A propos du guide ou père ou directeur spirituel

« Quant à vous, menez une vie digne de l’Évangile du Christ. » (Ph 1.27)
Règles du forum
Forum d'échange entre chrétiens sur la façon de vivre l'Évangile au quotidien, dans chacun des domaines de l'existence
Avatar de l’utilisateur
muirgheal
Quæstor
Quæstor
Messages : 364
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 14:35

A propos du guide ou père ou directeur spirituel

Message non lupar muirgheal » mer. 17 févr. 2010, 15:58

J'ai parfois lu qu'on parle de guide ou de père spirituel pouvant nous guider sur le chemin de la sainteté.

J'ai souvent cru que ce chemin de sainteté n'était que pour des personnes extraordinaires, mais à la lumière de mes nouvelles connaissances, apportant l'espoir, ce chemin de sainteté peut être emprunté par n'importe lequel d'entre nous. Il faut y mettre de la volonté et de l'obéissance à la volonté de Dieu. Et pour celà, il semblerait qu'il faut être conseillé et guidé par une personne compétente et en qui on peut accorder sa confiance.

Est-ce que la plupart des catholiques ont un guide spirituel ? Est-ce vraiment conseillé d'avoir un guide spirituel ? Comment fait-on pour rencontrer ce guide spirituel ? Est-ce que ça peut être par exemple le prêtre de la paroisse ou une autre personne par forcément prêtre ? Est-il habituel de demander à une personne si elle veut bien nous suivre et nous conseiller dans le chemin de la foi ?
Ou n'est-ce pas indispensable d'avoir un guide spirituel "attitré" et le prêtre lors de la confession par exemple joue ce rôle ?

Je vous prie de m'excuser si ces questions ont déjà été posées et pour sans doute la naïveté de celles-ci.

Cordialement,
Tu as frappé à la porte de mon cœur !
J'ai entendu ta voix et je t'ai ouvert.
Allume en mon cœur un grand feu de joie.

Harfang
Persona
Persona
Messages : 1430
Inscription : mar. 09 sept. 2008, 23:45

Re: Est-il nécessaire ou pas d'avoir un guide spirituel ?

Message non lupar Harfang » mer. 17 févr. 2010, 17:53

Bonjour,


Avoir un père spirituel permet déjà d'écarter les scrupules et les illusions, le prêtre a de l'expérience, il saura nous guider plutôt que de vouloir se diriger soit-même ce qui peut-être dangereux ; il saura discerner ce qui ne va pas, ce qu'il faut corriger, ce qu'il faut faire, les mauvaises habitudes à vaincre... Bref, c'est un vrai "tuteur" dans notre croissance spirituelle !

Ça permet aussi de mortifier sa volonté propre, faire ce que notre père spirituel nous demande c'est obéir à ce que Dieu veut, ça place une certaine autorité au dessus de nous, et il est toujours plus sûr d'obéir que de commander... Dans le combat spirituel, c'est aussi important puisque ça fait fuir le démon. Le diable enferme sur nous même pour nous désespérer et le fait de s'ouvrir à un prêtre le met en fuite, ça évite ce repli sur soi, chose à laquelle le démon nous pousse pour nous faire chuter.

Le père spirituel apporte un certain réconfort, ce n'est pas un juge sévère mais avant tout, comme son nom l'indique, un père, et c'est précieux dans les grands moments de la vie d'avoir le soutien de ce père, ses coennseils, ses couragements, tout ça aide à avancer, comme par exemple dans le cas d'une vocation, le père spirituel qui nous connait bien peut être apte à nous orienter, nous guider etc...

Le dirigés a aussi des devoirs, et surtout un : c'est de tout dire, de s'ouvrir entièrement pour recevoir les conseils les plus pertinents, ça implique une certaine docilité. Les sujets abordés avec lui seront tout ce qui touche à l'âme, même indirectement. Car si nous lui cachons des choses sur nous, comment, ensuite, pourra-t-il nous guider au mieux ?

