Le cas des divorcés et la communion

« Quant à vous, menez une vie digne de l’Évangile du Christ. » (Ph 1.27)
Règles du forum
Forum d'échange entre chrétiens sur la façon de vivre l'Évangile au quotidien, dans chacun des domaines de l'existence
Avatar de l’utilisateur
prodigal
Amicus Civitatis
Amicus Civitatis
Messages : 1401
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: Divorcés-remariés, divorcés tout court et communion

Message non lupar prodigal » ven. 01 nov. 2013, 11:46

Je vois bien une réponse théorique à votre question. C'est de considérer que l'acte d'amour accompli par un couple non marié mais engagé dans une démarche de vie commune n'est pas un péché mortel, c'est-à-dire ne tue pas la grâce en celui qui le commet.
J'ai bien conscience du caractère naïf de ma réponse, il me semble même qu'elle saute aux yeux comme la nudité de l'empereur dans un célèbre conte d'Andersen. Mais y en a-t-il une autre?
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

seba15
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 475
Inscription : sam. 23 févr. 2013, 21:05

Re: Divorcés-remariés, divorcés tout court et communion

Message non lupar seba15 » ven. 01 nov. 2013, 12:18

Je vois tout le poids de l'écriture, si paul n'avait pas fait son épitres, on tolèrerait surement plus le remariage. La question que je me pose, c'est la notion de péché permanent, le remarié est adultère selon la bible mais les autres chretiens commentent aussi en permanence des péchés. Donc est-ce que c'est pas jeter la pierre sur la femme adultère comme ce qui est écrit dans la bible ?
J'ai l'impression qu'on jète rapidement la première pierre contre ceux qui se remarient, mais qu'on ne passe pas justement du temps pour méditer cette parabole de l'évangile...

Belin
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1874
Inscription : lun. 16 juin 2008, 18:28

Re: Divorcés-remariés, divorcés tout court et communion

Message non lupar Belin » ven. 01 nov. 2013, 12:45

Je vois tout le poids de l'écriture, si paul n'avait pas fait son épitres, on tolèrerait surement plus le remariage. La question que je me pose, c'est la notion de péché permanent, le remarié est adultère selon la bible mais les autres chretiens commentent aussi en permanence des péchés. Donc est-ce que c'est pas jeter la pierre sur la femme adultère comme ce qui est écrit dans la bible ?
J'ai l'impression qu'on jète rapidement la première pierre contre ceux qui se remarient, mais qu'on ne passe pas justement du temps pour méditer cette parabole de l'évangile...
Salut Seba, j'aime bien vous lire.
On ne jette pas la pierre, on dit seulement qu'il y a péché. Jésus sans jeter la pierre à la femme adultère, lui a réaffirmée que son acte est bel et bien un péché, en lui disant de ne plus péché.
En réalité tout le monde a au moins un péché qui est tel que c'est impossible de s'en affranchir par ses propres forces. Le péché contre le 6éme commandement étant le plus répandu dans ce sens ( ça c'est une opinion personnelle). Et s'il arriverait que quelqu'un se trouve "correct", alors il doit trembler, vraiment trembler, car rien n'est plus grave qu'un malade qui ignore sa maladie ou le degré de gravité de sa maladie.

Peccator
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2234
Inscription : mar. 10 sept. 2013, 21:38
Localisation : Près de Paris

Re: Divorcés-remariés, divorcés tout court et communion

Message non lupar Peccator » ven. 01 nov. 2013, 17:27

Je vois tout le poids de l'écriture, si paul n'avait pas fait son épitres, on tolèrerait surement plus le remariage.
Et surtout, on ne se poserait pas la question si Jésus n'avait pas dit "ce que Dieu à uni, que l'homme ne le sépare pas".

La question que je me pose, c'est la notion de péché permanent, le remarié est adultère selon la bible mais les autres chretiens commentent aussi en permanence des péchés.
La question n'est pas la facilité avec laquelle on pèche, mais l'intention sincère que l'on a d'y remédier.
Un remarié vit objectivement en adultère : qu'a-t-il l'intention de faire pour remédier à cette situation ?


J'en parle aujourd'hui d'autant plus librement que je vis en concubinage, et donc aussi en situation d'adultère. La souffrance de ne pas pouvoir recevoir les sacrements, je connais.

Je pense qu'on ne dit pas assez fort que la situation ne concerne pas que les divorcés remariés, mais tout autant les personnes vivant en concubinage. La seule différence est que les concubins qui ne seraient pas déjà mariés par ailleurs ont la possibilité de se marier.


Puisque c'est mon cas, je peux aussi d'autant plus facilement témoigner qu'on n'est pas rejetés par l'Eglise. Je continue de servir dans l'équipe liturgique, et donc anime des messes alors même que je ne peux pas communier. Je suis de plus en plus investi sur ma paroisse, et mon travail semble être apprécié. Mon curé m'a même demandé de faire comme les enfants à la communion : aller me présenter les bras croisés, pour être béni. C'est très dur pour moi, et j'ai accepté de le faire car cela m'aide efficacement à mortifier mon orgueil. Il me l'a demandé car c'est un signe clair pour tout le monde que même si je ne communie pas, je ne suis pas exclu de l'Eglise.

La situation est exactement la même pour les divorcés remariés.

La seule chose que nous ne pouvons pas faire, ce sont les ministères qui impliquent de communier soi-même. Par exemple, aller donner la communion pendant la messe.

J'ai l'impression qu'on jète rapidement la première pierre contre ceux qui se remarient, mais qu'on ne passe pas justement du temps pour méditer cette parabole de l'évangile...
On ne jette aucune pierre : on constate une situation objective de vie dans le péché sans intention d'y remédier.

C'est même justement parce qu'on ne jette pas la pierre qu'il faut rester très prudent quand on voit quelqu'un communier alors que l'on sait qu'il est divorcé remarié : ce couple pourrait très bien avoir choisi de vivre en frère et soeur, et alors il n'y a aucun problème.


Je vois bien une réponse théorique à votre question. C'est de considérer que l'acte d'amour accompli par un couple non marié mais engagé dans une démarche de vie commune n'est pas un péché mortel, c'est-à-dire ne tue pas la grâce en celui qui le commet.
C'est une évidence, en effet. Mais en réalité, cela ne résoud rien. J'ai cru un temps que puisque je fais de mon mieux pour vivre comme si j'étais marié, et que si cela ne dépendait que de moi, je le serais, alors il n'y avait pas péché. J'ai fini par comprendre par moi-même que malheureusement, ce n'est pas si simple. Après en avoir discuté avec mon curé et avec mon directeur spirituel, j'ai du me rendre à la conclusion qu'il y avait péché.

La question de savoir s'il est mortel ou véniel est un peu technique, et je continue d'y réfléchir avec mon directeur spirituel.


Les raisons qui font que dans mon cas, c'est un péché, sont différentes de celles des divorcés remariés. Dans leur cas, quel sens a "une démarche de vie commune" quand on est déjà marié ailleurs ?

Heureusement, dans une vie de couple, il y a beaucoup d'autres façons de faire des "actes d'amour" : autant on ne peut réduire le sexe à la procréation, autant on ne peut pas réduire l'amour conjugal au sexe.


Ce calcul, quasi mathématique, ne laisse guère de place à la miséricorde divine.
En préparant la prière universelle d'aujourd'hui, j'ai été amené à réfléchir à ce qu'est la misericorde. Au sens étymologique, la miséricorde est de ressentir dans son coeur la misère d'autrui. Elle est donc d'abord compassion. Elle est en outre pardon, au sens où on en parle le plus souvent.
En l'occurrence, il y a toute la place nécessaire à la compassion. Ces situations doivent être une souffrance pour l'Eglise, et il y a un réel problème si quelqu'un s'érige en juge sans ressentir cette souffrance. Mais pour passer de la compassion au pardon, il faut que l'autre fasse un pas. Comme le précise justement Kisito, Jésus dit bien à la femme adultère "Va et ne pêche plus". Quel sens aurait le pardon accordé à quelqu'un qui ne fait rien pour s'amender ?


Et non (et là, encore une fois, je ne parle pas sur un plan théorique, c'est quelque chose que je connais intimement), non ce n'est pas une hypocrisie que d'inviter divorcés remariés et concubins à vivre en frère et soeur. Ce serait une hypocrisie que de leur dire que c'est facile. Mais ce n'est pas plus difficile que le célibat consacré, et ce n'est possible qu'en s'en remettant à Dieu. Ce qui fait que c'est difficile, c'est lorsque l'homme cherche à le faire en se coupant de Dieu. Et c'est justement là aussi un péché.
Non pas ce que je veux, mais ce que Tu veux. Mc 14, 36

Avatar de l’utilisateur
astre
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1127
Inscription : lun. 24 juin 2013, 19:47
Localisation : Bretagne

Re: Divorcés-remariés, divorcés tout court et communion

Message non lupar astre » ven. 01 nov. 2013, 18:19

Une personne qui m'était proche me disait "on est tous pécheurs" ... oui c'est sûr personne n'est parfait ... Mais, (là où on n'était pas d'accord), il lui suffisait de réciter la prière :

« Seigneur je ne suis pas digne de te recevoir mais dit seulement une parole et je serais guéri »

pour être lavé de tous péchés et de pouvoir communier. Dans la semaine, il continuait sa petite vie et le dimanche arrivait, il communiait la conscience tranquille !!!

J'avais du mal à accepter .........
L'amitié nous fait partager de grands moments de bonheur, mais aussi d'immenses peines. L'important est de partager, de s'écouter, de se soutenir.
Abbé Pierre

Peccator
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2234
Inscription : mar. 10 sept. 2013, 21:38
Localisation : Près de Paris

Re: Divorcés-remariés, divorcés tout court et communion

Message non lupar Peccator » ven. 01 nov. 2013, 18:22

Jésus n'est pas venu chercher les justes, mais les pécheurs.

C'est une grave erreur que de croire que l'Eglise rejette les pécheurs, quelle que soit leur intention de s'amender.


Une autre façon de voir : Jésus nous a prévenu que nombreux seront ceux qui seront refusés à la porte, et qu'il y aura pleurs et grincements de dents... C'est un message à visée eschatologique (ce qui se passera à la fin), mais qui nous concerne aussi dès à présent. On voit déjà ceux qui pleurent parce que la porte n'est pas assez large.
Non pas ce que je veux, mais ce que Tu veux. Mc 14, 36

Avatar de l’utilisateur
astre
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1127
Inscription : lun. 24 juin 2013, 19:47
Localisation : Bretagne

Re: Divorcés-remariés, divorcés tout court et communion

Message non lupar astre » ven. 01 nov. 2013, 18:40

C'est une grave erreur que de croire que l'Eglise rejette les pécheurs, quelle que soit leur intention de s'amender.
Ce n'est pas ce que je voulais dire ... Non l'Eglise ne rejette pas les pécheurs ... mais on doit tout faire pour ne pas replonger dans le péché ... Ce n'est pas en récitant une simple prière que l'on est lavé de tous péchés et que l'on peut se permettre de recommencer dès la sortie de l'église !
L'amitié nous fait partager de grands moments de bonheur, mais aussi d'immenses peines. L'important est de partager, de s'écouter, de se soutenir.
Abbé Pierre

Peccator
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2234
Inscription : mar. 10 sept. 2013, 21:38
Localisation : Près de Paris

Re: Divorcés-remariés, divorcés tout court et communion

Message non lupar Peccator » ven. 01 nov. 2013, 19:23

C'est une grave erreur que de croire que l'Eglise rejette les pécheurs, quelle que soit leur intention de s'amender.
Ce n'est pas ce que je voulais dire ... Non l'Eglise ne rejette pas les pécheurs ... mais on doit tout faire pour ne pas replonger dans le péché ... Ce n'est pas en récitant une simple prière que l'on est lavé de tous péchés et que l'on peut se permettre de recommencer dès la sortie de l'église !
Oula... Astre, je n'avais pas vu votre réponse, et je répondais à Seba15 en lui confirmant qu'il avait bien compris.

Votre interlocuteur qui pense qu'il suffit de réciter cette phrase a oublié un détail : quand Jésus prononce une parole, c'est une parole qui agit. Donc oui, il suffit qu'Il prononce une parole pour que je sois guéri. Mais, et c'est capital, Jésus n'agit pas contre notre gré : il faut donc que nous acceptions de laisser cette parole agir en nous... ce qui se voit justement par les efforts que l'on fait pour changer notre vie et tenter de ne plus pécher.

Je suis donc bien du même avis que vous : cette phrase n'est pas une formule magique qui nous blanchit alors qu'on a bien l'intention de retourner jouer dans la boue à peine franchie la porte de l'église.

D'ailleurs, relisons cette phrase avec attention : "Dis seulement une parole et je serai guéri". Et non pas "je récite une prière et je serai guéri". Vous pourrez demander à cette personne à quel moment elle entend Jésus la prononcer, cette parole qui la guérit. Moi, la parole que j'entends, c'est "va, et ne pèche plus".
Non pas ce que je veux, mais ce que Tu veux. Mc 14, 36

seba15
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 475
Inscription : sam. 23 févr. 2013, 21:05

Re: Divorcés-remariés, divorcés tout court et communion

Message non lupar seba15 » ven. 01 nov. 2013, 19:34

Moi je pense qu'il faut de la souplesse et avoir une vision positive de la vie de chretien. Certes on est tous pécheurs mais il faut voir ce qu'on fait de bien aussi, nos bonnes actions. Sinon on est dans une sorte d'impasse vis a vis du péché car on est sans arrêt en situation d'échec vis a vis de celui ci. Je pense que nos oeuvres doivent aussi être importante, ça prouve qu'on porte du fruit au delà de nos péchés.

Peccator
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2234
Inscription : mar. 10 sept. 2013, 21:38
Localisation : Près de Paris

Re: Divorcés-remariés, divorcés tout court et communion

Message non lupar Peccator » ven. 01 nov. 2013, 23:26

Vous avez tout à fait raison, Seba, il faut regarder aussi ce qu'on fait de bien. La vie chrétienne est une vie de joie, pas une vie de perpétuelle contrition.

Concernant le péché, n'oubliez pas que ce qui nous est demandé n'est pas de ne pas pécher, mais de ne pas chercher à s'améliorer.
Non pas ce que je veux, mais ce que Tu veux. Mc 14, 36

zelie
Senator
Senator
Messages : 904
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Divorcés remariés et accès à la communion

Message non lupar zelie » mar. 09 avr. 2019, 16:35

un article qui m'a assez étonnée, peut-être quelqu'un saura mieux analyser que moi :
Florence et Georges se sont mariés civilement en 2005. Georges ayant été marié précédemment, les deux conjoints ne communiaient plus et n’allaient que rarement à la messe. « Il nous paraissait absurde et injuste de ne pas pouvoir se nourrir du corps du Christ alors que d’autres péchés, à nos yeux plus graves, n’excluaient pas de la table eucharistique », racontent Florence et Georges. Ils évoquent le sentiment qu’ils éprouvaient alors d’être « esseulés » sur leur banc au moment de la communion.
le couple et le prêtre se rencontrent régulièrement et le couple s’investit pour des permanences d’accueil et des séances de catéchisme. « La messe en famille prenait de plus en plus de sens pour nous. »Alors que leur fils aîné prépare sa première communion en avril 2012, le couple se voit inviter par le père Gacogne à bâtir une célébration de bénédiction de leur union. Celle-ci a lieu cinq mois plus tard, dans l’intimité. « Et le lendemain, lors de la messe dominicale, nous avons re-communié pour la première fois....
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre

la Samaritaine
Barbarus
Barbarus

Re: Le cas des divorcés et la communion

Message non lupar la Samaritaine » mar. 09 avr. 2019, 23:13

Extraordinaire ce cheminement Bartimée !! Il incarne bellement l'esprit d'Amoris Laeticia, la miséricorde passe avant la loi. Et qu'elle poids il donne à l'Eucharistie !

Ces personnes qui communient après 10 ans d'interruption, quel poids à leur communion au Corps du Christ ! Ce m'a m'encouragé à aller communier avec ferveur, ces personnes sont signe pour les autres.

Merci Zélie de nous faire découvrir ce cheminement.

En Christ,

Samaritaine

pierrot2
Quæstor
Quæstor
Messages : 381
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: Le cas des divorcés et la communion

Message non lupar pierrot2 » ven. 12 avr. 2019, 0:01

un article qui m'a assez étonnée, peut-être quelqu'un saura mieux analyser que moi :
Bonjour Zélie,

Veuillez pardonner la tristesse que j'éprouve, et/ou m'expliquer où je m'égare:

Si ce couple de remariés a des enfants, comment leur expliqueront-ils, si ces derniers le leur demandent, que bien que Celui auquel ils croient tant ait beau avoir donné sa vie(son engagement à lui) pour transmettre le merveilleux message de la vie éternelle, ils n'ont pas su honorer le premier engagement, en attendant la mort en vivant en solitaire dans la joie de ce message, jusque cet instant ultime ?
En d'autres termes, quelles teneur, crédit et valeur du merveilleux message chrétien transmettront leur témoignage de vie ?

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8919
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Le cas des divorcés et la communion

Message non lupar PaxetBonum » ven. 12 avr. 2019, 8:34

la miséricorde passe avant la loi. Et qu'elle poids il donne à l'Eucharistie !
Chère Samaritaine,

Je ne le vois pas comme vous.
Ici ce n'est pas que de loi dont on parle mais de révélation divine, de théologie.
Notre Seigneur a exprimé la grandeur du sacrement du mariage et son indissolubilité : "Au commencement il n'en était pas ainsi, c'est une concession que Moïse a faite à votre tendance au péché"
Jésus indique que l'homme a trahi le mariage, ne sommes nous pas en train de faire de même, ce qui amène en plus le risque de trahir l'eucharistie dans la foulée.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
Fernand Poisson
Ædilis
Ædilis
Messages : 17
Inscription : jeu. 11 avr. 2019, 23:03
Conviction : Catholique romain

Re: Le cas des divorcés et la communion

Message non lupar Fernand Poisson » ven. 12 avr. 2019, 9:21

Notez que le premier couple dont il est question dans l'article a eu à nouveau accès à la communion avant Amoris Laetitia. Sans forcément juger trop vite des situations dont nous ignorons tout, tout cela donne quand même l'impression d'un drôle de bazar.


Revenir vers « Vie chrétienne »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit