A propos du guide ou père ou directeur spirituel

« Quant à vous, menez une vie digne de l’Évangile du Christ. » (Ph 1.27)
Règles du forum
Forum d'échange entre chrétiens sur la façon de vivre l'Évangile au quotidien, dans chacun des domaines de l'existence
Avatar de l’utilisateur
muirgheal
Quæstor
Quæstor
Messages : 363
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 14:35

Re: Père spirituel/confesseur

Message non lu par muirgheal » lun. 15 mars 2010, 16:20

Je pensais qu'il était préférable que ça soit un prêtre, voire qu'un laïc ne pouvait pas accomplir ce rôle.
En revanche, le père spirituel vous conseille, vous aide à approfondir votre foi, vous guide, vous aide à grandir, discute avec vous. C'est un peu une catéchèse rien que pour vous et donc plus "ciblée" que l'homélie générale que donne le prêtre à la messe.
Si je compare avec la seule confession que j'ai faite de ma vie, cette confession (générale) a été suivie d'un entretien avec le prêtre et de conseils qu'il m'a donné. Donc il aurait joué un rôle d'accompagnateur spirituel ou de père spirituel et en aurait fait plus que lors d'une confession normale ?

Un confesseur m'aurait simplement écoutée, donné l'absolution et proposé la pénitence, mais rien de plus ?

A partir du moment où suite à une confession, on demande des conseils, l'accompagnement spirituel se fait automatiquement, de manière tacite ? Pas besoin de lui formuler la requête : "souhaitez-vous devenir mon père spirituel" ?

Autre question : cela se fait-il de poser certaines questions par e-mail au prêtre qui nous confesse ? Ou vaut-il mieux garder les questions et les poser lors de ces rencontres/confessions ? (A la fin de la messe, c'est toujours difficile car il est souvent fort accaparé par les fidèles).

Et excusez-moi si vous trouvez mes questions fort naïves, mais je pense de plus en plus que c'est peut-être nécessaire d'avoir cet accompagnement spirituel. Et comme bizarrement, les premières fois que j'ai rencontré ce prêtre, il y a des années, donc avant mon retour, j'ai eu un a priori négatif (il me semblait "trop" tradi), autant maintenant, il m'inspire vraiment confiance et le contact a été très bon et il peut se montrer très chaleureux également.
Tu as frappé à la porte de mon cœur !
J'ai entendu ta voix et je t'ai ouvert.
Allume en mon cœur un grand feu de joie.

Avatar de l’utilisateur
Théophane
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2000
Inscription : sam. 22 janv. 2005, 14:18
Conviction : Catholique
Localisation : France

Re: Père spirituel/confesseur

Message non lu par Théophane » lun. 15 mars 2010, 16:40

Je pensais qu'il était préférable que ça soit un prêtre, voire qu'un laïc ne pouvait pas accomplir ce rôle.
Pas forcément. Il suffit que ce soit un laïc qui ait une vie intérieure, une grâce d'état, et une formation suffisante.

Je ne voudrais pas me donner en exemple, mais en ce qui me concerne je me confesse chaque semaine à un prêtre et j'ai un entretien hebdomaire avec un laïc. Ma direction spirituelle est faite par l'un et par l'autre.
« Être contemplatifs au milieu du monde, en quoi cela consiste-t-il, pour nous ? La réponse tient en quelques mots : c’est voir Dieu en toute chose, avec la lumière de la foi, sous l’élan de l’amour, et avec la ferme espérance de le contempler face à face au Ciel. »
Bienheureux Álvaro del Portillo (1914-1994)

Avatar de l’utilisateur
archi
Prætor
Prætor
Messages : 1696
Inscription : jeu. 22 mai 2008, 14:57

Re: Père spirituel/confesseur

Message non lu par archi » lun. 15 mars 2010, 21:05

Bonjour.
Quel est selon vous l'état particulier qui peut procurer à un laïc une "grâce d'état" pour faire de la direction spirituelle? Et quelle est la formation nécessaire?

In Xto,
archi.
Nous qui dans ce mystère, représentons les chérubins,
Et chantons l'hymne trois fois sainte à la vivifiante Trinité.
Déposons maintenant tous les soucis de ce monde.

Pour recevoir le Roi de toutes choses, Invisiblement escorté des choeurs angéliques.
Alléluia, alléluia, alléluia.

Avatar de l’utilisateur
Théophane
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2000
Inscription : sam. 22 janv. 2005, 14:18
Conviction : Catholique
Localisation : France

Re: Père spirituel/confesseur

Message non lu par Théophane » lun. 15 mars 2010, 23:21

archi a écrit :Bonjour.
Quel est selon vous l'état particulier qui peut procurer à un laïc une "grâce d'état" pour faire de la direction spirituelle? Et quelle est la formation nécessaire?
Cela se fait dans certaines institutions de l'Église catholique. Dans l'Opus Dei par exemple, on se confesse à un prêtre et on a un entretien de direction spirituelle avec un numéraire laïc. Les numéraires, hommes ou femmes, reçoivent une formation doctrinale et spirituelle leur permettant d'assumer ce genre de tâches. Dans cette institution, la plus grande partie de la formation chrétienne est assurée par des laïcs.
« Être contemplatifs au milieu du monde, en quoi cela consiste-t-il, pour nous ? La réponse tient en quelques mots : c’est voir Dieu en toute chose, avec la lumière de la foi, sous l’élan de l’amour, et avec la ferme espérance de le contempler face à face au Ciel. »
Bienheureux Álvaro del Portillo (1914-1994)

Avatar de l’utilisateur
Laurent L.
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1618
Inscription : lun. 25 mai 2009, 13:18

Re: Père spirituel/confesseur

Message non lu par Laurent L. » lun. 15 mars 2010, 23:37

Muirgheal a écrit :Si je compare avec la seule confession que j'ai faite de ma vie, cette confession (générale) a été suivie d'un entretien avec le prêtre et de conseils qu'il m'a donné. Donc il aurait joué un rôle d'accompagnateur spirituel ou de père spirituel et en aurait fait plus que lors d'une confession normale ?

Un confesseur m'aurait simplement écoutée, donné l'absolution et proposé la pénitence, mais rien de plus ?
La confession stricto sensu, c'est la confession avec contrition, la pénitence que donne le prêtre avec une exhortation et l'absolution. Donc vous avez eu droit à un bonus ;) si le prêtre a pris le temps de bien s'entretenir avec vous.
Ce que je voulais dire, c'est que l'attitude du fidèle et du prêtre varie entre la confession et la direction spirituelle : dans le premier cas, vous allez demander pardon à Jésus via le prêtre, lequel n'agit donc pas en son nom mais au nom du Christ, c'est un sacrement ritualisé, le prêtre revêt l'étole, le fidèle adopte une attitude de pénitent (en général, à genoux, parfois dans un confessionnal), l'exhortation du prêtre est souvent centrée sur les péchés commis et les moyens de les éviter, de les dépasser ; la direction spirituelle est plus informelle : vous ne venez pas en pénitente demander pardon à Jésus mais vous entretenez avec le prêtre et recevez ses conseils paternels. Ce n'est pas un sacrement.
Je ne sais pas si je suis très clair... :incertain:

Pour les laïcs, on appelle ça "l'accompagnement spirituel". Ça me paraît plus limité : je ne vois aucun inconvénient à recevoir des conseils d'un laïc (qui m'apprendrait à bien prier le chapelet, à mieux faire oraison, qui me conseillerait des lectures etc.), les parents qui apprennent aux enfants à prier sont bien les premiers accompagnateurs spirituels.
Je ne me vois cependant pas raconter les moindres détails de ma vie et mes péchés à un laïc... Si votre directeur spirituel est votre confesseur, il connaît vos péchés et peut donc mieux vous aider à progresser, et il est tenu au secret de la confession. Enfin, il fait partie de l'Église enseignante, contrairement aux laïcs...

Avatar de l’utilisateur
muirgheal
Quæstor
Quæstor
Messages : 363
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 14:35

Re: Père spirituel/confesseur

Message non lu par muirgheal » mar. 16 mars 2010, 13:25

Merci pour ces précisions. Vous êtes tout à fait clair dans vos explications. Et de fait, l'attitude du prêtre et mon attitude étaient complètement différentes pendant la confession et pendant l'entretien. Exactement comme vous expliquez ici. J'ai donc eu droit à un bonus d'accompagnement spirituel alors :)
Tu as frappé à la porte de mon cœur !
J'ai entendu ta voix et je t'ai ouvert.
Allume en mon cœur un grand feu de joie.

Avatar de l’utilisateur
Théophane
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2000
Inscription : sam. 22 janv. 2005, 14:18
Conviction : Catholique
Localisation : France

Re: Père spirituel/confesseur

Message non lu par Théophane » mar. 16 mars 2010, 14:57

Laurent L. a écrit :La direction spirituelle est plus informelle : vous ne venez pas en pénitente demander pardon à Jésus mais vous entretenez avec le prêtre et recevez ses conseils paternels. Ce n'est pas un sacrement.
C'est pour cette raison justement qu'un laïc peut remplir ce rôle.
Je ne me vois cependant pas raconter les moindres détails de ma vie et mes péchés à un laïc... Si votre directeur spirituel est votre confesseur, il connaît vos péchés et peut donc mieux vous aider à progresser, et il est tenu au secret de la confession. Enfin, il fait partie de l'Église enseignante, contrairement aux laïcs...
Je suis d'accord avec vous. En ce qui me concerne, je confesse mes péchés au prêtre qui est mon directeur de conscience. En revanche, avec mon directeur laïc nous parlons plutôt des choses de la vie quotidienne : le travail, les relations avec autrui, la vie de prière, la lutte ascétique...
Dans les deux cas, la direction spirituelle m'aide toujours beaucoup.
« Être contemplatifs au milieu du monde, en quoi cela consiste-t-il, pour nous ? La réponse tient en quelques mots : c’est voir Dieu en toute chose, avec la lumière de la foi, sous l’élan de l’amour, et avec la ferme espérance de le contempler face à face au Ciel. »
Bienheureux Álvaro del Portillo (1914-1994)

Avatar de l’utilisateur
muirgheal
Quæstor
Quæstor
Messages : 363
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 14:35

Re: Père spirituel/confesseur

Message non lu par muirgheal » mar. 30 mars 2010, 14:51

Je reviens sur ce sujet car je pense que je vais sauter le pas et demander au prêtre un accompagnement spirituel. D'ailleurs j'ai un rendez-vous pour un entretien avec lui à ce sujet.

On m'a déjà expliqué en quelques mots en quoi celà consiste, sur ce fil. Mais pourriez-vous peut-être me donner plus de détails "concrets" ? Comment celà se passe-t'il concrètement ?

On parle de sa vie, de ce qui nous préoccupe, de ce qu'on voudrait améliorer pour mieux vivre selon la volonté de Dieu et lui demander conseil, de nos problèmes de "foi", le prêtre nous écoute et puis nous conseille ?

Je sais déjà qu'à priori, on ne peut avoir qu'un seul "père spirituel" et qu'on doit avoir des rendez-vous réguliers (au moins tous les mois).
Tu as frappé à la porte de mon cœur !
J'ai entendu ta voix et je t'ai ouvert.
Allume en mon cœur un grand feu de joie.

Avatar de l’utilisateur
Théophane
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2000
Inscription : sam. 22 janv. 2005, 14:18
Conviction : Catholique
Localisation : France

Re: Père spirituel/confesseur

Message non lu par Théophane » mer. 31 mars 2010, 21:56

par exemple si vous décidez telle ou telle démarche pour carême il vous dira si c'est bon pour vous ou si au contraire vous devriez trouver autre chose.
C'est cela qui est bien dans la direction spirituelle. Souvent, nous nous imposons des objectifs qui sont trop difficiles à atteindre et c'est le directeur de conscience qui vient nous ramener à des choix plus raisonnables.
« Être contemplatifs au milieu du monde, en quoi cela consiste-t-il, pour nous ? La réponse tient en quelques mots : c’est voir Dieu en toute chose, avec la lumière de la foi, sous l’élan de l’amour, et avec la ferme espérance de le contempler face à face au Ciel. »
Bienheureux Álvaro del Portillo (1914-1994)

Avatar de l’utilisateur
Sapin
Sacerdos
Sacerdos
Messages : 2325
Inscription : sam. 14 juil. 2007, 15:54
Localisation : Montréal

Re: Père spirituel/confesseur

Message non lu par Sapin » ven. 02 avr. 2010, 2:23

Seul un prêtre peut être accompagnateur spirituel, ici nous sommes en face du for interne et seul un prêtre à la compétence et les facultés requises pour éclairer et conseiller la conscience d'un fidèle. Une autre raison est que l'accompagnement spirituel est intimement lié au sacrement de la réconciliation. Toutefois, un prêtre peut référer à une personne compétente laïque pour certains points en particuliers. Directeur spirituel, accompagnateur spirituel, directeur de conscience sont tous des synonymes, on a voulu trouver d'autres expressions pour rendre cela plus accessible et moins rigide mais tout ces titres désignent bien un prêtre et un prêtre seul.

On avait coutume autrefois en paroisse de se confesser au même prêtre et cela était fortement recommandé, mais ce n'était pas forcément un accompagnateur spirituel. C'est ce qu'on peut appeler ici un confesseur régulier.

In Xto
Père Guy

"J'attends la résurrection des morts et la vie du monde à venir".
credo

Avatar de l’utilisateur
Théophane
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2000
Inscription : sam. 22 janv. 2005, 14:18
Conviction : Catholique
Localisation : France

Re: Père spirituel/confesseur

Message non lu par Théophane » ven. 02 avr. 2010, 8:19

Père Guy,

Si vous me permettez, je ne suis pas tout à fait d'accord avec vous. Bien entendu, j'ai un immense respect pour les prêtres et je suis le premier à aimer le sacrement de la confession. Toutefois, je ne vois pas pourquoi un laïc ne pourrait pas s'occuper de la direction spirituelle.
Dans la Prélature de l'Opus Dei, institution qui jouit de la totale approbation de l'Église, l'on a toujours fait ainsi. Chaque membre a un directeur spirituel laïc avec lequel il a un entretien hebdomadaire et un prêtre auquel il se confesse également chaque semaine. Pour nous, c'est important du fait du caractère profondément laïc de l'Opus Dei. En outre, cette pratique existait déjà à l'époque des premiers chrétiens.

Je pense qu'on devrait reconnaître que les laïcs sont eux aussi compétents pour s'occuper de la direction spirituelle et de la formation ascétique ou doctrinale, en effet rien ne s'y oppose, que ce soit dans l'Évangile, dans le droit canonique ou dans le Magistère de l'Église. Il faut rapprocher cela de ce que saint Josémaría appelait un anticléricalisme sain. C'est d'ailleurs pour cette raison que la plus grande partie des tâches de l'Opus Dei ont été confiées par lui à des laïcs, à l'exclusion bien entendu de la célébration de la Sainte Messe et des autres sacrements.

Bien à vous,

Théophane
« Être contemplatifs au milieu du monde, en quoi cela consiste-t-il, pour nous ? La réponse tient en quelques mots : c’est voir Dieu en toute chose, avec la lumière de la foi, sous l’élan de l’amour, et avec la ferme espérance de le contempler face à face au Ciel. »
Bienheureux Álvaro del Portillo (1914-1994)

Avatar de l’utilisateur
muirgheal
Quæstor
Quæstor
Messages : 363
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 14:35

Re: Père spirituel/confesseur

Message non lu par muirgheal » lun. 26 avr. 2010, 12:51

Guy a écrit :Seul un prêtre peut être accompagnateur spirituel, ici nous sommes en face du for interne et seul un prêtre à la compétence et les facultés requises pour éclairer et conseiller la conscience d'un fidèle. Une autre raison est que l'accompagnement spirituel est intimement lié au sacrement de la réconciliation. Toutefois, un prêtre peut référer à une personne compétente laïque pour certains points en particuliers. Directeur spirituel, accompagnateur spirituel, directeur de conscience sont tous des synonymes, on a voulu trouver d'autres expressions pour rendre cela plus accessible et moins rigide mais tout ces titres désignent bien un prêtre et un prêtre seul.

On avait coutume autrefois en paroisse de se confesser au même prêtre et cela était fortement recommandé, mais ce n'était pas forcément un accompagnateur spirituel. C'est ce qu'on peut appeler ici un confesseur régulier.

In Xto
Je vous remercie pour cet éclaircissement. Si je vous comprends bien, il est également préférable que son directeur spirituel soit également son confesseur.

Il semble que certains préfèrent avoir un confesseur et un directeur spirituel différent. Quel est votre avis à ce sujet ?

Cordialement,
Tu as frappé à la porte de mon cœur !
J'ai entendu ta voix et je t'ai ouvert.
Allume en mon cœur un grand feu de joie.

Avatar de l’utilisateur
Griffon
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3173
Inscription : sam. 26 déc. 2009, 20:24

Re: Père spirituel/confesseur

Message non lu par Griffon » lun. 26 avr. 2010, 17:56

Il est étonnant d'en voir certains affirmer certaines chose de façon aussi péremptoire que fausse.

Chère muirgheal,
Le prêtre est vraiment nécessaire pour le sacrement.

En vérité, il y a peu de prêtre apte à faire un accompagnement spirituel, et pour le dire très nettement, les prêtres diocésains n'ont pas de formation en la matière.

Mieux vaut vous tourner vers un religieux ou une religieuse.
Un laïc ? Bon... sans doute y en a-t-il ? Mais l'engagement doit être totalement gratuit, absolument.
Vous le reconnaîtrez aussi à son humilité. Mais cela, rarement à la première entrevue.

Il faut choisir quelqu'un de TRES priant, mature et que vous sentez qu'il peut vous convenir.
En effet, si vous prenez un accompagnement spirituel, c'est pour devenir une sainte.
Et dans cette voie, vous progresserez beaucoup plus vite si vous avez quelqu'un qui est déjà passé par le chemin.
Sainte Thérèse se plaignait déjà de la difficulté de trouver un bon accompagnateur.

Le mieux est de s'engager lentement et progressivement.
Et de mesurer année après année les fruits de cet accompagnement dans votre vie.
Vous devriez vous ouvrir aux sacrements et à la prière, entre autres.

Bonne chance,

Griffon.
Jésus, j'ai confiance en Toi,
Jésus, je m'abandonne à Toi.
Mon bonheur est de vivre,
O Jésus, pour Te suivre.

Avatar de l’utilisateur
Théophane
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2000
Inscription : sam. 22 janv. 2005, 14:18
Conviction : Catholique
Localisation : France

Re: Père spirituel/confesseur

Message non lu par Théophane » lun. 26 avr. 2010, 20:46

Griffon a écrit : Mieux vaut vous tourner vers un religieux ou une religieuse.
Un laïc ? Bon... sans doute y en a-t-il ? Mais l'engagement doit être totalement gratuit, absolument.
Vous le reconnaîtrez aussi à son humilité. Mais cela, rarement à la première entrevue.
Mais bien sûr que oui cher Griffon ! Bien sûr qu'il y a des laïcs qui ont la vie intérieure et la formation nécessaires pour exercer la fonction de directeur spirituel.
« Être contemplatifs au milieu du monde, en quoi cela consiste-t-il, pour nous ? La réponse tient en quelques mots : c’est voir Dieu en toute chose, avec la lumière de la foi, sous l’élan de l’amour, et avec la ferme espérance de le contempler face à face au Ciel. »
Bienheureux Álvaro del Portillo (1914-1994)

Avatar de l’utilisateur
muirgheal
Quæstor
Quæstor
Messages : 363
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 14:35

Re: Père spirituel/confesseur

Message non lu par muirgheal » mar. 27 avr. 2010, 12:40

Griffon a écrit :Il est étonnant d'en voir certains affirmer certaines chose de façon aussi péremptoire que fausse.

Chère muirgheal,
Le prêtre est vraiment nécessaire pour le sacrement.

En vérité, il y a peu de prêtre apte à faire un accompagnement spirituel, et pour le dire très nettement, les prêtres diocésains n'ont pas de formation en la matière.

Mieux vaut vous tourner vers un religieux ou une religieuse.
Un laïc ? Bon... sans doute y en a-t-il ? Mais l'engagement doit être totalement gratuit, absolument.
Vous le reconnaîtrez aussi à son humilité. Mais cela, rarement à la première entrevue.

Il faut choisir quelqu'un de TRES priant, mature et que vous sentez qu'il peut vous convenir.
En effet, si vous prenez un accompagnement spirituel, c'est pour devenir une sainte.
Et dans cette voie, vous progresserez beaucoup plus vite si vous avez quelqu'un qui est déjà passé par le chemin.
Sainte Thérèse se plaignait déjà de la difficulté de trouver un bon accompagnateur.

Le mieux est de s'engager lentement et progressivement.
Et de mesurer année après année les fruits de cet accompagnement dans votre vie.
Vous devriez vous ouvrir aux sacrements et à la prière, entre autres.

Bonne chance,

Griffon.
Merci Griffon. J'apprécie toujours vos réponses.

Un religieux ou une religieuse est mieux formé qu'un prêtre pour l'accompagnement spirituel ?

Je pense que le prêtre que je rencontre correspondont aux critères que vous donnez.

Un conseil reçu : ne pas brûler les étapes, y aller progressivement pour faire grandir la foi. Car certaines choses ne sont possibles qu'avec une très grande foi.
Et je m'ouvre également à côté de ceci aux sacrements et à la prière. Sinon on ne peut approfondir sa foi. C'est indispensable.

Je n'ai pas la prétention de devenir une sainte, seuls quelques hommes ou femmes peuvent y arriver et je doute sincèrement que ça soit mon cas. Je souhaite juste progresser dans la foi et dans la voie du Christ et changer pour devenir meilleure.
Tu as frappé à la porte de mon cœur !
J'ai entendu ta voix et je t'ai ouvert.
Allume en mon cœur un grand feu de joie.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 7 invités