Il faut avoir confiance dans le prêtre qu'on choisi, et ça doit être un prêtre ! Il faut savoir que ce n'est jamais le prêtre qui demande à quelqu'un de devenir son enfant spirituel (sauf Padre Pio, mais Padre Pio c'est Padre Pio :D ). Donc oui, il faut demander à un prêtre si il veut bien devenir votre père spirituel mais il faut bien le choisir, que vous ayez confiance en lui et que vous pouvez vous voir régulièrement, c'est important aussi !
Ou n'est-ce pas indispensable d'avoir un guide spirituel "attitré" et le prêtre lors de la confession par exemple joue ce rôle ?
La confession ce n'est pas un entretien spirituel : en confession vous dénoncez vos péchés, vous ne racontez pas votre vie (enfin, en principe :-D ). Le prêtre donne des conseils relatifs aux péchés que vous avez confessé mais ce n'est pas aussi précis et développé qu'un entretien avec son père spirituel et puis, généralement, le temps est limité pour une confession.

Par exemple, vous n'allez pas établir une règle de vie au confessionnal.

Cordialement !
Dernière édition par Harfang le mer. 17 févr. 2010, 18:06, édité 1 fois.
« O Crux Ave Spes Unica ! »
[/size]
http://vidi-aquam.blogspot.com/

Théophile
Quæstor
Quæstor
Messages : 390
Inscription : dim. 20 déc. 2009, 19:21

Re: Est-il nécessaire ou pas d'avoir un guide spirituel ?

Message non lupar Théophile » mer. 17 févr. 2010, 18:00

Un petit texte de St-François de Sales, tiré de son livre Introduction à la vie dévote.

"« L’ami fidèle, dit l’Ecriture Sainte, est une forte protection; celui qui l’a trouvé, a trouvé un trésor. L’ami fidèle est un médicament de vie et d’immortalité; ceux qui craignent Dieu le trouvent ». Ces divines paroles regardent principalement l’immortalité, comme vous voyez, pour laquelle il faut sur toutes choses avoir cet ami fidèle qui guide nos actions par ses avis et conseils, et par ce moyen nous garantit des embûches et tromperies du malin; il nous sera comme un trésor de sapience en nos afflictions, tristesses et chutes ; il nous servira de médicament pour alléger et consoler nos coeurs ès maladies spirituelles; il nous gardera du mal, et rendra notre bien meilleur ; et quand il nous arrivera quelque infirmité, il empêchera qu’elle ne soit pas à la mort, cari! nous en relèvera.

Mais qui trouvera cet ami? Le Sage répond : « Ceux qui craignent Dieu »; c’est-à-dire les humbles qui désirent fort leur avancement spirituel. Puisqu’il vous importe tant, Philothée, d’aller avec un bon guide en ce saint voyage de dévotion, priez Dieu avec une grande instance qu’il vous en fournisse d’un qui soit selon son cœur, et ne doutez point; car, quand il devrait envoyer un ange du ciel, comme il fit au jeune Tobie, il vous en donnera un bon et fidèle.

Or, ce doit toujours être un ange pour vous c’est-à-dire, quand vous l’aurez trouvé, ne le considérez pas comme un simple homme, et ne vous confiez point en icelui ni en son savoir humain, mais en Dieu, lequel vous favorisera et parlera par l’entremise de cet homme, mettant dedans le cœur et dedans la bouche d’icelui ce qui sera requis pour votre bonheur ; si que vous le devez écouter comme un ange qui descend du ciel pour vous y mener. Traitez avec lui à cœur ouvert, en toute sincérité et fidélité, lui manifestant clairement votre bien et votre mal, sans feintise ni dissimulation : et par ce moyen, votre bien sera examiné et plus assuré, et votre mal sera corrigé et
remédié; vous en serez allégée et fortifiée en vos afflictions, modérée et réglée en vos consolations, Ayez en lui une extrême confiance mêlée d’une sacrée révérence, en sorte que la révérence ne diminue point la confiance, et que la confiance n’empêche point la révérence; confiez. vous en lui avec le respect d’une fille envers son père, respectez-le avec la confiance d’un fils envers sa mère: bref, cette amitié doit être forte et douce, toute sainte, toute sacrée, toute divine et toute spirituelle.

Et pour cela, choisissez-en un entre mille, dit Avila ; et moi je dis entre dix mille, car il s’en trouve moins que l’on ne saurait dire qui soient capables de cet office. Il le faut plein de charité, de science et de prudence: si l’une de ces trois parties lui manque, il y a du danger. Mais je vous dis derechef, demandez-le à Dieu, et l’ayant obtenu bénissez sa divine Majesté, demeurez ferme et n’en cherchez point d’autres, ainsi allez simplement, humblement et confidemment, car vous ferez un très heureux voyage."

Oh oui, il sera le plus beau cadeau de votre vie ! :>
Ou n'est-ce pas indispensable d'avoir un guide spirituel "attitré" et le prêtre lors de la confession par exemple joue ce rôle ?
Pour compléter ce que dit Harfang, le guide spirituel peut être aussi votre confesseur. Les rendez-vous sont pris alors hors des horaires fixées pour la confession. Mais il y a des confesseurs qui ne sont pas des guides, ou alors votre père spirituel se trouve trop loin pour le voir une fois par mois (qui est un bon rythme pour se confesser). Alors on se confesse régulièrement chez le premier, et on a des rencontres plus espacées avec le père spirituel (selon sa disponibilité souvent).

Garder le même confesseur est une bonne chose, si possible, car redire à la même personne plusieurs fois de suite la même chose me pousse à vouloir vraiment changer. Parfois il m'est arrivé de lutter contre une tentation parce que je savais que je devais la confesser à la même personne, faute que j'avais déjà confessé chez lui :siffle: .

Bon voyage !
Théophile

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12645
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Est-il nécessaire ou pas d'avoir un guide spirituel ?

Message non lupar etienne lorant » mer. 17 févr. 2010, 18:22

Sainte Faustine ajoute encore qu'il faut un guide spirituel qui soit "expérimenté" - eh bien, ce n'est pas si facile à trouver ! Cependant, on peut confier son âme à la prière des moines - j'ai eu la grâce de m'en remettre à des soeurs Clarisses qui sont cloîtrées, et je n'ai eu qu'à m'en féliciter. Mais à présent, je suis isolé, mon vieux confesseur devient sourd et ne sait plus trop ce qu'il doit répondre à certaines questions. J'ai pris rendez-vous avec un jeune prêtre, sans doute plein de feu, mais un peu avant mon rendez-vous, j'ai senti comme oppression intérieure. Une personne proche m'a ensuite dit: "Il m'a effrayé. Il a tellement la sainteté et la souffrance en tête que, maintenant, j'ai fait deux pas en arrière !" Ensuite, je n'avais pas moi-même ressenti une telle réticense depuis si longtemps que j'ai reporté ce rendez-vous. Je connais un autre prêtre, dans la quarantaine, plus éloigné, mais lui a carrément mauvaise réputation... En attendant mieux, l'exercice de la prière régulière, le souvenir des bienfaits de Dieu dont j'ai déjà bénéficié, les bonnes lectures... me permettent d'avancer. J'ai de toute façon confiance que rien n'arrivera qui ne soit dans la volonté de Dieu. Peut-être cette confiance absolue qui est le plus difficile ?
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
muirgheal
Quæstor
Quæstor
Messages : 364
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 14:35

Re: Est-il nécessaire ou pas d'avoir un guide spirituel ?

Message non lupar muirgheal » mer. 17 févr. 2010, 18:31

Je vous remercie pour vos réponses très intéressantes.

Ceci dit, il semblerait que ça ne soit pas si évident que celà de choisir un père spirituel, car il faut une confiance totale dans la personne et que le courant passe bien. Et il est difficile d'accorder cette confiance totale à quelqu'un et de mettre son âme à nu ainsi devant une personne (et donc dans ce cas-ci, en dehors du confessional).

Concrètement, comment choisit-on cette personne. Par exemple, j'irai à cet entretien avec le prêtre de ma paroisse. Si le courant passe bien, je peux par après le recontacter pour refaire le point et en fonction de nos différents échanges et du contact positif ou non dans ces échanges lui parler d'un besoin d'un guide spirituel et éventuellement le lui demander si je me sens prête à lui donner ma confiance ?

Mais si le courant ne passe pas ? Faut-il alors contacter d'autres prêtres pour avoir des entretiens avec eux jusqu'à ce qu'on rencontre quelqu'un à qui on est prêt à accorder cette confiance ?
Dans le combat spirituel, c'est aussi important puisque ça fait fuir le démon. Le diable enferme sur nous même pour nous désespérer et le fait de s'ouvrir à un prêtre le met en fuite, ça évite ce repli sur soi, chose à laquelle le démon nous pousse pour nous faire chuter.
Mais si on ne se fie qu'à son ressenti, comme je l'expliquai dans un autre fil, la foi est une sorte de combat. Il se peut qu'automatiquement, j'aie un ressenti négatif qui m'empêche d'accorder cette confiance. Si dès qu'il s'agit de foi, il y a souvent des éléments négatifs qui veulent entraver ce chemin, j'imagine très bien que ce processus se mettra encore en marche.
Et si je me base sur ce que vous dites Harfang, c'est peut-être le démon qui agira et voudra empêcher que celà se passe. Je ne suis pas surperstitieuse du tout et je ne veux pas rentrer dans la peur du démon. Mais j'ai parfois toutes sortes d'idées qui me passent par la tête pour m'empêcher de poursuivre dans la voie de la religion catholique et seule ma volonté me permet de passer outre ... Peut-être finalement réellement l'action du démon qui ne manquera pas alors d'intervenir lors de cette rencontre pour soit m'empêcher d'y aller, soit insinuer le doute et la méfiance en moi ...
Je me demande du coup comment peut-on savoir si ce prêtre (ou un autre) peut convenir ou pas.
Tu as frappé à la porte de mon cœur !
J'ai entendu ta voix et je t'ai ouvert.
Allume en mon cœur un grand feu de joie.

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12645
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Est-il nécessaire ou pas d'avoir un guide spirituel ?

Message non lupar etienne lorant » mer. 17 févr. 2010, 18:40

Je me demande du coup comment peut-on savoir si ce prêtre (ou un autre) peut convenir ou pas.
Ne vous "braquez" pas trop sur la question. "Demandez et vous recevrez", dit le Seigneur. J'ai prié pour vous entre deux messages... même si je ne devrais pas le dire (à cause même de ce que dit l'Evangile aujourd'hui), mais tant pis. Allez, ayez confiance !
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
muirgheal
Quæstor
Quæstor
Messages : 364
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 14:35

Re: Est-il nécessaire ou pas d'avoir un guide spirituel ?

Message non lupar muirgheal » mer. 17 févr. 2010, 18:46

J'ai pris rendez-vous avec un jeune prêtre, sans doute plein de feu, mais un peu avant mon rendez-vous, j'ai senti comme oppression intérieure. Une personne proche m'a ensuite dit: "Il m'a effrayé. Il a tellement la sainteté et la souffrance en tête que, maintenant, j'ai fait deux pas en arrière !" Ensuite, je n'avais pas moi-même ressenti une telle réticense depuis si longtemps que j'ai reporté ce rendez-vous.
C'est un peu ce que je redoute : avoir cette réaction. Les prêtres de ma paroisse sont des jeunes prêtres semblant très attachés à la tradition de l'Eglise, à la sainteté, au don de soi ... Celui que je vais rencontrer à l'air très traditionnel dans son discours et peu complaisant avec certaines attitudes de la société. C'est tout à fait normal bien sur. Je doute qu'il soit très complaisant et finalement ce n'est pas ce que je demande non plus. Sinon à quoi bon rencontrer un prêtre pour qu'il nous guide sur le chemin de la sainteté si c'est pour ne pas faire d'effort de mon côté. Mais ça peut-être un frein également à vouloir se confier à lui et lui demander des conseils.
Sainte Faustine ajoute encore qu'il faut un guide spirituel qui soit "expérimenté"
Un jeune prêtre peut-il être expérimenté là dedans ? Cela ne risque-t'il pas d'être dommageable de confier son âme à une personne n'ayant peut-être pas beaucoup d'expérience dans ce domaine ?
le guide spirituel peut être aussi votre confesseur. Les rendez-vous sont pris alors hors des horaires fixées pour la confession. Mais il y a des confesseurs qui ne sont pas des guides
Si un guide spirituel est le confesseur, ça facilite peut-être la mise à nu de son âme. Lorsque vous dites que certains confesseurs ne sont pas des guides, voulez-vous dire que certains refusent de l'être ?
Tu as frappé à la porte de mon cœur !
J'ai entendu ta voix et je t'ai ouvert.
Allume en mon cœur un grand feu de joie.

Avatar de l’utilisateur
muirgheal
Quæstor
Quæstor
Messages : 364
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 14:35

Re: Est-il nécessaire ou pas d'avoir un guide spirituel ?

Message non lupar muirgheal » mer. 17 févr. 2010, 18:48

Ne vous "braquez" pas trop sur la question. "Demandez et vous recevrez", dit le Seigneur. J'ai prié pour vous entre deux messages... même si je ne devrais pas le dire (à cause même de ce que dit l'Evangile aujourd'hui), mais tant pis. Allez, ayez confiance !
Et bien je vous en remercie beaucoup. Comme un ami m'a dit un jour, c'est le plus beau cadeau qu'une personne peut faire à quelqu'un :)
Tu as frappé à la porte de mon cœur !
J'ai entendu ta voix et je t'ai ouvert.
Allume en mon cœur un grand feu de joie.

Théophile
Quæstor
Quæstor
Messages : 390
Inscription : dim. 20 déc. 2009, 19:21

Re: Est-il nécessaire ou pas d'avoir un guide spirituel ?

Message non lupar Théophile » mer. 17 févr. 2010, 19:13

Rebonjour muirgheal !
Je vous ai proposé le texte de St-François car il m'a beaucoup aidé au début de mon "parcours spirituel". Et il est clair que vous n'allez pas prendre l'annuaire, choisir tel prêtre et lui dire : "salut, tu veux être mon guide spirituel ? As-tu des certificats à me présenter ? CV, lettre de motivation ?". :p
Pour moi, ça a toujours commencé à petit pas, par une confession, puis plusieurs, avec en arrière-fond la question du père spirituel. Vous serez éclairé puisque vous priez.

Et oui, il y a des confesseurs qui ne sont pas des pères spirituels pour différentes raisons.
Quand on va au confessionnal durant les heures de confessions, on dit au prêtre nos péchés que Dieu met en lumière si nous le lui demandons humblement avant. Et Jésus - à travers le prêtre - nous pardonne.
Parfois nous avons des choix difficiles à faire qui ne sont pas peccamineux, des questions pratiques sur la prière, etc. Alors là intervient le père spirituel. En effet, nous trouvons toutes sortes de réponses dans le catéchisme, mais pour la mise en pratique concrète dans notre vie, rien ne vaut un guide. Comme c'est un prêtre, on se confesse en même temps qu'on pose ces questions.
Quand j'ai rencontré mon père spirituel actuel pour la première fois, il venait de dire sa première messe. J'ai cru d'abord que c'était un servant de messe en aube quand il est entré dans le confessionnal, un bébé-prêtre donc. :-D
Je n'ai jamais regretté.
Si ça peut vous aider... :-D

Invité
Barbarus
Barbarus

Re: Est-il nécessaire ou pas d'avoir un guide spirituel ?

Message non lupar Invité » jeu. 18 févr. 2010, 21:23

Un chrétien ne doit pas rester seul. Donc je vous encourage vivement à poursuivre dans votre élan, dans votre aventure, à rencontrer les personnes qui vous accompagneront et vous épauleront, vous conseilleront.

La confiance en son "père spirituel" va de mise, c'est sûr. Pour un premier contact, laissez-vous guider. Vous verrez bien.

En attendant, si la démarche est un approfondissement sur le chemin de la foi, je donne quelques conseils:
1) lire la Bible. Dieu sait mieux que vous ce dont vous avez besoin. Pour moi, recommençante également, il m'est arrivé des choses fantastiques. C'est une méthode comme une autre mais je le laisse ouvrir le Livre. Et là, Il vous parlera. Le hasard fait que la plupart du temps, Il me fait lire le passage dont j'avais besoin. Ou sinon, je me laisser portée.

2) Si vous avez vent d'un Parcours Alpha dans votre région, c'est un excellent moyen de vivre entouré de chrétiens (et athées) qui se posent les mêmes questions que vous. Ils vous apportent énormément. On décomplexe beaucoup sur le peu d'expérience, de connaissance, nos manques de foi, nos doutes, notre solitude même face à l'Invisible quand on ne sait comment se laisser aller dans les bras du Seigneur.

3) Regardez autour de vous. Chaque homme que vous rencontrez vous guide, sans en avoir l'air. Je viens de m'apercevoir que depuis toute petite, mes parents avaient été et sont encore mes meilleurs guides et conseillers spirituels ( j'ai beaucoup de chance).

4) Certains prêtres sont formés à l'accompagnement spirituel. Personne n'est infaillible. Si vous attendez le CV parfait, l'homme saint sur terre, autant vous dire qu'il vous faudra attendre le Paradis pour le rencontrer (je parle de l'homme de chair, on se comprend). Jeune ou pas, les prêtres sont les premiers à se poser les questions que vous vous posez. Faites leur confiance. Ne vous fiez pas aux rumeurs des autres et ne jugez pas aux apparences, trop souvent trompeuses.

5) Je suis ravie de voir votre enthousiasme à vivre votre quotidien dans la sainteté la plus parfaite. Je me retrouve dans cet élan joyeux. Mais attention au piège de l'empressement. Allez-y doucement. Votre Père vous parlera toute votre vie. Si vous lisez la Bible d'un coup, qu'allez vous en retenir? Prenez quelques textes d'Evangile et laissez-vous conduire par l'Esprit Saint: que me dit-il? En quoi ça me parle? Comment faire dans ma vie pour faire vivre sa Parole? Vous pouvez peut être trouvé un groupe de Lectio Divina ou d'étude de la Bible.

Dieu n'attend pas de nous que nous soyons parfaits. Il souhaite avant tout que nous allions vers Lui, que nous l'aimions. Il voit nos efforts. Il nous fait confiance. Il nous guide à son rythme. Alors suivez son rythme, pas à pas. Il vous montrera les choses et ses attentes.

Par expérience personnelle, avoir un accompagnateur spirituel est un très bon moyen d'entrer dans la foi, que l'on découvre troublante, exigeante, stimulante, fascinante et j'en passe. Vous pouvez avoir confiance en nos prêtres, ils sont toujours discrets et généreux. Eux aussi sont guidés par l'Esprit alors soyez confiant.

Le meilleur guide qui soit et restera, c'est le Christ. Parlez-lui, écoutez-le et prenez sa main. Et retenez ceci: Il vous fait confiance. Alors ne vous mettez pas trop la pression, n'intellectualisez pas votre démarche de foi, ne vous comparez surtout pas avec les Saints parce que là, ce serait la déprime (et d'ailleurs, lisez ce que ces saints disaient d'eux-mêmes!). Tout viendra avec le temps, il ne faut pas brûler les étapes. Laissez-vous aller au charme de sa Rencontre, simple, généreuse, inattendue, bouleversante.

Bon cheminement

Fraternellement

Avatar de l’utilisateur
muirgheal
Quæstor
Quæstor
Messages : 364
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 14:35

Re: Est-il nécessaire ou pas d'avoir un guide spirituel ?

Message non lupar muirgheal » sam. 20 févr. 2010, 15:39

Un grand merci pour tous vos très bons conseils. Il y a en effet un parcours alpha et je vais essayer de m'y rendre. Pour ce qui est de la Bible, enfin le Nouveau-Testament plutôt, je préfère la relire pour bien me remémorer ce qui s'y trouve. Ensuite, je suivrai votre conseil. Même chose pour le catéchisme de l'Eglise catholique, je le relis en entier, mes "grosses" interrogations étant résolues et une fois que je l'aurai bien en tête, je reprendrai les thèmes à approfondir.
Tu as frappé à la porte de mon cœur !
J'ai entendu ta voix et je t'ai ouvert.
Allume en mon cœur un grand feu de joie.

Avatar de l’utilisateur
Théophane
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2000
Inscription : sam. 22 janv. 2005, 14:18
Conviction : Catholique
Localisation : France

Re: Est-il nécessaire ou pas d'avoir un guide spirituel ?

Message non lupar Théophane » sam. 20 févr. 2010, 16:34

Je pense moi aussi qu'il est nécessaire d'avoir un directeur spirituel. C'est même indispensable si l'on veut vraiment devenir saint. Pour ma part en tout cas la direction spirituelle m'aide énormément. Pouvoir parler avec quelqu'un qui a de l'expérience, une vie intérieure, et qui me conseille avec un regard extérieur, c'est toujours enrichissant.
Ceci dit, il n'est pas nécessaire que le directeur spirituel soit un prêtre. Ce peut être aussi un laïc.
« Être contemplatifs au milieu du monde, en quoi cela consiste-t-il, pour nous ? La réponse tient en quelques mots : c’est voir Dieu en toute chose, avec la lumière de la foi, sous l’élan de l’amour, et avec la ferme espérance de le contempler face à face au Ciel. »
Bienheureux Álvaro del Portillo (1914-1994)

Avatar de l’utilisateur
muirgheal
Quæstor
Quæstor
Messages : 364
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 14:35

Père spirituel

Message non lupar muirgheal » lun. 15 mars 2010, 12:25

Père spirituel/confesseur

Je lis souvent que pour progresser dans la foi, il est conseillé d'avoir un père spirituel. J'ai fait l'expérience d'une première confession récemment, et j'ai pris la résolution d'y aller régulièrement, et de préférence avec le même prêtre. Suite à ma première confession, il m'avait donné des conseils.

Du coup, je me pose cette question-ci : quelle est la différence entre un père spirituel et un confesseur régulier ?
Tu as frappé à la porte de mon cœur !
J'ai entendu ta voix et je t'ai ouvert.
Allume en mon cœur un grand feu de joie.

Avatar de l’utilisateur
Laurent L.
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1604
Inscription : lun. 25 mai 2009, 13:18

Re: Père spirituel/confesseur

Message non lupar Laurent L. » lun. 15 mars 2010, 15:46

Bonjour Muirgheal !

La démarche n'est pas la même, même si certains points peuvent se recouper : quand vous allez vous confesser (régulièrement ou non), c'est pour recevoir sacramentellement le pardon de Dieu, peu importe le prêtre, qui n'est qu'un intermédiaire (se confesser au même prêtre, qui vous connaît, facilite cependant la confession).
En revanche, le père spirituel vous conseille, vous aide à approfondir votre foi, vous guide, vous aide à grandir, discute avec vous. C'est un peu une catéchèse rien que pour vous et donc plus "ciblée" que l'homélie générale que donne le prêtre à la messe.

Voyez si, lors de vos confessions, le prêtre vous met en confiance et vous semble de bon conseil. Vous pourrez alors lui demander d'être votre père spirituel.

Avatar de l’utilisateur
Théophane
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2000
Inscription : sam. 22 janv. 2005, 14:18
Conviction : Catholique
Localisation : France

Re: Père spirituel/confesseur

Message non lupar Théophane » lun. 15 mars 2010, 15:48

Du coup, je me pose cette question-ci : quelle est la différence entre un père spirituel et un confesseur régulier ?
À mon avis il n'y en a aucune ! Qu'on l'appelle directeur de conscience, accompagnateur spirituel, confesseur..., ce qui compte c'est d'avoir quelqu'un qui nous conseille et avec qui l'on s'entretient régulièrement. En outre, la confession fréquente est fortement recommandée par l'Église.

Toutefois, il n'est pas nécessaire que le directeur spirituel soit un prêtre. Un laïc peut aussi accomplir cette tâche. La seule différence est que c'est au prêtre que l'on se confesse.
« Être contemplatifs au milieu du monde, en quoi cela consiste-t-il, pour nous ? La réponse tient en quelques mots : c’est voir Dieu en toute chose, avec la lumière de la foi, sous l’élan de l’amour, et avec la ferme espérance de le contempler face à face au Ciel. »
Bienheureux Álvaro del Portillo (1914-1994)


Revenir vers « Vie chrétienne »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 11 invités