Le cas des divorcés non remariés et l'absolution

« Quant à vous, menez une vie digne de l’Évangile du Christ. » (Ph 1.27)
Règles du forum
Forum d'échange entre chrétiens sur la façon de vivre l'Évangile au quotidien, dans chacun des domaines de l'existence
Toto
Senator
Senator
Messages : 926
Inscription : mar. 04 sept. 2012, 20:21
Conviction : Catholique pratiquant traditionaliste

Re: Le cas des divorcés non remariés et l'absolution

Message non lupar Toto » mer. 13 avr. 2016, 20:44

Qui commet un crime et s'en repend, reçoit, me semble-t-il l'absolution. Pourtant la victime est définitivement morte et ne reviendra pas à sa vie sur la terre.
La séparation d'avec son conjoint qui n'est pas un crime serait donc plus une faute plus grave à pardonner que le meurtre ?
???? Non.
Nous réclamons votre zèle contre les ennemis du célibat ecclésiastique, cette ligue impure, qui se grossit par des transfuges de l'ordre clérical. Jouets de passions séductrices, ils ont présenté des requêtes pour abolir ce point sacré… si honteuses tentatives… Défendre de toutes vos forces, d'après les règles des Canons, une loi de si haute importance, de la conserver dans toute son intégrité, de repousser les traits dirigés contre elle par des hommes que tourmentent les plus infâmes passions.

Toto
Senator
Senator
Messages : 926
Inscription : mar. 04 sept. 2012, 20:21
Conviction : Catholique pratiquant traditionaliste

Re: Le cas des divorcés non remariés et l'absolution

Message non lupar Toto » mer. 13 avr. 2016, 20:46

Bonjour Kyris,

pourquoi ne pas lire le document que le Pape vient de sortir, Amoris Laetitia, l'exhortation apostolique aux familles ?
Le Pape place la miséricorde et l"amour inconditionnel de Dieu pour chacun de nous au coeur de nos vies.

Bien à vous,

Axou
Comme si l'Eglise était restée pendant 2000 ans dans l'ombre sans qu'aucun document valable fût écrit sur le sujet, avant l'intervention du pape François. Si cette encyclique est à interpréter à la lumière de la Tradition, du Magistère et des Ecritures, alors également les textes anciens ne sont point à négliger.
Nous réclamons votre zèle contre les ennemis du célibat ecclésiastique, cette ligue impure, qui se grossit par des transfuges de l'ordre clérical. Jouets de passions séductrices, ils ont présenté des requêtes pour abolir ce point sacré… si honteuses tentatives… Défendre de toutes vos forces, d'après les règles des Canons, une loi de si haute importance, de la conserver dans toute son intégrité, de repousser les traits dirigés contre elle par des hommes que tourmentent les plus infâmes passions.

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8439
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Le cas des divorcés non remariés et l'absolution

Message non lupar PaxetBonum » ven. 15 avr. 2016, 8:47


Mon plus grand regret serait que je ne puisse jamais être pardonnée pour ces erreurs... C'est d'ailleurs ce que j'ai retenu de la finalité de mon entretien avec le prêtre rencontré hier, ce qui m'a chamboulée.
Cher Kyris,

Ne retenez pas cela car il est faux que vous ne puissiez pas être pardonnée.
Les seuls péchés dont on ne peut pas obtenir le pardon ce sont ceux que l'on ne regrette pas.
Or vous regrettez et vous êtes revenue vers le Père comme le fils prodigue.
Dieu ne s'éloigne pas de vous mais tel le père du fils prodigue il va à votre rencontre.
Il est important que vous ne restiez pas dans cet état mais que vous éclaircissiez cette situation avec le prêtre que vous avez vu ou avec un autre, voire avec votre évêque.

Que Dieu vous accorde Paix et Joie !
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Kyris
Civis
Civis
Messages : 7
Inscription : lun. 11 avr. 2016, 19:44

Re: Le cas des divorcés non remariés et l'absolution

Message non lupar Kyris » dim. 17 avr. 2016, 11:49

Bonjour,

Merci à tous pour vos éclaircissements, cela m'a fait plaisir de me sentir entourée.
Pour le moment, je ne suis pas encore retournée voir le prêtre en question. Je pense qu'il va me falloir un peu de temps. Je prie beaucoup en attendant et j'inclus le pardon dans mes prières.

Dieu vous bénisse.

poche
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2248
Inscription : lun. 11 mars 2013, 9:28

Re: Le cas des divorcés non remariés et l'absolution

Message non lupar poche » mer. 04 mai 2016, 10:42

Le fait que vous êtes divorcé est une tragédie. Toutefois, si vous ne vivez pas comme si vous étiez marié à quelqu'un d'autre, alors vous devriez être en mesure de recevoir l'absolution et aller à la communion dans l'Eglise catholique.
Je pense que vous devriez chercher un autre prêtre.
Je prierai pour vous
:ange: :ange: :ange:

Avatar de l’utilisateur
Marc Oh
Quæstor
Quæstor
Messages : 241
Inscription : ven. 01 avr. 2016, 16:05
Conviction : chrétien catholique
Localisation : Région centre

Re: Le cas des divorcés non remariés et l'absolution

Message non lupar Marc Oh » mar. 24 mai 2016, 17:56

Merci beaucoup pour ces commentaires, ce qui m'a un peu rassurée tout de même.
Une erreur est une erreur, certes elle est grave mais j'en ai tiré les leçons. Lorsque j'ai agi à l'époque, toute jeune, je n'avais pas conscience de l'importance de ce sacrement. Aujourd'hui, je la connais. Je pense que cette épreuve va me faire grandir et fortifier ma Foi.

Mon plus grand regret serait que je ne puisse jamais être pardonnée pour ces erreurs... C'est d'ailleurs ce que j'ai retenu de la finalité de mon entretien avec le prêtre rencontré hier, ce qui m'a chamboulée.
Chère Kyris, je suis absolument sûr qu’il a une mauvaise communication qui explique ce que vous rapportez. Vous êtes légitiment chamboulée (Votre émotion vous honore) mais surement c’est l’occasion pour l’esprit de division d’en profiter pour vous faire tourner le dos à l’Église. Elle vous aime, vous attend et prie pour vous.
Ce qui est fait est fait, si vous le regretté il n’y a aucune raison que vous ne soyez pardonner comme tout le monde ici vous l’a dit.
Il vous faut travailler surement sur la « communication » :
Soit vous avez légitimement (violence, ect…) demandé un divorce civil dans ce cas c’est douloureux mais pas une faute, une séparation aurai surement été préférable mais les circonstances ou des mauvais conseils vous on peut être poussé à demander le divorce (vous n’aviez peut-être pas conscience que c’était une faute ?) ; soit vous avez péché en demandant le divorce civil sans raison valide mais pour être pardonner il faut clairement exprimer le regret. C’est grave mais la société de ce siècle à surement tout fait pour vous pousser vers une mauvaise décision. On pêche tous et on se fait tous « avoir » un jour ! Si vous regrettez il faut retourner discuter avec un prêtre de votre choie.
Dans la détresse, une mauvaise communication ne serait pas étonnante si vous n’avez pas l’habitude de la confession. Surtout ne vous reprocher pas cet état de fait. Ce monde fait tout pour vous séparer du Christ, ce n’est pas étonnant de tomber aussi il ne faut pas lâcher Sa main et lorsqu’on la lâche il faut la reprendre.

Une foi nourris par les sacrements dont vous êtes privé, vous y verrez plus clair. Si votre mariage n’est pas valide (ça arrive) il serait utile que vous demandiez qu’il soit déclaré nul mais en attendant considérez-vous comme mariée. S’il est valide et une foi apaisée vous verrez avec le prêtre qui vous suit (NB qui DOIT vous suivre mais vous avez le choie) ce qu’il convient de faire.
Courage vous avez fait le plus dur !

Marc Oh !
Marc Oh!
"... sans l'amour je ne suis rien..."

Pathos
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 439
Inscription : dim. 17 avr. 2016, 19:32
Conviction : Catholique

Re: Le cas des divorcés non remariés et l'absolution

Message non lupar Pathos » mar. 24 mai 2016, 21:54

Bonsoir,
Au regard de l'Eglise quels sont les "droits" d'un individu marié qui se retrouvant trompée et forcé au divorce par sa conjointe adultère ?
Sans allez se remarier, peut-il rencontrer une nouvelle amie ? au moins pour partager de la tendresse et en restant chaste plutôt que de rester seul pendant des années ?
J'ai l'impression que l'Eglise prône un idéal mais que tout le monde n'est pas aussi fort..
Les juifs du temps de Moise disposaient d'un acte de répudiation dans le cas d'espèces...

Avatar de l’utilisateur
Marc Oh
Quæstor
Quæstor
Messages : 241
Inscription : ven. 01 avr. 2016, 16:05
Conviction : chrétien catholique
Localisation : Région centre

Re: Le cas des divorcés non remariés et l'absolution

Message non lupar Marc Oh » mar. 24 mai 2016, 23:43

Bonsoir Pathos,
Qu’il y ai adultère ou pas cela ne change rien aux devoirs, divorce civil ou pas cela ne change rien au mariage chrétien que je sache. Si le Christ nous traitait de la même manière à chacune de nos trahisons…
Partager de la tendresse avec une autre femme que son épouse pour un homme dans une situation d’isolement affectif est une mise en danger fautive ! Reste la tendresse de Dieu ! L’Église met le mariage au niveau de la fidélité du Christ envers elle, c’est évidemment très audacieux et cette fidélité est à mon sens le fondement de la miséricorde, le regard d’Amour qui pardonne tout de suite. Nous somme appelé à adopter se regard miséricordieux du Christ, c’est en effet un peu « dingue » mais c’est l’ambition du chrétien appelé comme tout homme à la sainteté par l’imitation de Jésus Christ.
L’époux délaissé ne peut en rien obliger l’épouse à quoi que ce soit (et vis versa). Elle à théoriquement des devoirs mais rien ne l’oblige à les remplir mis à par sa conscience chrétienne, si elle en a une. Il ne faut pas oublier ce que j’appellerai le « devoir conjugal » c’est à dire, à mon sens chaque époux garde les mêmes devoir (notamment priez pour le salut de l’autre) vis à vis de son conjoint sans contrepartie en total desinteraissement c’est ce qu’en des termes chrétien on appelle la chasteté. Votre usage présumé, ne pas partager des relations sexuelles, de ce mot est celui plus commun du monde ou les droits prennent le pas sur les devoirs. Le monde dit « donnant donnant », la loi du Tailon, c’est justice, le Christ se donne en sacrifice, c’est charité. Tous ceci est dans le catéchisme de l’église catholique cela peu se retrouver n’hésitez pas à me le demander.
Remarque personnelle avec une pointe d’humour qui j’espère ne sera pas prise pour de la vraie misogynie, Saint Paul nous avait prévenu…
Plus sérieusement, je pense personnellement (cela n’engage que moi) que le mariage peut être un grand « challenge » (Je dirait bien aussi épine de Saint Paul mais ne suis pas très sur de moi de ce qu’il y a derrière cette écharde.) pour nous appeler à nous dépasser en tendant vers la chastété-desinteraissement.
Oui nous seront sauvé sans être parfait mais il faut se mettre sur la Voie.
Bonne soirée
cordialement
Marc Oh !
"... sans l'amour je ne suis rien..."
Marc Oh!
"... sans l'amour je ne suis rien..."

Avatar de l’utilisateur
Marc Oh
Quæstor
Quæstor
Messages : 241
Inscription : ven. 01 avr. 2016, 16:05
Conviction : chrétien catholique
Localisation : Région centre

Re: Le cas des divorcés non remariés et l'absolution

Message non lupar Marc Oh » mer. 25 mai 2016, 10:13

Bonjour Kyris,
pourquoi ne pas lire le document que le Pape vient de sortir, Amoris Laetitia, l'exhortation apostolique aux familles ?
Le Pape place la miséricorde et l"amour inconditionnel de Dieu pour chacun de nous au coeur de nos vies.
Comme si l'Eglise était restée pendant 2000 ans dans l'ombre sans qu'aucun document valable fût écrit sur le sujet, avant l'intervention du pape François. Si cette encyclique est à interpréter à la lumière de la Tradition, du Magistère et des Ecritures, alors également les textes anciens ne sont point à négliger.
Bonjour ToTo,
Evidemment que vous avez raison il est difficile au bout de 2000 ans de faire du neuf avec ce qui a été révélé pour toute éternité. Le mariage n’est pas quelque chose de neuf, je dirais même il est au commencement, ce qui est neuf c’est l’apostasie généralisée de ce monde occidental (Il reste de très belle choses à ne pas oublier). Si nous voulons, selon Son ordre, être le sel de la terre nous devons bien vivre dans ce monde et évidement que le terrain est plus que glissant et que nous tombons sans cesse. Autre exemple avec plus de visibilité car nous avons 12 ans de recul, redemptionis sacramentum http://www.vatican.va/roman_curia/congr ... um_fr.html, ne fait que représenter ce qui a été dit dans le passé même récent. Un soit disant « esprit du concile » qui n’est autre qu’un excès inverse aux erreurs du passé par effet de balancier a inventé des fourvoiements en chaines, ce qu’a dit réellement Vatican a été mis sous le boisseau (promotion du chant grégorien et de la liturgie des heures pour tous : Trop peu le savent). L’ennemie doit se régalé de notre confusion. Rabâché avec une communication plus actuelle n’est pas inutiles car analyser dans un contexte diffèrent, d’autre choisissent de rappeler que l’ancien est toujours valide, tous les moyens sont bon pour annoncer la bonne nouvelle qui reste la même. Les Orthodoxes ont aussi une stratégie respectable qui leur a surement évité « nos » ornières mais ils sont certainement tombé dans d’autres. Dans redemptionis sacramentum, ce qui est neuf c’est la forme : Tous chrétien a droit où qu’il se trouve à un certain « standard minium » qui quoique souple évite les abus liturgiques qui sont pléthore du moins en France, nos visiteurs chrétiens proches doivent être horrifiés, et qui sont source de division (le diviseur doit se régaler encore une foi…).
J’ai lu en entier et donc rapidement Amoris Laetitia et les commentaire qui me paraissait les plus sain , S A I N, ce qui est neuf n’est pas dans le fond mais dans les exemples adaptés à ce monde et ce siècle. Par exemple comment pouvait on prévoir (certain l’on fait je m’en souviens c’est donc pas si vieux) une tel banalisation de la pratique de l’homosexualité et on est bien obligé de faire avec sinon on jette le bébé avec l’eau du bain, le pécheur avec le péché (la pratique, pas l’état), comme nous sommes tous pécheurs ce n’est évidemment pas notre intérêt même si on fait fit du désintéressement (j’hésite à utiliser le mot chrétien chasteté car avec des sens variables dans ce monde.).
Pardon d’avoir été un peu long : je suis d’accord avec vous mais je précise la bonne nouvelle (sans oublier le convertissez-vous !) est la même mais le pécheur change selon l’environnement. Le pasteur adapte son prêche, c’est mon humble point de vue.
Merci de prier pour moi
Bien à vous
Marc Oh!
"... sans l'amour je ne suis rien..."

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8439
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Le cas des divorcés non remariés et l'absolution

Message non lupar PaxetBonum » mer. 25 mai 2016, 14:16

Les Orthodoxes ont aussi une stratégie respectable qui leur a surement évité « nos » ornières mais ils sont certainement tombé dans d’autres.
A ce propos j'ai appris que chez les orthodoxes le mariage était tout aussi indissoluble.
On m'avait dit qu'ils peuvent se marier 3 fois, il semble que se soit faux.
Ils se marient une fois pour toute, mais peuvent divorcer et créer une nouvelle union voire une troisième.
Toutefois les unions suivantes ne sont pas des mariages.

Est-ce que quelqu'un est au fait de ceci ?
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
Marc Oh
Quæstor
Quæstor
Messages : 241
Inscription : ven. 01 avr. 2016, 16:05
Conviction : chrétien catholique
Localisation : Région centre

Re: Le cas des divorcés non remariés et l'absolution

Message non lupar Marc Oh » mer. 25 mai 2016, 15:38

Bonjour, les remariages orthodoxes ne sont pas sacramentel. Il y a une bénédiction des époux, dont l'union est accepté par "économie" (oikonomia) après un processus de repentance assez long. Évidement il doit y avoir des abus, comme partout.
Le critère de validité de ce sacrement mais aussi des autres (notamment celui de l'ordre) n'est pas le même que chez les catholiques (intention, matière, forme ... je ne suis pas un spécialiste. NB le grand schisme c'est avant St Thomas d'Aquin et le concile de trente qui définit que les sacrements opèrent ex opere operato " en vertu du rite accompli ".!) . Un évêque hérétique ne serai chez eux plus capable d’administrer les sacrements si j'ai bien compris (problème également émergeant avec le donatisme lors de l’Église indivise) mais évidement les interprétations des "Saints Cannons" est variable et la primauté est purement honorifique, préséance et convocation du Saint et Grand Concile, ce qui ne favorise pas la lisibilité de mon œil de "fils de Rome".

Mes sources: ce que j'ai lue depuis des années mais aussi pour le remariage: http://www.assomption.org/fr/spirituali ... ndermersch
Ma conviction et qu'il vaux mieux laisser la réflexion sur le remariage à ceux qui ne sont pas intéressé directement par un éventuel changement de discipline! Cela n'engage que moi. Je fait confiance à l’Église universelle et à son chef (à dire vrai au Grand Patron qui est derrière).
bien à vous
Marc Oh!
"... sans l'amour je ne suis rien..."

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8439
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Le cas des divorcés non remariés et l'absolution

Message non lupar PaxetBonum » mer. 25 mai 2016, 18:47

Merci Marc Oh

Cela confirme ce que j'avais découvert récemment : il n'y a pas de remariage dans l'Eglise Orthodoxe.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Pathos
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 439
Inscription : dim. 17 avr. 2016, 19:32
Conviction : Catholique

Re: Le cas des divorcés non remariés et l'absolution

Message non lupar Pathos » mer. 25 mai 2016, 21:36

Bonsoir Marco,
Qu’il y ai adultère ou pas cela ne change rien aux devoirs, divorce civil ou pas cela ne change rien au mariage chrétien que je sache. Si le Christ nous traitait de la même manière à chacune de nos trahisons…
Brillante réponse mais :
Partager de la tendresse avec une autre femme que son épouse pour un homme dans une situation d’isolement affectif est une mise en danger fautive !
En exagérant volontairement, il vaudrait mieux rester célibataire toute sa vie et rencontrer des partenaires non mariés : pas d'adultère et toujours une possibilité de "rebondir" en cas de rupture....?
Tant pis pour le pauvre cocu qui devra rester "fidèle" pendant 30 ans à ses amours perdus...
L’époux délaissé ne peut en rien obliger l’épouse à quoi que ce soit (et vice versa). Elle à théoriquement des devoirs mais rien ne l’oblige à les remplir mis à par sa conscience chrétienne, si elle en a une.
On est d'accord.
Même dans notre bel Etat de droit, l'adultère n'existe pas juridiquement...
Dernière édition par Pathos le jeu. 14 juil. 2016, 3:44, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8439
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Le cas des divorcés non remariés et l'absolution

Message non lupar PaxetBonum » jeu. 26 mai 2016, 8:50

Même dans notre bel Etat de droit, l'adultère n'existe pas juridiquement...
N'existe plus juridiquement… depuis 1975 je crois.
Mai 68 a fait son œuvre.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
Marc Oh
Quæstor
Quæstor
Messages : 241
Inscription : ven. 01 avr. 2016, 16:05
Conviction : chrétien catholique
Localisation : Région centre

Re: Le cas des divorcés non remariés et l'absolution

Message non lupar Marc Oh » jeu. 26 mai 2016, 10:50

Cher pathos, la vie semble parfois bien amère, sentiment partagé.
En exagérant volontairement, il vaudrait mieux restait célibataire toute sa vie et rencontrer des partenaires non mariés : pas d'adultère et toujours une possibilité de "rebondir" en cas de rupture....?
Je ne sait pas si c'est satisfaisant de picorer la vie du bout des doigts. Le mariage est en effet un pari risqué, une folie surement au yeux des hommes... Je pense qu'il devrai resté réservé à de vrai projets spirituels à 2. Théoriquement c'est ça il me semble (c'est comme ça que je l'ai vécu), un vrai parcourt de discernement est indispensable pour éviter bien des souffrances. il me semble bien que c'est dans Amoris Laetitia.
Tant pis pour le pauvre cocu qui devra rester "fidèle" pendant 30 ans à ses amours perdus...
C'est une croix en effet. Vous dire avec la petite Thérèse "tout est Grâce" serait difficile à entendre, c'est une évidence qui doit venir de son cœur. Une telle croix permet de cheminer, si elle ne vous cloue pas sur place (comme toute épreuve). Il parait que l'on ne reçoit que des épreuves à notre porté (personnellement je dois avoir alors de très grosse capacité... peu être que vous aussi?). Il me viens une réflexion : il faut mourir à soi même pour renaitre au tout autre, cloué le vielle homme sur la croix avec le Christ pour renaitre avec lui. Le "royaume des cieux" est pour tout de suite dans ce monde surtout quand il est insupportable. Si la vie dans ce monde nous était supportable nous nous contenterions de petites vie "pépère" avec un place surement bien petite pour le Christ ressuscité.
Celui qui a tout perdu n'a plus rien à perdre... Le problème est l'acceptation. Je pense à Job sur son tas d'ordure.[/quote]

bon le soleil brille, bonne journée;

Je vais tacher de priez pour que nous y soyons sensible (au soleil), le christianisme n'est il pas de façon imagée une plate-forme de partage de fardeaux par la prière, la communion des saints, le nœud de communication étant Le Saint par excellence.
Marc Oh!
"... sans l'amour je ne suis rien..."


Revenir vers « Vie chrétienne »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 8 invités