A propos de l'apostasie

« Quant à vous, menez une vie digne de l’Évangile du Christ. » (Ph 1.27)
Règles du forum
Forum d'échange entre chrétiens sur la façon de vivre l'Évangile au quotidien, dans chacun des domaines de l'existence
prisca
Censor
Censor
Messages : 186
Inscription : jeu. 26 avr. 2018, 8:56
Conviction : Chrétienne

A propos de l'apostasie

Message non lupar prisca » dim. 13 mai 2018, 13:33

Ce sujet parce que je me rends compte que le mot est sujet à diverses interprétations, chacun la sienne, et que réellement donc, de ce fait, personne ne sait pas trop ce qu'il veut dire.

\a.pɔs.ta.zi\

Le préfixe "a" = est privatif.

= se priver d'un poste.

L'action est volontaire, l'apostat fait l'action d'apostasier.

Et c'est "se priver d'un poste dans la religion" et non pas "se priver de la religion".

Avatar de l’utilisateur
yacoub
Ædilis
Ædilis
Messages : 41
Inscription : mar. 04 déc. 2012, 15:54

Re: L'apostasie

Message non lupar yacoub » dim. 13 mai 2018, 16:51

Bonjour Prisca apostasier signifie pour moi quitter sa religion de naissance

prisca
Censor
Censor
Messages : 186
Inscription : jeu. 26 avr. 2018, 8:56
Conviction : Chrétienne

Re: L'apostasie

Message non lupar prisca » dim. 13 mai 2018, 17:58

Bonjour Prisca apostasier signifie pour moi quitter sa religion de naissance
Bonjour yacoub

Disons que je pense que vous vous fiez au comportement des gens en Islam lesquels vous voyez qu'ils quittent l'Islam, et vous avez associé "apostasier" à quitter la religion.

Mais lorsqu'on lit la Bible et que l'on s'attache à comprendre dans le contexte ce que le verbe apostasier signifie :


Epitre second de Paul aux Thessaloniciens 02

"1 Pour ce qui concerne l'avènement de notre Seigneur Jésus-Christ et notre réunion avec lui, nous vous prions, frères,

2 de ne pas vous laisser facilement ébranler dans votre bon sens, et de ne pas vous laisser troubler, soit par quelque inspiration, soit par quelque parole, ou par quelque lettre qu'on dirait venir de nous, comme si le jour du Seigneur était déjà là.

3 Que personne ne vous séduise d'aucune manière; car il faut que l'apostasie soit arrivée auparavant, et qu'on ait vu paraître l'homme du péché, le fils de la perdition,"


On comprend que l'apostasie est un évènement de grande ampleur car la désertion d'un "poste dans la religion" laissera dans la religion celui qui se distinguera comme étant "l'homme du péché, le fils de la perdition" comme on peut le comprendre à travers le verset 3.

Ce n'est pas que des hommes ne croient pas en Dieu ou ne croient pas en Jésus, mais qu'ils ne croient pas à "quelque chose" au sein de cette religion et c'est ce qui les poussera à la déserter.

Après le mot "apostasier" a pris place dans des situations car bien évidemment il s'agit "de quitter une religion" mais pas toujours pour en choisir une autre, mais aussi, et en Islam les Musulmans qui apostasient l'ont quitté parce qu'ils se sont détournés de l'Islam puisque les préceptes Islamiques ne les remplissaient pas de satisfaction.


L'image que me donne ce verset 3 est une corbeille de fruits, et il y a un fruit gâté au milieu, et pour ne pas que les autres fruits soient gâtés, tous les bons fruits sont ôtés jusqu'à ce que le mauvais fruit apparaisse.

Maintenant il peut y avoir un fruit, deux fruits, trois fruits gâtés, car "l'homme de la perdition" c'est la tipologie d'homme qui est là, persistant à rester, dans la religion, parce que lui ne veut pas partir, et il peut donc y avoir plusieurs hommes qui y restent alors que ceux qui apostasient sont les bons fruits qui ne veulent pas se mélanger avec ces mauvais fruits qui restent, puisque ceux qui restent,, sont de la perdition, donc par défaut ceux qui apostasient sont les bons fruits.

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 10110
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: L'apostasie

Message non lupar Fée Violine » ven. 18 mai 2018, 16:04

Ce sujet parce que je me rends compte que le mot est sujet à diverses interprétations, chacun la sienne, et que réellement donc, de ce fait, personne ne sait pas trop ce qu'il veut dire.

\a.pɔs.ta.zi\

Le préfixe "a" = est privatif.

= se priver d'un poste.

L'action est volontaire, l'apostat fait l'action d'apostasier.

Et c'est "se priver d'un poste dans la religion" et non pas "se priver de la religion".
Bonjour Prisca,
votre étymologie est fausse (et absurde, car que signifierait avoir un poste dans la religion ?? De plus, a- est un préfixe grec, et poste vient du latin).
Le préfixe du mot n'est pas "a", mais "apo" qui indique l'éloignement, comme dans "apocalypse" (= dévoilement)
https://fr.wiktionary.org/wiki/apo-

et "stasis" = l'action de se tenir.
donc apostasier = se tenir loin de, s'éloigner

Abandonner sa religion (pas forcément sa religion de naissance comme le dit Yacoub)

prisca
Censor
Censor
Messages : 186
Inscription : jeu. 26 avr. 2018, 8:56
Conviction : Chrétienne

Re: L'apostasie

Message non lupar prisca » ven. 18 mai 2018, 16:48

Bonjour Fée Violine

Effectivement, c'est une erreur de ma part.

Le préfixe "apo" Du grec ancien ἀπό, apó (« hors de »).

"statis" se tenir debout, avec une idée de fixité, d'immobilité.

C'est donc se mettre au dehors d'un lieu habituel (habituel car il y a l'idée de fixité).

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8209
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: L'apostasie

Message non lupar Cinci » ven. 18 mai 2018, 17:44

Un apostat prend ses distances d'avec la foi en effet.

On pouvait parler jadis de Julien l'apostat, qui ne voulait plus reconnaître le christianisme comme étant bien la vraie religion, qui voulait plutôt contribuer à la renaissance du paganisme, à la religion traditionnelle de ses ancêtres. Julien s'est détourné du christianisme. Il s'est éloigné de la foi.

Christophe67
Barbarus
Barbarus

Re: A propos de l'apostasie

Message non lupar Christophe67 » lun. 21 mai 2018, 15:07

Bonjour Prisca,


Apostasier, c'est rejeter sa foi. Le terme le plus approprié serait une "désertion" de sa foi.

Mais cette apostasie peut être de différentes formes :

- le rejet de sa foi pour une autre, voir aucune, car un chrétien rejette ainsi son baptême et les promesses du Salut qui vont avec.

- l'abandon de sa foi, ce qui concerne la grande majorité des personnes qualifiées d'apostats,par l'abandon des rites, de la pratique de l'Église, des sacrements. Qui peut aussi faire suite à une profonde acédie, pour faire simple : un désintérêt du fait religieux. Un enfant baptisé qui n'a jamais eu la foi est aussi un "déserteur" dans sa vie d'adulte, car il refuse - ou veut ignorer - les grâces reçues à son baptême.

- mais aussi, et c'est peut être le plus choquant, parmi les catholiques messalisants, ceux qui vont à la messe le dimanche, qui acceptent ou finissent par ingérer des doctrines contraires à la foi de l'Église. Ainsi n'oublions pas ce sondage (Le Pèlerin à Pâques 2009) qui exprimait que certains catholiques messalisants ne croient pas en la Résurrection, d'autres croient en la réincarnation etc .... Bien qu'allant à la messe, ces personnes ont apostasié en rejetant un fait de Foi (Résurrection) ou en acceptant un autre contradictoire ( Réincarnation), ce qui est contraire à ce qu'exprime très clairement l'Apôtre Jean dans 1Corinthiens : "Et si Christ n'est pas ressuscité, notre prédication est donc vaine, et votre foi aussi est vaine" ou dans Hébreux 9,27 : "Et comme il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement"

Juste entre parenthèses dans ce même sondage c'était 9 français sur 10 qui ne croyaient pas en la Résurrection de Jésus le Christ.

Rappelons qu'on n'est pas catholique par sa naissance, son éducation, sa culture ou le simple fait d'avoir été baptisé dans cette foi, mais on le devient et on s'y maintient (plus ou moins fidèlement mais c'est une autre histoire). Un catholique le devient donc et ce tout au long de sa vie car il doit montrer par sa vie visible, les réalités d'un Dieu invisible. Le baptême n'est pas simplement un rite passé, il se renouvelle à chaque instant afin que le catholique soit pleinement corps du Christ (ce qui est la finalité de l'Eucharistie).
Il est donc assez simple pour un catholique de savoir s'il l'est encore ou non, il lui suffit de faire un examen de conscience en lisant le Credo, puis en en comparant sa vie au modèle évangélique.

S'il est en désaccord avec 1 seul point du Credo alors il n'est plus catholique, car en rejetant un seul point il rejette l'ensemble de la doctrine et de la foi catholique; il n'est plus en communion ecclésiale. Car l'Eglise n'est pas seulement une communauté de fidèles, mais corps du Christ.
Si sa vie n'est pas conforme, il ne s'agit pas d'être parfaits, ou qu'il ne veuille pas se corriger d'un état de vie contraire à l'Évangile (adultère, vol, médisance ...) il n'est plus dans la communion ecclésiale. Car nos vies doivent témoigner de ce que nos lèvres professent, c'est cela être témoin.

Saint Thomas d'Aquin définissait l'apostasie comme « une certaine façon de s'éloigner de Dieu » et distinguait :
- l'apostasie de la vie religieuse
- l'apostasie par incroyance; celle-ci « sépare totalement l'homme d'avec Dieu, ce qui n'arrive pas dans n'importe quel autre péché ».

Mais rappelons un point canonique, s'il y a apostasie ou excommunication, l'Eglise exclue de la communauté des fidèles. Elle ne se prononce pas sur le Salut, dont Dieu est seul Juge, car elle met en avant la Miséricorde avant tout.


Cordialement.

nevermind7
Censor
Censor
Messages : 159
Inscription : mar. 24 avr. 2018, 16:15
Conviction : Déiste

Re: A propos de l'apostasie

Message non lupar nevermind7 » mar. 22 mai 2018, 23:47

-mais aussi, et c'est peut être le plus choquant, parmi les catholiques messalisants, ceux qui vont à la messe le dimanche, qui acceptent ou finissent par ingérer des doctrines contraires à la foi de l'Église. Ainsi n'oublions pas ce sondage (Le Pèlerin à Pâques 2009) qui exprimait que certains catholiques messalisants ne croient pas en la Résurrection, d'autres croient en la réincarnation etc .... Bien qu'allant à la messe, ces personnes ont apostasié en rejetant un fait de Foi (Résurrection) ou en acceptant un autre contradictoire ( Réincarnation), ce qui est contraire à ce qu'exprime très clairement l'Apôtre Jean dans 1Corinthiens : "Et si Christ n'est pas ressuscité, notre prédication est donc vaine, et votre foi aussi est vaine" ou dans Hébreux 9,27 : "Et comme il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement"
La messe est considérée comme étant avant tout un outil social. C'est l'occasion de se retrouver et d'être entouré d'autres humains. Je crois qu'il n'y a rien surprenant à ce qu'une bonne partie des catholiques ne croient pas en la résurrection. Je connais plein de gens qui vont à la messe et qui ne mènent pas de vie en adéquation avec les commandements de Dieu. J'ai l'impression que l'endroit de culte est un lieu un rendez-vous hebdomadaire, où on a l'occasion de se dire bonjour et de chanter ensemble, même si ce n'est pas sa fonction première.

prisca
Censor
Censor
Messages : 186
Inscription : jeu. 26 avr. 2018, 8:56
Conviction : Chrétienne

Re: A propos de l'apostasie

Message non lupar prisca » mer. 23 mai 2018, 14:40

Alors peut on véritablement parler de Chrétiens ?

Si une personne ne croit pas à la Résurrection

"12 Or, si l'on prêche que Christ est ressuscité des morts, comment quelques-uns parmi vous disent-ils qu'il n'y a point de résurrection des morts?
13 S'il n'y a point de résurrection des morts, Christ non plus n'est pas ressuscité.
14 Et si Christ n'est pas ressuscité, notre prédication est donc vaine, et votre foi aussi est vaine."



Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8209
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: A propos de l'apostasie

Message non lupar Cinci » mer. 23 mai 2018, 15:31

(pour faire écho à Christophe67)


Une belle page du feu cardinal Journet ... enfin je dis "belle" mais elle sera peut-être terrible pour d'autres ou intéressante (ce serait au moins ça de pris !) parce que semblant nous plonger dans un univers totalement inconnu de notre temps.

Voir :

Ayant été crée dès le principe en vue d'être admis au consortium de la vie divine, l'homme me peut feindre d'ignorer cet honneur pour se replier sur sa seule nature. Il est embarqué. Il lui faut accepter ou refuser l'invitation divine qui lui est proposée. Il lui faut choisir soit la divinisation, soit la révolte dont un des effets sera de saccager sa nature. Il lui faut consentir à la grâce qui l'entraînera vers l'unique vraie Église et l'y incorporera au moins initialement, ou se disjoindre de cette grâce par une rupture, un acte de violence, une déchirure.

Cette rupture, cette déchirure est un acte complexe, autant que la grâce qu'elle brise. Elle implique d'abord un refus de la foi, puis aussi de l'espérance et de l'amour.

Le refus de la foi constitue le péché d'infidélité (incrédulitas, infidelitas, perfidia). Il présente une gravité spéciale.

Du fait que l'homme a été constitué pour que la nature divine soit en lui d'une manière participée, il est tenu de se soumettre aux préceptes de la foi, de l'espérance, de la charité, qui sont ordonnés à une telle participation. Et, de même qu'il ne peut reprocher à Dieu de l'avoir fait raisonnable, il ne peut lui reprocher de l'avoir fait participant de la nature divine. En conséquence de sa nature raisonnable, il ne peut refuser les préceptes qu'elle comporte; pareillement, en conséquence de sa participation à la nature divine, il ne peut refuser les préceptes qu'elle entraîne.

Les créatures raisonnables ont été instituées dès le principe pour être et vivre, non seulement selon leurs propres natures, mais selon la participation de la nature divine. Si donc elles ne veulent pas croire, il est juste qu'elles soient non seulement privées des biens gratuits, mais encore qu,elles soient condamnées comme ayant refusé de vivre selon la loi de participation à la divinité qui leur a été assignée par Celui qui donne et distribue les natures et les degrés de l'être.



1. L'infidélité par simple refus ou inhibition

C'est le refus d'accueillir la révélation divine, au moment même où pour la première fois elle apparaît comme suffisamment proposée. Reninitur fidei nondum susceptae, écrit saint Thomas.

2. L'infidélité par régression

C'est le refus conscient et coupable de suivre le mouvement normal de progression de la révélation divine, au moment où elle passe du stade de la loi de nature au stade de la loi mosaïque, ou à celui de la loi évangélique. Ce n'est donc pas comme précédemment un refus pure et simple de la révélation divine. C'est un refus d'apparence vertueuse, qui consiste précisément à se prévaloir de la fidélité à un stade inférieur de la révélation pour se dérober au devoir de monter à un stade supérieur.

3. L'infidélité par désertion

C'est le refus coupable de persévérer dans la foi divine d'abord professée.

Ces précisions n'ont pas échappé à l'attention du premier concile du Vatican lorsqu'il a défini la doctrine de la persévérance des catholiques dans leur foi. "Dieu, dit-il, donne aussi sa grâce à ceux qu'il a fait passer des ténèbres dans son admirable lumière, pour les confirmer dans une persévérante fidélité à cette lumière, n'abandonnant que ceux qui l'abandonnent."

Saint Thomas écrit : Reninitur fidei christianae susceptae ... in ipsa manifestatione veritatis, et sic est infedelitas haeriticorum. Et un peu plus loin :

"Est hérétique celui qui veut adhérer au Christ mais qui faut dans le choix des moyens, retenant non pas ceux qui ont été vraiment laissés par le Christ, mais ceux que lui suggèrent son esprit propre. Aussi l'hérésie est-elle l'espèce d'infidélité de ceux qui professent la foi du Christ, mais corrompent ses enseignements."

On connaît la définition du Code de Droit Canon :

Est hérétique celui qui, après le baptême, tout en retenant le nom chrétien, nie ou met en doute avec pertinacité quelqu'une des vérités qu'il faut croire de foi divine et catholique. Est apostat, celui qui déserte totalement la foi chrétienne. Can. 1325, chap. 2

Tiré de L'Église du Verbe incarné, p. 1326

Christophe67
Barbarus
Barbarus

Re: A propos de l'apostasie

Message non lupar Christophe67 » dim. 27 mai 2018, 23:51

La messe est considérée comme étant avant tout un outil social. C'est l'occasion de se retrouver et d'être entouré d'autres humains. Je crois qu'il n'y a rien surprenant à ce qu'une bonne partie des catholiques ne croient pas en la résurrection. Je connais plein de gens qui vont à la messe et qui ne mènent pas de vie en adéquation avec les commandements de Dieu. J'ai l'impression que l'endroit de culte est un lieu un rendez-vous hebdomadaire, où on a l'occasion de se dire bonjour et de chanter ensemble, même si ce n'est pas sa fonction première.
Vous n'avez pas tout à fait tort sur le constat effectué.
Cependant non, la messe n'est pas ce que vous en dites, et pas plus ce que semblent montrer ces "plein de gens".

Etre chrétien c'est être disciple du Christ, témoin visible d'un Dieu invisible. Le chrétien doit être un témoin, pas un prosélyte mais bien un témoin. Hors comment reconnaître un témoin du Christ d'un bénévole d'une ONG humanitaire dans ce cas ?

Vous savez quoi ? Je préfère un bon athée à un mauvais catholique, qui a pour vocation par son baptême d'être prêtre, prophète et roi.

Prêtre : le seul prêtre c’est Jésus le Christ ressuscité qui offre toute prière à Dieu le Père. Mais par le baptême, nous participons à la mission de Jésus et nous recevons l’onction de l’Esprit Saint par l’huile pour vivre la mission. Le baptisé rend témoignage du Christ, le rend vivant dans sa vie familiale, professionnelle, bref dans son quotidien. C’est le Sacerdoce de tous les chrétiens. Le Christ est la tête, nous sommes son corps et si la tête participe à la mission, le corps aussi.

Prophète : Le Christ est le seul prophète mais tout chrétien a pour mission de rendre compte de la foi et de l’espérance qui l’animent. Etre prophète, c’est parler au nom de Dieu (quelle responsabilité !) pour faire connaître ses volontés et nous avons pour mission d’annoncer la Parole de Dieu à nos frères.

Roi : le Christ est le seul roi et il annonce le Royaume de Dieu. Etre roi, dans la tradition biblique, signifie être au service du peuple, et
notamment au service des plus vulnérables, des plus pauvres. C’est la mission toute particulière des chrétiens laïcs : être le levain dans la pâte, le sel de la terre, la lumière du monde. Au cœur de toutes les réalités humaines, promouvoir ce qui grandit l’homme selon le désir de Dieu.

Alors on voit bien que déjà le côté prêtre et prophète sont oubliés, quant à être le levain ... car ils ne peuvent offrir ce qu'ils n'ont pas.
Ils se sont donc détournés de la vocation de leur baptême. Ils ont donc apostasiés, désertés leur foi.
Disons qu'ils semblent être devenus les membres d'un club humaniste, de BisounoursLand peut être.

Alors attention, je ne juge pas ou ne condamne pas ces personnes, mais j'exprime sans faux semblant quel est leur état de vie (selon vos dires et la perception que vous avez d'eux, bien entendu). Je trouve qu'il n'y a rien de pire que le discours mielleux, relativiste ou quasi humaniste, au nom d'un amour vidé de sa substance chez beaucoup de catholiques actuels.
Je lui préfère la correction fraternelle en appelant un chat ... un chat.


Cordialement.

Christophe67
Barbarus
Barbarus

Re: A propos de l'apostasie

Message non lupar Christophe67 » lun. 28 mai 2018, 0:10

Alors peut on véritablement parler de Chrétiens ?
" Stat crux dum volvitur orbis ", Le monde tourne, la croix demeure !

Hélas non.


Cordialement.


Revenir vers « Vie chrétienne »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités