Communautarisme catholique

« Quant à vous, menez une vie digne de l’Évangile du Christ. » (Ph 1.27)
Règles du forum
Forum d'échange entre chrétiens sur la façon de vivre l'Évangile au quotidien, dans chacun des domaines de l'existence
James
Senator
Senator
Messages : 818
Inscription : mar. 25 avr. 2006, 0:02
Conviction : Catholique

Re: Communautarisme catholique

Message non lu par James » sam. 08 juin 2019, 14:06

Léon a écrit :
sam. 08 juin 2019, 6:23
Allez-y continuez comme ça!
le communautarisme catholique signifie la réinvention des ghettos pour les catholiques, la culture de l'entresoi auto-complaisant imposé par le mondialisme et la soi-disante société multiculturelle.
Je le refuse clairement.
Penser que le communautarisme est la solution, c'est une erreur démontrée par l'enseignement de l'histoire récente: je veux parler des balkans.
l'ex-yougoslavie est l'exemple même du communautarisme et de ses conséquences: guerre civile et destruction totale.
Je rejette donc la balkanisation de mon pays, ainsi que la marche forcée vers une société multiculturelle qui est en réalité une invasion migratoire en vue du grand remplacement de population (ONU officiel: https://www.un.org/press/fr/2000/200003 ... 3.doc.html)
Bonjour Léon,

Si vous êtes dans la perspective du Grand Remplacement, vous devez sans doute savoir que, communautarisme catholique ou pas, vous finirez par l'avoir votre guerre civile...

Du reste, dans ma vision du communautarisme, personne ne vous forcerait à l'être. Il s'agit juste du mode de vie selon moi le plus logique et naturel à adopter pour un groupe de personnes devenu minoritaire sur un territoire qui souhaitent protéger leur identité et la transmettre aux futures générations. Après, vous êtes un grand garçon, vous faites ce que vous voulez.

Que Dieu vous bénisse et vous garde!

Gaudens
Quæstor
Quæstor
Messages : 212
Inscription : mer. 25 avr. 2018, 19:50
Conviction : chrétien catholique

Re: Communautarisme catholique

Message non lu par Gaudens » lun. 10 juin 2019, 15:36

En fait Maranatha et James d'un côté,Léon de l'autre,ne parlent absolument pas de la même chose, les mots comme"communautarisme,en plus d'être négativement connotés en France, sont trompeurs.
Léon parle de communuatés ethniques,culturelles historiquement séparées et a raison de craindre ce qu'il craint. Maranatha et James parlent de communautés électives destinées à empêcher les chrétiens catholiques que nous sommes de s'affadir , de se diluer dans le monde effectivement mondialisé et formaté qui devient de plus en plus prégnant et qui nous endort de façon dramatique dans un climat d'athéisme pratique.
Une suggestion à Maranatha : avant de penser à un grand saut vers une éventuelle communauté campagnarde* ,pourquoi ne pas essayer de créer dans votre paroisse ,apparemment urbaine, une(des) communautés fraternelle(-s) de quartier.Dans mon diocèse et ma paroisse le phénomène essaime depuis quelques années; je l'avais connu aussi dans le diocèse de Nanterre il y a quelques années sous la forme de groupes de "croyants en marche"(rien à voir avec un certain mouvement politique actuel), il s'agit de réunions de prières et d'échanges mensuels visant à nous soutenir les uns les autres dans la foi,l'espérance(magré tout) et la charité. Et cela ne vous empêcherait pas de vous lancer plus tard dans un projet plus ambitieux,Maranatha.

*mais attention à ne pas tomber dans une quasi secte : le Pape François avertissait hier que "du nid à la secte,il n'y a qu'un pas,y compris dans l'Eglise";je ne conseille donc guère la FSSPX.

Avatar de l’utilisateur
ChristianK
Senator
Senator
Messages : 783
Inscription : lun. 10 mars 2008, 18:43

Re: Communautarisme catholique

Message non lu par ChristianK » mar. 11 juin 2019, 16:52

Léon a écrit :
sam. 08 juin 2019, 6:23
Allez-y continuez comme ça!
le communautarisme catholique signifie la réinvention des ghettos pour les catholiques,
oui, en partie, et seuls les faits empiriques (séminaires pleins) prouvent qu'un ghetto, semighetto, ou non ghetto, est la stratégie la plus adaptée (meilleure pasto) en certains cas. Rien n'est pire que l'ouverture sur le monde à l'aveuglette et gratuite comme en 75.

Penser que le communautarisme est la solution, c'est une erreur démontrée par l'enseignement de l'histoire récente: je veux parler des balkans.
l'ex-yougoslavie est l'exemple même du communautarisme et de ses conséquences: guerre civile et destruction totale.
Je rejette donc [url]https://www.un.org/press/fr/2000/20000320.pop713.doc)
Cet exemple est fautif car non purement religieux. bon exemple
: un monastère. Faut pas confondre politique et religion.

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Amicus Civitatis
Amicus Civitatis
Messages : 1429
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: Communautarisme catholique

Message non lu par prodigal » mar. 11 juin 2019, 16:59

Un monastère est bien une communauté, mais n'est pas communautariste. C'est en gros ce que vous explique Gaudens dans le message précédent. Ne l'avez-vous pas lu?
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

Avatar de l’utilisateur
ChristianK
Senator
Senator
Messages : 783
Inscription : lun. 10 mars 2008, 18:43

Re: Communautarisme catholique

Message non lu par ChristianK » mar. 11 juin 2019, 20:06

Rien n'empêche une communauté de devenir communautariste pour avoir une meilleure adaptation de fermeture.

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Amicus Civitatis
Amicus Civitatis
Messages : 1429
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: Communautarisme catholique

Message non lu par prodigal » mar. 11 juin 2019, 20:45

Cela pourra arriver (peut-être) dans une secte ou chez les frères musulmans, mais pas dans une communauté monastique fidèle à sa vocation. Son but n'est pas de mieux se vendre en se demandant si une porte doit être ouverte ou fermée, mais de chanter la gloire de Dieu.
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

James
Senator
Senator
Messages : 818
Inscription : mar. 25 avr. 2006, 0:02
Conviction : Catholique

Re: Communautarisme catholique

Message non lu par James » mer. 12 juin 2019, 14:21

Bonjour à tous mes chers frères et soeurs,
Gaudens a écrit :
lun. 10 juin 2019, 15:36
En fait Maranatha et James d'un côté,Léon de l'autre,ne parlent absolument pas de la même chose, les mots comme"communautarisme,en plus d'être négativement connotés en France, sont trompeurs.
Léon parle de communuatés ethniques,culturelles historiquement séparées et a raison de craindre ce qu'il craint. Maranatha et James parlent de communautés électives destinées à empêcher les chrétiens catholiques que nous sommes de s'affadir , de se diluer dans le monde effectivement mondialisé et formaté qui devient de plus en plus prégnant et qui nous endort de façon dramatique dans un climat d'athéisme pratique.
Une suggestion à Maranatha : avant de penser à un grand saut vers une éventuelle communauté campagnarde* ,pourquoi ne pas essayer de créer dans votre paroisse ,apparemment urbaine, une(des) communautés fraternelle(-s) de quartier.Dans mon diocèse et ma paroisse le phénomène essaime depuis quelques années; je l'avais connu aussi dans le diocèse de Nanterre il y a quelques années sous la forme de groupes de "croyants en marche"(rien à voir avec un certain mouvement politique actuel), il s'agit de réunions de prières et d'échanges mensuels visant à nous soutenir les uns les autres dans la foi,l'espérance(magré tout) et la charité. Et cela ne vous empêcherait pas de vous lancer plus tard dans un projet plus ambitieux,Maranatha.

*mais attention à ne pas tomber dans une quasi secte : le Pape François avertissait hier que "du nid à la secte,il n'y a qu'un pas,y compris dans l'Eglise";je ne conseille donc guère la FSSPX.
Je vous remercie Gaudens de cette réponse déjà bien plus mesurée que bon nombre de messages sur ce sujet.

En réalité, l'essentiel des intervenants ici s'évertuent par une sorte de réflexe pavlovien à assimiler les 2 discours que vous avez souligné. L'ambiance politico-médiatique et culturelle - ce climat d'athéisme pratique dont vous parlez - n'est pas innocente : je constate très souvent avec tristesse que beaucoup de catholiques ont intégré quasiment jusqu'à la schizophrénie le discours déraciné et laïcard dont on nous rebat les oreilles sans cesse au point de pousser les cri d'orfraie à l'idée qu'une poignée de familles catholiques puisse vivre ensemble.

"Quelle horreur! Des catholiques qui se regroupent! Ils se replient sur eux-mêmes! C'est le retour des ghettos, de la haine et du fascisme!"

Dans un tel bain de sophismes - réutilisant au passage le même vocabulaire que les tenants de l'ordre établi - difficile de donner des gages de bonne foi afin qu'une conversation puisse se tenir, mais peu importe! A vrai dire, ce n'est pas à ces catholiques là que ce sujet est adressé. Après tout, nous ne sommes pas tous faits pour vivre en communauté. Dans les premiers temps de l’Église, les chrétiens vivaient de bien des manières et, fort heureusement, les gens avaient l'esprit bien plus ouvert sur la question qu'aujourd'hui.

Les communautés fraternelles dont vous parlez sont une bonne entrée en la matière mais elles ne répondent pas à la problématique soulevée ici ; c'est tout au plus la bouffée d'oxygène avant de replonger dans des profondeurs idéologiquement et spirituellement hostiles. Le problème est qu'elles sont trop ponctuelles et ne se focalisent que sur l'aspect religieux alors qu'il nous faut une solution - le communautarisme - qui puisse aussi s'appliquer à la vie quotidienne et pratique des croyants. Cette augmentation de la surface de contact des croyants les uns avec les autres réduit mécaniquement l'influence que le monde peut avoir sur chacun de nous et réparera les liens distendus qui nous unissent, c'est ce que je crois. Il y a 1 siècle, la majorité de la population se disait catholique en France. Aujourd'hui, nous ne sommes qu'une fraction de la population. Dans 1 siècle, j'ai tendance à croire que seuls ceux qui auront opté pour la communautarisation "verront" leur descendance continuer à croire et à pratiquer dans les quelques églises qui resteront debout sur le territoire. Les autres seront devenus athées, païens ou musulmans.

Que le Seigneur nous protège!

Avatar de l’utilisateur
ChristianK
Senator
Senator
Messages : 783
Inscription : lun. 10 mars 2008, 18:43

Re: Communautarisme catholique

Message non lu par ChristianK » mer. 12 juin 2019, 15:24

prodigal a écrit :
mar. 11 juin 2019, 20:45
Cela pourra arriver (peut-être) dans une secte ou chez les frères musulmans, mais pas dans une communauté monastique fidèle à sa vocation. Son but n'est pas de mieux se vendre en se demandant si une porte doit être ouverte ou fermée, mais de chanter la gloire de Dieu.
Pastoralement faux car il n'y a pas de chant avec noviciat vide. même erreur potentielle avec les slogans ouverture pour la missions etc.

Gaudens
Quæstor
Quæstor
Messages : 212
Inscription : mer. 25 avr. 2018, 19:50
Conviction : chrétien catholique

Re: Communautarisme catholique

Message non lu par Gaudens » mer. 12 juin 2019, 15:43

Merci James ,pour vos paroles aimables.Vous avez raison de dire que ces communautés fraternelles ne sont qu'une bonne entrée en matière mais autant commencer par cela avant de faire un quelconque grand saut.Et puis elles permettent d'augmenter justement la surface de contact entre actholiques puisqu'elles sont basées sur la proximité géographique et la volonté de favoriser l'assistance mutuelle.Pour le reste,peut-être avez -vous raison dans vos prédictions,hélas(je ne suis pas très optimiste en ce moment...).
Mais je garde une certaine réserve devant le énième appel à la fermeture de Christian K qui me rappelle le "Delenda est Carthago" de Caton l'Ancien.A force d'inciter à l'enfermement ,nous finirons tous effectivement enfermés psychologiquement ,je le crains, avec toutes les psychoses personnelles ou collectives qui vont avec;gardons plutôt ce qu'appelerais une bonne distance d'avec le monde et commençons par cesser d'accepter de l'encenser à tout bout de champ à l'égal de Dieu (suivez mon regard:"si le Père vous appelle...suivi de "si le Monde vous appelle",etc... ).

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Amicus Civitatis
Amicus Civitatis
Messages : 1429
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: Communautarisme catholique

Message non lu par prodigal » mer. 12 juin 2019, 16:18

ChristianK a écrit :
mer. 12 juin 2019, 15:24
prodigal a écrit :
mar. 11 juin 2019, 20:45
Cela pourra arriver (peut-être) dans une secte ou chez les frères musulmans, mais pas dans une communauté monastique fidèle à sa vocation. Son but n'est pas de mieux se vendre en se demandant si une porte doit être ouverte ou fermée, mais de chanter la gloire de Dieu.
3
Pastoralement faux car il n'y a pas de chant avec noviiciat vide. méme erreur potentielle avec les slogans ouverture pour la missions etc.
Et vous appelez cela une communauté monastique fidèle à sa vocation? Je me demande dans quelle langue vous parlez. Peut-être écrivez-vous un peu vite vos messages?
Gaudens a écrit :
mer. 12 juin 2019, 15:43
Mais je garde une certaine réserve devant le énième appel à la fermeture de Christian K qui me rappelle le "Delenda est Carthago" de Caton l'Ancien.
Je ne sais pas si c'est vraiment cela que ChristianK veut nous dire, et même je ne le crois pas, mais je suis convaincu qu'il n'y aurait pas de moyen de nuire davantage à la religion catholique. "Allez et enseignez toutes les nations" ne peut pas se traduire en "surtout ne bougez pas et fermez bien vos yeux, vos oreilles et vos cœurs".
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

Avatar de l’utilisateur
ChristianK
Senator
Senator
Messages : 783
Inscription : lun. 10 mars 2008, 18:43

Re: Communautarisme catholique

Message non lu par ChristianK » mer. 12 juin 2019, 17:00

Dans l'hypothèse où c'est le manque de fermeture suffisante sur le monde qui tue les vocations monastiques, ce manque est une infidélité à la vocation.
L"idée que la fermeture à la fssp ou autres est nuisible est gratuite. Mon point de vue est celui d'une hypothèse totalement empirique. Je veux dire que ce test doit absolument être fait et renforcé, surtout en occident, et je ne nie pas que, après test on pourrait constater que ca ne marche pas. Mais nous avons des indices de remplissement des séminaires qui font qu'il serait criminel de ne pas tester.
Il faut aussi se rappelef que nous sommes dans une situatuon de béance pathologique (ouverture sans cesse répétée) depuis 50 ans, et c'est uniquenent dans ce contexte (et pas abstraitement) que la fermeture (le mot fermeture) est urgente.
Mais vous avez partiellement raison, d'un point de vue abstrait: le but est l'équilibre, pas la fermeture, et c'est d'abord la béance qui nécessite un contrepoids de vigoureuse fermeture. Cf:
http://www.cite-catholique.org/viewtopi ... 29e137907f

Gaudens
Quæstor
Quæstor
Messages : 212
Inscription : mer. 25 avr. 2018, 19:50
Conviction : chrétien catholique

Re: Communautarisme catholique

Message non lu par Gaudens » jeu. 13 juin 2019, 13:05

Cher Christian K,je crains que votre obsession de la fermeture ne vous égare :tout sujet vous est bon pour proclamer que la fermeture est LA solution et qu’il faut multiplier les initiatives en ce sens de la FSSPX à titre de « test » pour s’en apercevoir.Oui,vous m’évoquez le terrible Caton qui concluait tous ses discours au Sénat romain sur quelque sujet que ce soit par « Delenda est Carthago » … Du reste, cela finit par marcher et Rome détruisit Carthage .
Vous justifiez cette « fermeture » par les dégâts de 50 ans de « béance pathologique ».Il est vrai que la pastorale post Vatican II a toujours insisté sur l’ouverture(allant de pair avec l’amour des autres,la tolérance,etc….) mais est-ce bien la raison la plus fondamentale de la situation pas brillante de l’Eglise latine (au sens de différentes des Eglises orientales) actuellement ?Ne faudrait-il pas chercher aussi du côté de la non proclamation du message évangélique et/ou de la confusion de celui-ci avec la doxa reçue dans le monde occidental(Amérique du nord + Europe occidentale à tout le moins) , c a d en très gros le « droitdelhommisme »?Donc de l’absence de distance avec cette doxa devenue obligatoiire ,avec un effort insuffisant(mais pas absent tout de même) pour étudier ce qui dans cette doxa est compatible ou non avec le christianisme.Une distance qui permettrait de mieux scruter la réalité en se mettant émotionnellement et intellectuellement à l’écart de ladite doxa(d’où les choix liturgiques à faire ,type bannir « si le Monde vous appelle »…).
D’où ma suggestion de déplacer votre perspective de la fermeture(à mes yeux obsessionnelle,sans doute contre-productive et dangereuse assez rapidement) vers une distance .Après tout les moines du désert égyptien des IVè et Vè siècles ne prônaient pas la fermeture mais bien cette distance,extrême d’ailleurs, permise par les étendues désertiques qui les protégeaient des grandes cirés alexandrines .Mais la fermeture, c’est différent,plus radical et total.Avec la fermeture ,des foules de pénitents ne seraient jamais allées consulter les Pères du désert et en recevoir consolation et enseignement.

Avatar de l’utilisateur
ChristianK
Senator
Senator
Messages : 783
Inscription : lun. 10 mars 2008, 18:43

Re: Communautarisme catholique

Message non lu par ChristianK » jeu. 13 juin 2019, 18:17

En ce cas tout n'est qu'une affaire de mots et nous comprenons le terme fermeture de facon différente. J'entends fermeture à peu près comme celle de Pie xii, mettons. Donc distance est très bien et synonyme, sauf que je dirais distance antimondaine - dans le rituel tradi de confirmation les enfants deviennent soldats spirituels du xt...
Néanmoins il me faut continuer avec fermeture pour des raisons dialectiques car le terme est un vis à vis exact du terme ouverture, et il faut une contre ouverture pour arriver à l'adaptation voulue par le concile.
Si tout le monde parlait de proximité à répétition votre idée lexicale serait excellente car distance serait le pendant. Mais on parle ouverture.
Autre point: je considère ces 4 couples fondamentaux:
Forme extra-fermeture-dogme-apologétique vs
Forme ordi-ouverture-biblisme-oecuménisme

Et à mon avis de ces 4 fondamentaux pastoraux c'est la fermeture suffisante qui cause le plus les séminaires pleins. Je crois sur indices que la forme extra plus le dogme, p.ex., ne marcheront pas sans fermeture. Mais je ne dirais pas que l'apologétique et le dogme ne sont pas aussi des candidats.
Le point à mon avis: biblisme et oecuménisme sont moins mondains que ouverture, donc moins dangereux.

Vous avez raison de souligner d'autres points. Mais mon point c'est que c'est le manque de fermeture suffisante et explicite qui est à la racine de ces autres défauts, ou au moins qui est la racine la plus profonde. C'est elle qui censure l'enfer, l'expiation, les occasions de péché (parfois certaines personnes)

James
Senator
Senator
Messages : 818
Inscription : mar. 25 avr. 2006, 0:02
Conviction : Catholique

Re: Communautarisme catholique

Message non lu par James » jeu. 13 juin 2019, 18:46

Salutations à tous mes chers frères et soeurs,
Gaudens a écrit :
mer. 12 juin 2019, 15:43
Merci James ,pour vos paroles aimables.Vous avez raison de dire que ces communautés fraternelles ne sont qu'une bonne entrée en matière mais autant commencer par cela avant de faire un quelconque grand saut.Et puis elles permettent d'augmenter justement la surface de contact entre actholiques puisqu'elles sont basées sur la proximité géographique et la volonté de favoriser l'assistance mutuelle.Pour le reste,peut-être avez -vous raison dans vos prédictions,hélas(je ne suis pas très optimiste en ce moment...).
Mais je garde une certaine réserve devant le énième appel à la fermeture de Christian K qui me rappelle le "Delenda est Carthago" de Caton l'Ancien.A force d'inciter à l'enfermement ,nous finirons tous effectivement enfermés psychologiquement ,je le crains, avec toutes les psychoses personnelles ou collectives qui vont avec;gardons plutôt ce qu'appelerais une bonne distance d'avec le monde et commençons par cesser d'accepter de l'encenser à tout bout de champ à l'égal de Dieu (suivez mon regard:"si le Père vous appelle...suivi de "si le Monde vous appelle",etc... ).
Cher Gaudens,

Tout cela me semble très lucide et mesuré.

Il s'agit effectivement d'une distance de sécurité tout azimut que je prône : cette même distance qui peut nous garder des tentations du monde et de ses blasphèmes répétés à l'égard de ce qui nous est le plus sacré ; ET cette même distance qui peut aussi nous garder d'une certaine dérive sectaire au sein de nos communautés, j'en conviens parfaitement. Après tout, ce n'est jamais qu'au sein de communautés très soudées que des abus de confiance, des abus d'influence, des escroqueries et toute sorte de dépravations sexuelles (dont la pédophilie) peuvent se multiplier sans qu'aucun ose protester. J'imagine que c'est ce que craignent principalement les partisans de l' """ouverture""". Cependant, l'inverse n'est pas vrai : la situation actuelle de l’Église montre qu'en s'ouvrant au monde, on ne s'en prémunit pas non-plus. Aussi, opter pour le communautarisme doit aller de paire avec une vigilance accrue pour empêcher que de tels comportements abjects ne se produisent. C'est la raison pour laquelle, je ne suis pas pour une communautarisation trop poussée.

En gardant ce genre de précautions en tête en plus de celles que j'ai déjà énumérées dans mes précédents messages, il nous reste une grande marge de manœuvre pour fonder les communautés catholiques de demain pour ceux qui le souhaitent. Nous pourrions discuter plus en détails des modalités d'entrée et de sortie en leur sein (car je le répète, nous ne sommes pas des sectaires qui veulent vivre en autarcie) et de comment nous y vivrions concrètement. Nous pourrions aussi imaginer des communautés qui vivraient selon des modalités différentes, je n'ai pas particulièrement d'attrait pour l'uniformité. La ligne directrice est de renforcer les liens entre les catholiques pour qu'au final nous ayons chacun dans nos cœurs d'une affection particulière pour nos frères et sœurs, c'est fondamental.

Ce dernier point mérite un approfondissement parce que je pense que c'est aussi un point délicat dont beaucoup n'ont pas conscience. L'un des nombreux problèmes de l'époque moderne est de nous avoir fait détester notre identité. Notre culture a été présentée par les historiens modernes (plus ou moins marxisés) comme une succession d'oppressions, de guerres et de tragédies où la religion chrétienne (mais surtout le Catholicisme) tenait une place de choix comme vecteur d'obscurantisme et de haine. Il en a résulté ce que beaucoup nomment un comportement ethnomasochiste qui fait que les occidentaux, et surtout nous chrétiens catholiques, ne cherchons plus par nous-mêmes des moyens de subsistance en tant que peuples, communauté et civilisation mais tentons d'une manière ou d'une autre de trouver une réponse chez l'autre (juifs, musulmans, africains, bouddhistes, hindoux voir même plus anciens comme les païens celtes ou gréco-latins). C'est dans cela que prend sa source le culte actuel pour l'ouverture, la diversité, le vivre-ensemble et tous ces éléments de langage qui sont répétés à tort et à travers en toute circonstance. Le revers de la médaille est qu'à force d'aller voir si l'herbe est plus verte chez les autres, on finit par croire que l'herbe est effectivement plus verte ailleurs et donc que notre herbe à nous est morte, ce qui, par faute d'entretien, est en passe d'advenir : c'est l'ethnomasochisme! Ici entre frères catholiques, nous nous côtoyons peu, nous nous faisons beaucoup de reproches et la Sainte Doctrine, nous nous en détournons progressivement. Vis à vis des non-catholiques, le moins qu'on puisse dire est que nous ne donnons absolument pas envie d'être rejoints. Il faut donc exorciser cette funeste tendance et il n'y a pas meilleure méthode que le communautarisme pour ça : vivre le plus de temps possible à notre contact, réapprendre à nous aimer, réapprendre notre religion et réapprendre à vivre sans cette culpabilité qui plane sans cesse et qui n'a pas lieu d'être parce que l'herbe est verte chez nous! Le Corps du Christ est malheureusement boiteux et il y a beaucoup de choses à réparer mais nous ne pourrons rien faire s'il ne nous vient pas naturellement à l'esprit qu'il est préférable d'être entourés par nos semblables que par ceux qui se distinguent de nous. Individuellement, nous sommes isolés et faibles, mais ensemble, le Christ est au milieu de nous et tout est possible!

Quoiqu'il en soit, du moment que tout cela respecte les Préceptes de l’Évangile, nous n'avons aucun souci à nous faire, n'est-ce pas?

J'espère que ces quelques mots supplémentaires vous auront fait réfléchir...

Que Dieu nous garde tous intègres dans la Foi!

Gaudens
Quæstor
Quæstor
Messages : 212
Inscription : mer. 25 avr. 2018, 19:50
Conviction : chrétien catholique

Re: Communautarisme catholique

Message non lu par Gaudens » ven. 14 juin 2019, 12:49

Merci pour vos commentaires,Christian K et James.

Christian K :
j’apprécie votre concession de principe qui reconnait la validité de la distance comme alternative possible à la fermeture.
Cela dit je ne crois pas que ce soit une simple affaire de mot ; les deux concepts ne sont pas équivalents et leurs conséquences possibles encore moins,comme James nous l’a ensuite utilement rappelé.Je comprends ce que vous dites de l’adéquation de « fermeture » comme contre-point réthorique à l’ « ouverture » mais justement il me semble qu’il ne faut pas se laisser piéger par l’ « ouverture » dans toutes les conséquences mauvaises qu’elle a montré receler : se laisser emprisonner dans le binôme ouverture/fermeture est justement une façon de rester fasciné par une problématique dangereuse.Tant pis donc pour l’efficacité réthorique ,je préfère le sain concept de distance.

Par ailleurs votre esprit de système m’inquiète :je ne vous suis pas dans votre contraposition entre les 4 concepts supposés vertueux(parce que supposés remplir les séminaires – votre seul critère de réussite,apparemment alors qu’il y en aurait certainement d’autres en plus de celui-ci) et 4 concepts négatifs ,voire dangereux. Du reste il me semble que vous reconnaissez que ces 4 concepts ne sont pas si fermement attachés les uns aux autres que cela et que par exemple « biblisme et oecuménisme »,mis par vous dans la catégorie des dangereux,le seraient moins qu’ »ouverture » et « forme ordi »(pour ceux qui découvriraient ces concepts :forme ordinaire du rite romain,messe Paul VI,etc….).J’ai envie de dire familièrement « encore heureux ! » : la réappropriation de la Sainte Ecriture par les catholiques est un des quelques points positifs des années conciliaires et post-conciliaires (mais peut-être avez -vous autre chose en tête ,comme l’excès sans contrepoids et les dérives de la méthode historico-critique d’exégèse) ;quant à l’œcuménisme, peut-être visez vous exclusivement l’oecuménisme au rabais du style plus petit dénominateur commun,relativisme,etc…Je crois m’être déjà expliqué sur un autre post pourquoi je le considérais l’oecuménisme , au sens élevé du terme, au contraire comme fondamental dans notre démarche ecclésiale et spirituelle. Et pour la forme liturgique « ordi » ou « tradi » je renvoie au post « unité du rite romain » initié il y a quelques semaines :l’opposition radicale entre les deux formes et l’ostracisation de l’une par l’autre ne nous mène à rien.

James :
je partage totalement votre éclairage sur ces problématique et en particulier votre analyse de l’ « ethnomasochisme » des sociétés occidentales.C’est un phénomène évident et omniprésent(la chaine culturelle Arte en est un exemple frappant) qu’il nous faudrait constamment dénoncer.Outre la bonne dose de mensonges que propage cet ethnomasochisme, si on ne s’aime pas et ne se respecte pas soi même,comment aimer et respecter les autres ? Et comment aller vers eux ensuite pour les aimer sans se tromper dans la manière d’aimer ? Ce qui est bien la seule ouverture qui vaille finalement.Je me demande si vous ne pourriez pas ouvrir un fil de discussion à ce sujet.Qu’en pensez-vous ?

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités