La prière, quand et comment

« J'enlèverai votre cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair. » (Ez 36.26)
Règles du forum
Forum d'échanges et de partage sur la spiritualité chrétienne
Avatar de l’utilisateur
astre
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1128
Inscription : lun. 24 juin 2013, 19:47
Localisation : Bretagne

Re: Comment prier?

Message non lupar astre » dim. 06 avr. 2014, 13:58

Prier comme Moïse, avec "liberté" et "courage"

« Dans toute prière, l’Esprit-Saint est présent », explique le pape François qui encourage à prier "comme Moïse", c’est-à-dire avec "liberté d’esprit" et "courage".

Le pape François a commenté, jeudi 3 avril, dans son homléie du matin, lors de la messe à la Maison Sainte-Marthe du Vatican, le dialogue de Moïse avec Dieu sur le Mont Sinaï, après l’épisode du veau d’or.

« Dans toute prière, a-t-il rappelé, l’Esprit-Saint est présent », « on ne peut pas prier sans l’Esprit-Saint. C’est lui qui prie en nous, c’est lui qui change notre cœur, c’est lui qui nous apprend à dire à Dieu ‘Père’. Demandons à l’Esprit-Saint, qu’il nous apprenne lui-même à prier, oui, comme Moïse a prié, à négocier avec Dieu, avec liberté d’esprit, avec courage. Et que l’Esprit-Saint, qui est toujours présent dans notre prière, nous conduise sur cette route ».

Moïse prie avec force le Seigneur pour qu’il y réfléchisse encore : « Cette prière, explique le pape François, est une véritable lutte avec Dieu. Une lutte du chef du peuple pour sauver son peuple, qui est le peuple de Dieu. Moïse parle librement devant le Seigneur et il nous enseigne comment prier, sans peur, librement, et même avec insistance. Moïse insiste. Il est courageux. La prière doit être aussi « une négociation avec Dieu », « argumentée ».

Finalement, Moïse convainc Dieu et la lecture du jour dit que « le Seigneur renonça au mal qu’il avait voulu faire à son peuple ». « Mais, s’interroge le pape, qui a changé ? Qui ? Le Seigneur a changé ? Je ne crois pas ».

« Celui qui a changé, explique-t-il, c’est Moïse, parce que Moïse croyait que le Seigneur allait faire cela, il croyait que le Seigneur allait détruire le peuple et il cherche, dans sa mémoire, combien le Seigneur avait été bon avec son peuple, comment il l’avait arraché à l’esclavage en Egypte et fait sortir avec une promesse. Et avec ces arguments, il cherche à convaincre Dieu, mais dans ce processus, il retrouve la mémoire de son peuple, et il trouve la miséricorde de Dieu. Ce Moïse, qui avait peur, peur que Dieu fasse cette chose, à la fin, il descend de la montagne avec quelque chose de grand dans le cœur : notre Dieu est miséricordieux. Il sait pardonner. Il revient sur ses décisions. C’est un Père ».

Tout cela, fait observer le pape, Moïse le savait, « mais il le savait plus ou moins obscurément et il le retrouve dans la prière. C’est ce que fait la prière en nous : elle nous change le cœur ».

« La prière nous change le cœur, a ajouté le pape. Elle nous fait mieux comprendre comment est notre Dieu. Mais c’est pour cela qu’il est important de parler avec le Seigneur, non pas avec des paroles vides – Jésus dit : ‘comme font les païens’. Non, non : parler avec la réalité : ‘Mais regarde, Seigneur, j’ai ce problème, dans ma famille, avec mon enfant, avec celui-ci, cet autre… Que peut-on faire ? Mais regarde, tu ne peux pas me laisser comme ça !’. C’est cela, la prière ! Mais cette prière prend beaucoup de temps ? Oui, elle prend du temps ».

C’est le temps dont nous avons besoin pour mieux connaître Dieu, comme on le fait avec un ami, parce que Moïse, dit la Bible, priait avec le Seigneur comme un ami parle à un autre ami.

« La Bible dit que Moïse parlait au Seigneur face à face, comme à un ami. C’est ainsi que doit être la prière : libre, insistante, argumentée. Et même en grondant un peu le Seigneur : ‘Mais tu m’as promis cela, et cela, tu ne l’as pas fait…’. Comme cela, comme on parle avec un ami. Ouvrir son cœur à cette prière. Moïse est descendu de la montagne fortifié : ‘J’ai mieux connu le Seigneur’ et, avec cette force que lui a donnée la prière, il reprend son travail et conduit le peuple vers la Terre promise. Parce que la prière fortifie : elle fortifie. Que le Seigneur nous donne à tous la grâce, parce que prier est une grâce », a commenté le pape.
L'amitié nous fait partager de grands moments de bonheur, mais aussi d'immenses peines. L'important est de partager, de s'écouter, de se soutenir.
Abbé Pierre

Lolo62
Censor
Censor
Messages : 81
Inscription : dim. 13 avr. 2014, 9:16

Re: Comment prier?

Message non lupar Lolo62 » lun. 14 avr. 2014, 11:06

Merci pour ce message, car je me posais beaucoup de questions. On dit pour savoir prier, il faut prier le Saint Esprit avant toute prière,
mais comment puis-je bien prier le Saint Esprit?

Merci d'avance pour vos réponses.

Peccator
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2234
Inscription : mar. 10 sept. 2013, 21:38
Localisation : Près de Paris

Re: Comment prier?

Message non lupar Peccator » lun. 14 avr. 2014, 13:40

J'aime bien chanter le refrain "Jésus, toi qui as promis". Mais il y a aussi de très belles prières au Saint Esprit, par exemple le Veni Creator Spiritus (à lire en traduction française, bien sûr).

Quelques prières à l'Esprit, sur la page du Cybercuré :
http://92.catholique.fr/faq/confirmatio ... esprit.htm
Non pas ce que je veux, mais ce que Tu veux. Mc 14, 36

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 7933
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Comment prier?

Message non lupar Cinci » lun. 14 avr. 2014, 19:36

Bonjour,

Merci à vous deux d'avoir fait ressortir ce fil des limbes en intervenant, Peccator et Lolo62.

C'est Astre qui écrivait ceci :
  • La prière est un pur élan de foi et d'amour de la créature envers son Créateur ... Ce ne sont pas les mots qui font une prière bien faite, mais l'élan d'adoration et d'amour. - François Brune (prêtre)


Je suis bien content de trouver ce fil.

Il faut que je vous dise qu'il y a seulement deux mois, une pareille phrase du père Brune aurait été autant signifiante pour moi que si elle avait été exprimée en langue bulgare. Encore, les mots auraient été compris, le sens global, mais avec l'ensemble demeurant à l'extérieur de moi pourtant.

«C'est non significatif, n'évoque rien pour moi réellement, lettre morte, des mots, des mots, des mots, etc.»

Aujourd'hui, je peux apprécier la phrase plus haut. La vérité en ce qui me concerne : j'aurai toujours appréhendé inconsciemment (plus fort que moi) le Père au travers la relation déficiente, brisée, non-aimante, indifférente et glaciale, qui est la mienne en rapport à mon propre père biologique sur la terre. Résulat des courses ? Impossibilité totale de prendre un peu de temps, ne serait-ce que trente seconde, pour prier le Père. Mission impossible !

De fait, jusqu'ici mais j'aurai toujours tenu le Père à distance. Blocage. Et le corollaire : inconfort certain et désagrément personnel garanti chaque fois que les prières de l'Église doivent s'attarder au Père ou juste mentionner le Père.

[...]

Seulement, j'ai été «délié» à ce sujet récemment. Une pure grâce !

Je ne pourrais même pas expliquer la raison du pourquoi du changement intérieur. Simplement, je me suis réveillé en réalisant soudainement comment la voie était libre (après des années de mouise), comment je me trouvais dégagé. Le Père était à la fois proche et vraiment autre que le noeud psychologique qui pouvait m'enfermer jusque-là, le noeud dont il m'était impossible de me défaire relationnellement, sorte de complexe négatif dont je ne pouvais éviter aussi que le reconduire à l'encontre de ce fameux «Père en haut lieu».

Je me suis découvert un coeur aimant pour le Père. Incroyable. Un goût, une chaleur, une facilité à prier le Père maintenant, en plus. Alors, deux choses ici, et simultanées : l'inédit total pour moi d'un nouveau rapport au Père et une lumière sur ce qu'est la prière finalement. La prière chrétienne qui équivaut à aimer tout simplement. Point.

J'ai toujours eu de la difficulté à entrer dans la compréhension de la prière, ce à quoi cette activité devrait correspondre. «Et qu'est-ce que je devrais faire ? quoi dire ? Oui, mais parler à un mur ... monologuer ... aucun goût ... lancer du baratin en l'air ... quel ennui ... zzzzzz».

J'aurais pu lire des encyclopédies complètes sur la prière, toujours personne pour me dire qu'il s'agit d'aimer. Pas un seul séminariste en exercice pour me dire tout simplement que prier : c'est prendre le temps de s'arrêter un moment pour aimer.


Alors une remarque sur le conseil de gérardh :
Adressez-vous simplement à Dieu en toute liberté et avec vos propres mots.
Un tel conseil eût été inoppérant pour moi et pour cette raison personnelle que je viens de mentionner.


Si vous demandez par exemple à une jeune fille qui aurait été violée et battue par son père d'aller prier le «Père» en toute liberté, il y a peu de chance que ça fonctionne. Dire à un enfant de six ans d'aller prière le «Père en haut» quand son propre père en bas serait complètement bouché, indifférent, perfectionniste et vaguement hostile ? Autant demander à un paralysé de gravir lui-même les marches du sanctuaire, à un infirme en motorisé d'aller faire le chemin St-Jacques.

Le conseil de gérardh est valable pour une personne en bon état, en bonne condition, avec une psyché dégagé de scories assez importantes, sinon ...

Bref, il vaudrait peut être mieux s'enquérir un peu de l'état des relations avec autrui chez la personne avant que de conseiller à quiconque d'aller parler à Dieu dans sa chambre et etc.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 7933
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Comment prier?

Message non lupar Cinci » ven. 25 avr. 2014, 17:07

Dans mes vieux papiers, un petit article sans prétention de la revue du sanctuaire Notre-Dame Du Cap et qui date de 2011 :


  • Mon âme a soif
    par Paul Longpré

    Dur, dur, prier ? Impossible !

    «Au sortir d'une période de remise en question existentielle, il y a une vingtaine d'année, j'ai décidé de faire une place importante à la prière dans ma vie. Comme on décide de changer de métier. Ou de prendre sa retraite. Il va sans dire que cela n'a pas eu de suite. A chaque essai, après deux minutes de prière, ma tête n'y était déjà plus. Mon imagination battait la campagne. J'ai fini par m'avouer que j'étais tout à fait incapable de prier.

    Tout penaud, je m'en suis ouvert à un moine cistercien qui deviendra par la suite mon guide spirituel. Il n'a pas manqué l'occasion de se payer ma tête. Amicalement, bien sûr. «Vois-tu, m'a-t-il fait remarquer, ce n'est pas dans la tête qu'on prie. Le lieu de la prière, c'est le coeur ... Et puis, tant qu'à vouloir entrer en contact avec le Seigneur, dis-toi bien que le commutateur est de son bord !»

    C'était là mes deux premières leçons de prière : je les pioche encore. Passer du rationnel à l'affect. Pas évident.

    Faisons un détour par la grammaire et la prière de la Sérénité. Selon l'analyse grammaticale, lorsqu'on dit Mon Dieu, donnez-moi la sérénité, le mon est un déterminant possessif : mon auto, mon ordi, ma maison ... Toutes choses que je possède, en effet. Mais lorsque je dis : mon fils, ma femme, mon frère, ma soeur, mes petites-filles, je ne suis plus du tout dans le domaine du possessif. Et à plus forte raison quand je dis Mon Dieu : je suis en plein dans l'affect ! (soit dit en passant, il faudrait créer une nouvelle sous-classe grammaticale : le déterminant affectif. Que Grevisse se le tienne pour dit ...) Cependant, le problème de fond reste entier : comment trouver la voie du coeur ? Il existe des techniques de relaxation, d'intériorisation. Elles ont leur utilité comme conditionnement à la prière. Mais il est illusoire de compter sur des techniques pour entrer en contact avec Dieu.

    L'Élan vient de Dieu

    Dans le catéchisme de mon enfance, on décrivait la prière comme un élan du coeur et de l'âme vers Dieu. Cela ne manquait pas de poésie, mais je n'y comprenais pas grand chose. D'autant moins que l'on me faisait mémoriser des formules toutes faites, dans un vocabulaire qui m'était souvent aussi inaccessible que le mandarin. Par exemple : Acte d'humilité. Mon Dieu, je ne suis que cendre et poussière. Apprenez-moi à me mépriser moi-même ... etc. Et surtout on ne m'a jamais expliqué que c'est Dieu qui donne l'élan de la prière. Un peu comme le papa donne des élans à son enfant qui est assis sur la planche de la balançoire. Plus tard, au collège, un religieux nous introduisait ainsi à la méditation du matin : «Mettons-nous en la présence de Dieu et adorons-le...» Je ne tardais pas à m'endormir ...

    Peu à peu, mon ami Thomas m'a amené à accepter le fait d'être incapable de prier. Je suis bien forcé d'admettre que mon pauvre coeur est divisé : une partie de moi cherche Dieu et l'autre le fuit. Cela m'a pris une bonne dose d'humilité. Puis il m'a fait comprendre qu'il n'y a qu'une méthode efficace : demander à Dieu de mettre le contact. Jésus nous a promis qu'une telle demande, à coup sûr, toucherait le coeur miséricordieux du Père.

    «Quel Père, parmi vous, si son fils lui demande un poisson, lui donnera un serpent au lieu du poisson ? Ou encore, s'il demande un oeuf, lui donnera-t-il un scorpion ? Si donc, vous, qui êtes mauvais, savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus le Père céleste donnera-t-il l'Esprit Saint à ceux qui le lui demandent.» (Lc 11, 11-13)

    De nombreux exégètes affirment que demander l'Esprit Saint ou demander la prière, cela revient au même, puisque c'est l'Esprit Saint qui prie en nous.

    En fait, mon ami m'a fait découvrir la prière du pauvre. La prière de celui qui attend tout de Dieu : même l'amour pour l'aimer. Même les mots pour le lui dire. [...]»
[/color]

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 7933
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Comment prier?

Message non lupar Cinci » dim. 27 avr. 2014, 16:09

Une p'tite prière pour la route ...


Ô Père, selon la richesse de ta gloire,
daigne m'armer de puissance par ton
Esprit pour que se fortifie en moi
l'être intérieur, que le Christ habite
en mon coeur par la foi, et que je
sois enraciné, fondé dans l'Amour.

A toi, Père, dont la puissance agissant
en moi est capable de faire bien au-delà,
infiniment, au-delà de tout ce que je
pourrais demander ou concevoir, à toi
la gloire, dans l'Église et le Christ Jésus,
pour tous les âges et tous les siècles !


(Ephésiens 3, 14-21)

Avatar de l’utilisateur
astre
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1128
Inscription : lun. 24 juin 2013, 19:47
Localisation : Bretagne

Prier en silence "Seigneur, conseille-moi"

Message non lupar astre » jeu. 08 mai 2014, 8:14

Prier en silence dans le bus, dans la rue : "Seigneur, conseille-moi"
Catéchèse sur le don de conseil, 7 mai 2014 (texte intégral)

Rome, 7 mai 2014 (Zenit.org) Pape François | 560 clics

Le pape invité à prier « dans le bus, dans la rue, en silence, dans notre cœur » : « Prier le Seigneur : 'Seigneur, aide-moi, conseille-moi, que dois-je faire maintenant ?'. »

Le pape François a poursuivi son cycle de catéchèse sur les sept dons de l'Esprit-Saint, ce matin, 7 mai 2014, lors de l'audience générale : après la sagesse le 9 avril, et l'intelligence le 30 avril, le pape a médité sur le don de conseil, « le don par lequel l’Esprit-Saint rend la conscience capable de faire un choix concret selon la logique de Jésus et de son Évangile ».

A travers le don de conseil, c’est en effet « Dieu lui-même, par son Esprit », qui « éclaire » le cœur de l'homme en lui « faisant comprendre la manière juste de parler et de [se] comporter et la voie à suivre ».

« Dans l’intimité avec Dieu et dans l’écoute de sa Parole, petit à petit nous mettons de côté notre logique personnelle, dictée le plus souvent par nos fermetures, nos préjugés et nos ambitions, et nous apprenons au contraire à demander au Seigneur : Quel est ton désir ? Quelle est ta volonté ? Qu’est-ce qui te plaît ? », a souligné le pape.

Mais le Seigneur ne parle pas à l'homme « seulement dans l’intimité de son cœur », il lui parle aussi « à travers la voix et le témoignage des frères, des hommes et des femmes de foi » qui « l'aident à faire la lumière dans [son] cœur et à reconnaître la volonté du Seigneur », a-t-il ajouté.

A.K.

Catéchèse du pape François

Chers frères et sœurs, bonjour !

Dans la lecture de ce passage du livre des Psaumes, nous avons entendu ceci : « Je bénis le Seigneur qui me conseille : même la nuit mon coeur m'avertit. » (Ps. 16,7). Et c’est un autre don de l’Esprit-Saint : le don de conseil. Nous savons combien il est important, surtout dans les moments plus délicats, de pouvoir compter sur les suggestions de personnes sages et qui nous aiment. Maintenant, à travers le don de conseil, c’est Dieu lui-même, par son Esprit, qui éclaire notre cœur en nous faisant comprendre la manière juste de parler et de nous comporter et la voie à suivre. Comment ce don agit-il en nous ?

1. Lorsque nous l’accueillons et le recevons dans notre cœur, l’Esprit-Saint commence aussitôt à nous rendre sensibles à sa voix et à orienter nos pensées, nos sentiments et nos intentions selon le cœur de Dieu. En même temps, il nous pousse de plus en plus à tourner notre regard intérieur vers Jésus, modèle de notre manière d’agir et d’être en relation avec Dieu le Père et avec nos frères. Le conseil est donc le don par lequel l’Esprit-Saint rend notre conscience capable de faire un choix concret en communion avec Dieu, selon la logique de Jésus et de son Évangile. De cette façon, l’Esprit nous fait grandir intérieurement, il nous fait grandir positivement, il nous fait grandir dans la communauté et nous aide à ne pas être à la merci de notre égoïsme et de nos façons de voir. Ainsi, l’Esprit nous aide à grandir et à vivre en communauté. La condition essentielle, pour conserver ce don, est la prière. Nous revenons toujours au même thème : la prière ! Mais c’est tellement important, la prière. Prier avec les prières que nous savons depuis notre enfance, mais aussi prier avec nos propres mots. Prier le Seigneur : « Seigneur, aide-moi, conseille-moi, que dois-je faire maintenant ? ». Et nous devons tous le faire. La prière ! Ne jamais oublier la prière. Jamais ! Personne, personne ne s’en aperçoit quand nous prions dans le bus, dans la rue : prions en silence, dans notre cœur. Profitons de ces moments pour prier : prier pour que l’Esprit nous donne le don de conseil.

2. Dans l’intimité avec Dieu et dans l’écoute de sa Parole, petit à petit nous mettons de côté notre logique personnelle, dictée le plus souvent par nos fermetures, nos préjugés et nos ambitions, et nous apprenons au contraire à demander au Seigneur : Quel est ton désir ? Quelle est ta volonté ? Qu’est-ce qui te plaît ? Ainsi, mûrit en nous une syntonie profonde, presque naturelle dans l’Esprit et l’on expérimente la vérité des paroles de Jésus rapportées dans l’Évangile de Matthieu : « Ne cherchez pas avec inquiétude comment parler ou que dire : ce que vous aurez à dire vous sera donné sur le moment, car ce n’est pas vous qui parlerez, mais l’Esprit de votre Père qui parlera en vous » (Mt 10,19-20).

C’est l’Esprit qui nous conseille, mais nous devons faire de la place à l’Esprit, pour qu’il puisse nous conseiller. Et faire de la place, c’est prier : prier pour qu’il vienne et qu’il nous aide, toujours.

3. Comme tous les autres dons de l’Esprit, celui de conseil constitue aussi un trésor pour toute la communauté chrétienne. Le Seigneur ne nous parle pas seulement dans l’intimité de notre cœur, il nous parle, oui, mais pas seulement là, il nous parle aussi à travers la voix et le témoignage de nos frères. C’est vraiment un grand don de pouvoir rencontrer des hommes et des femmes de foi qui, surtout dans les passages plus compliqués et importants de notre vie, nous aident à faire la lumière dans notre cœur et à reconnaître la volonté du Seigneur !

Je me souviens, une fois, au sanctuaire de Luján, j’étais dans le confessionnal devant lequel il y avait une longue queue. Il y avait aussi un jeune garçon, très moderne, avec des boucles d’oreille, des tatouages, tout cela… Et il est venu me dire ce qui lui arrivait. C’était un gros problème, difficile. Et il m’a dit : « J’ai raconté tout ça à ma maman et ma maman m’a dit : va voir la Sainte Vierge et elle te dira ce que tu dois faire ». Voilà une femme qui avait le don de conseil. C’est cela, le don de conseil. Cette femme humble, simple, a donné le conseil le plus vrai à son fils. En effet, ce garçon m’a dit : « J’ai regardé la Vierge Marie et j’ai senti que je devais faire ceci, ceci et cela… ». Je n’ai pas eu besoin de parler, le jeune garçon et sa maman avaient déjà tout dit. C’est cela le don de conseil. Vous, les mamans qui avez ce don, demandez-le pour vos enfants ! Le don de conseiller ses enfants est un don de Dieu.

Chers amis, le psaume 16, que nous avons entendu, nous invite à prier avec ces paroles : « Je bénis le Seigneur qui me conseille : même la nuit mon coeur m'avertit. Je garde le Seigneur devant moi sans relâche ; il est à ma droite : je suis inébranlable. » (vv.7-8). Que l’Esprit puisse toujours mettre cette certitude dans nos cœurs et nous combler ainsi de sa consolation et de sa paix ! Demandez sans cesse le don de conseil !

Traduction de Zenit, Hélène Ginabat
L'amitié nous fait partager de grands moments de bonheur, mais aussi d'immenses peines. L'important est de partager, de s'écouter, de se soutenir.
Abbé Pierre

aur15
Quæstor
Quæstor
Messages : 250
Inscription : ven. 28 mars 2014, 21:01

Re: Prier en silence "Seigneur, conseille-moi"

Message non lupar aur15 » dim. 11 mai 2014, 20:27

Très beau texte, qui m'est utile par son rappel.
Merci. :)

Avatar de l’utilisateur
solomon
Censor
Censor
Messages : 51
Inscription : ven. 16 mai 2014, 12:28

Re: Prier en silence "Seigneur, conseille-moi"

Message non lupar solomon » mar. 27 mai 2014, 21:00

Merci pour ce texte, il tombe à pic pour moi même si je n'ai pas encore rencontré de personne pouvant me conseiller

Avatar de l’utilisateur
astre
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1128
Inscription : lun. 24 juin 2013, 19:47
Localisation : Bretagne

Re: Comment prier?

Message non lupar astre » jeu. 19 juin 2014, 16:20

Prier : mettons-nous en présence de Dieu

Il y a un exercice dans l’oraison, une part active, un « vouloir vivre » dans l’intimité amoureuse de la Trinité pour que la vie devienne prière, et la prière, vie.

http://www.aleteia.org/fr/religion/cont ... 0429968384
L'amitié nous fait partager de grands moments de bonheur, mais aussi d'immenses peines. L'important est de partager, de s'écouter, de se soutenir.
Abbé Pierre

Belin
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1876
Inscription : lun. 16 juin 2008, 18:28

Re: Comment prier?

Message non lupar Belin » jeu. 19 juin 2014, 19:01

Je dis souvent qu'on n'apprend pas à quelqu'un comment il doit parler à son Père ou à sa Mère. C'est vrai j'exagère un peu en disant cela, car Christ Lui même a dit dans les détails comment est ce qu'on doit prier ( avec humilité, confiance, dans le secret, en insistant jusqu'à l'importunité,sans rabâcher, en disant le notre Père etc).
Je crois qu'on apprend à prier... en priant. Une mère à trois enfants: le premier s'exprime distinctement, le deuxième est bègue, et le troisième est un bébé qui ne sait que pleurer quand il veut quelque chose. La mère saura écouter chacun de ses enfants, elle fera même plus attention au bébé que ne sait pas s'exprimer, elle réussit à lire ses intentions.

Je crois qu'il en est de même avec la prière, le plus important selon moi est l'intention profonde que nous avons, et la droiture avec laquelle on se présente devant Dieu.

Invité
Barbarus
Barbarus

Posture pour prier

Message non lupar Invité » mer. 28 janv. 2015, 19:54

Bonsoir à tous, soyez bénis.

J'aimerais vous demander comment un chrétien doit-il prier ?
En effet, Jésus priait face contre terre selon Matthieu 26 : doit-on faire pareil ?
Dernière édition par Nanimo le jeu. 05 févr. 2015, 17:36, édité 1 fois.
Raison : Tiret, ponctuation

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4562
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: Comment prier ?

Message non lupar gerardh » mer. 28 janv. 2015, 20:01

_______

Bonjour,

Dieu entend la prière, quelle que soit la position que l'on prend pour prier.


________

Mac
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3992
Inscription : lun. 09 févr. 2009, 23:40
Localisation : la Réunion

Re: Comment prier ?

Message non lupar Mac » mer. 28 janv. 2015, 20:15

Bonjour touriste, :)
Bonsoir à tous soyez bénis

J'aimerai vous demander comment un chretien doit il prie ?
En effet Jésus priait face contre terre selon matthieu 26 doit on faire pareil ?
Pourriez-vous poster ce passage svp? Merci.

Fraternellement. :coeur:

Avatar de l’utilisateur
Anne
Prætor
Prætor
Messages : 7079
Inscription : jeu. 21 févr. 2008, 1:05
Conviction : Catholique romaine
Localisation : Provincia Quebecensis

Re: Comment prier ?

Message non lupar Anne » jeu. 29 janv. 2015, 5:55

Et prenant avec lui Pierre et les deux fils de Zébédée, il commença à ressentir tristesse et angoisse.
Alors il leur dit : " Mon âme est triste à en mourir, demeurez ici et veillez avec moi. "
Étant allé un peu plus loin, il tomba face contre terre en faisant cette prière : " Mon Père, s'il est possible, que cette coupe passe loin de moi ! Cependant, non pas comme je veux, mais comme tu veux. "
À ma connaissance, c'est le seul moment où Jésus prie face contre terre. Il s'agit d'un moment très éprouvant puisqu'il sait qu'il sera bientôt arrêté et mis à mort.

Si non, Jésus offre le "Notre Père" en modèle de prière, ou s'éloigne pour prier.

Et, miracle des miracles, je suis d'accord avec gerardh ! :flash: ;)
"À tout moment, nous subissons l’épreuve, mais nous ne sommes pas écrasés;
nous sommes désorientés, mais non pas désemparés;
nous sommes pourchassés, mais non pas abandonnés;
terrassés, mais non pas anéantis…
".
2 Co 4, 8-10


Revenir vers « Spiritualité »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités