave et son maître. Ils disent ensemble : Notre Père, qui est aux cieux. Ils reconnaissent donc être frères. Il ne faut donc pas qu'un maître soit irrité d'avoir comme frère son esclave, puisque le Seigneur Jésus l'a voulu comme frère.

Jean Chrysostome le confirme : "A tous, Dieu a conféré une même noblesse de naissance, puisqu'il veut être appelé Père commun de tous les hommes."

En priant Dieu le Père de tous les hommes, nous ne faisons plus qu'un avec tous les hommes, et avant tout avec ceux qui manquent de père et de mère, qui se sentent abandonnés et exclut de la communauté humaine.

Qui est aux cieux

En allemand, le mot ciel : Himmel vient de Hemd, qui exprime ce qui abrite, qui couvre, qui protège. Le Dieu du ciel est le Dieu qui nous protège partout sur les routes de nos vies et qui nous enveloppe de sa présence aimante. Le mot ciel nous dit qu'il ne faut pas ramener Dieu au niveau de notre propre pensée.

Dieu est à la fois le créateur du ciel et de la terre et l'ami qui demeure en nous au fond de notre coeur. Il est en même temps en dehors de nous et en nous. Cependant, même en demeurant en nous, il n'est pas à notre disposition, il ne nous appartient pas. Mais lorsqu'il demeure en nous, le ciel est en nous. Et alors nous sommes protégés. L'étroitesse de notre vie éclate et notre coeur s'élargit.

Sur le règne de Dieu

Pourquoi devons-nous dire "Que ton règne vienne"? En fait, nous prions pour que son règne ne cesse de venir chez nous et pour qu'il imprègne tous les recoins de notre âme, qu'il soit efficace aussi dans notre "être ensemble", oui, pour qu'il devienne visible dans le monde entier.

Voici comment saint Augustin comprend cela : il n'est pas nécessaire de prier Dieu pour son règne vienne, car ce règne viendra que nous le voulions ou non . Mais par cette demande nous éveillons en nous le désir de son règne : qu'il vienne chez nous et que nous méritions de participer à ce règne. Pour Augustin, cette prière exprime notre désir de faire l'expérience mystique du règne de Dieu qui est en nous.

Le désir de la venue du règne de Dieu a en même temps un contenu politique. Car nous demandons que Dieu règne dans ce monde et que cesse la domination des hommes injustes : c'est Dieu qui doit régner et non les adorateurs de l'argent et du pouvoir.

L'exégète suisse H.-J. Venetz parle à ce propos de prière "subversive". Car lorsque nous prions que vienne le règne de Dieu, nous exprimons le souhait que tous les autres pouvoirs soient dépossédés. Nous souhaitons que tous les autres pouvoirs cessent de jouer un rôle. La venue du règne de Dieu signifie effectivement que tous les seigneurs qui se croient importants sont privés de leur pouvoir; cela signifie aussi que tous les faux-dieux perdent leur pouvoir, qu'ils aient le visage d'Hitler ou d'un ordinateur, ou encore la forme de la croissance économique illimitée quel qu'en soit le prix, ou celle de l'apartheid ou de l'égoïsme national. La prière s'adresse à Dieu : que lui-même vienne régner. Mais nous ne sommes pas des spectateurs passifs : c'est par notre agir que le règne de Dieu doit s'étendre dans ce monde.

Les paroles du Notre Père, reliées au Sermon sur la montagne, nous révèlent le fondement d'un nouveau comportement. Parce que nous sommes fils et filles de Dieu, parce que Dieu nous a adoptés de manière inconditionnelle, nous n'avons plus à nous justifier ou à nous défendre devant les hommes. Nous n'avons plus à lutter pour notre dignité, car, comme fils et filles de Dieu, nous possédons une dignité inviolable.

L'expérience d'être enfants de Dieu nous donne la liberté d'adopter une façon d'être nouvelle, qui n'est pas marquée par la peur ou l'insécurité, mais par la confiance et la liberté. Notre prière doit elle aussi procéder de ce nouveau comportement, sinon elle n'est pas authentique. Et c'est notre comportement qui en indique l'authenticité.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 6189
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Prier le Notre Père

Message non lupar Cinci » lun. 16 janv. 2017, 1:31

Je ne sais pas comment ça résonne pour vous ... Quel ennui! Je sais déjà tout cela! ... ou peut-être "Du blabla sans substance".

:)

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 6189
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Prier le Notre Père

Message non lupar Cinci » lun. 16 janv. 2017, 1:31

Que ton nom soit sanctifié


L'Évangile de Jean ne cesse de répéter que Dieu est glorifié par Jésus-Christ. Le sommet de cette glorification, c'est la mort sur la croix. C'est en elle que s'accomplit l'amour de Dieu, amour devenu visible en Jésus-Christ, et c'est cet amour qui révèle à la face de tous les hommes la gloire de Dieu. Jésus considère comme son devoir de glorifier Dieu en ce monde, afin que tous les hommes puissent contempler sa gloire.

C'est ce qu'Il exprime dans la prière sacerdotale :" Je t'ai glorifié sur la terre" (Jn 17,4). Par sa prédication et son action, Jésus veut rendre visible sur terre la gloire et l'amour de Dieu. Ainsi, demandons-nous, au début du Notre Père, que la gloire de Dieu se révèle à nous aujourd'hui aussi et que nous puissions connaître son amour et en vivre.

Est saint ce qui n'est pas de ce monde

Pour les Grecs, est saint ce qui est soustrait au monde, ce sur quoi le monde n'a aucun pouvoir. En même temps, seul ce qui est saint peut guérir l'homme : ce n'est qu'en entrant en contact avec ce qui est saint que l'on est sanctifié et que l'on est sauvé. Que le nom de Dieu soit sanctifié signifie d'abord que Dieu échappe au monde. Nous ne devons pas disposer de Dieu. C'est lui-même qui se révèle comme le Saint, habitant une lumière inaccessible. Ce qui correspond au deuxième commandement : il ne faut pas figer Dieu dans une image.

Martin Luther pense que le nom de Dieu est saint en soi. Et ce que nous demandons dans le Notre Père c'est qu'Il devienne saint aussi en nous. Ce qui signifie finalement que c'est par Dieu que nous sommes sanctifiés. Cyrille de Jérusalem disait déjà la même chose : "Le nom de Dieu est naturellement saint, que nous le disions ou non ... Ce que nous demandons c'est que le nom de Dieu soit saint en nous, en nous sanctifiant nous-mêmes et en vivant saintement."

Il est de notre devoir de sanctifier le nom de Dieu

Jean Chrysostome considère la sanctification du nom de Dieu comme un devoir pour nous . [...] "En nous dégageant des lois du monde et en rendant visible la sainteté de Dieu par notre liberté et notre amour, nous sanctifions le nom de Dieu." C'est pourquoi la sanctification du nom de Dieu a toujours un aspect éthique. Il faut laisser Dieu sanctifier notre vie. Grégoire de Nysse comprend ainsi cette demande du Notre Père : Celui qui prie "Que ton nom soit sanctifié" parle à Dieu à peu près ainsi : Aide-moi par ta grâce à devenir irréprochable, juste, craignant Dieu; à devenir un homme qui évite toute action mauvaise, qui dit la vérité, qui pratique la justice, qui vit honnêtement, qui rayonne par sa pureté, dont les parures sont sages et modérées, qui recherche ce qui est en haut [...]

La sanctification du nom de Dieu comporte non seulement un aspect personnel, mais aussi une dimension sociale. C'est Léonardo Boff, le théologien de la libération qui, dans son commentaire du Notre Père, insiste particulièrement sur cet aspect. Il écrit : Nous sanctifions le nom de Dieu, lorsque dans notre vie, par notre action de solidarité, nous aidons à la construction de relations humaines plus équitables et plus saintes, qui s'opposent à la violence et à l'exploitation de l'homme par l'homme. Dieu est toujours méprisé lorsqu'on méprise son image et sa ressemblance. Il est toujours sanctifié, lorsque la dignité humaine est rendue à l'exproprié et à l'humilié.

Il sanctifie Dieu dans l'arène de l'histoire, celui qui choisit de lutter avec les opprimés pour tenter de retrouver sa liberté captive. Il sanctifie le très saint nom du Père, celui qui se solidarise avec les classes défavorisées, prend part au conflit de la société et, sans haines destructrices, aide à établir des liens plus fraternels dans le tissu social.

Quand l'homme se stabilise dans ces huit attitudes (cf. sermon sur la montagne) et qu'Il bénéficie des béatitudes correspondantes promises par Jésus, alors le nom de Dieu est sanctifié.

[...]

La sainteté a toujours quelque chose à voir avec la santé. Le nom de Dieu est sanctifié lorsque l'homme en contemplant Dieu et en respectant son saint nom, est guéri et trouve ainsi le chemin vers la vérité de son être propre.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 6189
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Prier le Notre Père

Message non lupar Cinci » jeu. 16 févr. 2017, 8:02

Ah! Joie ...


Ce que je cherchais depuis quelques jours mais que je ne trouvais pas.
Saint Thomas rappelle que selon saint Augustin il y a une certaine correspondance entre les demandes du Pater et les dons du Saint Esprit. A la première demande correspondrait le don de Crainte, à la deuxième le don de Piété, à la troisième le don de Science; à la quatrième le don de Force, la cinquième le don de Conseil, la sixième le don d'Intelligence et à la septième le don de Sagesse.
Qui l'eût cru ?

Il nous semble que la correspondance est plus satisfaisante pour l'esprit si on l'établit de la façon suivante :

Dire "Notre Père qui êtes aux cieux, que Votre Nom soit sanctifié", cela est particulièrement approprié au don de Sagesse - et c'est par excellence la prière des Pacifiques, auxquels il a été promis qu'ils seront appelés les fils de Dieu. Demander que Son Royaume arrive, cela est particulièrement approprié au don d'Intelligence - et c'est par excellence la prière des Coeurs purs, auxquels il a été promis qu'ils verront Dieu.

Demander que Sa Volonté soit faite sur la terre comme au ciel, cela est particulièrement approprié au don de Science - et c'est par excellence la prière de ceux qui pleurent, et auxquels il a été promis qu'ils seront consolés.

Demander qu'Il nous donne aujourd'hui notre pain quotidien, cela est particulièrement approprié au don de Force - et cela est par excellence la prière de ceux qui ont faim et soif de la justice, et auxquels il a été promis qu'ils seront rassasiés.

Demander qu'Il nous pardonne nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés, cela est particulièrement approprié au don de Conseil - et c'est par excellence la prière des Miséricordieux, auxquels il a été promis qu'ils obtiendront miséricorde.
Et enfin ...
Demander que Dieu ne nous amène pas entre les mains de l'épreuve, cela est particulièrement approprié au don de Piété - et c'est par excellence la prière des Doux, auxquels il a été promis qu'ils posséderont la terre. Demander qu'Il nous délivre du mal, cela est particulièrement approprié au don de Crainte - et c'est par excellence la prière des Pauvres en esprit, auxquels il a été promis que le royaume des cieux est à eux.

Source : Raïssa Maritain, Notes sur le Pater, DDB, 1991, p. 160

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 6189
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Prier le Notre Père

Message non lupar Cinci » mar. 21 mars 2017, 18:00

Bonjour,

Je voudrais signaler ici que durant le temps du Carême, l'émission "La foi prise au mot" présente une série de rencontres ayant pour thème la prière du Notre Père. Que voilà un très bon programme!

http://www.ktotv.com/video/00143461/que ... soit-faite

Bon visionnement.


Revenir vers « Spiritualité »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités