Homélie du père Pascal Montavit, év. selon st Luc

« J'enlèverai votre cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair. » (Ez 36.26)
Règles du forum
Forum d'échanges et de partage sur la spiritualité chrétienne
etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13218
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Homélie du père Pascal Montavit, év. selon st Luc

Message non lu par etienne lorant » ven. 14 oct. 2016, 18:38

(RV) Voici le commentaire de l'Évangile de ce dimanche 2 octobre 2016 (27e dimanche du temps ordinaire) , préparé par le père Pascal Montavit. Il s'appuit sur l'Évangile selon saint Luc, chapitre 17, versets 5 à 10.

L’Évangile de ce jour nous invite à méditer sur la foi. Jésus dit : «La foi, si vous en aviez gros comme une graine de moutarde, vous diriez au grand arbre que voici : ‘Déracine-toi et va te planter dans la mer’ ; il vous obéirait» (Lc 17,6). La foi est donc une réalité qui se quantifie. Elle est appelée à grandir. C’est pourquoi les Apôtres demandent à Jésus : «Augmente en nous la foi !» (Lc 17,5). Mais que faut-il faire pour que notre foi grandisse ?

En premier lieu, il est important de s’entraîner à poser des actes concrets. Il n’y a pas de secret. Pour grandir dans la foi, il faut faire l’expérience que Jésus écoute nos prières et bénit les actes que nous posons au nom de notre foi. Si nous n’y sommes pas habitués, nous pouvons alors commencer par poser de tout petits actes de foi. Par exemple, nous pourrions avoir peur de reconnaître que nous sommes chrétiens devant nos amis, car nous redoutons la moquerie ou l’incompréhension. Il ne s’agit pas alors de nous placer au milieu de la place publique pour appeler la foule et exposer le message du Christ. Mais, très simplement, nous pourrions dire à nos amis, à nos collègues de travail : «Je suis catholique, je vais à la messe». Inutile d’aller plus loin. Dire cela, c’est déjà poser un acte de foi et placer sa confiance dans cette parole de Jésus: «Ne cherchez pas avec inquiétude comment vous défendre ou que dire, car le Saint Esprit vous enseignera à cette heure même ce qu’il faut dire» (Lc 12,11-12).

Un acte de foi, un peu plus grand, que nous pourrions poser, est celui de prier pour la guérison des malades. Lorsqu’une personne est malade, nous prions spontanément pour elle. Mais prions-nous précisément pour que le Seigneur opère une guérison ? Là encore, nous pouvons faire un pas en avant et progresser dans notre foi. Nous pourrions dire : «Je vais prier pour que le Seigneur donne la guérison». Peut-être n’est-ce pas dans le plan de Dieu de guérir cette personne, mais notre prière portera cependant du fruit. C’est alors que notre foi grandira.

La deuxième partie de l’évangile nous parle de l’importance de rester humbles lorsque nous avons obéi au Seigneur. Il est dit : «quand vous aurez fait tout ce que Dieu vous a commandé, dites-vous : ‘Nous sommes des serviteurs quelconques : nous n’avons fait que notre devoir’» (Lc17,10). Il est intéressant de remarquer que Jésus insiste sur l’importance de l’humilité juste après avoir appelé à grandir dans la foi. Tout simplement parce que, par la foi, nous pouvons accomplir de grandes choses. Jésus dit : «En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera, lui aussi, les œuvres que je fais ; et il en fera même de plus grandes, parce que je vais vers le Père» (Jn 14,12). Il arrive toutefois que le disciple du Christ fasse fausse route et se prenne lui-même pour la source de toutes les grâces qui passent par lui. Que ce disciple n’oublie pas alors que tout vient de l’unique source, le Seigneur Jésus.

En ce jour, prions pour que le Seigneur augmente en nous la foi et nous donne de poser des actes de foi concrets.

(CV-PM)
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité