Communautarisme catholique

« Quant à vous, menez une vie digne de l’Évangile du Christ. » (Ph 1.27)
Règles du forum
Forum d'échange entre chrétiens sur la façon de vivre l'Évangile au quotidien, dans chacun des domaines de l'existence
James
Senator
Senator
Messages : 835
Inscription : mar. 25 avr. 2006, 0:02
Conviction : Catholique

Re: Communautarisme catholique

Message non lu par James » jeu. 27 juin 2019, 15:13

Bonjour mes chers frères et soeurs,
Suliko a écrit :
mer. 26 juin 2019, 16:54
James,

Ne pensez-vous pas que fréquenter une paroisse traditionnelle et mettre ses enfants dans le privé hors-contrat ou faire l'école à la maison soit déjà une forme de communautarisme, dans le sens où il y a une volonté affirmée de vivre dans un milieu catholique dans la mesure du possible ? Est-ce que le regroupement géographique est si important dans ce cadre-là ? Je vois plutôt cela comme un plus.
Tout ce que je peux dire - ou plutôt redire -, c'est que dans les familles catholiques qui ont mis leurs enfants dans le public et fréquentent le NOM, la perte de la foi de ces derniers est un fait majoritaire. Pourtant, ce sont souvent ces mêmes personnes qui n'auront pas pu ou pas su transmettre la foi à leurs enfants qui croient fermement que tout communautarisme est fondamentalement mauvais, le catholique devant être le sel de la terre. Oui, mais pour être le sel, encore faut-il que la foi soit transmise à la génération future !
Pour la question des parrains-marraines, il faut avouer que bien souvent, la piété ne joue presque aucun rôle dans leur choix...
Chère Suliko,

Les personnes qui font ce que vous dites font déjà plus que la plupart d'entre nous et se prémunissent de bien des dangers. Ils sont effectivement déjà en grande partie communautarisés. Que le Seigneur les garde!

Comme je le disais dans un précédent message, je ne pense pas que le rapprochement géographique soit LA solution à appliquer dans tous les cas de figure. Lorsque je parlais de fonder une communauté soi-même en achetant des maisons à plusieurs famille etc... je répondais à Maranatha qui semble être intéressée par la vie rurale et la vie communautaire proche, nécessitant donc rapprochement géographique. Mais nous n'avons pas tous les possibilités ni les moyens ni l'envie d'aller dans ce sens. On peut très bien être communautaires sans pour autant être voisins directs. L'important est de ne pas être trop éloignés pour pouvoir se rencontrer et bien évidemment participer aux célébrations ensemble.

Je reformule l'ensemble de mon propos pour être bien clair.

Le point central d'une communautarisation catholique bien comprise (pour moi) n'est ni religieuse, ni politique, mais pratique et en quelque sorte sociale. Il ne s'agit pas de se voir que pour débattre de tel ou tel sujet de société ou d'enchainer les chapelets mais surtout de vivre au quotidien, se connaitre et en définitive se soutenir. C'est dans la "banalité" que se tissent généralement les liens humains qui peuvent nous renforcer les uns les autres.
cmoi a écrit :
jeu. 27 juin 2019, 10:08
Cher James,

je vous remercie de m'avoir signalé, en pointillé, que mon propos manquait de positivité.
Si je l'assume il n'était nullement cependant de décourager, ni même d'argumenter, en cela vous avez raison, nous touchons là à des idées qui sont toutes relatives et que les faits seuls peuvent confirmer ou infirmer.
Débattre ici d'un tel sujet c'est déjà un peu s 'en éloigner (il suppose l'action) sauf à la devancer.
Je dirai qu'il est plus facile de faire appel à des formes instituées et déjà reconnues, comme les Focolari, de vie communautaire chrétienne, en dépit de l'intégration que cela suppose et de devoir se plier à un moule déjà défini. D'autres citeront d'autres mouvements, mais on n'aurait pas assez d'une vie à tous les essayer... alors pourquoi pas créer sa propre organisation ?
De là, il faut avoir conscience qu'il s'agit d'une vocation à part entière, qu'il y a des contraintes financières, administratives, etc. qui comportent des obstacles et des risques (c'est là que pour ma part je situe celui d'orgueil, ou de satisfaction d'un besoin de reconnaissance à travers des responsabilités quelque peu superfétatoires qu'on se donne et se crée) en cela c'est difficile et je rejoins l'idée également exprimée que la paroisse devrait être la communauté de chaque chrétien et que en avoir une idée d'autre chose en dénonce l'échec.
Il n'est pas facile de créer et vivre dans une communauté, ce n'est pas lié à la foi. D'autres l'ont essayé qui avaient un autre projet (naturiste, écologiste, thérapeutique, philosophique, sportif, etc.) et les écueils sont les mêmes.
Je pense (c'est mon avis) qu'il faut plus que partager la foi pour réussir un tel projet, il faut au moins 2 autres "passions" communes, et des compétences croisées.
C'est sans doute critiquable ce que je vais écrire mais il est plus difficile de se prendre la tête avec quelqu'un (voire +) dont on se sent très proche et qui partage notre volonté d'en dépasser la cause... quand cette cause persiste et qu'on en est dépendant.
Je le répète donc : il y a bien d'autres conditions à remplir mais c'est une vocation et si Dieu le veut et qu'on se montre persévérant,...

En débattre trop longtemps nuit à la motivation, je souhaite pour ma part m'en abstenir rapidement pour faciliter le passage à une étape suivante pour qui vraiment l'envisagerait...

Vivre au même moment sur cette terre, c'est déjà être membre d'une communauté d'enfants de Dieu (qui en sont plus ou moins conscients). L'éprouver est nécessaire pour entreprendre certaines actions et évoluer en conscience, et... s'il nous en faut une (sans aucun jugement de valeur) de plus grande proximité pour y parvenir, alors il faut essayer de la construire et s'en donner les moyens.
D'autres pour cela recherchent l'isolement, ou plus de partage : à chacun son chemin, pourvu que la foi grandisse.
Cher cmoi,

Je suis d'accord avec beaucoup de choses que vous énoncez, permettez-moi seulement quelques remarques.

Je conviens parfaitement qu'en la matière, la discussion a ses limites malheureusement il ne s'agit pas là d'un sujet anodin au sens qu'il a déjà subi une montagne de calomnies de toutes sortes depuis un bon moment déjà. Lisez donc certains messages de ce fil de discussion. Tout cela ne sort pas de nulle-part. Il suffit que 2 ou 3 personnes abordent le sujet non-pas pour toute la planète mais pour eux seuls pour qu'il leur soit immédiatement donnés dans le meilleur des cas des mises en garde, et dans le pire des invectives quasi-excommunicatrices. Il est donc nécessaire de dialoguer (ici comme ailleurs) pour rassurer et faire reculer les stéréotypes. C'est ainsi...

Vous avez parfaitement raison de souligner l'aspect très pratique des choses même si je pense pour ma part que la Foi est un plus, de par les Grâces que le Seigneur apporte. Au delà des compétences nécessaires à réunir se trouve la question de la compatibilité des caractères, or pour avoir une idée d'une compatibilité des caractères, il faut se connaitre, être proches. Vous voyez dans la proximité des facilités à la mésentente alors que moi j'y vois plutôt des possibilités d'atomes crochus. Vous pourrez me faire rappeler qu'il n'y a jamais qu'entre proches qu'on s'escroque ou qu'on se viole (statistiquement), moi je vous rétorquerais qu'il n'y a jamais qu'entre proches qu'on mène à bien un projet. Aussi, je ne pense pas qu'il faille une vocation particulière mais plus de la volonté comme ce n'est pas (totalement tout du moins) par appel de Dieu qu'on se communautarise mais surtout par tendance naturelle vis à vis de ce qui nous ressemble. En résumé, la Foi n'est pas le déterminant du communautarisme (sinon il n'y en aurait pas chez d'autres groupes) mais c'est un complément spirituel et un principe pratique servant à produire celui-ci.

Votre dernier mot est central dans la discussion que nous tenons : précisément, la Foi ne grandit plus, elle recule! Les partisans de l' "ouverture", de la diversité et autres sels de la terre refusent obstinément de voir que le Christ ne nous a pas envoyé dans le monde pour vivre comme le monde mais pour faire des disciples. Généralement, ils s'imaginent évangéliser, être des témoins, en servant d'exemples. Dont acte! Dans ce cas, qu'on m'explique pourquoi c'est nous qui diminuons en nombre en Occident et pas les athées et les musulmans?

Ne sont-ce pas eux (i.e. les non-chrétiens) qui globalement font des disciples parmi nous?

C'est bien qu'en fonction de la situation, il y a des chemins (comme vous dites) qui ne nous sont pas profitables.

Puisse le Seigneur veiller sur son troupeau!

cmoi
Quæstor
Quæstor
Messages : 248
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Communautarisme catholique

Message non lu par cmoi » jeu. 27 juin 2019, 16:33

J'apprécie fort votre message et m'y rallie, lui laisserai volontiers pour ma part et ici le mot de la fin.
J'avais en partie déjà survolé les échanges que vous évoquez, et je dirai que j'admire votre "volontariat", tel que vous l'exprimez.
Vous avez sans doute raison d'ailleurs sur la volonté plutôt que la vocation : c'est plus flagrant et parlant, déjà...

James
Senator
Senator
Messages : 835
Inscription : mar. 25 avr. 2006, 0:02
Conviction : Catholique

Re: Communautarisme catholique

Message non lu par James » ven. 28 juin 2019, 21:31

cmoi a écrit :
jeu. 27 juin 2019, 16:33
J'apprécie fort votre message et m'y rallie, lui laisserai volontiers pour ma part et ici le mot de la fin.
J'avais en partie déjà survolé les échanges que vous évoquez, et je dirai que j'admire votre "volontariat", tel que vous l'exprimez.
Vous avez sans doute raison d'ailleurs sur la volonté plutôt que la vocation : c'est plus flagrant et parlant, déjà...
Bonjour cmoi,

Je vous remercie pour ces mots sympathiques mais je n'ai aucun mérite : pour le moment, je ne fais que parler sur un forum. Je prie le Seigneur qu'un jour d'autres et moi pourrons s'entendre suffisamment pour concrétiser des projets allant dans ce sens.

Que Dieu Tout Puissant nous entende et nous exhausse!

Avatar de l’utilisateur
ChristianK
Senator
Senator
Messages : 793
Inscription : lun. 10 mars 2008, 18:43

Re: Communautarisme catholique

Message non lu par ChristianK » mer. 03 juil. 2019, 2:34

''Comme je le disais dans un précédent message, je ne pense pas que le rapprochement géographique soit LA solution à appliquer dans tous les cas de figure.''

Bien sur, il s'agit de pastorale, donc d'adaptation, dans ce cas-ci , p.ex., d'adaptation de fermeture, ou de distance si on veut, suffisante. Tous les environnements, toutes les occasions de péché ne sont pas également dangereuses. La prudence ascétique cependant enseigne qu'il vaut mieux pencher un peu plus vers la fermeture que viser le juste milieu tel que percu la plupart du temps.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9653
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Communautarisme catholique

Message non lu par Cinci » mer. 03 juil. 2019, 17:09

James :

Dans ce cas, qu'on m'explique pourquoi c'est nous qui diminuons en nombre en Occident et pas les athées et les musulmans?
Parce que nous avons des gens au pouvoir qui ne sont pas intéressés à faire ce qu'il faut pour défendre la foi chrétienne.

James
Senator
Senator
Messages : 835
Inscription : mar. 25 avr. 2006, 0:02
Conviction : Catholique

Re: Communautarisme catholique

Message non lu par James » mer. 03 juil. 2019, 22:28

Bonjour à tous mes chers frères et soeurs!
cmoi a écrit :
jeu. 27 juin 2019, 10:08
Cher James,

(...)
Je dirai qu'il est plus facile de faire appel à des formes instituées et déjà reconnues, comme les Focolari, de vie communautaire chrétienne, en dépit de l'intégration que cela suppose et de devoir se plier à un moule déjà défini. D'autres citeront d'autres mouvements, mais on n'aurait pas assez d'une vie à tous les essayer... alors pourquoi pas créer sa propre organisation ?
(...)
Cher cmoi,

Dernièrement, je me suis renseigné sur le mouvement des Focolari dont vous avez parlé et dont j'ignorais l'existence, et quelle ne fut pas ma déception!

C'est simple, ce mouvement est précisément à l'exact opposé de ce que, à mon sens, doit être le communautarisme catholique. Les bases du mouvement sont bonnes : revenir à certaines vérités premières de l’Évangile dont celle de l'unité des fidèles dans un cadre spirituel et quotidien, la complémentarité des talents et leurs mises à contribution, etc... Jusqu'ici tout va bien. Là où les choses se gâtent c'est que le mouvement (du temps même de la vie de sa fondatrice) a suivi une dérive œcuménique et politique qui a, selon moi, tué dans l’œuf ce qui aurait pu être une démarche exemplaire. Ainsi, il existe désormais des focolaris de tout poil : protestants, orthodoxes,... athées, bouddhistes, musulmans... qui se joignent au mouvement ou créent le leur comme une association politico-religieuse pour travailler à la construction de l'Europe, être de bons citoyens ou même défendre une identité qui n'est pas la notre (cf les musulmans focolaris d'Algérie). L'unité prônée par le mouvement n'est pas l'unité des catholiques ni même celle des chrétiens mais celle de la "famille humaine", et la complémentarité des talents ne sert pas plus l’Église que les sociétés des pays dans lesquels il est implanté. En somme, il s'agit tout simplement d'un nième outil pour dissoudre l'identité catholique dans le grand tout du monde.

Un véritable désastre!

Non, une communauté catholique ne doit pas se centrer sur la société mais sur l’Église, et elle n'a pas pour objectif de constituer une succursale déguisée de LREM, Terra Nova, RN ou je ne sais quel mouvement politique. Les inquiets de l'émergence d'une forme de communautarisme catholique sur ce fil de discussion ont bien souvent pointé du doigt l'éventualité de dérives à cette démarche, en voici une qu'il faut garder à l'esprit comme un cas d'école.
ChristianK a écrit :
mer. 03 juil. 2019, 2:34
''Comme je le disais dans un précédent message, je ne pense pas que le rapprochement géographique soit LA solution à appliquer dans tous les cas de figure.''

Bien sur, il s'agit de pastorale, donc d'adaptation, dans ce cas-ci , p.ex., d'adaptation de fermeture, ou de distance si on veut, suffisante. Tous les environnements, toutes les occasions de péché ne sont pas également dangereuses. La prudence ascétique cependant enseigne qu'il vaut mieux pencher un peu plus vers la fermeture que viser le juste milieu tel que percu la plupart du temps.
Très juste, cher ChristianK!
Je ne sais plus si vous l'avez dit dans un de vos précédents messages mais faites-vous parti d'une communauté?
Cinci a écrit :
mer. 03 juil. 2019, 17:09
James :

Dans ce cas, qu'on m'explique pourquoi c'est nous qui diminuons en nombre en Occident et pas les athées et les musulmans?
Parce que nous avons des gens au pouvoir qui ne sont pas intéressés à faire ce qu'il faut pour défendre la foi chrétienne.
Cher Cinci,

Je ne pense pas que les gens de pouvoir soient les seuls responsables. Si l' "ouverture" était aussi efficace que ses partisans le proclament, elle permettrait, à défaut de le faire avancer, de tenir le navire à flot, or là il coule. C'est donc que la méthode est contre-productive.

Que le Christ nous guide!

Avatar de l’utilisateur
ChristianK
Senator
Senator
Messages : 793
Inscription : lun. 10 mars 2008, 18:43

Re: Communautarisme catholique

Message non lu par ChristianK » mer. 03 juil. 2019, 23:23

James a écrit :
mer. 03 juil. 2019, 22:28

Je ne sais plus si vous l'avez dit dans un de vos précédents messages mais faites-vous parti d'une communauté?
Non et c'est tant mieux car ca restreindrait beaucoup mes possibilités d'observations.
Je ne pense pas que les gens de pouvoir soient les seuls responsables. Si l' "ouverture" était aussi efficace que ses partisans le proclament, elle permettrait, à défaut de le faire avancer, de tenir le navire à flot, or là il coule. C'est donc que la méthode est contre-productive.

Que le Christ nous guide!
On ne saurait mieux dire. Ce naufrage, visible dès 1970, est une partie des tests. Les slogans sur l'ouverture furent totalement a priori (ils pouvaient être aussi faux que vrais, donc constituaient un saut dans le vide), et aussi la notion d'adaptation pastorale présente dans les textes conciliaires (Cf. Louis Rade, ch. 2 ss.)).
Les causes sont très probablement plus internes qu'externes. Comme Dit Fellay le monde se borne à faire son boulot de monde.
Alors par gens au pouvoir, il faut penser épiscopat, sous influence des facs de théologies. Mais ca se tasse: sur 4 facs universitaires au Québec (incluant St Paul à Ottawa), 2 sont mortes (Mtl, Sherbrooke) et 1 sous perfusion (Laval- la moitié des profs sont financés de facon externe par des communautés religieuses, c'est pourquoi l'uni. n'a pas fermé la fac faute d'argent, qui rentre par le gouvernement per capita, habituellement.)

cmoi
Quæstor
Quæstor
Messages : 248
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Communautarisme catholique

Message non lu par cmoi » jeu. 04 juil. 2019, 10:33

cher James,

je suis désolé de votre déception que je partage.
Une mienne cousine éloignée appartenait à ce mouvement, grâce auxquels je suis allé à Rome fin des années 70 (découverte et visite de Rome et du Vatican, rencontre avec le pape en soirée dans un stade, messe le lendemain où j'ai communié de sa main mes intention de prières ayant été retenues et etc. : cela reste pour moi un merveilleux souvenir...)
J'ignorais cette dérive. a l'époque elle était amorcée peut-être mais bien moindre, relevant plus d'une tentative de conversion : il y avait je me souviens un athée dans notre car, qui d'ailleurs me confia au début qu'il se sentait mal, qu'il sentait la foi qui nous habitait et nous reliait et qu'il en était mal à l'aise. Il évolua au cours du voyage, mais la suite est ici hors sujet...
Cordialement.

pierrot2
Senator
Senator
Messages : 689
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: Communautarisme catholique

Message non lu par pierrot2 » jeu. 04 juil. 2019, 20:12

cmoi a écrit :
jeu. 04 juil. 2019, 10:33
je suis désolé de votre déception que je partage.
Bonjour à tous(tes),

Juste pour dire que Christ n' a jamais été déçu, même s'il déplorait qu'un seul ex-lépreux soit venu le remercier. Il savait ce qu' il y a dans l' homme, c' est dans l' évangile..Il savait que ça finirait mal pour lui. Je dirais même qu'il devait se sentir encore plus seul avec ses disciples, le jour de l' arrestation: Tous, en effet, appuyant les paroles de Pierre, dirent qu' ils ne l' abandonneraient pas. Y a-t-il jamais eu être humain plus seul que Jésus à ce moment-là?
En fait de communautarisme, n'est-ce pas l' exemple de la solitude de Christ qu' il nous faut vivre collectivement, mais à distance?
Nous ne serons en effet jamais aussi seul qu'il a pu l'être..De quoi nous rassurer peut-être..

cmoi
Quæstor
Quæstor
Messages : 248
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Communautarisme catholique

Message non lu par cmoi » ven. 05 juil. 2019, 9:37

Cher Pierrot2,

je pense que si, que le Christ a connu la déception, qu'elle est aussi vieille en lui que le jour où il a commencé de penser à la création, que la déception n'offense en rien la charité comme vous le sous-entendez me semble-t-il, qu'elle est un sentiment très noble et difficile à "tenir", car il ne faut tomber ni dans le jugement, ni dans le sentiment d'avoir perdu quelque chose, et qu'elle ne doit pas nous empêcher "d'y croire encore".
Il ne l'a pas exprimé en ces occasions qui en auraient diminué la valeur, il l'a exprimé quand il exprima sa crainte de ne pas retrouver la foi sur terre, quand il y reviendra. Plus qu'une appréhension, c'était une déception, de sa part à lui, et qui contenait déjà son antidote mais qui exprimait un sentiment (éternel) bien réel. Il y eut le déluge, aussi...

Ceci dit je ne crois pas que la déception de James soit de cet ordre que vous me semblez lui prêter, et qui voudrait dire qu'il n'a pas écouté la petite voix de la grâce qui s'exprimait dans les faits, ni qu'il se soit senti seul. elle est selon moi de l'ordre d'un désir d'intégrité, par où soufflera un renouveau. comme le propriétaire qui retrouve son chez-soi sans dessus-dessous après un cambriolage : il pourra y remédier, s'adapter, y remettre de l'ordre, mais quelque chose en lui aura été blessé d'autre que matériel.

Concernant la voie de la solitude, je suis d'accord avec vous, mais "tous n'en sont pas capables", en tout cas à un certain moment de leur vie. Faut-il y tendre ? Je ne sais pas... Un des signes de la volonté de Dieu, n'est-ce pas de répondre au critère "quand nous ne l'avons pas choisi"...?
Nous devons nous efforcer de vivre sans autre protection que la grâce de Dieu : c'est juste et vrai. Nous ne serons rassurés qu'au ciel, et ne le serons en attendant que quand nous n'en aurons plus ou pas besoin. Heureusement, il y a la charité fraternelle pour nous soutenir : même quand elle ne relève plus que d'un acte de foi !

pierrot2
Senator
Senator
Messages : 689
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: Communautarisme catholique

Message non lu par pierrot2 » ven. 05 juil. 2019, 15:11

cmoi a écrit :
ven. 05 juil. 2019, 9:37
je pense que si, que le Christ a connu la déception, qu'elle est aussi vieille en lui que le jour où il a commencé de penser à la création
Bonjour cmoi,
Je parlais de la vie terrestre de Jésus, autrement, il ne serait pas dit qu'il savait ce qu'il y a dans l'homme.. Sur ce que vous avancez, j' éprouve quelques difficultés..Je dirais peut-être quand même plutôt qu'il devait savoir ce qu'il y aurai dans dans l'homme et la création.

Lorsque j'écris qu'il n' est pas déçu, j' entends qu'il est sans illusion, depuis toujours
cmoi a écrit :
ven. 05 juil. 2019, 9:37
la déception n'offense en rien la charité comme vous le sous-entendez me semble-t-il,
Ce n' est pas ce que je voulais dire, il vous semble bien. Je trouvais qu'elle était peut-être une occasion de dilapider notre foi, et l'épisode où il se demande si il trouvera de la foi sur terre est introduit par:

"1Jésus leur adressa une parabole, pour montrer qu'il faut toujours prier, et ne point se relâcher." .

En effet, il n' est pas dupe de notre propension à dilapider la foi dans des frayeurs. C' est bien ce que je crois ressentir dans ce fil: de la peur de voir disparaître la foi catholique.; le manque de cette foi.. Ce qui n 'est à priori qu' un constat sensé et lucide (le recul du christianisme)a tendance à virer à la sinistrose, dirait-on!
Pourtant, j' ai déjà lu sur ce forum que nous ne sommes pas là pour faire du chiffre..Peut-on promouvoir la foi avec de la sinistrose? Ce serait plutôt antinomique..C' est sans doute pour cela que ce passage d' évangile commence par:

"1Jésus leur adressa une parabole, pour montrer qu'il faut toujours prier, et ne point se relâcher." . Prier, c' est se tourner avec foi vers la source, c' est recharger les batteries
cmoi a écrit :
ven. 05 juil. 2019, 9:37
Plus qu'une appréhension, c'était une déception,
Désolé, je me demande si ce n' était pas une question pour que le lecteur se questionne sur le fruit qu'il aura alors produit, sans plus

cmoi
Quæstor
Quæstor
Messages : 248
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Communautarisme catholique

Message non lu par cmoi » ven. 05 juil. 2019, 16:03

J’avoue qu’il est un peu osé de laisser entendre que Dieu s’ennuyait avant la création, mais pas plus que de dire que la perspective d’être déçu faisait partie de son acte créateur, les 2 se contredisant et me semblant vrai, autant que leurs contraires. On touche là vraiment la limite de l’exercice qui me fait préférer alors la théologie apophatique en ce qu’elle cherche à s’en affranchir.
De même, quand vous le dites depuis toujours sans illusion, il y a la même ambiguïté et cela y ajoute, car je crois là aussi que les 2 (déception/illusion) sont vrais, mais vécus en Lui dans la joie et c’est en quoi cela nous échappe et devient possible.
J’ai aussi et comme vous senti cette peur dans ce fil, et souhaité je l’avoue aborder le sujet d’une façon qui la fasse oublier. Car effectivement, elle est légitime et en même temps impertinente, le terrain devient alors me semble-t-il dangereux.
Votre expression « le lecteur » m’a amusé… !!
Je pense que le sens que vous y donnez est juste à condition que ce soit « sans plus », par ce qu’il savait bien que ce serait pour nous autres un stimulant pour notre meilleure motivation. Mais je ne peux m’empêcher d’y entendre pour ma part et surtout plus, comme si un tel procédé aurait été incorrect et réducteur de sa part s’il ne ressentait pas vivement l’émotion qui y porte et qui soudain déborda : un vrai cri du cœur de l’homme en Lui qui peut se priver de savoir ce que le Dieu en Lui sait, sans pour autant se priver de la sagesse que cette union hypostatique lui donne.
Dans l’ordre des possibles, chacun peut se sentir interpellé par ce challenge qu’il a aussi voulu vu la façon dont il nous a rachetés…
Vous faites bien de souligner le contexte, qui met en avant la prière…
Tant qu’un homme prie, se soumet (car on peut aussi prier pour accroître sa puissance ou sans le savoir son péché) avec sincérité (prêt à renoncer à tout jusqu’à sa théologie… !) il devient plus qu’un frère, un vivant modèle…
Amicalement.

pierrot2
Senator
Senator
Messages : 689
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: Communautarisme catholique

Message non lu par pierrot2 » ven. 05 juil. 2019, 16:43

cmoi a écrit :
ven. 05 juil. 2019, 16:03
la perspective d’être déçu faisait partie de son acte créateur,
La perspective d'être déçu par ses enfants ne fait-elle pas partie de l' acte géniteur?
Ce que l'homme peut envisager, comment Dieu ne saurait-il l' envisager, cher cmoi?
cmoi a écrit :
ven. 05 juil. 2019, 16:03
De même, quand vous le dites depuis toujours sans illusion, il y a la même ambiguïté et cela y ajoute, car je crois là aussi que les 2 (déception/illusion) sont vrais,
Mes parents ne m' ont jamais fait croire au père Noël: sans illusion, je n' ai pas été déçu.
Je ne pense pas que l'on puisse en dire autant des enfants auxquels on le fait croire.. Il ne me semble donc pas que les 2 soient synonymes, ou qu'il y ait ambiguïté.
cmoi a écrit :
ven. 05 juil. 2019, 16:03
J’ai aussi et comme vous senti cette peur dans ce fil, et souhaité je l’avoue aborder le sujet d’une façon qui la fasse oublier.
L' autosuggestion tait ou fait taire, mais n' est pas la vérité, cher cmoi..
cmoi a écrit :
ven. 05 juil. 2019, 16:03
Tant qu’un homme prie, se soumet (car on peut aussi prier pour accroître sa puissance ou sans le savoir son péché) avec sincérité (prêt à renoncer à tout j
bien d'accord
cmoi a écrit :
ven. 05 juil. 2019, 16:03
(prêt à renoncer à tout jusqu’à sa théologie
mais pourquoi sacrifier sa théologie?

cmoi
Quæstor
Quæstor
Messages : 248
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Communautarisme catholique

Message non lu par cmoi » lun. 08 juil. 2019, 10:40

Je vous remercie de n'avoir pas relevé que Dieu ne saurait s'ennuyer, j'avais été un peu vite dans ma formulation....
Je fais aussi partie de ceux qui voudraient qu'on ne fasse pas croire les enfants au père noël, ce qui n'est pas si facile dans l'environnement scolaire actuel.
Je ne crois pas que cela ressemblait à de l'autosuggestion... Je n'avais surtout pas l'intention de faire taire, mais d'aborder différemment la question.
Pour la théologie, c'était sans doute excessif, mais pas plus que de demander à un père de sacrifier son fils... non ?
Ma conviction : les saints n'ont pas d'Eglise, ils SONT l'Eglise.

pierrot2
Senator
Senator
Messages : 689
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: Communautarisme catholique

Message non lu par pierrot2 » lun. 08 juil. 2019, 21:47

cmoi a écrit :
lun. 08 juil. 2019, 10:40
Je vous remercie de n'avoir pas relevé que Dieu ne saurait s'ennuyer, j'avais été un peu vite dans ma formulation....
Cela ne m' avait pas choqué, vous êtes bien aimable.. Sans doute ne s' ennuie -t-il pas, mais Il ne nous oublie pas (voire les paroles sur les moineaux, sur nos cheveux qui sont tous comptés..), c' est sans doute pour ça..
cmoi a écrit :
lun. 08 juil. 2019, 10:40
Je ne crois pas que cela ressemblait à de l'autosuggestion... Je n'avais surtout pas l'intention de faire taire, mais d'aborder différemment la question.
Veuillez excuser ma fausse analyse, en ce cas
cmoi a écrit :
lun. 08 juil. 2019, 10:40
Pour la théologie, c'était sans doute excessif, mais pas plus que de demander à un père de sacrifier son fils... non ?
Si c' est Dieu qui le requiert, ça fait une différence, non?
cmoi a écrit :
lun. 08 juil. 2019, 10:40
Ma conviction : les saints n'ont pas d'Eglise, ils SONT l'Eglise.
Séduisante formule..

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : nano et 3 invités